Archives du tag ‘uso

Repas ufologique à Villeneuve sur Lot : Les OANIS( Observations Aquatiques Non-Identifiées)

Crédit repas ufologique de Villeneuve sur lot.
2019

Avec Era nous effectuons une mini tournée le 31 mai et le premier juin 2019 où nous présenterons nos mises à jour concernant nos recherches. Mon second livre sera ainsi globalement présenté et nous parlerons essentiellement de l’ AATIP et du contenu de ce dossier qui  révèle des éléments très importants qui appuie plus ou moins l’une de nos orientations  que nous avons prises pour mener nos investigations. Peu à peu nous avançons même si il reste beaucoup de travail pour éclaircir les mystères d’intrusions et de phénomènes .

Veuillez nous rejoindre pour en discuter et livrer vous aussi vos expériences, vos connaissances ,vos témoignages puisque le but des rendez vous est basé sur l’échange entre l’intervenant et vous.

L’affiche confectionnée par les repas ufologiques de Villeneuve sur lot vous livre l’essentiel de cette rencontre.

J’aurais à disposition quelques livres disponibles ( OANI / OVNI, enquête,méthode, réflexion éditions Saint Martin -2016 ) au prix de 20 euros sur place, et je vous le dédicacerai avec plaisir.

Il sera possible de réserver le second livre( OANI compléments d’investigation – éditions Saint Martin) si je ne l’ai pas encore en ma possession ( en cours de finalisation dans son stade actuel ).

                                                                                  Matisse sylvain

Entretien ( vidéo ) pour la revue LDLN sur le sujet des OANI ( Observations Aquatiques Non -Identifiées )

Au salon paraexperience 2 à Dijon 8 & 9 septembre 2018 . Jean-Louis Lagneau LDLN et Sylvain Matisse auteur des livres sur les OANIS et webmaster.
©2018

Nous vous partageons ici mon interview livrée à Jean – Louis Lagneau directeur de la revue LDLN ( Lumières Dans La Nuit ), au salon para expérience 2 à Dijon les 08 et 09 septembre. ( voir la vidéo en bas de cette page)

Par ailleurs nous en profitons pour vous annoncer la sortie de LDLN n°432 juillet 2018.

Le site web  LDLN accessible en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Interview les « OANIs », Sylvain Matisse

Vidéo LDLN via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 17/09/2018 à 12H20.

Dossier OVNI / OANI : témoignage d’un retraité de l’ US Navy.

Un retraité de l’US Navy a vu un crash d’ovni

Article  du MUFON traduit en français par Era et partagé sur Area 51 .

MUFON Case # 21408
Rapporté le :    09/01/2010
Date de l’incident :      01/02/1962
Emplacement : Johnson Island S. Pacific
Forme : Cigar,Cone,Cylindre
Distance:  plus d’un mile (1,6 km)

Taille : Environ 200 mètres de long – déplacement parallèle à l’horizon  approx. 2500 pieds au dessus du niveau de la mer.

Récit :

À qui de droit, vous pouvez me contacter concernant ma connaissance personnelle  des essais de sauvetage en pleine mer d’un OVNI/OSNI (objet sous marin non identifié) en 1961 par la marine dans le Pacifique Sud,  pendant l’Opération Dominic-an, une série de test  nucléaires atmosphériques sans précédent.

Après 48 ans, j’apprécie que   beaucoup d’anciens personnels militaire sortent de l’ombre pour partager leur expériences d’OSNIS/OVNIS – voici la mienne. J’espère que cela complotera le dossier des observations d’OSNIS et d’OVNIS non signalées dans la zone du Pacifique Sud au début des années 1960.  Ce qui m’étonne toujours après toutes ces années, c’est que je reçoive toujours la visite d’un ou deux étrangers suggérant que je doive y réfléchir à deux fois avant de rendre public ce que je sais à propos de ce que j’ai vu en 1961/1962 alors que je servais à bord d’un destroyer d’escorte navale américaine.

C’était en 1962 pendant une des nombreuses opérations en mer  de notre navire – patrouillant dans une espace aérien et maritime restreint. Tout en servant à bord d’un Destroyer Radar de l’US Navy, moi et une douzaine de membre d’équipage sélectionnés, avons reçu l’ordre d’aller sur le pont pour  observer un « ovni » sur le point de s’écraser en mer, non loin de l’emplacement de nos navires. Plus tard, je devais apprendre que l’ovni en question avait été abattu accidentellement par un puissant missile atomique de test à grande altitude.

Des années plus tard en 19–, tout en étant affecté à la Baie de Guantanamo à Cuba,  j’ai rencontré un chef plongeur de la Marine qui a dit qu’il allait écrire un livre sur son implication et une tentative secrète de la Marine d’extraire l’ovni des fonds marins en 1962 durant l’opération Dominic. J’ai été choqué d’apprendre qu’il s’agissait exactement du même OVNI/OSNI que j’ai vu sur sa route vers le fond marin.

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 15/09/2018 à 15H25.

La Floride une pouponnière à OANIS ?

Observation d’un OANI en Floride ou autre ?
Crédit photo : ufosightingsdaily.com

-Dans nos recherches et en échangeant avec des ufologues d’un peu partout sur la planète, nous avons

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8&9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

remarqué que certains endroits sont un peu plus propices que d’autres si nous tenons  en compte des rapports d’observations et des témoignages.

Dernièrement, notre participation au salon para expérience 2 à Dijon, des gens sont venus assister à mes deux conférences et d’autres sont venus sur notre petit stand pour nous livrer, soit leur témoignage soit des informations ou quelquefois leurs convictions .
En ce sens ce salon fut agréable et utile pour nous.
Parmi les témoignages une dame qui a voyagé en Floride avec son fils nous a confirmé que ce secteur géographique était concerné assez largement par certaines observations insolites et que les histoires étaient nombreuses et variées.
Alors nous partageons ici un article avec une vidéo qui peut nous donner une idée même si nous ne pouvons pas l’interpréter hâtivement puisque le doute est toujours permis aussi bien pour l’authenticité que sur le fait supposé. Quoi qu’il en soit, ce genre d’article ci-dessous se rapproche bien souvent de ce que décrivent des témoins sincères et crédibles. Cela ne représente qu’une partie cachée de l’iceberg des affaires d’OANIS et d’OVNIS. Ceci ne fait plus aucun doute pour nous.
Nous ne cautionnons pas tout, mais ce que nous postons  ici , sert pour notre base de données qui au fil du temps nous servira à déterminer certains faits, certaines méprises et certains canulars.
Par ailleurs nous prenons  toujours les témoignages, les informations etc, alors n’hésitez pas à nous écrire via notre boîte mail . investigation.oanis@gmail.com
Merci à vous pour votre fidélité .

Floride : Deux Ovnis géants en bord de mer

Date d’observation : 21 août 2018

Lieu d’observation : Floride, États-Unis

D’après Scott Waring : 

« Ces OVNIs ont déjà été vus auparavant. Je me souviens d’avoir vu des ovnis similaires dans une vidéo de Steven Greer (chercheur renommé sur les ovnis) à partir de 2015.

Il s’agit d’une autre époque et d’une autre  circonstance, mais il s’agit à 100% des mêmes ovnis au même endroit.

Je vais inclure la vidéo pendant le coucher du soleil au bas de ce post. 

Vous pouvez voir qu’il n’y a pas de bateaux dans la zone maritime. Il n’y a pas d’avions, de jets ou d’hélicoptères entendus audibles dans la région. Pas de fusées éclairantes…

.il n’y a pas d’explication logique à cette observation.

Toutefois, si vous faites des recherches, vous trouverez la vidéo de 2015 de Steven Greer qui a été tournée  exactement au  même endroit en regardant probablement les mêmes Ovnis.

Il est évident que 4-6 miles  ( autour de 6 à 10 kilomètres ) au large de la côte de la Floride se trouve une base extraterrestre sous-marine où les OVNIs entrent et sortent vers 17-19 heures, puisque les deux observations ont eu lieu autour du coucher du soleil.

Découverte étonnante et nous avons besoin d’explorer cette région avec la technologie d’enregistrement sous-marin afin de trouver l’emplacement exact de cette base. « 

Video Jose Fuentes via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici 

Une autre vidéo  de Steven Greer CE-5 Observation d’OVNI  à Vero Beach FL en  Février 2015 en ligne sur Youtube.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Source : odla.fr


Référence :  ufosightingsdaily.com


 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 14/09/2018 à 13H15.

Le premier lac sous-glaciaire découvert dans l’ arctique canadien possède un environnement sur Terre similaire à l’océan sous la banquise d’Europe.

L’une des lunes de saturne,Enceladus par la sondeCassini renifle l’habitabilité dans les jets jaillissant de la surface lunaire.
Crédit image : crashdebug.fr

Des lacs sous-glaciaires pourraient nous aider à chercher la vie extraterrestre

Article source : futura-sciences.com/

Publié le 17/04/2018 par: Laurent Sacco

Par sérendipité, une équipe internationale de chercheurs vient de découvrir le premier lac sous-glaciaire arctique canadien. Grande nouveauté, il est hyper-salé, ce qui en fait un environnement sur Terre similaire à l’océan sous la banquise d’Europe. De quoi exciter les exobiologistes voulant explorer la lune de Jupiter.

Lorsqu’il s’agit de rechercher de la vie sur Mars, les exobiologistes et les planétologues testent leurs théories et leurs stratégies dans des environnements terrestres, au moins depuis les années 1970. Carl Sagan a ainsi largement relayé dans le grand public les travaux du microbiologiste Wolf Vladimir Vishniac, mort en 1973 alors qu’il effectuait ses recherches en Antarctique, qu’il considérait comme un environnement similaire à celui de certaines régions de Mars. Les idées de base sont bien sûr de vérifier si des micro-organismes peuvent survivre et prospérer dans des conditions similaires, et enfin de découvrir où l’on peut le plus facilement les mettre en évidence et avec quelles techniques.

L’île Devon, un environnement martien au Canada

Les exobiologistes ont continué à explorer la voie ouverte par Vishniac en Antarctique mais aussi dans le désert de l’Atacama et même en Arctique sur l’île Devon qui est située dans une partie isolée du territoire du Nunavut au Canada. Elle est généralement considérée comme la plus grande île inhabitée du monde. Ainsi, chaque été depuis 1999, des chercheurs du projet Haughton-Mars de la Nasa et de la Mars Society résident dans cet endroit pour étudier les caractéristiques géologiques et environnementales d’un site considéré comme un excellent analogue de Mars, notamment parce qu’il se trouve à proximité d’un cratère d’impact, le cratère Haughton.

Vidéo FYBR via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici.

Toutefois, la découverte qui vient d’être annoncée par une équipe de chercheurs dans un article de Science Advances, et qui concerne les exobiologistes en quête de vie ailleurs dans le Système solaire, n’a pas été faite dans le cadre du projet Haughton-Mars, même si elle concerne également l’île Devon.

 Elle prend racine dans le travail de thèse de la géophysicienne Anja Rutishauser qui s’occupait de sondages radar de la couverture glaciaire du Canada pour des études de glaciologie à l’université de l’Alberta. Il s’agissait en l’occurrence de regarder de plus près les données radar collectées depuis un avion par la Nasa et l’Institut de géophysique de l’université du Texas (UTIG) pour décrire les conditions du substratum rocheux sous la calotte glaciaire du Devon.

Des analogues des lacs d’Europe sous la banquise de l’île Devon

La chercheuse a alors mis en évidence ce qu’elle ne cherchait pas à prouver au départ, l’existence de deux lacs situés sous la calotte glaciaire de l’île entre 550 et 750 mètres de profondeur. Des lacs sous-glaciaires ont déjà été découverts en Antarctique, comme le célèbre lac Vostok, et même quelques-uns sous l’Inlandsis du Groenland, mais c’est la première fois que l’on en découvre dans l’Arctique canadien. Le résultat le plus étonnant, c’est qu’à ces profondeurs, les eaux des deux lacs doivent être à -10° C environ et même en tenant compte de la pression, pour rester liquide à cette température, elles doivent également être hyper-salées (ces lacs doivent contenir des concentrations importantes de chlorure de sodium ou d’autres sels, avec des concentrations salines supérieures à celles de l’eau de mer, soit 35 grammes par litre), ce qui ne s’était encore jamais vu avec les environ 400 autres lacs sous-glaciaires connus.

Envoyer un sous-marin dans l’océan d’Europe

Vidéo NASA Jet Propulsion Laboratory via Youtube
Les scientifiques croient qu’il y a un océan caché sous la surface de la lune Europa de Jupiter. L’astrobiologiste de la NASA-JPL Kevin Hand explique pourquoi les scientifiques sont si excités par le potentiel de ce monde couvert de glace à répondre à l’une des questions les plus profondes de l’humanité. Images sous-marine fournies par John Delaney, Université de Washington.

L’océan d’Europe, la lune de Jupiter, intéresse les exobiologistes comme l’explique cette vidéo. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © NASA Jet Propulsion Laboratory.

Les deux lacs hypersalins révélés par les ondes électromagnétiques ont des surfaces d’environ huit et cinq kilomètres carrés respectivement et ils ne semblent pas reliés à des sources d’eau marine ou à des eaux de surface. Ils doivent donc leur salinité à des affleurements géologiques salifères sous la glace. On peut raisonnablement avancer que ces lacs sont isolés depuis au moins 120.000 ans d’après les chercheurs.

Voilà qui est très intéressant pour l’exobiologie car une telle éventualité ouvre une fascinante possibilité. Si des formes de vie ont été piégées dans ces lacs et ont évolué en survivant jusqu’à nos jours, leur étude serait riche d’enseignements pour mieux évaluer la possibilité d’une vie dans les océans d’Europe, sous la banquise de la lune de Jupiter.

Exobiologistes membres de la collaboration Joint Europa Missionprenez note..


  • Nous connaissons environ 400 lacs sous-glaciaires sur Terre mais nous venons de découvrir les tout premiers sous la glace de l’Arctique canadien, par hasard, lors de travaux de glaciologie avec des sondages radar.
  • Les deux lacs découverts sont hypersalins et ils pourraient être isolés depuis 120.000 ans sur l’île Devon, un environnement qui sert déjà d’analogue à Mars pour les planétologues et les exobiologistes.
  • Ils pourraient contenir des formes de vie microbienne qui seraient adaptées à ces lacs, ce qui en ferait, peut-être, des équivalents de l’océan d’Europe, la lune de Jupiter.

Source

 Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 18/04/2018 à : 04h45.

Des pêcheurs en Argentine voient un OVNI avec un occupant. RR3

Source: Planeta UFO, Cuarta Dimensión and Realidad OVNI

Notre ami Gilles Thomas nous fait parvenir ce cas que j’ai tenté de traduire au mieux  à l’aide de traducteurs en ligne, en ne s’en tenant qu’aux faits. J’ai retiré

les commentaires du webmaster du  site ( source), qui figuraient dans l’article, car il n’ apporte que des suppositions.  A chacun de se forger son opinion.

 


L’affaire Dique La Florida –

Une rencontre rapprochée du troisième type.

Lieu: Club nautique et de pêche La Florida, Lake La Florida, à 38 km de la ville de San Luis, province de San Luis, Argentine.

Date: 4 février 1978 Heure: 04h45 environ.


 

L’un des événements ovni les plus importants de la République d’Argentine a eu lieu le 4 février 1978, lorsque plusieurs témoins compétents ont assisté à la descente d’un étrange engin et à la présence d’un grand humanoïde qui a laissé ses empreintes sur le sol. Les recherches entreprises après cet événement ont déterminé sa réalité et corroboré les empreintes laissées par l’occupant.

Cet incident, connu dans le monde entier sous le nom de Dique La Florida, à San Luis, en Argentine, a été soutenu par les services d’enquête de la police provinciale de San Luis, dirigée à l’époque par le lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez, représentant à la fois la police provinciale et l’armée argentine a signé sur le premier rapport officiel concernant un occupant d’OVNI, .

Témoins: Manuel Maria Alvarez, Paraguayen, naturalisé argentin avec 5 ans de résidence, célibataire, 32 ans, employé chez Aerolineas Argentinas; Regino Salvador Perroni, Argentin, 26 ans, marié, employé par Banco San Luis; Pedro Raul Sosa, Argentin, 32 ans, marié, employé par la Maison du Gouvernement de la Province de San Luis; Ramon Armando Sosa (frère du précédent), argentin, marié, 39 ans, employé à la céramique de San José; Genaro Luis Sosa (frère du précédent), Argentin, marié, 34 ans, employé par Banco Provincia de San Luis; Jacinto Eduardo Lucero, Argentin, marié, 24 ans, employé par Banco Provincia de San Luis. Chercheurs: Equipe CAEFA, dont Betina Allen (psychanalyste), Hugo Quiroga (CAEFA, San Luis), Beatriz Balboni (experte en biorythmes), Alberto Radaelli (identikit de l’objet et de l’entité), Prof. Fabio Zerpa (recherche, interrogation, analyse psychologique) et supervision). Soutien aux enquêtes: Quartier général de la police de la province de San Luis (lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez). Délégation de la police fédérale argentine (shérif adjoint Oscar Guillermo Rosello, officier supérieur Jose Luis Bonaventura, inspecteur en chef Hugo Ricardo Cremonte) Analyse: Membres de l’Institut Municipal de Botanique (Instituto Municipal de Botanica)

Crédit image: inexplicata.blogspot.fr/

Le soir de l’événement, Genaro et Pedro Sosa, avec Regino Perroni et Jacinto Lucero, étaient allés acheter de la viande pour un barbecue. Ils sont allés à la boucherie Mede dans la ville de San Luis, où ils ont acheté 3,5 kilos de viande et de saucisses (chorizo ​​et boudin), assez pour les six amis qui voulaient aller pêcher au lac La Florida. Ils pêchent toujours ensemble dans divers endroits de la région. Les six hommes sont des «copains de pêche» même si leurs familles ne se fréquentent pas.

Perroni et Lucero sont des beaux-parents (le second est marié à la sœur de Perroni). Ils vivent ensemble dans le quartier de Cantisan près de la maison de Genaro et Pedro Sosa. Les quatre hommes sont montés à bord de la Fiat 125 de Genaro Sosa et sont partis à la recherche de Ramón Sosa, qui habite au 105 Calle Mitre, et ont finalement pris Manuel Maria Alvarez vers 23h. Ils ont roulé le long de la route 20, échangeant très peu de mots. Ils ont regardé le beau ciel étoilé et le paysage de la région. Ils atteignirent le club nautique et de pêche de La Florida, à 38 km de la ville.

Quand ils arrivèrent, le feu préparé par Rodriguez, était presque prêt. Alvarez, le Paraguayen, a commencé à préparer le rôti, ayant appris à le faire dans son pays d’adoption, alors qu’il venait du Paraguay en Argentine à l’âge de 5 ans, il fut ensuite naturalisé. Les cinq autres hommes ont aidé leur ami, parlant, échangeant des remarques, racontant des blagues. Le rôti était prêt en une heure et demie. Les six hommes consomment un peu de vin entre eux. Entre 00h30 et une heure du matin le samedi 4 février 1978, les hommes pêchaient sur le lac. Avec le bateau de Perroni tenaient les six protagonistes et leur matériel de pêche, ils se dirigèrent vers les eaux du lac. Ils voulaient aller vers le sud, ramant avec un vent du nord, à une profondeur de 50 mètres. Les vagues sont considérables, et quand ils ont atteint une crique de l’autre côté du Fishing Club, ils ont décidé de retourner au lac pour pêcher « plus tranquillement ».

Ils ont commencé à pêcher vers 2h10 du matin. Les hommes avaient embarqué sur un autre bateau appartenant à un ami. Les poissons ne mordaient pas, si ennuyés et fatigués par une longue semaine de travail, Genaro et Ramón Sosa, avec Jacinto Lucero, allaient dormir à 5 mètres du pont du bateau à 3h30 du matin, laissant Alvarez et Pedro Sosa garde-corps. Ces deux  hommes sont des pêcheurs passionés, des amis de longue date, et ils pêchent toujours ensemble. Perroni était un peu plus loin derrière les deux autres, debout à côté du moteur du bateau, parlant doucement «pour ne pas effrayer le poisson». Il voit les trois amis se préparer à dormir, se couvrant de manteaux, car il faisait froid (14-16 degrés C). Les trois pêcheurs restés éveillés se débattaient contre des poissions , ils en remontaient dix poissons. À 4 h 15, Perroni a vu «quelque chose» voler devant la lune. Genaro se réveilla  suite à l’exclamation de son ami. Tous deux pensaient que c’était une étoile filante, comme d’innombrables qu’ils avaient vu si souvent, mais néanmoins celle-ci était frappante. Après avoir échangé quelques mots, Genaro Sosa se rendormit, se couvrant bien, car il avait très froid. Alvarez et Pedro Sosa sont restés à leurs stations pour pêcher.

À 4h45 du matin, une lumière intense est apparue derrière le navire, émanant d’une petite colline à une vingtaine de mètres. Elle était assez forte pour que Perroni couvre son visage et réveille les trois hommes endormis. Alvarez et Pedro Sosa se retournèrent pour faire face à un événement inhabituel: ils furent éclairés par une lumière puissante. Voyant qu’il s’agissait d’un objet volant non identifié – un objet solide et métallique en forme de soucoupe renversée projetant une lumière blanche de sa sous-section et vert émeraude puis avec  des lumières rouges sur son fuselage supérieur. Il  était en sustentation au-dessus du terrain en pente menant à l’eau, l’OVNI se situait à environ 3 mètres au-dessus du sol, mesurant environ 15 mètres de diamètre.

crédit image :
inexplicata.blogspot.fr/

L’objet laissait tomber une petite échelle (semblable à celle d’un avion Fokker) et une forme humanoïde descendait. Il mesurait entre 2m et 2 mètres 10 ,il portait un uniforme brillant et argenté. » L ‘homme » portait un casque transparent sur sa tête, rendant visible ses cheveux blonds et ses traits fins. À aucun moment, les témoins n’ont vu les pieds de l’entité et n’étaient pas sûrs de la moindre paire de chaussures. Le portrait robot d’identité de l’entité correspond à toutes les descriptions fournies par les témoins. Après avoir descendu l’échelle, l’entité a marché sur le terrain (ou a glissé dessus, pas sûr), qui descendait en pente douce et s’approchait du bord du lac, à 15 mètres des pêcheurs. L’étranger a placé ses mains gantées (enfermées dans ce qui semblait être des mitaines) devant lui, les paumes vers le haut, dans un geste d’amitié caractéristique et une position de yoga (fleur de lotus). Un geste universel dans la méditation. Suite à ce geste, l’être s’est retourné  s’est dirigé vers l’échelle. Il a grimpé et  il est rentré dans le vaisseau.

crédit image inexplicata.blogspot.fr/

L’échelle s’est rétractée, et l’ouverture qui lui permettait toucher le sol s’est refermée. Après 20-30 secondes, le véhicule s’est élevé dans les airs et a disparu dans les montagnes de San Luis vers le nord-est. Pedro Sosa, choqué par ce qu’il voyait, regardait beaucoup moins l’humanoïde qu’ Alvarez, qui a décrit le mieux ce qu’il s’est passé ( du moins a fournit le plus de détails) parmi les témoins.

En ce qui concerne l’objet, les témoins diffèrent sur ses caractéristiques lumineuses, mais tous s’accordent sur la puissante lumière derrière eux. Pour Genaro Sosa, l’objet avait une aura jaunâtre. Ramon Sosa croit que c’était une lumière fluorescente. Pedro Sosa pense qu’il y avait différentes couleurs qui tournaient autour. Jacinto Lucero se souvient comme une lumière blanche très brillante. Pour Alvarez et Sosa, l’objet a laissé un sillage lumineux sur son passage. Tous sont d’accord sur la forme circulaire. Les trois pêcheurs endormis ont été secoués de leur sommeil par l’événement. Les trois autres l’ont décrit comme un bol à soupe inversé avec une sorte d’aileron ou d’anneau au milieu, qui a laissé un sillage lumineux sur son chemin tandis qu’il s’éloignait, formant un halo blanc autour de lui alors qu’il disparaissait vers les montagnes de San Luis. Les six hommes conviennent que l’OVNI, a effectué un angle de 45 degrés à l’horizon,  puis a exécuté une demi-boucle avant de disparaître. Il n’a pas été perdu de vue aussitôt , mais il a complètement disparu, laissant derrière lui un cercle blanc lumineux qui s’est élargi peu à peu avant de partir.

Tout était fini. Les six hommes sur le bateau ont échangé des regards ils étaient abasourdis. Tout le monde pensait que c’était une soucoupe volante. Quand nous avons suggéré qu’il pourrait s’agir d’un engin terrestre secret, piloté par un astronaute inconnu, ils nous ont regardés d’un air interrogateur. Tous croient fermement qu’ils ont  assisté à un événement anormal, que nous venons de décrire comme « OVNI ».


Références:

[Traduction (c) 2017 Scott Corrales, Institut d’Ufologie Hispanique avec des remerciements à Julio González et Guillermo Giménez] PUBLIÉ PAR INEXPLICATA (IHU) À 11:50.

Source  article et illustrations  inexplicata.blogspot.fr/


Rappel classification  selon  Josef Allen Hynek astronome, consultant scientifique de l’Air Force, de 1948 à 1969 il était chargé de trier les méprises avec des objets astronomiques connus, comme des météores,  la planète Vénus par exemple,etc.

La progression va de simple  à exceptionnel :

    • Lumières nocturnes (NL) : le ou les témoins voient, à plus de 150 mètres de distance, une ou plusieurs lumières qui leur paraissent anormales dans le ciel nocturne ;
    • Disques diurnes (DD) : le ou les témoins voient de jour, à plus de 150 mètres de distance, un objet non identifié qui n’a pas nécessairement la forme d’un disque ou d’une soucoupe. 
    • Radar-visuel (RV) : l’ovni est observé en visuel et apparat sur un ou plusieurs écrans radars. 
    • Rencontre rapprochée du 1er type (RR1) : le ou les témoins voient un ovni, quel qu’il soit, à moins de 150 mètres ;
    • Rencontre rapprochée du 2e type (RR2) : l’ovni laisse des preuves matérielles, comme des traces au sol.
    • Rencontre rapprochée du 3e type (RR3) : le ou les témoins voient un ovni et ses occupants, ou seulement les prétendus occupants d’un ovni sans ce dernier.
    •  Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

      Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 15/03/2018 à : 19h10.

Des vaisseaux triangulaires peuvent ils sortir d’une base sous-marine ?

Reconstitution image crédit:
latest-ufo-sightings.net

Cet article que vous trouverez ci-dessous au format PDF, aurait du sortir dans LDLN, mais voilà, mon premier article  écrit pour cette revue n’a pas plu à certains ufologues.

Alors  je m’abstiendrai de rédiger pour cette revue afin de ne pas causer de tort à Jean Louis le directeur de ce magazine ufologique et perdre une partie de mon temps pour des gens qui croient tout savoir et qui n’acceptent pas les faits ou les critiques . Des personnes n’aiment pas entendre des vérités et il ne faut surtout pas casser leurs illusions et encore moins citer leurs carences lorsque c’est le cas. Nature humaine on ne te refera pas!

Désolé d’avoir froissé quelques personnes ce n’était pas le but, le but est de dire les choses afin d’avancer et que ce beau petit monde accepte leur erreur et de se remettre en question, et repartir à l’endroit!

Donc acte en ce qui me concerne, ceci n’entrave en rien mon travail de recherches et de diffusion.

Afin que mon petit travail pour réaliser cet article (qui était mon second pour LDLN) n’ait pas été fait pour rien, je le partage ici puisque je suis l’auteur aidé par les références qui y sont rattachées et  mentionnées .

Ceci est l’une de mes investigations , il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne lecture.

Merci de respecter les droits d’auteur en les mentionnant pour celles et ceux qui veulent se servir de mon petit travail.

©2018 Matisse sylvain.

Des vaisseaux triangulaires peuvent ils sortir d’une base sous-marine ?

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 27/02/2018 à : 17h15.

%d blogueurs aiment cette page :