Archives du tag ‘extraterrestres

MUFON France : Sylvain Matisse, un entretien pour Montceau News

MERCREDI 30 DÉCEMBRE 2020 À 07:15

Le montcellien Sylvain Matisse membre de l’organisation MUFON France

Et enquêteur de terrain depuis plusieurs mois

Sylvain Matisse, originaire de Montceau-les-Mines, habite le Creusot. Il y a quelques mois il faisait parler de lui pour sa passion pour les OANIs (Objets Aquatiques Non Identifiés).


Il a notamment écrit plusieurs ouvrages sur le sujet.

Pour rappel, voir : https://montceau-news.com/saone_et_loire/579912-un-montcellien-enquete-sur-les-oani.html

En juillet 2019, il avait débuté aussi une enquête sur l’apparition d’un Crop circle ou cercle de culture à Pouilloux.

Un an plus tard, il vient d’intégrer l’organisation MUFON France en tant qu’enquêteur. De quoi s’agit-il exactement ?

MUFON : une organisation d’origine américaine

L’organisation MUFON existe depuis plus de 50 ans aux Etats-Unis, son pays d’origine. Elle s’est ensuite internationalisée, avec des règles qui restent toutefois les mêmes quel que soit le pays comme le respect de l’anonymat des témoins.

Pour les personnes passionnées par les OVNIS ou les dossiers difficiles à expliquer, elles ont pu voir certains membres de l’organisation interviewés dans l’émission « Alien theory ».

Cette organisation qui fonctionne grâce au bénévolat, comprend un directeur, un directeur d’enquête du pays et des enquêteurs.

Janny Charrueau est Directrice de MUFON France et Territoires Ultramarins. Elle a été Directrice des enquêtes, puis directrice provinciale de MUFON Québec jusqu’en juin 2020. Spécialiste des personnes pensant subir un enlèvement extraterrestre. Janny est membre du groupe restreint des ERT : Experiencer Research Team dirigé par Kathleen Marden.

Et c’est Franck Dépaillat qui est Directeur des Enquêtes MUFON France et Territoires Ultramarins. Franck est devenu officiellement directeur des enquêtes en juillet 2020. Il est le référent direct des enquêteurs de terrain. Comme chef enquêteur, il veille à la formation et à la bonne distribution des enquêtes et à leur classification.

L’objectif de l’organisation est d’enquêter sur les affaires inexpliquées dans le milieu aérien et marin notamment.

Reliée à MUFON aux Etats-Unis, toutes les autres organisations dans le monde renvoient régulièrement leurs résultats d’enquête afin notamment de recroiser les résultats et réaliser des statistiques.

Et si une organisation ne fonctionne plus, elle disparaît. Actuellement c’est une branche en Belgique qui est en cours de lancement, des événements inexpliqués y ayant été observés depuis de nombreuses années. En effet, de 1989 à 1992, « on a parlé d’une vague belge » explique Sylvain Matisse. Sur la durée, plusieurs événements ont pu être observés et qui nécessitaient des enquêtes pour en expliquer la ou les origines possibles. Il y a eu à ce moment-là des observations d’OVNIs (Objets Volants Non Identifiés). En 1954, c’est en France que plusieurs témoignages troublants de phénomènes inexpliqués s’étaient faits connaître.

Sylvain Matisse, accueilli en tant qu’enquêteur au sein de MUFON France

Cet été, Sylvain Matisse a rencontré Hugues Noël, Directeur MUFON des Territoires Ultramarins qui lui a proposé de postuler pour être enquêteur pour MUFON France. Jusqu’à présent et depuis 2008, Sylvain Matisse réalisait ses enquêtes seuls et de manière indépendante sur le sujet des OANIs. Il a d’ailleurs publié deux livres sur le sujet en 2016 et en 2019. Il s’intéresse majoritairement au domaine naval. Pour faire connaître les résultats de ses recherches, ses travaux ont fait l’objet de reportages, d’interviews. Il a aussi animé des conférences à plusieurs reprises et anime plusieurs pages sur facebook en plus de son propre site internet. Son nom commence à être connu dans le milieu.

Et c’est donc tout naturellement que Hugues Noël l’a encouragé dans sa démarche d’intégration de l’organisation MUFON France. Et pour y rentrer, il n’y a aucun traitement de faveur. Tous les enquêteurs potentiels sont soumis aux mêmes démarches : après avoir étudié le manuel de l’enquêteur, ils sont soumis à un quizz auquel ils doivent obtenir au minimum un score de 80% de réponses positives.

Sylvain Matisse a obtenu pour sa part le score de 86%, lui ouvrant la possibilité de contribuer à l’organisation MUFON France en tant qu’enquêteur.
C’est une vraie réussite car le challenge n’est pas aisé avec un manuel d’une centaine de pages qui répertorie notamment les procédures d’enquête : que faire avec un témoin ? Comment éviter les ennuis, les dérapages avec les autorités ? Comment réaliser des prélèvements ? Comment assurer sa propre sécurité ? Etc.

Aujourd’hui Sylvain Matisse est enquêteur en cours d’être certifié. Il saura définitivement enquêteur lorsque la direction de MUFON France aura validé son statut à l’issue de plusieurs enquêtes. Pendant ce temps-là, Sylvain Matisse ne chôme pas. Il est actuellement sur sa septième affaire depuis cet été.

Des témoignages redistribués à partir d’un premier témoignage écrit sur le site MUFON France

L’organisation a organisé son fonctionnement afin de pouvoir prendre en charge rapidement les dossiers de manifestations inexpliquées. Pour rappel, l’ensemble des enquêteurs sont bénévoles. Toutefois certains d’entre eux possèdent des compétences professionnelles très utiles aux enquêtes ou d’autres encore des spécialités comme Sylvain Matisse qui s’est davantage spécialisé sur les OANIs.

Les témoignages peuvent porter sur un événement récent ou ancien. Il faut d’abord envoyer un premier message via le site internet. Le témoin sera dirigé vers un système appelé Case Management System (CMS) dans lequel il déposera son témoignage le plus complet possible. Ensuite un enquêteur est attribué au dossier. Il peut s’agir notamment de celui le plus proche géographiquement.

Au cours de l’enquête, l’anonymat du témoin est toujours respecté. Et si ce témoin souhaite que son témoignage ou l’enquête soit rendue public, il l’indique directement à l’organisation. MUFON France respecte le droit à l’image, le droit à l’audio.

Le rôle d’enquêteur requiert une grande prudence et surtout de la méthode. Il s’agit de relever des indices, des preuves et de pousser au plus loin l’enquête afin de pouvoir obtenir des réponses quand cela est possible.

« Il peut s’agir de phénomènes naturels ou d’autres. Parfois on manque d’informations. Quand c’est inconnu, c’est inconnu. Le but c’est de rendre l’OVNI, OVI (Objet Volant Identifié). » indique Sylvain Matisse.

Ainsi un tel objet peut être fabriqué de la main de l’homme (avion, drone, hélicoptère etc.), ou bien être lié à un phénomène naturel (météorite, phénomène solaire, astronomique, reflet etc.).

Des enquêtes minutieuses pour rendre le sujet crédible

« On épluche tout. On a une démarche technico-scientifique. On est ouvert. Si on a des preuves, on n’inventera rien. Nous travaillons à partir des connaissances actuelles qui sont les nôtres. Nous étudions les OVNIs (Objets Volants Non Identifiés) au sens littéral du terme » poursuit Sylvain Matisse.
Cela signifie tous les objets volants et pas seulement ceux qui pourraient sembler les plus farfelus. La piste des extraterrestres est loin d’être celle privilégiée même si elle peut être prise au sérieux si et seulement si les preuves vont dans ce sens.

Et Sylvain Matisse d’insister sur la différence entre les objets qui sont fabriqués, de phénomènes qui sont quelque chose de naturel. Il rappelle à ce propos que la Norvège est un lieu d’observation de nombreux phénomènes.

Ainsi dans le catalogue artificiel peuvent rentrer aussi tous les engins pyrotechniques par exemple.

Et c’est la connaissance du témoin et son angle d’observation du phénomène qui peut induire chez lui une interprétation de celui-ci. « Il peut être abusé » souligne Sylvain Matisse.

Par exemple certains hélicoptères s’ils ne s’approchent pas assez peuvent être confondus.

« On apprend à faire des relevés d’échantillons. On ne les fait pas n’importe comment. Il nous faut un échantillon témoin. On a des phases techniques. Après on envoie les échantillons pour analyses à un ou plusieurs laboratoires. » explique Sylvain.

S’il est devenu enquêteur au sein de l’organisation, c’est aussi parce que celle-ci permet d’avoir accès du matériel supplémentaire, d’aller plus loin dans une enquête qu’en étant seul.

« On a tous des compétences, parfois en tant que professionnel. Nous écoutons les témoins. Nous ne les jugeons pas. Pour autant on n’avale pas tout ce qu’ils nous disent. On se base sur des faits. On analyse les photos, les vidéos, les enregistrements. Ce sont des pièces à conviction. Et on voit si c’est recevable ou pas. On peut apporter un retour au témoin si on en a. Mais on ne va pas inventer. On essaie d’avancer sur des dossiers. Et si d’autres témoins se présentent sur une même manifestation, on peut préciser des calculs par exemple pour identifier la vitesse de déplacement. On demande aux témoins de donner des détails, même ce qui leur semble insignifiant. Mais il ne faut pas broder » a-t-il ajouté.

Plus de 414 observations signalées dans le monde auprès de MUFON en octobre 2020

D’après l’organisation MUFON US, le rapport mensuel du mois d’octobre fait état de 414 observations signalées partout dans le monde. Précisons qu’il y a pu en avoir davantage. Ce sont celles qui ont été signalées auprès de cette organisation. D’autres organisations s’intéressent aussi à ces sujets. Précisons aussi qu’il s’agit d’observations réalisées au mois d’octobre. MUFON peut être contacté pour des observations réalisées quelques mois plus tôt voire des années plus tôt.
Pour MUFON, le nombre d’observations signalées s’élève à 340 aux Etats-Unis, 34 au Canada, 19 au Royaume-Uni, 3 en Allemagne, 2 en Australie, 2 en Irlande, 2 en Pologne, un en Inde, un en Iran, un en France, un en Roumanie, un en Uruguay, un à Porto-Rico, un en Indonésie, un au Brésil, un en Espagne, un au Portugal et un en Afrique du Sud.

Toujours selon les mêmes sources, le nombre d’observations signalées aux Etats-Unis est de 56 en Californie, 26 à New-York, 26 au Texas, 16 en Pennsylvanie, 14 en Floride, 13 dans l’Ohio, 12 dans l’Arizona, 11 en Caroline du Sud, 10 dans le Colorado et 10 dans le Michigan.

Sylvain Matisse a reçu pour sa part des témoignages de personnes sur des événements, des observations qui ont lieu bien avant cette période. Les personnes choisissent de témoigner plus tard.

L’organisation MUFON crée ainsi avec le temps des archives, dont certaines ont été exploitées dans l’émission Hangar 1 (archives de MUFON US).

« L’œil voit, le cerveau interprète » Sylvain Matisse

Et Sylvain Matisse précise que lors des enquêtes, il s’agit de déceler rapidement si différents témoignages peuvent coïncider avec d’autres cas. « Il peut y avoir des choses confondues ou mal interprétées. L’œil voit, le cerveau interprète. Il peut y avoir des méprises. On pose des questions précises au témoin. Les gens peuvent avoir confiance dans l’organisation. Quand on prend un témoignage, c’est gratuit. On est bénévoles. C’est un échange entre le témoin et l’enquêteur. L’enquêteur peut demander des photos de jour pour mieux situer l’observation. Il y a une structure. C’est suivi.

Tous les lundis, on fait le point sur nos enquêtes. On se concerte. On peut débriefer sur un cas si l’enquêteur veut un avis, s’il a du mal à classer l’affaire. On peut avoir un avis d’un autre enquêteur. » précise Sylvain Matisse.

Où en est l’enquête sur le Crop Circle de Pouilloux ?

Interrogé sur ce dossier ouvert en juillet 2019, Sylvain Matisse reste pour l’instant sur sa faim : « On n’a pas eu de chances de survoler le champ où on a trouvé le Crop circle à cause du Covid. Il n’y a pas eu de gelées blanches permettant d’observer le champ. L’affaire reste en suspens. Il nous manque des informations pour conclure. Le survol était prévu en hiver. Mais celui-ci n’a pas été rigoureux. Et après il y a eu le confinement ».

Sylvain Matisse collabore à présent avec MUFON France. L’organisation souhaitait justement étendre son champ de compétences aux OANIS (domaine de prédilection de Sylvain Matisse). « Ils veulent des gens sérieux qui aient de l’abnégation. Ce n’est pas pour se pavaner. On ne nous met pas de pression pour résoudre une affaire. L’idée est toutefois de ne pas traîner. Car le temps n’est pas notre allié. C’est important d’être attentif et réactif. » ajoute Sylvain Matisse.

A ce jour, le site MUFON France est suivi par plus de 800 personnes.

Les personnes intéressées peuvent envoyer un mail pour avoir un numéro gratuit de la revue numérique Contacts. Et si elles le souhaitent elles peuvent adhérer à MUFON France pour soutenir l’organisation. Sylvain rédige des chroniques sur les OANIs !

Sylvain Matisse remercie Janny Charrueau, Franck Dépaillat et Hugues Noël de leur confiance et remercie Montceau-News !

Pour en savoir plus sur l’organisation voir aussi : https://www.mufonfrance.fr/

EM

Source : Montceau News

Dossier- Des rapports australiens de visualisation radar/visuel impliquant des objets volants non identifiés, a eu lieu le 31 août 1954

crédit image carte :
citiestips.com/

L’un des plus fascinants et controversés  rapports   australiens de visualisation radar/visuel impliquant des objets volants non identifiés, a eu lieu le 31 août 1954. Cette histoire fascinante a été divulguée aux médias en décembre 1954 et à   beaucoup fait parler en Australie.

 


Nowra  est une ville dans la région (la côte sud) de la Nouvelle-Galles du Sud , en Australie. Elle est située à 160 kilomètres au sud-sud-ouest de la capitale de l’État de Sydney (environ 120 kilomètres à vol d’oiseau ).
Nowra est sur la rivière Shoalhaven , qui accueillait autrefois les championnats nationaux australiens de wakeboard, c’est aussi un lieu de pêche populaire. La rivière sépare Nowra de Bomaderry et North Nowra , et est reliée par le pont historique de Nowra . La rivière Shoalhaven est une rivière d’eau salée, bien que la rivière elle-même ne coule pas dans la mer. La rivière Shoalhaven rencontre la mer à travers le canal qui rejoint les rivières Shoalhaven et Crookhaven, qui a été creusé par des détenus sous la direction de l’entrepreneur local et pionnier Alexander Berry .

Deux ovnis signalés par un Pilote de la RAAF en Australie

Source Area 51 Blog

Une rencontre avion-OVNIS très bien documentée est celle du Lieutenant J. O’Farrell dans la nuit du 31 Août, 1954, alors qu’il pilotait un avion Sea Fury au-dessus de la Nouvelle-Galles du Sud méridionale en Australie. Deux objets ont été non seulement aperçus par le pilote, mais ont été également dépistés par le radar à l’aéroport de la Royal Australian Navy à Nowra. Les objets volaient à une vitesse incroyable, et il est plus qu’improbable qu’il y ait eu quelque engin terrestre que ce soit même expérimental et secret capable de ces performances en 1954.

Le 16 Décembre 1954, le Sydney Morning Herald a rapporté que la Base Navale aérienne  Nowra a été mise en  état d’alerte pour surveiller des objets volants non identifiés après qu’un pilote de la RAAF (Armée de l’air Australienne ) ait signalé deux soucoupes volantes trois mois plus tôt, le 31 Août.

«Les officiers  ont fait cette déclaration  aujourd’hui lors d’une inspection de la base aérienne  par le ministre de la Marine, M. J. Francis. «Mis à part admettre l’observation de ces objets, les officiers de marine ont déclaré aux journalistes accompagnant M. Francis que les enquêtes sur l’incident étaient« secrètes ». La Base n’a pas encore établi la nature des objets observés il y a trois mois, «rapporte le Herald.

Le pilote qui a rapporté cette observation était  aux commandes d’un Sea Fury la nuit dans la région de Goulburn. « Il dit que les objets étaient éclairés. Ils se déplaçaient plus vite que son avion [220 noeuds] » 407,44 Km/h » et l’on dépassé, volant près de son avion à environ 15.000 pieds( 4570 mètres ). Le pilote a signalé pendant son vol les objets à la base  Nowra par radio.

« Les opérateurs de radar ont ensuite suivi le Sea Fury et  ont localisé deux autres objets en vol. Les Renseignements ont établi plus tard qu’il n’y avait aucun avion volant dans la région à l’époque. Le pilote a depuis fait un rapport complet sur ​​l’incident aux officiers supérieurs de la base Nowra. « 

Cette affaire importante impliquant des OVNI et du personnel expérimenté de la  RAAF été étudiée par Bill Chalker et le pilote du Sea Fury, le lieutenant JA O’Farrell a été interviewé par le célèbre enquêteur ufologue américain Dr Hyneck lors de sa visite en Australie en 1973.

avion militaire Sea Fury.
KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS ……….. WWW.WEIRDAUSTRALIA.COM

REMARQUE: L’image ci-dessus est une illustration d’un avion militaire Sea Fury.

KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS   ………..    WWW.WEIRDAUSTRALIA.COM

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

Source

 


 

Complément d’informations

L’incident concernait un jeune pilote naval, le lieutenant Shamus Farrell, âgé de 25 ans au moment des faits.

Lors d’une interview plus récente, il raconta:

« J’étais sur le point d’appuyer sur le bouton et de dire à Nowra que les deux engins partaient quand Nowra m’a appelé et dit, « les deux autres avions semblent partir à grande vitesse au Nord-Est. Est ce correct? » et je leur ai dit, « oui! » Et ils ont dit, « Roger, nous verrons si nous pouvons les dépister. » Ils les ont dépistés pendant un moment et les ont ensuite perdus. « Je suis rentré et j’ai atterri à 07:30 (19:30) et quand je suis arrivé il y avait là un certain nombre de gens qui m’attendaient. J’ai pensé que c’était un peu étrange et donc ils ont approché, et ils ont dit, « vous êtes sûr qu’il y avait eu des engins là dehors?  » et j’ai dit oui. » Quand il a atterri, O’Farrell a été méticuleusement interrogé et contrôlé médicalement, et il a été clair qu’il n’avait pas bu. La direction du renseignement naval a alors écrit que O’Farrell était « un témoin totalement crédible » et qu’il « avait été visiblement secoué par son expérience, mais demeure ferme sur le fait qu’il a vu ces objets. »

Le ministère Australien de la Marine fut immediatement alerté, et la même année, le Ministre de l’air, William McMahon, a ordonné des recherches sur ce cas et d’autres cas semblables.

Le consultant en matière scientifique du Projet Blue Book de l’US Air Force, le Dr. J. Allen Hynek, a interviewé le pilote en 1973. Le cas a été méticuleusement détaillé par l’ufologue Australien Bill Chalker (« The Oz Files – l’histoire australienne »).

Un pilote naval qualifié et expérimenté+confirmation de l’opérateur radar au sol de la Nowra Naval Air-Station, et la possibilité de deux témoins indépendants au sol, qui ont confirmé avoir vu  la présence de deux feux lumineux. À ce jour, aucune explication rationnelle pour expliquer cet incident qui est considéré comme l’un des meilleurs  cas d’OVNI avec trace radar à ce jour. Bill Chalker a été l’un des premiers chercheurs civils (ufologue) à étudier le cas  et à le porter  à l’attention du public.  Si bien qu’un livre  a été publié en 1991 par Ken Llewelyn intitulé «incroyables histoires vraies des aviateurs sur le plan terrestre et au-delà»   qui a été cité comme une source  crédible  de l’incident radar Nowra.

Ken Llewelyn était officier des relations publiques  avec le commandant. Bill Chalker a mentionné cet incident dans son livre, »The oz Files » paru en 1996. Depuis lors, Bill Chalker a rédigé un certain nombre d’articles en ligne qui ont été copiés et collés par de nombreux sites Web ufologiques.

Très peu de choses ont été réalisées depuis les années 1990 concernant ce cas fascinant.
Le seul autre chercheur à examiner l’affaire non résolue Nowra , a été Keith BELLONGHOT en 2012. Il a examiné les cas classiques d’OVNI  pendant un certain nombre d’années.
 – Au cours du projet de divulgation (Australian UFO Research Association, 2003-2008), Keith a trouvé deux fichiers originaux de 1954 sur l’incident de Nowra dans les archives nationales d’Australie. Parmi les dossiers se trouvaient des copies ainsi que des rapports originaux mentionnant l’incident signalé par le pilote et l’opérateur radar.
 Il s’agissait d’une source exceptionnelle qui vérifiait l’incident comme une observation crédible.
Bien que malheureusement, les dossiers d’enquête du Bureau de renseignement commun n’ont pas été vus depuis 1973 et  ils n’ont jamais été repérés par des chercheurs civils.
Personne ne sait s’ ils  ont été détruits ou tout simplement égarés.
 Keith BELLONGHOT essaie  de trouver les fichiers manquants.Comme Keith BELLONGHOT le  dit sur son blog, «la clé de la recherche plus approfondie sur ce cas semble se situer avec la localisation possible des fichiers manquants.»- Quoiqu’il en soit,  cette  sombre affaire résiste à l’épreuve du temps.
 ©2017 

Références

 

Area51blog

project1947.com
WEIRDAUSTRALIA.COM
 WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG
WORLDUFOPHOTOS.ORG

 

 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :22/11/2017 à :17h50.


1963- l’armée américaine aurait détecté- un appareil sous-marin de type inconnu se déplaçant à plus de trois cent kilomètres par heure, une vitesse bien supérieure à celle des sous-marins de fabrication humaine !

 

Photographie d’un OVNI sortant de l’eau dans le golfe San Matias à Porto-Rico.

Sur l’une des deux  vidéos où nous sommes interviewés par Yves Herbo, je précise que des ufologues et des chercheurs se sont intéressés au milieu marin concernant l’ufologie. Notre ami Tyron du site web la taverne de l’étrange est l’une de ces personnes.

Alors nous reprenons ici ce qui nous intéresse en la matière.  En occurrence ce petit résumé agrémenté d’une photo d’un cas survenu en 1963. Cette affaire concerne l’US NAVY puisque l’objet a été repéré sur l’un de leur sonars plusieurs jours durant. C’est ce type de témoignage qui nous intéresse  grandement ici  pour nos investigations. Merci à Tyron pour ce travail et le partage de l’information.

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin


Photographie d’un OVNI sortant de l’eau dans le golfe San Matias à Porto-Rico.

Tyron administrateur du site web la taverne de l’étrange a repris ceci:

 L’hypothèse de l’existence de bases sous-marines occupées par des intelligences non-terrestres a été notamment relayée par Ivan T. Sanderson, un naturaliste américain renommé, qui fut l’un des pionniers de la cryptozoologie, une discipline s’intéressant à l’étude des espèces inconnues ou supposées éteintes.

Dans l’un de ses ouvrages spécialisés sur le sujet, il relate une affaire datée de 1963 et qui fait désormais souvent office de preuve irréfutable dans les milieux ufologique: l’armée américaine aurait détecté- un appareil sous-marin de type inconnu se déplaçant à plus de trois cent kilomètres par heure, une vitesse bien supérieure à celle des sous-marins de fabrication humaine ! Repéré sur le sonar de la Navy pendant plusieurs jours, l’étrange objet submersible aurait finalement disparut des écrans en plongeant à une profondeur de plus de huit mille mètres, zone où la pression interdit normalement tout déplacement

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :22/11/2017 à :15h40.

 

Les O.A.N.I. traités dans la revue LDLN

 

Le nouveau LDLN sort. J’ai abordé dans ce numéro le sujet des OANI .

Le Ningen une pure invention ou une espèce réelle?

Capture d’écran faite sur google maps

OANI/ OVNI enquête méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

Parmi les histoires il y a celle-ci.

En 2007, dans les eaux glaciales de l’antarctique  des explorateurs travaillant pour le gouvernement Japonais et effectuant des recherches sur les baleines, auraient été témoins de l’apparition d’une étrange créature, mesurant autour de 20  à trente mètres de long. Ce qui est étrange c’est que d’après les témoins ce spécimen avait une  forme humanoïde.

Au Japon on lui a attribué le nom de Ningen qui ,veut dire humain en japonais.

Pour certains témoins le Ningen aurait des jambes, pour d’autres, non il aurait une queue presque identique à celles qu’ont les sirènes dans les mythologies. Cette espèce aurait même un visage avec des yeux et une bouche à l’exception du nez ou d’un museau et elle aurait une peau blanche très peu pigmentée  .

les photos existantes ne sont pas exploitables du fait de la faible qualité de celles-ci, ce qui ajoute encore un peu plus de mystères. Certains prétendent qu’il ne s’agit que de icebergs.

Personne n’est en mesure d’affirmer car manque les preuves, cette espèce peut-être  tout et n’importe quoi.

Le  gouvernement Japonais est soupçonné d’en savoir plus et de cacher des informations plus détaillées pouvant être  d’une importance déterminante.

Faut-il ranger ceci au rang de légendes urbaines ? Certaines  personnes pensent même au canular, une pure invention faite sur internet. Peut-être ?  Alors espérons  qu’un jour la science répondra promptement à cette question. En attendant le mystère demeure.

 

Ceci pourrait ressembler à cette image ci-dessous, dont nous ne savons  rien de l’auteur.

crédit image: knowyourmeme.com

Une vidéo mise en ligne sur YouTube montre une espèce étrange qui pourrait ressembler à un Ningen. Voir ci- dessous.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe Facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :22/10/2017 à :16h50.

 

 

 

Nos investigations maritimes ont un sens .

crédit image :
centrenature.over-blog.com/

Le fait que le milieu marin nous intéresse n’est plus à démontrer. Mais l’exploration de l’élément

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

marin est  aussi valable pour des lunes, d’autres planètes que notre  terre ou des exoplanètes et exolunes.

Les dernières interventions de la NASA concernant Encelade ou la planète Mars nous conforte dans notre secteur de recherches.

Paul Niles, du Johnson Space Center de la Nasa. « « Ce site peut nous parler du type d’environnement où la vie a commencé sur Terre » en commentant les observations faites par les chercheurs qui ont analysé les données de  la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter)  et qui estiment avoir mis la main sur des dépôts attestant une activité hydrothermale au fond d’une ancienne mer. Alors bien entendu il est trop tôt pour valider que cette planète ait abritée la vie autrefois.

La N.A.S.A avait aussi annoncé au mois d’avril  2017  que Encelade une des lunes de la planète Saturne révélait des panaches qui s’élevaient. L’analyse de ceux-ci semblait indiquer des océans présents sous une sorte de banquise à cause notamment de  la présence d’une importante quantité d’hydrogène moléculaire. Cet hydrogène peut être transformé en énergie par des formes de vie présentes autour de sources hydrothermales. La NASA pense que ceci pourrait être la même chose  pour Europe, la plus  célèbre lune glacée de Jupiter.

Le milieu marin des autres planètes , des lunes ou des exoplanètes  serait-il la clé qui autorise la vie comme c’est le cas sur terre ? Les premiers extraterrestres pourraient être découverts sous l’élément liquide. Une chose est certaine, les sources hydrothermales intéressent de près les chercheurs de l’agence spatial américaine.

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :11/10/2017 à :06h35.

Triangles et OVNIs en mer, Le nouveau Roswell britanique ?

Reconstitution image crédit:
latest-ufo-sightings.net

 

Article source: latest-ufo-sightings.net-traduction  Era pour 

L’apparition de deux OVNI triangulaires a créé un buzz non seulement chez les chercheurs d’appâts   travaillant sur la  plage, mais aussi les militaires. Les deux travailleurs ont déclaré avoir vu les objets mystérieux qui semblaient entrer dans la mer à Wilsthorpe Beach, dans l’est du Yorkshire.

Paul Sinclair, un enquêteur paranormal, parle de l’incident de Wilsthorpe dans un nouveau livre. L’événement a été surnommé le nouveau Roswell britannique en raison de l’étrange activité militaire apparemment liée aux observations d’OVNIS.

Les deux civils étaient salariés d’un magasin de pêche dans le port voisin de Bridlington. Ils travaillaient lorsque l’incident a eu lieu.

M. Sinclair a déclaré que les deux hommes étaient à Wilsthorpe creusant dans l’estran (zone intertidale) quand ils ont vu des triangles entrer dans la mer. Ensuite, les soldats armés ont demandé aux deux travailleurs ce qu’ils faisaient et où ils allaient. Les militaires auraient déclaré qu’ils devaient rester loin de la plage pour éviter les arrestations.

Les chercheurs d’appâts ont affirmé qu’ils étaient restés dans les parages et regardaient les soldats depuis les falaises. Ils ont vu les  militaires munis de ce qui semblait être des détecteurs de métaux, aller et venir sur  la plage. M. Sinclair relate également un autre évènement. Un couple d’octogénaires a remarqué environ 30 à 40 OVNIs qui survolaient cette même plage pendant la nuit. Le lendemain, des opérations militaires eurent lieu. L’incident s’est déroulé le 14 septembre 2009 à 23 heures. Le couple vivait dans un appartement qui donnait sur la mer à Wilsthorpe.

Quand le couple a décidé de se coucher, la femme a vu une lueur à l’extérieur. Quelque chose lui a dit de sortir. Elle a ouvert la porte d’entrée et a regardé vers la mer où elle a vu plusieurs OVNIs brillants sur la côte. Elle a décrit les choses mystérieuses comme faisant 15 pieds (4m57)  de long et 8 pieds (2 m 43) de large. Elle a prétendu qu’ils sont partis après environ une demi-heure.

Le lendemain, le couple a vu deux hélicoptères Chinook atterrir sur la plage par le hameau éloigné. Ces hélicoptères étaient remplis de personnel de la RAF, selon le couple.

Un homme travaillant sur un bateau à Blythe Park a confirmé la présence du personnel militaire.

M. Sinclair a essayé de découvrir la raison de l’opération militaire le 15 septembre en soumettant une demande de liberté d’information au ministère de la Défense (MoD). Le bureau a répondu en disant qu’il s’agissait simplement d’un exercice militaire de routine et qu’aucune vraie munition n’avait été utilisée. Il a ajouté que les explosions étaient des détonations contrôlées de fausses munitions. Il a également révélé que, lorsqu’ils effectuaient des exercices réguliers comme ceux dont il est question, ils demandaient le consentement du propriétaire des lieux.

Néanmoins, M. Sinclair croit toujours que c’est lié à un haut niveau d’activité OVNI déclarée entre mai et septembre 2009 sur la côte est et nord du Yorkshire. Il a déclaré que rien ne prouve  encore que l’affaire soit  liée aux OVNIs. Cependant, après avoir enquêté sur l’incident et obtenu des rapports historiques des gardes-côtes à cette période, il pense que les militaires sont arrivés en raison de la présence d’objets volants non identifiés.

Source : latest-ufo-sightings.net

Remarque administrateurs 

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

Tenons nous ici des OVNIS de forme triangulaire capables de se mouvoir dans les profondeurs maritimes? Dans ce cas nous aurions des OVNIS amphibies si ceci se confirmait. Les autres manifestations sont tout autant d’interrogations dans ce qui est présenté dans cet article. L’affaire sera intéressante à suivre, nous ne manquerons pas de vous informer le cas échéant. 

Ajout ,lien externe de complément  mis à jour le 01/10/2017 à 21h10.

40 vaisseaux extraterrestres observés en Angleterre

 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :29/09/2017 à :18h45.

Les observations aquatiques non-identifiées au salon du paranormal à Dijon

©2017 salon du paranormal à Dijon
crédit photo Matisse sylvain

Michel Ribardière présent pour présenter Alien Project
Crédit photo Matisse sylvain ©2017

Le premier salon du paranormal pour la ville de Dijon a été un succès, bravo à tous.

Ce week-end du 2 et 3 septembre 2017,  j’ai présenté les O.A.N.I s avec un stand et deux conférences, une donnée le samedi et  l’autre le dimanche.

J’ai animé deux conférences devant un public attentif .  Il y avait certes   des connaisseurs mais aussi des témoins ou  des gens tout simplement curieux.

Le  stand que j’ai tenu  pendant toute la durée des ces deux journées a permis d’établir des contacts, des retrouvailles mais  également   aux témoins de  me rencontrer pour livrer  leur  témoignage,  pour s’informer et découvrir les OANIS .

 

Olivier organisateur des repas ufologiques de Dijon à gauche sur la photo était présent.
Crédit photo Matisse sylvain
©2017

 

Je mesure combien il est difficile pour certains témoins de s’exprimer sur leur expérience avec un O.V.N.I, car le sujet est tabou et laisse quelquefois un traumatisme insoupçonné. Alors merci à ces gens qui ont franchi le pas pour me livrer en toute simplicité leur observation dont certains ont  été témoins à plusieurs reprises de choses inconnues plus ou moins marquantes et qu’ils ne sont pas prêts d’oublier .

Le domaine du paranormal est particulier et peut surprendre. Ainsi la rencontre avec d’autres disciplines est tout aussi intéressante. La bonne humeur des gens a rendu ce rendez-vous positif. 

deimian répond aussi présent au salon
Crédit photo – Matisse sylvain
©2017

Jean louis Lagneau et sa femme venus pour présenter leur revue LDLN ( Lumières diurnes Lumières Nocturne anciennement Lumières dans la nuit) – Crédit photo Matisse sylvain ©2017

J’ai eu le plaisir de rencontrer pour la première fois Michel Ribardière venu présenter Alien project, Joslan F. Keller auteur de Dossiers Inexpliqués et Jean louis Lagneau accompagné de son épouse qui présentaient LDLN. Nous avons avec Jean Louis échangé et affiné  notre partenariat puisque nous soutenons cette revue ufologique

Des spécialistes plus ou moins connus ont contribué à ce que ce rendez soit un véritable succès pour l’organisation. La disponibilité de l’équipe organisatrice dirigée par Lucile Vukovic a été récompensée,  ainsi que leur travail et leur générosité je pense, au regard de la fréquentation de cette première de ce style à Dijon. Le sourire qui se lisait à travers  les gens, qu’ils soient visiteurs, exposants, ou conférenciers pendant tout le week-end est un indicateur qui ne trompe pas.  Merci à toutes et à tous, organisateurs, exposants, conférenciers, témoins ou simples visiteurs.  A refaire. 

Joslan F. Keller auteur du livre dossiers inexpliqués présent au salon du paranormal qui se tenait au palais des congrès à Dijon qui accueillit 2000 visiteurs voire plus ce week-end du 2 et 3 septembre 2017
crédit -photo -Matisse sylvain ©2017

Michel s’intéresse à mon stand
crédit photo Matisse sylvain
©2017

Christian Comtesse venu d’Alsace pour représenter les repas ufologiques – Crédit photo -Matisse sylvain ©2017

 

Etude de l’effet d’ondes électromagnétiques sur le fonctionnement de circuits électroniques pour comprendre certaines performances des observations inexpliquées.

 

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

En 2012 –
selon le Sunday Times, Israël envisageait de lancer une impulsion électromagnétique (IEM) sur l’Iran pour paralyser l’ensemble de ses réseaux de transports et de communications.
Crédit -Le Monde.fr/ sunday-times

OANI/ OVNI enquête méthode réflexion – 2016
Crédit:
éditions Saint-Martin

Notre étude continue.

Nous savons que certains OVNI  inférèrent sur certaines installations tels : 

-des systèmes de navigation,

-les communications,

-les téléviseurs,

-les appareils électroniques et l’armement.

 

Deux cas très connus ont rencontré ce genre d’ anomalies.

Ceci est arrivé pour l’affaire de Téhéran dans la nuit du 18 au 19 septembre 1976, lorsque le pilote Parviz Jafari a perdu le contrôle de son appareil  incluant le contrôle du système de navigation d’une part et le système d’armement d’autre part.

Selon le compte-rendu de vol, le premier appareil est victime d’une panne de communications radio et rentre à la base.

  • Un second F-4 décolle peu de temps après, avec la même mission
  • La lumière donne l’impression de reculer lorsque le second pilote tente de s’en approcher..
  • Le pilote se sent agressé et décrit l’envoi d’un missile.
  • Il veut alors riposter avec un missile AIM-9 Sidewinder mais les commandes d’armement tombent en panne.
  • J’ai esquissé le problème dans mon ouvrage O.A.N.I/O.V.N.I , enquête ,méthode, réflexion ( éditions SAINT MARTIN -Janvier 2016) et mes recherches continuent à ce propos.
  •  autre cas:
  • Le 27  Septembre 2010, six anciens officiers de l’ U.S. Air Force et un ancien homme de troupe ont rompu leur silence au National Press Club, concernant les objets volants non identifiés et des missiles nucléaires abattus. Ils ont exhorté le gouvernement à confirmer publiquement l’incident, indiquant qu’ils ont reçu l’ordre de ne jamais discuter des événements.
  • Des OVNIS ont attaqué les armes nucléaires à Malmstrom Air Force Base dans le Montana, « L’OVNI a été signalé par mon garde. Un objet ovale rouge vif  planant en dehors de la grille d’entrée. Il était très agité, effrayé, quand il m’a dit  ça au  téléphone. La raison pour laquelle je crois que ce qu’il m’a dit est vrai, c’est parce qu’ils n’avaient pas accès à notre système de défense antimissile. Ils n’avaient aucun moyen de le contrôler. Et tandis que cet objet était là-haut, nos missiles se sont éteints.Salas, un ancien officier de lancement de missiles nucléaires de l’US Air Force, a présenté l’événement avec le chercheur Robert Hastings, auteur de « Les OVNIS et des armes nucléaires:. Rencontres extraordinaires sur les  Sites d’ armes nucléaires  » J’étais en service quand un objet est venu et a plané directement sur le site « , a déclaré Salas, concernant l’événement du 16 Mars , 1967, à Malmstrom AFB dans le Montana. » Les missiles se sont fermés, 10 missiles Minuteman. Et ce fut  la même chose sur un autre site une semaine plus tard, dit-il.
  • Le témoignage de sept anciens militaires à la conférence de presse à Washington DC, qui ont affirmé, « les OVNIS ont désactivé des dizaines de missiles nucléaires  à travers les États-Unis. Il est également prouvé que les OVNIS sont apparus sur les installations nucléaires dans l’ex-Union soviétique et le Royaume-Uni.   Robert Hastings l’expert de recherches a indiqué qu’ a lui seul il a interrogé plus de cent militaires qui ont une connaissance de premier plan sur les ovnis et que  leur gouvernement refuse de divulguer les détails de ces incursions ovni et de l’arrêt des missiles  – beaucoup  sentent que  les grands médias ont été invités  à discréditer ces rapports à tous prix…
  • Voir
  • Ces allégations mettent en évidence une certaine technique employée.
  • Que ceci soit de nature exogène ou humaine n’a pas d’importance pour l’instant.
  • Le tout étant d’abord de comprendre comment des machines, des outils informatiques protègés ou non par une cage de Faraday  peuvent être endommagés totalement ou désactivés temporairement.
  • Je met à disposition un travail de base effectué par  l’ Académie de Montpellier
    Institut d’Electronique du Sud ― UMR CNRS 5214
    Université Montpellier 2
    – Sciences et Techniques du Languedoc .
  •  Ce document au format PDF  nous apprend certains fonctionnements concernant  une étude de l’effet d’ondes électromagnétiques sur le fonctionnement
    de circuits électroniques – Mise en place d’une méthode de test
    des systèmes.
  • Je pense que ce travail est une assez bonne approche pour nous instruire un peu et ensuite nous permettre de nous concentrer sur un travail plus avancé.
  • Article Matisse sylvain pour ©2017
  • Document PDF source: tel.archives-ouvertes.fr/
  • Cliquez sur l’image PDF pour lire le document 
  • Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

    Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :25/08/2017 à :19h30.

Une observation digne du film RR 3 en Ecosse ?

L’église Saint-Mathieu à
Perth ou
Peairt (gd) / Pairth (Ecosse)
Crédit photo: Wikipédia

 Article crédit : express.co.uk/ traduction  Era & sylvain à l’aide de traducteurs en ligne .

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

L’ Ecosse est connue pour la légende du Loch Ness, ce lac d’eau douce situé dans les Highlands, devenu célèbre par une fameuse créature qui aurait été aperçue par de très nombreux témoins mais dont les preuves manquent. Pour autant, combien d’entre nous savons que ce pays recense en moyenne 300 observations d’OVNI/ PAN par jours ! Parmi ces observations insolites et au regard de la situation géographique du pays, n’aurions nous pas un certain nombre d’ OANI ( Observation aquatique non-identifiée). Ceci étant, les questions restent sensiblement les mêmes ? Phénomènes, canulars et méprises mis à part, que sont ces choses?  Qui est derrière tout cela? Voici  ci-dessous, l’une des affaires des plus intrigantes datant de février 2016 repris par le média express.co.uk.

Cliquez sur l’image pour visualiser sur google maps

Le 28 février 2016 en Ecosse .

Le témoignage concerne Rossie Ochil, située  au sud de la ville de Perth  monsieur  John Macdonald, tard dans la soirée, alors qu’il roulait en pleine campagne au volant de sa jeep, John Macdonald aurait vu un OVNI.

Ce cas d’OVNI comparé aux autres est assez à part. En effet, alors que plusieurs témoins disent voir un OVNI silencieux la plupart du temps, le cas de John Macdonald est tout l’inverse, car son observation était bruyante , venant de l’OVNI lui même.

 « Ma jeep est loin d’être silencieuse mais le bruit du moteur était couvert par le vacarme. On aurait dit le son d’un millier d’aspirateurs fonctionnant en même temps… »

Pour les sceptiques, il s’agit tout simplement d’un drone. John Macdonald n’est pas du tout de cet avis: « Je sais très bien ce que j’ai vu et ce n’était pas un drone » dit le témoin qui était situé, selon son estimation, à environ 60 mètres de l’objet. Cité par The Express, un pilote de drone n’est pas plus convaincu par cette hypothèse: « Je n’ai aucune idée de ce que c’était mais cela n’a rien à voir avec un drone. La forme ni les lumières ne ressemblent à rien de ce que je connais. » Le son de « 1000 aspirateurs » décrit par John Macdonald tend aussi à décrédibiliser la thèse du drone.

Ci dessous monsieur Macdonald et son cliché .

Source

John Macdonald a réussi à prendre l’OVNI avant qu’il n’ait soudainement disparu.
Crédit : CASCADE NEWS / express.co.uk/

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :18/08/2017 à :10h35.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :