Archives de mars 2018

SoFi le robot poisson sous-marin

Le poisson robot du MIT est alimenté par un Raspberry Pi et nage dans les récifs coralliens
Crédit : shoppingmaroc.net

Il ressemble et se déplace comme un vrai poisson, battant sa queue d’un côté à l’autre. Mais ce poisson est contrôlé par un plongeur humain via un contrôleur Super Nintendo étanche et un émetteur à ultrasons.

SoFi, le poisson robotisé, a été conçu pour permettre aux chercheurs d’étudier de près la vie marine. Les submersibles commandés à distance ou autonomes sont généralement entraînés par des hélices, ce qui tend à perturber la faune. Des vidéos de plongées d’essai au Rainbow Reef de Fidji montrent SoFi contournant le corail aux côtés de vrais poissons, qui semblent indomptés par l’intrus mécanique.

SoFi peut contrôler sa propre flottabilité avec une unité qui comprime et décompresse l’air, et peut gérer des profondeurs allant jusqu’à 18 mètres. Il peut nager pendant 40 minutes d’affilée, alimenté par une batterie au lithium comme celles utilisées dans les smartphones, tout en capturant des photos et des vidéos à travers un objectif fish-eye. L’électronique est emballée dans la tête de SoFi, entourée d’huile pour empêcher l’eau d’entrer.

 «À notre connaissance, il s’agit du premier poisson robotisé capable de nager sans surveillance en trois dimensions pendant de longues périodes», explique Robert Katzschmann, membre de l’équipe de SoFi du Laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT.
Source

Références:

etrangeetinsolite.wordpress.com/ (mer et océan)

shoppingmaroc.net

Youtube

MITCSAIL

MIT

New Scientist

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

  Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 23/03/2018 à : 10h30.

 

Argentine – « The Eye » : Le mystère de l’île tournante

Aphadolie

C’est au Nord-Est de l’Argentine qu’a été découverte une mystérieuse île flottante, parfaitement circulaire, se déplaçant comme par magie autour de son axe. Des caractéristiques pour le moins inhabituelles qui lui ont valu le surnom de « The Eye ». Intrigué par cette étrange formation, le producteur Sergio Neuspillerm s’évertue actuellement à réunir les fonds nécessaires pour lancer une expédition scientifique visant à lever le mystère entourant cet étonnant îlot.

Ile – The Eye – Argentine – GIF

Il y a un peu moins d’un an, alors qu’il épluchait les données satellites de Google Maps dans le but de trouver un lieu de tournage pour un documentaire, l’attention du producteur Sergio Neuspillerm a subitement été attirée par une étrange formation située dans les marais de Parana Delta, au nord-est de l’Argentine. La formation en question n’était autre qu’une île entourée d’un plan d’eau dont la forme étonnamment circulaire lui a valu par la suite le surnom de « The…

View original post 592 mots de plus

Publié 23 mars 2018 par Sylv1 dans Mystères Marins et Légendes

Des pêcheurs en Argentine voient un OVNI avec un occupant. RR3

Source: Planeta UFO, Cuarta Dimensión and Realidad OVNI

Notre ami Gilles Thomas nous fait parvenir ce cas que j’ai tenté de traduire au mieux  à l’aide de traducteurs en ligne, en ne s’en tenant qu’aux faits. J’ai retiré

les commentaires du webmaster du  site ( source), qui figuraient dans l’article, car il n’ apporte que des suppositions.  A chacun de se forger son opinion.

 


L’affaire Dique La Florida –

Une rencontre rapprochée du troisième type.

Lieu: Club nautique et de pêche La Florida, Lake La Florida, à 38 km de la ville de San Luis, province de San Luis, Argentine.

Date: 4 février 1978 Heure: 04h45 environ.


 

L’un des événements ovni les plus importants de la République d’Argentine a eu lieu le 4 février 1978, lorsque plusieurs témoins compétents ont assisté à la descente d’un étrange engin et à la présence d’un grand humanoïde qui a laissé ses empreintes sur le sol. Les recherches entreprises après cet événement ont déterminé sa réalité et corroboré les empreintes laissées par l’occupant.

Cet incident, connu dans le monde entier sous le nom de Dique La Florida, à San Luis, en Argentine, a été soutenu par les services d’enquête de la police provinciale de San Luis, dirigée à l’époque par le lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez, représentant à la fois la police provinciale et l’armée argentine a signé sur le premier rapport officiel concernant un occupant d’OVNI, .

Témoins: Manuel Maria Alvarez, Paraguayen, naturalisé argentin avec 5 ans de résidence, célibataire, 32 ans, employé chez Aerolineas Argentinas; Regino Salvador Perroni, Argentin, 26 ans, marié, employé par Banco San Luis; Pedro Raul Sosa, Argentin, 32 ans, marié, employé par la Maison du Gouvernement de la Province de San Luis; Ramon Armando Sosa (frère du précédent), argentin, marié, 39 ans, employé à la céramique de San José; Genaro Luis Sosa (frère du précédent), Argentin, marié, 34 ans, employé par Banco Provincia de San Luis; Jacinto Eduardo Lucero, Argentin, marié, 24 ans, employé par Banco Provincia de San Luis. Chercheurs: Equipe CAEFA, dont Betina Allen (psychanalyste), Hugo Quiroga (CAEFA, San Luis), Beatriz Balboni (experte en biorythmes), Alberto Radaelli (identikit de l’objet et de l’entité), Prof. Fabio Zerpa (recherche, interrogation, analyse psychologique) et supervision). Soutien aux enquêtes: Quartier général de la police de la province de San Luis (lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez). Délégation de la police fédérale argentine (shérif adjoint Oscar Guillermo Rosello, officier supérieur Jose Luis Bonaventura, inspecteur en chef Hugo Ricardo Cremonte) Analyse: Membres de l’Institut Municipal de Botanique (Instituto Municipal de Botanica)

Crédit image: inexplicata.blogspot.fr/

Le soir de l’événement, Genaro et Pedro Sosa, avec Regino Perroni et Jacinto Lucero, étaient allés acheter de la viande pour un barbecue. Ils sont allés à la boucherie Mede dans la ville de San Luis, où ils ont acheté 3,5 kilos de viande et de saucisses (chorizo ​​et boudin), assez pour les six amis qui voulaient aller pêcher au lac La Florida. Ils pêchent toujours ensemble dans divers endroits de la région. Les six hommes sont des «copains de pêche» même si leurs familles ne se fréquentent pas.

Perroni et Lucero sont des beaux-parents (le second est marié à la sœur de Perroni). Ils vivent ensemble dans le quartier de Cantisan près de la maison de Genaro et Pedro Sosa. Les quatre hommes sont montés à bord de la Fiat 125 de Genaro Sosa et sont partis à la recherche de Ramón Sosa, qui habite au 105 Calle Mitre, et ont finalement pris Manuel Maria Alvarez vers 23h. Ils ont roulé le long de la route 20, échangeant très peu de mots. Ils ont regardé le beau ciel étoilé et le paysage de la région. Ils atteignirent le club nautique et de pêche de La Florida, à 38 km de la ville.

Quand ils arrivèrent, le feu préparé par Rodriguez, était presque prêt. Alvarez, le Paraguayen, a commencé à préparer le rôti, ayant appris à le faire dans son pays d’adoption, alors qu’il venait du Paraguay en Argentine à l’âge de 5 ans, il fut ensuite naturalisé. Les cinq autres hommes ont aidé leur ami, parlant, échangeant des remarques, racontant des blagues. Le rôti était prêt en une heure et demie. Les six hommes consomment un peu de vin entre eux. Entre 00h30 et une heure du matin le samedi 4 février 1978, les hommes pêchaient sur le lac. Avec le bateau de Perroni tenaient les six protagonistes et leur matériel de pêche, ils se dirigèrent vers les eaux du lac. Ils voulaient aller vers le sud, ramant avec un vent du nord, à une profondeur de 50 mètres. Les vagues sont considérables, et quand ils ont atteint une crique de l’autre côté du Fishing Club, ils ont décidé de retourner au lac pour pêcher « plus tranquillement ».

Ils ont commencé à pêcher vers 2h10 du matin. Les hommes avaient embarqué sur un autre bateau appartenant à un ami. Les poissons ne mordaient pas, si ennuyés et fatigués par une longue semaine de travail, Genaro et Ramón Sosa, avec Jacinto Lucero, allaient dormir à 5 mètres du pont du bateau à 3h30 du matin, laissant Alvarez et Pedro Sosa garde-corps. Ces deux  hommes sont des pêcheurs passionés, des amis de longue date, et ils pêchent toujours ensemble. Perroni était un peu plus loin derrière les deux autres, debout à côté du moteur du bateau, parlant doucement «pour ne pas effrayer le poisson». Il voit les trois amis se préparer à dormir, se couvrant de manteaux, car il faisait froid (14-16 degrés C). Les trois pêcheurs restés éveillés se débattaient contre des poissions , ils en remontaient dix poissons. À 4 h 15, Perroni a vu «quelque chose» voler devant la lune. Genaro se réveilla  suite à l’exclamation de son ami. Tous deux pensaient que c’était une étoile filante, comme d’innombrables qu’ils avaient vu si souvent, mais néanmoins celle-ci était frappante. Après avoir échangé quelques mots, Genaro Sosa se rendormit, se couvrant bien, car il avait très froid. Alvarez et Pedro Sosa sont restés à leurs stations pour pêcher.

À 4h45 du matin, une lumière intense est apparue derrière le navire, émanant d’une petite colline à une vingtaine de mètres. Elle était assez forte pour que Perroni couvre son visage et réveille les trois hommes endormis. Alvarez et Pedro Sosa se retournèrent pour faire face à un événement inhabituel: ils furent éclairés par une lumière puissante. Voyant qu’il s’agissait d’un objet volant non identifié – un objet solide et métallique en forme de soucoupe renversée projetant une lumière blanche de sa sous-section et vert émeraude puis avec  des lumières rouges sur son fuselage supérieur. Il  était en sustentation au-dessus du terrain en pente menant à l’eau, l’OVNI se situait à environ 3 mètres au-dessus du sol, mesurant environ 15 mètres de diamètre.

crédit image :
inexplicata.blogspot.fr/

L’objet laissait tomber une petite échelle (semblable à celle d’un avion Fokker) et une forme humanoïde descendait. Il mesurait entre 2m et 2 mètres 10 ,il portait un uniforme brillant et argenté. » L ‘homme » portait un casque transparent sur sa tête, rendant visible ses cheveux blonds et ses traits fins. À aucun moment, les témoins n’ont vu les pieds de l’entité et n’étaient pas sûrs de la moindre paire de chaussures. Le portrait robot d’identité de l’entité correspond à toutes les descriptions fournies par les témoins. Après avoir descendu l’échelle, l’entité a marché sur le terrain (ou a glissé dessus, pas sûr), qui descendait en pente douce et s’approchait du bord du lac, à 15 mètres des pêcheurs. L’étranger a placé ses mains gantées (enfermées dans ce qui semblait être des mitaines) devant lui, les paumes vers le haut, dans un geste d’amitié caractéristique et une position de yoga (fleur de lotus). Un geste universel dans la méditation. Suite à ce geste, l’être s’est retourné  s’est dirigé vers l’échelle. Il a grimpé et  il est rentré dans le vaisseau.

crédit image inexplicata.blogspot.fr/

L’échelle s’est rétractée, et l’ouverture qui lui permettait toucher le sol s’est refermée. Après 20-30 secondes, le véhicule s’est élevé dans les airs et a disparu dans les montagnes de San Luis vers le nord-est. Pedro Sosa, choqué par ce qu’il voyait, regardait beaucoup moins l’humanoïde qu’ Alvarez, qui a décrit le mieux ce qu’il s’est passé ( du moins a fournit le plus de détails) parmi les témoins.

En ce qui concerne l’objet, les témoins diffèrent sur ses caractéristiques lumineuses, mais tous s’accordent sur la puissante lumière derrière eux. Pour Genaro Sosa, l’objet avait une aura jaunâtre. Ramon Sosa croit que c’était une lumière fluorescente. Pedro Sosa pense qu’il y avait différentes couleurs qui tournaient autour. Jacinto Lucero se souvient comme une lumière blanche très brillante. Pour Alvarez et Sosa, l’objet a laissé un sillage lumineux sur son passage. Tous sont d’accord sur la forme circulaire. Les trois pêcheurs endormis ont été secoués de leur sommeil par l’événement. Les trois autres l’ont décrit comme un bol à soupe inversé avec une sorte d’aileron ou d’anneau au milieu, qui a laissé un sillage lumineux sur son chemin tandis qu’il s’éloignait, formant un halo blanc autour de lui alors qu’il disparaissait vers les montagnes de San Luis. Les six hommes conviennent que l’OVNI, a effectué un angle de 45 degrés à l’horizon,  puis a exécuté une demi-boucle avant de disparaître. Il n’a pas été perdu de vue aussitôt , mais il a complètement disparu, laissant derrière lui un cercle blanc lumineux qui s’est élargi peu à peu avant de partir.

Tout était fini. Les six hommes sur le bateau ont échangé des regards ils étaient abasourdis. Tout le monde pensait que c’était une soucoupe volante. Quand nous avons suggéré qu’il pourrait s’agir d’un engin terrestre secret, piloté par un astronaute inconnu, ils nous ont regardés d’un air interrogateur. Tous croient fermement qu’ils ont  assisté à un événement anormal, que nous venons de décrire comme « OVNI ».


Références:

[Traduction (c) 2017 Scott Corrales, Institut d’Ufologie Hispanique avec des remerciements à Julio González et Guillermo Giménez] PUBLIÉ PAR INEXPLICATA (IHU) À 11:50.

Source  article et illustrations  inexplicata.blogspot.fr/


Rappel classification  selon  Josef Allen Hynek astronome, consultant scientifique de l’Air Force, de 1948 à 1969 il était chargé de trier les méprises avec des objets astronomiques connus, comme des météores,  la planète Vénus par exemple,etc.

La progression va de simple  à exceptionnel :

    • Lumières nocturnes (NL) : le ou les témoins voient, à plus de 150 mètres de distance, une ou plusieurs lumières qui leur paraissent anormales dans le ciel nocturne ;
    • Disques diurnes (DD) : le ou les témoins voient de jour, à plus de 150 mètres de distance, un objet non identifié qui n’a pas nécessairement la forme d’un disque ou d’une soucoupe. 
    • Radar-visuel (RV) : l’ovni est observé en visuel et apparat sur un ou plusieurs écrans radars. 
    • Rencontre rapprochée du 1er type (RR1) : le ou les témoins voient un ovni, quel qu’il soit, à moins de 150 mètres ;
    • Rencontre rapprochée du 2e type (RR2) : l’ovni laisse des preuves matérielles, comme des traces au sol.
    • Rencontre rapprochée du 3e type (RR3) : le ou les témoins voient un ovni et ses occupants, ou seulement les prétendus occupants d’un ovni sans ce dernier.
    •  Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

      Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 15/03/2018 à : 19h10.

Vidéo déclassifiée de la Navy d’un OVNI

Crédits : Capture YouTube / To The Stars Academy of Arts & Science

Source science post repris par Area 51

 


Référence:

Une vidéo récemment déclassifiée nous montre un pilote de la NAVY américaine en train de verrouiller une cible non identifiée – apparemment sans ailes et sans queue – se déplaçant à très grande vitesse au large de la Californie du Sud. Alors, de quoi s’agit-il ?

Les images ont été enregistrées en 2015 par la caméra infrarouge d’un avion F/A-18 Super Hornet Fighter de la marine américaine, volant à environ 7,6 km d’altitude à une vitesse de Mach 0,62. La caméra fait alors trois tentatives de verrouillage sur un objet en mouvement extrêmement rapide, mais échoue les deux premières fois. Au troisième essai, le module parvient finalement à verrouiller sa cible. On entend alors les pilotes faire part de leur étonnement face à ce qu’ils sont en train de voir. L’un des pilotes de la vidéo déclassifiée, publiée par The Times, a notamment déclaré à ABC qu’il pensait que l’avion qu’il avait vu n’était « pas de ce monde ».

Suite

 Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 15/03/2018 à : 13h40.

 

Publié 15 mars 2018 par Sylv1 dans OANIS/OSNiS/USOS/Ufo/OVNI( s)

Tag(s) associé(s) :

Deepsea Challenger

Challenging the deep est une nouvelle exposition immersive majeure qui retrace la poursuite et les réalisations de Cameron dans la science, la technologie et l’exploration océaniques, y compris ses plongées records dans DEEPSEA CHALLENGER, le navire submersible qu’il a conçu à Sydney.
Credit : mer et océan

 

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

  • -En parcourant le site mer et océan  de notre ami Jack je remarque qu’il a diffusé ce que je reprend ici pour notre site web afin que vous découvrez à votre tour ce qui va suivre. Je profite pour dire au passage que Jack a un très bon site web  qui mérite d’être visionné,alors vous pouvez lui rendre visite. Merci.

James Cameron me fascine. J’aime la plupart de ses films en tant que réalisateur mais j’aime encore plus l’explorateur océanographe.

Il a su cumuler ses deux passions . A présent, il partage ses expéditions au public.  Ceux qui me connaissent bien, comme Era ( Emma) et ils sont rares, savent que j’aurais aimé aussi être un explorateur car j’aime le voyage, l’aventure,le défi ,les mystères,etc.

James Cameron est descendu avec son mini sous-marin à l’endroit le plus profond de la planète après l’exploit du scientifique Jacques Piccard et  du lieutenant Don Walsh qui sont descendus 10.000 mètres à bord du célèbre Trieste le 23 janvier 1960.

A bord de son mini sous-marinDeepsea Challenger, J .Cameron atteint les 10.898 mètres,le dimanche 25 mars à 21 h 52 GMT (23 h 52 heure française) après une descente de 2 heures et 36 minutes. L’engin a passé plusieurs heures à proximité du fond, battant ainsi le record de 20 minutes détenu par le Trieste, avant d’entreprendre sa remontée de 70 minutes. 


Exploit de J. Piccard et D. Walsh à bord du Trieste.

Petit récapitulatif ci-dessous:

Date : 23 janvier 1960
Position : Océan Pacifique : La Fosse des Mariannes, à 200 miles approximativement 
de l’île de Guam 
Profondeur atteinte : 10 916 mètres, un exploit qui a duré  58 ans.
Découverte scientifique : Une vie marine florissante en l’absence totale de lumière


Une exposition aura lieue le 29 mai 2018 à l’Australian National Maritime Museum à Darling Harbour, à Sydney.

Les gens pourront découvrir le monde océanique et la détermination de James Cameron pour assouvir sa passion.

Peut-être que sur notre site web ici, il manquait une page exploration et expédition bien que ce genre d’article et de vidéo pourrait se glisser dans la rubrique archéologie sous-marine et/ ou océanographie. Avec l’ouverture de cette nouvelle catégorie, le problème est réglé . Un tiroir de plus dans notre petite armoire virtuelle.

Bon surf, ici.

 

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

maquette couverture éditions SAINT MARTIN
©2018 droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vidéo via youtube

Australian National Maritime Museum

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

    Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 13/03/2018 à : 10h20.

Une expédition chinoise destinée à étudier les monts sous-marins de Magellan, dans le Pacifique ouest.

Le Kexue navire chinois pour l’expédition
Crédit photo:
french.peopledaily.com.

Article source : etrangeetinsolite.wordpress.com/mer et océan.

Référence:

Le Quotidien du Peuple


Le navire de recherche chinois Kexue (Science) a quitté samedi la ville de Qingdao (est de la Chine) pour une expédition destinée à étudier les monts sous-marins de Magellan, dans le Pacifique ouest.

L’expédition permettra d’en savoir plus sur ces monts sous-marins peu connus, qui se dressent sur le fond de l’océan sans toucher la surface.

Selon les estimations, les océans comptent plus de 30.000 monts sous-marins dont 60% se situent dans le Pacifique. Avec de riches ressources halieutiques et minières, les monts sous-marins possèdent un attrait élevé pour la recherche scientifique et les activités commerciales.

Située dans le Pacifique ouest, la chaîne de Magellan comprend plus de dix vastes monts sous-marins appelés guyots.

Avec 80 personnes à bord, le navire devrait être de retour en Chine fin avril.


Le navire de recherche chinois «Kexue» achève une expédition scientifique

Vidéo CGTN via youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 12/03/2018 à : 17h25.

L’Atlas catalan

Mer et Océan

Projeté au coeur d’une étonnante et mystérieuse carte, chef d’oeuvre de l’école majorquine de cartographie, un voyageur lilliputien – Fernidand Peruz de Mauro – commente son périple à l’intérieur du document.

Embarqués dans son vaisseau, nous apprenons à décrypter les signes qui nous entourent pour comprendre la vision du monde exprimée par le cartographe au XIVe siècle. Une merveilleuse leçon de géographie qui nous fait remonter le temps !

View original post

Publié 12 mars 2018 par Sylv1 dans reportages

%d blogueurs aiment cette page :