Archives de la catégorie ‘documents et articles divers

La NASA se prépare pour ses futures missions spatiales en explorant des volcans sous-marins au large d’Hawaï   Leave a comment

Mer et Océan

Photo: Archives d’histoire universelle / UIG via Getty Images

Les humains explorent le cosmos depuis près de 60 ans, mais pendant tout ce temps, nous n’avons trouvé aucune preuve de la vie dans notre système solaire, en dehors de notre propre planète. Les scientifiques pensent toujours que d’autres formes de vie pourraient exister, mais certains des meilleurs habitats possibles sont cachés sous d’épaisses croûtes de glace sur des lunes comme Europa et Enceladus.

Des missions planétaires planifiées telles qu’Europa Clipper et d’éventuelles futures missions en Encelade pourraient rechercher des preuves de l’habitabilité, voire même de la vie microbienne dans les océans sous ces croûtes, mais avant d’arriver à ces mondes extraterrestres pour déterminer leur habitabilité, la NASA doit mieux comprendre ces environnements pourraient être comme. En fin de compte, l’un des meilleurs endroits pour le faire est ici, sur Terre.

Près de deux miles et demi sous la surface de l’eau, le…

Voir l’article original 1 116 mots de plus

Publié 19 novembre 2018 par Sylv1 dans documents et articles divers, Exobiologie/Biologie

Test de récupération de la capsule de l’équipage d’Orion par US Navy

Mer et Océan

Découvrez cette incroyable vue aérienne de l’équipe de récupération de la NASA et de la marine américaine avec le l USS Anchorage qui s’entraînent à récupérer une version test de la capsule de l’équipage d’Orion.

Under Test Recovery-7 fait partie d’une série de tests visant à vérifier et à valider les procédures et le matériel utilisés pour récupérer le satellite Orion après sa projection dans l’océan Pacifique à la suite de missions d’exploration dans l’espace lointain.

Voir l’article original

Publié 6 novembre 2018 par Sylv1 dans documents et articles divers, time laps / vidéos

Le projet ANITA de la Nasa a permis d’observer des particules étranges en Antarctique.

Le dispositif ANITA de la Nasa en Antarctique. // Source : Flickr/CC/Nasa

Des particules émanent de l’Antarctique et on ne sait pas ce que c’est !

Article source  : numerama.com/

Le projet ANITA de la Nasa a permis d’observer des particules étranges en Antarctique : elles émanent de la Terre, au lieu d’arriver de la galaxie. Selon des physiciens, il est probable que nous soyons face à un phénomène jusqu’ici inconnu.

Des rayonnements cosmiques intriguent les physiciens depuis plusieurs années. Dans les sols glacés de l’Antarctique, la Nasa a enregistré en 2016 la présence de particules au comportement étrange : au lieu de provenir de l’espace, elles semblent jaillir de la banquise. Des chercheurs de l’université d’État de Pennsylvanie ont uni leurs forces pour tenter de comprendre ce phénomène qui a déjà inspiré de nombreuses théories.

Ils relatent cette recherche dans un article pré-publié le 25 septembre 2018 sur arXiv. Leur conclusion soutient l’hypothèse sur laquelle la communauté physicienne s’est déjà reposée, sans toutefois la démontrer. La plupart des scientifiques pensaient que ces particules étaient probablement un élément inconnu : selon cette nouvelle recherche, il y a de grandes chances que ce soit le cas.

LA PHYSIQUE AU DELÀ DU MODÈLE STANDARD

« Nous explorons [l’hypothèse que] ces particules aillent au delà du modèle standard pour expliquer les événements [enregistrés par] ANITA, s’ils sont correctement interprétés, et concluons que c’est le cas », écrivent les chercheurs dans leur résumé.

Ces étranges « rayonnements cosmiques » ont été observés à deux reprises par la Nasa dans le cadre du projet ANITA (Antarctic Impulsive Transient Antenna), un ballon à hélium embarquant un réseau d’antennes radio afin de repérer les rayons cosmiques d’ultra haute énergie (aussi dits zetta-particules), l’un des phénomènes les plus énergétiques connus dans la nature.

Les rayonnements cosmiques sont des flux qui circulent dans le milieu interstellaire — l’espace entre les étoiles dans une galaxie. De tels rayonnements peuvent venir du Soleil, de l’intérieur ou de l’extérieur de la galaxie.

Comme l’explique LiveScience, les scientifiques ont fondé de grands espoirs sur la découverte de la mission ANITA, lorsque le dispositif de la Nasa a permis de découvrir non pas des rayons cosmiques provenant de l’espace, mais des particules qui semblaient émerger de la Terre.

Pour tenter d’expliquer l’existence de ces rayons cosmiques, les physiciens ont commencé à élaborer des théories.

CES PARTICULES SONT TRÈS PROBABLEMENT UN PHÉNOMÈNE NOUVEAU

En raison de leur comportement inhabituel, les physiciens s’accordaient à dire que ces étranges particules ne pouvaient pas faire partie du modèle standard, une théorie permettant de classifier les particules subatomiques (plus petites que les atomes) connues. Toutes les hypothèses envisageaient le fait que les particules soient la manifestation d’un phénomène nouveau, sans pour autant que cela soit vérifié.

Le travail des universitaires pennsylvaniens vient renforcer cette idée. Selon eux, les particules observées grâce à ANITA ne sont qu’une partie émergée de l’iceberg : ces rayonnements cosmiques sont bien plus nombreux que ce que nous pensions. Un autre observatoire situé dans l’Antarctique, baptisé IceCube, a eu l’occasion d’observer des particules similaires, mais aucun lien n’avait été fait entre les enregistrements d’IceCube et ceux d’ANITA, jusqu’à cette étude.

L’observatoire IceCube en Antarctique. // Source : Flickr/CC/Eli Duke

CHANCE SUR 3,5 MILLIONS QUE NOUS LES CONNAISSIONS

 

En combinant ces deux bases de données, les physiciens sont arrivés à la conclusion que ces étranges particules émanant de la Terre avaient une chance infime d’appartenir au modèle standard : il y a très exactement moins d’une chance sur 3,5 millions pour que ces particules en fassent partie. Autrement dit, cette découverte permet de renforcer l’hypothèse que la communauté scientifique envisageait : il est fort probable que ces particules soient une manifestation d’un phénomène nouveau.

Bien que cette découverte ne résolve pas le mystère de leur provenance, le travail de ces chercheurs est important. Il montre que les scientifiques qui voudront étudier ces étranges rayonnements cosmiques devront être prêts à questionner leurs connaissances actuelles sur l’univers s’ils veulent espérer identifier ces particules. Grâce à eux, nous sommes de plus en plus certains que la science est face à un nouveau phénomène.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 22/ 10/2018 à 11H15.

Le « Cimetière de l’Atlantique »un abri pour des aliens ?

Crédit photo :
fredzone.org

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

Nous sommes toujours attentifs à l’actualité plus ou moins dissimulée et aux différentes informations  qui nous parviennent et tout ce qui peut amener à de la réflexion.

Notre ami du MUFON  des caraïbes Hugues Noel nous transmet cet article qui curieusement va dans notre secteur de recherche ce qui démontre que plusieurs personnes pensent plus ou moins comme nous.

Nous remercions Hugues pour ce partage.

CERTAINS UFOLOGUES PENSENT QUE DES EXTRATERRESTRES SE CACHENT DANS LES OCÉANS

Crédit article et illustration : fredzone.org
 Article  de YOUSSOUF

 

Une mystérieuse anomalie sonore découverte au large de la Caroline du Nord a déclenché un débat sur les OVNIS parmi les théoriciens du complot. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a lancé une expédition pour résoudre le mystère entourant cette étrange anomalie sonore.

Mercredi dernier, le submersible Okeanos Explorer de la NOAA a été envoyé en plongée pour déterminer si l’anomalie était le résultat d’un naufrage ou d’une formation rocheuse.

Structure géologique ou ancienne épave ?

Tout en effectuant la recherche, la NOAA a diffusé en direct l’exploration sur son site Web et sur les plateformes de médias sociaux. L’organisation a révélé que son véhicule d’exploration avait atteint des profondeurs de 250 à 4000 mètres.

L’endroit où les chercheurs ont repéré l’anomalie est maintenant protégé par la NOAA. Cependant, mercredi soir, l’organisation a clairement indiqué que l’anomalie détectée, connue sous le nom de « Big Dipper Anomaly », semblait être d’origine géologique.

Les théoriciens du complot mettent en avant la théorie des extraterrestres

Les théoriciens du complot de leur côté affirment haut et fort que des extraterrestres très avancés pourraient vivre dans les profondeurs de l’océan. Selon les amateurs d’ovnis et d’aliens, des êtres extraterrestres ont construit des abris dans les profondeurs des océans, et ils possèdent cette technologie avancée qui leur permet de résister aux conditions océaniques difficiles.

Certains théoriciens du complot affirment que la vidéo d’un objet non identifié qui est traîné par un US Navy Jet au-dessus de l’océan est une indication que des extraterrestres vivent dans les océans. Cette vidéo publiée par le Pentagone suite à la révélation du « Advanced Aviation Threat Identification Programme » (AATIP)montre un objet volant bizarre qui vogue à travers le ciel défiant toutes les lois de la physique. Après avoir analysé le mouvement de l’objet repéré, les experts et les chercheurs d’OVNIS ont affirmé qu’aucun avion n’est capable d’effectuer de telles manœuvres erratiques dans l’air.

La théorie des épaves de navires:

La côte de la Caroline du Nord est souvent surnommée le « Cimetière de l’Atlantique ». Pendant les périodes de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux navires ont coulé dans cette zone. Certains experts estiment ainsi que les restes de ces navires pourraient être la raison de ces anomalies.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 16/07/2018 à 10h00.

L’eau en lévitation

Ô2LYS

En 2013, l’université de Clemson, en Caroline du Sud (Etats-Unis), est parvenue à faire léviter et à modifier la forme d’une goutte d’eau

Voir l’article original 113 mots de plus

Publié 15 mai 2018 par Sylv1 dans documents et articles divers

Poutine dévoile les nouvelles armes stratégiques MHD russes

Investigations UFO et Science

La Russie aurait déjà testé une arme de ce type, appelée YU-71, dans le cadre d’un programme « secret » connu sous la désignation 4202.
Crédit : opex360.com

Vidéo et texte de  Jean-Pierre PETIT via youytube

Ajoutée le 17 avr. 2018

  – Le 1° mars 2018 Poutine dévoile les nouvelles armes créées par les Russes qui échappent au système antimissile américain. Ces armes reposent sur une source d’énergie nucléaire embarquée et sur le recours à la MHD. Explications de J.P.Petit.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Mise à jour investigations ufoetscience, le : 21/04/2018 à 13h15.

Voir l’article original

Les FTI ( frégates de taille intermédiaire ) françaises seront équipées d’un viseur de très longue portée PASEO XLR (eXtra Long Range) par Safran Electronics et Defense

PASEO NS (Naval System) comprend un télémètre laser et des caméras à haute résolution intégrées à une tourelle gyro-stabilisée. La version XLR reprend les caractéristiques du PASEO NS, et accueille en outre un spotter TV et une caméra infrarouge Satis XLR à très longue portée (> 25 km). En option, PASEO NS et PASEO XLR peuvent être munis d’un calculateur balistique et d’une interface de pilotage afin de se connecter directement à un ou plusieurs systèmes d’artillerie.
©Sagem

Safran innove sur 360° en optronique navale.

Le viseur très longue portée PASEO XLR (eXtra Long Range) de Safran Electronics & Defense a été sélectionné par Naval Group pour équiper les frégates de taille intermédiaire (FTI) françaises. Les cinq bâtiments de la classe 4000 tonnes seront livrés à partir de 2023.  ( crédit meretmarine.com)

Des opérations d’autodéfense à la protection des navires, le système de conduite de tir électro-optique PASEO offre aux vaisseaux de surface des fonctionnalités d’intervention de grande précision contre les cibles maritimes ou aériennes et les menaces terroristes. De jour comme de nuit, il permet d’effectuer des opérations de suivi et d’identification de courte et longue portée, même dans des conditions maritimes très difficiles offrant une faible visibilité. PASEO XLR reprend les caractéristiques de PASEO NS, et accueille en outre un spotter TV et une caméra infrarouge Satis XLR à très longue portée (> 25 km). En option, les systèmes PASEO XLR peuvent être munis d’un calculateur balistique et d’une interface de pilotage afin de se connecter directement à un ou plusieurs systèmes d’artillerie. ( Crédit Safran)

Vidéo Shephard Media via Youtube

Sagem s’est entretenu avec Shephard lors de la conférence IMDEX Asia de cette année sur l’offre actuelle de systèmes optroniques de l’entreprise pour les navires de surface et de sous-marins.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

maquette couverture éditions SAINT MARTIN
©2018 droits réservés

Mardi 17 Avril 2018

-Je vous présente cette innovation afin que nous ayons une idée précise concernant les technologies de pointe surtout en matière de détection. Pour les OANIS ne pourrions nous pas nous inspirer de certains modèles High Tech afin de pouvoir mener à bien nos investigations ?     C’est dans ce genre d’idée que je me projette pour mon projet Aqua-Système. Seuls les moyens nous manque à notre niveau. Dans un autre aspect ces paragraphes empruntés aux sites web mentionnés ci-dessus, nous pouvons palper les possibilités que possèdent les armées des super puissances. Les grandes entreprises ne manquent pas d’idées, loin de là, et en plus elles les réalisent. Ainsi les armées sont équipées avec ces instruments dernier cri tôt ou tard. Ceci laisse envisager ce qui se trame d’encore plus performant, derrière ces créations.

©2018 Matisse sylvain pour

 


Article: Matisse sylvain- investigation Océanographique et OANIS.

Sources /Références :

Mer et marine

Sagem

Safran

Shephard Media via Youtube


 Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 17/04/2018 à : 12h05.

%d blogueurs aiment cette page :