Archives de juillet 2013

Plongée dans le lac Chancia

cropped-capture2.jpg

avatareraavatar i love japan Note  sylv1  adm:

Mercredi 31 Juillet 2013, 16h00.

« Article rédigé par gérard Tournier dans la revue LDLN no 413 qui viens de paraître.

Je remercie  Joël Mesnard pour son autorisation de reprendre cet article et je remercie aussi gérard Tournier pour ce travail.

voici en intégralité pour vous cet article . Au passage je profite de mentionner que la revue LDLN est la seule revue purement ufologique ou ne sont traités que les faits , alors si vous désirez vous procurer cette revue ou cet article, voici le lienhttp://ldln.fr/catalog« 

LDLN

Gérard Tournier:

Vue sur le lac depuis le belvédère des falaises de Chancia. image source: http://fr.wikipedia.org/

Vue sur le lac depuis le belvédère des falaises de Chancia.
image source:
http://fr.wikipedia.org/

« Voici le premier de deux récits concernant des O.V.N.I.s observés alors qu’ils plongent dans un lac ! Il est parfois question d ‘ O.A.N.I ( objets aquatiques non- identifiés), qui sont aussi , des objets volants , puisqu’on les voit arriver par la voie des airs.

J’ai le souvenir de deux incidents survenus dans la première moitié des années quatre- vingts au -dessus des lacs de la vallée de l’ Ain, dans le Jura.

Un soir vers 21 heures, nous étions une dizaine d’amis installés au restaurant  » le belvédère », situé sur la rive  EST du lac de Vouglans , entre Moirans et le pont de la Pyle. Il y avait beaucoup d’autres personnes autour de nous . C ‘était une soirée délicieuse , à la fin d’une très belle journée. Il n’ y avait aucun orage, mais une forte explosion s ‘est produite , apparemment au-dessus du lac . Le lendemain , la presse a parlé de l’explosion possible d’une embarcation à moteur ! Celà s’est révélé faux.

Plus spectaculaire , cette fois, et bien plus étrange, cela se passe quelques kilomètres plus au sud, sur le lac de Chancia ( appelé aussi lac du Coiselet). C ‘est la seconde retenue artificielle sur la rivière de l’ Ain. Est- ce la même année ? Impossible de le dire. La « Plage de Chancia  » était un petit restau intimiste situé au nord du lac.

Vers 22 heures (environ ) , l’un d’ entre nous désigne quelque chose de blanchâtre , au-dessus du lac , d’une forme semi-sphérique aplatie , qui descend doucement . Et tout le monde voit, abasourdi , cette forme qui s’engloutira finalement , à trois ou quatre kilomètres de nous.

Il ne fait pas encore nuit . Tout le monde pense à un parachute. Trois ou quatre d’entre nous empruntent une barque  à moteur , et filent vers le lieu de l’ immersion supposée; ils reviendront bredouilles , alors que la nuit est tombée .

Sur le coup, tout le monde était stupéfait . Nous n’ avons entendu aucun bruit . Les autorités ayant été avisées, une recherche fut entreprise le lendemain . Elle ne donna aucun résultat. Ensuitesilence radio!« 

rainbow

Retrouvez cet article à la source dans le numéro 413 de la revue LDLN.

lxqax

gif

Mise à jour Sylv1 pour investigation océanographique et O.A.N.Is ,le : 31/07/2013 à : 16h00.

cropped-capture2.jpg

Publicités

Une eau souterraine isolée depuis au moins 1,5 milliard d’années

image source: terresacree.org/

image source:
terresacree.org/

Article source:banniére-couloirs3 (2)

Certes, la vie basique mono cellulaire est apparue avec les premiers habitants de notre planète, les bactéries il y a 3,8 milliards d’années.

Cependant pour info, le plus extraordinaire dans l’article que je partage aujourd’hui, c’est lorsque l’on prend conscience de ce que représente une date aussi lointaine dans l’histoire de la Terre. Pour certains, il y a 1,5 milliards d’années, il y avait peut être déjà des ancêtres hominidés ? non ! ou des dinosaures alors ? Non plus ! Au moins des forêts ? Que néni … Des fougères ??? Heu…  ???

NON … Non et non, il faut savoir avant de lire et de comprendre la portée de la découverte que l’apparition de la vie sur terre (un tant soit peu développée) remonte avec l’arrivée des méduses et autres algues, éponges à moins de 600 000 000 d’années, c’est à dire que les premiers organismes pluricellulaires apparus sur Terre sont deux fois plus jeunes que cette eau …

C’est pourquoi je vous fais part de cette extraordinaire article découvert sur le site  » Notre planète info  » à partager sans modération…

Une découverte extraordinaire faite au Canada :

Au fond d’une mine de cuivre canadienne, la plus ancienne réserve d’eau libre connue à ce jour fait l’objet d’analyses afin de déterminer les conditions propices à la vie. Isolée depuis au moins 1,5 milliard d’années, une telle découverte ravive l’espoir que de l’eau propice à la vie puisse avoir été préservée également sous la surface d’autres planètes, comme Mars.

A 2,4 km de profondeur, dans la mine de cuivre de Timmins (Ontario – Canada), des chercheurs britanniques et canadiens se sont penchés sur une réserve d’eau restée totalement isolée du monde extérieur depuis le Précambrien[1] et découverte par des mineurs. Cette eau s’écoule très lentement, avec un débit de 2 litres par minute, dans un trou de forage.

Selon les premières analyses, cette eau est riche en gaz dissous, comme l’hydrogène et le méthane ainsi qu’en isotopes stables de gaz rares (Xénon, Krypton, Hélium, Argon, Néon). Ce qui permet aux chercheurs d’estimer l’âge de cette eau piégée sous terre à au moins 1,5 milliard d’années. Mais d’autres indices laissent penser qu’elle pourrait être vieille de près de 2,7 milliards d’années, un âge proche des roches qui la retiennent prisonnière.

Ce qui suscite l’intérêt des chercheurs c’est la présence de ces gaz et isotopes qui ont le potentiel pour fournir l’énergie nécessaire à la vie pour des micro-organismes tenus à l’écart du Soleil durant des milliards d’années. C’est en partie le cas dans les sources d’eau chaude situées au fond des océans qui sont riches en vie microscopique[2].

Ainsi, si des bactéries sont découvertes dans l’eau de la mine de Timmins, leur étude pourrait éclairer les scientifiques sur leur évolution phylogénétique de leurs descendants jusqu’à notre époque.

De plus, cette découverte devrait éclairer les scientifiques sur les limites de la vie et les conditions nécessaires à son maintien.

Enfin, cette étude relance les espoirs de trouver de la vie sur d’autres planètes comme Mars où elle aurait pu se développer de manière totalement indépendante des conditions de surface. Les analyses microbiologiques devraient prendre encore un an avant de pouvoir délivrer des conclusions définitives.

Suite

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis , le : 29/07/2013 à : 23h40.

cropped-capture2.jpg

Objets mystérieux au large de la Ericeira « Portugal »

osniArticle sourcehttp://ufoportugal.blogspot.fr.

Logo Ufo Portugal

cropped-capture2.jpg

avatareraavatar i love japan

Note de sylv1 adm:

Lundi 29 Juillet 2013 à 15h55:

« Depuis un de mes contacts portugais j’ ai repris ce post qui confirme des observations en mer ,du moins dans les régions maritimes. Comme pour les OVNIS les OANIS sont une énigme et ainsi font partie de la filière ufologique, alors phénomènes ou engins structurés?? Les questions restent le mêmes….

Traduit  cet article à l’aide de traducteurs en ligne( langue originale) . il convient d’être mesuré sur votre propre interprétation du fait que la traduction est certainement érronée du moins imprécise dans les détails,merci pour votre discernement et votre compréhension. »

rainbow

Logo Ufo Portugal

Une soirée spectaculaire.

Parmi les nombreux rapports d’observations anormales Ce fut sans doute une nuit inattendue.
Ufo Portugal ayant reçu un appel téléphonique de « John Doe » le 28 Janvier sur les observations étranges à Largo Côte Maritime Ericeira et les montagnes de Sintra, qui enregistre depuis Juin 2010 des lumières dansantes et d’étranges éclairs, ces vascillements  effectués par ces lumières où leur mouvements erronés  ont suscité son attention et celle de sa femme Philippa Coelho.

Le 31/01/2010 le Ufo Portugal reçoit un nouvel appel téléphonique d’une autre observation d’un autre automobiliste pour la région de Sintra , il aurait lui aussi ainsi que d’ autres automobilistes observés une lumière étrange qui se déplaçait en montant à une vitesse élevée avec un comportement très suspect, il n’est pas garanti qu’il s’agisse d’un avion, le témoin connaissant bien ce milieu est dubitatif …

Le 01/02/2011 Jo ã o Afonso et la Femme avaient rendez-vous avec moi Nuno Alves pour tenter d’ obtenir plus d’informations sur ces observations.
Après une conversation animée , assez vive sur le thème concernant ces observations , nous avons décidé de nous déplacer á « la Plage du Conchas Ericeira, et à la Plage de S ã o Lourenço. »
La nuit était froide avec une température estimée ente 5°c et 8°c ,  le ciel propice à de l’observation  avec une bonne visibilité des étoiles apparentes.

Il était possible d’ avoir une information excellente sur le trafic aérien concernant  l’aéroport de Lisbonne Portela et le couloir aérien.
Nous étions, aussi avec le frère (Tiago) de Filipa Coelho qui a dit avoir été témoin des mêmes mouvements inhabituels tel des  lumières, sortes de halos pendant la nuit qui á dure de longs Mois.
une de ces observations semblait avoir la forme d’une  soucoupe volante de format typique et lumières( comme des feux) dans son extrémité inférieure.

Déjà à Praia das Conchas et à Saint-Laurent autour de 00h45 le 2, nous avons observé une lumière lointaine qui semblait planer au-dessus de la mer d’une manière statique, ce qui  a en quelque sorte présenté une couleur  se situant entre le blanc, le jaune et l’orange .

Toutes les photos sont de  format d’origine sans traitement gardant  ainsi toute leur  qualité, leur euthenticité.

image source: ufoportugal.blogspot.fr/

image source:
ufoportugal.blogspot.fr/

La  lumière émise avec une légère augmentation ou  diminution constante restant immobile.

Pourtant l’hypothèse d’être un navire, les bateaux  avec le mouvement  de l’ondulation des vagues aperçus sur une longue distance créent un effet psychédélique (1(Sous l’effet d’une substance psychédélique, le sujet acquiert une extrême acuité mentale. Sa perception des sens se modifie, notamment la vue, et un phénomène de synesthésie peut éventuellement survenir. La synésthésie étant l’échange des sensations, qui se traduit par exemple par le fait d’éprouver le touché sous forme de son.) ,dû à l’  éclairage donne un effet  » luciole « , causée par l’ondulation de la mer .Cette lumière est restée si statique.

Point ci-dessus reste toujours le doute que ce serait étoile. Image source: ufoportugal.blogspot.fr/

Point ci-dessus reste toujours le doute que ce serait étoile.
Image source:
ufoportugal.blogspot.fr/

Avec un équipement photographique dans  la main pour  commencer à photographier  malgré le  froid constant rendant difficile l’exercice faisant trembler malgré tout, il est  toujours possible d’avoir quelques photos de ce phénomène.
Au cours des différentes photographies  sur cette lumière, vers 03h00 pose une seconde lumière plus forte sur la droite de la première.

Cette seconde lumière avec une lueur brillante avait des couleurs très différentes avec  du bleu, rouge, et des couleurs jaune et vert clair.

Nous pouvons voir que cette lumière clignotait à certains moments , toutes ces petites lumières autour de sa lumière jaune au centre.

Ressemblant ainsi à un arbre de Noël authentique avec des lumières clignotantes.

Quelques minutes après , la deuxième lumière a surgi, les deux deux objets clignotent à plusieurs reprises .
Quelque chose qui nous a beaucoup surpris et que  mentionnent John et Philippa  sur leurs observations antérieures.
. Á 03:30h  vient un troisième objet de petite taille à partir de la droite à la fois  à une vitesse considérable,sous réserve d’un débit important vers le haut en mettant le milieu entre le premier et le second objet. Malheureusement, on ne peut pas capturer avec un appareil photo.

étoiles en haut dans le ciel Image source: ufoportugal.blogspot.fr/

étoiles en haut dans le ciel
Image source:
ufoportugal.blogspot.fr/

C’etait là Que les deux trois objets Ont commence le Mouvement pour Sud sud-est.

.Au total  sur 146 images ,32 seulement sont plus ou moins exploitables nous n’ avions pas de trépied pour caler l’appareil photos.Ainsi avec le froid et le fait que l’appareil était dans notre main la qualité des images n’est pas présente.
A 04h00 nous sommes rentrés chez nous, mettant un terme à la veillée.

Un des détails est que les objets  ont  semblé être proche  des uns des autres  selon les calculs environ 10 km et seraient éloignés dans un espace de temps assez court

Par Porto Lisboa cela peut être confirmé.

Les dates et heures ne correspondent pas aux observations, car les observations ont eu lieu entre 00:00 h et 04:00 h.

Voici quelques autres photos pour vous donner un aperçu.

LIS201100236 04012011000234 MALMO 9373242 2011-02-02 15:45 2011-02-03 10:00 Malta Tanque Químico PINTO BASTO IV-SERVICOS MARITIMOS,LDA SINES SETUBAL DESCARGA ESTAÇ DESGASEIF - ETC/PORTO BRANDÃO 4500 Oleos de petroleo ou de minerais betuminosos DESCARGA  Source image: /ufoportugal.blogspot.fr/

7 LIS201100236 04012011000234 MALMO 9373242 2011-02-02 15:45 2011-02-03 10:00 Malta Tanque Químico PINTO BASTO IV-SERVICOS MARITIMOS,LDA SINES SETUBAL DESCARGA ESTAÇ DESGASEIF – ETC/PORTO BRANDÃO 4500 Oleos de petroleo ou de minerais betuminosos DESCARGA
Source image:
ufoportugal.blogspot.fr/

RODAU LIS201100212 04012011000210 RODAU 9313656 2011-02-02 12:00 2011-02-07 20:00 Antigua e Barbuda Carga Geral single deck NAVEX-EMP.PORTUGUESA NAVEGACAO, SA ALTO MAR INVERKEITHING DESCARGA TERM GRANEIS ATLANPORT/BARREIRO Desperdicios, residuos e sucatas de ferro fundido DESCARGA  Image source:  ufoportugal.blogspot.fr/
RODAU
LIS201100212 04012011000210 RODAU 9313656 2011-02-02 12:00 2011-02-07 20:00 Antigua e Barbuda Carga Geral single deck NAVEX-EMP.PORTUGUESA NAVEGACAO, SA ALTO MAR INVERKEITHING DESCARGA TERM GRANEIS ATLANPORT/BARREIRO Desperdicios, residuos e sucatas de ferro fundido DESCARGA
Image source:
ufoportugal.blogspot.fr/

Sur cette photo, avec un grossissement maximum vréifiez les lumières  qui sont légèrement au-dessus de la ligne de la mer. Source image: ufoportugal.blogspot.fr/

Source image: ufoportugal.blogspot.fr/

Source image:
ufoportugal.blogspot.fr/

Sur cette photo, avec un grossissement maximum vréifiez les lumières qui sont légèrement au-dessus de la ligne de la mer.
Source image:
ufoportugal.blogspot.fr/
Source image: ufoportugal.blogspot.fr/

Source image:
ufoportugal.blogspot.fr/

Fuji matériel photographique S/1600 10.0 megapixels zoom 15x. Source image: ufoportugal.blogspot.fr/

Fuji matériel photographique S/1600 10.0 megapixels zoom 15x.
Source image:
ufoportugal.blogspot.fr/

Je ne prétends pas que ceci est un un OVNI /UFO ou un OANI/USO mais c’était un peu surprenantet ça, personnellement, j’en étais sûr.

Photos prises par Nuno Alves.

Il ya une vidéo réalisée par le  téléphone portable de Philippa Coelho, qui espère mettre en ligne bientôt ici, sur http://ufoportugal.blogspot.fr où vous pouvez trouver ces flashes lumineux  mentionnés ci-dessus.

Pour ceux qui vivent à proximité de cette  région prêtez attention à l’ activité aérienne dans le ciel et navale  sur la rive en direction de la mer.

(1) définition ajoutée par investigation océanographique et oanis.

Traduction Sylv1 adm oanis

lxqax

gif

Mise à jour Sylv1 pour investigation océanographique et oanis, le : 29/07/2013 à : 15h55.

cropped-capture2.jpg

Pourquoi un nouveau bathyscaphe russe ?

Photo : RIA Novosti

Photo : RIA Novosti

Article source:french.ruvr.ru/

Le tout nouveau bathyscaphe (sous-marin autonome) capable de conquérir la fosse des Mariannes, d’une profondeur de 11 km, a été élaboré en Russie. Le projet est étudié par des structures anonymes, qui sont des clients potentiels. La décision de lancer la construction du bathyscaphe dépend d’eux.

C’est le bureau d’étude de constructions maritimes Malakhite de Saint-Pétersbourg qui a travaillé sur ce projet. Ce bureau d’études élaborait déjà des sous-marins en 1948. Vladimir Dorofeïev, directeur général de Malakhite, a expliqué que la création d’un nouvel appareil était prévue par le Programme fédéral finalisé de développement de la construction maritime civile.

« Plusieurs variantes d’avant-projets de sous-marins pouvant manœuvrer à une profondeur de 11 km ont été étudiées. L’appareil sera habitable, mais au vu de la tendance de la navigation marine, une version non habitable est prévue. Il est tout d’abord destiné à des travaux scientifiques, bien qu’il soit équipé de technologies à double usage. Il peut donc servir d’appui hydrographique à une flotte militaire ».

Vladimir Dorofeïev explique que le bathyscaphe peut s’immerger à 11 km, mais il peut également travailler à d’autres profondeurs.

« À la différence des bathyscaphes prévus pour descendre à 11 km et remonter, il peut être utilisé à faible profondeur. Il peut tout aussi bien travailler à une profondeur d’un kilomètre, de deux, de trois, jusqu’à son maximum. Il peut aider les recherches scientifiques grâce à ses capteurs. Il peut s’agir d’identifier les caractéristiques de l’environnement ou de prélever des échantillons du fond de la fosse des Mariannes grâce à un équipement spécialisé ».

L’homme n’est allé que deux fois à une profondeur de 11 km. En 1960, l’océanographe suisse Jacques Piccard et le lieutenant de la marine américaine Don Walsh sont descendus dans la fosse des Mariannes à bord du bathyscaphe Trieste. Beaucoup avaient été émus par leur détermination à continuer la descente alors que, à 9 km de profondeur, un hublot s’était fissuré. En 2012, le réalisateur canadien James Cameron est descendu là-bas à bord du bathyscaphe Deepsea Challenger. N’oublions pas les expéditions non habitées : le japonais Kaikō et l’américain Nereus. Ils ont ramené des échantillons de la faune du fond marin : des bactéries, des crevettes et des vers marins.

La fosse des Mariannes est le lieu le plus profond de la planète. Pourquoi y descendre ? Pour égaler des records ou pour des recherches scientifiques ? C’est ce que se demande le héros russe Evguéni Tcherniaïev, commandant de sous-marins.

« Seront-ils vraiment utilisés ou sera-ce seulement une descente dans la fosse des Mariannes ? Ce sont des appareils coûteux. Avant de les construire et de dépenser des sommes d’argent importantes, il faut savoir à quoi ils serviront ».

Le pilote ajoute que, si l’appareil est prévu pour plonger à 11 km de profondeur, il est lourd, peu manœuvrable et sera peu pratique à faible profondeur. La Russie possède déjà un appareil à visée scientifique, le Mir. Il peut descendre à 6,5 km et étudier 98,5 % du fond océanique mondial. Il a deux alter ego militaires : le Rous et le Consoul.

Les médias précisent que les bathyscaphes militaires sont le plus souvent utilisés pour intercepter les communications ennemies en se connectant à des câbles sous-marins.

Que fera ce bathyscaphe dans la fosse des Mariannes, tout près de l’île de Guam, où se trouvent des bases militaires américaines ? C’est encore un mystère. Si la décision est prise de le construire, c’est le chantier naval de l’Amirauté de Saint-Pétersbourg qui s’en chargera.

Rédaction en ligne, 

Pavlischev Boris

Sourcela voix de la russie
lxqax
gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :25/07/2013 à : 06h25.

cropped-capture2.jpg

Génomique: un animal à la reproduction asexuée livre ses mystères

Un rotifère bdelloïde. © Boris Hespeels, Université de Namur (Belgique)

Un rotifère bdelloïde.
© Boris Hespeels, Université de Namur (Belgique)

Article source: techno-science.net/

technoscience (1)

Dans le cadre d’un consortium international codirigé par le CEA-Genoscope et l’Université de Namur, le génome d’un rotifère bdelloïde, animal microscopique aux capacités de survie et de reproduction surprenantes et controversées, a été séquencé puis analysé. Les résultats de cette étude, à laquelle ont également participé le CNRS et l’Inra, viennent confirmer les données biologiques et paléontologiques suggérant que les rotifères bdelloïdes se reproduisent de manière exclusivement asexuée depuis des dizaines de millions d’années. Ce « scandale évolutif », considéré jusqu’à présent avec scepticisme par une partie de la communauté scientifique, est maintenant expliqué: l’analyse du génome d’un bdelloïde révèle une structure incompatible avec la reproduction sexuée ainsi que des mécanismes permettant d’éviter les conséquences génétiques néfastes de l’asexualité. Ces résultats sont publiés sur le site de Nature le 21 juillet 2013.

La reproduction asexuée est souvent considérée comme une impasse évolutive. En effet, ce mode de reproduction est censé entraîner au fil des générations une accumulation de mutations délétères (c’est-à-dire engendrant un désavantage pour les organismes qui les portent) conduisant de manière inévitable à l’extinction de l’espèce. Pour cette raison les chercheurs s’intéressent depuis longtemps aux rotifères bdelloïdes, animaux microscopiques au mode de reproduction apparemment strictement asexué (voir Note ci-dessous).

L’analyse du génome du rotifère bdelloïde Adineta vaga a permis de prouver qu’il est incapable de reproduction sexuée. En effet, cette dernière implique que les chromosomes homologues, provenant des deux parents, portent des gènes dans le même ordre. Or les chercheurs ont découvert que les gènes de cet animal existent bien en deux copies mais dans des ordres différents, et parfois même sur un seul et même chromosome: il n’existe donc pas de chromosome homologue comme dans le cas des espèces animales séquencées jusqu’alors. Une telle organisation ne permet pas la formation de gamètes (cellules sexuelles impliquées dans la reproduction), or sans gamètes, pas de reproduction sexuée.

Par ailleurs, l’analyse a révélé des traces abondantes de conversions géniques, une sorte de « copier-coller » génétique au cours duquel une copie d’un ou plusieurs gènes est recopiée sur un autre exemplaire, ailleurs dans le génome, en le remplaçant. Les auteurs de l’étude avancent que ce mécanisme pourrait atténuer grandement l’accumulation de mutations délétères, voire l’éliminer complètement.

Cette étude ne clôturerait pas seulement le débat concernant l’asexualité supposée des rotifères bdelloïdes: de manière peut-être plus importante encore, elle suggère que les scientifiques peuvent maintenant déterminer si une espèce est sexuée ou non en analysant la structure de son génome. Si les rotifères bdelloïdes ont été capables de survivre sans reproduction sexuée pendant des millions d’années, il est probable qu’ils ne soient pas les seuls animaux dans cette situation.

Ainsi cette étude remet en cause l’idée communément admise selon laquelle la reproduction sexuée est indispensable aux espèces animales pour se perpétuer. Elle montre également que l’asexualité est aussi une stratégie évolutive viable sur le long terme pour certaines espèces animales.

Note:

Présentation: Adineta vaga, le rotifère bdelloïde qui fait scandale

Les rotifères bdelloïdes se trouvent en abondance sur toute la surface du globe (principalement dans les milieux humides). Après dessèchement complet ou exposition à des doses énormes de radiations, ils sont capables de réparer leur ADN puis de reprendre une activité métabolique normale. Par ailleurs, les données biologiques et paléontologiques suggèrent qu’ils se reproduisent de
manière exclusivement asexuée depuis des dizaines de millions d’années, un « scandale évolutif » allant à l’encontre des idées reçues mais démontré par les auteurs de la présente étude.

Référence:

“Genomic evidence for ameiotic evolution in the bdelloid rotifer Adineta vaga”, Jean-François Flot et al., Nature, DOI: 10.1038/nature12326.

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 24/07/2013 à : 12h20.

cropped-capture2.jpg

Plus de 1500 lingots d’argent datant de 1941 remontés du fond de la mer

Par 4700 mètres de fond, une société américaine a retrouvé des lingots d’argent datant de la seconde guerre mondiale d’une valeur estimée à 40 millions de dollars.

Par 4700 mètres de fond, une société américaine a retrouvé des lingots d’argent datant de la seconde guerre mondiale d’une valeur estimée à 40 millions de dollars.

Article source couloirsdunet.wordpress.com

bannic3a8re-couloirs3 (2)

TRESOR – Plus de 1500 lingots d’argent pesant au total près de 56 tonnes, qui gisaient au fond de la mer après le torpillage en 1941 du bateau britannique qui les transportait, ont été retrouvés ce mois-ci par la société spécialisée Odyssey.

Le fond des mers recèle encore des trésors oubliés. Mais pas de tout le monde. Dans l’Atlantique Nord, 1574 lingots ont été retrouvés à bord du SS Gairsoppa, qui repose à 4700 m de fond, au sud-ouest de l’Irlande, a annoncé dans un communiqué cette société de Tampa, en Floride, spécialisée dans la récupération d’épaves. Odyssey n’a avancé aucun montant pour la valeur de ces lingots mais d’après le cours actuel de l’argent, le butin récupéré s’élèverait à 40 millions de dollars.

Le cargo britannique avait coulé en février 1941 après avoir été torpillé par un sous-marin allemand alors qu’il naviguait de Calcutta vers Londres. Les lingots ont été déposés en lieu sûr en Grande-Bretagne. Odyssey avait déjà récupéré dans ce bateau 1218 lingots pesant 43 tonnes en 2012, ce qui porte à 2792 le nombre des lingots assurés par le gouvernement britannique sortis de l’eau, représentant plus de 99 % de la cargaison. Selon le contrat passé entre Odyssey et le ministère britannique des Transports, la société garde 80 % de la valeur de la cargaison.

D’autres lingots à découvrir

D’après les dossiers de la compagnie d’assurance Lloyd’s, d’autres lingots, non assurés, pourraient s’être trouvés à bord du SS Gairsoppa mais aucun n’a pour l’instant été repéré. « Les opérations de recherches ont été complexes, rendues encore plus compliquées par la structure étroite du SS Gairsoppa et la profondeur » des opérations de recherche, a indiqué Greg Stemm, PDG d’Odyssey. La récupération de la cargaison a pu se faire grâce à des engins conduits à distance équipés spécialement pour les grandes profondeurs.

Une nouvelle expédition est en cours pour retrouver la cargaison du vapeur britannique SS Mantola, qui a coulé en 1917 et a été retrouvé en 2011 par Odyssey, en même temps que le Gairsoppa. Le Mantola aurait transporté une vingtaine de tonnes d’argent assuré pour les risques de guerre. Des lingots sont actuellement exposés à New York à l’immeuble Discovery Times Square et l’expédition a fait l’objet d’un documentaire qui sera diffusé en Grande-Bretagne en août sur Channel 5.

Article issu du journal Metronews … ]

lire

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 24/04/2013 à : 12h00.

cropped-capture2.jpg

Des coraux ont été trouvés dans les mers du Nord

© Flickr.com/ippei + janine/cc-by-nc

© Flickr.com/ippei + janine/cc-by-nc

Article source:french.ruvr.ru/

Des scientifiques russes ont fait une découverte surprenante. Lors d’une expédition du navire de recherche Academik Lavrientiev, ils sont tombés sur une communauté de coraux de mer unique en eau profonde, au fond de la mer d’Okhotsk. On pensait que rien de pareil ne se trouvait dans ce plan d’eau. Les spécialistes estiment que la puissante fontaine de méthane qui s’y trouve est devenue une source de vie.

Ces oasis de vie se trouvent dans la partie nord de la mer d’Okhotsk, près de l’île de Paramouchir. A une profondeur d’environ 780 m, une colonne de bulles de méthane d’une hauteur de 650 mètres environ sort d’une brèche de l’écorce terrestre. Ce gaz engendre autour de lui un ensemble d’organismes marins, comme l’a expliqué à La Voix de la Russie Viktor Ivin, directeur adjoint des travaux de recherche de l’Institut de biologie d’Extrême-Orient de l’Académie des sciences de Russie :

« La mer d’Okhotsk est connue pour ses gisements de pétrole et de gaz. À la suite de processus géologiques, il y a une diffusion de gaz méthane. Dans ces endroits, que les scientifiques appellent «seep » de l’anglais « filtrer », il y a ces communautés que nous avons examinées durant notre expédition . »

Selon le scientifique, jusqu’à tout récemment, on pensait que la vie sur terre était exclusivement liée à l’énergie du soleil. Cependant, dans les années 1970 on a découvert des organismes marins dont la vie ne dépendait pas de la lumière du soleil, mais de l’énergie reçue de composés chimiques comme le méthane et le sulfure d’hydrogène. Victor Ivin décrit ainsi ce processus :

« Autour des « lieux de filtration » une série de bactéries se développent. Elles se nourrissent de méthane, forment une biomasse importante, c’est-à-dire de la matière organique. Et autour de ces bactéries se forment ensuite un ensemble d’organismes qui consomment justement cette matière organique, générée par les bactéries méthanotrophes ».

Les chercheurs ne s’attendaient pourtant pas à trouver au fond de la mer d’Okhotsk des massifs de coraux poussant grâce à l’énergie du gaz. Habituellement, ces espèces vivent dans les mers chaudes : les régions tropicales des océans Pacifique, Indien et Atlantique. Les océanologues d’Extrême-Orient à l’aide d’un robot sous-marin équipé d’un appareil photo, de caméras vidéo et d’un bras articulé ont réussi à collecter non seulement des coraux, mais aussi d’autres organismes marins uniques. Les experts reconnaissent que nombre de ces organismes sont observés pour la première fois dans leur milieu naturel.

Des hydrates de gaz ou du gaz cristallisé, que beaucoup considèrent comme le carburant de demain, a également été découvert à proximité de la source sous-marine de méthane au niveau du sol, a souligné Victor Ivin :

« Nous savons que les réserves pétrolières de la planète ne sont pas illimitées. Les calculs montrent que d’ici 50 à 60 ans, les réserves de pétrole connues seront épuisées. Se pose alors la question de savoir où prendre l’énergie nécessaire à l’industrie et à la survie de l’humanité. C’est pourquoi dans les dix prochaines années, nous allons devoir résoudre la question de l’extraction des hydrates de gaz ».

Selon le scientifique, l’expédition d’Academik Lavrientiev est d’une grande importance pour la science. La dernière recherche dans cette région avait été menée il y a 27 ans, on ne disposait pas alors des moyens techniques qui ont permis aux scientifiques de faire cette découverte sensationnelle.

Rédaction en ligne, Elena Kovatchitch
Source: 
la voix de la russie

lxqaxgifMise à jour investigation océanographique et oanis, le: 23/07/2013 à : 09h15.

cropped-capture2.jpg

%d blogueurs aiment cette page :