Archives de la catégorie ‘Mystères Marins et Légendes

Cryptozoologie : dossier créature mi-homme mi-poisson.

Crédit-Image : gravure par Guillaume Rondelet

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8&9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

Une discipline controversée pas très alimentée ici. Alors pour étoffer un peu la rubrique cryptozoologie sur notre site web , voici cet article ci-dessous. Nous pensons possible qu’il existe des espèces sous-marines pas encore découvertes à travers le monde marin sur notre planète. Les légendes , les histoires ont -elles un fond de vérité ? La question reste pertinente et mérite d’être posée. 

 

La mystérieuse histoire du poisson-évêque

Crédit-Image : gravure par Guillaume Rondelet

Article source : .hellystar.com/

La cryptozoologie est un domaine d’étude de la biologie consacré à des espèces ou créatures qu’on désigne sous le nom de cryptides qui ne sont pas reconnues par la science comme étant existantes. 

Aujourd’hui, nous avons décidé de consacrer un article sur un cryptide méconnue de tous : le poisson-évêque. Découvrons ensemble sa mystérieuse histoire.

Commençons par la description physique de cette intrigante créature. Elle serait mi-homme mi-poisson et est souvent considérée comme proche d’une autre créature marine : la sirène. On l’appelle poisson évêque à cause des écailles de sa tête qui forment une sorte de mitre et de ses nageoires qui étrangement simulent la fameuse soutane que porteraient les prêtres durant les offices religieux. Certaines personnes disent avoir aperçu certains de ces spécimens portaient une crosse, bien sûr ceci est à prendre avec des pincettes car on ne peut vérifier la fiabilité de ses différents témoignages qui sont très variables les uns des autres. Certains pêcheurs disent même avoir eu l’occasion de dialoguer avec les poissons évêques.

Les premières mentions faisant état de la présence de ces créatures dateraient du 16 ème siècle. En effet, des pêcheurs auraient capturé un poisson évêque en 1531 dans la mer Baltique. Le spécimen fut amené à la cour royale de Pologne et le roi ordonna à ce que ce dernier soit enfermé. Cependant, le poisson évêque accepte très mal son emprisonnement et devant la pression des prêtres ecclésiastiques, le roi décida de le relâcher en mer. En guise de remerciement, le spécimen fit un signe de croix avant de regagner les fonds marins. Une autre apparition de poisson évêque aurait été découverte au large des côtes allemandes, il aurait vécu les mêmes conditions d’incarcération que le premier mentionné mais contrairement à ce dernier, son histoire se termina mal puisqu’il mourut en prison en refusant de s’alimenter.

Le naturaliste et fondateur de la biologie marine Guillaume Rondelet raconte dans son ouvrage l’Histoire entière des poissons, les témoignages recueillis sur les poissons évêques.

Si l’on s’intéresse à présent aux légendes consacrées aux poissons évêques, on constate que certaines d’entre elles semblent indiquer que ces créatures rempliraient les mêmes fonctions que les prêtres humains auprès des populations de sirènes et tritons qui supposément vivraient aussi dans tritons.

Pourtant et comme la plupart des sujets traitant de cryptozoologie, ils ne font pas l’unanimité auprès des scientifiques. En effet selon certains spécialistes, les légendes qui se sont construites autour des poissons évêques seraient en réalité des observations effectuées sur des espèces animales siréniennes comme par exemple les lamantins ou encore les marsouins et/ou sur des anges de mer. D’autres études ont été menées afin de démontrer que le poisson évêque serait en fait un grenadier qui est un poisson vivant essentiellement dans les eaux norvégiennes et qui si l’on fait des comparatifs notamment avec son museau, cela fait étrangement penser à une mitre.

Quelque soit votre avis sur le sujet, l’interrogation reste encore présente.

Source


Références :

Certaines sources de cet article proviennent de :

  • bibulyon.hypotheses.org
  • paranormal-encyclopedie.com/
  • le-monde-perdu.forum-actif.net/
  • Crédit-Image :  Guillaume Rondelet

  • Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisMise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 24/ 10/2018 à 17H35.


L’Atlantide, Cité Perdue

L’Atlantide et Platon
Crédit image : lesavoirperdudesanciens.com

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8&9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

Est-il encore utile de  présenter l’Atlantide ?

Entre légende et réalité cette énigme de Platon résiste au temps sur Terre.

Un article( cliquez sur le titre L’Atlantide selon Platon) résume un certain historique. 

Hier nous avons assisté  à Sanvignes les mines (71) avec Era et Yves Herbo à une conférence de Emilie Mondoloni ( Docteur en Sciences Humaines et Sociales, diplômée de l’Université de Grenoble, elle a toujours été passionnée par l’être humain. « J’ai d’abord approfondi cette passion par plusieurs formations et une expérience diversifiée en communication auprès d’entreprises privées, d’associations et de laboratoires de recherche dont plusieurs rattachés au CNRS. Mon parcours s’est enrichi de techniques de développement personnel, afin de prendre en compte l’humain dans sa globalité. J’ai ainsi suivi des cursus en géobiologie, Reiki Usui et lithothérapie holistique. »), dont le titre de sa conférence était :

Conférence : l’Atlantide d’hier à aujourd’hui

Elle a proposé son travail et ses arguments. Pour elle, cette cité a existé mais pas à l’époque présumée des historiens, bien avant. Cette civilisation a obtenu beaucoup de connaissances à son âge d’or et puis, elle est devenue belliqueuse , c’est ce qui a causé sa perte. Un manque de maturité et d’humilité aurait été fatal à cette cité aujourd’hui engloutie quelque part sur notre planète.

Ci -dessous nous partageons ce reportage que Emilie nous a conseillé .

James Cameron réalisateur et explorateur océanographe a toujours été fasciné par l’Atlantide.

Era et moi nous apprécions  vraiment James Cameron, aussi bien le réalisateur que l’aventurier, l’explorateur.

L’Atlantide nous séduit ce n’est pas un scoop pour les personnes qui nous côtoient.

Alors continuons nos investigations grâce à celles et ceux qui voyagent et partagent leurs explorations .

Ces supports vidéo et l’article ci-dessus permettent déjà une certaine approche de cette énigme compliquée qui divise encore à l’heure actuelle les courants de pensée.

*Nous remercions Yves Herbo d’être venu avec nous à la conférence de Emilie ainsi que Emilie pour sa disponibilité et sa simplicité.

© 21-10-2018 – Respecter les droits d’auteur, merci. 

L’Atlantide, Cité Perdue

Reportage de National Geographic via Youtube 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 15/ 10/2018 à 14H00.

Une mystérieuse fosse en cours d’exploration à Tonnerre dans l’Yonne !

Les immenses galeries de la fosse Dionne sont encore un mystère mais un plongeur a repris les exploration après 20 ans d’interdiction ! Crédits : Wikipedia

Article publié  

Située en plein centre-ville d’une petite bourgade française, une fosse suscite l’intérêt depuis longtemps. En effet, celle-ci est capable de recracher plus de 300 litres d’eau par seconde ! Bien qu’elle soit interdite d’accès depuis des années, un plongeur a pourtant obtenu le droit de l’explorer à nouveau !

La fosse Dionne se trouve dans la petite ville de Tonnerre (5000 habitants) située dans le département de l’Yonne. Cette dernière est capable de recracher en moyenne 311 litres d’eau par seconde, et il faut savoir que cette même moyenne a été obtenue sur les deux dernières décennies. Les observations font état d’un pic de 619 litres par seconde et d’un minimum de 87 litres. Il s’agit d’une source exsurgente alimentée par les infiltrations des précipitations ainsi que par les pertes d’au moins une rivière.

Or ces 20 dernières années, son exploration était interdite, car au moins trois plongeurs y ont perdu la vie depuis 1962. Il faut savoir que son réseau hydrogéologique s’étend sur plus de 40 km, et que ses galeries souterraines sont immenses ! Ainsi, la fosse Dionne aménagée en 1758 reste encore un épais mystère, car l’endroit est encore très méconnu. Le quotidien local L’Yonne Républicaine a récemment rappelé 9 dates importantes concernant cette fosse, entre avancées significatives, explorations dramatiques, interdictions, etc.

Comme le montre un reportage visible en fin d’article, un plongeur nommé Pierre-Éric Deseigne a obtenu une autorisation pour explorer la fameuse fosse. Ainsi, après deux décennies, quelqu’un s’y est à nouveau aventuré ! Pour l’instant, l’intéressé a déjà exploré la fosse sur plus de 350 mètres et poursuit ses efforts.

En 2014, une plongée avait bien eu lieu, mais celle-ci avait revêtu un caractère totalement exceptionnel dans le cadre de l’émission Le Monument préféré des Français. Voici le reportage réalisé par France 3 Régions et publié le 29 septembre 2018 :

Vidéo 

France 3 Bourgogne-Franche-Comté via Youtube

Si  cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 15/ 10/2018 à 14H30.

L’eau qui se retire un mystère naturel ?

Entre les différentes vagues, la mer s’est violemment retirée sur plus de trois cent mètres, emportant tout sur son passage. © Digitalglobe via linternaute.com

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8&9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

Notre ami Jean -Marc du Québec nous fait parvenir cette vidéo, nous le remercions.

Des faits étranges se produisent au niveau de l’eau . L’explication est -elle naturelle , d’ordre géologique et si oui pourquoi ? Des théories sont plus ou moins avancées en attendant des réponses concrètes.

Peut-être un début de réponse avec cet article ci-dessous ( cliquez sur le titre pour accéder à l’article ).

Pourquoi la mer s’est retirée avant l’arrivée de l’ouragan Irma

 

INCROYABLE,QUE SE PASSE T’IL AVEC LES OCÉANS QUI SE RETIRENT,HALLUCINANT.

 Vidéo freedom-news network via Youtube 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 01/ 10/2018 à 13H35.

Observation insolite au Chili dans la mer de la Serena.

image publiée par le chercheur mexicain Emanuel Huza .

Le Chili a aussi ses petites histoires.

ici une vidéo met en scène quelque chose qui se déplace rapidement.

Ceci aurait été  repéré et filmé par un drone, dans la mer de La Serena, Chili.  Le 4 janvier 2016, en regardant des images d’un drone survolant la région au-dessus de  la mer, vers la province de l’Elqui dans la région de Coquimbo, est remarquée la présence d’un objet coloré blanc en forme de cigare, qui est entré dans les eaux de la mer à une vitesse vertigineuse.

Difficile là encore d’interpréter cette vidéo.

Vidéo via Youtube – capture au-dessus de la Serena, Chili, le 2 janvier 2016.

Crédit 

World News

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici


 Annexe au dossier – Complément 

La Serena est une des villes du Chili donnant sur l’océan Pacifique, situé au nord de Coquimbo.

Beaucoup trop de points sur cette carte (petit mémo, un point=une étape) !
Crédit : l-eldorado-a-velo.blogspot.com


Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 15/09/2018 à 16H00.

Des disparitions se sont produites dans d’étranges circonstances.

Les disparitions sont affreusement courantes dans ces lieux

Article et photos source jack35.wordpress.com – Etrange et insolite Publié le 

Le stand des OANIS au salon du paranormal de Dijon les 8 et 9 septembre 2018, tenu par Era & Sylvain administrateurs du site web spécialisé Investigation Océanographique et OANIS.

Les mystères marins englobent aussi des disparitions étranges, certaines ici sont plus ou moins mentionnées dans mon premier ouvrage, cette petite sélection démontre que bien des énigmes résistent .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux quatre coins du monde, on trouve des endroits où des disparitions se sont produites dans d’étranges circonstances. De nombreuses personnes se sont volatilisées après avoir traversé ou visité ces régions mystérieuses, sans laisser la moindre trace ou explication. La série d’images suivante vous emmène au cœur de l’énigme!

Cette localisation a vu de nombreuses disparitions survenir, qu’il s’agisse de navires de croisière ou de simples chalutiers. Les épaves n’ont jamais été retrouvées. En 1918, l’USS Cyclops s’y est aussi volatilisé, avec à son bord 309 hommes d’équipage.

Ces lignes imaginaires, qui dessinent un triangle reliant Miami, Porto Rico et les Bermudes est bien plus qu’une simple zone marine. Ce lieu, dans la culture populaire, est le théâtre d’accidents et de mystérieuses disparitions d’avions et de navires.

Pour tenter d’élucider ces événements intrigants, toutes sortes d’explications ont été apportées. Des portails aux autres dimensions, en passant par des champs de méthane, à ce jour, aucune de ces théories n’a été formellement prouvée.

Mer des Sargasses

La mer des Sargasses, située dans l’océan Atlantique, fut le théâtre d’un intrigant spectacle: le passage du Mary Céleste, un bateau fantôme.

Le navire sera retrouvé en 1872, totalement déserté, mais encore chargé de denrées et de combustible. À ce jour, on ignore encore ce qu’il est advenu de l’équipage.

Lac Supérieur, États-Unis

Le Lac Supérieur est le plus profond des Grands Lacs, entre le Canada et les États-Unis. De nombreuses disparitions ont été enregistrées dans les parages.

Un record impressionnant de naufrages a eu lieu dans le Lac Supérieur où pas moins de 200 navires se sont échoués. La plupart des épaves n’a jamais été retrouvée ou renflouée.

La ceinture de Van Allen est une zone constituée de particules énergétiques, retenue par le champ magnétique de la Terre. Son point le plus proche de la surface terrestre se situe non loin du Brésil, dans l’océan Atlantique.

Ces fortes radiations seraient peut-être responsables du crash du vol Air France 447, le 1er juin 2009, où plus de 200 personnes ont perdu la vie.

Lac Angikuni, Canada

Le lac Angikuni se trouve dans la région du Kivalliq, à Nunavut, au nord du Canada. En 1930, un homme est tombé nez à nez avec un village abandonné au bord du lac.

Le plus fascinant c’est que des marmites de nourriture se trouvaient toujours au-dessus de feux éteints. De nombreuses tâches et activités semblaient avoir été abandonnées en urgence. Les villageois n’ont jamais été retrouvés et la raison de leur fuite reste inexpliquée.

Au large des côtes écossaises, les îles Flannan, aussi appelées Hébrides extérieures, abritent un phare singulier.

En 1900, l’équipage d’un navire a remarqué que la lumière du phare ne fonctionnait plus et a décidé d’enquêter. Les trois gardiens du phare s’étaient évanouis dans la nature et ne furent jamais retrouvés.

La mer du Diable, aussi connue sous le nom de Triangle du Dragon, est célèbre suite à plusieurs incidents impliquant des disparitions de navires.

Un jour, en 1952, le gouvernement japonais a dépêché une trentaine de personnes sur les lieux afin d’enquêter. Malheureusement, elles furent elles aussi victimes des eaux tumultueuses de la mer du Diable.

 

Source


Références : jack35.wordpress.com – Etrange et insolite – via  (Source : MSNStars Insider)


Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 13/08/2018 à 23H00.

Atlantide : le déclin des Atlantes ne coïncide pas avec les datations basées sur le radiocarbone 14 et les estimations des archéologues.

illustration de l’Atlantide
Crédit : lewebpedagogique.com/

Lundi 27 août 2018:

Comme je l’indique dans mon premier livre ou certains de mes écrits, le problème lié à l’archéologie et à certains mystères commence par la datation afin d’obtenir une juste analyse et de surcroît  une interprétation conforme à la réalité supposée.

Les chercheurs, les archéologues, les scientifiques pensaient avoir fait le tour de la question concernant  la légende du philosophe  grec Platon, mais voilà que de récentes découvertes remettent en cause un détail de l’histoire .

Cet article ci-dessous prouve,  que plus nous remontons le temps plus l’exercice est difficile pour affirmer quoi que ce soit, car une découverte importante peut remettre en cause certains événements attribués un peu trop hâtivement  à une époque et qui étaient pris pour acquis. Ceci a mené alors les recherches dans une certaine direction, sur une piste plus ou moins faussée à cause d’ interprétations hâtives.

Alors le mythe de l’Atlantide n’est pas près d’être résolu et surtout il continuera d’exister encore longtemps .

Il est indéniable que les recherches doivent continuer même si un doute existera toujours, comme c’est trop souvent  le cas pour plusieurs sujets .

Ceci étant cet article ci-dessous est excellent.

Éruption de Santorin et Atlantide : nouveau rebondissement dans la datation.

Article source :  futura-sciences.com/

Publié le 20/08/2018 par Laurent Sacco journaliste.

Longue saga, la datation de l’éruption de Santorin, il y a environ 3.500 ans, vient de connaître un nouvel épisode. En s’aidant de l’étude des cernes des arbres jusqu’en Californie, des chercheurs ont affiné les conclusions de la méthode au carbone 14. Leur estimation colle mieux avec les données archéologiques suggérant un lien avec le début de la chute de la civilisation minoenne.

Depuis des décennies, le mythique monde de l’Atlantide, dont parle le philosophe grec Platon dans deux de ses ouvrages, est considéré comme étant en fait la brillante civilisation minoenne, présente sur les îles de Crète et de Santorin, au sud de la Grèce, de 2700 à 1200 av. J.-C. environ. Elle a décliné vers 1500 av. J.-C. et il est tentant d’attribuer l’amorce de ce déclin à une éruption volcanique colossale effectivement survenue vers cette époque, qui nous a laissé l’archipel de Santorin et sa caldera, paradis des touristes en mer Égée, dans les Cyclades, à 186 kilomètres au sud-est de la Grèce continentale.

Cette éruption, presque de la classe de celle d’un supervolcan, a causé un énorme raz-de-marée dont les traces sont retrouvées en Crète et dans les îles environnantes, comme l’avait montré une des expéditions du commandant Cousteau, et bien plus loin encore. Mais il reste une grande imprécision sur la datation de cet évènement qui a certainement bouleversé l’histoire des peuples de la partie est des rivages de cette région, comme Futura l’expliquait dans le précédent article ci-dessous. Pire, jusqu’à présent, les dates estimées avec la méthode du carbone 14 combinée à la dendrochronologie n’étaient pas très compatibles avec les dates estimées par les archéologues. Ce hiatus remettait même en question le lien de causalité entre l’éruption de Santorin et le début de la chute de la civilisation minoenne.

L’éruption de Santorin aurait affecté le climat jusqu’en Californie

La situation vient peut-être de changer après la parution d’un article dans Science Advances par une équipe internationale de chercheurs menée par Charlotte Pearson, une dendrochronologiste de l’université d’Arizona. La méthode de datation au radiocarbone a des limites, notamment parce que la concentration de l’isotope 14 du carbone dans l’atmosphère varie légèrement selon l’activité du Soleil. Ses noyaux, en effet, sont produits par le flux de protons solaires frappant la haute atmosphère. La quantité initiale de carbone 14, brutalement fixée à la mort d’un organisme vivant, n’est donc pas toujours identique. En quelque sorte, nous avons des sabliers dont la quantité de sable du compartiment supérieur varie un peu de l’un à l’autre.

Pour rendre plus fiables ces horloges au carbone 14, les chercheurs mesurent aussi les quantités de radiocarbone dans les cernes des arbres, qui témoignent de leur croissance à un rythme annuel. Là aussi, des limites ont été trouvées, rendant imprécises les estimations de la datation de l’éruption de Santorin à partir des fragments de troncs d’arbres retrouvés dans les cendres du volcan.

Les anciennes sentinelles et les secrets enfermés dans leurs cernes.

Vidéo The University of Arizona via youtube

Charlotte Pearson nous parle de la dendrochronologie. 
Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © The University of Arizona

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

L’éruption explosive du volcan Thera à Santorin, il ya plus de 3 400 ans, a enseveli la colonie minoenne de l’île dans une couche de cendre et de pierre ponce de plus de 40 mètres de profondeur. Les effets de l’éruption ont été ressentis aussi loin qu’en Egypte et dans l’actuelle Istanbul en Turquie.

Selon une nouvelle étude menée par l’Université de l’Arizona, de nouvelles analyses utilisant des anneaux d’arbre pourraient résoudre le débat de longue date sur le moment où Thera a éclaté en résolvant les divergences entre les méthodes archéologiques et les méthodes au radiocarbone.

« Il s’agit de lier une chronologie de l’Égypte ancienne, de la Grèce, de la Turquie et du reste de la Méditerranée à ce point critique du monde antique – ce que Thera peut faire », a déclaré l’auteur principale, Charlotte Pearson, professeure adjointe de dendrochronologie à Laboratoire UA de recherche sur les cernes.

Charlotte Pearson et ses collègues pensent avoir trouvé une nouvelle méthode pour réduire les imprécisions. Ils ont étudié les cernes de croissance des pins de Bristlecone (Pinus longaeva), des arbres d’Amérique du Nord et dont la longévité est de l’ordre de 5.000 ans, ainsi que des cernes de vieux chênes irlandais, donc à des milliers de kilomètres de Santorin. Deux cents échantillons de pins de Bristlecone trouvés en Californie et 85 échantillons de chênes au Nevada ont servi à l’étude. L’idée était de mettre en évidence un refroidissement important et transitoire du climatplanétaire, qui a dû se produire puisque cette éruption fut dix fois plus puissante que celle du Pinatubo en 1991, laquelle avait sensiblement abaissé les températures à l’échelle du Globe.

Les pins et les chênes étudiés montrent effectivement les signes d’un tel refroidissement, sous la forme de cernes plus étroits. L’observation conduit une nouvelle estimation de la date de l’éruption de Santorin. Elle se serait produite entre 1600 et 1525 av. J.-C, une période qui chevauche celle de 1570-1500 av. J.-C estimée à partir des preuves archéologiques.


  • Le mythe de l’Atlantide est classiquement associé à l’éruption de Santorin il y a environ 3.500 ans, très violente et qui pourrait avoir entraîné le déclin de la civilisation minoenne, identifiée à celle des légendaires Atlantes.
  • Cependant, les datations basées sur le radiocarbone 14 ne coïncidaient pas avec les estimations des archéologues.
  • Une nouvelle approche, exploitant la dendochronologie, fait mieux correspondre les dates : entre 1600 et 1525 av. J.-C. pour l’éruption, et 1570-1500 av. J.-C. pour les archéologues.

 


Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 27/08/2018 à 11h55.

%d blogueurs aiment cette page :