Archives de août 2014

Mystérieuse lueur rouge dans le Pacifique ( suite)

crédit:   JPC van Heijst

crédit:
JPC van Heijst

Note adm: oanis

Dimanche 31 Août 2014 à : 22h30.

« Nous avons essayé d’en savoir plus sur l’article intitulé:

Une mystérieuse lumière repérée dans l’océan Pacifique, reste à savoir si l’observation est due à une manifestation  d’ordre naturel (volcaniquesismique, géophysique ou autre..) ou bien plus exotique venant de quelqu’un niché dans les profondeurs.

Faisant suite à cet article sur la lueur aperçue dans le pacifique, voici le récit du Pilote lui même repris sur son blog et traduit par le site « :

bistrobarblog.blogspot.fr

 

Un éclair suivi d’une lueur rouge mystérieuse venant sous l’océan Pacifique vient d’être découvert …

 

JPC Van Heijst (dont le pseudo est « Flying Dutchman« , Hollandais VOLANT), est un néerlandais qui pilote sur Boeing 747. Il relate sur SON BLOG une expérience curieuse et un peu inquiétante vécue en survolant le Pacifique, entre Hongkong et l’Alaska.

Une lueur rouge orangée d’origine inconnue au-dessus de l’océan Pacifique – 24 août 2014

La nuit dernière en survolant l’océan Pacifique quelque part au sud de la péninsule russe du Kamchatka, j’ai vécu le truc le plus impressionnant de ma carrière de pilote.
 

5 heures environ après avoir décollé et laissé derrière nous le Japon, nous étions en vitesse de croisière à un confortable 10.300 mètres, à environ 4 heures et demi de notre destination, l’Alaska.

Nous avions entendu parler par radio des séismes d’Islande, du Chili et de San Francisco et comme il y avait quelques volcans sur notre route qui pourraient faire éruption durant notre vol, nous avons fait un double-point de vérification avec la régulation en quittant Hongkong pour savoir s’il y avait une nouvelle activité sur notre route.
 
Puis très loin devant nous, juste au-dessus de l’horizon, a jailli un intense flash lumineux. Il ressemblait à un éclair, mais bien plus intense et dirigé à la verticale. Je n’avais jamais vu rien de comparable auparavant et il n’y a eu aucun autre flash avant ou après cette unique explosion de lumière.
 
 
 Comme il n’y avait aucun orage sur notre route ou sur le radar météo, nous sommes restés en alerte pour de possibles orages non visibles par radar qui pourraient entraîner des problèmes ultérieurs.

J’ai décidé de tenter de photographier le ciel nocturne et l’étrange lueur verte qui recouvrait tout l’hémisphère nord. Je pense que c’était une sorte d’aurore boréale, mais c’était beaucoup plus dispersé, jamais vu non plus quelque chose de ce genre avant. Vingt minutes de vol plus tard, j’ai remarqué qu’une profonde lueur rouge orangée apparaissait devant nous et c’était un peu bizarre car il était censé ne rien y avoir d’autre en dessous de nous que l’océan infini sur des centaines de kilomètres. Une ville distante ou un groupe asiatique de bateaux de pêche au calmar n’auraient aucun sens dans cette zone, en dehors du fait que les lumières visibles étaient beaucoup plus grandes en taille et avaient une lueur rouge orangée, au lieu du jaune et blanc habituels que produiraient des villes ou des navires.

Plus nous approchions, plus la lueur devenait intense, illuminant les nuages et le ciel en dessous de nous d’une effrayante lueur orange. Dans une partie du monde où il n’est censé y avoir que de l’eau. La seule cause possible qui nous est venu à l’esprit pour cette lueur rouge serait l’explosion d’un immense volcan juste sous la surface de l’océan, 30 minutes environ avant le survol de sa position exacte.
 

Avec l’aéroport le plus proche à au moins à 2 heures de vol, l’idée de voler en pleine nuit dans un panache de cendre invisible et très dangereux au-dessus du vaste océan Pacifique, ne nous emballait pas vraiment. Par chance, nous n’avons rien rencontré de ce genre, mais avec cette effrayante lueur rouge orangée inexplicable à la surface de l’océan, nous étions tout sauf à l’aise. Il n’y avait pas non plus d’autre trafic près de notre position ou sur la même route qui confirmerait tout ce que nous avions observé ou si nous avions rencontré un genre de nuages de cendres.

Nous avons rapporté nos observations au Contrôle du Trafic Aérien et une enquête sur ce qui est arrivé dans cette région isolée de l’océan a démarré aujourd’hui.

Prenez note que les photos sont prises avec un ISO (sensibilité) extrêmement élevé, ce qui explique leur qualité moyenne. J’ai ajouté une vue d’ensemble de notre route avec un marquage de l’emplacement.

Maintenant j’espère juste que si une nouvelle île s’est formée là, au moins on pourra lui donner mon nom en tant que son découvreur officiel : )

Ce serait sympa !

Mise à jour : ajouté 4 nouvelles photos et une carte de Google Earth avec la géographie sous-marine. L’une des photos montre nos feux d’atterrissage illuminant le ciel devant car nous avions peur d’une rencontre possible avec un nuage de cendres. Nous avons pénétré dans une fine couche de nuages 5 minutes après avoir dépassé la lueur rouge, mais aucune cendre n’a été détectée ou rencontrée.

 
Allez les voir sur le site de Flying Dutchman, d’autres photos en ligne en cliquant dessus pour les agrandir.
 
Source : 

geysergif

Mise à jour investigation oceanographique et Oanis, le :31/08/2014 à 22h30.

cropped-capture2.jpg

 

Rencontre rapprochée de soldats américains au Vietnam.

Crédit illustration: worldufophotosandnews.org/

Crédit illustration:
worldufophotosandnews.org/

Article source:

U.S. ARMY SOLDIERS CLOSE ENCOUNTER IN VIETNAM

Traduction par Erabannière ioo

Posté par ken  PFEIFER le : 19/08/2014 :

 Rivière au Mekong, Vietnam ( indochine) le 16 Mars 1978:

Le témoin principal était de garde sur le navire avec un autre  équipier ce soir là et tous deux ont vus  deux boules de feu traverser la rivière. Alors ce soir là il décida de diriger sa lampe de poche dessus. Elles ont traversé vers le centre de la rivière toujours au même endroit là où étaient ancrées leurs péniches de gravier. C’est resté là pendant environ 10 minutes, juste une boule de feu, bientôt le feu se dissipa et le témoin vit  un objet en forme de disque d’environ 30 mètres de diamètre avec un dôme sur le dessus et un dôme plus petit dessous. La couleur de l’objet était argent métallisé et il avait deux lumières de couleur ambre et blanc qui tournaient, et une petite lumière verdâtre sur le dessous. Il est resté en vol stationnaire pendant environ 2 minutes, puis a commencé à se déplacer vers leur bateau (un remorqueur portuaire de 65 pieds ( « 19, 812m » de l’armée américaine). Le disque, éteint alors ses lumières et s’arrêta à environ 10 pieds (  3,04m) de l’endroit où se tenait le témoin principal. Pour une raison inconnue, il ne ressentait aucune peur. Il n’y eut absolument aucun bruit tandis que la coupole supérieure commença à changer révélant une ouverture en forme de fenêtre qui couvrit un quart de la coupole, une lumière verte étrange illumina l’intérieur de l’engin. 

Soudain, un des occupants apparut du côté de la fenêtre, puis deux autres qui regardaient simplement le témoin. Il leur fit signe de la main et ils lui firent signe en retour. Cela dura environ cinq minutes. Les occupants pointaient du doigt son uniforme et son fusil alors il posa ce dernier. Il décrivit les humanoïdes comme mesurant  3,5 pieds ( 1 m environ) de hauteur, avec la peau vert bleuté, de grands yeux, pas en amande, mais ronds avec des pupilles d’un vert vif, un corps élancé avec 4 doigts à chaque main.  Ils ressemblaient à de petits enfants, avec de petites oreilles,  nez et  bouche qui ne s’ouvraient jamais. Ils semblaient utiliser le langage des signes et se montraient les  différents éléments.  Le témoin  essaya de communiquer, mais il ne savait pas comment. Alors il leur fit signe qu’il allait chercher un autre membre de l’équipage en bas, donc il descendit et  réveilla  le capitaine.  Ce dernier ne voyait pas ce que le témoin essayait de lui dire alors il monta sur le pont et le disque s’était déplacé vers  l’arrière du navire,  le capitaine était sur ​​le point de «le bouffer » c’est alors que  le disque se déplaça vers l’avant. 

À ce moment, le capitaine commença à crier et s’empara du fusil. Le témoin se battit avec le capitaine, l’empêchant de tirer sur le disque et n’arrêtait pas de crier aux occupants de se mettre « hors de portée ». Dès que le disque s’éloigna du navire, le capitaine commença à se calmer. Le disque remonta alors la rivière et disparut soudainement à grande vitesse .

REMARQUE: L’image ci-dessus est une illustration.

Un article de KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS AND NEWS

WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

Remerciements  à  WWW.PHANTOMSANDMONSTERS.COM

et à  WWW.MUFON.COM CASE FILE.

gif

Mise à jour Investigation Océanographique et OANIS 30-8-2014 à 10h00.

cropped-capture2.jpg

Abysses, les alliances des profondeurs

Crédit photo: france5.fr

Crédit photo:
france5.fr

Sylvain Matisse Enquêteur Crédit Photo : Investigation Océanographique et Oanis« Pour la première fois en intégralité sur France 5 le 30 août à 19h, un reportage scientifique d’une durée de 55min concernant l’étude de la vie dans les  grandes profondeurs marines, près des Açores. Un reportage instructif à venir pour nos investigations.« 

Extrait vidéo source CNRS

http://www.cnrs.fr/fr/science-direct/video/video.php#29/08/2014

geysergif

Mise à jour investigation oceanographique le : 28/08/2014 à 10h45.

cropped-capture2.jpg

Une mystérieuse lumière repérée dans l’océan Pacifique

crédit:   JPC van Heijst

crédit:
JPC van Heijst

Article source: planet.fr

Publié par Deborah Koslowski le Mercredi 27 Août 2014 à 11h10

Alors qu’ils survolaient la péninsule du Kamchatka (Russie), le pilote d’un boeing 747 et son co-pilote ont fait une étrange observation. Après un flash, une mystérieuse lueur est apparue dans l’océan Pacifique. Une enquête a été ouverte.

C’est un mystère de grande envergure auquel ont été confrontés le pilote néerlandais d’un Boeing 747 et son co-pilote ce samedi. Alors qu’ils survolaient la péninsule du Kamchatka (Russie), une étrange lueur a fait son apparition dans l’océan Pacifique, a rapporté le site internet PBase. Aucune explication scientifique n’a, pour l’heure, pu expliquer l’origine de cet étonnant phénomène que le pilote a tout de même pris le temps de photographier.

« Cela ressemblait à un éclair mais en beaucoup plus intense et ça se dirigeait verticalement de haut en bas. Nous avons scruté l’horizon à la recherche d’un orage qui aurait échappé aux radars. Puis, vingt minutes environ après ce flash, cette étrange lueur orange est apparue à la surface de l’océan », a détaillé l’homme sur le site expliquant comme s’était faite l’apparition de la mystérieuse lumière flamboyante.

Source

geysergif

Mise à jour investigation oceanographique et Oanis, le : 27/08/2014 à 19h30.

cropped-capture2.jpg

Publié 27 août 2014 par Sylv1 dans documents et articles divers, Mystères Marins et Légendes

Tag(s) associé(s) :

De « shanghai » à San francisco en 100 minutes avec un sous-marin supersonique Chinois

Un article de Stephen Chen – Dimanche, 24 Aout 2014

Source:South China Morning Post

Traduction Era pour Investigation Océanographique et OANIS

 oanis

crédit: scmp.com

crédit: scmp.com

La Chine a franchi une nouvelle étape vers la création d’un sous-marin supersonique qui pourrait voyager de Shanghai à San Francisco en moins de deux heures.

La nouvelle technologie mise au point par une équipe de scientifiques au  Harbin Institute dans un laboratoire du complexe technologique gif vitesse consacré aux flux et  transfert de chaleur a facilité le voyage à  des vitesses extrêmement élevées sous l’eau pour un sous-marin ou une torpille.

Li Fengchen, professeur de mécanique des fluides et de l’ingénierie, a déclaré que  l’approche novatrice de l’équipe signifiait qu’ils pouvaient désormais créer la » bulle d’air » compliquée nécessaire au déplacement rapide du sous-marin. «Nous sommes très enthousiasmés par son potentiel,» dit-il.

L’eau produit plus de friction, ou glissement, que l’air sur un objet, ce qui signifie que les sous-marins conventionnels ne peuvent pas voyager plus vite qu’un avion. Toutefois, pendant la guerre froide, l’armée soviétique a développé une technologie appelée supercavitation, qui consiste à envelopper un navire immergé à l’intérieur d’une bulle d’air pour éviter les problèmes causés par le frottement de l’eau.

Une torpille soviétique de supercavitation *appelé Shakval était capable d’atteindre une vitesse de 370 kilomètres par heure ou plus – beaucoup plus rapide que tous les autres torpilles conventionnelles.

En théorie, un navire en supercavitation  pourrait atteindre la vitesse du son sous l’eau, soit environ 5800 kilomètres par heure, ce qui réduirait le temps de trajet pour une CROISIÈRE transatlantique sous-marine à moins d’une heure, et pour un voyage transpacifique à environ 100 minutes, selon un rapport de l’Institut de Technologie de Californie en 2001.

Cependant, la technologie de supercavitation a fait face à deux problèmes majeurs. Tout d’abord, le navire submergé a besoin d’être lancé à grande vitesse, approchant les 100 kmh, pour générer et maintenir la bulle d’air.

En second lieu, il est extrêmement difficile – sinon impossible – d’orienter le récipient à l’aide des mécanismes classiques, comme un gouvernail, qui sont à l’intérieur de la bulle, sans aucun contact direct avec l’eau.

En conséquence, son application a été limitée aux navires sans pilote, comme les torpilles, mais la quasi-totalité de ces torpilles a été tirée en ligne droite parce qu’ils avaient une capacité limitée à tourner.
Li a dit que l’équipe de scientifiques chinois avait trouvé un moyen novateur de traiter ces deux problèmes.

Une fois dans l’eau, le navire de supercavitation de l’équipe  « doucherait » en permanence sa propre surface avec une membrane liquide spéciale. Bien que cette membrane serait usée par l’eau, en attendant, elle pourrait considérablement réduire le frottement de  l’eau sur le bateau à faible vitesse.

Après que  sa vitesse ait atteint 75 kilomètres par heure ou plus, le navire entrerait  dans l’état de supercavition. La membrane liquide synthétique sur la surface du vaisseau pourrait contribuer à la direction   parce qu’ avec un contrôle précis, les différents niveaux de frottement peuvent être créés sur les différentes parties du navire.

«Notre méthode est différente de toute autre approche, comme vecteur de propulsion », ou poussée créée par un moteur, déclare Li  « En combinant la technologie de la  membrane liquide avec celle de la supercavitation,  nous pouvons réduire considérablement les problèmes de lancement et de rendre plus facile le contrôle de navigation.« 

Cependant, précise Li , de nombreux problèmes doivent encore être résolus avant que le déplacement  sous-marin supersonique ne devienne possible. Outre la question du contrôle, un moteur de fusée sous-marine puissante doit encore être mis au point pour donner une plus longue portée au navire . La portée effective des torpilles supercavitantes russes, par exemple, n’était que de 11 km à 15 km.

Selon Li,  la technologie de supercavitation ne se limite pas seulement à des fins militaires. A l’avenir, pourraient en  bénéficier le transport sous-marin civil, ou les sports nautiques comme la natation.

« Si un maillot de bain peut créer et maintenir de nombreuses petites bulles dans l’eau, il peut réduire de façon significative la friction dans l’eau, nager dans l’eau pourrait être aussi facile que voler dans le ciel, » dit-il

Outre la Russie, des pays comme l’Allemagne, l’Iran et les Etats-Unis ont mis au point des navires ou des armes en utilisant la technologie de supercavitation.

Le Professeur Wang Guoyu, le chef du Laboratoire de Mécanique des Fluides de l’Institut de Technologie de Pekin qui est à la tête d’un autre projet de recherches  financé par l’Etat sur la supercavitation, a déclaré que la communauté mondiale de la recherche avait été troublée depuis des décennies par le manque d’idées novatrices pour répondre aux grands défis scientifiques et techniques.

« La taille de la bulle est difficile à contrôler, et le navire est presque impossible à diriger,» dit-il. En navigant à haute vitesse pendant la supercavitation, une hélice pourrait être cassée net si elle touchait l’eau à cause de la densité beaucoup plus grande  du liquide.

Malgré que de nombreux scientifiques du monde entier travaillent sur ​​des projets similaires, les derniers  progrès restent peu clairs parce qu’ils sont considérés comme des secrets militaires.

Wang, membre du comité de l’armement maritime de la Société chinoise  des architectes navals et des mécaniciens, a même dit qu’il avait été tenu dans l’ignorance de l’évolution récente en mamtière de supercavitation en Chine.

« La commande principale provient toujours de l’armée, la plupart des projets de recherche sont enveloppés dans le secret», a t-il dit. Source

* Ndlr: supercavitation

 geysergifMise à jour investigation oceanographique et Oanis, le : 26/08/2014 à 20h40.

cropped-capture2.jpg

Des scientifiques découvrent des traces de plancton marin sur l’ISS

©  NASA / L'équipage de la mission STS-132 / Public Domain

© NASA / L’équipage de la mission STS-132 / Public Domain

Note adm

oanisJeudi 21 Août 2014 à 11h45:

 

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis« Ovnis-Direct a traduit l’article ci-dessous . La compréhension de la vie continue. Celle-ci s’adapte t-elle à son environnement quelque soit celui-ci ?. Ainsi des espèces peuvent-elles vivre quelque soit l’endroit pour certaines d’entre elles? Mieux encore, une forme de vie pourrait-elle exister  et se développer  là où ne l’attendons pas et sous quelle forme?

Voilà bien des questions que nous nous posons avec Era et bien d’autres personnes.Cet article est dans la lignée de nos recherches. Bien sûr ces micro organismes ou des petits spécimens  ont pu « polluer la station ». En tout cas le fait révélateur si ceci est validé, est celui que la vie, du moins certaines espèces ,peuvent s’accomoder d’un autre environnement et s’adapter.Une autre question viens à l’esprit: Comment font-ils pour résister? Les scientifiques semblent avoir du pain sur la planche.

Ceci est passionnant , la suite pourrait l’être tout autant.« 

barre dorée

 

©  NASA / L'équipage de la mission STS-132 / Public Domain

© NASA / L’équipage de la mission STS-132 / Public Domain

Les scientifiques russes prétendent avoir découvert des traces de plancton marin à la surface de la Station Spatiale Internationale (ISS) grâce à des équipements de haute précision, ce qui prouve que la vie peut survivre malgré les conditions extrêmes de l’espace.

Le plancton est l’ensemble des végétaux et animaux aquatiques qui dérivent au gré des courants. Généralement microscopiques ou de petite taille, ils sont capables de mouvements limités, mais incapables de se déplacer à contre-courant. Exemples : calmars, les poissons pélagiques (harengs, sardines, thon…), les mammifères marins (baleines, dauphins…) et les crustacés.

​​
Le chef de la mission orbitale russe de l’ISS, Vladimir Soloviev, a déclaré que la découverte avait été réalisée lors de l’analyse des échantillons prélevés sur les enlumineurs.
 
Certains organismes ont donc pu vivre sur la Station Spatiale Internationale (ISS) depuis des années à une gravité de zéro, ainsi qu’avec des conditions de température et de rayonnements cosmiques difficiles. « 
Vladimir Soloviev a néanmoins exprimé son incompréhension concernant la manière dont ces particules microscopiques auraient apparu sur la surface de la station spatiale.
 
Le spécialiste de l’espace ajoute que la surface de l’ISS avait été très fortement polluée en raison du fonctionnement des moteurs sans oublier de nombreux autres facteurs. « Nous menons des travaux spéciaux pour en quelque sorte polir et mettre les enlumineurs dans l’ordre. Cela est particulièrement nécessaire dans le cadre de longs vols spatiaux « , a ajouté Soloviev.
Les cosmonautes russes Alexander Skvortsov (à droite) et Oleg Artemiev ​(Crédit: NASA/STSCI).

Les cosmonautes russes Alexander Skvortsov (à droite) et Oleg Artemiev
​(Crédit: NASA/STSCI).

 
Source : YAHOO NEWS AUSTRALIE  et Traduction par Ovnis-Direct.
 
 
barre dorée
oanis
Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanisSamedi 23 Août 2014 à  20h30
« Nous mettons des articles mais nous assurons un certain suivi qui peu confirmer  ou infirmer une information, à ce titre voici une tendance.
 
Mise à jour selon le  média Science et Avenir un hoax est possible.
Pour autant même si cette information de l’agence Russe était fausse, je ne remet nullement en cause ma façon de voir les choses pour le moment et surtout les questions qui en découlent.« 
« 
geysergif
Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le: 21/08/2014 à 11h45.
cropped-capture2.jpg
 

groupe de ce site créé sur facebook

oanis

Note adm:oanis

Mecredi 20 août 2014 à 15h25:

« Ce site devient interactif sur facebook en cliquant sur le lien ci-dessous:

https://www.facebook.com/groups/838213906202372/bannière ioooanis

Soyez les bienvenus pour discuter, échanger des photos, vidéos, expériences scientifiques, témoignages et tout ce qui a rapport avec l’environnement marin. Les cas étranges concernant le milieu maritime a aussi sa palce dans ce groupe.

Je remercie DomUfomotion pour les créations des  bannières du groupe.

Vous êtes les bienvenues.Le charte du groupe est la même que sur nos sites web, c’est à dire respect et convivialité en règle générale. Merci à vous pour votre soutien et fidélité. »

cropped-capture2.jpg

Publié 20 août 2014 par Sylv1 dans Journal de Bord

%d blogueurs aiment cette page :