Archives du tag ‘ISS

Fluidics, l’expérience de l’eau dans l’ISS

Photo Thomas Pesquet,  crédit: ESA/NSA

Ce 2 juin, Thomas Pesquet sera de retour sur Terre…

Le Soyouz doit quitter la station ISS à 12h47 (heure française) et se poser dans les plaines du Kazakhstan à 16h09. Le dispositif mis en place par la Cité de l’espace vous permettra de suivre toutes les phases du retour du dixième français dans l’espace et de son collègue russe Oleg Novitskiy (l’Américaine Peggy Whitson reste dans l’ISS 3 mois de plus).  Un direct vidéo sur le web sera  organisé par la Cité de l’ Espace de Toulouse.

J’attendais  quelques images  de l’expérience FLUIDICS (expérience en sciences de la matière) proposée par le CNES pour la mission Proxima à bord de l’ISS. Difficile d’obtenir plus d’images ou de renseignements, si ce n’est  ici :  une info concernant l’ Expérience des fluides du 22/02/2017 Nasa.

Fluidics, l’expérience de l’eau dans l’ISS, suite

Vidéo CNES via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :31/05/2017 à :09h30.

La NASA découvre un organisme qui peut survivre 16 mois dans l’espace extra-atmosphérique

© Photo Thomas Leya / Fraunhofer IZI-BB

© Photo Thomas Leya / Fraunhofer IZI-BB

Réferences: SlashGear, Fraunhofer Institute

Recherche Actualités / 01.2.2017

Traduction à l’aide traducteurs en ligne Sylvain Matisse pour cropped-capture2.jpg

La NASA découvre un organisme qui peut survivre 16 mois dans l’espace extra-atmosphérique.
Des algues prouvent que leur capacité d’adaptation est exceptionnelle car elles sont capables de survivre 16 mois dans l’espace en dehors de la Station spatiale internationale.
Les scientifiques à bord de la Station spatiale internationale (ISS) ont récemment mené une expérience où ils ont laissé des algues libres dans le vide spatial pendant 16 mois complets. Et, étonnamment, ces  simples plantes ont survécu à ce terrible voyage . Malgré les variations extrêmes de température, les rayons UV, le rayonnement cosmique et la durée incroyable de l’expérience, les algues ont été ramenées à bord encore en vie.

Les chercheurs à bord de l’ISS réalisent actuellement des expériences dans le cadre du projet Biomex (Biology and Mars Experiment). Au sein de cette expérience, des algues ont fait partie du projet. les savants ont testé la durabilité d’une catégorie  d’algues qui sont connues pour aimer des températures négatives. Étant donné que le mélange des conditions extrêmes dans l’espace est impossible à reproduire exactement dans un environnement de laboratoire, l’équipage de l’ISS a utilisé leur emplacement pour mettre à l’épreuve ces espèces froides.  Les scientifiques ont été étonnés des résultats.

Après l’expérience, les chercheurs à bord de l’ISS enverront ces échantillons d’algues sur Terre. Là, elles seront rigoureusement testées pour mesurer l’ampleur réelle que les températures et les rayons combinés ont eu comme impact sur elles. Cette information pourrait être cruciale pour les futures missions humaines en direction de la planète Mars. Cela pourrait contribuer et assurer la sécurité des astronautes et des aliments végétaux pouvant être consommés.

Cependant, au-delà des avantages positifs que cette recherche pourrait avoir sur les missions futures de l’homme dans l’espace, ceci pourrait également nous en dire un peu plus sur la vie extraterrestre. Selon beaucoup de gens, y compris le célèbre astrophysicien Neil Degrasse Tyson, pensant que nous sommes en quelque sorte les seules créatures vivantes dans l’univers ce serait « inexcusablement égocentrique. » Alors qu’auparavant, peu de gens auraient pensé que les plantes pourraient survivre à un séjour prolongé dans l’espace.  Nous savons maintenant que c’est possible. Tandis  que certains environnements dans l’espace peuvent paraître inhospitaliers, nous savons à présent, que la vie pourrait exister dans des endroits que nous n’aurions jamais soupçonné auparavant.

Source

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :13/02/2017 à :05h50.

cropped-capture2 (1)

Des scientifiques découvrent des traces de plancton marin sur l’ISS

©  NASA / L'équipage de la mission STS-132 / Public Domain

© NASA / L’équipage de la mission STS-132 / Public Domain

Note adm

oanisJeudi 21 Août 2014 à 11h45:

 

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis« Ovnis-Direct a traduit l’article ci-dessous . La compréhension de la vie continue. Celle-ci s’adapte t-elle à son environnement quelque soit celui-ci ?. Ainsi des espèces peuvent-elles vivre quelque soit l’endroit pour certaines d’entre elles? Mieux encore, une forme de vie pourrait-elle exister  et se développer  là où ne l’attendons pas et sous quelle forme?

Voilà bien des questions que nous nous posons avec Era et bien d’autres personnes.Cet article est dans la lignée de nos recherches. Bien sûr ces micro organismes ou des petits spécimens  ont pu « polluer la station ». En tout cas le fait révélateur si ceci est validé, est celui que la vie, du moins certaines espèces ,peuvent s’accomoder d’un autre environnement et s’adapter.Une autre question viens à l’esprit: Comment font-ils pour résister? Les scientifiques semblent avoir du pain sur la planche.

Ceci est passionnant , la suite pourrait l’être tout autant.« 

barre dorée

 

©  NASA / L'équipage de la mission STS-132 / Public Domain

© NASA / L’équipage de la mission STS-132 / Public Domain

Les scientifiques russes prétendent avoir découvert des traces de plancton marin à la surface de la Station Spatiale Internationale (ISS) grâce à des équipements de haute précision, ce qui prouve que la vie peut survivre malgré les conditions extrêmes de l’espace.

Le plancton est l’ensemble des végétaux et animaux aquatiques qui dérivent au gré des courants. Généralement microscopiques ou de petite taille, ils sont capables de mouvements limités, mais incapables de se déplacer à contre-courant. Exemples : calmars, les poissons pélagiques (harengs, sardines, thon…), les mammifères marins (baleines, dauphins…) et les crustacés.

​​
Le chef de la mission orbitale russe de l’ISS, Vladimir Soloviev, a déclaré que la découverte avait été réalisée lors de l’analyse des échantillons prélevés sur les enlumineurs.
 
Certains organismes ont donc pu vivre sur la Station Spatiale Internationale (ISS) depuis des années à une gravité de zéro, ainsi qu’avec des conditions de température et de rayonnements cosmiques difficiles. « 
Vladimir Soloviev a néanmoins exprimé son incompréhension concernant la manière dont ces particules microscopiques auraient apparu sur la surface de la station spatiale.
 
Le spécialiste de l’espace ajoute que la surface de l’ISS avait été très fortement polluée en raison du fonctionnement des moteurs sans oublier de nombreux autres facteurs. « Nous menons des travaux spéciaux pour en quelque sorte polir et mettre les enlumineurs dans l’ordre. Cela est particulièrement nécessaire dans le cadre de longs vols spatiaux « , a ajouté Soloviev.
Les cosmonautes russes Alexander Skvortsov (à droite) et Oleg Artemiev ​(Crédit: NASA/STSCI).

Les cosmonautes russes Alexander Skvortsov (à droite) et Oleg Artemiev
​(Crédit: NASA/STSCI).

 
Source : YAHOO NEWS AUSTRALIE  et Traduction par Ovnis-Direct.
 
 
barre dorée
oanis
Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanisSamedi 23 Août 2014 à  20h30
« Nous mettons des articles mais nous assurons un certain suivi qui peu confirmer  ou infirmer une information, à ce titre voici une tendance.
 
Mise à jour selon le  média Science et Avenir un hoax est possible.
Pour autant même si cette information de l’agence Russe était fausse, je ne remet nullement en cause ma façon de voir les choses pour le moment et surtout les questions qui en découlent.« 
« 
geysergif
Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le: 21/08/2014 à 11h45.
cropped-capture2.jpg
 
%d blogueurs aiment cette page :