Archives de juillet 2017

Premier standard international pour les communications sous-marines par ondes acoustiques.

Avec Janus, il est possible de réunir sur un même réseau des appareils marins et sous-marins qui communiquent sur une bande de fréquence autour de 11,5 kilohertz. © Centre for Maritime Research and Experimentation, Otan

Janus, bientôt un Internet sous-marin ?

article source: futura-sciences.com/

Publié le 15/07/2017 par Marc Zaffagni.

Sous l’égide de L’OTAN, une équipe a développé le premier standard international pour les communications sous-marines par ondes acoustiques. Une avancée qui devrait faire progresser l’exploration robotisée et favoriser le déploiement d’un « Internet sous-marin ».

  • Janus est la première norme pour les communications numériques sous-marine.
  • Elle a été créée par l’Otan et reconnue par ses membres depuis mars 2017.
  • Ce réseau commun à tous les engins marins et sous-marins ouvre la voie à de nombreuses applications dans les domaines de la sécurité et de la surveillance en mer.
  • Si la standardisation des protocoles de communication terrestres existe de longue date, il n’en va pas de même sous l’eau. Jusqu’à présent, aucune norme de communication sous-marine ne s’impose aux robots d’exploration et aux navires. Différents dispositifs acoustiques coexistent, permettant à certains groupes de robots de communiquer entre eux mais sans interopérabilité possible avec d’autres systèmes. Mais cela est sur le point de changer…

    Un jour, il devrait exister sous l’eau l’équivalent d’un réseau de connexion Wi-Fi ou cellulaire qui reliera entre eux différents équipements de surface et sous-marin. C’est ce que pensent les chercheurs du CMRE (Centre for Maritime Research and Experimentation) de l’Otan. Une équipe a développé ce qui est présenté comme la toute première norme de communication numérique sous-marine. Baptisée Janus (le dieu romain des portes et des passages), elle est reconnue comme un standard par tous les membres de l’Otan depuis mars 2017. Ses concepteurs estiment qu’il s’agit de « la première étape vers la création d’un Internet sous-marin ».

    Janus est un signal acoustique qui émet sur une fréquence de 11,5 kilohertz. Les appareils sous-marins établissent une communication par ce canal et peuvent ensuite choisir d’y demeurer ou bien de basculer sur une fréquence propriétaire pour des raisons de confidentialité ou de praticité. Janus joue le rôle de passerelle grâce à laquelle l’ensemble des systèmes marins et sous-marins peuvent signaler leur présence ou s’organiser en un réseau.

  • Janus gênera-t-il les habitants des mers ?
    Pour tester Janus, les chercheurs de l’Otan ont installé des émetteurs acoustiques sous-marins dans le port de La Spezia (Italie) où est basé le CMRE. Ils ont également développé un système de surface avec une antenne montée sur une bouée qui capte les signaux Wi-Fi et cellulaires et les convertit au format Janus pour les envoyer à des engins sous-marins.
  • Le son a un impact sur la vie marine
  • L’objectif est de créer un réseau global, un « Internet sous-marin », pour permettre à tous les types de robots de communiquer entre eux ainsi qu’avec des sous-marins, des bouées et des navires. Les applications envisagées sont évidemment pléthoriques, tant pour la sécurité des plongeurs que des installations off-shore (plateformes pétrolières, fermes éoliennes...), la protection des ports, la surveillance maritime, la détection de mines ou encore l’archéologie sous-marine.
  • L’Otan n’a cependant pas précisé si Janus pourrait à terme devenir un standard public qui, à l’instar du Wi-Fi, permettra à des particuliers pratiquant la plongée sous-marine de communiquer entre eux par l’intermédiaire de terminaux mobiles étanches. Mais la grande question qui se pose concerne la nocivité de ces ondes acoustiques pour l’environnement marin. « On sait que le son a un impact sur la vie marine », reconnaît João Alves, responsable du projet Janus au CMRE, qui indique que son équipe collabore avec des biologistes et d’autres scientifiques s’attachant à préserver l’environnement marin. Mais on ne sait pas clairement à quel point cette norme de communication pourrait être nocive ni ce qui pourrait être fait pour y remédier.
  • Vidéo Dailymotion
  • Ce robot-serpent est un pro de l’inspection sous-marine  Eelume est un robot-serpent destiné à remplacer les Hommes sous l’eau. Que ce soit pour la surveillance des installations sous-marines ou la petite maintenance, ce serpent bionique est tout à fait adapté. Le voici testé en vidéo. 
  • Visionner l’article et la vidéo à la source sur futura-sciences
  • Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

    Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :26/07/2017 à :10h25.

Publicités

Google Earth au service de l’océanographie.

Une magnifique structure, immense, camouflée à cinq kilomètres sous la surface de l’Atlantique, et qu’aucun phénomène géologique ne peut expliquer. De quoi alimenter de nombreux fantasmes… (Capture de Google Earth.)
Crédit : futura-sciences.com

Un article intéressant datant de l’année 2009.

Google Earth a-t-il permis de découvrir l’Atlantide ?

Publié par Jean-Luc Goudet – futura-sciences.com

Après les canaux de Mars, les sillons de l’océan… Google Earth, comme chacun peut le constater, montre quelque part au large des îles Canaries, une bien étrange formation de lignes perpendiculaires. Son emplacement correspond vaguement à celui de l’Atlantide, si l’on se fie à Platon. Accordons-nous quelques minutes de rêve et profitons de l’occasion pour mesurer combien nous connaissons bien mal l’océan.

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :23/07/2017 à :11h40.

Des robots sous-marins toujours plus intelligents (vidéo)

Etrange et Insolite

Pour réaliser des missions sous-marines trop risquées pour des plongeurs ou à de trop grandes profondeurs, les chercheurs disposent aujourd’hui, d’un véhicule télécommandé ROV toujours plus intelligent comme le montrent des tests réalisés à Marseille.

View original post 629 mots de plus

Dossier O.A.N.I et O.V.N.IS (amphibies.)

Crédit illustration:
ufosightingshotspot.blogspot.fr/

Matisse sylvain au repas ufologique de Bruxelles en Belgique
©2017 Photo investigation oceanographique et oanis

Avancer dans notre registre concernant les observations aquatiques non-identifiées qui incluent les O.V.N.I S  et bien plus encore, n’est pas une simple formalité. J’ai des souhaits qui ne se réaliseront peut-être pas comme ( ce Projet Aqua – Système ) .

Ceci n’est cependant pas une raison d’abandonner même si quelque-part nous avons des freins.

Reste alors la collecte de renseignements. Une partie est actée dans mon premier ouvrage, un second opus est en cours de réalisation,  suivi d’un troisième en projet pour le moment.

En attendant voici un petit état des lieux sur des événements, des affaires, des documents plus ou moins connus du grand public. Un petit rappel pour les autres.

 Petit tour d’horizon ( en bref) –

Le même jour que le  crash de Roswell a été signalé, le 8 juillet 1947 par  trois anciens combattants de l’armée des États-Unis qui ont repéré six « disques volants » au-dessus de  l’île de Santa Catalina Island, au large de la Californie. Au cours des dernières années, un O.A.N.I aurait abattu  un avion à moteur unique par un tir   laser, tuant le passager et blessant le pilote. Le plus intrigant c’est que des centaines d’objets immergés ont été vus par  des Boy Scouts en camping sur l’île, tel que l’indique  Alan Burkell, âgé de 14 ans. Ils seraient plusieurs centaines sortant de l’eau, comme en témoigne un couple dans les années 1990. Certains ufologues pensent qu’il existe une base étrangère sous-marine dans le canal.

Le lac Érié est l’un des cinq Grands Lacs d’Amérique du Nord. Il est bordé à l’est par les États américains de l’Ohio, de Pennsylvanie, de New York au sud, du Michigan à l’ouest et de la province canadienne de l’Ontario au nord cet endroit est considéré comme un point chaud concernant des observations plus ou moins insolites. Voici l’un des nombreux cas:

En février 1996, le pilote d’une navette aérienne volant  au-dessus du lac Erie  rapporte une observation d’ OVNI au contrôle aérien  ce témoignage a été enregistré . Dans l’enregistrement, le pilote semble certain de ce qu’il voit. De nombreuses suggestions sont faites et certaines exclues par les investigateurs. L’objet se déplace en bas, en avant, vers la navette aérienne au-dessus , tout en n’étant jamais capturé sur le radar. Près de la fin de l’enregistrement, le pilote demande à un passager de  prendre une photo de l’objet qu’il décrit comme «une lumière brillante», avec «une lumière tournante autour de lui». Et il dit: «C’était constant; Ce n’était pas un phare. « 

L’Amérique du sud tout autant concernée.

On dit que les anciens habitants de Tiwanaku en Bolivie ont reçu du matériel et de l’éducation d’ êtres extraterrestres avancés. Avec leur connaissance des étoiles bien au-delà de leur temps, il semble approprié que le lac Titicaca voisin, à la frontière du Pérou et de la Bolivie, soit réputé pour des observations d’ O.A.N.I.S  et d’ OVNIS. Les expériences avec l’inconnu reviennent aux anciens dans cette région. Avec des ruines mystérieuses telles que les idoles représentant les divinités de l’eau, la pensée d’une base d’O.A.N.I sous-marine devient plus acceptable à chaque observation.

La marine russe confrontée à des histoires mystérieuses:

Sous-marin nucléaire contre O.V.N.I.

Une fois, un sous-marin nucléaire, qui était en mission de combat dans l’océan Pacifique, a détecté six objets inconnus. Après que l’équipage ne parvint pas semer ses poursuivants en manœuvrant, le capitaine ordonna faire surface. Les objets les ont suivi, ont décollé et ont disparus !

Beaucoup d’événements mystérieux se sont produits également dans la région du Triangle des Bermudes, rappelle le commandant de sous-marin à la retraite, le contre-amiral Yury Beketov. Les instruments ont mal fonctionné sans raison apparente ou ont détecté d’importantes interférences. L’ancien officier de la marine dit que cela pourrait être une perturbation délibérée par les OVNIS.

« À plusieurs reprises, les instruments ont permis de lire des objets matériels naviguant à une vitesse incroyable. Les calculs ont montré des vitesses d’environ 230 nœuds, environ 400 km / h. L’accélération est si rapide que ceci reste un défi même en surface. Mais la résistance à l’eau est beaucoup plus élevée. C’était comme si les objets défiaient les lois de la physique. Il n’y a qu’une seule explication: les créatures qui les ont construites nous dépassent largement dans le développement « , a déclaré Beketov.

Autre déclaration d’un ancien militaire:

Vétéran du renseignement de la marine,le  capitaine Igor Barklay commente: « Les ovnis océaniques se manifestent partout où nos flottes de l’OTAN se concentrent. Près des Bahamas, des Bermudes, de Porto Rico. On les voit le plus souvent dans la partie la plus profonde de l’océan Atlantique, dans le sud du Triangle des Bermudes, et aussi dans la mer des Caraïbes. »

Le lac Baikal

Un autre endroit où les gens signalent souvent des rencontres OVNI est le lac Baïkal situé en   Russie, au cœur de la Sibérie, il est le plus grand réservoir d’eau douce de la planète ce qui en fait l’une des étendues d’eau douce la plus profonde au monde. .  Les pêcheurs racontent des lumières puissantes venant de la profondeur et des objets qui sortent de l’eau et s’envolent.

Dans un cas datant de l’année 1982, un groupe d’entraîneurs militaires concentrés  à Baikal repère un groupe de créatures humanoïdes habillées en costumes argentés. La rencontre s’est produite à une profondeur estimée de 50 mètres. Les plongeurs ont essayé d’attraper les étrangers. Trois des sept hommes sont morts, tandis que quatre autres ont été gravement blessés.

« Je pense aux bases sous-marines et dis: pourquoi pas? Rien ne doit être écarté « , dit Vladimir Azhazha. » Le scepticisme est le moyen le plus simple: ne croyez rien, ne faites rien. Les gens visitent rarement de grandes profondeurs. Il est donc très important d’analyser ce qu’ils rencontrent là-bas. « 

Extrait du Livre bleu  ( Blue Book)concernant des rapports OVNI en mer  pendant la période des années 1950 et 1960.    

(voir PDF ) source document waterufo.net

Depuis la création du JANAP-146 en 1948, la Marine a joué un rôle dans la fourniture d’informations sur les cibles non identifiées. Cependant, la participation précoce de la marine dans JANAP était limitée aux observations par les avions de la Marine et non par les navires en mer. Ce n’est qu’en 1952, par l’intermédiaire de l’instruction OPNAV 3820, que les navires de la Marine ont été chargés d’envoyer des rapports OVNI à l’ADC, à l’ATIC et au Pentagone. En 1954, lorsque JANAP 146 (C) a été délivré, tous les navires militaires, gouvernementaux et commerçants ont dû signaler des observations non identifiées à CONAD.

Les navires USCG qui ont signalé des OVNIS étaient principalement des coupeurs océaniques qui exerçaient le service Ocean Station. Le premier navire USGC pour signaler un OVNI provenait d’une station océanique dans l’Atlantique en 1952.

Les rapports d’OVNIS dans les océans Atlantique et Pacifique entre les navires et les avions montrent que 40% des rapports des navires se trouvaient dans l’Atlantique et 60% dans l’océan Pacifique. Les observations des aéronefs ont également tendance à être plus élevées dans l’océan Pacifique à 76%.

Récemment, lors de Citizen Hearing On Disclosure, le lieutenant-colonel Richard French, un vétéran de 29 ans et demi de l’US Air Force, décrit une rencontre où il est venu sur un OVNI qui était sous l’eau et les êtres qui travaillaient sur le navire . Le vétéran de la Force aérienne rencontre des ovnis sous l’eau vous retrouverez ceci dans mon ouvrage intitulé O.A.N.I/ O.V.N.I, méthode, réflexion édité par les éditions Saint Martin en janvier 2016.

Pendant ce temps-là, les responsables de la marine russe ont refusé la collecte de rencontres liées aux OVNI. Une source dans le personnel du service de la Marine a déclaré que l’histoire pourrait avoir ses racines dans les rapports des commandants de navires, qui décrivent la localisation d’objets d’origine peu claire mais terrestre.

Beaucoup de cas sont liés avec l’ufologie, d’autres peut-être pas. Nous ne pouvons pas exclure d’autres natures des phénomènes tapis quelque-part dans nos fonds marins ( lacs, fleuves, mers ou océans etc) .

Les cas peuvent avoir une origine et une issue différente, c’est là que l’énigme devient complexe .

Alors seules les études, les supports et l’information peuvent nous ouvrir la voie, celle qui apportera des certitudes et les questions qui viendront dès lors se rajouter, comme un éternel labyrinthe.

Références :

OANI / OVNI Enquête, méthode, réflexion ( ouvrage éditions Saint martin janvier 2016).

 

RT , waterufo.net ( site web)

ufosightings (site internet)

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :13/07/2017 à :19h45.

Projet Aqua – Système

Projet Aqua – Système

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document

©2017

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :13/07/2017 à :06h40.

Le Biki est un drone sous marin à la forme d’un poisson.

Le fabricant Robosea s’apprête à lancer un drone particulièrement original en forme de poisson, qui risque de séduire les amateurs de drones aquatiques car il permettra de prendre des photos et des vidéos sous l’eau, directement à partir d’un smartphone.
Crédit image et présentation:
smartdrones.fr/

Notre coopération avec Gilles Thomas  ( ODHTV) continue , il partage cet  article ci-dessous pour que nous puissions à notre tour l’inclure ici. Bien évidemment nous le remercions. Je rajoute une vidéo ( prise sur youtube) présentant ce sujet .

Cette conception s’avère intéressante car à partir de ce genre de modèle, nous pourrions améliorer ceci et l’ équiper d’instruments d’analyses et d’enregistrement visuels et sonores,  et en faire  une station de détection mobile capable d’explorer et d’être exploiter pour nos recherches. 

Profitons de  ceci pour lancer un appel, une idée déjà évoquée rapidement au repas ufologique de Toulouse.

Nous recherchons des gens capables de réaliser ce genre de projet. Prendre contact via notre notre mail ici sur ce site.

Era & Sylvain .

investigation.oanis@gmail.com

Le drone aquatique BIKI

Article source : .les-drones.com Par Olivier · 18 juin 2017

Comme certains précurseurs l’avaient prévu il y a quelques années, les drones sont désormais ancrés dans nos vies. On en trouve dans le secteur industriel, médical, de la sécurité et du loisir. Et on en trouve aussi de tous les genres ceux qui volent, ceux qui roulent, ceux qui sautent et même des hybrides moitié en l’air, moitié bateau.

Le nouveau venu que je vais présenter aujourd’hui est un sous marin et il s’appelle Biki. Les fonds  viennent d’un financement  participatif lancé sur kickstarter une entreprise américaine de financement participatif et le design est le travail de Robosea.

SUITE

BIKI: First Bionic Wireless Underwater Fish Drone – Underwater Drone / Underwater Camera #2

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :12/07/2017 à :18h55.

Dossier : Au -dessus d’un lac en Californie un O.V.N.I semble aspirer de l’eau. (mai 2015)

crédit photo:
ufosightingsdaily.com

 

Date de l’observation: Mai 2015
Lieu de l’observation: Comté du Nevada, Californie

Source: UFO Sightings Daily, 25 mai 2015

Vidéo  crédit ufosightingsdaily.com via  youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Article ci -dessous traduit par  : nouvelordremondial.cc/

Références: ufosightingsdaily.com & scooper64.rssing.com/

Le pilote, qui a préféré rester anonyme, a dit qu’il effectuait un vol de routine tard vendredi après-midi quand il a remarqué ce qui apparaissait être un autre avion. Cependant quand il a tenté de contacter l’appareil en utilisant sa radio, il n’a pas reçu de messages en retour.
« Comme vous pouvez le constater dans la photo, j’effectuais ma descente finale au Nevada County Airport quand j’ai remarqué cet objet rouge, » a déclaré le pilote. « Alors j’ai remarqué une ‘trombe d’eau’ juste en dessous de lui. » « J’avais l’impression qu’il y avait une gigantesque paille d’eau claire sous lui. Donc j’ai effectué un contact radio pour leur faire savoir que j’étais dans les parages mais ils n’ont pas répondu à ma requête, ce qui était très inhabituel. »
crédit texte et image ufosightingsdaily.com traduction- nouvelordremondial.cc

L’observation est incroyable à tellement de niveaux. Premièrement, c’est un pilote qui a pris la photo. Deuxièmement, le pilote a essayé de contacter l’ovni en utilisant sa radio. Troisièmement, l’ovni n’est pas invisible ou même partiellement invisible, ça s’est passé en plein jour! Quatrièmement cet ovni soulève de l’eau, elle monte vers sa direction. C’est une observation qui marque les annales. Comme vous pouvez le constater c’est une zone peu peuplé et ils avaient très peu à craindre. Volent-ils vraiment notre eau et est-ce la raison pour laquelle ils viennent sur Terre? Dans tous les cas, nos frères de l’espace sont libres de faire comme chez eux. Ils vivent probablement sur la Lune ou quelque part dans notre système solaire, et la Terre est le coin le plus proche pour avoir de l’eau fraîche. SCW.

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :10/07/2017 à :11h10.

%d blogueurs aiment cette page :