Archives de la catégorie ‘archéologie sous- marine / archéologie/ artefacts /épaves

événements bizarres en juillet 2019 dans les îles anglo-normandes de Californie

Ci-dessous nous reprenons un excellent article de Mufon France mis en ligne et traduit par Bruno Dupont notre collègue et ami enquêteur de MUFON France.

Plusieurs destroyers ont été envahis par de mystérieux « drones »

BY ADAM KEHOE AND MARC CECOTTI MARCH 23, 2021 / THE WAR ZONE
BY ADAM KEHOE AND MARC CECOTTI MARCH 23, 2021 / THE WAR ZONE

Traduction Bruno Dupont, Enquêteur Certifié MUFON France

Crédit article et images ADAM KEHOE AND MARC CECOTTI MARCH 23, 2021 / THE WAR ZONE

En juillet 2019, une série d’événements vraiment bizarres s’est déroulée dans les îles anglo-normandes de Californie. Pendant plusieurs jours, des groupes d’aéronefs non identifiés, que la marine américaine appelle simplement des «drones» ou des «UAV», ont poursuivi les navires de ce service, déclenchant une enquête de haut niveau.

Au cours des rencontres du soir, jusqu’à six aéronefs ont été signalés en train d’essaims autour des navires à la fois. Les drones ont été décrits comme volant pendant des périodes prolongées dans des conditions de faible visibilité et effectuant des manœuvres effrontées au-dessus des navires de guerre de la Marine à proximité d’un champ d’entraînement militaire sensible à moins de 160 km au large de Los Angeles. L’enquête qui a suivi comprenait des éléments de la Marine, de la Garde côtière et du Bureau fédéral d’enquête (FBI). Les incidents ont retenu une grande attention, notamment de la part du chef des opérations navales – le sommet de la chaîne de commandement de la Marine.

Ce qui suit est notre propre enquête sur ces événements, au cours de laquelle nous avons découvert que ces événements étaient d’une ampleur beaucoup plus étendue qu’on ne l’avait compris auparavant.

Une étrange histoire émerge

L’année dernière, le réalisateur de documentaires Dave Beaty a découvert les premiers détails sur les événements, centrés sur le destroyer de classe Arleigh Burke USS Kidd (DDG-100). Ce récit initial décrivait une rencontre tendue, aboutissant au déploiement d’équipes de renseignement à bord.

De nouveaux documents élargissent considérablement la connaissance du public de la portée et de la gravité de cet incident et en révèlent d’autres qui se sont produits à peu près au même moment. Ces détails proviennent en grande partie de nos demandes du Freedom of Information Act (FOIA), qui ont abouti à la divulgation des journaux de pont des navires concernés. De plus, notre enquête a utilisé des centaines de gigaoctets de données de localisation des navires du système d’identification automatique (AIS) pour reconstruire de manière médico-légale la position des navires militaires et civils dans la région au cours de cette étrange série d’événements.

En utilisant la position de l’USS Kidd comme point de départ, nous avons pu identifier plusieurs autres navires à proximité pendant les incidents en question, notamment les destroyers de l’US Navy USS Rafael Peralta, USS Russell, USS John Finn et USS Paul Hamilton. . Les demandes ultérieures de la FOIA pour les enregistrements de ces navires nous ont permis de construire une image composite des événements dans leur ensemble.

Nuit 1: 14 juillet 2019

Il semble que les incidents aient commencé par une première observation d’un «UAV» par l’USS Kidd vers 22h00 dans la nuit du 14 juillet 2019. Les journaux de pont comme celui ci-dessous fournissent des informations sur la route et la vitesse du navire. De plus, ils enregistrent toute autre information pertinente sur des événements inhabituels ou des changements dans le comportement du navire.

Comme indiqué précédemment, deux drones, généralement décrits comme des UAV ou des véhicules aériens sans pilote dans les journaux, ont été repérés par le Kidd. L’équipe d’interprétation et d’exploitation nautiques ou photographiques des navires, ou «équipe SNOOPIE», fait référence à une équipe de renseignement photographique embarquée chargée de documenter des contacts inconnus, des événements d’intérêt et d’autres objets d’intérêt à brève échéance.

Moins de 10 minutes après l’observation, l’USS Kidd a informé l’USS Rafael Peralta de la situation. Les journaux de l’USS Rafael Peralta montrent que vers 22h00, il a activé sa propre équipe SNOOPIE. Ils montrent également que des rapports d’observations supplémentaires provenaient de l’USS John Finn.

