Archives de mai 2012

Christophe Colomb a vu un OVNI


Le site Internet de Carl Feindt déclare, “Même Christophe  Columbu ,a semble t il vu un OVNI.  Lors d’une patrouille sur le pont de la Santa Maria à environ 22 heures le 11 Octobre 1492, Columb a pensé avoir vu « une lumière brillante à une grande distance. » Il s’empressa de convoquer Pedro Gutierrez, «un gentilhomme de la chambre du roi», qui a également vu la lumière ».   Après un court laps de temps elle disparut, pour réapparaître à plusieurs reprises au cours de la nuit, chaque fois dansant de haut en bas « dans des rayons soudains et passant. » L’équipage était presque épuisé et prêt à se mutiner. La lumière, qui tout d’abord fut vue seulement quatre heures avant que la terre n’ait été aperçue, n’a jamais été expliquée, mais a peut-être empêché le navire de revenir en arrière et sauvé la découverte de l’Amérique.  »
Tiré de Beyond Earth: Man’s Contact with UFOs”, de Ralph Blum and Judy Blum, qui se réfère  ‘The Life and Voyages of Christopher Columbus’ (1850).)

Source : George Filers Files

Traduction Era pour Investigation Océanographique et Oanis

Publié 28 mai 2012 par Era dans archéologie sous- marine / archéologie

Tag(s) associé(s) :

Document et vidéo COMEX

Source du document : http://www.comex.fr/

Cliquez sur l’image PDF pour lire ce document:

Vidéo youtube

Exploration sous-marine méditerranée la campagne canyons Agence aires marines protégées comex

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Publié 25 mai 2012 par Sylv1 dans Documents au format PDF, time laps / vidéos

Tag(s) associé(s) : ,

L’eau sur Europa

Toute l’eau sur Europa 
Crédit Illustration & Droits d’auteur : la main de KevinJPL / Caltech ),
Jack Cook ( Woods Hole Oceanographic Institution ), Howard Perlman ( USGS )

note adm:

Cet article repris  chez jack, nous conforte que l’eau est plus présente dans le cosmos que des préjugés le laissaient entendre, alors de là à savoir si la vie s’y développe, il y a un pas à franchir…., si ce n’est pas sur cette lune elle pourrait se développer ailleurs pas obligatoirement dans notre système solaire, toujours est-il que sur nos sites nous suivons de près les recherches, trouvailles et autres analyses scientifiques ….

Le lien entre le cosmos et les zones fluides de notre planète ne sont plus que jamais à exploiter pour la filière de l’ exobiologie!

Article source: http://jack35.wordpress.com/

Explication: Combien la lune de Jupiter Europa est composé d’eau? Beaucoup, en fait. Basé sur les données acquises par la sonde Galileo lors de son exploration du système Jovien 1995 à 2003.

Europa a un océan profond et global de l’eau liquide sous une couche de glace de surface. L’océan sous la surface , plus la couche de glace peut aller de 80 à 170 kilomètres de profondeur. L’adoption d’une estimation de 100 kilomètres de profondeur, si toute l’eau sur Europa ont été réunis en une boule qu’il aurait un rayon de 877 kilomètres.

Pour l’échelle, cette illustration intéressante compare une balle hypothétique de toute l’eau sur Europa à la taille de l’Europa se (à gauche) – et de même pour toute l’eau sur la Terre . Avec un volume de 2-3 fois le volume d’eau dans les océans de la Terre, l’océan global sur Europa est une destination alléchante dans la recherche de la vie extraterrestre dans notre système solaire.

(Source : NASA)

Publié 24 mai 2012 par Sylv1 dans documents et articles divers

Des microorganismes survivent au ralenti depuis… 86 millions d’années !

Article source:http://www.futura-sciences.com/

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences

Certains déserts océaniques permettent une pénétration profonde de l’oxygène au sein des sédiments. Une nouvelle étude révèle que des microorganismes enterrés depuis 86 millions d’années ont toujours recours à ce gaz pour survivre, mais ils ont dû réduire leurmétabolisme pour s’accommoder de la faible quantité d’O2disponible. Voici un nouveau cas d’adaptation de la vie aux conditions extrêmes.

Des particules minérales et biologiques précipitent constamment vers le fond des océans depuis des millions d’années. Leurs dépôts forment différentes couches, ou strates, pouvant fournir de nombreuses informations sur l’histoire de la Terre. Les sédiments océaniques abritent également environ 90 % des microorganismes peuplant la Planète, principalement desbactéries. Ils respirent de l’oxygène qui diffuse à partir de l’eau de mer et se nourrissent d’organismes morts tels que des algues.

La plupart du temps, l’intégralité de l’O2 pénétrant les fonds océaniques est consommée dans les 10 premiers centimètres. Les organismes vivant plus profondément doivent avoir recours à d’autres carburants biochimiques. Certaines régions de la gyre du Pacifique nord (1.000 km au nord d’Hawaï), pauvres en éléments nutritifs, abritent peu d’algues. Le taux desédimentation y est donc lent – 1 mm par millénaire. Les bactéries vivant sur le fond recevant peu de nourriture, elles sont moins nombreuses. L’oxygène n’est pas consommé rapidement et peut diffuser plus profondément, parfois sur plusieurs dizaines de mètres.

Hans Røy, de l’université d’Aarhus au Danemark, a voulu déterminer si ladiffusion de l’O2 dans cette région permettait d’assurer la vie au sein de sédiments profondément enfouis. La réponse est affirmative : des communautés de microorganismes installées depuis 86 millions d’années respirent de l’oxygène grâce à un étonnant ralentissement de leur métabolisme. Cette découverte est présentée dans la revue Science.

Un tube similaire à celui-ci a été utilisé pour échantillonner les sédiments. Il est simplement enfoncé dans la boue. À la manière d’une seringue, un gros piston aspire les échantillons. © Bo Barker Jørgensen via Science/AAAS

Un métabolisme lent pour une survie prolongée

Un tube de 30 mètres de long a été utilisé pour extraire un échantillon de sédiments. Chaque strate a ensuite été insérée dans un appareil mesurant la quantité d’oxygène dissout. Les valeurs devant être obtenues en absence de microorganismes étaient connues, une différence avec les mesures indiquent la présence de communauté de microorganismes, consommateurs de l’oxygène. Le taux de consommation moyen de chaque groupe peut également être déterminé.

Des bactéries respirant de l’O2 ont été trouvées jusqu’à 30 mètres de profondeur. Elles auraient été enterrées durant le Crétacé supérieur, du temps des dinosaures. Les communautés de surface consomment 10 micromoles d’oxygène (µM) par litre de sédiment et par an. Leurs homologues emprisonnées depuis 86 millions d’années ont quant à elles un taux nettement inférieur de 0,001 µM par litre et par an, soit 10.000 fois moins. Par comparaison, l’oxygène contenu dans une seule de nosrespirations permettrait de faire vivre les microorganismes contenus dans un mètre cube de sédiment durant… dix ans. Leur nourriture se compose de matériels organiques mais elle est également consommée à une vitesse incroyablement faible.

Ces microorganismes profondément enfouis dans les fonds marins survivent donc grâce à un ralentissement extrême de leur métabolisme. Il est important de déterminer le minimum de ressources requises pour maintenir la vie sur Terre, non seulement pour mieux comprendre le fonctionnement passé et actuel de la Planète, mais aussi, selon plusieurs chercheurs, pour émettre des hypothèses sur le développement de la vie sur d’autres planètes.

Fiche spéciale baleines

Source image:http://veggienights.wordpress.com/

Source article:http://www.cafe.rapidus.net/

La Reproduction et la migration chez les baleines 

Note adm:

Site très bien fait , l’ administration investigation océanographique et oanis reprends pour vous ce tableau, mais la suite se trouvera su le lien ( source) sous ce tableau.

Dans cette pages, tu apprendras des informations sur…

LA REPRODUCTION DES BALEINES

Quelques précisions…
La distinction entre mâle /femelle
La façon dont elles se reproduisent
La naissance du baleineau
La reproduction chez les 13 baleines du Saint-Laurent
Savais-tu que…

LA MIGRATION DES BALEINES

Le pourquoi de la migration
Où vont les géants marins?
Quelques précisions…
Tout d’abord, même si les baleines vivent dans l’eau, ce sont des mammifères comme bien des animaux terrestres et comme nous.  Alors, tout comme l’être humain, le bébé de la baleine se développe dans l’utérus de la mère et il est nourrit directement par le placenta.  Ensuite, après sa naissance, il se nourrit du lait maternelle.  Bref, à quelques différences près, la reproduction chez les baleines se passe comme nous.

SOURCE

reportage Sept à Huit sur TF1 : la baleine mystérieuse

Vidéo TF1 via YOUTUBE

Ajoutée par  le 26 août 2011

Bande annonce du reportage Sept à Huit diffusé le 28 aout à 18h05 sur TF1.
Voir le sujet complet : http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/la-baleine-mysterieuse-6662641.html

Une équipe de TF1 a pris le large pendant 3 jours avec les photographes Thomas Roger et Frédéric Larrey ainsi que le recordman du monde en apnée Stéphane Misfud, pour réaliser un reportage (12mn) sur les prises de vues sous-marine que réalisent les 2 photographes.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Les monstres des profondeurs -reportage

Source image:http://www.moviz.net/

Note adm:

Nous vous proposons ce documentaire de National geographic, en 2 vidéos youtube.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Publié 14 mai 2012 par Sylv1 dans Mystères Marins et Légendes, reportages

Tag(s) associé(s) : ,

Une créature sous-marine divise les scientifiques

Source:http://jack35.wordpress.com/

Une caméra d’observation des fonds marins a filmé une mystérieuse créature, autour de laquelle règne une certaine incertitude.

Les mystères des fonds marins font tourner les têtes des scientifiques les plus calés dans le domaine. Ceux-ci risquent encore d’attraper quelques cheveux gris après avoir visionné les images où apparaît une créature sous-marine inconnue jusqu’ici. Et la communauté scientifique se montre divisée sur l’identité du specimen.

Certains estiment qu’il s’agit d’une méduse, une hypothèse que d’autres contestent en raison de la présence d’organes qui n’appartiennent à aucune espèce. L’être flottant pourrait appartenir à la catégorie des Stygiomedus Gigantea (dont le diamètre peut atteindre six mètres) très rarement observé  -à peine 114 fois en 110 ans- ou encore une Deepstaria Enigmatica, une espèce méconnue mais dont la plupart des individus ne présentent aucune pigmentation sur la peau.Certains envisagent qu’il s’agirait ni plus ni moins du placenta d’une baleine alors que d’autres, beaucoup plus terre à terre, évoquent un filet de pêche. Une véritable énigme à laquelle vient s’en ajouter une autre: le lieu où la créature a été localisée. La vidéo, postée le 27 avril dernier sur Youtube, ne mentionne pas de quel fond marin il s’agit. Mystère, mystère.

 

(Source : 7s7)

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

%d blogueurs aiment cette page :