Archives d’Auteur

Fosse des Mariannes : des bactéries se nourrissent d’hydrocarbures.   Leave a comment

Images en microscopie électronique de la bactérie Alcanivorax borkumensis. L’on peut apercevoir des organites ronds permettant de stocker les hydrocarbures absorbés par la bactérie dans l’attente de leur dégradation. Crédits : University of Seattle. Crédit : trustmyscience.com/

Des bactéries se nourrissant d’hydrocarbures découvertes au fond de la fosse des Mariannes

Article source : trustmyscience.com/ _ crédit :Micro-biome

Les fonds océaniques demeurent encore largement inexplorés par l’Homme, qui connaît mieux la planète Mars que ces environnements terrestres extrêmes. Pourtant, ces derniers abritent une faune et une flore aux propriétés remarquables. Récemment, au fond de la fosse des Mariannes (10’994 mètres de profondeur), des chercheurs ont découvert diverses espèces de bactéries dégradant les hydrocarbures. Une découverte qui permettra aux scientifiques de mieux comprendre les conditions de vie et d’évolution des micro-organismes dans ces conditions extrêmes.

L’analyse microbienne la plus complète de la fosse à ce jour a permis de mettre en évidence un fort taux de bactéries — du genre OleibacterThalassolituus et Alcanivorax — dégradant les hydrocarbures au fond de l’océan. Les scientifiques ont déjà vu des micro-organismes dégradants, mais jamais à ces profondeurs. La découverte a été publiée dans la revue Microbiome.

Les concentrations de ce plancton microbien se sont avérées plus élevées au fond de la fosse des Mariannes qu’à n’importe quel endroit jamais exploré auparavant sur Terre, ce qui pourrait donner aux chercheurs une nouvelle idée de la façon dont la vie existe et prospère à de telles profondeurs — où la pression est extrêmement élevée.

« Nous avons étudié les échantillons rapportés et identifié un nouveau groupe de bactéries dégradant les hydrocarbures » déclare Jonathan Todd, biologiste à l’université d’East Anglia (UEA) au Royaume-Uni. « Les hydrocarbures sont des composés organiques constitués uniquement d’atomes d’hydrogène et de carbone. On les trouve dans de nombreux endroits, notamment dans le pétrole brut et le gaz naturel ».

« Ainsi, ces types de micro-organismes mangent essentiellement des composés similaires à ceux du pétrole et les utilisent ensuite comme source d’énergie. Des micro-organismes similaires jouent un rôle dans la dégradation des marées noires lors de catastrophes naturelles telles que la marée noire de BP en 2010, dans le golfe du Mexique».

Une partie des conclusions de l’étude porte sur les hydrocarbures qui maintiennent les microbes en vie et sur leur origine probable. La pollution que nous avons provoquée risque de s’infiltrer dans la fosse située dans l’ouest de l’océan Pacifique.

« Nous avons constaté que les hydrocarbures existaient jusqu’à 6000 mètres sous la surface de l’océan, et probablement même plus en profondeur » explique Nikolai Pedentchouk, chercheur à l’UEA. « Une proportion importante d’entre eux est probablement issue de la pollution de la surface de l’océan ».

 

Schéma décrivant la chaîne métabolique complexe des bactéries de l’ordre des Oceanospirillales, permettant de dégrader les hydrocarbures présents dans leur environnement. Crédits : Jiwen Liu et al. 2019-
Crédit : microbiomejournal.biomedcentral.com

« À notre grande surprise, nous avons également identifié des hydrocarbures biologiquement produits dans les sédiments océaniques au fond de la fosse. Cela suggère qu’une population microbienne unique produit des hydrocarbures dans cet environnement ».

Les hydrocarbures examinés par les chercheurs ont déjà été repérés dans des algues à la surface de l’océan, mais leur présence au plus profond de l’eau est une véritable découverte. Lors d’expériences en laboratoire, l’équipe a pu confirmer que la bactérie pouvait effectivement consommer des hydrocarbures dans des conditions extrêmes.

L’étape suivante consiste à collecter plus d’informations sur ces microbes et sur l’origine potentielle de leur nourriture, probablement à la fois naturelle et non naturelle. Il pourrait encore y avoir d’autres types de bactéries capables de se nourrir de composés hydrocarbonés de la même manière.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 14/ 04/2019 à 12h40

Conférence OANI à Pau- complément d’investigations.   1 comment

Crédit affiche OVNIS Pyrénées

Nous vous informons que nous serons avec Era à Pau le premier juin 2019 afin de présenter en exclusivité mon second ouvrage qui arrive en vente. Nous parlerons autour du programme de recherche qui était classé  top secret du gouvernement américain  L’Advanced Aerospace  Threat Identification connu sous l’abréviation AATIP (traduction :  Programme d’Identification  des menaces aérospatiales avancées ). En effet , nous suivons de très près le dossier de l’ AATIP et du DIA par l’intermédiaire de notre correspondant Nick Pope qui a préfacé mon second ouvrage.

Une discussion autour de ce thème est possible le jour de la conférence. Nous organiserons si la météo le permet une veillée observation du ciel nocturne gratuite le jour même ou le lendemain (nous verrons ceci sur place avec les gens présents à la conférence). Nous serons ravis de vous rencontrer et je dédicacerai mon livre pour celles et ceux qui l’ont acheté . Je prévoirai un stock limité pour celles et ceux qui ne l’ont pas  et qui veulent se l’offrir.

Pour le second ouvrage (OANI compléments d’investigation) , cela dépendra si je l’ai à ma disposition le jour de notre arrivée à Pau.

Matisse sylvain & Era.

Une enquête top secrète du gouvernement examine les effets sur la santé des rencontres rapprochées avec des ovnis

Area51

Source : METRO

Jasper Hamill – Lundi 8 avril 2019

Traduction Era pour Area51blog

Un programme de recherche top secret du gouvernement américain aurait enquêté sur les effets sur la santé de rencontres rapprochées avec des ovnis.

L’étude classée s’appelait le Programme d’Identification  des menaces aérospatiales avancées (AATIP) et portait sur des aéronefs mystérieux ou d’autres phénomènes inexpliqués. Des documents officiels révèlent que les enquêteurs ont étudié les «technologies exotiques», notamment les trous de ver, l’antigravité, la dissimulation par invisibilité, les lecteurs de chaîne et les armes à laser à haute énergie. On prétend maintenant que l’AATIP a exploré les «conséquences» pour la santé des personnes qui ont été témoins d’incidents OVNIS.

Rencontre en 2004 entre un   Super Hornet F / A-18 de la Navy et un objet inconnu  publié par le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales du ministère de la Défense. Avec l’aimable autorisation du département américain de…

Voir l’article original 508 mots de plus

Publié 10 avril 2019 par Sylv1 dans OANIS/OSNiS/USOS/Ufo/OVNI( s)

Le Filin 5P-42

Admiral Flota Kasatonov – Le deuxième navire de la classe amiral Gorshkov a commencé les essais en mer en décembre 2018.
Crédit : reddit.com/r/MilitaryPorn

 

Matisse sylvain webmaster et auteur – Crédit photo / revue Sparse par Cédric de Montceau © 2019 photo soumise à autorisation pour être reprise.

Lundi 11 février 2019 à 10h35.

L’armement actuel est doté des plus hautes technologies. Ceci découle des recherchées entreprises il y a une voir plusieurs décennies en arrière . Nous voyons clairement les résultats de ces recherches abouties à présent ils se dévoilent peu à peu . Certains processus agissent comme des sortes d’effets indésirables ou secondaires c’est selon. Parmi ce panel je retiens ceci en particulier : Extrait de l’article à lire ci-dessous après mon petit texte.


Le rayon éblouissant, dont la portée peut atteindre 5 km, a été testé sur des tireurs de mitraillettes ou de fusils d’assaut. « Tous les participants ont éprouvé des difficultés à viser, et 45 % se sont plaints d’étourdissements, de nausées et de désorientations », rapportent les médias russes. Et 20 % ont vécu des phénomènes hallucinatoires, décrivant des « boules de lumière flottantes »


Ces phénomènes hallucinatoires rentre dans le cadre de certains phénomènes inexpliqués. Le projet Blue Beam en faisait plus ou moins allusion. Sans parler de complot à tout va , nous sommes bien forcés de reconnaître parmi cet exemple que l’écran de fumée est bien plus sournois que présumé et l’opacité du dossier OVNI  basé sur ces faits doit  être pris en compte  par les chercheurs et les ignorer est une faute inadmissible ! C’est pour cela en outre que j’ai entrepris de regarder dès le début ce genre de filière dans mes recherches qui se révèlent au fil et à mesure que le  temps s’écoule. Des résultats arrivent ! Voir aussi

© 0219 -Matisse sylvain -respectez les droits d’auteur ,merci .

Place désormais à l’article du média Futura-sciences ci -dessous qui est explicite à ce sujet.

Publié le 08/02/2019 par  Céline Deluzarche pour Futura-sciences.

Après des missiles « invisibles » et un mystérieux canon laser, l’armée russe annonce avoir doté plusieurs navires de guerre d’une nouvelle arme éblouissante censée déstabiliser l’ennemi en l’aveuglant et en le rendant malade.

Le Filin 5P-42, un dispositif d’interférence optique visuelle non létal, a été déployé sur deux frégates de guerre, selon l’agence de presse officielle RIA Novosti. Mis au point par le géant russe des équipements de radio électronique, Ruselectronics, ce nouveau canon émet un faisceau oscillant de lumière de haute intensité, déstabilisant l’adversaire, semblable au principe d’une lampe stroboscopique.

Le rayon éblouissant, dont la portée peut atteindre 5 km, a été testé sur des tireurs de mitraillettes ou de fusils d’assaut. « Tous les participants ont éprouvé des difficultés à viser, et 45 % se sont plaints d’étourdissements, de nausées et de désorientations », rapportent les médias russes. Et 20 % ont vécu des phénomènes hallucinatoires, décrivant des « boules de lumière flottantes ».

Cette nouvelle arme navale permettra de « supprimer efficacement les moyens technologiques de vision nocturne » ainsi que les télémètres des missiles anti-chars, affirme le ministère russe de la Défense.

L’Admiral Kasatonov, est l’une des deux frégates qui bénéficie de la nouvelle arme d’interférence optique Filin 5P-42.

Une cécité « temporaire »

Les armes aveuglantes, en particulier le laser pouvant entraîner une cécité permanente, sont en principe interdites par le Protocole IV de la Convention des Nations Unies. Mais, selon l’armée russe, le Filin 5P-42 ne tomberait pas sous le coup de cette interdiction, le canon ne provoquant qu’une cécité temporaire. Chaque frégate est dotée de deux canons, et deux nouveaux navires en construction devraient en bénéficier.

Vidéo YouTube

Le nouveau système de combat laser Peresvet a été mis en service le 6 décembre 2018. Le secret demeure entier sur ses véritables capacités. © RT France

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Missiles hypersoniques, à portée illimitée et canon laser

Le 1er mars 2018, le président russe, Vladimir Poutine, avait consacré une grande partie de son discours annuel, prononcé devant les représentants des deux assemblées, aux nouvelles armes développées par la Russie, et ce, en réponse à l’activité militaire des États-Unis, qualifiée de « belliqueuse ».

Il avait notamment présenté ses missiles hypersoniques, Avangard, capables d’atteindre 30 fois la vitesse du son, ou un missile de croisière à propulsion nucléaire à portée illimitée et invincible qui se déplace en suivant un chemin imprévisible. Un mystérieux système de combat laser comme Peresvet avait également été dévoilé, censé « permettre la mise hors service du matériel de surveillance ennemi et l’interception de cibles aériennes rapides ».

« Nous savons que plusieurs pays travaillent à la conception d’une arme basée sur de nouveaux principes physiques. Il existe des raisons de croire que là aussi, nous avons une longueur d’avance », avait alors affirmé le président russe. Aucune de ces annonces n’a pour l’instant pu être vérifiée.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 11/ 02/2019 à 10H35.

La marine américaine veut déployer des robots robots tueurs autonomes !

Robot tueur – Crédit US Navy /futurism.com

Article  et image source :futurism.com/ US Navy -publié le 16-01-2019

Traduction 


© 2019- Merci de respecter les sources dont notre site qui s’est efforcé de traduire cette information .


Un plus grand nombre de petits drones pourrait submerger l’ennemi en mer.

Combattants de Surface sans équipage .

La Defense News rapporte que la marine américaine envisage de libérer des combattants de surface non habités – des navires de guerre à robots militaires, essentiellement – pour accompagner d’autres bateaux contrôlés par un équipage humain.

Cette décision pourrait venir en réponse aux investissements massifs de la Chine et de la Russie dans des technologies similaires qui pourraient mettre les porte-avions américains en danger, selon  l’analyse de Defense News . La supériorité navale est une priorité pour l’armée chinoise – ce que le Pentagone veut défier avec des investissements en intelligence artificielle et en automatisation.

Chasseurs en  Mer

L’année dernière, la stratégie de défense nationale de la marine, annoncée début 2018, visait à sauvegarder les porte-avions existants et à renforcer les efforts de maintien de la paix. La nouvelle priorité est différente: des combattants de surface plus petits, dont beaucoup seront sans pilote, et équipés de capteurs à la pointe de la technologie.

L’idée est de submerger l’ennemi et de lui rendre difficile le suivi d’un grand nombre de navires plus petits. Avoir un plus grand nombre de navires autonomes rendra également la collecte de données de capteurs plus fiable  et plus précise.

«Nous voulons que tout soit aussi grand que nécessaire. Vous la rendez plus petite et plus distribuable, étant donné que tous les dollars sont à peu près égaux »,
a déclaré  Ronald Boxall, directeur de la guerre de surface de la US Navy,  à Defense News  lors d’un entretien en décembre. « Et quand je regarde la force, je pense: » Où pouvons-nous utiliser des embarcations sans pilote pour pouvoir la pousser sur une plate-forme plus petite? « 

Un de ces navires de guerre autonome a déjà fait les gros titres dans le passé: le DARPA (Sea Advanced Research Projects) de la Défense (DARPA) est un navire de guerre de chasse au sous-marin pouvant opérer sans humains à bord pendant 60 à 90 jours consécutifs. Les détails concernant le Sea Hunter se font de plus en plus rares depuis que la Marine a récemment classé toute information concernant son avenir.

Vidéo Futurism sur Youtube

La DARPA a confié son chasseur de sous-marins autonome à la marine américaine.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Navires De Guerre IPhone

La marine américaine s’emploie également à mettre à jour ses méthodes de construction des navires de guerre et le fonctionnement des ordinateurs et des capteurs embarqués. La marine veut que tous les navires de guerre modernes soient construits autour d’un système de combat unique fonctionnant sur tous les navires.

«Pour que nous puissions aller plus vite, nous devons soit continuer avec le modèle que nous avions où nous avions mis à niveau nos téléphones à bascule, soit nous passons à la mentalité suivante: « Je me fiche de savoir quel modèle d’iPhone vous avez – 7 ou X ou ce que vous avez, il continuera d’exécuter Waze ou les applications que vous essayez d’exécuter », a déclaré  Boxall à Defense News .
Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 17/ 01/2019 à 11H50.

Un halo lumineux étrange à l’île de la Réunion.

crédit photo :
freedom.fr

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

Notre contact et ami Patrick Lambert nous envoie un témoignage d’aspect insolite avec un lien qui a fait l’objet d’un article sur le sujet.

Si vous aussi avez été témoin adressez votre témoignage ou complément d’informations sur notre boîte mail ( merci) .

investigation.oanis@gmail.com

Nous remercions Patrick Lambert pour ce partage de l’information, et ce témoignage.

Une histoire d’ovni à la réunion !!
Hier soir (Vendredi 11 janvier 2019  ) une boule lumineuse a été aperçu aux 4 coins de l’île. Par chance ma collègue était sur sa terrasse et a pu observer le phénomène et prendre la photo ci-jointe. elle a aussi filmé mais ça ne donne rien, image noire.
D’après elle, la boule de couleur bleue se baladait avant de prendre la direction des étoiles, avec autour d’elle un halo de lumière qui « gonflait » et se « dégonflait » à mesure de la montée vers l’espace, mais pas très vite, pour disparaître dans le ciel.
Ceci  c’est passé vers 20h30. elle habite à la rivière Saint louis, commune du sud ouest de l’Île, à environs 400 m d’altitude (pour son habitation à elle) avec une vue panoramique et bien dégagée en direction de la mer.
Perso j’ai entendu l’info à la radio ce matin en allant la chercher et quand je lui ai posé la question c’est la qu’elle m’a dit avoir fait une photo. Sachant qu’en règle général on se fout de ma gueule au taf avec ça (surnom Mulder…) et qu’elle ne croit pas aux ovnis….
Je te mets le lien de radio Freedom, notre radio des ladi lafé (ragots) n°1 sur l’île car ils ont aussi une photo et quelques témoignages.
Voici le complément médiatique

Un halo lumineux aperçu dans le ciel hier soir

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 17/ 01/2019 à 09H45.

Publié 17 janvier 2019 par Sylv1 dans Appel à témoins, OANIS/OSNiS/USOS/Ufo/OVNI( s)

Le mystérieux lac situé sous la banquise atteint par des scientifiques.

La SALSA, pour Subglacial Antarctic Lakes Scientific Access, se passionne depuis longtemps pour ce lac et elle a récemment financé une expédition très ambitieuse sur place.
Crédit : fredzone.org

EN ANTARCTIQUE, DES SCIENTIFIQUES ONT RÉUSSI À ATTEINDRE LE MYSTÉRIEUX LAC SITUÉ SOUS LA BANQUISE.

Article source : fredzone.org

FRED le

L’Antarctique fascine de nombreux chercheurs et le continent blanc a ainsi fait l’objet de nombreuses études par le passé. Plusieurs d’entre elles ont révélé la présence de plusieurs lacs sous-glaciaires situés à plusieurs centaines de mètres sous la banquise.

Le lac Mercer est l’un d’entre eux et il est même un des lacs les plus bas du continent. Il se trouve en effet à environ 1,2 kilomètre sous la glace.

L’Antarctique abrite de nombreux lacs sub-glaciaires

Le 23 décembre dernier, plusieurs scientifiques se sont ainsi rendus sur place afin d’effectuer un forage, l’objectif étant de creuser un trou suffisamment profond pour pouvoir prélever un échantillon du lac.

L’opération a duré plusieurs jours, mais l’équipe a fini par atteindre la surface du lac Mercer le 26 décembre à 22h30, avec un forage atteignant les 1084 mètres de profondeur. Les chercheurs ont ensuite élargi et lissé le trou afin d’être en mesure de faire passer leurs instruments.

Le lendemain, l’équipe scientifique a fait descendre le Deep SCINI Clump Weight dans le trou afin de prendre en photo le lac et d’évaluer sa profondeur et sa température. Les chercheurs ont également prélevé plusieurs échantillons et ils ont alors réalisé que l’eau du lac était aussi propre que n’importe quelle eau filtrée.

Il reste encore beaucoup à faire et les analyses ne sont pas terminées, mais cette mission devrait nous permettre d’en apprendre un peu plus sur l’écosystème du lac… et par extension sur la vie elle-même.


Une mission qui nous en apprendra beaucoup sur le continent blanc

En effet, en 2013, une autre équipe avait prélevé des échantillons dans le lac Whillans, un lac situé à quelques kilomètres du site, et leur analyse avait révélé l’existence de formes de vie microbiennes.

Des formes de vie suffisamment résistantes pour vivre et se développer dans cet environnement particulièrement hostile.


Il faut d’ailleurs noter que ce n’est que la deuxième fois qu’une telle mission est organisée et le lac Mercer est donc le second lac sub-glaciaire à faire l’objet d’une telle étude. Les chercheurs pensent que ces données supplémentaires leur permettront de prendre un peu plus de recul sur l’écosystème de l’Antarctique.

Toutefois, l’étude de la vie n’est pas leur seul et unique objectif. Cette mission leur permettra aussi de mieux comprendre comment se forment ces lacs et elle devrait également les aider à mieux comprendre le passé du continent blanc.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanisMise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 05/ 01/2019 à 19H00.
%d blogueurs aiment cette page :