Le journal indique que le drone a réussi à égaler la vitesse du destroyer avec l’engin se déplaçant à 16 nœuds afin de maintenir une position de vol stationnaire au-dessus de la piste d’atterrissage des hélicoptères du navire. Pour compliquer davantage ce qui était déjà une manœuvre complexe, le drone fonctionnait dans des conditions de faible visibilité (moins d’un mille marin) et de nuit.

À ce stade, la rencontre avait duré plus de 90 minutes – beaucoup plus longtemps que ce que les drones disponibles dans le commerce peuvent généralement supporter.

Deuxième nuit: 15 juillet 2019

En raison de nouvelles révélations de la FOIA, nous savons maintenant qu’une autre série majeure d’incursions s’est produite la nuit suivante, le 15 juillet 2019.

Cette fois, l’USS Rafael Peralta a été le premier à repérer les objets et à déployer ses équipes SNOOPIE à 20h39.

À 21h00, l’USS Kidd avait également repéré les drones et déployé à nouveau son équipe SNOOPIE. Les drones semblent avoir poursuivi les navires, alors même qu’ils ont continué à manœuvrer tout au long de l’incident.

À 21 h 20, les journaux de l’USS Kidd remarquent simplement « Plusieurs drones autour du navire » – avec le mot « ci-dessus » barré:

17 minutes plus tard, la commande est envoyée aux stations Mark 87:

La signification de ceci n’est pas exactement claire, mais cela pourrait faire référence au directeur électro-optique Mark 87 qui est un composant de la tourelle infrarouge et optique massive connue sous le nom de système de visée électro-optique Mk20 (EOSS) situé au-dessus du pont. Ce système était à l’origine destiné à aider à diriger le canon de 5 pouces du navire, mais également à assurer la surveillance et le suivi sur de longues distances. La zone de guerre a fait un profil complet sur ce puissant système optique, qui aurait pu être utile pour essayer de comprendre ce qui se passait autour du navire et éventuellement identifier les drones la nuit.

La référence pourrait également concerner les canons à chaîne 25 mm / 87 Mk38 du navire qui sont également équipés pour une utilisation à distance via une boule FLIR, bien que cela soit moins probable. Il existe également l’adaptateur de fusil de lancer de ligne Mk 87 utilisé pour tirer des lignes de tir vers d’autres navires pendant le ravitaillement en cours et d’autres activités, mais cela n’a guère de sens dans le contexte du moment.

À peu près au même moment, l’USS Russell enregistre une frénésie d’activité

Pendant ce temps, l’USS Rafael Peralta a reçu un appel radio d’un bateau de croisière de passage, le Carnival Imagination, les informant que les drones ne sont pas les leurs et qu’ils voient également jusqu’à cinq ou six drones manœuvrer à proximité:

L’incident s’est poursuivi dans la nuit, l’USS Rafael Peralta enregistrant d’abord deux drones puis quatre drones près de leur navire:

Vers minuit, l’USS Russell rapporte une dernière observation:

Malgré la durée de près de trois heures de l’événement, aucun des navires de guerre impliqués ne semble avoir été en mesure d’identifier les drones.

Une chose est assez sûre: la marine américaine dispose d’une grande quantité de données sur ces événements. Plusieurs équipes indépendantes de renseignement photographique ont été déployées. Ces équipes ne sont qu’une petite partie d’une suite sophistiquée de capacités de surveillance et de capteurs avancés, y compris la capacité de détecter les émissions radio à proximité des navires, à la disposition de l’un des navires concernés. Ceci s’ajoute aux capteurs terrestres qui surveillent de près la zone. En fait, il est étonnant que ces capteurs, associés à un enregistrement photographique probablement étendu, n’aient pas été suffisants en eux-mêmes pour résoudre le problème. Cela remet en question l’appellation «drone». Y a-t-il jamais eu une description difficile de ces engins au-delà des lumières dans le ciel?

La question demeure: qui exploitait ces engins avec une impunité apparente, et dans quel but, et cette affaire extrêmement bizarre a-t-elle été résolue ?

MUFON FRANCE

MUFON – Correspondance entre le Contre-Amiral Hebert Knoles et Wilbert Smith

Nous ouvrons ici une catégorie Mufon -France .

Nous partageons ici certains articles et certaines mises à jour de Mufon France comme cet article ci-dessous.

EXCLUSIVITÉ : Correspondance entre le Contre-Amiral Hebert Knoles et Wilbert Smith

Article source : mufonfrance.fr

Cet échange de courrier a été autorisé à la traduction par Kathleen Marden ufologue et auteure et nièce Betty et Barney Hill. Nous remercions chaleureusement Kathleen pour cet extraordinaire partage.

Kathleen Marden : Mon cadeau du Nouvel An est un document important du Contre-amiral Herbert Knowles à Wilbert Smith ( bio bas de page ), qui est l’ingénieur radio principal de la section de radiodiffusion et des mesures de transport Canada et directeur du Project Magnet and Project Second Storey.

J ‘ai acquis la lettre en 2010 de la petite-fille de l’amiral Knowle.

Cette information m’a été remise dans un paquet épais de lettres et d’autres matériels au festival Exeter OVNI il y a plus de 10 ans. J ‘ avais essayé de joindre les membres de la famille Knowles pour obtenir des informations. J ‘ ai écrit sur la relation de ma tante et de mon oncle ( Betty et Barney Hill) avec l’amiral et Helen Knowles dans ′′ captured « .

Quelques informations supplémentaires

Amiral Knowles et Wilbert Smith essayent de trouver des preuves scientifiques pour vérifier ou réfuter les informations qui leur ont été données par des individus qui auraient communiqué avec des extraterrestres.

Les documents du FBI indiquent que le gouvernement est impliqué dans l’enquête.

De plus, j’ai une lettre qui a été écrite par Helen Knowles à ma tante Betty Hill *. Mme Knowles raconte comment les hauts gradés de Washington sont descendus chez eux après que son mari ait envoyé par courrier à Washington DC un paquet d’informations, qui lui avait été remis par Francies Swan.

K.M

Lettre du Contre-Amiral Hebert Knoles à Wilbert Smith

3 décembre 1956

Cher Wib : –

(Je suis très reconnaissant pour le Binding Mater que vous m’avez renvoyé et je vous en remercie. Jusqu’à présent, je n’ai constaté aucun changement dans le relevé du compteur : il est resté stable à un peu moins de -1. Geaner a écrit que vous lui en aviez envoyé un également et je me demande si des résultats ont été obtenus de sa part).

Je suppose que vous savez maintenant quel échec a été celui de Dick Miller.

Il semble maintenant que rien de ce qu’il a donné ne peut être cru.

Il a simulé son voyage dans une soucoupe volante et il a simulé la dope (dans le texte) distribuée dans ces cassettes ( film). Même la visite promise de la soucoupe volante sur la côte ouest, prévue pour le 7 novembre, a été un flop retentissant. J’ai appris que Miller a lancé la rumeur qu’il a finalement traversé l’atlantique et nous est revenue d’Angleterre et que cela était de vraiment authentique! Il est curieux de constater qu’aucun de ceux qui ont été associés à Miller n’en a reconnu les teneurs lorsqu’il est finalement revenu d’Europe!

Je crois que les illusions font que beaucoup de gens sont trompés dans cette affaire de soucoupe volante.

Je pense que toutes les sources d’information qui nous sont présentées devraient faire l’objet d’une enquête approfondie avant d’être acceptées. Les sources semblent se citer les unes les autres sans donner la source originelle, établissant ainsi une hypothèse fausse ou non prouvée comme étant la vérité.

Nous devons garder à l’esprit à tout moment le désir humain d’être le grand JE SUIS,- le désir de célébrité, de prestige, de pouvoir – l’envie d’être le premier, le plus grand, le meilleur, etc.

Je regarde d’un oeil aigri toutes ces organisations qui ont un président, un troupeau d’officiers, un nom haut en couleur, une sorte de hache à broyer. Méfiez-vous de ceux qui voudraient que l’on rejoigne leurs rangs – toujours à un certain coût ou sacrifice, peut-être l’accomplissement d’un devoir quelconque pour prouver sa valeur, la sincérité, la volonté d’obéir, etc. Le plus difficile, en ce moment, est de maintenir son sens de l’équilibre, sa santé mentale et sa responsabilité envers ceux qui nous entourent.

De tout cela, je crois que les faits fondamentaux suivants ont été établis.

1. Les soucoupes volantes sont réelles et viennent de quelque part dans l’espace.

2. La chose la plus importante à savoir à leur sujet est pourquoi elles sont ici ; leur source et leur mécanisme ne sont qu’accessoires.

3. Leurs habitants ont contacté des gens partout sur la terre de diverses manières pour essayer de nous faire parvenir un message commun sur les événements à venir.

4. Ils n’ont pas de préférence pour une nation, un peuple ou une région en particulier et n’en auront pas.

5. toute connaissance technique acquise par eux sera si incomplète qu’aucune nation ne pourra en tirer profit au détriment des autres nations.

6. Une neutralité absolue est requise dans tous leurs contacts avec nous : Méfiez-vous de tous les rapports qui montrent une préférence ou une partialité de leur part.

2e partie

NOTE de Kathleen Marden :

Avertissement : Si les pensées sur les ′′ temps de fin ′′ vous troublent, veuillez ne pas lire la page 2 de mon post. Étant donné que tant de mes amis Facebook ont demandé la page 2, j’ai pris la décision de la poster. Malheureusement, la photocopie n’inclut pas la signature de l’amiral Knowles. Cependant, j’ai la réponse de Wilbert Smith et elle a ′′ Wib ′′ sur la ligne de signature. Je l’enverrai aussi.

Suite page 2 :

7. Le jour que nous vivons actuellement est celui qui se rapproche le plus des derniers jours décrits dans les prophéties bibliques dont l’humanité a fait l’expérience au cours des 3 ou 4 derniers millénaires.

De ce qui précède, je tire les conclusions suivantes :-

a) Que les jours de la fin sont proches.

b) Que la terre ne sera pas détruite, mais qu’elle subira un énorme soulèvement avec de grandes pertes en vies humaines et des destructions

c) Que le peuple des soucoupes est là pour aider à la réalisation des prophéties et à la génération (création) et au gouvernement de la terre par la suite.

d) Que lorsque nous aurons appris sur terre à vivre en paix et en amitié les uns avec les autres et à vivre en Dieu, alors la création sur terre aura à nouveau le privilège de se gouverner elle-même sous le contrôle spirituel du Christ.

e) Que lorsque ce moment viendra, nous serons en possession des connaissances du peuple des soucoupes et serons prêts à prendre la place qui nous revient dans le fonctionnement du système solaire et donc de l’univers.

J’espère vivre pour voir tout cela se réaliser… soyons patients !

J’ai reçu beaucoup de cassettes de Gesner et dans les derniers arrivages, j’en ai une spécialement pour vous – en 16 mm, film de cinéma ou un soi-disant scanner en fonctionnement dans un endroit quelconque en Californie. Gesner me charge très spécifiquement de ne pas envoyer l’une ou l’autre par la poste, donc j’attendrai votre décision à ce sujet. Si, par hasard, vous deviez venir ici dans un futur pas trop lointain, comme suggéré dans la dernière lettre de Mul, suggérez que vous apportiez un projecteur 16 mm, car de telles choses sont assez rares dans la ville d’Eliot, Kaine. Autre chose, l’opérateur du projecteur ne doit pas être une personne extérieure.

Maintenant, je vais laisser Helen faire une lettre à Murl.

Permettez-moi de me joindre à Helen pour vous souhaiter, à vous et à votre famille, un très joyeux Noël et une nouvelle année très heureuse et prospère.

Pouvons-nous vous voir bientôt

QUI EST WILBERT SMITH ? :

Dans sa proposition de projet du 21 novembre 1950, Smith décrit sept domaines de recherche en géomagnétisme ; la recherche sur les OVNI n’est pas mentionnée. Le commandant C.P. Edwards, sous-ministre des transports pour les services aériens, accepta la proposition. Le projet, nommé Magnet, a été gardé secret, car il y avait un potentiel de création de nouvelles technologies aux potentialités inconnues.

En 1953, le projet Magnet s’installe dans les locaux empruntés du ministère des transports à Shirley’s Bay, sur la rivière des Outaouais. Son équipement de recherche comprenait un magnétomètre, un détecteur de rayons gamma, un puissant récepteur radio et un gravimètre pour mesurer les champs de gravité dans l’atmosphère.

La presse a assez rapidement remarqué les travaux de Smith sur les OVNI, et des questions ont été posées au ministère des transports. Des dénégations ont été faites, mais il est devenu évident que quelque chose d’inhabituel était en cours à Shirley’s Bay.

Le 8 août 1954, un « contact » est établi à 15h01. Les résultats du gravimètre, enregistrés sur du papier graphique, ont montré une déflexion très importante et inexplicable, et les chercheurs se sont précipités dehors pour jeter un coup d’œil. Tout ce qu’ils ont vu était une couverture nuageuse dense.

Le 10 août 1954, le ministère des transports publia un rapport/communiqué de presse admettant qu’ils effectuaient des recherches sur les OVNI depuis trois ans et demi, et que des données considérables avaient été recueillies, sans toutefois parvenir à des conclusions définitives. Bien que le rapport/communiqué de presse ait indiqué que les données initiales avaient été étayées par des recherches supplémentaires, le ministère des transports a mis fin au projet Magnet. Il semble que Smith ait subi des pressions pour nier les résultats de ses recherches, et le 17 mai 1955, Smith a témoigné devant une commission spéciale des Communes sur la radiodiffusion qu’aucun OVNI n’avait été détecté à Shirley’s Bay.

Smith continua à travailler sur la recherche en matière de gravité, et fit une présentation en 1959 à la Conférence régionale canadienne de l’Illuminating Engineering Society. Il a déclaré que la gravité est une « fonction dérivée », que les chercheurs savent ce qu’est la gravité et qu’ils ont une bonne idée de la manière de la contrôler. Smith a affirmé que des expériences avaient vérifié que la gravité « artificielle » pouvait être créée, et qu’il était possible de modifier le champ gravitationnel de la Terre, et qu’en fait, ces deux objectifs avaient été atteints.

Bien que Smith n’ait pas officiellement affirmé qu’il n’y avait pas d’OVNI, il a alimenté les feux un peu avant sa mort. Smith a affirmé qu’en 1952, au moment de la grande vague d’OVNI, l’U.S.A.F. avait récupéré un morceau d’un OVNI qui avait été abattu près de Washington, D.C. Il a dit que l’U.S. Air Force lui avait prêté un morceau de la récupération. Il l’a montré à un ami, le contre-amiral H. B. Knowles. Lorsqu’on lui a demandé plus tard s’il avait rendu la pièce à l’armée de l’air, il a répondu : « Pas l’armée de l’air. Bien plus que cela. » « C’était la CIA ? » lui a-t-on demandé. La réponse de Smith fut : « Je suis désolé, messieurs, mais je ne veux pas aller plus loin. Je peux vous dire qu’il est tombé entre les mains d’un groupe hautement classifié. Vous devrez résoudre ce problème, leur identité, pour vous-mêmes. »

Vers la fin de sa vie, Smith a publié nombre de ses idées dans un livre intitulé « The New Science ». Wilbert Smith est mort d’un cancer le 27 décembre 1962. Il a reçu à titre posthume le Lieutenant-Colonel Keith S. Rogers Memorial Engineering Award. Pour son dévouement à l’avancement des normes techniques dans le domaine de la radiodiffusion canadienne.

L’ancien laboratoire de Smith existe toujours à Shirley’s Bay, bien qu’il ait beaucoup changé par rapport à ses débuts de recherche. La plupart des documents concernant le projet Magnet restent classés secrets.

Note de K. Marden : Ceci est une photo du Contre-amiral et de Mme. Knowles de la collection de Betty Hill. Elle et Barney ont été invitées à la maison de Knowles à Eliot, ME, pour un déjeuner buffet à travers la rivière de Portsmouth, NH, après que Knowles ait pris connaissance de leur événement OVNI. Le chapitre 16 de ′′ Capturé ! The Betty and Barney Hill OVNI Experience ′′ présente mes premières découvertes sur la famille Knowles, Wilbert Smith, Frances Swan et les États-Unis et le gouvernement canadien pour les OVNIS et la communication avec E.T.S. Vous trouverez d’autres informations supplémentaires informations au chapitre 7, pages 457-465 à 457-465 dans ′′ Beyond OVNIs : The Science of Consciousness and Contact with Non Human Intelligence, volume 1 « . Jacque Vallee a écrit sur les expériences du gouvernement qui ont suivi dans ′′ Forbidden Science ′′ sur 123. page 123.

Vous pouvez retrouver ces informations sur la page Facebook de K.Marden et dans ces ouvrages.

Autre lien projet Magnet :

Les étendues d’eau, la localisation des problèmes ?

Luis Elizondo, octobre 2017-Crédit photo: theblackvault.com

Voici un article que j’ai écrit à la fois pour notre site web ici et le Mufon France . Chacun gardera à l’esprit certaines allégations parmi des faits et gardera ainsi son opinion.

AUTEC – zone 51 des océans ? OVNI/OANI – Plongée dans les mystères des océans avec Sylvain Matisse et Emma

AUTEC
Credit photo:
nadanoslibradeescorpio.blogspot.fr/

OVNI/OANI – Plongée dans les mystères des océans avec Sylvain Matisse et Emma

Pendant que les yeux des ufologues sont tournés vers les étoiles, que se passe-t-il sous les mers? Cette discussion avec Sylvain Matisse et sa compagne Emma (Area51) pose quelques questions sur les observations d’objets aquatiques non identifiés et explique ce qu’est la base AUTEC située au sud de la Floride. Voir aussi https://investigationsoanisetoceanogr… et https://area51blog.wordpress.com/ Vidéo réalisée par Isabelle Ferigo (10 mai 2020) avec la musique du film le Grand bleu qui s’est invitée lors d’une escapade en bateau touristique au sud de la Corse (été 2019). Désolée pour le son qui parfois fait un peu défaut… ———————————————————————————————————————– Site de l’association Les repas ufologiques https://lesrepasufologiques.org/ Les repas ufologiques – Annecy https://lesrepasufologiques.org/categ

Vidéo ci-dessous

bann oani

Nous remercions les repas ufologiques et en particulier les repas ufologique de Annecy et Isabelle Ferigo pour l’amitié et nos échanges et discussions autour de ces phénomènes inexpliqués.

Vidéo ci-dessous

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook

oanisMise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 11 /05 /2020 à 10H00.

 

Under The Pole : On a dormi sous la mer -documentaire sur France TV -Ô.

interet-general.info

Nous suivons les activités de Under the pole qui nous instruisent en nous montrant des belles images, et le côté humain , une véritable aventure lors de leurs expéditions.

Un documentaire a été réalisé par la chaîne TV France Ô hier 26 avril.

Nous avons apprécié l’exploit de Under The pole  et de leur capsule sous-marine au bénéfice de al science océanique, avec  de belles prises de vue.  Alors pour celles et ceux qui n’ont pas vu ce reportage TV , voici en bas le lien. Bravo à cette équipe . Bon visionnage.

 

france.tv

Les explorateurs sous-marins Ghislain et Emmanuelle Bardout se lancent dans un voyage immersif au coeur du récif corallien de Moorea. Grâce à une capsule sous-marine inédite leur permettant de vivre sous l’eau 24h/24h, ils vont observer et filmer des phénomènes jusque là encore méconnus. Une nouvelle aventure de 60 jours et 60 nuits au coeur de la Polynésie Française pour mieux comprendre le fonctionnement du récif et des animaux qui l’habitent.

réalisé par : Vincent Perazio

Cliquez pour accéder à france tv  et au documentaire

Source

 

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 27 /04/2020 à 13H10.

Nouveau record de plongée à 11km : de Victor Vescovo avec son sous-marin DSV Limiting Factor.


L’équipe Five Deeps Expedition examine l’image @Google de son deuxième site de plongée. Prochain arrêt, le point le plus profond de la fosse Sandwich du Sud dans l’océan Austral. Quelque part, aucun humain n’est jamais allé.
Crédit image et texte : Twitter de The Five Deeps Expedition

@FiveDeeps
13 mai 2019

Nouvelles du média LeHuffPost

Le millionnaire Victor Vescovo un ancien de la marine américaine, a plongé à l’endroit le plus profond de la planète dans la fosse des Mariannes  située  dans l’océan Pacifique, avec son sous-marin DSV Limiting Factor.

Il est resté 4h08 à une profondeur de  I0 927 mètres battant ainsi le record de James Cameron qui avait plongé à 10.908 à bord de Deepsea Challenger en 2012.

Vescovo a repéré 4 nouvelles espèces et aussi des traces de pollution même à cette profondeur, puisqu’il a vu des sacs plastiques.

Vidéo Youtube

LeHuffPost

Ajoutée le 14 mai 2019
Même à 11.000 mètres de la surface, la pollution plastique s’immisce. Depuis fin avril, l’ancien officier américain et riche investisseur, Victor Vescovo, a effectué plusieurs plongées sous-marines dans la fosse des Mariannes, au milieu de l’océan pacifique, l’une des fosses les plus profondes connues au monde

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Source 

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 16/ 05/2019 à 10h30.

L’Arctique : un  »grand mystère » vieux de 170 ans levé grâce à la découverte d’une épave.

épave- Crédit photo :
nationalgeographic.fr

Une épave retrouvée dans l’Arctique résout un  »grand mystère » vieux de 170 ans

Des archéologues auraient-ils résolu la disparition mystérieuse de l’expédition Franklin ?

En septembre 2014, le gouvernement canadien a annoncé la découverte de l’emplacement de l’un des plus célèbres navires perdus au 19e siècle dans l’Arctique. L’ancien Premier ministre Stephen Harper s’était empressé de déclarer que « l’un des plus grands mystères du Canada » avait été résolu.

L’épave marque le lieu de la fin du voyage de l’un des deux navires ayant mystérieusement disparu il y a près de 170 ans au cours d’une expédition navale britannique menée par Sir John Franklin dans le but de naviguer et de cartographier le passage du Nord-Ouest.

Les deux navires royaux HMS Erebus et HMS Terror ont disparu en 1846 avec leur équipage. Les tombes de certains membres de l’équipage furent découvertes sur terre plus tard, et des Inuits locaux affirmèrent avoir assisté au naufrage de l’un des deux bateaux. Pourtant, le sort exact de l’expédition funeste fait l’objet d’intenses débats et de spéculations depuis toutes ces années.

Les autorités canadiennes ont publié des images d’un navire qui semble être globalement intact au large de l’île du Roi-Guillaume dans le territoire du Nunavut. Ces images furent capturées avec le sonar d’un véhicule piloté à distance appartenant à l’agence Parcs Canada.

« Il ne fait aucun doute » que ce navire est l’Erebus ou le Terror, affirme James Delgado, historien maritime des naufrages à l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique. Delgado avait déjà pris part à une opération de recherche des navires dans l’Arctique, mais n’a pas participé à celle du Canada. Cette dernière est en préparation depuis des années », dit-il.

« Je pense qu’elle va être l’une des plus importantes découvertes d’archéologie maritime de notre époque, » commente Delgado, auteur du livre Across the Top of the World: The Quest for the Northwest Passage. »

UNE EXPÉDITION MAUDITE

Delgado explique que l’expédition Franklin était parmi les mieux équipées et plus expérimentées à s’attaquer au passage du Nord-Ouest au milieu du 19e siècle. Cela faisait longtemps que la quête d’une route tout en haut de l’Amérique du Nord était considérée comme le saint-Graal des marins cherchant à rejoindre plus rapidement le Pacifique depuis l’Atlantique.

 

Menés par Sir John Franklin au milieu du 19e siècle, les navires royaux HMS Erebus et HMS Terror ont disparu au cours d’une tentative tragique de découvrir le passage du Nord-Ouest. L’un d’eux a maintenant été retrouvé.
Crédit dessin:
PHOTOGRAPHIE DE ILLUSTRATION PAR LONDON NEWS VIA GETTY IMAGES via
nationalgeographic.fr

« Ce n’était pas exactement une mission sur la Lune, mais pas loin, » commente Delgado.

L’expédition partit d’Angleterre en 1845. Les navires croisèrent des baleiniers en entrant dans les eaux froides du nord du Canada. Après cela, un monde plein d’espoir s’étendait devant eux dans un silence profond. »

« Elle a fini par devenir une enquête des plus captivantes, » dit Delgado. De nombreuses tentatives de sauvetage puis de recherches archéologiques se rendirent sur place dans les années qui suivirent, avec des équipes en provenance de plusieurs pays.

On a fini par retrouver les tombes de quelques membres de l’équipage sur l’île Beechey. Des traces de couteau retrouvées sur des os humains sur l’île du Roi-Guillaume ont été interprétées comme des signes de cannibalisme de la part des survivants.

Une note écrite par un membre de l’équipage indiquait que Franklin était mort et les navires abandonnés sans donner plus de détails. Des Inuits affirmèrent avoir vu l’un des bateaux couler rapidement dans l’eau. Plus tard, des historiens soutinrent plutôt que les navires avaient très probablement été détruits par la glace.

ESPOIRS EN EAU FROIDE

Pour Delgado, le fait que l’épave semble globalement intacte est bon signe pour en savoir plus sur ce qui est arrivé à l’expédition.

Il y a de fortes chances que des livres et des lettres à bord aient été préservés dans l’eau froide, dit-il. On sait également que l’équipage avait emporté un daguerréotype. « Nous savons que ce type de plaques photographiques a survécu sur d’autres épaves dans des conditions froides, alors pourquoi pas celles-ci aussi ? » se demande Delgado.

Il ajoute que le navire pourrait devenir une sorte de « capsule témoin » qui éclaircirait non seulement le destin de son équipage, mais aussi apporterait des informations sur l’époque. La quête de ce trésor constitue un véritable défi depuis toutes ces années, à cause des basses températures, de la banquise et de la vaste étendue de cette région isolée.

« Si les Canadiens décident de faire plus de recherches, je pense que le navire se fera le porte-parole de ces hommes. Et si l’on retrouve leurs écrits, ils parleront de leur propre voix », conclut Delgado.

Au cours de l’annonce de la découverte, le Premier ministre a souligné que les navires de l’expédition Franklin « sont une part importante de l’histoire du Canada, car ces expéditions (…) ont posé les bases de la souveraineté arctique canadienne. »

Source

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8&9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

« Merci à notre correspondant  Patrice R à Liège ( Belgique) pour nous avoir transmis cet article « 
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 15/ 11/2018 à 14H45.

Des plongeurs découvrent un navire de guerre danois du XVIIIe siècle

Mer et Océan

Au Danemark, des plongeurs ont localisé un navire de guerre qui avait coulé près de l’île de Læsø il y a 238 ans.

Le 30 septembre 1780, le Printz Friederich , 52 mètres et 70 canons, tomba avec près de 500 hommes à son bord.

Une équipe de plongée nommée Undervandsgruppen (The Underwater Group) travaille à la localisation de l’épave depuis plus de dix ans.

«Nous avons parcouru 2 500 milles marins et balayé 100 kilomètres carrés de fonds marins. Nous étions prêts à abandonner parce que nous pensions ne pas le trouver », a déclaré le chef de l’équipe, Kim Schmidt, à Ritzau.

«Ce navire a été un peu négligé. Après 1781, personne n’y a songé », a déclaré Schmidt.

Des plongeurs du groupe ont récupéré un certain nombre d’objets du naufrage, dont une plaque de plomb avec une couronne royale et quelques boulets de plomb.

Les autorités vont maintenant décider s’il…

Voir l’article original 196 mots de plus

Bretagne du sud : Une pyramide monolithique dans le golfe du Morbihan !

La pyramide est posée par 23 m de fond
Crédit : plongee-infos.com

Une pyramide engloutie en Bretagne !

 Article source  :  plongee-infos.com – Par Serge  Grispoux

Là, en un lieu nommé ”les Gorets”, j’ai fait la découverte d’une curieuse pyramide monolithique, sous une vingtaine de mètres d’eau. Elle semble taillée dans le granit et possède trois faces sur une base triangulaire (c’est un tétraèdre). Les faces sont lisses, les angles sont vifs et elles sont d’inégales surfaces. La plus grande, orientée vers l’Ouest, est parallèle au tombant. La base de la pierre est située, par marée haute de coefficient moyen, à 23 m de la surface. Sa hauteur est de 1,70 m. La roche est rougeâtre, peut-être du granit rose ou du porphyre ? Je l’ai mesurée pour en calculer le volume puis le poids : celui-ci doit être d’environ 1,4 tonne. Une prospection au détecteur de métaux dans les alentours n’a rien donné : pas de trésor, ni de métal en vue !

Emplacement actuel de la pyramide, à la pointe de l’Ile Longue;
Crédit : plongee-infos.com/

Que fait à cet endroit cette bizarre structure ? Trois hypothèses ont été émises quant à la présence de ce monolithe en ce lieu et à cette profondeur. J’ai d’abord pensé à une pierre taillée tombée d’un bateau. Nous savons en effet que les anciens transportaient par voie d’eau des blocs découpés destinés à des constructions lointaines. Mais le fait que cette pierre pointue (les angles au sommet sont inférieurs à 90°) me semble mal convenir à une bâtisse, il est peu vraisemblable qu’elle soit tombée la pointe bien orientée vers le haut, la plus grande face exactement parallèle au tombant .

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisMise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 06/ 11/2018 à 10H40.

 

Un bateau grec de l’Antiquité retrouvé « intact » dans la mer Noire

Mer et Océan

La plus vieille épave « intacte » au monde, un bateau de commerce grec remontant à l’an 400 avant JC, a été découverte au fond de la mer Noire, a annoncé mardi une expédition scientifique anglo-bulgare.

« Je n’aurais jamais pensé qu’il serait possible de retrouver intact, et par deux kilomètres de profondeur, un navire datant de l’Antiquité », a déclaré le professeur Jon Adams, directeur du Centre d’archéologie maritime de l’université de Southampton (sud de l’Angleterre), l’un des dirigeants de l’expédition.

« Cette découverte va changer notre compréhension de la construction navale et de la navigation à l’époque antique », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Les fonds sondés pendant trois ans
L’expédition Black Sea MAP (pour Maritime Archaeology Project) a sondé pendant trois ans les fonds de la mer Noire sur plus de 2.000 km² au large de la Bulgarie au moyen d’un sonar et d’un véhicule télécommandé équipé de caméras conçues pour l’exploration en…

Voir l’article original 173 mots de plus

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :