Archives de la catégorie ‘Lexique

Lexique des termes de Marine

 

Source: http://www.netmarine.net/guides/dico/index.htm

(D’après le Glossaire des termes courants de vocabulaire maritime, Ecole Navale et Groupe Ecoles du Poulmic, Edition 1977). (A noter 3 dictionnaires intéressants français-anglais et anglais-français de la marine, français-anglais et anglais-français de l’armement et lexique français-anglais-allemand-italien-espagnol-russe des termes de marine, par le CC Richard Dobenik – disponibles auprès de l’éditeur ‘la Maison du Dictionnaire » 98, Bd du Montparnasse 75006 Paris)

 

A

 

 

Abaca : Bananier des îles Philippines dont les fibres des feuilles fournissent une matière textile dite « chanvre de Manille », employée pour faire des cordages légers, moins solides que ceux en chanvre, mais aussi moins onéreux.

 

Abattre : Ecarter sa route du lit du vent. Ce mouvement s’appelle une abattée.

 

Abord (en) : Sur le côté du bâtiment.

 

Accastillage : Objets et accessoires divers équipant un navire.

 

Accore : Se dit d’une côte escarpée dominant une mer profonde. Bord d’un récif ou d’une roche : à l’accore de…

 

Accoster : Placer un bâtiment le long d’un quai ou le long d’un autre navire.

 

Acculée : Mouvement en arrière d’un navire, il cule.

 

Adonner : Le vent adonne pour un navire à voiles quand il tourne dans un sens favorable à la marche, c’est à dire quand il vient plus à l’arrière. Le contraire est : refuser.

 

Affaler : Faire descendre ; c’est le contraire de hâler – Affaler quelqu’un le long du bord, ou d’un mât, c’est le faire descendre au bout d’un filin (en général, assis dans un noeud de chaise).

 

Aiguillots : Pivots fixes sur une mèche du gouvernail ou sur l’étambot et tournant dans les femelots.

 

Aileron : Partie de tente qui se place en abord. Prolongements en abord et généralement découverts de l’abri de navigation.

 

Ajut : Noeud servant à réunir momentanément deux bouts de cordage – Faire ajut.

 

Allure : Direction d’un navire par rapport à celle du vent.

 

Amariner : Amariner un équipage : l’habituer à la mer.

 

Amarrage : Action d’amarrer – Matelotage : bout de lusin, merlin, ligne, etc. servant à relier ensemble deux cordages.

 

Amarres : Chaînes ou cordages servant à tenir le navire le long du quai.

 

Amener : Abaisser – Faire descendre.

 

Amer : Point de repère sur une côte.

 

Amure : Manoeuvre qui retient le point inférieur d’une voile du côté d’où vient le vent (voile carrées). Par extension est synonyme d’allure. Pour les bateaux latins, on continue à dire qu’ils naviguent bâbord ou tribord amures, selon que le vent vient de la gauche ou de la droite.

 

Anguillers : Conduits, canaux ou trous pratiqués dans la partie inférieure des varangues des couples pour permettre l’écoulement de l’eau dans les fonds.

 

Anspect : Ou barre d’anspect. Levier en bois dur servant à faire tourner un cabestan ou un guindeau. Primitivement, servait à pointer les canon en direction.

 

Aperçu : Pavillon signal que l’on hisse pour indiquer que l’on a compris un signal.

 

Apiquer : Hisser l’une des extrémités d’un gui ou d’une vergue de manière à l’élever au dessus de l’autre.

 

Apparaux : Ensemble des objets formant l’équipement d’un navire.

 

Appel : Direction d’un cordage, de la chaîne de l’ancre – Voir aussi : rappel.

 

Appuyer : Haler, raidir un cordage pour soutenir ou fixer l’objet auquel il aboutit. Appuyer un signal, c’est l’accompagner d’un signal sonore, coup de Klaxon, pour attirer l’attention. Appuyer la chasse : poursuivre obstinement.

 

Araignée : Patte d’oie à grand nombre de branches de menu filin qu’on installe sur les funes des tentes et tauds pour permettre de les maintenir horizontaux. Hamac : réseau de petites lignes à oeil placées à chaque extrémité de la toile du hamac pour le suspendre : elles se réunissent à deux boucles métalliques ou organeaux d’où partent les « rabans » de suspension.

 

Arborer : Arborer un pavillon, c’est le hisser au mât. En Méditerranée, dans la langues des galères, le mât s’appelait l’arbre.

 

Ardent : Un navire est ardent lorsqu’il tend de lui-même à se rapprocher du lit du vent. C’est le contraire du mou.

 

Armement : L’armement d’un bâtiment consiste à le munir de tout ce qui est nécessaire à son genre de navigation; ce terme désigne aussi la totalité des objets dont un navire est muni. Ces objets sont inscrits sur les « feuilles d’armement ». Dans une embarcation, on appelle ainsi son équipage.

 

Armer : Armer un navire : le munir de son armement. Armer un câble : le garnir en certains endroits pour le garantir des frottements.

 

Arraisonner : Arraisonner un navire c’est le questionner sur son chargement, sa destination, et toutes autres informations pouvant intéresser le navire arraisonneur.

 

Arrimage : Répartition convenable dans le navire de tout les objets composants son armement et sa cargaison.

 

Arrivée : Mouvement que fait le navire quand il s’éloigne du lit du vent pour recevoir le vent plus de l’arrière. Syn. : « abattée ». Contraire : « auloffée ».

 

Arrondir : Passer au large d’un cap pour éviter les dangers qui le débordent.

 

Assiette : Manière dont le navire est assis dans l’eau, autrement dit sa situation par rapport à la différence de ses tirants d’eau avant et arrière. Assiette positive : T AV < T AR – Assiette négative : T AV > T AR.

 

Atterrir : Faire route pour trouver une terre ou un port.

 

Attrape : Cordage fixé sur un objet de façon à pouvoir en temps utile l’amener à portée de main.

 

Atterrissage : Action d’atterrir.

 

Auloffée : Mouvement d’un navire tournant son avant vers le lit du vent. Contraire : arrivée abattée (ou abattée).

 

Aveugler : Une voie d’eau : obstruer avec des moyens de fortune

SUITE

 

 

       

Publié 23 février 2012 par Sylv1 dans Lexique

Tag(s) associé(s) : ,

Glossaire

physalie de l'espèce Physalia physalis

Image source: http://www.aquaportail.com/definition-10332-physalie.html

source 
image: http://mediatheque.citedelamer.com/f

Barre de séparation

Note sylv1 adm:

oanis

avatar i love japan

Effectuant mes propres recherches à travers d’articles et supports divers, je vous liste à l’aide de certains documents ou quelques sources, ce petit guide agrémenté, d’images et quelquefois de vidéos…

Quelques mots , définitions, sigles peuvent être techniques et donc incompréhensibles sur certains documents, articles reportages…, alors cette page  vous aidera certainement quelquefois.

Glossaire en cours , commencé début année 2012, en perpétuel remise à jour au gré du temps , de l’information, et découvertes.

Mise à jour de ce petit résumé, le 19/01/2013, 12h25.

cropped-capture2.jpg

Barre de séparation

alpha 01

Gif animé: http://corigif.free.fr/alphabet/alphaeau/alpha_01.htm

Acide aminé :

Chaque acide aminé est constitué d'une fonction amine, d'une fonction acide et d'une chaîne latérale (R) variable. © DR.

élément de base composé de carbone, d’hydrogène et d’oxygène , il en existe 21 sortes : cytosine, alanine, guanine.., elles forment les matières organiques comme les  protéines lorsque elles sont assemblées en diverses combinaisons.

A.D.N :

adn

Sigle mis pour Acide Désoxyribo Nucléique .

C’ est une molécule, présente dans toutes les cellules vivantes, qui renferme l’ensemble des informations nécessaires au développement et au fonctionnement d’un organisme. C’est aussi le support de l’hérédité car il est transmis lors de la reproduction, de manière intégrale ou non. Il porte donc l’information génétique et constitue le génome des êtres vivants. ( source wikipédia).

C’est la plus célèbre des molécules du vivant.

A.R.N:

Sigle pour: Acide Ribo Nucléique  constitué d’une chaîne de molécule nécessaire à la synthèse de protéines dans la cellule  contrôlé par l’A.D.N.

Appendiculaire:

animal marin invertébré d’un aspect larvaire, appartenant au groupe des tuniciers( (têtard)  dont le corps fait penser à un sac enveloppé d’une tunique muni de fentes branchales qui lui permet de respirer et à la nutrition. Cette larve  nage.

Architeuthis:

Nom savant du calmar géant qui dans l’imaginaire populaire était appelé  » le KRAKEN ».

Il vit  dans les profondeurs de nos océans. Sa taille peut atteindre 18 mètres de long ,6 mètres rien que pour son  son corps , l’oeil pouvant mesurer 25 centimètres de diamètre.

Les calmars géants ou architeuthidés (Architeuthidae) forment une famille de céphalopodes décapodes, contenant un seul genre : Architeuthis. Les calmars géants ne sont pas de proches parents du calmar colossal. Bien que leurs dimensions soient gigantesques, leur anatomie et leur aire de répartition respectives sont très différentes. ( source wikipédia)

ABYSSES :

 Profondeurs océaniques situées à plus de 2000 mètres en dessous du niveau de la mer.

 
 
Alizés:
 

   LES ALIZES

 
 

Nom donné aux vents réguliers qui soufflent des hautes pressions tropicales vers les basses pressions équatoriales ( Nord-Est, Sud-Ouest pour la partie de l’ hémisphère Nord. Sud-Est vers le Nord-Ouest concernant l’hémisphère Sud.)

Anémone:

Anémone de emr

Les anémones sont des animaux fascinants, considérées pendant très longtemps comme des plantes, voir comme ‘les fleurs de la mer !

définition ci -contre W

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Apode:
la cécilie

Les apodes sont des amphibiens   pas comme les autres  ils ont une forme de vers.

Un organisme qui ne possède ni pieds, pattes ou nageoires.

Archèocète:

Archéocète – 50 millions d’années

Archéocète

Animaux semi-terrestres ancêtres des cétacés , vivant il y a 40 millions d’années environ  et dont leurs pattes commençaient à se transformer en nageoires.

alpha 02

Bulle tympanique:

Os dur de forme complexe concernant l’oreille des cétacés , il leur permet une écoute plus limpide des sons transmis dans l’eau.

Bermudes ( triangle des bermudes)

Espace marin de l’atlantique Nord au large de la Floride  célèbre pour d’étranges phénomènes:

Des marins qui se volatilisent, des avions qui volent plus vite que ne le permet leur moteur, des moteurs qui s’affolent, des appareils qui ne répondent plus…

Les cyclones, ouragans y sont fréquents et ainsi de nombreux accidents sont survenus dans cette zone et demeurent encore à ce jour inexpliqués .

Bivalves:

Article et image ( croquis) source: http://www.mer-littoral.org/14/bivalves.php

Les Bivalves sont des Mollusques aquatiques munis d’une coquille à deux valves. On connait 12000 espèces vivantes, le plus ancien fossile remonte au début du Cambrien, il y a -530 millions d’années.

Les Bivalves ou lamellibranches sont des mollusques marins ou dulcicoles. Ils sont capables de coloniser tous les substrats. Sur les fonds durs ils se fixent en cimentant une valve (huitres) ou en s’attachant à l’aide de leur byssus (moules). Ils peuvent s’enfouir dans les substrats meubles (palourdes) ou perforer le bois (tarets).

On les rencontre dans toutes les mers du globe y compris les mers polaires, et les espèces d’eau douce sont présentes dans tous les fleuves, dans les ruisseaux, les étangs et jusque dans les lacs de haute montagne à plus de 2500 mètres d’altitude.

Anatomie des Bivalves

La plupart des bivalves sont des mollusques filtreurs, la tête se limite à la bouche et ils ne possèdent pas de radula. Ils se nourrissent de micro-organismes, essentiellement du phytoplancton ou de détritus. L’eau chargée de particules nutritives et en oxygène pénètre par le siphon inhalant. Elle est pompée par le battement des millions de petits cils des branchies. La nourriture triée par les branchies est acheminée vers la bouche puis digérée. Les excréments seront évacués avec l’eau de respiration par le siphon exhalant.
Les bivalves ne possèdent qu’une coquille composée de deux valves, articulées entre elles par une charnière et manoeuvrées grâce aux muscles adducteurs. Le manteau sécrète la coquille. Le pied très musclé sert à l’enfouissement.

Mollusque bivalve

Béring (mer )

Partie Nord de l’océan pacifique entre l’Asie et l’amérique.

Extrait article avec photo ci -dessous source:

http://photodetour.wordpress.com/

L’Alaska (“continent” en langage inuit) est l’Etat des Etats-Unis le plus vaste, avec une superficie totale de 1 717 854 km², soit plus de trois fois celle de la France métropolitaine. Seuls 683478 habitants peuplent cet état très particulier.highways_alaska

L’Alaska est bordé au nord par l’océan Arctique et la mer de Béring et au sud par l’océan Pacifique. Ce territoire est séparé de l’Asie par le détroit de Béring. La capitale, Juneau est accessible uniquement en avion ou en bateau.

* La bioluminescence * ( source :le-monde-abyssale.skyrock.com/

* La bioluminescence *
Qu’est-ce que la Bioluminescence?

C’est la production et l’émission de lumière par un organisme vivant résultant d’une réaction chimique au cours de laquelle l’énergie chimique est convertie en énergie lumineuse.

La bioluminescence peut être générée par des organismes symbiotiques hébergés au sein d’un organisme plus grand. Le composé chimique à l’origine de la luminescence est la luciférine. Celle-ci émet de la lumière en s’oxydant grâce à l’intervention de la luciférase (qui est une enzyme).

La majorité des émissions lumineuses marines appartiennent au spectre lumineux du bleu et du vert, les longueurs d’onde qui peuvent être transmises aisément à travers l’eau. Plus rarement, certaines espèces émettent dans le rouge ou dans l’infrarouge.

Ainsi plus de 90% des espèces abyssales ont cette capacité de bioluminescence.

Il existerait 3 types de Bioluminescence:
* Intracellulaire
Générée par des cellules spécialisées du corps de certaines espèces pluricellulaires dont la lumière est émise vers l’extérieur à travers la peau.

* extracellulaire
Réalisée à partir de la réaction entre la luciférine et la luciférase. Une fois synthétisé, chaque composant est stocké dans des glandes de la peau. L’expulsion et le mélange de chaque réactif à l’extérieur produit des nuages lumineux.

Voici la réaction:
Luciférine + Mg2+ +ATP + O2 —–Luciférase——> Oxyluciférine + AMP+ PPi + CO2 + Lumière

* Bactéries symbiotiques
Ce phénomène est uniquement connu chez les animaux marins comme les cténophores, les cnidaires, les vers, les mollusques, les échinodermes et les poissons. Il semble que ce soit le type de bioluminescence le plus répandu du règne animal.
<<<À différents endroits du corps, les animaux disposent de petites vésicules (photophores) qui renferment des bactéries luminescentes. De plus les organes lumineux sont généralement reliés au système nerveux ce qui permet à l’animal de contrôler l’émission lumineuse.

A ne pas confondre avec:
-> la Fluorescence: qui est une émission lumineuse provoquée par diverses formes d’excitation, et permet de caractériser un matériau.
-> la Phosphorescence: lorsqu’une matière continue à émettre de la lumière après avoir été éclairée. Ici il y a mise en jeux de réactions d’oxydations.

A quoi sert la Bioluminescence?
Il existe actuellement 4 théories sur le sujet:

¤ Le camouflage:
Certes cela peut paraître paradoxal, mais certains poissons utilisent cette technique pour se camoufler des prédateurs qui traquent leurs proies par dessous. Le contour des proies se dessinant ainsi comme des ombres chinoises dans la faible lumière arrivant de la surface, la bioluminescence permet à ce moment là de simuler l’environnement avec l’arrivée légère de la lumière. Ceci est comparable à une cap d’invisibilité.

¤ L’attraction:
Utilisée ici comme un leurre, un appendice lumineux ballant et s’étendant au-dessus de la tête du poisson permet ainsi d’attirer les petits animaux à une distance autorisant l’attaque. Comme par exemple chez le * Gigantactis vanhoeffeni *. La bioluminescence peut aussi servir pour attirer les partenaires sexuels: certains poissons utilisent un flash périodique au niveau de leur abdomen pour attirer leur partenaire lors de la reproduction.

¤ La répulsion/ fuite:
Certains calmars et petits crustacés utilisent des mélanges chimiques bioluminescents (également des boues de bactéries bioluminescentes) afin de repousser les attaques des prédateurs, ce qui a pour but de détourner l’attention du prédateur ce qui permet la fuite en toute sécurité.
C’est comme le jet d’encre des calamars que nous connaissons.

¤ La communication:
A une échelle bactérienne, permettrai leur communication, et favoriser la symbiose bactéries / hôte et pourrait jouer un rôle dans l’agrégation de colonie.Liens:
¤ Animation:
¤ Bioluminescence sur un lobé au niveau de ses cils
¤ Bioluminescence sur une espèce de méduse
¤ Bioluminescence sur les animaux « pêcheurs »

alpha 03

Cétacés:

JPEG - 26.2 ko

GIF - 11.1 ko

Odre de mammifères marins au corps  » pisciforme »  dont les pattes inférieures se sont transformées en nageoires.

JPEG - 37.7 ko

Ce groupe des mammifères marins inclut également :

  • les pinnipèdes (phoques, otaries et éléphants de mer),

  • les siréniens (lamantins et dugongs),

  • l’ours polaire et

  • les loutres marines.

  • Ce ne sont pas des poissons .

Calmar vampire:

Image

Espèce apparentée aux ancêtres du calmar et du poulpe, il possède deux gros yeux bleus comme des saphirs.

extrait ci- dessous  (wikipédia):

Le vampire des abysses (Vampyroteuthis infernalis) est une espèce de petits céphalopodes vivant dans les abysses de tous les océans tempérés et tropicaux du monde. Il possède d’uniques filaments sensoriels rétractiles qui justifie son placement dans un ordre spécifique : Vampyromorphida, bien qu’il partage des similitudes avec les calmars et les pieuvres.

Chenal sonore:

 zone comprise entre 100 et 1000 mètres de profondeur qui est idéale pour le son .Il est utilisé par les baleines pour communiquer.

Article et croquis ci-dessous source: http://www.semantic-ts.fr/articles/plaquette_fr/ts.htm

Exemples d’études dans le domaine du traitement du signal:

Exemples d’études dans le domaine du traitement du signal Étude de simulation des fluctuations aléatoires d’indice de réfraction du milieu marinEn milieu marin aléatoire l’autocorrélation verticale du champ sonore vérifie une équation parabolique stochastique que l’on a résolue en la projetant sur la base des modes propres du milieu (cf. études théoriques). La transformée de Fourier spatiale de la fonction d’autocorrélation  met en évidence les périodicités spatiales et fournit une répartition angulaire de la densité spectrale du signal (voir figure ci-dessous).

Histoire de la densité spectrale angulaire en fonction de la distance de propagation. Elle représente les angles d’arrivée (en degrés) de l’énergie sonore sur une antenne verticale de longueur 200m. La fréquence est 50Hz, l’immersion de la source : 50m, la profondeur du  milieu : 200m. Observation de la répartition de l’énergie sur toute la hauteur d’eau, celle-ci est très rapidement canalisée dans le chenal  sonore. Les fluctuations du milieu sont dues aux ondes internes dont les longueurs de corrélation horizontale et verticale sont de 2000m et 100m, leur variance étant de 5 10-4.

A partir de la densité spectrale angulaire et des caractéristiques de l’antenne avec laquelle on souhaite effectuer des mesures du signal étudié, on peut calculer les sorties d’antenne que l’on obtiendrait en plaçant cette antenne dans le milieu fluctuant, et par conséquent analyser et prévoir l’impact des fluctuations du milieu sur la directivité du signal.

Analyse Temps-Fréquence de signaux biologiques

La courbe bleue ci-dessous présente un exemple de signal biologique (signal émis par un dauphin). Ce signal, complètement noyé dans le bruit de fond, n’est pas visible sur cet enregistrement temporel.

Enregistrement temporel d’un signal émis par un dauphin

 Transformée de Gabor 

Fréquence (Hz)

La courbe rouge présente son spectre fréquentiel obtenu par FFT. Ce traitement  fréquentiel ne permet pas de mettre en évidence de caractéristiques fréquentielles particulières qui pourraient signer la présence d’un dauphin.

Spectre fréquentiel de ce signal

Par contre la transformée de Gabor ci-contre (transformée de Fourier glissante) met nettement en évidence une modulation de fréquence, signature du sifflement de l’animal

Chinchard:

Chinchard commun

BB

Chinchard commun

Poisson ressemblant au maquereau mais plus massif  et sans rayures sineues typiques, mais comme lui il se déplace en bancs compacts.

Tous deux se  ressemblent beaucoup,que l’ on trouve en pleine eau, généralement au large et ils n’ont aucun contact avec le fond.

Colobonema :

Organisme marin appartenant à la famille des cténophores.Il vit dans les profondeurs des océans.

Colobonema sericeum

Corps simples:

On dit qu’une substance est à l’état de corps simple lorsqu’elle ne comporte qu’une seule sorte d’atomes  ou qu’il n’ y a pas de combinaison de plusieurs éléments .Le chlore (cl) et le sodium (Na) sont par exemple des corps simples ,  tandis que le chlorure de sodium ou soude ( Na Cl ) n’en n’est pas un .

Ci -dessous complément ( source wikipédia)

Un corps simple est une forme chimique ne comportant qu’un élément chimique, par opposition aux composés chimiques, infiniment plus nombreux et dans lesquels plusieurs éléments différents sont associés de diverses manières. Tout en restant dans une phase, solide par exemple, un élément chimique peut se matérialiser en corps simples différents par leur structure, appelés formes allotropiques.

Si les atomes de l’élément chimique sont réunis en molécules, on parle de corps simple moléculaire comme dans le cas du dihydrogène (H2), du diazote (N2), du dioxygène (O2), de l’ozone (O3) ; dans le cas contraire, celui des métaux et des gaz monoatomiques, il s’agit de corps simples élémentaires.

La formation et la nature élémentaire ou moléculaire des corps simples possible des différents éléments sont repérables à partir des blocs de la table de Medeleïev :

 et  autre complément source: http://ora-et-labora.frenchboard.com/

Chaque « corps simple » a un nombre atomique qui le caractérise et le définit absolument… La liste des nombres atomiques qui donne le nom de chaque corps simple s’appelle liste de Mendeleïev.

« Tout est arrangé selon le Nombre » (Pythagore)

Si on consulte cette liste, et qu’on en émarge les métaux connus de toute antiquité, on constate qu’ils sont bien au nombre de SEPT.

26 . Fer (Fe)
29 . Cuivre (Cu)
47 . Argent (Ag)
50 . Etain (Sn)
79 . Or (Au)
80 . Mercure (Hg)
82 . Plomb (Pb)


Copépode:

Article source: : http://fr.wikipedia.org/wiki/Copepoda

Aide à la lecture d'une taxobox Copépodes

Les copépodes sont un groupe de petits crustacés, libres et parasites (externe ou interne d’organismes variés), vivant dans l’eau de mer et dans presque tous les habitats d’eau douce (lac, marais, rivière, eaux souterraines).

En fait, je rajoute qu’il compose 60%  du plancton animal marin et se nourrit de phytoplancton.

Cténophores:

Article source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ctenophora

Les cténophores (Ctenophora, du grec ktenos, « peigne » et phorein, « porter ») ou « Cténaires » sont des organismes marins carnivores transparents et à symétrie radiaire (planctoniques et plus rarememnt benthiques), représentés par près de 150 espèces, répandus dans tous les océans du monde. Il se déplacent grâce à des cils locomoteurs alignés en 8 rangées sur des plaques ciliées et formant des peignes. Ils constituent une bonne part de la biomasse planctonique mondiale.
Leur nom provient de la structure en peigne de leurs rangées de cils.
Leur ressemblance superficielle avec les méduses les a fait autrefois classer auprès de ces dernières dans le groupe des cœlentérés, classification aujourd’hui tombée en désuétude. Contrairement aux méduses, les Ctenophora ne possèdent pas de cnidocytes (cellules urticantes), mais des colloblastes (cellules collantes); ils sont de plus hermaphrodites.

Les cténaires les plus connus du public sont la groseille de mer (Pleurobrachia pileus) et la ceinture de Vénus (Cestum veneris). Certaines espèces, comme la groseille de mer, peuvent atteindre des populations si denses et importantes qu’elles peuvent colmater les filets des pêcheurs voire les prises d’eau de centrales nucléaires (ex :Centrale nucléaire de Gravelines[1] par exemple) ; d’autres ne sont connues que par quelques spécimens.

Chloroplaste:
image wikipédia.

Chloroplastes dans des cellules végétales de Plagiomnium observées au microscope optique

Petite particule contenue dans les cellules végétales et contenant la chlorophyle capable de réaliser la photosynthèse.

Cnidaires:

Embranchement d’animaux marins comprenant les méduses.

cnidaires                                              

Carbonate:

Minéral composé de carbone oxydé comme la dolomite ou la calcite.

Strontium Carbonate

coccolithophores:

organismes unicellulaires planctonique .

Coccolithophores. Doc NASA/SEAWIFS.

Article ci -dessous source:

http://www.encyclo-ecolo.com/Coccolithophores

Les Coccolithophores sont des organismes que l’on trouve au fond des océans et qui sont à l’origine de la constitution de couches géologiques, certaines ayant donné naissance aux falaises de calcaire de la Manche ou bien, indirectement à de nombreuses cathédrales et édifices.

Les coccolithophores transforment les ions calcium présents dans l’eau de mer en coquilles, selon un processus appelé »calcification marine« . Le C02 est utilisé pour la pothosynthèse et les ions bicarbonates servent pour fabriquer la coquille de calcium. Ce process aboutit à la formation d’une coccosphère, c’est à dire un exosquelette en carbonate de calcium constitué de formes polycristalines autour de sa membrane cellulaire.

Ces formes appeléees « coccolithes » s’agencent de manière à former une sphère qui demeurent après la mort des coccolithophores.

  • Le processus de calcification marine produit du C02 à court terme, mais à long terme il en capture et forme des roches au fond des océans : des couches de calcaire, de marbre et de carbonate de silicium, principal composant de la craie.

Les coccolithophores à la base de la chaîne alimentaire

Les conditions pour que le processus de calcification se produise sont nombreuses et délicates et un sujet d’étude majeur pour les scientifiques à l’heure du réchauffement climatique. Pourquoi ?

Parce-que ce processus constitue l’un des pièges à CO2 naturel les plus importants qui soient. Si le processus de calcification marine s’altère, cela impacte tous les récifs coralliens et les organismes qui se trouvent à la base de la chaîne alimentaire marine. Indirectement donc, le réchauffement climatique, via la modification des conditions physico-chimiques de la fabrication de coquillages et de squelettes calcaires, impacte toutes les créatures de la chaîne alimentaire marine.

coccolithophores.jpg

Courants au groenland:

Courant du Groenland oriental

Article source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_du_Groenland_oriental.

Le courant du Groenland oriental est un courant marin froid circulant le long des côtes orientales du Groenland en direction du sud. Il nait dans l’océan Arctique et est un des principaux courant marin participant à la circulation générale des océans car il est le lieu d’un important downwelling.

Courant du Groenland occidental:

Article et photo du CNRS

Courant de surface de l’océan Atlantique Nord subpolaire s’écoulant le long de la côte ouest-groenlandaise en direction du septentrion.

Transportant 30 millions de m3/s, ce courant est alimenté par deux types de masses d’eau :

Courant du Groenland occidental et autres courants de la région
Source : U.S coastguard International Ice Patrol sur Wikimedia.commons

- les eaux de la plate-forme continentale du Groenland occidental, relativement douces et froides, sont un reliquat des eaux provenant de l’océan Arctique, via le détroit de Fram. Cette partie du courant est-groenlandais longe la plate-forme orientale du Groenland, contourne le cap Farewell, pointe australe de l’île, avant sa remontée vers des latitudes plus élevées, s’adoucissant en été au cours de son transport, sous l’action de la fonte de la glace de mer et du ruissellement continental ;

- les eaux du talus continental ou eaux d’Irminger sont un mélange d’eaux froides plus profondes provenant elles aussi de l’océan Arctique combinées à celles plus chaudes issues à la fois de l’océan Atlantique Nord et de la mer d’Irminger. Cette masse d’eau atteint une température maximum à plusieurs centaines de mètres de profondeur, mais se refroidit à mesure de sa progression vers le nord.

Une partie du courant ouest-groenlandais part vers le ponant (l’ouest) à hauteur du 64° parallèle pour rejoindre le courant du Labrador, tandis que la masse d’eau restante, relativement chaude, poursuit sa route dans le détroit de Davis vers le nord, en direction de la baie de Baffin. Tout au nord de la baie, cette masse d’eau finit par s’orienter à nouveau vers l’ouest pour alimenter le courant de l’île de Baffin et, à travers lui, le courant du Labrador.

Circulation océanique:

Article source: http://jean-marc.charel.pagesperso-orange.fr/

Plusieurs types de force sont mis en oeuvre lorsqu’il s’agit de déplacer les eaux des océans. Leurs sources sont aussi diverses que la température, la densité, la salinité, les astres, l’attraction universelle, les radiations solaires ou la rotation de la Terre. Il y a des courants littoraux que l’on ressent près des côtes et des grands courants océaniques qui déplacent des masses d’eaux considérables à l’échelle de la Terre.
Cette circulation océanique peut être subdivisée en deux composantes: la circulation de surface et la circulation profonde. Son schéma ressemble à la convergence et à la divergence de l’air dans l’atmosphère, déplacements qui sont associés aux pressions. Des courants semblables se développent dans les océans; ces courants, influencés par la circulation atmosphérique, les densités différentes de l’eau (chaude et froide) et par la configuration des continents, contribuent au transfert horizontal d’énergie. Certains courants, chauds, partent des régions équatoriales et se dirigent vers les pôles; d’autres, froids, se déplacent en sens inverse.

Les courants de surface

Ces courants sont produits directement ou indirectement par la différence du bilan radiatif solaire à la surface du globe. Les radiations solaires générant des différences de température vont créer des vents qui vont entraîner la surface de l’eau par friction induisant des déplacements horizontaux. Par réchauffement ou par refroidissement des masses d’eau, par évaporation ou par précipitations, ces mêmes radiations, en changeant la température et la salinité vont provoquer des modifications de densité qui induiront des déplacements verticaux.


Principaux courants océaniques de surface (d’après DUXBURY in DEGENS).
(« + » zones de haute pression et « – » zones de basse pression)
Les vents d’ouest et alizés déterminent sous l’action de la force de Coriolis (du nom du mathématicien français Gaspard Coriolis,1792-1843) de larges systèmes circulaires centrés approximativement à 30° N et 30° S. Ces courants circulaires tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’Atlantique Nord et le Pacifique Nord, et en sens inverse dans l’Atlantique Sud, le Pacifique Sud et l’Océan Indien. :

Force de Coriolis
m : masse de l’objet (en kg)
Vecteur vitesse de rotation de la terre (m/s)
^ : produit vectoriel
Vr : Vitesse de l’objet tel que le voit un observateur depuis la Terre (en m/s)


La rotation de la Terre déplace ces systèmes vers la bordure ouest des océans placant ainsi les courants les plus forts le long des côtes Est des continents. Ces courants venant des zones intertropicales transportent des eaux chaudes, transférant ainsi la chaleur des zones équatoriales vers les pôles. (par exemple le Gulf Stream est plus puissant que le courant des Canaries)


Principe de circulation océanique de surface.
La friction du vent sur la surface de l’eau est transmise aux couches d’eau plus profondes avec une diminution progressive de la vitesse du courant induit rendant les couches profondes de plus en plus sensibles à l’action de la force de Coriolis. si bien que nous pouvons avoir des courants profonds qui se déplacent en sens inverse de ceux de surface. C’est la spirale d’Ekman qui se poursuit sur plusieurs centaines de mètres de profondeur. Le déplacement moyen de l’eau est à 90° à droite du vent. Cette force de Coriolis tend à dévier les courants marins vers sa droite dans l’hémisphère Nord, et vers sa gauche dans l’hémisphère Sud. On peut en déduire les schémas suivants pour l’hémisphère nord et pour l’hémisphère sud:

La « spirale d’Ekman »: le courant de surface est à 45° et le déplacement
moyen de l’eau est à 90° , ici, à droite du vent dans l’hémisphère nord.

La « spirale d’Ekman »: le courant de surface est à 45° et le déplacement
moyen de l’eau est à 90° , ici, à gauche du vent dans l’hémisphère sud
Les courants de surface tournant dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord et à l’opposé dans l’hémisphère sud produisent une accumulation d’eau à l’intérieur des systèmes circulaires. Cette surcharge entraîne un bombement de la surface dont la hauteur peut atteindre 110 cm. Les eaux ne peuvent s’accumuler indéfiniment en surface au milieu du bassin si bien qu’elles plongeront au centre du système jusqu’à 800 mètres de profondeur environ.
La hauteur de la colonne d’eau étant plus haute au centre que sur la périphérie du système circulaire, on a, pour ce qui concerne l’océan, une zone de haute pression au centre et une zone de basse pression à la périphérie. Ce différentiel de pression engendre une force dirigée vers l’extérieur car elle s’exerce logiquement des hautes vers les basses pressions . Cette force de pression compense la force de Coriolis à partir de quelques mètres de profondeur si bien que le courant en profondeur va avoir à la fois la même direction que le vent et tourner comme lui autour de la haute pression.
Sous vents cycloniques, c’est une dépression qui apparaît au centre du circuit et les eaux profondes remontent (« pompage d’Ekman »).

Principe de la circulation dans une zone de haute pression océanique de l’hémisphère sud
La vitesse des courants océaniques atteint plusieurs noeuds à la surface. Avec l’action des vagues, ils provoquent le brassage de l’eau superficielle et on estime que la zone photique est entièrement brassée en 50 ans. En profondeur, ces courants sont beaucoup plus lents, les eaux profondes ont une période de renouvellement de 500 ans.
Les courants de densité provoqués par les variations de température et de salinité sont les principaux agents de mélange des eaux océaniques. En coupe, l’océan comporte 3 couches :
(1) une couche superficielle bien mélangée sous l’action du vent, d’une centaine de mètres d’épaisseur;
(2) une zone montrant un gradient décroissant de température, la thermocline, qui agit comme une couche stratifiée stable limitant les transferts d’eau dans le sens vertical;
(3) au delà de 1000 m de profondeur environ, une masse d’eau profonde ayant une température et une salinité plus uniforme.
Les courants de profondeur
Les vents n’ayant plus d’influence après 800m de profondeur, ils ne peuvent être les moteurs des circulations océaniques profondes.
Celles-ci sont générées par des masses d’eau profondes identifiées en fonction de leur température, de leur salinité et qui acquièrent leurs caractères en surface suite à l’évaporation, aux précipitations, à l’arrivée d’eaux douces continentales et à la congélation de l’eau de mer. L’installation d’une banquise produit le même effet que l’évaporation (augmentation de la salinité et de la densité de l’eau non gelée qui s’enfonce).
Ces courants basés à la fois sur des différences de température (l’eau froide est plus dense que l’eau chaude) et sur des différences de salinité (l’eau salée est plus dense que l’eau douce) vont se répartir en différentes couches dans les océans.

Densité de l’eau de mer en fonction de sa température et sa salinité.
Les eaux de fond de l’Antarctique(AABW) , à 0,5 °C et 34,7 pour mille de salinité, s’écoulent le long de la pente antarctique depuis la mer de Weddell jusqu’à l’équateur. Dans l’hémisphère nord, les mers de Norvège et du Groenland fournissent les eaux profondes nord-atlantiques (NADW) à 2°C et 34,95 pour mille de sels.

Principe de la circulation en surface et en profondeur dans l’Atlantique:
    NADW: North Atlantic Deep Water; AABW : Antartic Bottom Water
Dans les régions tropicales Nord et Sud, les alizés génèrent des cellules de courants circulaires anticycloniques qui convergent vers l’équateur. Les eaux s’accumulent vers l’Ouest ce qui engendre un contre-courant équatorial dans le sens Ouest-Est. Le Gulf Stream au Nord dans l’Atlantique est une branche de ce circuit. Il débite environ 90 Millions de m3/s et se poursuit au Nord par la dérive Nord Atlantique. Le Kuro Shio en est l’équivalent pour le Pacifique Nord. Dans l’hémisphère Sud, les branches sud des circuits anticycloniques forment le courant circumpolaire antarctique.
L’ensemble des eaux océaniques se déplace lentement sur le globe en un cycle dont la durée est estimée à un millier d’années: c’est la circulation thermohaline. Les eaux chaudes se déplacent en surface, elles se refroidissent dans les hautes latitudes et s’enfoncent en profondeur où elles suivent le trajet inverse. L’écoulement des eaux froides et profondes dans l’Atlantique Nord est évalué à 15 Millions de m3/s.
Les plus profonds portent le nom de courant thermohalin et ceux qui vont un peu moins en profondeur portent le nom de circulation thermocline. On a alors introduit l’expression imagée de « tapis roulant » (conveyor belt) pour décrire le transport d’eau profonde de l’Atlantique vers le Pacifique et son retour en surface.

Principe de la circulation thermohaline.
Les phénomènes d’upwelling » et de « downwelling »
Les courants de surface rassemblent les eaux en des points de convergence où elles se mélangent et s’enfoncent en fonction de leur densité et forment les courants de downwelling.
Localement, des eaux profondes remontent à la surface (courant d’upwelling) sous l’effet de la venue de nouvelles masses d’eau froide qui s’enfoncent  et de l’action de la force de Coriolis qui dévient les courants longeant les côtes ouest vers le large. Les eaux s’accumulent ainsi vers l’Ouest, le déficit à l’Est est comblé par la remontée des eaux profondes, même sous l’équateur. Dans ce circuit le rôle joué par les eaux polaires froides est fondamental pour la vie: ce sont elles qui apportent l’oxygène en profondeur. On comprend qu’un réchauffement climatique puisse entraîner l’arrêt de cette circulation profonde, la stratification des eaux et l’anoxie (par exemple l’évènement anoxique du Crétacé s’est traduit par une mortalité en masse et le dépôt de sédiments noirs réduits, les black shales).
Les courants d’upwelling remontent en surface des eaux froides riches en éléments minéraux nutritifs et favorisent la prolifération du plancton et donc des poissons. C’est le cas des zones de pêche au large de l’Afrique nord-occidentale (Sénégal, Mauritanie). Ces eaux profondes sont enrichies en phosphore qui est un facteur limitant pour le développement des organismes. D’ailleurs, de grands gisements de phosphates sédimentaires sont mis en relation avec d’anciennes zones côtières appovisionnées par des courants d’upwelling (phosphates marocains)..

Principe de l’upwelling

Principe du downwelling
Les principaux courants
Les principaux courants chauds sont: le Gulf Stream, le courant du Brésil, le Kouro-shivo, le courant d’Australie orientale et le courant des Aiguilles.
Les principaux courants froids sont: le courant des Canaries, le courant de Benguela, le courant de Californie, le courant du Pérou (Humboldt) et le courant d’Australie occidentale.
Il existe aussi plusieurs courants qui ont leur origine dans les régions polaires: le courant du Labrador, le courant du Groenland, l’Oya-shivo (ou courant de Kamtchaka) et le courant antarctique, ce dernier circulant dans le sens horaire autour de l’Antarctique. Certains courants circulent dans la région équatoriale.

Corail:

Image:roseindigo.com

Image:
roseindigo.com

source: maxisciences:

Par définition le corail est un polype (animal), dont le squelette, qu’il produit lui-même est fait de calcaire. Le tout accumulé forme la barrière de corail ou récif corallien. Il peut être dur, mou, blanc, rouge, rose ou bleu mais aussi vivre en solitaire ou en colonie. Sa composition fait de lui un animal et non une plante ce que beaucoup de gens ignorent encore aujourd’hui.

Par W

Vidéo youtube

Mise en ligne le 8 nov. 2009

Le corail est un animal de l’embranchement des Cnidaires, vivant généralement en colonies d’individus, – les polypes -, construisant tout au long de leur vie un squelette extérieur à partir de minéraux présents dans l’océan. Chez les coraux constructeurs de récifs, l’accumulation de ces squelettes forme un récif corallien. De nombreux coraux vivent en symbiose avec des végétaux unicellulaires : les zooxanthelles dans les mers chaudes ou d’autres espèces de phytoplancton dans les mers froides.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Courants de convection:

Courants qui se forment sous l’influence de différences de T° et qui concernent donc un transport de chaleur.
Ci-  dessous: extrait d’article +schéma:

Réchauffement de l’air
     

   
Le jour, vue par METEOSAT dans le spectre infrarouge, la terre est chauffée par le soleil
   

Le soleil rayonne de l’énergie sous forme d’ondes électromagnétiques. Ce rayonnement peut être réfléchi par les nuages, les champs de neige et les plans clairs, ou partiellement absorbé par l’atmosphère.

Néanmoins, une grande partie de l’énergie solaire atteint la surface terrestre.

Le sol s’échauffe en absorbant les rayons solaires, plus ou moins vite, en fonction de sa nature :

Pierre, sable et bitume rapidement.

Prairies et forêts,
lentement.

Lacs et mers,
imperciptiblement.


 Au contact du sol l’air se réchauffe ce qui produit des courants de convection
   

L’air au contact du sol se
réchauffe
par conductibilité
calorifique. 

Les masses d’air dont la
température a été augmentée
se dilatent et deviennent
spécifiquement plus légères.
Elles s’élèvent donc dans
l’atmosphère, créant ainsi des courants de convection dans lesquels l’air plus frais entre à son tour en contact avec le sol pour s’échauffer.

La terre ferme s’échauffe plus
rapidement que la surface d’un lac, produisant ainsi, le long des côtes, un courant de convection nommé brise du lac (ou brise de mer).

Cumulo-nimbus:

nuage de grande dimension à développement vertical ( pouvant atteindre 10 km  de haut) .Ce nuage déclenche souvent des orages, quelquefois même des tempêtes .

cumulo-nimbus capillatus.

Capucette de californie:
 désolé pas d’image!

petit poisson spécifique du golfe de californie qui a la particularité de pondre ses oeufs  enfouis dans le sable des plages pour les protèger des prédateurs.

Croûte océanique:

Appelée également écorce, est une couche sédimentaire et basaltique au fond des océans qui sépare l’eau du magama sous-jacent.

Extrait article + croquis ci -dessous :

http://arcea-cesta.fr/dossiers/terre.htm

w 1 : la croûte continentale, d’épaisseur entre 30 et 100 km,

           essentiellement granitique.

w 2 : la croûte océanique, d’épaisseur 5 km, essentiellement basaltique.

w 3 : le manteau supérieur, jusqu’à 650 km de profondeur,

           plus visqueux que le manteau inférieur, formé de divers silicates.

w : le manteau inférieur, jusqu’à 2900 km de profondeur, plus dur, 

           formé de silicates plus compacts.

w 5 : le noyau externe, jusqu’à 5100 km de profondeur, liquide, métallique,

            composé à 80 % de fer et de nickel.

w 6  : le noyau interne ou graine, solidifié par les hautes pressions.

Les couches A, B, C sont des couches de transition.

Cyclone tropical:

L’ouragan Ivan près de la Grenade, le 7 septembre 200

Article et image source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cyclone_tropical

Au niveau de la graine,  pression et température atteignent respectivement 3 millions d’atmosphères et 5 100 ° C.

En météorologie, un cyclone tropical est un type de cyclone (dépression) qui prend forme dans les océans de la zone intertropicale à partir d’une perturbation qui s’organise en dépression tropicale puis en tempête. Son stade final est connu sous divers noms à travers le monde : ouragan dans l’Atlantique Nord et le Pacifique Nord-Est, typhon dans le Pacifique Nord-Ouest et cyclone ailleurs.

Structurellement, un cyclone tropical est une large zone de nuages orageux en rotation accompagnée de vents forts. On peut les classer dans la catégorie des systèmes convectifs de méso-échelle puisqu’ils ont un diamètre inférieur à une dépression classique, dite « synoptique », et que leur source d’énergie principale est le dégagement de chaleur latente causé par la condensation de vapeur d’eau en altitude dans leurs orages. Le cyclone tropical est semblable à une machine thermique, au sens de la thermodynamique. Le dégagement de chaleur latente dans les niveaux supérieurs de la tempête élève la température à l’intérieur du cyclone de 15 à 20 °C au-dessus de la température ambiante dans la troposphère à l’extérieur du cyclone. Pour cette raison, les cyclones tropicaux sont des tempêtes à « noyau chaud ».

Les cyclones tropicaux sont redoutés pour le caractère destructeur de leurs pluies torrentielles et de leurs vents. Ils sont classés parmi les risques naturels les plus courants et font chaque année des milliers de victimes. Les régions les plus menacées ont mis en place des mesures de surveillance météorologique, coordonnée par l’Organisation météorologique mondiale, ainsi que des programmes de recherche et de prévision du déplacement des cyclones.

alpha 04

Dryas:

Dryas octopetala 'minor'

Dryas octopetala ‘minor’

Rosaceae

Nom latin de la Dryade ,fleur de la famille des rosiers, avec ses longues tiges rampantes , elle pousse sur les rochers en montagne jusqu’ à  la mer du Nord.

Diatomée:

photo

Algue unicellulaire entourée d’une coque siliceuse et qui constitue la plus grande partie du phytoplancton .

Les diatomées  se développent  de préférence dans les eaux froides en absorbant le gaz carbonique pour le recycler en matière organique.

Discodermolide:

DISCODERMOLIDE

Substance chimique contenue dans les éponges marines et qui  a la capacité de détruire les cellules cancéreuses.

Dorsale médio- océanique:

Chaîne de montagnes  volcanique sous-marine de 65.000 km de longueur qui s’étend sur le fond de tous les océans , hautes de 2500 mètres, c’est l’endroit où se  » fabrique » le plancher océanique.

Fichier:Ride médio océanique.PNG

alpha 05

Echolocation:

L’écholocation est un système de repérage utilisé par certains animaux : les chauves-souris, quelques cétacés (OrqueOrque (Linnaeus 1758) – Orcinus orcaOrdre : CetaceaSous-ordre : OdontocetiFamille : DelphinidaeSous-famille : OrcininaeGenre : OrcinusTaille : 7,00 à 9,00 mPoids : 5 à 8,5 tonnesLongévité : 30 ans pour les mâles et 50 ans pour les femelles en moyenneStatut de conservation UICN : LC.. »>orques, dauphins), quelques oiseaux et les musaraignes.

Ceci permet aux espèces de repérer les éventuels obstacles et les proies en émettant des ultrasons qui produisent un écho.

Écosystème:

Article source et image: http://fr.wikipedia.org/

Tapis de Salix glauca sur le Scoresby Sund (Groenland) avec un crâne de bœuf musqué au premier plan, deux espèces caractéristiques de la toundra.

En écologie, un écosystème désigne l’ensemble formé par une association ou communauté d’êtres vivants (ou biocénose) et son environnement biologique, géologique, édaphique, hydrologique, climatique, etc. (le biotope). Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d’échange d’énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie. Le terme fut forgé par Arthur George Tansley en 1935[1] pour désigner l’unité de base de la nature. Unité dans laquelle les plantes, les animaux et l’habitat interagissent au sein du biotope. Dans l’écosystème, le rôle du sol est de fournir une diversité d’habitats, d’agir comme accumulateur, transformateur et milieu de transfert pour l’eau et les autres produits apportés.

En 2004, les auteurs du rapport commandité par l’ONU et intitulé l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, ont explicitement intégré la nécromasse en définissant un écosystème comme un « complexe dynamique composé de plantes, d’animaux, de micro-organismes et de la nature morte environnante agissant en interaction en tant qu’unité fonctionnelle ».

On peut parler d’écosystème naturel, naturellement équilibré : à chaque niveau, la biomasse est stabilisée grâce aux interactions avec les autres niveaux.

Effet de serre:

Article et croquis source: :http://fr.wikipedia.org/

Une représentation schématique des échanges d’énergie entre l’espace, l’atmosphère terrestre, et la surface de la Terre.

L’effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d’énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d’autres étoiles (dans le cas général), contribue à augmenter la température de surface par rapport à une situation « sans effet de serre » (corps noir). On le retrouve sur différents objets célestes dans le système solaire, notamment sur Terre et sur Vénus.

Son principe est que l’atmosphère laisse passer des rayonnements solaires (de jour seulement), que le sol absorbe et réémet vers le haut de (jour comme de nuit) sous forme d’autres rayonnements qui sont cette fois absorbés par l’atmosphère, ce qui la réchauffe et la fait renvoyer vers le sol une partie de l’énergie qui s’en échappait, contribuant à augmenter la température du sol.

Cette expression est une généralisation du phénomène empiriquement bien connu qui permet aux serres de maintenir les cultures à une température plus élevée ; son usage courant s’est étendu dans le cadre de la popularisation du thème du réchauffement climatique. L’« effet de serre » met l’accent l’atmosphère et spécialement son contenu en gaz à effet de serre (GES), dont une augmentation de la concentration participe à ce réchauffement. Cependant, de même que l’efficacité des serres ne s’explique pas exclusivement par leur effet de piège à rayonnement[1], l’effet de serre n’explique pas à lui seul la température terrestre : il faut aussi tenir compte des apports solaires, de l’albedo, des effets des océans (70 % de la surface terrestre) donc du cycle de l’eau, de l’alternance jour-nuit et saisonnière, etc.

Encornet vampire ou vampire des abysses:

Article et tableau illustré  source: http://fr.wikipedia.org/

Vampire des abysses
 Spécimen adulte
Spécimen adulte
Classification
Règne Animalia
Embranchement Mollusca
Classe Cephalopoda
Sous-classe Coleoidea
Super-ordre Octobrachia
Ordre Vampyromorphida
Sous-ordre Vampyromorphina
Famille
Vampyroteuthidae
Thiele (in Chun), 1915
Genre
Vampyroteuthis
Chun, 1903
Nom binominal
Vampyroteuthis infernalis
Chun, 1903

Le vampire des abysses (Vampyroteuthis infernalis) est une espèce de petits céphalopodes vivant dans les abysses de tous les océans tempérés et tropicaux du monde. Il possède d’uniques filaments sensoriels rétractiles qui justifie son placement dans un ordre spécifique : Vampyromorphida, bien qu’il partage des similitudes avec les calmars et les pieuvres. Il s’agit d’un fossile vivant, c’est le seul membre connu survivant de son ordre, d’abord décrit et identifié par erreur comme une pieuvre en 1903 par le teuthologiste allemand Carl Chun.

Epicentre:
définition site futura-science:

Lieu de la surface terrestre situé exactement à la verticale du foyer, où l’intensité du SéismeUn séisme ou un tremblement de terre se traduit en surface par des vibrations du sol. Il provient de la fracturation des roches en profondeur. Cette fracturation est due à une grande accumulation d\’énergie qui se libère, en créant ou en faisant rejouer des failles, au moment où le seuil de rupture…’,’séisme est la plus importante.

Illustration wikipédia:

Fichier:Séisme-Épicentre-Hypocentre-Faille tectonique.jpg

Estran:
Dans les régions où la marée est significative , c’est la partie du littoral comprise entre les plus hautes et les plus basses eaux, c’est une zonz primordiale pour la régénération et l ‘épuration des eaux marines.

Article et image ci -dessous: http://www.scienceetmer.com/

C’est ainsi qu’en haut de l’estran se trouvent les algues qui supportent et préfèrent l’exondaison (station hors de l’eau) prolongée et que dans le bas de l’estran se trouveront des espèces fragiles à l’exondaison. Entre les deux et en fonction de leurs différentes affinités, se développeront des espèces aux caractéristiques bien définies.
Schéma de l’estran par Océanopolis

alpha 06

Front thermique:

Un front thermique désigne une brusque variation de la T° de la mer et permet délimiter des masses d’eau .

L’océan arctique n’ayant qu’une superficie de: 14.106 Km2 est plutôt considéré comme une mer glaciaire.

Image et explication ci -dessous, source: http://www.previmer.org/

Schema d un ocean stratifie et d un ocean homogene avec un gradient cote large.

Schéma d’un océan stratifié et d’un océan homogène avec un gradient côte large.

Cette transition délimite deux zones, l’une chaude, l’autre froide, qui diffèrent aussi par leur structure verticale.

Fumeurs noirs:

Sources hydrothermales  de couleur noire en raison des éléments qu’ elles contiennent ( fer et cuivre surtout ).

Leur T° peut atteindre 300° C à cause du magma qui remonteen dessous.

On les trouve au fond de nos océans entre 100 mètres et 6000 mètres de profondeur.

Article et image extrait ci -dessous :

En fait, ces conditions extrêmes ne sont pas réellement un obstacle à la vie . En témoigne les vidéos, photos prélèvement qui ont été effectués depuis les premières observations en 1977 (voir la photo suivante, et les colonies d’anémone blanche au pied de la source hydrothermale). Crevettes, vers géants côtoient étoiles de mer et poissons… Tout ce petit monde fonctionne grâce à la chimiosynthèse (basée sur  l’exploitation de l’énergie chimique des composés issus des fumeurs), par opposition à la photosynthèse (basée sur l’énergie lumineuse). Alors, pourquoi ne pas chercher là-bas les traces des premières molécules organiques ?

Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps. Pour beaucoup de scientifiques, cela ne fait pas de doute: la vie est née à proximité de ces sources hydrothermales, dans l’obscurité, à une profondeur comprise entre 500 et 5000 m.

Et les arguments ne manquent pas : les conditions d’expériences de S. Miller, ces mêmes qui ont conduits aux acides aminés, se retrouvent dans les émanations de ces sources chaudes. En effet, on a bien du méthane, du dihydrogène, de l’eau, peu de CO2. Pas de lumière UV, ou de décharges électriques, mais de l’énergie thermique autant qu’on veut.

Frai:

Terme qui désigne aussi bien la manière dont se reproduisent les poissons ( rapprochement des partenaires sans accouplement) que la période où elle a lieue .( exemple: Les oeufs des poissons et des alvins.)

Définition ci -dessous source:

http://www.aquaportail.com/

1- Ensemble des activités de ponte chez les poissons. Voir frai sauvage. Le frai est la ponte par les femelles de poissons associée à l’émission de laitance par les mâles.

2- Désigne les oeufs de poisson déposés dans l’eau pour les pondeurs pélagiques ou dans un nid pour les nidificateurs. Les frais sont donc des groupes d’oeufs fécondés chez les poissons et les amphibiens.

C’est un terme commun pour désigner des amas d’ovules, fertilisés ou devant être fertilisés; aussi utilisé pour oeufs fécondés, ainsi que de très jeunes poissons d’un même recrutement (classe de recrutement), généralement nombreux.

Image d’illustration ci -dessus source:

http://ladywaterlooblogdunegrandmereindigne.blogspot.com/

alpha 07

Gène:

Segment d’ A.D.N , transmis héréditairement et qui participe à la synthèse d’une protéine correspondant à un  caractète déterminé.

On peut également définir un gène comme une unité d’information génétique.

Source ci -dessous: : http://www.imsassoc.com/new/

Chaque gène dirige la production d’une ou plusieurs protéines et   assure la transmission et l’expression d’un caractère donné (ex : couleur des yeux).

L’ensemble des gènes constitue le génome, caractéristique d’une espèce donnée. Le génome de l’espèce humaine est ainsi composé d’environ 40.000 gènes.

Glaciation:

Source: http://fr.wikipedia.org/

Une glaciation (ou englaciation) est une période glaciaire, c’est-à-dire à la fois une phase paléoclimatique froide et une période géologique de la Terre durant laquelle une part importante des continents est englacée.

Représentation artistique de l’englacement lors du Dernier Maximum Glaciaire (DMG) selon Ice age terrestrial carbon changes revisited de Thomas J. Crowley[1].

Note de  l’ administration selon nos sources: La dernière a eue lieu il y a  13.000 ans.

Grain blanc:

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Grain_blanc

Un grain blanc le 25 octobre 2009 dans le détroit de Magellan.

Un grain blanc est un phénomène météorologique soudain et très violent. Il s’agit d’un grain particulier, qui n’apporte pas de précipitations ni même parfois de nuages. On parle de « grain blanc » en référence au fait que le ciel qui l’accompagne est parfaitement clair, et que de ce fait, il ne peut être signalé à l’horizon que par un nuage blanc en ascension rapide, ou par l’écume blanchâtre qu’il génère au sommet des vagues.

C’est un grain très brusque, qui éclate sans aucun signe annonciateur, et se révèle d’une violence inouïe. Son apparition serait corrélée à la formation d’une rafale descendante extrêmement violente, dont les vents peuvent parfois être supérieurs à 300 km/h.

Gulf Stream:

Source: http://fr.wikipedia.org/

Le Gulf Stream (en orange et jaune) au large de la côte est des États-Unis (fausses couleurs).

Le Gulf Stream est un courant océanique qui prend sa source entre la Floride et les Bahamas et se dilue dans l’océan Atlantique vers la longitude du Groenland après avoir longé les côtes européennes. Son nom est abusivement utilisé pour désigner la dérive nord atlantique, voire l’ensemble de la circulation de surface de l’océan Atlantique Nord.

alpha 08
Haemulidae:

Haemulidae sont une famille de poissons, de l’ordre des perciformes.

Hyperthermophile:

image source:http://en.wikipedia.org/wiki/

Methanopyrus kandlerican survive and reproduce at 122 °C

Organismes pouvant vivre dans des conditions extrêmes de T°.

Article :Les Archéobactéries et leurs Milieux Extrèmes

Extrait:Il existe sur Terre des micro-organismes qui sont capable de vivent dans des conditions extrêmes. Conditions que nous pensions pourtant incompatible avec toute forme de vie possible, et pourtant elles y vivent et s’adaptent à merveille. Actuellement ils existent plus de 250 espèces d’archéobactéries, et l’éventaire est loins d’être terminé !

Hydrate de méthane:
Substance glacée enfouie au fond des océans constituée d’eau et de méthane.
Un hydrate de méthane (ou clathrate de méthane) est un composé organique naturellement présent dans les fonds marins, sur certains talus continentaux, ainsi que dans le pergélisol des régions polaires. C’est un des réservoirs de carbone planétaires.(  définition: wikipédia)
image ci – dessous : source wikipédia

Les hydrates de méthane: une réserve énergétique énorme, mais une bombe écologique en puissance

hydrogène sulfuré ou:  Sulfure d’hydrogène,
Définition et image:http://fr.wikipedia.org/
Sulfure d’hydrogène
Hydrogen-sulfide-2D-dimensions.svgHydrogen-sulfide-3D-vdW.png
Molécule de sulfure d’hydrogène
Le sulfure d’hydrogène (H2S) ou hydrogène sulfuré est un composé chimique de soufre et d’hydrogène, responsable de l’odeur désagréable d’œuf pourri.
C’est un gaz acide qui réagit avec les solutions aqueuses basiques et les métaux tels que l’argent ou l’acier, même inoxydable.Le sulfure d’hydrogène joue un rôle important en biologie. Il est produit par la dégradation des protéines contenant du soufre et est responsable d’une grande partie de l’odeur fétide des excréments et des flatulences, humains et animaux. Il peut résulter de décomposition bactérienne de la matière organique dans des environnements pauvres en oxygène (méthanisation).Le sulfure d’hydrogène est naturellement présent dans le pétrole, le gaz naturel, les gaz volcaniques et les sources chaudes. Le sulfure d’hydrogène peut également provenir de nombreuses activités industrielles.Hydrothermale:Article source:http://mediatheque.citedelamer.com/Les dorsales océaniques, lieu d’écartement des plaques et de formation de la croûte océanique, sont le siège d’une intense activité tectonique, volcanique et hydrothermale.
Dans ces zones, l’eau de mer s’infiltre dans les fractures du plancher océanique et se réchauffe rapidement en approchant des chambres magmatiques.

Schéma de la circulation des fluides au sein d’une source hydrothermale Source « Les sources abyssales, berceau de la vie ? » La Recherche n°355, juillet-août 2002, p.23

L’eau de mer ainsi chauffée, réagit fortement avec les roches traversées et se charge de minéraux variés.

 Plus chaude, donc plus légère, elle remonte et jaillit sur le fond à des températures pouvant atteindre plus de 400°C.

 Le mélange de ce fluide chaud et réduit avec l’eau de mer froide et oxygénée se traduit par des précipitations minérales qui forment des cheminées hydrothermales autour desquelles vit une faune luxuriante.

Les sites hydrothermaux du bassin de Guaymas sont particuliers puisqu’ils sont caractérisés par la présence de sédiments riches en matière organique traversés par les fluides hydrothermaux lors de leur remontée.

 La distribution des communautés microbiennes et animales est influencée par le gradient vertical de température.

Ces sites abritent une faune luxuriante de bivalves et de vers polychètes dont le plus emblématique est le ver géant Riftia pachyptila.

 

Iguane marin:

source image:http://fran.cornu.free.fr/

Artcicle W

L’iguane marin des Galapagos (Amblyrhynchus cristatus) est une espèce de lézards de la famille des iguanidés que l’on rencontre aux îles Galápagos.
C’est la seule espèce du genre Amblyrhynchus.

PDF source:http://www.discip.crdp.ac-caen.fr/

cliquez sur l'image PDF pour accèder au document.

Vidéo et texte youtube

Ajoutée par le 30 oct. 2008

– More than 100 million years ago, reptilian creatures slithered from the sea to inhabit the land but one species reversed the course and returned to the sea for food and survival. The Galapagos are home many strange creatures that evolved in isolation from other lands but none more so than the marine iguana. Despite its fearsome face, the iguana feeds peacefully on algae—when it can get away from the playful harassment of sea lions. Stoically it escapes the game and regains its rocky outcrop as Calypso sails past.

– Il y a plus de 100 millions d’années, les reptiles se sont glissés hors de la mer pour habiter la terre, mais une espèce est retournée dans l’eau pour se nourrir et survivre. Si les Galapagos abritent de nombreuses créatures étranges qui ont évolué séparément, l’iguane marin en est la meilleure illustration. Malgré son apparence terrifiante, il se nourrit paisiblement d’algues quand il arrive à se débarrasser des lions de mer qui viennent gentiment le harceler. Stoïquement, il se retire du jeu et regagne son rocher, lorsque passe la Calypso.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ICI

Immunologiste:

Source image:http://www.nonfiction.fr/

Médecin spécialisé dans l’immunologie (étude de l’immunité, c’est-à-dire des réactions de l’organisme dans lequel apparaît un élément qui fait partie de la catégorie des antigènes).

IPEV

institut Polaire Français Paul Emile Victor

http://www.institut-polaire.fr/ipev/

L’IPEV a pour mission de mettre en oeuvre les programmes scientifiques français dans les zones polaires et subpolaires. Pour cela, il dispose de moyens en personnel, en logistique et en télécommunication qui lui sont propres.

L’originalité de la Recherche Française en milieu polaire notamment dans les bases polaires françaises de l’hémisphère sud (Terre Adélie en Antarctique – les Iles Kerguelen, Crozet, la nouvelle Amsterdam pour les districts subantarctiques), par rapport à celles que mènent les autres pays, tient notamment à la continuité des observations de terrain d’une année sur l’autre : en effet, par le biais du Volontariat de Service Civique, le suivi des programmes pendant l’hiver austral est rendu possible grâce à la présence annuelle sur le terrain de jeunes scientifiques ou techniciens. Chacune de ces personnes étant recrutée par l‘IPEV en fonction des compétences acquises lors de son cursus d’études et ses activités personnelles.

Suite

Vidéo dailymotion (Cliquez sur le lien ci – contre )

Janthine:

Source image: http://www.maxisciences.com/

Mollusque gastropode pélagique qui sécrète un flotteur muqueux et écumeux sous lequel il pond ses œufs. Des lithodonces enfoncées dans leur trou…, des cavolines rampant sur le dos, des auricules et entre autres l’auricule myosotis, des scalaires fauves, des janthures, des cinéraires, des cabochons, des pandores, etc. (Jules Verne, 20.000 lieues sous les mers).Il  vit à la surface de l’eau. Elle n’a pas l’air d’un prédateur, mais elle est redoutable pour son allure. Inoffensive pour l’homme, c’est une tueuse de méduses siphonophores comme les physalies. Elle se nourrit de leurs tentacules venimeux et parfois même de leur corps (ombrelle).

 

Kermadec:

Fosse marine du pacifique au large de la nouvelle zélande située à plus de 9400 m de profondeur.

« Le terminus « des eaux du courant profond venu du Groenland.

Îles Kermadec (Nouvelle-Zélande)

Article et image ci-dessous source: http://ereiter.free.fr/html/kermadec.htm

Les îles Kermadec se situent à environ 1000 kilomètres au Nord Est de la Nouvelle-Zélande. Elles sont inhabitées, à l’exception de Raoul Island qui abrite une base scientitfique. Toutes les îles de l’archipel sont d’origine volcanique et il existe aussi des volcans sous-marins, tels que Healy, Giggenbach et Rumbles. Les îles sont la partie émergée de volcans qui se sont construits sur la ride des Kermadec.

Ainsi, raoul Island est le sommet d’un important massif émergé dont la base est une ellipse grossière de 35 km par 20 km. Elle contient une grande caldeira, formée par subsidence après plusieurs éruptions importantes. Une seconde caldeira, à l’Ouest de la première, a été en partie innondée par la mer et forme maintenant Denham Bay.

La dernière érution de l’archipel s’est produite en mars 2006 à Raoul Island. Elle a éjecté des roches et de la boue. Les scientifiques pensent qu’elle a été produite par un séisme qui a rendu instable la chambre magmatique.

Kuroshio:

Courant marin chaud du pacifique provoqué par les vents només également  » courant noir », ce courant longe la côte orientale du Japon.

Article et image ci -dessosu source:  http://pierre.hautefeuille.free.fr/TPE/courantsMarins.htm

Phénomène des courants marins.

Article et image source:  http://pierre.hautefeuille.free.fr/TPE/courantsMarins.htm

L’énergie des courants marins dans le monde est considérable : environ 1,1×1012W. Ce chiffre peut être doublé si l’on tient compte des marées.

 1) Positionnement des courants.

En général les sites où les courants marins sont les plus rapides sont les détroits. En effet la quantité d’eau déplacée reste toujours la même : ainsi lorsque l’espace maritime se réduit, l’eau (toujours la même quantité) a moins de place pour circuler et donc il y a davantage de courant.

  KRILL:

Article source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Euphausiacea

Euphausiacea

Le krill est le nom générique (d’origine norvégienne) de petites1 crevettes des eaux froides, de l’ordre des euphausiacés. Le krill est un maillon important du réseau tropique des océans, pour les zones nord et sud de la planète.

On regroupe sous ce terme au minimum 85 espèces dont les adultes vivent en « essaims » gigantesques dans les couches supérieures de l’océan, les œufs et larves étant trouvés jusqu’à plus de 1 000 m de profondeur. Les essaims forment parfois des bancs de deux millions de tonnes s’étendant sur 450 km².

Avec des estimations de quelque 650 millions de tonnes, Le krill est parmi les groupes animaux les plus abondants de la planète, après les copépodes.

 

Lobifères:

organismes marins appartenant à la classe des cténophores.

Limule: (ou Limulus polyphemus)  » ordre:  Xiphosura)

 

Arthropode marin d’environ 50 cm , vivant dans les eaux peu profondes et chaudes du Pacifique et des Antilles.

Limules.free.fr le site des limules
 
Loutre de mer:
 
 
 
Mammifère carnivore aquatique de la famille des mustélidés, pouvant peser 40 kg.On la trouve dans le pacifique, elle se nourrit de coquillages.
 
 Luminescence:
 
Désigne une substance qui émet de la lumière à basse T° sous l’effet d’une excitation.
 
 Lofoten  ( îles)
     
 
Archipel du cercle polaire dans l’océan Arctique situé vers la Norvège ( au Nord ) .Climat tempéré , grâce au  Gulf Stream supérieure à 10°c, pour une même latitude.
 
Lave « en coussin »: Source image :futura-sciences
 
Coulées de magama qui se chevauchent lors d’une éruption sous-marine.
Vidéo
 
« définition par futura-Sciences » ( ci -dessous )
en anglais Pillow-lavas, se forment sous l’eau. Elles prennent une forme de coussin en se solidifiant rapidement en surface. Ce sont le plus souvent des basaltes.Elles se forment principalement au niveau des dorsales océaniques mais on peut aussi en voir à Hawaï lorsqu’une coulée de lave chaude et fluide avance sous l’océan à partir d’une éruption sur l’ île.La température des laves les formant varie de 1000 à 1200 degrés. Elles se couvrent d’une pellicule de verre qui, n’étant pas complètement refroidie, forme une sorte de pelochon souple, progressivement gonflé par la lave qui continue d’être émise. On aboutit ainsi à des empilements de boules en forme de coussins d’une taille de plusieurs mètres, sur de grandes épaisseurs. Les formations ophiolitiques en regorgent.
 Lithium:
 
Métal blanc le plus léger des cors solides avec une densité de: 0.53. Utilisé dans les alliages légers avec l’aluminium dans les industries comme: l’électronique ou électrique.
 
 
Magma:
 
Roche liquide et pâteuse à base de silice en fusion à l’intérieur de la TERRE à l’occasion des éruptions volcaniques qui apparaît au fond des océans ou à la surface terrestre.
 
Marsouin:
 
Proche du dauphin cet un mammifère cétacé que l’ on trouve dans l’ océan atlantique.
 Information  complémentaire sur W
 
Mégalodon:
 
 
Il aurait apparu il y a 70 millions d’années sur TERRE, c’est un poisson et non un mammifère comme les baleines.
Il pouvait mesurer plus de 20 mètres  ( sa gueule  2 m de large pour cette taille! )ce qui fut de lui un redoutable prédateur.
 
Source wikipédia: ( ci-dessous

Le mégalodon (Carcharodon megalodon) est une espèce de requin à grandes dents qui existait à l’ère préhistorique, à partir de l’Oligocène jusqu’au Pléistocène, il y a environ 25 à 1,5 million d’années.

W

_Vidéo youtube:

Ajoutée par  le  3 juil. 2010

Un petit montage sur le mégalodon.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ICI

Murène: ( Muraenidae )

Poisson de la famille des anguilloformes, elle est très vorace et sa morsure dangereuse, la plupart vit dans les mers chaudes et tempérées quelques spécimens peuvent néanmoins se trouver dans des eaux  profondes sombres et froides.

Vidéoyoutube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ICI

Complément d’informations W

Nanobe:

wNanobes observés par Microscopie électronique

w
Nanobes observés par Microscopie électronique

Source W

Un nanobe est un type de structures nanométriques — d’où leur nom — de nature incertaine découvertes en 1996 par un groupe de chercheurs australiens dans des grès issus de forages pétroliers au large de l’Australie Occidentale par 3 400 à5 100 m de profondeur1. Chimiquement constitués principalement de carbone, d’oxygène et d’azote dans un milieu dominé par les silicates, la question de leur nature « vivante » demeure encore débattue, et leur identification aux nanobactéries, qui sont de même taille, n’est pour l’heure pas attestée, ces dernières ayant une paroi bactérienne qui semble absente chez les nanobes. Avec un diamètre compris entre 20 et 150 nm, ces structures semblent en effet trop petites pour contenir à la fois les enzymesnécessaires à une biochimie, le matériel génétique nécessaire pour coder ces enzymes, et les protéines nécessaires pour structurer la cellule et assembler ses enzymes2 (un simple ribosome mesure déjà typiquement 20 nm de diamètre).

Certains constituants de l’ADN ont été détectés dans ces structures, ce qui est surprenant dans la mesure où un simple brin d’ADN occuperait à lui seul près du dixième de l’épaisseur d’un nanobe ; l’hypothèse d’une contamination n’est d’ailleurs pas exclue pour expliquer la présence de cet ADN. L’analyse de coupes de nanobes a montré des structures évoquant unemembrane cellulaire entourant un cytoplasme contenant en son centre une zone nucléaire diffuse, ce qui évoquerait un organisme procaryote. La question qui n’a pas été tranchée est de savoir si ces structures sont des entités biologiques ou de simples fragments d’organismes plus gros.

L’étude des nanobes a suscité un vif intérêt au début des années 2000 comme réponse possible à la question de l’origine de la vie sur Terre, appuyant une hypothèse d’abiogenèsesouterraine impliquant des nanobactéries relancée par une célèbre micrographie de la météorite martienne ALH 84001 montrant une structure d’apparence bactérienne.

Nautile:

Derniers représentants de la lignée des céphalopodes (pied sur la tête) à coquille externe, le nautile est apparu au Jurassique inférieur, il y a 200 millions d’années, à l’époque des dinosaures !!! Et il n’a quasiment pas évolué, il vit en haute mer à des grandes profondeurs (300 m) avec un éclairage faible. Il peut monter et descendre à volonté grâce à sa coquille compartimentée et remplie d’azote dont il peut faire varier le volume. Les nautiles ont donné leur nom au mini-sous marin d’IFREMER car le principe des ballasts est comparable aux compartiments de la coquille du nautile(cloisons compartimentées remplies d’azote). Le nautile se nourrit de crustacés (poissons et crevettes) et possède entre 40 et 50 tentacules. ( source:http://www.aquarium-du-golfe.com/)

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Nautile (sous-marin de poche)

Source : W

Le Nautile est un sous-marin de poche habité de l’Ifremer. Il a été fabriqué par une équipe d’ingénieurs et d’ouvriers de la DCN de Toulon (nommé aujourd’hui DCNS Toulon) ainsi qu’aux ateliers de Creusot-Loire à Saint-Chamond. Mis en service en 1984, il est utilisé pour plonger à de grandes profondeurs, notamment pour l’exploration d’épaves. Un robot guidé, ROBIN, peut également lui être associé pour explorer des endroits étroits.

Dès 1987, il est utilisé pour explorer l’épave du Titanic à 4 kilomètres de profondeur. Il a également été envoyé sur le site de l’épave du pétrolier Prestige. C’est enfin, en 2009, le Nautile qui a été chargé de chercher les restes du vol 447 Air France.

Source image: http://www.meretmarine.com/

Vidéo

Neige marine:

Source image:http://www.loomji.fr/

Substance blanche et floconneuse en suspension dans les profondeurs, La neige marine a une composition qui inclut : plantes et animaux morts ou mourants (plancton), protistes (diatomées), déchets fécaux, sable, suie et autres poussières inorganiques. Les « flocons de neige » sont des agrégations de plus petites particules liées par un mucus sucré, les particules exopolymériques transparentes. Ces agrégats grossissent avec le temps et peuvent atteindre plusieurs centimètres de diamètre, voyageant plusieurs semaines avant d’atteindre le fond de l’océan.

Nutriments:

Les nutriments, ou éléments nutritifs, sont constitués par l’ensemble des composés organiques et inorganiques nécessaires à l’organisme vivant pour entretenir la vie. Le processus d’assimilation des nutriments est la nutrition.

Ces éléments de base comme les glucides, « le carbone, le phosphore, les acides aminés »contenus dans l’alimentation ou libre dans l’eau, pouvant être directement assimilés par les cellules d’un organisme.

Nodule : 

Source image:http://www.senat.fr/

À plusieurs milliers de mètres de profondeur, certaines plaines abyssales sont abondamment recouvertes d’étranges corps géologiques : les nodules polymétalliques. Renfermant des métaux parmi les plus recherchés – manganèse, cuivre, nickel et cobalt .Posé au fond des océans des encroûtements d’oxydes métalliques autour d’un noyau de fer.

Orque:

Source images et tableau:http://educ.csmv.qc.ca/

Nom: Orque

Nom anglais: Kille Whale
Nom latin: Orcinus Orca
Classe: Mammifères
Ordre: Cétacés
Famille: Delphinidés
Longévité: 70 ans
Poids: Mâle: 5 t – Femelle 4 t
Taille: Mâle: 8 à 9 m Femelle: 7 m

Nomé quelquefois aussi épaulard ( (Orcinus orca) ce voisin du dauphin est un cétacé qui peut atteindre 3t600 et mesurer environ 9 mètres.Ce cétacé est facilement reconnaissable à sa livrée noire et blanche et à la taille de sa nageoire dorsale qui peut atteindre 2 mètres de hauteur chez les mâles.

Cet animal est vorace voir vidéo youtube ci-dessous:

Attention cette vidéo peut heurter les personnes sensibles!

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Oursin:

Source image:http://pascal.ledisque.free.fr/

(surnommés oursinshérissons de mer ou châtaignes de mer) sont des organismes marins portant des piquants (et non pas des épines) sur la totalité du corps.

Ce sont des invertébrés marins de l’embranchement des Echinodermata (Échinodermes), du grec ekhinos, « épine » et derma« derme ». Ils sont de proches parents des concombres de mer et des étoiles de mer.

Animal marin, l’oursin, étant de la classe des Echinoidea.

Lien externe

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Paléozoique

Tableau source: http://www.fossiliraptor.be/

chelle géologique du Paléozoïque

Millions d’années

Eres

Périodes

Etages

Principaux événements

Plissements

250

PALEOZOIQUE
( Primaire )

Permien

Thurringien

Premiers Dinosaures

AsturiesHercynien
BretagneAcadie

270

Saxonien

Glaciation 5ème extinction massive des végétaux et des animaux

290

Autunien

Conifères

300

Carbonifère

Stephanien

Reptiles

310

Westphalien

Fougères arborescentes

320

Namurien

Insectes

340

Viséen

Amphibiens

360

Tournaisien

Fougères

Poissons
osseux

367

Dévonien

Famennien

Plantes
terrestres

375

Frasnien

Glaciation

4ème extinction

Premières ammonites

378

Givétien

Stringocephalus burtuni

382

Eifelien

Calceola sandalina

385

Emsien

Geesops sparsinodosus gallicus

387

Praguien

Paraspirifer cultrijugatus


Ardennes

Ecosse

Calédonien

Baïkal

Appalaches

390

Lochkovien – Pridolien

Chlorodictum problematicyum

400

Silurien

Ludlovien

Schistes Bigarrés d’Oignies et de Saint Hubert

405

Wenlockien

Poissons
cuirassés

412

Llandovérien

Paradoxides

418

Ordovicien

Ashgillien

Apparition des premiers poissons et des mollusques céphalopodes

425

Caradocien

438

Llandeilien

450

Llanvirnien

470

Arénigien

480

Trémadocien

495

Cambrien

Potsdamien

Apparition des éponges, des mollusques, des trilobites, des échinodermes

520

Acadien

540

Géorgien

565 PROTEROZOIQUE Protérozoïque supérieur 3ème extinction massive
580 Apparition des premiers vers
620 Nouvelle Glaciation
760 Protérozoïque moyen Glaciation
2.000 Début du règne des Acritarches (algues vertes)
2.100 Apparition des premiers métazoaires (êtres pluricellulaires)
2.200 Protérozoïque inférieur Glaciation huronienne2ème extinction
2.330 Apparition des bactéries coccoïdes (ancêtres du phytoplancton)
2.500 Développement des stromatolites
2.680 ARCHEEN Apparition des Eucaryotes (cellules présentant un noyau)
3.200 Apparition des algues bleues et de la photosynthèse
3.250 Impact d’une météorite géante(Fig Tree)1ère extinction
3.400 Apparition des premières formes de vie (bactéries)
3.800
4.500 Etoiles et planètes Naissance du système solaire
15.000 Big-Bang Naissance de l’univers

Ere géologique qui s ‘ étend de – 540 à – 245 millions d ‘années ; c’est  l’ ère de la conquête des continents par les organismes.

Permafrost:

istribution du pergélisol en Arctique

Pergélisol:

aussi appelé permafrost , ce nom désigne les sols des régions froides qui le restent en permanence.

Vidéo youtube ( cliquez sur vidéo youtube ci -contre)

 Phytoplancton

 De très petite taille, parfois microscopique que l’on trouve en suspension dans l’océan , végétaux marins.

Il comprend environ 20 000 espèces distribuées dans au moins huit classes taxonomiques ou embranchements. En comparaison, les plantes supérieures comprennent plus de 250 000 espèces dont la plupart sont comprises dans une seule classe.

Le phytoplancton produit la moitié de l’oxygène que l’ensemble des êtres vivants hétérotrophes et des volcans (ils consomment de l’oxygène en brulant le carbone organique des sédiments dans les zones de subduction) consomment. Il capte l’énergie solaire grâce à la photosynthèse. Il est à la base des réseaux trophiques océaniques et des oiseaux marins et joue un rôle essentiel dans le rétrocontrôle du climat, notamment en pompant le CO2 (Gaz à effet de serre) de l’air.

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Phosphate:

Source image:http://www.toutlemaghreb.com/


Mine de phosphate à ciel ouvrert

Minéral contenu dans les roches sédimentaires, pour le milieu marin il sert de constituant de base au phytoplancton  pour réaliser la photosynthèse.

Ces minéraux se présentent sous forme de grains, d’épigénies de fragments de squelettes organiques, de plages finement cristallines cimentant des débris divers, ou en nodules concrétionnés.

Photosynthèse :

La photosynthèse est un mécanisme spécifique des plantes vertes. © Jon Sullivan, Wikimedia, domaine public

Article et image : http://www.futura-sciences.com/

La photosynthèse est une réaction biochimique énergétique qui se déroule chez les plantes.

Rôle de la photosynthèse

La photosynthèse a pour but de créer de l’énergie (sous forme de glucide) à partir de l’énergie lumineuse provenant du soleil. Les organismes qui utilisent le mécanisme de photosynthèse sont autotrophes car ils fabriquent des matières organiques à partir de matières inorganiques.

Mécanisme de la photosynthèse

L’énergie solaire est utilisée pour oxyder l’eau et réduire le gaz carbonique afin de synthétiser des substances organiques (glucides). Ce phénomène a lieu dans les choloroplastes, un organite spécifique des plantes, au niveau des membranes des thylacoïdes où se situent les photosystèmes I et II et lescytochromes.

Bilan énergétique de la photosynthèse

Il faut six molécules de dioxyde de carbone et six molécules d’eau pour synthétiser une molécule de glucose, relâchant six molécules de dioxygène, grâce à l’énergie lumineuse.

6 CO2  + 6 H2O + énergie lumineuse → C6H12O6 (glucose) + 6 O2

Mais ce bilan est en fait décomposé en deux étapes successives :

  • les réactions photochimiques (phase claire) : 12 H2O + lumière → 6 O2 + énergie chimique (24 H) ;
  • le cycle de Calvin (phase sombre) : 6 CO2 + énergie chimique (24 H) → C6H12O6  + 6 H2O.
  •  

    Puffin:  ( Oiseaux Côte de Granit Rose nomé aussi: Le Macareux Moine)

    Source image: http://casabian.e-monsite.com/

    Le Puffin cendré (Calonectris diomedea) est une espèce d’oiseau de mer grégaire, d’assez grande taille, de la famille des Procellariidae. Cet oiseau de l’hémisphère Nord, qui hiverne au large, vient chaque année nicher sur les îles et côtes rocheuses européennes. ( article W  )

    Le Puffin fuligineux (Puffinus griseus) est une espèce d’oiseau de mer de la famille des Procellariidae. Il ne mesure pas plus d’une quarantaine de centimètres de long, mais certains individus sont capables de parcourir 65 000 kilomètres en six à dix mois autour de l’océan Pacifique. Avec la Sterne arctique, c’est l’espèce qui effectuerait la plus grande migration du monde animal  ( article W )

    Vidéo musicale sympa ( dailymotion) Lire

    Quadrant.

    Source image:  http://www.talend.com/

    ( source définition:http://permanent.cyconflans.free.fr/)
    n.m. Sur les anciens compas, la rose des vents n’était pas graduée en degrés, mais se divisait en quatre quadrants de 90 degrés chacun, joignant deux points cardinaux successifs et désignés par leur bissectrice : nord-est ou nordet (NE), sud-est ou suet (SE), sud-ouest ou suroît (SW) et nord-ouest ou noroît (NW). Chaque quadrant se divisait lui-même en deux secteurs de 45 degrés (NNE, ENE, ESE, SSE, SSW, WSW, WNW, NNW) et chacun de ces secteurs en quatre quarts..
  • alpha 18

Rade.

flancs de la rade de Villefranche, un des ports naturels les plus profonds de la Méditerranée occidentale. Source image: danielle.les.photos.over-blog.com

flancs de la rade de Villefranche, un des ports naturels les plus profonds de la Méditerranée occidentale.
Source image: danielle.les.photos.over-blog.com

Bassin naturel ou artificiel protégé et ouvert sur la mer, offrant aux bateaux au un abri contre la houle, les courants ou le vent.

Rift: 

  • Détail détachementSchéma source: ASP

    Détail détachement
    Schéma source: ASP

  •  

  • Sorte de vallée au centre de l’arête dorsale océanique qui fait plus de 2000m de profondeur.

  • Lors des éruptions volcaniques, c’est ici que le magma remonte( du centre de la terre )pour surgir et ainsi former le plancher océanique.

  • Rorquals

  • bbc.co.uk

    bbc.co.uk

  • De la famille des cétacés appartenant au groupe baleinoptères , pouvant atteindre 27 mètres de longueur et peser 120 tonnes ! La baleine bleue est un rorqual!

  • alpha_019 (1)

Sable:

image:wikipedia.org

image:
wikipedia.org

Sédiment  meuble formé de grains, en majorité de quartz, dont la taille est comprise entre 1/16 de mm et 2 mm.

Sabulicole:

Le Callochromis Pleurospilus est un poisson sabulicole : il vit dans les milieux lacustres sablonneux et se nourrit en filtrant le sable des fonds. © DNAagram CC by-nc-sa 2.0

Le Callochromis Pleurospilus est un poisson sabulicole : il vit dans les milieux lacustres sablonneux et se nourrit en filtrant le sable des fonds. © DNAagram CC by-nc-sa 2.0

Un organisme sabulicole est un organisme qui vit et croît dans le sable, que ce soit en milieu terrestre ou aquatique.

On distingue les espèces sabulicoles strictes des sabulicoles tolérantes.

Sédimentaire:

zoom

<———————————————>

12,5 cm

« Roche calcaire d’origine organique
C’est une roche formée de matériaux déposés après suspension ou précipités d’une solution et généralement plus ou moins consolidés. On y observe des restes des tests d’animaux marins.
source: photos.monanneeaucollege.com

Roche formée par l’accumulation de matière particulaire (Matériel composé de particules définies comme étant de la matière arrêtée par un filtre dont le maillage est égal à 0,45 micron-mètre… Malheureusement, le meilleur micron\-bag connu en aquariophilie n’atteint pas cette finesse.)

solide, minérale et organique, qui se dépose au fond de l’eau, par sédimentation, quand les conditions hydrologiques ne la maintiennent plus en suspension dans la couche d’eau.
D’une couche ou d’une roche lorsqu’elles sont constituées d’éléments qui se sont déposés par décantation au cours de longues périodes pouvant atteindre plusieurs millions d’années.

Séquestration du dioxyde de carbone:

Représentation schématique de certains moyens de stocker le dioxyde de carboneillustration: Wikipédia

Représentation schématique de certains moyens de stocker le dioxyde de carbone
illustration: Wikipédia

Nom donné à l’étude d’un projet consistant à liquéfier le CO2 résultant de l’activité industrielle pour aller le déverser en haute mer afin qu’il soit absorbé par l’océan.

Sargasses ( mer ):

source  image:belgacom.net

source image:
belgacom.net

La Mer des sargasses

La Mer des sargasses

Zone géographique située dans l’atlantique Nord quelque-part au large des états-unis. (  Elle est bordée par le Gulf Stream à l’ouest et au nord-ouest). Nommée ainsi  en raison des algues brunes flottantes qui s’y développent en grande quantité ( pouvant s’étendre dans un rayon situé entre 6 et 7 millions de Km 2).Situé dans le secteur  l’archipel des Bermudes.

Sédimentaire:

 Source site :picardie.f

Source site :picardie.f

Une couche ou une roche lorsqu’elles sont constituées d’éléments qui se sont déposés par décantation au fil du temps pouvant aller sur une période de plusieurs millions d’années.

Extrait ci-dessous: futura-sciences.com

FuturaSciences

Les roches sédimentaires proviennent de la lithification. La lithification est la transformation en roches consolidées des sédiments qui sont des éléments déposés par l’eau, le vent (par exemple le loess qui est un dépôt éolien formé de quartz, d’argile et de calcaire) ou la glace et qui proviennent de l’usure des continents (la destruction de roches) ou d’êtres vivants de labiosphère qui ont concentré ou libéré certaines substances (oxygène, CO2,calcium). Les sédiments eux-mêmes existent sous plusieurs formes comme les sédiments carbonatés et siliceux.

Sismique:

illustration :donnees.paca.developpement-durable.gouv.frschéma en exemple.

illustration :donnees.paca.developpement-durable.gouv.fr
schéma en exemple.

Tremblements de terre ou secousses, une zone sismique est un secteur géographique concerné par les failles tectoniques ou d’activité volcanique pouvant déclencher des secousses ou tremblements de terre.

alpha_020 (1)

Telson:

Anatomie d'un trilobiteSource wikipédia

Anatomie d’un trilobite
Source wikipédia

Ultime anneau de l’abdomen des arthropodes.

Ou pygidium ( W )  est la partie arrière de la carapace des crustacés, formant un bouclier articulé avec le thorax et constitué de segments soudés.

Thalle:

Coupe de thalle d'hépatique (Marchantiophyta)Source wikipédia

Coupe de thalle d’hépatique (Marchantiophyta)
Source wikipédia

Un thalle (parfois écrit thalli au pluriel) est un appareil végétatif ne possédant ni feuilles, ni tiges, ni racines, produit par certains organismes non-mobiles (végétaux, champignons,lichens, algues). Le thalle est aussi parfois appelé fronde chez certaines algues et chez les lichens.

Cette notion est à opposer à cormus. ( source ).

Tsunamis ( raz de marée )

Tsunami à Natori ( Japon )photo source:http://lcbr2.com

Tsunami à Natori ( Japon )
photo source:http://lcbr2.com

Un tsunami est une onde océanique ou marine provoquée par un mouvement rapide d’un grand volume d’eau (océan ou mer) dont l’origine est le plus souvent l’effet d’un tremblement de terre ou d’une éruption volcanique. (extrait définition W )

Vidéo youtube

Publiée le 11 oct. 2012

Le Japon dévasté par un tsunami fait partager son expérience au monde. La vidéo du raz-de-marée ou Tsunami ayant touché le Japon fut téléchargé sur http://www.telecharger-films.tv/, site sur lequel vous pourrez trouver de nombreuses autres vidéos de Tsunam

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici.

dauphin,poisson,animaux, aquatiques,océan,mer

Publié 2 février 2012 par Sylv1 dans Lexique

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :