Archives du tag ‘AATIP

Dossiers de l’AATIP : Le commandant Favor et la chasse aux OVNIS

David Fravor
Source : Nufoc

 

David Fravor, commandant d’un escadron de la Marine à bord du USS Nimitz, a fait une rencontre difficile à expliquer avec un OVNI . David Fravor est un type reconnaissable. Affable, bien habillé, avec une coupe de cheveux  masculine régulière  et des lunettes semi-cerclées, il est un militaire à la retraite qui travaille comme consultant dans la région de Boston.

« Cela met tout le monde en danger – nos militaires, notre peuple et notre patrie – s’il y a des choses qui sont bien supérieures à nous et à nos capacités », a-t-il expliqué.

Plusieurs autres témoins de l’OVNI se sont manifestés depuis les premières révélations de 2017.

 

 

Le commandant David Fravor a révélé plus tôt ce mois-ci qu’une mystérieuse « masse noire » avait été repérée émergeant de l’océan et avalant une torpille – quelque 10 ans avant l’incident du Nimitz.

Parlant avec d’autres pilotes et opérateurs de radar, les OVNIS sont fréquemment suivis dans le monde entier par diverses forces militaires.

 

Source : Nufoc via Area51blog

Traduction : Era

Publié 29 mai 2020 par Era dans OANIS/OSNiS/USOS/Ufo/OVNI( s), Témoignages

Tag(s) associé(s) : , ,

AATIP -Le Pentagone répond aux enquêtes de de la Marine au sujet des phénomènes inexpliqués..

crédit image :
blueblurrylines.com

Article et image de Curt Collins- blueblurrylines.com

Lundi 18 mai 2020

Traduction

Le chercheur suédois Roger Glassel a poursuivi les détails de l’enquête sur les ovnis du Pentagone depuis que l’histoire de l’AATIP a éclaté en 2017. Le 16 septembre 2019, il a interrogé le porte-parole de la Marine Joseph Gradisher, leur demandant leur définition de l’UAP ou des phénomènes aériens non identifiés. Plus tard, Susan Gough a été officiellement désignée porte-parole du Pentagone et point de contact pour les enquêtes UAP.

L’enquête du Pentagone sur les rapports UAP de la Marine

Par Roger Glassel:

Dans des commentaires qui m’ont été fournis par le Pentagone, ils ont déclaré qu’ils enquêtaient sur les incursions et les observations de phénomènes aériens non identifiés (UAP), et ont déclaré que «les rapports de phénomènes aériens non identifiés par des aviateurs militaires sont étudiés par le département militaire qui étudie le rapport rédigé par le pilote de chasse.

La Marine a développé la question en expliquant que « les informations obtenues dans ces rapports seront cataloguées et analysées dans le but d’identifier tout danger pour nos aviateurs », et que « ce processus pourrait impliquer plusieurs organisations communautaires du Département de la Défense et du Renseignement » . Cela indique qu’il y a effectivement un effort centralisé. 

Des déclarations de la Marine ont également indiqué que les enquêtes UAP sont effectuées en relation avec l’effort de lutte contre les avions sans pilote (UAS) (drones), en disant que le terme UAP est défini comme «tout phénomène aérien qui ne peut pas être immédiatement identifié», et que les incursions / observations depuis 2014 »peuvent être appelées UAS  ( drones) ou UAP, selon les circonstances entourant l’incident en question». La Marine a précisé que «c’est juste lorsque l’UAS n’est PAS immédiatement identifiable que nous l’appelons UAP». D’autres, comme Luis Elizondo, ont déclaré que l’UAP était autre chose, et dans un rapport sur l’affaire Nimitz sur le site Web de TTSA, il est question du terme véhicules aériens anormaux utilisé dans le cadre des enquêtes UAP.

En ce qui concerne l’AATIP, la Marine a expliqué que le programme impliquait des bureaux de tout le ministère de la Défense, mais que les détails restent confidentiels. 

Avec ces informations, j’ai envoyé de nouvelles questions spécifiques à la Marine au Pentagone, leur demandant d’y répondre à la fois par le Pentagone et la Marine.

« Chères Susan et Joseph,

Dans un e-mail de Joseph Gradisher (USN) daté du 20 février 2020, il m’a dit que je devrais me sentir libre de le contacter sur des questions spécifiques à la Marine, car il travaille avec vous sur ces questions. Voici mes questions spécifiques à la Marine auxquelles j’aimerai  que vous et la Marine répondiez.

Le 18 mai, Susan Gough a envoyé une réponse détaillée:

Roger,

Voici nos réponses à vos questions.

1) Dans l’effort de la Marine pour enquêter sur les observations de phénomènes aériens non identifiés (UAP), existe-t-il un bureau, un programme ou un conseil centralisé qui analyse ces observations?

R: Sous la connaissance du sous-secrétaire à la défense pour le renseignement (USD (I)), une équipe inter institutions est chargée de recueillir des données et de mener des enquêtes sur les incursions dans le champ de tir. Étant donné que la majorité des observations récentes / signalées proviennent d’aviateurs navals, la Marine dirige une grande partie de l’effort. Tous les rapports d’incursions dans l’aire de répartition sont envoyés à cette équipe pour inclure dans l’effort global, maximisant ainsi les données disponibles pour l’analyse.

2) La Marine utilise-t-elle le terme de véhicules aériens anormaux (AAV) pour enquêter sur les incursions de l’UAP ?

R: Lorsqu’un objet observé n’est pas  immédiatement identifiable, la Marine / DOD l’appelle UAP (phénomène aérien non identifié). Le terme générique UAP est utilisé dans les communications pour éviter de préjuger des résultats de toute enquête. Si nous sommes en mesure d’identifier l’objet, nous utiliserions le terme approprié. Par exemple, un quadricoptère serait appelé véhicule aérien sans pilote (UAV) ou système aérien sans pilote (UAS), autrement dit : drone . La marine américaine n’utilise pas le terme «véhicules aériens anormaux».

3) Dans l’affirmative, quelle est la définition de l’AAV utilisée par la marine et le département américain de la défense?

R: Ni la Marine ni le Département de la Défense (DOD) n’utilisent le terme «véhicules aériens anormaux». Dans DOD, l’acronyme AAV signifie véhicules d’assaut amphibie. Les entrepreneurs qui ont préparé les 38 rapports techniques dans le cadre de l’AATIP ont parfois utilisé le terme «véhicules aériens anormaux», mais ce n’est pas un terme du DOD.

4) Combien de contacts / observations UAP sont encore classés comme non identifiés par la Marine?

R: Étant donné que l’enquête sur les observations de phénomènes aériens non identifiés (UAP) est en cours, nous ne discuterons d’aucun aspect des rapports / observations d’observation individuels, y compris la fréquence des observations .

5) Les efforts de la Marine pour enquêter sur les incursions d’UAP font-ils partie de l’effort global des C-UAS [Counter Unmanned Aircraft Systems] ? 

R: La marine américaine et le ministère de la Défense prennent ces rapports très au sérieux et enquêtent sur chacun d’eux. Toute incursion dans nos gammes par un avion, identifié ou non, est problématique à la fois pour des raisons de sécurité et de sûreté. La sécurité de nos équipages est primordiale. Les aéronefs non autorisés et non identifiés présentent un risque pour la sécurité des vols. De plus, il est essentiel de maintenir la sécurité de nos opérations. Nos aviateurs s’entraînent pendant qu’ils se battent. Toute intrusion pouvant compromettre la sécurité de nos opérations, tactiques ou procédures est très préoccupante.

6) Étant donné que le Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales (AATIP) impliquait la Marine, dans lequel des 38 rapports DIA produits par l’AATIP la Marine était-elle impliquée?

R: Les entrepreneurs qui ont produit les 38 rapports techniques dans le cadre de l’AATIP ont consulté de nombreux experts du DoD, y compris la Marine. Comme il s’agit de questions de renseignement, nous ne devons pas commenter les détails.

7) Sans entrer dans les détails, quel était le rôle de la Marine dans l’AATIP ? 

R: Les entrepreneurs qui ont produit les 38 rapports techniques dans le cadre de l’AATIP ont consulté de nombreux experts du DoD, y compris la Marine. Comme il s’agit de questions de renseignement, nous ne devons pas commenter les détails.

8) La Marine enquête-t-elle pro activement sur l’UAP, ou les enquêtes ne sont-elles effectuées qu’après une observation rapportée?

R: La marine américaine et le ministère de la Défense prennent ces rapports très au sérieux et enquêtent sur chacun d’eux. Les rapports documentés d’observations par des militaires constituent la base du processus d’enquête. L’enquête sur les observations d’UAP par le groupe de travail Multi-agences est en cours .

Cordialement,

Sue Gough

Porte-parole du Pentagone « 

 . . .

Cette réponse soulève d’autres questions, si  faisait partie d’une équipe inter institutions comme il le prétend, et si l’AATIP était en effet une étude UAP, comme les entrepreneurs ont utilisé le terme véhicules aériens anormaux? D’autres questions ont été envoyées au Pentagone.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook

oanisMise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 19/05/2020 à 13H00.

Conférence OANI à Pau- complément d’investigations.

Crédit affiche OVNIS Pyrénées

Nous vous informons que nous serons avec Era à Pau le premier juin 2019 afin de présenter en exclusivité mon second ouvrage qui arrive en vente. Nous parlerons autour du programme de recherche qui était classé  top secret du gouvernement américain  L’Advanced Aerospace  Threat Identification connu sous l’abréviation AATIP (traduction :  Programme d’Identification  des menaces aérospatiales avancées ). En effet , nous suivons de très près le dossier de l’ AATIP et du DIA par l’intermédiaire de notre correspondant Nick Pope qui a préfacé mon second ouvrage.

Une discussion autour de ce thème est possible le jour de la conférence. Nous organiserons si la météo le permet une veillée observation du ciel nocturne gratuite le jour même ou le lendemain (nous verrons ceci sur place avec les gens présents à la conférence). Nous serons ravis de vous rencontrer et je dédicacerai mon livre pour celles et ceux qui l’ont acheté . Je prévoirai un stock limité pour celles et ceux qui ne l’ont pas  et qui veulent se l’offrir.

Pour le second ouvrage (OANI compléments d’investigation) , cela dépendra si je l’ai à ma disposition le jour de notre arrivée à Pau.

Matisse sylvain & Era.

Les OVNIS et les militaires se rencontrent encore et le Pentagone fait l’impasse!

Le New York Times a obtenu une vidéo du ministère de la Défense montrant deux avions de chasse américains suivant un objet ovale en 2004.
Crédit : lessentiel.lu/

Article source : washingtonpost.com.

 March 9 at 2:23 PM

Publié le  09 mars 2018 par C.Mellon.

Traduction Era  pour AREA 51 blog  et

 

 


Nous n’avons aucune idée de ce qui se cache derrière ces incidents étranges parce que nous n’enquêtons pas.

En décembre, le Département de la Défense a déclassifié deux vidéos documentant des rencontres entre des chasseurs F-18 américains et des avions non identifiés. La première vidéo capture plusieurs pilotes qui observent et discutent  en remarquant un engin étrange, en forme d’œuf,

planant. Apparemment il s’agirait d’une «flotte» de tels objets, selon  l’écoute radio depuis le poste de pilotage. La seconde montre un incident similaire impliquant un F-18 attaché au groupement tactique USS Nimitz en 2004.

Les vidéos, ainsi que les observations des pilotes et des opérateurs radar, semblent fournir des preuves de l’existence d’aéronefs de loin supérieurs à tout ce que possèdent les États-Unis ou leurs alliés. Les responsables du département de la Défense qui analysent les renseignements qui sont pertinents confirment plus d’une douzaine d’incidents sur  la côte Est depuis 2015. Dans une autre affaire récente, l’Air Force a lancé des chasseurs F-15 en octobre dernier pour tenter d’intercepter un avion à grande vitesse non identifié  sur le nord-ouest du Pacifique qui tournait en boucle.

Une troisième vidéo déclassifiée, diffusée par l’Académie des arts et des sciences To the Stars, une société privée de recherche scientifique et médiatique à laquelle je suis un conseiller, révèle une rencontre de la Marine non divulguée au large de la côte Est en 2015.

Est-il possible que l’Amérique ait été technologiquement dépassée par la Russie ou la Chine? Ou, comme beaucoup de gens se sont demandés après la première publication des vidéos par le New York Times en décembre, pourraient-ils être la preuve d’une civilisation extraterrestre? Malheureusement, nous n’en avons aucune idée, car nous ne cherchons même pas de réponses.

J’ai été sous-secrétaire adjoint à la défense des renseignements pour les administrations Clinton et George W. Bush et directeur du personnel du Comité sénatorial des renseignements, et je sais d’après de nombreuses discussions avec les responsables du Pentagone ces deux dernières années, que les ministères et  les organismes militaires traitent ces questions, de ces  incidents en tant qu’événements isolés plutôt que dans le cadre d’un modèle nécessitant une attention et une investigation sérieuses. Luis Elizondo, un de mes collègues à l’Académie des Étoiles, dirigeait un programme de renseignement du Pentagone qui examinait des preuves d’avions «anormaux», mais il a démissionné l’automne dernier pour protester contre le manque de données empiriques. 

Pendant ce temps, les rapports des différents services et agences restent largement ignorés et non évalués à l’intérieur de leurs cloisonnements bureaucratiques respectifs. Il n’y a pas de processus du Pentagone pour synthétiser toutes les observations de l’armée. L’approche actuelle équivaut à ce que l’armée mène une recherche sous-marine sans la marine. Cela rappelle aussi les efforts antiterroristes de la CIA et du FBI avant le 11 septembre 2001, quand chacun avait des informations sur les pirates de l’air qu’ils gardaient pour eux-mêmes. Dans ce cas, la vérité peut finalement s’avérer bénigne, mais pourquoi la laisser au hasard?

(Un porte-parole du Pentagone n’a pas répondu aux demandes du Washington Post afin de commenter , mais en décembre, l’armée a confirmé l’existence d’un programme d’enquête sur les ovnis et a déclaré qu’elle avait cessé de financer la recherche en 2012.) Le personnel militaire qui rencontre ces phénomènes raconte des histoires remarquables. Par exemple, au cours de deux semaines en novembre 2004, l’USS Princeton, un croiseur de missiles guidés utilisant un radar naval avancé, a détecté à maintes reprises des aéronefs non identifiés opérant dans et autour du groupement tactique Nimitz, qu’il gardait au large des côtes de San Diego. Dans certains cas, selon des rapports d’incidents et des entrevues avec du personnel militaire, ces véhicules descendaient d’altitudes supérieures à 60 000 pieds ( 18.288 mètres) à des vitesses supersoniques, pour s’arrêter soudainement et planer aussi bas que 50 pieds ( 15,20 m) au-dessus de l’océan. Les États-Unis ne possèdent rien de comparable pour réaliser de tels exploits.

À deux reprises au moins, les chasseurs F-18 ont été guidés pour intercepter ces véhicules et ont pu vérifier leur emplacement, leur apparence et leurs performances. Notamment, ces rencontres se sont produites en plein jour et ont été surveillées indépendamment par des radars à bord de plusieurs navires et avions. Selon les aviateurs de la marine avec lesquels je me suis  longuement entretenu, les véhicules mesuraient environ 45 pieds ( 13,700 m) de long et étaient blancs. Pourtant, ces appareils mystérieux s’éloignaient facilement des combattants en première ligne des États-Unis, sans aucun moyen de propulsion perceptible.

 Mise en ligne sur Youtube -Vidéo qui montre  un chasseur de l’US Navy  traquant un OVNI.

suite ( avec la vidéo )

 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 10/03/2018 à : 14h50.

%d blogueurs aiment cette page :