Archives du tag ‘oanis

Soirée Ovnis Paris – Le point sur les OANIS et le dossier du porte-avions Foch.

affiche réalisée par Alex Esco.

Viso conférence .

D’abord la conférence de Sylvain Matisse avec le concours de Thierry Larquet « Le point sur les Oanis. Ensuite la vidéo des débats, avec la présence de Jean-Claude Bourret.

1ère partie la conférence

2ème partie Les débats

MUFON France : Sylvain Matisse, un entretien pour Montceau News

MERCREDI 30 DÉCEMBRE 2020 À 07:15

Le montcellien Sylvain Matisse membre de l’organisation MUFON France

Et enquêteur de terrain depuis plusieurs mois

Sylvain Matisse, originaire de Montceau-les-Mines, habite le Creusot. Il y a quelques mois il faisait parler de lui pour sa passion pour les OANIs (Objets Aquatiques Non Identifiés).


Il a notamment écrit plusieurs ouvrages sur le sujet.

Pour rappel, voir : https://montceau-news.com/saone_et_loire/579912-un-montcellien-enquete-sur-les-oani.html

En juillet 2019, il avait débuté aussi une enquête sur l’apparition d’un Crop circle ou cercle de culture à Pouilloux.

Un an plus tard, il vient d’intégrer l’organisation MUFON France en tant qu’enquêteur. De quoi s’agit-il exactement ?

MUFON : une organisation d’origine américaine

L’organisation MUFON existe depuis plus de 50 ans aux Etats-Unis, son pays d’origine. Elle s’est ensuite internationalisée, avec des règles qui restent toutefois les mêmes quel que soit le pays comme le respect de l’anonymat des témoins.

Pour les personnes passionnées par les OVNIS ou les dossiers difficiles à expliquer, elles ont pu voir certains membres de l’organisation interviewés dans l’émission « Alien theory ».

Cette organisation qui fonctionne grâce au bénévolat, comprend un directeur, un directeur d’enquête du pays et des enquêteurs.

Janny Charrueau est Directrice de MUFON France et Territoires Ultramarins. Elle a été Directrice des enquêtes, puis directrice provinciale de MUFON Québec jusqu’en juin 2020. Spécialiste des personnes pensant subir un enlèvement extraterrestre. Janny est membre du groupe restreint des ERT : Experiencer Research Team dirigé par Kathleen Marden.

Et c’est Franck Dépaillat qui est Directeur des Enquêtes MUFON France et Territoires Ultramarins. Franck est devenu officiellement directeur des enquêtes en juillet 2020. Il est le référent direct des enquêteurs de terrain. Comme chef enquêteur, il veille à la formation et à la bonne distribution des enquêtes et à leur classification.

L’objectif de l’organisation est d’enquêter sur les affaires inexpliquées dans le milieu aérien et marin notamment.

Reliée à MUFON aux Etats-Unis, toutes les autres organisations dans le monde renvoient régulièrement leurs résultats d’enquête afin notamment de recroiser les résultats et réaliser des statistiques.

Et si une organisation ne fonctionne plus, elle disparaît. Actuellement c’est une branche en Belgique qui est en cours de lancement, des événements inexpliqués y ayant été observés depuis de nombreuses années. En effet, de 1989 à 1992, « on a parlé d’une vague belge » explique Sylvain Matisse. Sur la durée, plusieurs événements ont pu être observés et qui nécessitaient des enquêtes pour en expliquer la ou les origines possibles. Il y a eu à ce moment-là des observations d’OVNIs (Objets Volants Non Identifiés). En 1954, c’est en France que plusieurs témoignages troublants de phénomènes inexpliqués s’étaient faits connaître.

Sylvain Matisse, accueilli en tant qu’enquêteur au sein de MUFON France

Cet été, Sylvain Matisse a rencontré Hugues Noël, Directeur MUFON des Territoires Ultramarins qui lui a proposé de postuler pour être enquêteur pour MUFON France. Jusqu’à présent et depuis 2008, Sylvain Matisse réalisait ses enquêtes seuls et de manière indépendante sur le sujet des OANIs. Il a d’ailleurs publié deux livres sur le sujet en 2016 et en 2019. Il s’intéresse majoritairement au domaine naval. Pour faire connaître les résultats de ses recherches, ses travaux ont fait l’objet de reportages, d’interviews. Il a aussi animé des conférences à plusieurs reprises et anime plusieurs pages sur facebook en plus de son propre site internet. Son nom commence à être connu dans le milieu.

Et c’est donc tout naturellement que Hugues Noël l’a encouragé dans sa démarche d’intégration de l’organisation MUFON France. Et pour y rentrer, il n’y a aucun traitement de faveur. Tous les enquêteurs potentiels sont soumis aux mêmes démarches : après avoir étudié le manuel de l’enquêteur, ils sont soumis à un quizz auquel ils doivent obtenir au minimum un score de 80% de réponses positives.

Sylvain Matisse a obtenu pour sa part le score de 86%, lui ouvrant la possibilité de contribuer à l’organisation MUFON France en tant qu’enquêteur.
C’est une vraie réussite car le challenge n’est pas aisé avec un manuel d’une centaine de pages qui répertorie notamment les procédures d’enquête : que faire avec un témoin ? Comment éviter les ennuis, les dérapages avec les autorités ? Comment réaliser des prélèvements ? Comment assurer sa propre sécurité ? Etc.

Aujourd’hui Sylvain Matisse est enquêteur en cours d’être certifié. Il saura définitivement enquêteur lorsque la direction de MUFON France aura validé son statut à l’issue de plusieurs enquêtes. Pendant ce temps-là, Sylvain Matisse ne chôme pas. Il est actuellement sur sa septième affaire depuis cet été.

Des témoignages redistribués à partir d’un premier témoignage écrit sur le site MUFON France

L’organisation a organisé son fonctionnement afin de pouvoir prendre en charge rapidement les dossiers de manifestations inexpliquées. Pour rappel, l’ensemble des enquêteurs sont bénévoles. Toutefois certains d’entre eux possèdent des compétences professionnelles très utiles aux enquêtes ou d’autres encore des spécialités comme Sylvain Matisse qui s’est davantage spécialisé sur les OANIs.

Les témoignages peuvent porter sur un événement récent ou ancien. Il faut d’abord envoyer un premier message via le site internet. Le témoin sera dirigé vers un système appelé Case Management System (CMS) dans lequel il déposera son témoignage le plus complet possible. Ensuite un enquêteur est attribué au dossier. Il peut s’agir notamment de celui le plus proche géographiquement.

Au cours de l’enquête, l’anonymat du témoin est toujours respecté. Et si ce témoin souhaite que son témoignage ou l’enquête soit rendue public, il l’indique directement à l’organisation. MUFON France respecte le droit à l’image, le droit à l’audio.

Le rôle d’enquêteur requiert une grande prudence et surtout de la méthode. Il s’agit de relever des indices, des preuves et de pousser au plus loin l’enquête afin de pouvoir obtenir des réponses quand cela est possible.

« Il peut s’agir de phénomènes naturels ou d’autres. Parfois on manque d’informations. Quand c’est inconnu, c’est inconnu. Le but c’est de rendre l’OVNI, OVI (Objet Volant Identifié). » indique Sylvain Matisse.

Ainsi un tel objet peut être fabriqué de la main de l’homme (avion, drone, hélicoptère etc.), ou bien être lié à un phénomène naturel (météorite, phénomène solaire, astronomique, reflet etc.).

Des enquêtes minutieuses pour rendre le sujet crédible

« On épluche tout. On a une démarche technico-scientifique. On est ouvert. Si on a des preuves, on n’inventera rien. Nous travaillons à partir des connaissances actuelles qui sont les nôtres. Nous étudions les OVNIs (Objets Volants Non Identifiés) au sens littéral du terme » poursuit Sylvain Matisse.
Cela signifie tous les objets volants et pas seulement ceux qui pourraient sembler les plus farfelus. La piste des extraterrestres est loin d’être celle privilégiée même si elle peut être prise au sérieux si et seulement si les preuves vont dans ce sens.

Et Sylvain Matisse d’insister sur la différence entre les objets qui sont fabriqués, de phénomènes qui sont quelque chose de naturel. Il rappelle à ce propos que la Norvège est un lieu d’observation de nombreux phénomènes.

Ainsi dans le catalogue artificiel peuvent rentrer aussi tous les engins pyrotechniques par exemple.

Et c’est la connaissance du témoin et son angle d’observation du phénomène qui peut induire chez lui une interprétation de celui-ci. « Il peut être abusé » souligne Sylvain Matisse.

Par exemple certains hélicoptères s’ils ne s’approchent pas assez peuvent être confondus.

« On apprend à faire des relevés d’échantillons. On ne les fait pas n’importe comment. Il nous faut un échantillon témoin. On a des phases techniques. Après on envoie les échantillons pour analyses à un ou plusieurs laboratoires. » explique Sylvain.

S’il est devenu enquêteur au sein de l’organisation, c’est aussi parce que celle-ci permet d’avoir accès du matériel supplémentaire, d’aller plus loin dans une enquête qu’en étant seul.

« On a tous des compétences, parfois en tant que professionnel. Nous écoutons les témoins. Nous ne les jugeons pas. Pour autant on n’avale pas tout ce qu’ils nous disent. On se base sur des faits. On analyse les photos, les vidéos, les enregistrements. Ce sont des pièces à conviction. Et on voit si c’est recevable ou pas. On peut apporter un retour au témoin si on en a. Mais on ne va pas inventer. On essaie d’avancer sur des dossiers. Et si d’autres témoins se présentent sur une même manifestation, on peut préciser des calculs par exemple pour identifier la vitesse de déplacement. On demande aux témoins de donner des détails, même ce qui leur semble insignifiant. Mais il ne faut pas broder » a-t-il ajouté.

Plus de 414 observations signalées dans le monde auprès de MUFON en octobre 2020

D’après l’organisation MUFON US, le rapport mensuel du mois d’octobre fait état de 414 observations signalées partout dans le monde. Précisons qu’il y a pu en avoir davantage. Ce sont celles qui ont été signalées auprès de cette organisation. D’autres organisations s’intéressent aussi à ces sujets. Précisons aussi qu’il s’agit d’observations réalisées au mois d’octobre. MUFON peut être contacté pour des observations réalisées quelques mois plus tôt voire des années plus tôt.
Pour MUFON, le nombre d’observations signalées s’élève à 340 aux Etats-Unis, 34 au Canada, 19 au Royaume-Uni, 3 en Allemagne, 2 en Australie, 2 en Irlande, 2 en Pologne, un en Inde, un en Iran, un en France, un en Roumanie, un en Uruguay, un à Porto-Rico, un en Indonésie, un au Brésil, un en Espagne, un au Portugal et un en Afrique du Sud.

Toujours selon les mêmes sources, le nombre d’observations signalées aux Etats-Unis est de 56 en Californie, 26 à New-York, 26 au Texas, 16 en Pennsylvanie, 14 en Floride, 13 dans l’Ohio, 12 dans l’Arizona, 11 en Caroline du Sud, 10 dans le Colorado et 10 dans le Michigan.

Sylvain Matisse a reçu pour sa part des témoignages de personnes sur des événements, des observations qui ont lieu bien avant cette période. Les personnes choisissent de témoigner plus tard.

L’organisation MUFON crée ainsi avec le temps des archives, dont certaines ont été exploitées dans l’émission Hangar 1 (archives de MUFON US).

« L’œil voit, le cerveau interprète » Sylvain Matisse

Et Sylvain Matisse précise que lors des enquêtes, il s’agit de déceler rapidement si différents témoignages peuvent coïncider avec d’autres cas. « Il peut y avoir des choses confondues ou mal interprétées. L’œil voit, le cerveau interprète. Il peut y avoir des méprises. On pose des questions précises au témoin. Les gens peuvent avoir confiance dans l’organisation. Quand on prend un témoignage, c’est gratuit. On est bénévoles. C’est un échange entre le témoin et l’enquêteur. L’enquêteur peut demander des photos de jour pour mieux situer l’observation. Il y a une structure. C’est suivi.

Tous les lundis, on fait le point sur nos enquêtes. On se concerte. On peut débriefer sur un cas si l’enquêteur veut un avis, s’il a du mal à classer l’affaire. On peut avoir un avis d’un autre enquêteur. » précise Sylvain Matisse.

Où en est l’enquête sur le Crop Circle de Pouilloux ?

Interrogé sur ce dossier ouvert en juillet 2019, Sylvain Matisse reste pour l’instant sur sa faim : « On n’a pas eu de chances de survoler le champ où on a trouvé le Crop circle à cause du Covid. Il n’y a pas eu de gelées blanches permettant d’observer le champ. L’affaire reste en suspens. Il nous manque des informations pour conclure. Le survol était prévu en hiver. Mais celui-ci n’a pas été rigoureux. Et après il y a eu le confinement ».

Sylvain Matisse collabore à présent avec MUFON France. L’organisation souhaitait justement étendre son champ de compétences aux OANIS (domaine de prédilection de Sylvain Matisse). « Ils veulent des gens sérieux qui aient de l’abnégation. Ce n’est pas pour se pavaner. On ne nous met pas de pression pour résoudre une affaire. L’idée est toutefois de ne pas traîner. Car le temps n’est pas notre allié. C’est important d’être attentif et réactif. » ajoute Sylvain Matisse.

A ce jour, le site MUFON France est suivi par plus de 800 personnes.

Les personnes intéressées peuvent envoyer un mail pour avoir un numéro gratuit de la revue numérique Contacts. Et si elles le souhaitent elles peuvent adhérer à MUFON France pour soutenir l’organisation. Sylvain rédige des chroniques sur les OANIs !

Sylvain Matisse remercie Janny Charrueau, Franck Dépaillat et Hugues Noël de leur confiance et remercie Montceau-News !

Pour en savoir plus sur l’organisation voir aussi : https://www.mufonfrance.fr/

EM

Source : Montceau News

Vie Sous marine, OANI : fosse des Mariannes

Bonjour à tous, je vous propose cet article publié par le MUFON France et Territoires Ultramarins, dont je le rappelle la direction a été reprise il y a quelques mois par l’efficace Janny Charrueau tout droit venue du MUFON Québec.

Article Publié par Bruno Dupont, Enquêteur Certifié MUFON France

Complément par Sylvain Matisse, Enquêteur Certifié MUFON France

Source : Ouest France

Un sous-marin chinois s’est posé au fond de la fosse océanique la plus profonde sur Terre

Le « Fendouzhe » s’est posé ce vendredi à 10 909 mètres de profondeur lors d’une de ses plongées effectuées avec trois chercheurs à bord. Le submersible chinois a atterri à près de 11 km de la surface du Pacifique, sur le point le plus profond connu de la célèbre fosse des Mariannes, Challenger Deep.

C’est ce qu’on appelle un direct peu ordinaire. Car, ce vendredi 20 novembre 2020, la Chine a diffusé en live des images de son nouveau submersible habité, stationné à près de 11 km sous la surface du Pacifique, posé au fond de la Fosse des Mariannes dans le cadre d’une mission historique dans les eaux les plus profondes de la planète.

Le Fendouzhe, nom qui signifie « lutteur » en chinois, est descendu à 10 909 mètres dans cette fosse sous-marine située dans le Pacifique occidental, avec trois chercheurs à son bord, a rapporté la télévision publique chinoise CCTV.

Un croissant de plus de 2 500 kilomètres de long

Seule une poignée de personnes ont déjà visité le fond de la Fosse des Mariannes, une tranchée dans la croûte terrestre en forme de croissant qui fait plus de 2 500 kilomètres de long et dont la profondeur dépasse la hauteur du mont Everest.

Les premiers explorateurs ont atteint la fosse en 1960 lors d’une brève expédition, après quoi il n’y a plus eu de missions jusqu’à la descente effectuée en 2012 par le cinéaste américain James Cameron, réalisateur de « Titanic ».

Ce dernier avait fait une descente en solitaire à près de 11 000 mètres dans cette fosse et évoqué un environnement « désolé » et « extraterrestre ».

Les vidéos tournées cette semaine par une caméra sous-marine montrent le submersible chinois vert et blanc se déplaçant dans les eaux obscures, entouré de nuages de sédiments alors qu’il se pose lentement sur le fond marin.

Le Fendouzhe, qui a effectué plusieurs plongées ces derniers jours, a établi le record national de 10 909 mètres pour la plongée en eaux profondes habitée après avoir atterri sur le point le plus profond connu de la fosse, Challenger Deep.

Le record du monde absolu, de 10 927 mètres, aurait été établi par un explorateur américain en 2019, mais la mission chinoise a diffusé la première vidéo en direct au monde de Challenger Deep.

Des animaux… et des matériaux miniers

Le Fendouzhe, troisième submersible habité en eaux profondes de Chine, observe « les nombreuses espèces et la répartition des êtres vivants dans les fonds marins », ont déclaré des scientifiques à bord à CCTV. Les chercheurs chinois vont collecter des spécimens pour leurs recherches, selon CCTV.

Des études antérieures ont permis de trouver des communautés florissantes d’organismes unicellulaires survivant sur des déchets organiques qui s’étaient installés sur le fond de l’océan, mais très peu de gros animaux.

La mission mènera également des recherches sur les « matériaux des eaux profondes », alors que la Chine progresse dans l’exploitation minière des eaux profondes.

Pékin a mis en place en novembre un centre de formation et de recherche conjoint avec l’Autorité internationale des fonds marins, qui formera des professionnels sur la technologie des grands fonds marins et mènera des recherches sur l’exploitation minière de minéraux précieux au fond de l’océan.

Le Fendouzhe est censé établir des normes pour les futurs navires en eaux profondes de la Chine.

« Il faut plus de deux essais avant que nous puissions parler d’un véritable succès », a déclaré à CCTV Zhu Min, un chercheur à l’Académie chinoise des sciences impliqué dans la mission.

Complément par Sylvain Matisse :

La fosse des Mariannes peut nous renseigner !

Des points chauds sur la planète concernant les OVNIS ne manquent pas.

Les endroits maritimes ont aussi leurs anomalies, nommons les ainsi.

Ici je met le cap précisément sur le point océanique le plus profond du monde semble-t-il.

Challenger Deep ou la zone hadale, qui va de 6000 m et plus !

Autrement dit le challenger deep, est le point le plus profond jamais mesuré dans les océans.

La fosse des Mariannes et la zone la plus profonde du globe avec ses 11kilomètres !

Focus sur cet endroit :

La fosse des Mariannes dans le Pacifique, le long de l’archipel des îles Mariannes, est la fosse sous-marine la plus profonde avec ses 11’033 mètres.

C’est aussi l’endroit le plus profond de la croûte terrestre. Elle est située dans la partie nord-ouest de l’océan Pacifique, à l’est des Îles Mariannes aux coordonnées 11° 21′ N, 142° 12′ E, à proximité de l’île de Guam.Afin de vous donner une idée précise, l’Everest est le plus haut sommet du globe, avec un pic à 8848 mètres d’altitude. Il est situé sur la frontière entre la zone de Sagarmatha, au Népal, et au Tibet en Chine, et fait partie de la chaîne de montagnes de l’Himalaya, et cette montagne tient sans commune mesure dans la fosse des Mariannes.

La fosse des Mariannes, est une sorte de tranchée étendue sur près de 2 550 km de long dans le nord-ouest de l’océan Pacifique.

90 % de nos fonds marins restent à explorer, et parmi eux il y a cette fosse qui ,n’a été explorée qu’à environ 1% !

Elle fut découverte lors de l’exploration de l’océan Pacifique par l’équipage du navire de recherche Challenger en 1875.

Première expédition sous-marine :

Date : 23 janvier 1960 Position : Océan Pacifique : La Fosse des Mariannes, à 200 miles approximativement de l’île de Guam. Engin utilisé : le bathyscaphe Trieste dont l’épaisseur des parois en acier étaient de 13 centimètres d’épaisseur .

Descente effectuée en 5 heures.

Profondeur atteinte : 10 916 mètres, un exploit inégalé à l’époque !

Durée de la plongée ; 12 minutes Découverte scientifique : Une vie marine florissante en l’absence totale de lumière –

Fixé sur sa coque, un prototype expérimental Oyster, baptisé Deep Sea Special.

La pression est supérieure à une tonne par centimètre carré,.

Cependant ce n’est que en 1960 que les hommes descendent dans de telles profondeurs. Le bathyscaphe Trieste. L’expédition dirigée par le lieutenant Don Walsh (USN), accompagné de Jacques Piccard, a atteint la profondeur de presque 11 000 mètres, une performance !

Géologie:

À savoir :

Il existe au moins deux processus créant des fosses océaniques:

▪l’écartement de deux plaques océaniques au niveau d’une dorsale, on trouve dans ce cas deux types de fosses, les fosses le long des limites de plaques lithosphériques perpendiculaires à la dorsale océanique ou encore les fossés d’effondrement que l’on trouve au niveau de la dorsale elle-même;

▪le rapprochement d’une plaque océanique avec une plaque continentale ou une autre plaque océanique, la fosse est alors créée par la plongée d’une des deux plaques sous l’autre plaque. Il s’agit d’une fosse de subduction. (-Crédit La géologie sous-marine- Auteurs: Samantha & Dominique)

L’ étrange !

Des sons inexpliqués ont été relevés.

En 1996, les explorateurs chercheurs ont entendu un son qui ressemblait un cliquetis de métal , le vaisseau été remonté à la surface et l’équipage constate que la structure a été endommagée dont un câble d’acier de 20 centimètres d’épaisseur presque sectionné en deux ! Alors nous ne savons pas qui a croisé la soucoupe sous-marine en chemin. Un «monstre « des mers comme le mégalodon par exemple ou un calmar géant ou autre chose qu’un animal ?

Appareil High Fish au début des années 2000 :

Des scientifiques allemands disent avoir été confrontés à des événements incroyables de nature inexpliquée. Lors de la descente de l’engin dans la fosse des Mariannes celui-ci s’est mis à trembler, ils ont vu la silhouette d’une énorme créature , l’appareil alors émis une décharge électrique pour se défaire de l’attaque et la créature a disparue. Certains scientifiques émettent la possibilité que ce soit le mégalodon ,cet animal préhistorique, qui était le prédateur des océans, il y a environ deux millions d’années , que l’on prétend avoir disparu, mais qui se serait réfugié dans ces profondeurs.

2012 – Titan :

Cet engin dirigé par des scientifiques qui assurent avoir rencontré « des extraterrestres « , alors que le vaisseau était censé filmer et prendre des photos du monde du «silence «. A un moment donné les caméras ont enregistré des objets étranges. Des cylindres métalliques auraient été aperçus autour de Titan, ils étaient immobiles suspendus, le vaisseau s’est rapproché et les chercheurs ont dit que ces sortes de cylindres rappelaient les soucoupes volantes ! Le Titan est resté échoué au fond et les supposés enregistrements avec !

Projet Aqua-Systéme :

Ces objets étranges aperçus , mais trop brièvement ,car surgit de nulle part de manière aléatoire et surprenante. Alors dans ces conditions il est bien difficile d’interpréter avec exactitude ces choses étranges qui méritent à elles seules, une étude approfondie avec des moyens de surveillance munis de divers capteurs, d’instruments de mesure et de caméras étanches afin de capturer en temps réel ces structures ou ces phénomènes à des fin d’analyses rigoureuses. C’est en outre ce que je propose dans mon projet Aqua – Système mentionné sur notre blog investigation océanographique et OANIS .

( https://investigationsoanisetoceanographiee.com/projet-aqua-systeme/ ) et dans mon second ouvrage .

Océanographie :

Des études révèlent que l’absence de lumière et la pression énorme de l’eau atteint 108,6 mégapascals, ceci représente 1072 fois la pression plus élevée que la pression atmosphérique.

Pourtant des organismes survivent.

Des animaux insoupçonnés vivent dans les enfers abyssales.

Une sélection naturelle stricte dans cet endroit plutôt hostile .

Dans cet environnement sans lumière, il n’y a que des micro-organismes ou des animaux, aucune plante.

Biologie sous-marine :

Les espèces présentes dans cette fosse, du moins celles qui ont été découvertes peuvent présenter le portrait robot d’un extraterrestre sur une lune, une planète ou une exoterre ( exoplanète) dont les conditions de profondeur, pression, températures ressembleraient à celles qui sont les caractéristiques de la fosse des Mariannes.

Quelques spécimens:

Des poissons plats d’environ 30 centimètres ont été découverts mais aussi

Le poisson-fantôme.

Ce petit poisson d’une dizaine de centimètres, aux yeux jaunes et au corps totalement transparent et incroyablement fragile, et quand il nage. Découvert pour la première fois en décembre 2014.

*Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI) a réussi à étudier le Barreleyes du Pacifique, en 2004. Ces poissions mesurant 15 cm vivent à plus de 600 mètres de profondeur, dans la fosse des Mariannes. Il possède une tête bombée qui est entièrement transparente , ce qui permet de distinguer deux yeux verts remplis d’une substance faisant penser à du gel et qui fait office de filtre optique essentiel pour voir dans les abysses dont la lumière est exclue. Ceci le favorise pour éviter ses prédateurs ou bien pour capturer ses proies.

*Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI) : Centre de recherche océanographique privé à but non lucratif à Moss Landing, en Californie. MBARI a été fondée en 1987 par David Packard et est principalement financée par la Fondation David et Lucile Packard.

Le requin lutin vit dans ces eaux ( 45 exemplaires découverts à ce jour), le poisson vipère peu ouvrir sa bouche à plus de 100 degré, sa mâchoire s’étend ver l’avant, la nature dote de capacités démentielles les espèces de ce milieu . Les ressources limitées dans cet endroit semble avoir engendré des espèces féroces , de véritables prédateurs .

Le sous-marin chinois spécialisé Jiaolong en plongée dans la fosse des Mariannes, dans l’océan Pacifique, le 27 juin 2012, RELÈVE des niveaux remarquablement élevés d’activité microbienne ont été relevés dans la fosse océanique la plus profonde actuellement connue, selon des travaux de recherche publiés dimanche 17 mars dans la revue Nature Geosciences.

L’équipe conduite par Ronnie Glud (université du Danemark du Sud) a cependant eu la surprise de découvrir que la matière organique y était en réalité abondante. Les chercheurs y ont constaté un taux de consommation biologique d’oxygène deux fois plus élevé que sur un site voisin, profond de seulement 6 000 mètres. Les analyses des sédiments prélevés sur les deux sites révèlent également des concentrations plus élevées de cellules microbiennes à Challenger Deep.

« Nous avons trouvé un monde dominé par les microbes, qui se sont adaptés pour fonctionner efficacement à des conditions extrêmement inhospitalières pour des organismes plus développés », explique Ronnie Glud. ( Crédit France Info)

Le monde du silence a encore tant à nous révéler, et à ce titre cet environnement n’ a rien à envier au cosmos, explorons d’abord sous nos pieds , chez nous, ici sur notre planète qui n’a pas encore livrée tous ses secrets.

Auteur Matisse sylvain à l’aide de supports

Wikipédia

esge.ch/Solar

ohchouette.com

Source

« C’était comme une énorme soucoupe sous l’eau »

Information envoyée par notre contact et ami Patrick Lambert 

Il n’y a pas encore de dugong le long des côtes réunionnaises même si quelques dizaines de spécimens subsistent à Mayotte. Crédit image : https://www.zinfos974.com

Ces vidéos ont été tournées ce dimanche 7 avril au Cap Lahoussaye. Une famille y passe son après-midi sur la côte escarpée lorsqu’une première masse apparaît.

Stéphanie a le réflexe de déclencher son smartphone. « C’était énorme, lorsque vous le comparez à nos pieds sur la vidéo. C’était comme une énorme soucoupe sous l’eau », en rigole-t-elle.

La stupéfaction est telle que le groupe de plagistes est distrait. « Il y a eu en tout trois passages, avec trois masses de grosseur différente. C’était comme un papa, une maman et leur petit », essaye-t-elle d’expliquer cette observation.

« Nous avons raté la deuxième masse car nous ne pensions pas que ça allait revenir. Mais nous avons eu le passage de la troisième forme », détaille-t-elle les deux séquences videos à visionner plus bas.

Stéphanie et sa famille étaient aux premières loges. Crédit photo : https://www.zinfos974.com

« Nous avons demandé l’avis de pêcheurs qui étaient un peu plus loin mais ils n’ont pas su mettre une explication sur ce que c’était », ajoute Stéphanie.

Un spécialiste de la faune marine nous livre une explication. Selon lui, il s’agirait d’un banc de poissons lapins. « Avec leur couleur verdâtre et la combinaison du reflet du soleil, ça peut donner cette couleur jaune », affirme-t-il, « même si cette couleur jaune paraît très prononcée sur la vidéo ».

L’autre avis nous vient de l’association Vie océane. Là aussi l’hypothèse d’un banc de poissons assez serré pourrait donner l’illusion qu’il s’agit d’un énorme poisson non identifié.

« Il est difficile de donner un avis à partir de ces prises de vues. Ce n’est ni un « chien des enfers », ni un « mégalodon » comme dit par les personnes qui ont fait la prise de vue ! Peut être un poisson lune ou un banc de juvéniles de poissons très serré qui donnerait cette impression de mouvement », explique Vie océane.

Après être passées devant nos spectateurs privilégiés, ces masses se sont ensuite dirigées vers l’énorme grotte située le long du cap.

Voir la vidéo

Source : Zinfos974

 

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 10/ 04/2019 à 12h00

Publié 10 avril 2019 par Era dans documents et articles divers, Témoignages

Tag(s) associé(s) : , , ,

Les OANIS au salon du paranormal 2 de Dijon- Compte rendu de l’événement .

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8 & 9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

Ce week end du 08 & 09 septembre 2018 inclus nous avons participé en tant qu’exposant et intervenants au salon du paranormal ( 2 ème édition)  qui se tenait au palais des congrès à Dijon en côte d’or.

Lucille l’organisatrice de cet événement a encore réussit un énorme défi avec ce genre de rendez-vous car cette fois ci le salon était version XXL , inutile de dire le travail accomplit par cette personne et son équipe afin de réunir beaucoup plus que l’an dernier des exposants et aussi des intervenants sur le thème du paranormal, mais ou l’ufologie était aussi conviée.

A ce titre, nous tenions un stand pour représenter le thème qui nous incombe, c’est à dire les OANI( Observations Aquatiques Non -Identifiées). 

Nora & Guillaume NUREA TV au salon paraexperience de Dijon septmbbre 2018.
Crédit photo Era pour investigation oceanographique et OANIS.
©2018

J’ai été interviewé  en direct du salon par Nurea TV  de ( Nora et Guillaume ) la célèbre web TV spécialisée sur ces thématiques. La sympathie de ce couple est à signaler et l’entretien s’est bien déroulé dans une ambiance conviviale, dans un bon état d’esprit comme c’était le cas pour l’atmosphère qui régnait dans ce salon.

Pour vous, ci -dessous  voici mon intervention audio-visuelle. En dessous de la vidéo cliquez sur le lien qui vous permettrons de vous rendre sur la web TV Nurea afin que vous puissiez visionner les autres entretiens réalisés ( autres intervenants ) sur le salon .

SALON PARAEXPERIENCE – SYLVAIN MATISSE

Vidéo Nurea TV via YouTube.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici 

Pour accéder à NUREA TV cliquez sur leur logo ci-dessous.

crédit logo: nurea.tv

 

Isaure organisatrice des repas ufologiques toulousains au centre de la photo.
Crédit photo Era.
 ©2018

 

J’ai livré deux conférences durant ce week-end une le samedi 8 et l’autre le dimanche 9 septembre.

Je remercie les gens qui sont venus à mes conférences dont certains sont intervenus afin de livrer leurs sentiment sur le sujet OANI et OVNI et qui connaissaient déjà bien le sujet.

Plus tard je mettrai en ligne mon autre intervention audiovisuelle livrée à  Jean- louis Lagneau directeur  de la revue LDLN ( Lumières Dans La Nuit ) .

Aline Peugeot Fille adoptive du petit-fils de l’industriel Henri Peugeot, Aline Peugeot médium, auteure et conférencière et Sylvain Matisse auteur et conférencier pour les Observations Aquatiques Non-Identifiées.
©2018 Investigation Océanographique et OANIS.

Nous avons rencontré d’autres auteurs dont Aline Peugeot qui est formidable, j’ai assisté à sa conférence et ceci me confirme ce que j’ai plus ou moins expérimenté avec Emmanuelle ma compagne au sujet des synchronicités par exemple, ce que certains décrivent comme un hasard.

De gauche à droite
Isabelle Férigo, Antonietta Petrella, Isaure et  Stéphane Royer.

Des rencontres sympathiques voir merveilleuses avec le MUFON France , le CREPS, Stéphane Royer, notre amie  Isaure( organisatrice des repas ufologiques de Toulouse ), Antonietta( repas ufologiques d’Avignon et de  Carpentras) ,  Michel Ribradière accompagné de  son épouse et leurs charmants enfants, Dei mian ( l ‘ autre terre des dieux ), Laurent le Boulanger qui était le directeur de la revue LDLN entre les périodes (pour la direction de LDLN  ) de  Joel Mesnard et  de Jean Louis lagneau, Elisabeth de Caligny,  notre amie  Isabelle Férigo( organisatrice des repas ufologiques de Annecy) .

Sylvain avec la doublure française de Fox Mulder,l’acteur  Georges Caudron .
©2018 Investigation océanographique et OANIS.

Rencontre insolite avec Georges Caudron ,la voix française de Mulder l’agent célèbre du FBI de la série de Cris carter X Files.

Par ailleurs nous avons reçu des témoignages dont celui d’un lieutenant colonel de l’armée de l’air française qui nous certifié qu’il y a des choses inconnues.

Nous remercions tous les gens qui sont venus à notre rencontre.

Elisabeth de Caligny et Era au salon para expérience 2 de Dijon les 8 et 9 septembre 2018 au palais des congrès.
Crédit photo/ Era pour investigation océanographique et OANIS.
©2018

Rencontre non classée de type RR ?

© 2018 -Texte Matisse sylvain et photos Era pour investigations océanographique et OANIS.

Le stand des OANIS au salon du paranormal de Dijon les 8 et 9 septembre 2018, tenu par Era & Sylvain administrateurs du site web spécialisé Investigation Océanographique et OANIS.

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 10/09/2018 à 14h10.

 

Le premier lac sous-glaciaire découvert dans l’ arctique canadien possède un environnement sur Terre similaire à l’océan sous la banquise d’Europe.

L’une des lunes de saturne,Enceladus par la sondeCassini renifle l’habitabilité dans les jets jaillissant de la surface lunaire.
Crédit image : crashdebug.fr

Des lacs sous-glaciaires pourraient nous aider à chercher la vie extraterrestre

Article source : futura-sciences.com/

Publié le 17/04/2018 par: Laurent Sacco

Par sérendipité, une équipe internationale de chercheurs vient de découvrir le premier lac sous-glaciaire arctique canadien. Grande nouveauté, il est hyper-salé, ce qui en fait un environnement sur Terre similaire à l’océan sous la banquise d’Europe. De quoi exciter les exobiologistes voulant explorer la lune de Jupiter.

Lorsqu’il s’agit de rechercher de la vie sur Mars, les exobiologistes et les planétologues testent leurs théories et leurs stratégies dans des environnements terrestres, au moins depuis les années 1970. Carl Sagan a ainsi largement relayé dans le grand public les travaux du microbiologiste Wolf Vladimir Vishniac, mort en 1973 alors qu’il effectuait ses recherches en Antarctique, qu’il considérait comme un environnement similaire à celui de certaines régions de Mars. Les idées de base sont bien sûr de vérifier si des micro-organismes peuvent survivre et prospérer dans des conditions similaires, et enfin de découvrir où l’on peut le plus facilement les mettre en évidence et avec quelles techniques.

L’île Devon, un environnement martien au Canada

Les exobiologistes ont continué à explorer la voie ouverte par Vishniac en Antarctique mais aussi dans le désert de l’Atacama et même en Arctique sur l’île Devon qui est située dans une partie isolée du territoire du Nunavut au Canada. Elle est généralement considérée comme la plus grande île inhabitée du monde. Ainsi, chaque été depuis 1999, des chercheurs du projet Haughton-Mars de la Nasa et de la Mars Society résident dans cet endroit pour étudier les caractéristiques géologiques et environnementales d’un site considéré comme un excellent analogue de Mars, notamment parce qu’il se trouve à proximité d’un cratère d’impact, le cratère Haughton.

Vidéo FYBR via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici.

Toutefois, la découverte qui vient d’être annoncée par une équipe de chercheurs dans un article de Science Advances, et qui concerne les exobiologistes en quête de vie ailleurs dans le Système solaire, n’a pas été faite dans le cadre du projet Haughton-Mars, même si elle concerne également l’île Devon.

 Elle prend racine dans le travail de thèse de la géophysicienne Anja Rutishauser qui s’occupait de sondages radar de la couverture glaciaire du Canada pour des études de glaciologie à l’université de l’Alberta. Il s’agissait en l’occurrence de regarder de plus près les données radar collectées depuis un avion par la Nasa et l’Institut de géophysique de l’université du Texas (UTIG) pour décrire les conditions du substratum rocheux sous la calotte glaciaire du Devon.

Des analogues des lacs d’Europe sous la banquise de l’île Devon

La chercheuse a alors mis en évidence ce qu’elle ne cherchait pas à prouver au départ, l’existence de deux lacs situés sous la calotte glaciaire de l’île entre 550 et 750 mètres de profondeur. Des lacs sous-glaciaires ont déjà été découverts en Antarctique, comme le célèbre lac Vostok, et même quelques-uns sous l’Inlandsis du Groenland, mais c’est la première fois que l’on en découvre dans l’Arctique canadien. Le résultat le plus étonnant, c’est qu’à ces profondeurs, les eaux des deux lacs doivent être à -10° C environ et même en tenant compte de la pression, pour rester liquide à cette température, elles doivent également être hyper-salées (ces lacs doivent contenir des concentrations importantes de chlorure de sodium ou d’autres sels, avec des concentrations salines supérieures à celles de l’eau de mer, soit 35 grammes par litre), ce qui ne s’était encore jamais vu avec les environ 400 autres lacs sous-glaciaires connus.

Envoyer un sous-marin dans l’océan d’Europe

Vidéo NASA Jet Propulsion Laboratory via Youtube
Les scientifiques croient qu’il y a un océan caché sous la surface de la lune Europa de Jupiter. L’astrobiologiste de la NASA-JPL Kevin Hand explique pourquoi les scientifiques sont si excités par le potentiel de ce monde couvert de glace à répondre à l’une des questions les plus profondes de l’humanité. Images sous-marine fournies par John Delaney, Université de Washington.

L’océan d’Europe, la lune de Jupiter, intéresse les exobiologistes comme l’explique cette vidéo. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © NASA Jet Propulsion Laboratory.

Les deux lacs hypersalins révélés par les ondes électromagnétiques ont des surfaces d’environ huit et cinq kilomètres carrés respectivement et ils ne semblent pas reliés à des sources d’eau marine ou à des eaux de surface. Ils doivent donc leur salinité à des affleurements géologiques salifères sous la glace. On peut raisonnablement avancer que ces lacs sont isolés depuis au moins 120.000 ans d’après les chercheurs.

Voilà qui est très intéressant pour l’exobiologie car une telle éventualité ouvre une fascinante possibilité. Si des formes de vie ont été piégées dans ces lacs et ont évolué en survivant jusqu’à nos jours, leur étude serait riche d’enseignements pour mieux évaluer la possibilité d’une vie dans les océans d’Europe, sous la banquise de la lune de Jupiter.

Exobiologistes membres de la collaboration Joint Europa Missionprenez note..


  • Nous connaissons environ 400 lacs sous-glaciaires sur Terre mais nous venons de découvrir les tout premiers sous la glace de l’Arctique canadien, par hasard, lors de travaux de glaciologie avec des sondages radar.
  • Les deux lacs découverts sont hypersalins et ils pourraient être isolés depuis 120.000 ans sur l’île Devon, un environnement qui sert déjà d’analogue à Mars pour les planétologues et les exobiologistes.
  • Ils pourraient contenir des formes de vie microbienne qui seraient adaptées à ces lacs, ce qui en ferait, peut-être, des équivalents de l’océan d’Europe, la lune de Jupiter.

Source

 Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 18/04/2018 à : 04h45.

Des pêcheurs en Argentine voient un OVNI avec un occupant. RR3

Source: Planeta UFO, Cuarta Dimensión and Realidad OVNI

Notre ami Gilles Thomas nous fait parvenir ce cas que j’ai tenté de traduire au mieux  à l’aide de traducteurs en ligne, en ne s’en tenant qu’aux faits. J’ai retiré

les commentaires du webmaster du  site ( source), qui figuraient dans l’article, car il n’ apporte que des suppositions.  A chacun de se forger son opinion.

 


L’affaire Dique La Florida –

Une rencontre rapprochée du troisième type.

Lieu: Club nautique et de pêche La Florida, Lake La Florida, à 38 km de la ville de San Luis, province de San Luis, Argentine.

Date: 4 février 1978 Heure: 04h45 environ.


 

L’un des événements ovni les plus importants de la République d’Argentine a eu lieu le 4 février 1978, lorsque plusieurs témoins compétents ont assisté à la descente d’un étrange engin et à la présence d’un grand humanoïde qui a laissé ses empreintes sur le sol. Les recherches entreprises après cet événement ont déterminé sa réalité et corroboré les empreintes laissées par l’occupant.

Cet incident, connu dans le monde entier sous le nom de Dique La Florida, à San Luis, en Argentine, a été soutenu par les services d’enquête de la police provinciale de San Luis, dirigée à l’époque par le lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez, représentant à la fois la police provinciale et l’armée argentine a signé sur le premier rapport officiel concernant un occupant d’OVNI, .

Témoins: Manuel Maria Alvarez, Paraguayen, naturalisé argentin avec 5 ans de résidence, célibataire, 32 ans, employé chez Aerolineas Argentinas; Regino Salvador Perroni, Argentin, 26 ans, marié, employé par Banco San Luis; Pedro Raul Sosa, Argentin, 32 ans, marié, employé par la Maison du Gouvernement de la Province de San Luis; Ramon Armando Sosa (frère du précédent), argentin, marié, 39 ans, employé à la céramique de San José; Genaro Luis Sosa (frère du précédent), Argentin, marié, 34 ans, employé par Banco Provincia de San Luis; Jacinto Eduardo Lucero, Argentin, marié, 24 ans, employé par Banco Provincia de San Luis. Chercheurs: Equipe CAEFA, dont Betina Allen (psychanalyste), Hugo Quiroga (CAEFA, San Luis), Beatriz Balboni (experte en biorythmes), Alberto Radaelli (identikit de l’objet et de l’entité), Prof. Fabio Zerpa (recherche, interrogation, analyse psychologique) et supervision). Soutien aux enquêtes: Quartier général de la police de la province de San Luis (lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez). Délégation de la police fédérale argentine (shérif adjoint Oscar Guillermo Rosello, officier supérieur Jose Luis Bonaventura, inspecteur en chef Hugo Ricardo Cremonte) Analyse: Membres de l’Institut Municipal de Botanique (Instituto Municipal de Botanica)

Crédit image: inexplicata.blogspot.fr/

Le soir de l’événement, Genaro et Pedro Sosa, avec Regino Perroni et Jacinto Lucero, étaient allés acheter de la viande pour un barbecue. Ils sont allés à la boucherie Mede dans la ville de San Luis, où ils ont acheté 3,5 kilos de viande et de saucisses (chorizo ​​et boudin), assez pour les six amis qui voulaient aller pêcher au lac La Florida. Ils pêchent toujours ensemble dans divers endroits de la région. Les six hommes sont des «copains de pêche» même si leurs familles ne se fréquentent pas.

Perroni et Lucero sont des beaux-parents (le second est marié à la sœur de Perroni). Ils vivent ensemble dans le quartier de Cantisan près de la maison de Genaro et Pedro Sosa. Les quatre hommes sont montés à bord de la Fiat 125 de Genaro Sosa et sont partis à la recherche de Ramón Sosa, qui habite au 105 Calle Mitre, et ont finalement pris Manuel Maria Alvarez vers 23h. Ils ont roulé le long de la route 20, échangeant très peu de mots. Ils ont regardé le beau ciel étoilé et le paysage de la région. Ils atteignirent le club nautique et de pêche de La Florida, à 38 km de la ville.

Quand ils arrivèrent, le feu préparé par Rodriguez, était presque prêt. Alvarez, le Paraguayen, a commencé à préparer le rôti, ayant appris à le faire dans son pays d’adoption, alors qu’il venait du Paraguay en Argentine à l’âge de 5 ans, il fut ensuite naturalisé. Les cinq autres hommes ont aidé leur ami, parlant, échangeant des remarques, racontant des blagues. Le rôti était prêt en une heure et demie. Les six hommes consomment un peu de vin entre eux. Entre 00h30 et une heure du matin le samedi 4 février 1978, les hommes pêchaient sur le lac. Avec le bateau de Perroni tenaient les six protagonistes et leur matériel de pêche, ils se dirigèrent vers les eaux du lac. Ils voulaient aller vers le sud, ramant avec un vent du nord, à une profondeur de 50 mètres. Les vagues sont considérables, et quand ils ont atteint une crique de l’autre côté du Fishing Club, ils ont décidé de retourner au lac pour pêcher « plus tranquillement ».

Ils ont commencé à pêcher vers 2h10 du matin. Les hommes avaient embarqué sur un autre bateau appartenant à un ami. Les poissons ne mordaient pas, si ennuyés et fatigués par une longue semaine de travail, Genaro et Ramón Sosa, avec Jacinto Lucero, allaient dormir à 5 mètres du pont du bateau à 3h30 du matin, laissant Alvarez et Pedro Sosa garde-corps. Ces deux  hommes sont des pêcheurs passionés, des amis de longue date, et ils pêchent toujours ensemble. Perroni était un peu plus loin derrière les deux autres, debout à côté du moteur du bateau, parlant doucement «pour ne pas effrayer le poisson». Il voit les trois amis se préparer à dormir, se couvrant de manteaux, car il faisait froid (14-16 degrés C). Les trois pêcheurs restés éveillés se débattaient contre des poissions , ils en remontaient dix poissons. À 4 h 15, Perroni a vu «quelque chose» voler devant la lune. Genaro se réveilla  suite à l’exclamation de son ami. Tous deux pensaient que c’était une étoile filante, comme d’innombrables qu’ils avaient vu si souvent, mais néanmoins celle-ci était frappante. Après avoir échangé quelques mots, Genaro Sosa se rendormit, se couvrant bien, car il avait très froid. Alvarez et Pedro Sosa sont restés à leurs stations pour pêcher.

À 4h45 du matin, une lumière intense est apparue derrière le navire, émanant d’une petite colline à une vingtaine de mètres. Elle était assez forte pour que Perroni couvre son visage et réveille les trois hommes endormis. Alvarez et Pedro Sosa se retournèrent pour faire face à un événement inhabituel: ils furent éclairés par une lumière puissante. Voyant qu’il s’agissait d’un objet volant non identifié – un objet solide et métallique en forme de soucoupe renversée projetant une lumière blanche de sa sous-section et vert émeraude puis avec  des lumières rouges sur son fuselage supérieur. Il  était en sustentation au-dessus du terrain en pente menant à l’eau, l’OVNI se situait à environ 3 mètres au-dessus du sol, mesurant environ 15 mètres de diamètre.

crédit image :
inexplicata.blogspot.fr/

L’objet laissait tomber une petite échelle (semblable à celle d’un avion Fokker) et une forme humanoïde descendait. Il mesurait entre 2m et 2 mètres 10 ,il portait un uniforme brillant et argenté. » L ‘homme » portait un casque transparent sur sa tête, rendant visible ses cheveux blonds et ses traits fins. À aucun moment, les témoins n’ont vu les pieds de l’entité et n’étaient pas sûrs de la moindre paire de chaussures. Le portrait robot d’identité de l’entité correspond à toutes les descriptions fournies par les témoins. Après avoir descendu l’échelle, l’entité a marché sur le terrain (ou a glissé dessus, pas sûr), qui descendait en pente douce et s’approchait du bord du lac, à 15 mètres des pêcheurs. L’étranger a placé ses mains gantées (enfermées dans ce qui semblait être des mitaines) devant lui, les paumes vers le haut, dans un geste d’amitié caractéristique et une position de yoga (fleur de lotus). Un geste universel dans la méditation. Suite à ce geste, l’être s’est retourné  s’est dirigé vers l’échelle. Il a grimpé et  il est rentré dans le vaisseau.

crédit image inexplicata.blogspot.fr/

L’échelle s’est rétractée, et l’ouverture qui lui permettait toucher le sol s’est refermée. Après 20-30 secondes, le véhicule s’est élevé dans les airs et a disparu dans les montagnes de San Luis vers le nord-est. Pedro Sosa, choqué par ce qu’il voyait, regardait beaucoup moins l’humanoïde qu’ Alvarez, qui a décrit le mieux ce qu’il s’est passé ( du moins a fournit le plus de détails) parmi les témoins.

En ce qui concerne l’objet, les témoins diffèrent sur ses caractéristiques lumineuses, mais tous s’accordent sur la puissante lumière derrière eux. Pour Genaro Sosa, l’objet avait une aura jaunâtre. Ramon Sosa croit que c’était une lumière fluorescente. Pedro Sosa pense qu’il y avait différentes couleurs qui tournaient autour. Jacinto Lucero se souvient comme une lumière blanche très brillante. Pour Alvarez et Sosa, l’objet a laissé un sillage lumineux sur son passage. Tous sont d’accord sur la forme circulaire. Les trois pêcheurs endormis ont été secoués de leur sommeil par l’événement. Les trois autres l’ont décrit comme un bol à soupe inversé avec une sorte d’aileron ou d’anneau au milieu, qui a laissé un sillage lumineux sur son chemin tandis qu’il s’éloignait, formant un halo blanc autour de lui alors qu’il disparaissait vers les montagnes de San Luis. Les six hommes conviennent que l’OVNI, a effectué un angle de 45 degrés à l’horizon,  puis a exécuté une demi-boucle avant de disparaître. Il n’a pas été perdu de vue aussitôt , mais il a complètement disparu, laissant derrière lui un cercle blanc lumineux qui s’est élargi peu à peu avant de partir.

Tout était fini. Les six hommes sur le bateau ont échangé des regards ils étaient abasourdis. Tout le monde pensait que c’était une soucoupe volante. Quand nous avons suggéré qu’il pourrait s’agir d’un engin terrestre secret, piloté par un astronaute inconnu, ils nous ont regardés d’un air interrogateur. Tous croient fermement qu’ils ont  assisté à un événement anormal, que nous venons de décrire comme « OVNI ».


Références:

[Traduction (c) 2017 Scott Corrales, Institut d’Ufologie Hispanique avec des remerciements à Julio González et Guillermo Giménez] PUBLIÉ PAR INEXPLICATA (IHU) À 11:50.

Source  article et illustrations  inexplicata.blogspot.fr/


Rappel classification  selon  Josef Allen Hynek astronome, consultant scientifique de l’Air Force, de 1948 à 1969 il était chargé de trier les méprises avec des objets astronomiques connus, comme des météores,  la planète Vénus par exemple,etc.

La progression va de simple  à exceptionnel :

    • Lumières nocturnes (NL) : le ou les témoins voient, à plus de 150 mètres de distance, une ou plusieurs lumières qui leur paraissent anormales dans le ciel nocturne ;
    • Disques diurnes (DD) : le ou les témoins voient de jour, à plus de 150 mètres de distance, un objet non identifié qui n’a pas nécessairement la forme d’un disque ou d’une soucoupe. 
    • Radar-visuel (RV) : l’ovni est observé en visuel et apparat sur un ou plusieurs écrans radars. 
    • Rencontre rapprochée du 1er type (RR1) : le ou les témoins voient un ovni, quel qu’il soit, à moins de 150 mètres ;
    • Rencontre rapprochée du 2e type (RR2) : l’ovni laisse des preuves matérielles, comme des traces au sol.
    • Rencontre rapprochée du 3e type (RR3) : le ou les témoins voient un ovni et ses occupants, ou seulement les prétendus occupants d’un ovni sans ce dernier.
    •  Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

      Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 15/03/2018 à : 19h10.

Des vaisseaux triangulaires peuvent ils sortir d’une base sous-marine ?

Reconstitution image crédit:
latest-ufo-sightings.net

Cet article que vous trouverez ci-dessous au format PDF, aurait du sortir dans LDLN, mais voilà, mon premier article  écrit pour cette revue n’a pas plu à certains ufologues.

Alors  je m’abstiendrai de rédiger pour cette revue afin de ne pas causer de tort à Jean Louis le directeur de ce magazine ufologique et perdre une partie de mon temps pour des gens qui croient tout savoir et qui n’acceptent pas les faits ou les critiques . Des personnes n’aiment pas entendre des vérités et il ne faut surtout pas casser leurs illusions et encore moins citer leurs carences lorsque c’est le cas. Nature humaine on ne te refera pas!

Désolé d’avoir froissé quelques personnes ce n’était pas le but, le but est de dire les choses afin d’avancer et que ce beau petit monde accepte leur erreur et de se remettre en question, et repartir à l’endroit!

Donc acte en ce qui me concerne, ceci n’entrave en rien mon travail de recherches et de diffusion.

Afin que mon petit travail pour réaliser cet article (qui était mon second pour LDLN) n’ait pas été fait pour rien, je le partage ici puisque je suis l’auteur aidé par les références qui y sont rattachées et  mentionnées .

Ceci est l’une de mes investigations , il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne lecture.

Merci de respecter les droits d’auteur en les mentionnant pour celles et ceux qui veulent se servir de mon petit travail.

©2018 Matisse sylvain.

Des vaisseaux triangulaires peuvent ils sortir d’une base sous-marine ?

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 27/02/2018 à : 17h15.

Cérès libère en permanence deux geysers de vapeur d’eau et intrigue les scientifiques.

Parce qu’elle libère en permanence deux geysers de vapeur d’eau. Et, surtout, parce que quelque chose bouge à l’intérieur, si l’on en croit les ingénieurs de la Nasa
Crédit : ouest france

La NASA affirme que « quelque chose bouge » à l’intérieur de la planète Cérès

Publié le 02/12/2017 à 13:34 par Hervé Hillard pour  ouest-france.fr

Elle est la plus petite planète naine reconnue de notre système solaire, avec un diamètre de 950 km seulement. Située entre Mars et Jupiter, c’est aussi l’une des plus énigmatiques. Parce qu’elle est dotée d’une atmosphère ténue. Parce qu’elle libère en permanence deux geysers de vapeur d’eau. Et, surtout, parce que quelque chose bouge à l’intérieur, si l’on en croit les ingénieurs de la Nasa. Explications.

Une gueule couturée, boursouflée, pleine de creux et de bosses, de rides et de cicatrices. Comme tous les corps célestes, Cérès montre sans fard aux télescopes terrestres et à la sonde spatiale Dawn, lancée en 2007 pour l’observer, les ravages du temps. Seulement voilà : d’après les spécialistes de la Nasa, ses reliefs, ses failles et certains de ses petits cratères ne sont pas la conséquence de collisions avec d’autres astéroïdes ou des comètes, mais le fruit d’un matériau qui a germé de l’intérieur de Cérès vers la surface. Pour eux, « quelque chose bouge » à l’intérieur.

Suite

 


Nous incluons ce complément  hors article en guise de support cette  vidéo de la NASA via YouTube

La carte des zones d’ombres permanentes sur Cérès

La NASA a publié une vidéo montrant l’emplacement des zones d’ombres permanentes sur Cérès. Les scientifiques pensent que de la glace d’eau pourrait y être piégée. L’étude porte principalement sur l’hémisphère nord de la planète naine. Crédits: NASA/JPL-Caltech

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

 


Nous ouvrons une rubrique consacrée aux corps célestes contenant de l’eau sous toutes ses formes ( liquide, gazeuse ou de vapeur,  solide c’est à dire en état de glace etc, ceci complète ainsi les données et les différentes informations que nous partageons ici  sur notre site web . Merci pour votre fidélité.

Petits repères

La glace : elle résulte du gel de l’eau, elle se forme à 0° Celsius.

L’ EAU EN état liquide:

L’eau est à l’état liquide pour des températures oscillant entre 0° et 100° Celsius à une pression normale (1 bar).

L’eau en l’état gazeux ou en état de vapeur :

-Dès 100° Celsius à pression normale. Mais elle peut l’être aussi à température inférieure : c’est ce qui se passe au-dessus des océans lors de l’évaporation.

©décembre2017  voir mentions légales 


 

Références

NASA

JPL (NASA/Caltech)

ouest france

Investigations océanographique et oanis.


 

© 19/12/2017 

 


 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 19/12/2017 à :19h40.

 

La Navy confrontée à un OVNI au large de San Diego en 2004.

Image site: sciences-faits-histoires.com

Era avait mis en ligne cet article du parisien  (Le Pentagone a financé un programme secret sur les OVNI)  sur son site web hier, 17 décembre.

Notre partenaire Yves Herbo a rédigé aussi un article à l’aide de sources  concernant l’information traitée depuis au moins le 16 décembre de cette année par divers médias .

Ici nous reprenons juste la partie qui intéresse les OANI, l’article complet de Yves sera à lire sur son blog. ( ici )

Politico a pris connaissance du programme du Pentagone au début de l’automne 2017, peu de temps après que Mellon et ses collègues aient déployé leur nouvel effort privé, qui cherche maintenant des investisseurs avec un achat minimum de 200 $ en actions ordinaires. Son site Web To The Stars Academy revendique 2 291 investisseurs, qui ont acheté pour l’instant un peu plus de 2 millions de dollars d’actions.

Lors d’une récente conférence de presse de To The Stars à Las Vegas, Mellon a décrit l’une deobservations rapportées par les pilotes de la US Navy: « Il est blanc, oblong, de 40 pieds de long (environ 12 mètres)  et peut-être 12 pieds ( environ 3,60m) d’épaisseur … Les pilotes sont étonnés et se réorientent soudainement vers l’approche avec leurs F / A-18. Dans une série de manœuvres discrètes de l’engin qui semblent défier les lois de la physique, l’objet prend position directement derrière le F / A-18 approchant. En regardant l’imagerie infrarouge de l’objet, ils sont surpassés par une technologie qu’ils n’ont jamais vu. « 

La Navy confrontée à un OVNI au large de San Diego en 2004.

Le financement annuel du programme, soit 22 million de dollars, était caché dans les budgets de défense des États-Unis. Une vidéo publiée en août dernier et qui était conservée par ce programme secret, montre deux avions de chasse de la Marine américaine pourchassant un objet volant ovale blanc qui avait la taille d’un avion de ligne, au large de San Diego en 2004.

Ce passage repris par Yves démontre une fois de plus que la marine américaine autant que la Russie sont concernées par certaines incursions non-identifiées. Les autres nations dont la France ne sont pas bavardes à ce sujet.

Il est maintenant certain que les U.S.A ont travaillé dans le secret à partir du moment où ils eu connaissance de ces intrusions anormales et surtout non-identifiées. Nos recherches  prennent ainsi de la consistance concernant l’environnement marin.

Des études ont été menées en secret pas les militaires américains certes, mais  il y a fort à parier que  la France et d’autres pays ont certainement fait la même chose .

Et ceci nous amène à considérer au regard des budgets alloués ( budget noir) pour des black programm  que tout ceci n’est pas du fantasme mais une réalité .

Récemment j’avais parlé d’une flotte spatiale en m’appuyant sur les  dires  d’ un certain Gary Mc Kinnon  qui doit purger un peine de 70 ans de prison,  puisqu’il a piraté pas moins de 90 serveurs des plus sécurisés du gouvernement américain.

Il parlait d’une flotte non terrestre , qui suppose deux possibilités.

Une flotte appartenant à une autre civilisation qui rôderait pas très loin dans notre système solaire à moins qu’elle soit cachée quelque part sur terre, peut-être dans nos profondeurs maritimes.

Ou bien  l’armée américaine  le NORAD ou l’OTAN aurait créé une flotte spatiale.

Des informations arrivent, certaines confirment petit à petit des faits.

Il y a encore un long chemin à parcourir mais celui que nous empruntons avec Era prend de la consistance et ceci devient alors très intéressant. 

Les compléments d’enquête apportent peu à peu de l’eau à notre moulin .

Remerciements à Yves Herbo .

© 2017 Matisse sylvain 


 

Références/ Supports/

The Guardian

New-York – Times

Leslie Kean

Sciences Faits- Histoires 

Area 51 blog

investigations ufoetscience

Le parisien.

Ovnis – USA


Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 18/12/2017 à :14h15.

.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :