Archives de février 2015

Le Titanic a-t-il sombré ?

gif voilier

oanis

 

oanis

 Vendredi 27 février 2015, 22h10:

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

« La catégorie pause lecture de Claude Allard est ouverte sur notre site web.

Vous pouvez ainsi découvrir, et vous évader dans les nouvelles de Claude comme un rafraîchissement.« 

Voici la nouvelle (no 2 ): Le Titanic a-t-il sombré ?

barre dorée

 

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document

Le Titanic a-t-il sombré

pdf

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 27/02/2015 à : 22h10.

cropped-capture2.jpg

Nouvelles  » voiles rouges »

gif voilier

oanis

Vendredi 27 février 2015 à : 18h40:

oanis

 

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

« Nous diffusons de temps en temps des thèmes ludiques entre nos investigations. Plus rare, nous essayons  d’aider ou de promouvoir, un site web, une association, une personne, lorsque mous sommes sollicités et si la proposition nous convient .

Aujourd’hui nous présentons une histoire de Claude Allard présent dans nos groupes Facebook dont celui de notre site web investigation océanographique et oanis.

Chacun pourra lire ses nouvelles, du moins celle-ci. Nous remercions Claude pour nous avoir fait confiance d’une part et pour cette histoire plutôt sympathique.

Nous luis souhaitons du succès avec son oeuvre  en espérant l’ avoir aidé et pourquoi pas lui souhaiter de trouver un éditeur.

Bonne chance à lui et merci à vous de l’encourager et dire ce que vous pensez de son histoire dans le respect d’autrui. Tout commentaire injurieux ou arrogant ira à la corbeille sans aucune forme de procès.« 

attention.823

Attention ce document est soumis aux droits d’auteur et sous copyright.

cliquez sur l’image PDF pour lire le document

VOILES ROUGES

pdf

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 27/02/2015 à : 18h40.

cropped-capture2.jpg

Une nouvelle espèce de dragon de mer découverte en Australie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Article source: sciencesetavenir.fr

Par Morgane Kergoat, Publié le 24-02-2015 à 14h30

Des chercheurs américains viennent de découvrir une nouvelle espèce de dragon de mer en Australie. Voici Phyllopteryx dewysea, alias dragon de mer rubis.

Suite de l’article

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 24/02/2015 à : 15h25.

cropped-capture2.jpg

emisssion TV: sirènes de nouvelles preuves

sirenes

oanis« Notre ami du Québec Jean-Marc nous partage ce reportage, il fait suite à celui que nous avions inclus il y a un moment déjà , certains voyant une vaste supercherie.  Dans ce documentaire le principal intéressé est interviewé par l’animateur de la chaîne, chacun se fera son opinion, bon visionnage. »

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 23/02/2015 à : 10h40.

cropped-capture2.jpg

Créatures extraterrestres en antarctique et leurs vaisseaux

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image: Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

Un article de Ken Pfeifer – Traduction Era pour Investigation Océanographique et Oanis

oanis 

Un mécanicien de bord, sergent  retraité de la marine américaine qui m’a demandé de l’appeler seulement « Brian. » Il a vécu des expériences de la plus haute étrangeté alors qu’il participait à des opérations de fret et de sauvetage en Antarctique durant la période  de 1983 à 1997, incluant plusieurs observations de disques volants argentés étincelants au dessus des  montagnes Transantarctiques.  Lui et son équipage ont vu aussi un grand trou dans la glace à environ cinq à dix miles seulement du pôle Sud géographique (cercle rose sur la carte) qui était censé être une zone d’exclusion aérienne. Mais lors d’une situation d’évacuation sanitaire d’urgence, ils sont entrés dans la zone d’exclusion aérienne et ont vu ce qu’ils n’ étaient pas censés voir: l’entrée présumée d’une base de recherche scientifique humaine et extraterrestre créée sous la glace.  Puis, dans un camp près de la Terre Marie Byrd, une douzaine de scientifiques disparurent pendant deux semaines et quand ils reparurent,  l’équipage de vol  de Brian reçut l’assignation d’aller les récupérer.  Brian dit qu’ils ne voulaient pas parler et que «leurs visages étaient effrayés. » Brian et son équipage reçurent à plusieurs reprises l’ordre de ne pas parler et on leur dit sévèrement qu’ils n’avaient pas vu ce qu’ils avaient vu. Mais on ne lui a jamais demandé de signer une déclaration de non-divulgation officielle. Alors maintenant qu’il est à la retraite, il a décidé de partager ce qu’il a vu et vécu parce qu’il sait que des êtres qui ne sont pas humains travaillent sur cette planète.

Date : 2 janvier 2015

Déclaration du témoin

J’étais mécanicien à  bord d’un Lockheed LC-130 de la marine américaine. J’ai pris ma retraite après 20 années de service en 1997. Pendant longtemps j’ai eu envie de vous écrire à propos de mon expérience sur le continent antarctique avec des véhicules volants dont on m’a dit de ne pas parler. J’ai servi une partie de mes 20 années dans la marine dans un escadron appelé Escadron de Développement Antarctique Six aussi connu comme  VXE-6. J’ai servi dans cet escadron de 1983 jusqu’à ce que je prenne ma retraire en mars 1997. Etant mécanicien de bord avec plus de 4000 heures de vol à ce titre, j’ai vu des choses que la plupart des des gens n’ont même pas imaginé sur le continent de l’Antarctique. La terre là-bas semble plus extraterrestre que terrienne. Nos déploiements sur cette terre ont commencé à la fin Septembre et se sont terminés à la fin de Février de chaque année jusqu’à ce que l’escadron soit dissout en 1999. Cette période de l’année est propice aux expériences scientifiques en raison des températures plus clémentes et des journées de 24 heures de lumière du jour. Pendant mon séjour dans l’escadron je me suis envolé vers presque toutes les parties du continent de l’antarctique, y compris le pôle Sud plus de 300 fois. La station Mc Murdo, qui est à 3,5 heures de vol de la station du pôle Sud a été le point névralgique de l’escadron lors de nos déploiements annuels. Entre ces deux stations se trouve une chaîne de montagnes appelée TransAntarctique et avec ce que nous appelions Temps clair sévère,  de McMurdo au Pôle Sud, les Transantarctiques sont visibles depuis les altitudes où l’avion a volé entre 25 000 à 35 000 pieds (entre 7620 mètres et 10.668 mètres) . Lors de plusieurs vols vers et à partir du Pôle Sud, notre équipage a observé des véhicules aériens virevoltant autour de la cime des TransAntarctiques presque exactement au même endroit à chaque fois où nous volions et les visualisions. Ceci est très inhabituel pour le trafic aérien là-bas parce que les seuls avions qui survolaient le continent étaient ceux de notre escadron. Chaque aéronef savait où se trouvaient les autres à cause du suivi des horaires de vol. Une autre question unique avec la station du pôle Sud est que notre avion n’était pas autorisé à survoler une zone désignée à 5 miles de la station.  On nous a déclaré que c’était en raison d’un camp d’échantillonnage de l’air dans cette région. Cela n’avait aucun sens pour aucun de nous dans l’équipage parce qu’en deux occasions nous avions du survoler cette zone. Une fois en raison d’une évacuation médicale du camp australien appelé Camp Davis. Il était sur le côté opposé du continent et nous avons dû faire le plein à Pôle Sud et le trajet direct vers Camp Davis passait juste au-dessus de la station d’échantillonnage de l’air. La seule chose que nous avons vu en survolant ce camp était un très grand trou qui entrait dans la glace. Vous auriez pu faire voler un de nos LC130 dans cette chose.

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

C’est après cette mission d’évacuation sanitaire que nous avons été brieffés par quelques « fantômes » (agents de renseignements je suppose) de Washington DC et on nous dit de ne pas parler de cette zone que nous avions survolée. L’autre fois où nous avons approché « Le Camp d’échantillonnage de l’air » nous avions eu des pannes de navigation et des pannes électriques à bord de l’avion et on nous a dit de quitter immédiatement la zone et de faire un rapport à notre chef d’escadron dès notre retour à McMurdo. Pas la peine de vous dire que notre pilote (commandant de bord) s’est fait botter les fesses et que notre équipage est resté hors des approvisionnement du Pole Sud pour plus d’un mois. Il y a eu plein d’autres fois où nous avons vu des choses qui sortaient de l’ordinaire. Un camp à la périphérie (près de la terre Marie Byrd) où nous avions laissé des scientifiques et leur équipement n’a plus communiqué avec  Mc Murdon pendant deux semaines. Notre équipage est retourné au camp pour voir si les scientifiques allaient bien. Nous n’avons pas trouvé âme qui vive. La radio fonctionnait bien puisque nous avons appelé McMurdo pour vérifier qu’elle fonctionnait correctement. Nous avons quitté le camp et avons regagné McMurdo suivant les ordres de notre commandant. Une semaine plus tard les scientifiques se sont montrés de retour à leur camp et on appelé McMurdo pour que quelqu’un vienne les récupérer. Notre équipage vola de nouveau là bas pour les récupérer puisque nous les y avions déposés et que nous connaissions le terrain et l’endroit. Aucun des scientifiques n’a voulu parler aux membres de l’équipage et pour moi ils semblaient effrayés. Dès notre retour à McMurdo, on les a  mis (les scientifiques) dans un autre avion de notre escadron et ils ont été conduits à Christchurch en Nouvelle Zélande. On n’a plus jamais entendu parler d’eux. Leur équipement qu’on avait rapatrié du camp fus mis en quarantaine et renvoyé par bateau aux Etats Unis escortés par les mêmes agents de renseignements qui nous avaient débriefés à propos du  survol du camp d’échantillonnage de l’air/grand trou dans la glace. Je pourrais continuer indéfiniment de parler des choses et situations que j’ai observées lors de  ma tournée avec VXE-6. En bavardant avec les équipages, il ressort qu’il y a une base OVNI au Pôle Sud et certains membres d’équipage ont entendu des scientifiques qui travaillent au Pôle parler d’EBEs (Entité Biologique Extraterrestre) qui travaillent en interaction avec les scientifiques dans ce camp d’échantillonnage de l’air ou grand trou dans la glace.

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

 Remarque : Les deux premières images sont des illustrations

KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWS

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

Remerciement spéciaux à   Linda Moulton Howe

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 22/02/2015 à : 23h40.

cropped-capture2.jpg

Titan pourrait-elle abriter la vie? Analyses d’experts scientifiques.

crédit photo: nature.com

crédit photo:
nature.com

Note sylv1: Dimanche 22 février 2015 à 23h10:

cropped-capture2.jpg« Je choisis ce moment pour inclure un article purement scientifique  concernant un solvant particulier.

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanisPeut-il y avoir par défaut un solvant qui pourrait remplacer l’eau pour autoriser la bonne alchimie permettant une forme de vie?

Ce solvant est le méthane. Dans notre présentation à l’accueil de notre site investigation océanographique et oanis, j’ai promis en quelque-sorte aux « visiteurs de notre site web ici » de parler d’un solvant autre que l’eau qui est celui qui donne la vie sur Terre. La vie sur Terre étant  basée sur la chimie du carbone et des êtres symbiotiques que nous même les êtres humains représentons avec ces micro organismes vivant à l’intérieur de nous. L’exobiologie est la clé pour déceler l’apparence de la vie, sa résistance et sa potentielle évolution. Dès le début où je me suis mis à chercher ( depuis 2008) si une vie extérieure à notre planète, pouvait d’un point de vue scientifique être envisagée. C’est dans cette multi discipline scientifique que représente l’exobiologie que j’ai décidé de m’engouffrer. Personne d’autre que les scientifiques ne peut parler rationnellement des possibilités pouvant offrir la vie, le potentiel et l’adaptation de celle-ci  et de l’expliquer.

Ensuite ma méthode consiste à regarder quelles candidates les scientifiques proposent.

Outre les exoplanètes ( ou planètes extra solaires), les savants grâce aux instruments de plus en plus précis et aux sondes ayant atteint leur but dans notre propre système solaire, les données ont ainsi renseigné les scientifiques des agences spatiales. Parmi les nominées nous découvrons que Titan lune de Saturne intéresse les scientifiques qui se penchent avec un certain intérêt sur ce satellite naturel ( le plus grand satellite de saturne qui en comporte  60 ) qui orbite autour du seigneur des anneaux de cette belle géante gazeuse ( Saturne).

La cartographie de Titan ainsi que ses caractéristiques soulèvent quelques curiosités.

Le projet de la NASA  d’envoyer un sous-marin particulier afin d’explorer les lacs de méthane de Titan,

prouve l’intérêt de cette agence qui analysera les « ingrédients  » ainsi que les ressources potentielles de cette lune et si une vie est décelable. Tout un programme, à n’en point douter.  (voir)

Le méthane sur titan est -il un marqueur de vie? Peut-il permettre un mélange chimique qui autoriserait la vie? En admettant cette possibilité, quelle vie pourrait exister dans cette atmosphère particulière et propre à ce corps céleste? Ma formation ne me permettant pas d’aller plus loin dans ce genre de recherche il fallait mettre la main sur les bonnes informations, loin des seules spéculations ufologiques.

Fallait-il encore trouver un article digne d’éclaircir nos lanternes.

C’est mission remplie à présent. Je vous laisse à la lecture de cet article ci-dessous qui est assez bien fourni, avec l’avis de Franck Drake entre autres. La validation d’une vie extraterrestre viendra des scientifiques, à ce titre, nous comptons sur eux et sur les responsables  les autorisant à divulguer, à diffuser au public lorsque cet objectif sera atteint sans aucune discussion possible. »

barre2

La vie sur (ou dans) Titan ?

Article source:  exobiologie.info/

Est-il possible de poser sérieusement la question de l’existence d’une vie sur Titan ? Bien que notre ignorance concernant la surface (et l’intérieur!) du satellite puisse laisser la porte ouverte à toutes les élucubrations, il n’est pas interdit de réfléchir à ce que pourrait être une vie possible sur (ou plutôt, nous l’allons voir, dans) Titan.

    Il semble que la surface de Titan, malgré sa probable collection de molécules organiques, ne soit pas favorable à la vie. Pourtant, même en négligeant la possibilité que des formes de vie radicalement différentes de la nôtre (qui ne seraient donc pas, par exemple, basées sur l’eau liquide, mais sur le méthane) s’y soient développées, il reste une possibilité pour qu’une activité bactérienne subsiste sur ce Satellite.

titdrake

Ci-contre: avis de Frank Drake dans une discussion sur la rareté des vies intelligentes dans l’univers organisé par astrobiology magazine – : « Mais Titan ! Super! Une prodigieuse usine de chimie organique, toute sorte de solvants, certains même dans l’atmosphère. C’est encore mieux que la Terre primitive. Bien sur, c’est extrêmement froid, mais les réactions chimiques se produisent facilement, même si elles sont très lentes aux températures Titaniennes. « 

En surface, même les plus simples réactions prébiotiques ont des demi-vies de l’ordre de 10 millions d’années, et l’eau liquide ne serait que rarement disponible pour participer à des réactions chimiques (A. D. Fortes, Exobiological Implications of a Possible Ammonia-Water Ocean Inside Titan, 2000).

Suite

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 22/02/2015 à : 23h10.

cropped-capture2.jpg

Récupération Russe d’un vaisseau dans la mer ?

Mondial Planet

Information source: Mondial Planet

Cette photo montre deux sous-marins russes collecter un OVNI dans l’océan , ou peut-être un USO (Unidentified submarine object), dans une zone non divulguée. Personne ne connaît l’origine réelle de ces mystérieuses machines, beaucoup moins l’origine et la provenance de ces OANIS qui se déplacent dans nos océans. Y a t-il, alors, une civilisation sous-marine de pointe? Très probablement .

gif

Remarque adm:

oanis

   Dans le doute nous relayons cette publication.

Plusieurs questions se posent:

1) Comment peut-on savoir si ceci est récupéré par les Russes?

2) Est-ce un haox?

3) Supposons  que cette photo soit vraie, cet objet peut-être tout et n’importe quoi, un simple ustensile dont l’utilité reste à définir, une sorte de mine , une cage ou une pièce détachée .

En fait ceci est pauvre en éléments pour espérer élucider le vrai du faux d’une part et dans le cas où ceci est un fait réel, manque le lieu précis, l’heure,la date et à qui appartiennent ces deux submersibles.

Nous ne manquerons pas de vous aviser si des éléments nous parviennent.

Patientons.

barre dorée

F

oanisSamedi 21 février 2015

« Grâce à la participation active de certains d’entre vous , nous avons la réponse sur cette publication.

Cette photo est un montage, merci à ceux qui nous ont aidé à élucider si ceci etait une photo réelle ou un montage.  Voir les commentaires sur notre groupe facebook. « Classée Hoax. « 

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 20/02/2015 à : 21h50.

cropped-capture2.jpg

Les enlevés de l’Allagash – 1976

Le retour final à un canoë, dessiné par Chuck Rak lui-même, dessinateur de son état.

Le retour final à un canoë, dessiné par Chuck Rak lui-même, dessinateur de son état.

Article source: area51blog.wordpress.com/

Publié le Mercredi 12 novembre 2008 à 12:03 par Era Ufologie

La nuit du vendredi 20 août 1976, 4 jeunes étudiants en art au début de la vingtaine quittent Boston (Massachusetts) pour un voyage de canoë et camping dans une zone sauvage du Nord du Maine le long de la rivière Allagash. Le groupe est constitué de jumeaux identiques, Jack et Jim Weiner, Charlie Foltz et Charles « Chuck » Rak. En arrivant à un point de l’étape, ils louent un avion de ponton qui les emporte avec leurs canoés au lac de Telos sur la trajectoire de l’Allagash, dans le nord du Maine.

0804200627103012436

Les 4 de l’Allagash, avec de gauche à droite : Jack et Jim Weiner, Charlie Foltz et Chuck Rak, en 1993

Au cours des jours suivants les font du canoë et campent le long de la rivière. Le soir du jeudi 26 août, ils atteignent le lac Eagle, installent un camp et décident d’aller à la pêche à la truite de nuit. L’obscurité pitch du secteur nécessite la construction d’une énorme feu pour marquer leur campement de sorte qu’ils puissent retrouver leur chemin au retour. Peu après avoir commencé à pêcher, Chuck a la sensation d’être observé. Je me suis tourné dans la direction où je le ressentais et je vis une grande sphère de lumière colorée, immobile dans les airs, sans un bruit, entre 200 et 300 pieds au-dessus de la bordure sud-est de la crique.

Chuck appelle les autres pour qu’ils regardent derrière eux. Là, s’élevant au-dessus des arbres se trouve un énorme objet ovale luisant. Alors que leurs yeux s’adaptent à sa brillance intense, un mouvement gyroscopique est remarqué, comme si des chemins d’énergie fluctuaient équatoriellement et longitudinalement de pôle en pôle. Ceci divise la sphère en 4 quadrants oscillants de lumière brillante colorée. Les changements de couleur sont très liquides et enveloppants, comme si l’objet entier avec un mouvement plasmatique, comme le fait une sauce épaisse quand elle commence à bouillir.

Charlie attrape une lampe-torche et la fait clignoter sur l’objet. Instantanément, l’énorme objet luisant en ascension fait un arrêt brusque et commence à lentement approcher du canoë. En même temps, un rayon de lumière en forme de tube sort de l’objet et touche l’eau. Sur la surface de l’eau se reflète un anneau luisant, avec un centre sombre. L’objet et son rayon de lumière commencent à se déplacer vers le canoë. Terrifiés, les campeurs commencent à pagayer frénétiquement vers leur feu et le camp qui s’y trouve tandis que le grand rayon balaie le lac directement sur eux et les englobe.

A partir de ce moment les souvenirs conscients des 4 protagonistes varient. La chose suivante dont se souvient Charlie est d’avoir pagayé vers la berge puis d’être resté au site du campement avec les autres, regardant l’objet s’éloigner.

Chuck Rak, lui, se souvient être resté dans le canoë après que les autres se soient alignés dehors en panique sur la berge. Figé, tenant toujours sa pagaie immobile, il ne parvenait pas à se détourner de l’objet.

Jack et Jim, les 2 jumeaux, ont un peu plus de souvenirs conscients. Jack raconte : Il était juste derrière nous et je pouvais voir que nous n’arriverions jamais à distancer le rayon. Il avançait trop vite et je me souviens avoir pensé, « Putain ! C’est là ! On ne va jamais s’en sortir ». La seule chose que je sais après, c’est que nous étions sur la berge, sortis du canoë et regardant directement l’objet, qui était maintenant à 20 ou 30 pieds au-dessus de l’eau. Le rayon sortait de sa base comme si l’objet était assis sur le rayon. Il était en survol là, juste devant nous, totalement silencieux pendant ce qui sembla être 4 ou 5 mn.

Soudain le rayon pointa vers le ciel. L’objet commença à monter vers le haut, s’éloignant de nous vers le ciel du sud-ouest puis fonça dans les étoiles et fut parti en une seconde.

Jim Weiner, lui, raconte : Il n’y avait pas de doute qu’il venait directement vers nous. Puis je me souviens de moi me tenant sur la berge du lac, et regardant l’objet en l’air au-dessus du lac, entre 50 et 75 yards devant nous… Puis le rayon de recherche partit vers le haut au ciel et nous le vîmes partir au loin à une vitesse énorme. Nous semblions tous être dans un état de choc… Nous restions là, tout simplement incapables de bouger ou de parler.

Lorsque l’étrange effet anesthésiant disparût, Chuck sortit du canoë et rejoignit les autres alors qu’ils marchaient rêveusement le long de la plage vers leur camp. Même dans cet état, ils se trouvèrent bêtes en réalisant ce qui était arrivé à l’énorme feu qui était encore en train de flamber il y a quelques minutes.

Lorsque nous sommes partis pour pêcher, dit Jim, nous avons installé de très gros troncs sur le feu pour brûler pendant 2 à 3 bonnes heures. L’événement entier sembla durer, au plus, 15 ou 20 mn. Cependant le feu avait tout brûlé jusqu’aux braises. A ce moment, ils n’avaient aucun souvenir de ce qui était arrivé durant le temps qu’il prit à leur énorme feu pour tout brûler. Cela restera un mystère pour eux pendant des années.

Le jour suivant, ils racontent leur expérience à un garde forestier, qui apparemment ne les croît pas. Le reste du voyage est sans incident, et l’événement va juste rester un souvenir inexpliqué.

Quelques années plus tard, Jim souffre d’une blessure à la tête qui lui cause une épilepsie tempero-limbique. Durant le traitement, les médecins de Jim lui demandent de signaler tous vécus inhabituels qui pourraient être symptomatiques de sa condition. Jim décrit les événements étranges que lui et ses amis ont vécu depuis la rencontre avec l’ovni. Ceux-ci incluent le réveil en pleine nuit pour voir des créatures étranges, la lévitation depuis le lit et une paralysie temporaire pendant que quelque chose est effectué sur les organes génitaux. Il décrit aussi leur rencontre avec l’ovni et la période de temps manquant. Les médecins de Jim lui conseillent de contacter un chercheur sur les ovnis, pensant que Jim et ses amis pourraient avoir été impliqués dans une expérience d’enlèvement par un ovni. Jim contacte Raymond E. Fowler à l’occasion d’une de ses conférences dans la région de Boston.

Enquête

En janvier 1989, Fowler initie une enquête formelle (avec David Webb, un enquêteur du MUFON et spécialiste des RR3/RR4, ainsi qu’avec Anthony (Tony) Constantino, un hypnothérapeute professionnel et consultant du MUFON), qui va être menée pendant 24 mois.

A l’évidence une période de temps manquant doit être intercalée entre l’observation de l’objet et le moment où la berge a été rejointe. Le rayon de lumière touchant le canoë semble être le point de division entre mémoire et amnésie. Au cours de la 1ère d’une longue série de sessions d’hypnose, il est décidé de se concentrer sur ce segment de la rencontre.

Sous hypnose, les 4 témoins revivent les expériences détaillées et traumatisantes d’enlèvement à bord de l’ovni durant la période du temps manquant. Tous sont transférés de leur canoë dans l’ovni par le rayon de lumière en forme de tube creux. A bord, ils rencontrent des créatures humanoïdes étranges qui exercent une sorte de contrôle mental sur eux de sorte qu’ils ne peuvent résister à leurs demandes.

Suite

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 18/02/2015 à : 18h00.

cropped-capture2.jpg

 

Publié 18 février 2015 par Sylv1 dans OANIS/OSNiS/USOS/Ufo/OVNI( s)

Tag(s) associé(s) : ,

L’Espace aérien australien pullule d’engins extraterrestres

Area51

Crédit Image : Ken Pfeifer WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORGCrédit Image : Ken Pfeifer
WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

Source: KEN PFEIFER  –  traductionEra pour Area 51 blog

Les demandes d’accès à l’information déposées par deux scientifiques de Melbourne ont révélé que les ovnis sont peut être plus actifs dans l’espace aérien australien que beaucoup de gens ne le pensaient. Paul Dean et Keith Basterfield étaient tellement fascinés par un rapport du Département de la Sécurité des Transports Aériens sur un incident près de Perth, le 19 Mars de l’année dernière qu’ils déposèrent une demande d’accès à la compagnie Airservices Australia, demandant des informations sur des cas récents d’objets inexpliqués dans nos cieux.

Lorsque la réponse fut retournée détaillant 13 incidents au cours des sept dernières années, ils furent stupéfaits. «À environ 3800 pieds (environ: 1,15824 kilomètre)dessus du niveau moyen de la mer, l’équipage a aperçu une lumière stroboscopique lumineuse directement en face de l’avion», déclare  un rapport sur l’incident de Perth du 19 Mars.

« La lumière a…

Voir l’article original 265 mots de plus

DOCUMENT DE LA D.I.A. NON DATÉ

foia-1

Article source:

Mondial Planet

3 h ·

Freedom of Information Act

(F.O.I.A., loi sur la liberté d’information)
Office of the General Counsel
La FOIA est une loi fédérale des états unis qui permet au public d’accéder aux archives du gouvernement fédéral . Le principe de base de la FOIA est la disponibilité au public de toutes les archives des agences du gouvernement à moins que leur diffusion ne puisse être nuisible. .La FOIA décrit neuf catégories d’archives que les agences ne doivent pas divulguer .Ces catégories sont habituellement appelées « exemptions » du fait que les archives qu’elles décrivent sont exemptes de la règle générale de la FOIA relative à la divulgation.

Pour ce qui est des documents relatifs au phénomène ovni ,certains sont disponibles au public. Suite bien souvent à de nombreuses plaintes d’ufologues, Mais sont trés généreusement censurés.

gif

DOCUMENT DE LA D.I.A. NON DATÉ

De nouvelles rencontres rapprochées…

Résumé : Des rapports relatent des informations concernant un phénomène non expliqué dont le XXXXXXX a soit personnellement observé, soit entendu parler par des amis ou connaissances. Les observations (dates exactes non rappelées) ont consisté en des dômes de lumière, des points de lumière et des objets en forme d’ellipses ou de cylindres.

Les dômes de lumière.

En une occasion une lumière argentée a été observée dans la région de l’Azerbajdzhan en URSS. Le centre d’un point brillant émettait une lumière dans toutes les directions qui lentement s’intensifiait.

De la taille d’un dôme qui devenait moins brillant. Le dôme continuait de s’agrandir même après que la lumière centrale ai disparue. La lumière au centre continua de briller pendant environ 15 minutes. La lumière émise (dôme) dura beaucoup plus longtemps (plus de 30 minutes). XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXX aussi observé ces phénomènes près de Kuybyshev XXXXXXXX, URSS. Les détails étaient les mêmes que ceux mentionnés ci-dessus, sauf que la lumière au centre et le dôme étaient de couleur orange.

Les points de lumière.

Durant le printemps XXXXXXX quatre points de lumière apparurent au-dessus des montagnes du Caucase XXXXXXX au Nord de Mikha Tskhakaya XXXXXXX, URSS. Les points étaient de couleur verte, la lumière était diffuse. Les points étaient à approximativement 150 à 200 kilomètres XXXXXXX Chaque point émettait une lumière séparée. XXXXXXXXXXXX pouvait voir les lumières dans l’air, mais la couche de nuages empêchait de les voir du sol.

Les objects

Une observation personnelle. XXXXXXX a observé un objet volant en cercles verticaux. L’objet de couleur argent brillant était approximativement à 50 ou 60 km XXXXXXX L’objet s’éloignait XXXXXXX s’est détaché de l’objet, et s’est dirigé vers l’arrière XXXXXXX il était difficile de déterminer les dimensions et la forme exacte de l’objet. XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

L’objet non identifié.

Au printemps de 1984, un ami XXXXXXX a été envoyé par le commandant du régiment pour intercepter un objet volant qui avait été observé près du terrain d’aviation de Mikha Tskhakaya à une vitesse supersonique. Cependant, l’objet n’a pas créé de « boom » sonique et volait du Nord au Sud de la base. Le pilote, volait sur un MIG-23 Flogger en pleine postcombustion à Mach 1.2 mais fut incapable de s’approcher près de l’objet. A ce moment le MIG-23 et l’objet non identifié atteignaient le littoral de la mer Noire, le MIG volait à une vitesse proche de Mach 1.6. Le pilote a activé sa recherche infrarouge et le système de recherche (IRSTS)approximativement à 12 km de la cible et observa la plus grande tache qu’il n’avait jamais vue sur son écran radar. Le pilote communiqua immédiatement cette information à sa base. Au moment où il atteignait une vitesse de presque Mach 2, le pilote dû cesser l’interception par manque de carburant. Le pilote n’a jamais obtenu une identification visuelle de l’objet. l’altitude du MIG-23 pendant la poursuite était 5000 M. XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

L’objet en forme d’ellipse.

Pendant des vols de nuit dans la région de l’Azerbajdzhan, plusieurs équipages ont déclaré avoir vu un objet de forme elliptique volant à pas plus de 20 km de leur position et qui émettait une lumière dans une seule direction. XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX Les équipages furent incapables d’acquérir un contact radar avec l’objet.

Tous les pilotes qui observèrent l’objet non identifié reçurent l’ordre d’atterrir immédiatement. On a ordonné aussi aux équipages de ne jamais parler de l’objet qu’ils avaient observé.

10590431_417662548408460_9091064245220037920_n

10991413_417662191741829_7743076449677649646_n

10987671_417661288408586_2780764699174861266_n

 10551049_417660288408686_7778139104301458418_nL’INCIDENT DE KEKSBURG Un nouveau Roswell ? Extraits du journal russe La Pravda du 28/02/2004Le 9 décembre 1965 au soir, les habitants de Keksburg, Pennsylvanie, observèrent un phénomène extraordinaire :
Des boules de feu dans le ciel, qui, peu de temps après se posèrent
sur le sol.
La zone d’atterrissage fut rapidement encerclée par les militaires, qui plus tard évacuèrent quelque chose…..
Des mesures strictes de secret furent prises et les habitants de Keksburg devinrent prisonniers de leur propre ville. La presse locale fit monter la pression en affirmant qu’un Ovni avait atterri. Aucun commentaire officiel ne transpira.Peu de temps après, la version officielle arriva, expliquant que le satellite soviétique Kosmos 96 s’était écrasé. Les soviétique démentirent formellement cette version.

Il n’y eut pas de version définitive concernant l’affaire de Keksburg, mais les gens commencèrent à parler de « l’affaire » comme d’un second Roswell.

La chaîne de TV Sci-Fi friande de ce type d’histoire, fit tous les efforts possible pour que la NASA divulgue toutes les informations concernant cette affaire.

La NASA décida d’accepter les doléances de la chaîne, après avoir entamé des poursuites contre Sci-Fi pour violation de la procédure sur la FOIA.

36 pages furent donc déclassifiées par la NASA, consistant dans l’énumération de noms et de lieux où des débris spatiaux seraient tombés. Le Pentagone quant à lui n’a pas du tout l’intention de rendre public les documents concernant l’affaire de Keksburg

TRADUCTION DOCUMENT

Cher M Willis

En réponse à votre récente demande, nous avons le regret de vous informer que nous ne pouvons pas localiser les deux boîtes de fichiers, identifiés comme des« Fragology Files » note du traducteur: (Ces fichiers concernent des rapports relatifs à des objets récupérés provenant de l’espace et à leur analyse dans le but de déterminer leur origine), en provenance de la NASA , n° 255-68A-2062.
Nos fichiers indiquent que les boîtes furent déclarées « manquantes » en 1987, et n’ont pas été localisées depuis cette date.

Depuis le temps que ces documents sont manquants et le fait que nous les avons longuement recherché, il est peu probable que nous retrouvions ces boîtes.

Nous regrettons pour ce désagrément, pour lequel la NASA peut en être la cause.

Cordialement.

 

DOCUMENT CONCERNANT L’US AIR FORCE EN EUROPE10991192_417659085075473_7385994427025119469_n

Ce mémo top secret, du 4 novembre 1948, nous apprend que les Suédois ont encore eu des problèmes avec les OVNIs, et que ces mêmes OVNIs atterrissent dans les lacs…

USAFE 14 4 Nov. 1948

Pendant un certain temps nous avons été confrontés à des rapports récurrents concernant les soucoupes volantes. Elles continuent périodiquement à resurgir; la semaine dernière, l’une d’elle fut observée planant au-dessus de la base aérienne de Neubiberg pendant trente minutes environ. Leurs observations ont été rapportées par tant de sources et d’une telle variété d’endroits que nous sommes convaincus que l’on ne peut pas négliger ce phénomène qui doit être expliqué sur une certaine base qui est peut être légèrement au-delà de la portée de notre d’intelligence.

Quand les officiers de cette Direction ont récemment visité le Service Suédois des Renseignements de l’Armée de L’air; cette question a été posée aux Suédois. Leur réponse fut que quelques personnes dignes de confiance et techniquement très qualifiées ont tiré la conclusion que « ces phénomènes ne peuvent être que le résultat d’une compétence technologique élevée qui ne peut pas être reliée à une culture actuellement connue sur terre ». Ils supposent donc que ces objets proviennent de quelque technologie précédemment inconnue ou non identifiée, et probablement externe à la Terre.

L’un de ces objets fut observé par un technicien suédois, près de chez lui sur le bord d’un lac. L’objet s’est crashé ou a atterri dans le lac et le technicien a soigneusement noté l’azimut de son point d’observation. Les Renseignements suédois furent suffisamment confiants de son observation, qu’une équipe navale de récupération a été envoyée sur le lac. Les opérations étaient en cours pendant la visite des officiers de l’US. Air Force. Les plongeurs ont découvert un cratère précédemment non référencé au fond du lac. Aucune autre information n’est disponible, mais nous avons eu la promesse, d’avoir connaissance des résultats. À leur avis, l’observation était fiable, et ils croient que la dépression sur le fond du lac, qui n’est pas apparu sur les diagrammes hydrographiques courants, a été en fait provoquée par une soucoupe volante.

Bien qu’acceptant cette théorie sur l’origine de ces objets, cela pose de nouvelles questions et soumet une grande partie de notre pensée à une lumière différente; nous sommes d’accord pour ne pas critiquer entièrement cette théorie quelque peu spectaculaire, en conservant un esprit ouvert sur le sujet. Quelles sont vos réactions.

Relayé par investigations ufoetscienceinvestigations ufoetscience

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 18/02/2015 à : 15h40.

cropped-capture2.jpg

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :