Archives de février 2015

Le Titanic a-t-il sombré ?

gif voilier

oanis

 

oanis

 Vendredi 27 février 2015, 22h10:

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

« La catégorie pause lecture de Claude Allard est ouverte sur notre site web.

Vous pouvez ainsi découvrir, et vous évader dans les nouvelles de Claude comme un rafraîchissement.« 

Voici la nouvelle (no 2 ): Le Titanic a-t-il sombré ?

barre dorée

 

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document

Le Titanic a-t-il sombré

pdf

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 27/02/2015 à : 22h10.

cropped-capture2.jpg

Nouvelles  » voiles rouges »

gif voilier

oanis

Vendredi 27 février 2015 à : 18h40:

oanis

 

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

« Nous diffusons de temps en temps des thèmes ludiques entre nos investigations. Plus rare, nous essayons  d’aider ou de promouvoir, un site web, une association, une personne, lorsque mous sommes sollicités et si la proposition nous convient .

Aujourd’hui nous présentons une histoire de Claude Allard présent dans nos groupes Facebook dont celui de notre site web investigation océanographique et oanis.

Chacun pourra lire ses nouvelles, du moins celle-ci. Nous remercions Claude pour nous avoir fait confiance d’une part et pour cette histoire plutôt sympathique.

Nous luis souhaitons du succès avec son oeuvre  en espérant l’ avoir aidé et pourquoi pas lui souhaiter de trouver un éditeur.

Bonne chance à lui et merci à vous de l’encourager et dire ce que vous pensez de son histoire dans le respect d’autrui. Tout commentaire injurieux ou arrogant ira à la corbeille sans aucune forme de procès.« 

attention.823

Attention ce document est soumis aux droits d’auteur et sous copyright.

cliquez sur l’image PDF pour lire le document

VOILES ROUGES

pdf

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 27/02/2015 à : 18h40.

cropped-capture2.jpg

Une nouvelle espèce de dragon de mer découverte en Australie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Article source: sciencesetavenir.fr

Par Morgane Kergoat, Publié le 24-02-2015 à 14h30

Des chercheurs américains viennent de découvrir une nouvelle espèce de dragon de mer en Australie. Voici Phyllopteryx dewysea, alias dragon de mer rubis.

Suite de l’article

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 24/02/2015 à : 15h25.

cropped-capture2.jpg

emisssion TV: sirènes de nouvelles preuves

sirenes

oanis« Notre ami du Québec Jean-Marc nous partage ce reportage, il fait suite à celui que nous avions inclus il y a un moment déjà , certains voyant une vaste supercherie.  Dans ce documentaire le principal intéressé est interviewé par l’animateur de la chaîne, chacun se fera son opinion, bon visionnage. »

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 23/02/2015 à : 10h40.

cropped-capture2.jpg

Créatures extraterrestres en antarctique et leurs vaisseaux

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image: Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

Un article de Ken Pfeifer – Traduction Era pour Investigation Océanographique et Oanis

oanis 

Un mécanicien de bord, sergent  retraité de la marine américaine qui m’a demandé de l’appeler seulement « Brian. » Il a vécu des expériences de la plus haute étrangeté alors qu’il participait à des opérations de fret et de sauvetage en Antarctique durant la période  de 1983 à 1997, incluant plusieurs observations de disques volants argentés étincelants au dessus des  montagnes Transantarctiques.  Lui et son équipage ont vu aussi un grand trou dans la glace à environ cinq à dix miles seulement du pôle Sud géographique (cercle rose sur la carte) qui était censé être une zone d’exclusion aérienne. Mais lors d’une situation d’évacuation sanitaire d’urgence, ils sont entrés dans la zone d’exclusion aérienne et ont vu ce qu’ils n’ étaient pas censés voir: l’entrée présumée d’une base de recherche scientifique humaine et extraterrestre créée sous la glace.  Puis, dans un camp près de la Terre Marie Byrd, une douzaine de scientifiques disparurent pendant deux semaines et quand ils reparurent,  l’équipage de vol  de Brian reçut l’assignation d’aller les récupérer.  Brian dit qu’ils ne voulaient pas parler et que «leurs visages étaient effrayés. » Brian et son équipage reçurent à plusieurs reprises l’ordre de ne pas parler et on leur dit sévèrement qu’ils n’avaient pas vu ce qu’ils avaient vu. Mais on ne lui a jamais demandé de signer une déclaration de non-divulgation officielle. Alors maintenant qu’il est à la retraite, il a décidé de partager ce qu’il a vu et vécu parce qu’il sait que des êtres qui ne sont pas humains travaillent sur cette planète.

Date : 2 janvier 2015

Déclaration du témoin

J’étais mécanicien à  bord d’un Lockheed LC-130 de la marine américaine. J’ai pris ma retraite après 20 années de service en 1997. Pendant longtemps j’ai eu envie de vous écrire à propos de mon expérience sur le continent antarctique avec des véhicules volants dont on m’a dit de ne pas parler. J’ai servi une partie de mes 20 années dans la marine dans un escadron appelé Escadron de Développement Antarctique Six aussi connu comme  VXE-6. J’ai servi dans cet escadron de 1983 jusqu’à ce que je prenne ma retraire en mars 1997. Etant mécanicien de bord avec plus de 4000 heures de vol à ce titre, j’ai vu des choses que la plupart des des gens n’ont même pas imaginé sur le continent de l’Antarctique. La terre là-bas semble plus extraterrestre que terrienne. Nos déploiements sur cette terre ont commencé à la fin Septembre et se sont terminés à la fin de Février de chaque année jusqu’à ce que l’escadron soit dissout en 1999. Cette période de l’année est propice aux expériences scientifiques en raison des températures plus clémentes et des journées de 24 heures de lumière du jour. Pendant mon séjour dans l’escadron je me suis envolé vers presque toutes les parties du continent de l’antarctique, y compris le pôle Sud plus de 300 fois. La station Mc Murdo, qui est à 3,5 heures de vol de la station du pôle Sud a été le point névralgique de l’escadron lors de nos déploiements annuels. Entre ces deux stations se trouve une chaîne de montagnes appelée TransAntarctique et avec ce que nous appelions Temps clair sévère,  de McMurdo au Pôle Sud, les Transantarctiques sont visibles depuis les altitudes où l’avion a volé entre 25 000 à 35 000 pieds (entre 7620 mètres et 10.668 mètres) . Lors de plusieurs vols vers et à partir du Pôle Sud, notre équipage a observé des véhicules aériens virevoltant autour de la cime des TransAntarctiques presque exactement au même endroit à chaque fois où nous volions et les visualisions. Ceci est très inhabituel pour le trafic aérien là-bas parce que les seuls avions qui survolaient le continent étaient ceux de notre escadron. Chaque aéronef savait où se trouvaient les autres à cause du suivi des horaires de vol. Une autre question unique avec la station du pôle Sud est que notre avion n’était pas autorisé à survoler une zone désignée à 5 miles de la station.  On nous a déclaré que c’était en raison d’un camp d’échantillonnage de l’air dans cette région. Cela n’avait aucun sens pour aucun de nous dans l’équipage parce qu’en deux occasions nous avions du survoler cette zone. Une fois en raison d’une évacuation médicale du camp australien appelé Camp Davis. Il était sur le côté opposé du continent et nous avons dû faire le plein à Pôle Sud et le trajet direct vers Camp Davis passait juste au-dessus de la station d’échantillonnage de l’air. La seule chose que nous avons vu en survolant ce camp était un très grand trou qui entrait dans la glace. Vous auriez pu faire voler un de nos LC130 dans cette chose.

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

C’est après cette mission d’évacuation sanitaire que nous avons été brieffés par quelques « fantômes » (agents de renseignements je suppose) de Washington DC et on nous dit de ne pas parler de cette zone que nous avions survolée. L’autre fois où nous avons approché « Le Camp d’échantillonnage de l’air » nous avions eu des pannes de navigation et des pannes électriques à bord de l’avion et on nous a dit de quitter immédiatement la zone et de faire un rapport à notre chef d’escadron dès notre retour à McMurdo. Pas la peine de vous dire que notre pilote (commandant de bord) s’est fait botter les fesses et que notre équipage est resté hors des approvisionnement du Pole Sud pour plus d’un mois. Il y a eu plein d’autres fois où nous avons vu des choses qui sortaient de l’ordinaire. Un camp à la périphérie (près de la terre Marie Byrd) où nous avions laissé des scientifiques et leur équipement n’a plus communiqué avec  Mc Murdon pendant deux semaines. Notre équipage est retourné au camp pour voir si les scientifiques allaient bien. Nous n’avons pas trouvé âme qui vive. La radio fonctionnait bien puisque nous avons appelé McMurdo pour vérifier qu’elle fonctionnait correctement. Nous avons quitté le camp et avons regagné McMurdo suivant les ordres de notre commandant. Une semaine plus tard les scientifiques se sont montrés de retour à leur camp et on appelé McMurdo pour que quelqu’un vienne les récupérer. Notre équipage vola de nouveau là bas pour les récupérer puisque nous les y avions déposés et que nous connaissions le terrain et l’endroit. Aucun des scientifiques n’a voulu parler aux membres de l’équipage et pour moi ils semblaient effrayés. Dès notre retour à McMurdo, on les a  mis (les scientifiques) dans un autre avion de notre escadron et ils ont été conduits à Christchurch en Nouvelle Zélande. On n’a plus jamais entendu parler d’eux. Leur équipement qu’on avait rapatrié du camp fus mis en quarantaine et renvoyé par bateau aux Etats Unis escortés par les mêmes agents de renseignements qui nous avaient débriefés à propos du  survol du camp d’échantillonnage de l’air/grand trou dans la glace. Je pourrais continuer indéfiniment de parler des choses et situations que j’ai observées lors de  ma tournée avec VXE-6. En bavardant avec les équipages, il ressort qu’il y a une base OVNI au Pôle Sud et certains membres d’équipage ont entendu des scientifiques qui travaillent au Pôle parler d’EBEs (Entité Biologique Extraterrestre) qui travaillent en interaction avec les scientifiques dans ce camp d’échantillonnage de l’air ou grand trou dans la glace.

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

crédit image Ken Pfeifer World Ufo Photos and News

 Remarque : Les deux premières images sont des illustrations

KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWS

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

Remerciement spéciaux à   Linda Moulton Howe

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 22/02/2015 à : 23h40.

cropped-capture2.jpg

Titan pourrait-elle abriter la vie? Analyses d’experts scientifiques.

crédit photo: nature.com

crédit photo:
nature.com

Note sylv1: Dimanche 22 février 2015 à 23h10:

cropped-capture2.jpg« Je choisis ce moment pour inclure un article purement scientifique  concernant un solvant particulier.

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanisPeut-il y avoir par défaut un solvant qui pourrait remplacer l’eau pour autoriser la bonne alchimie permettant une forme de vie?

Ce solvant est le méthane. Dans notre présentation à l’accueil de notre site investigation océanographique et oanis, j’ai promis en quelque-sorte aux « visiteurs de notre site web ici » de parler d’un solvant autre que l’eau qui est celui qui donne la vie sur Terre. La vie sur Terre étant  basée sur la chimie du carbone et des êtres symbiotiques que nous même les êtres humains représentons avec ces micro organismes vivant à l’intérieur de nous. L’exobiologie est la clé pour déceler l’apparence de la vie, sa résistance et sa potentielle évolution. Dès le début où je me suis mis à chercher ( depuis 2008) si une vie extérieure à notre planète, pouvait d’un point de vue scientifique être envisagée. C’est dans cette multi discipline scientifique que représente l’exobiologie que j’ai décidé de m’engouffrer. Personne d’autre que les scientifiques ne peut parler rationnellement des possibilités pouvant offrir la vie, le potentiel et l’adaptation de celle-ci  et de l’expliquer.

Ensuite ma méthode consiste à regarder quelles candidates les scientifiques proposent.

Outre les exoplanètes ( ou planètes extra solaires), les savants grâce aux instruments de plus en plus précis et aux sondes ayant atteint leur but dans notre propre système solaire, les données ont ainsi renseigné les scientifiques des agences spatiales. Parmi les nominées nous découvrons que Titan lune de Saturne intéresse les scientifiques qui se penchent avec un certain intérêt sur ce satellite naturel ( le plus grand satellite de saturne qui en comporte  60 ) qui orbite autour du seigneur des anneaux de cette belle géante gazeuse ( Saturne).

La cartographie de Titan ainsi que ses caractéristiques soulèvent quelques curiosités.

Le projet de la NASA  d’envoyer un sous-marin particulier afin d’explorer les lacs de méthane de Titan,

prouve l’intérêt de cette agence qui analysera les « ingrédients  » ainsi que les ressources potentielles de cette lune et si une vie est décelable. Tout un programme, à n’en point douter.  (voir)

Le méthane sur titan est -il un marqueur de vie? Peut-il permettre un mélange chimique qui autoriserait la vie? En admettant cette possibilité, quelle vie pourrait exister dans cette atmosphère particulière et propre à ce corps céleste? Ma formation ne me permettant pas d’aller plus loin dans ce genre de recherche il fallait mettre la main sur les bonnes informations, loin des seules spéculations ufologiques.

Fallait-il encore trouver un article digne d’éclaircir nos lanternes.

C’est mission remplie à présent. Je vous laisse à la lecture de cet article ci-dessous qui est assez bien fourni, avec l’avis de Franck Drake entre autres. La validation d’une vie extraterrestre viendra des scientifiques, à ce titre, nous comptons sur eux et sur les responsables  les autorisant à divulguer, à diffuser au public lorsque cet objectif sera atteint sans aucune discussion possible. »

barre2

La vie sur (ou dans) Titan ?

Article source:  exobiologie.info/

Est-il possible de poser sérieusement la question de l’existence d’une vie sur Titan ? Bien que notre ignorance concernant la surface (et l’intérieur!) du satellite puisse laisser la porte ouverte à toutes les élucubrations, il n’est pas interdit de réfléchir à ce que pourrait être une vie possible sur (ou plutôt, nous l’allons voir, dans) Titan.

    Il semble que la surface de Titan, malgré sa probable collection de molécules organiques, ne soit pas favorable à la vie. Pourtant, même en négligeant la possibilité que des formes de vie radicalement différentes de la nôtre (qui ne seraient donc pas, par exemple, basées sur l’eau liquide, mais sur le méthane) s’y soient développées, il reste une possibilité pour qu’une activité bactérienne subsiste sur ce Satellite.

titdrake

Ci-contre: avis de Frank Drake dans une discussion sur la rareté des vies intelligentes dans l’univers organisé par astrobiology magazine – : « Mais Titan ! Super! Une prodigieuse usine de chimie organique, toute sorte de solvants, certains même dans l’atmosphère. C’est encore mieux que la Terre primitive. Bien sur, c’est extrêmement froid, mais les réactions chimiques se produisent facilement, même si elles sont très lentes aux températures Titaniennes. « 

En surface, même les plus simples réactions prébiotiques ont des demi-vies de l’ordre de 10 millions d’années, et l’eau liquide ne serait que rarement disponible pour participer à des réactions chimiques (A. D. Fortes, Exobiological Implications of a Possible Ammonia-Water Ocean Inside Titan, 2000).

Suite

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 22/02/2015 à : 23h10.

cropped-capture2.jpg

Récupération Russe d’un vaisseau dans la mer ?

Mondial Planet

Information source: Mondial Planet

Cette photo montre deux sous-marins russes collecter un OVNI dans l’océan , ou peut-être un USO (Unidentified submarine object), dans une zone non divulguée. Personne ne connaît l’origine réelle de ces mystérieuses machines, beaucoup moins l’origine et la provenance de ces OANIS qui se déplacent dans nos océans. Y a t-il, alors, une civilisation sous-marine de pointe? Très probablement .

gif

Remarque adm:

oanis

   Dans le doute nous relayons cette publication.

Plusieurs questions se posent:

1) Comment peut-on savoir si ceci est récupéré par les Russes?

2) Est-ce un haox?

3) Supposons  que cette photo soit vraie, cet objet peut-être tout et n’importe quoi, un simple ustensile dont l’utilité reste à définir, une sorte de mine , une cage ou une pièce détachée .

En fait ceci est pauvre en éléments pour espérer élucider le vrai du faux d’une part et dans le cas où ceci est un fait réel, manque le lieu précis, l’heure,la date et à qui appartiennent ces deux submersibles.

Nous ne manquerons pas de vous aviser si des éléments nous parviennent.

Patientons.

barre dorée

F

oanisSamedi 21 février 2015

« Grâce à la participation active de certains d’entre vous , nous avons la réponse sur cette publication.

Cette photo est un montage, merci à ceux qui nous ont aidé à élucider si ceci etait une photo réelle ou un montage.  Voir les commentaires sur notre groupe facebook. « Classée Hoax. « 

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 20/02/2015 à : 21h50.

cropped-capture2.jpg

%d blogueurs aiment cette page :