Archives de la catégorie ‘biodiversité marine

De découvertes en découvertes.

Les anémones sous la glace Photo : Frank Rack / ici.radio-canada.ca/

Les anémones sous la glace – Photo : Frank Rack / ici.radio-canada.ca/

banniére oaniNous souhaitons une bonne année 2017 à vous qui nous suivez.

L’aventure continue. les découvertes, les recherches allant de l’insolite à l’inexpliqué en passant par Sylvain Matisse Enquêteur Crédit Photo : Investigation Océanographique et Oanisl’inattendu quelquefois reste plus que jamais le erabut de ce site web.

Évoluons ensemble et n’ayons pas de frontières dans nos investigations.  L’ exploration est le meilleur moyen de s’enrichir de connaissances et de découvrir des choses parfois ahurissantes. Ceci peut nous apporter des fragments de réponses aux questions que nous nous posons concernant le monde qui nous entoure. Restons ouverts et attentifs, suivons l’actualité avec un regard avisé et parfois critique.

Bref, passez une excellente année 2017 en notre compagnie.

Commençons l’année avec cette découverte scientifique datant du 23 décembre 2016:

( Un incroyable monde coloré découvert caché sous la glace de l’Antarctique), qui valide l’intérêt que nous portons à l’élément marin. Même si cet article souligne le réchauffement climatique et révèle un certain intérêt écologique.

De surprises en surprises qui vont finir pas ne plus nous surprendre, nos travaux mine de rien se valident. Les découvertes concernant  la vie qui s’installe, résiste et évolue, démontre que les lieux présumés inhospitaliers  renferment au final bien plus de  » richesses » que  certains le prévoyaient.

Comme l’article paru le 21 janvier 2014 de  radio-canada.ca mentionnant ceci:

« Dans le cadre d’un programme de forage (ANDRILL) de l’Université de Nebraska-Lincoln, se sont aperçus que la face inférieure de la banquise était recouverte de milliers de petites anémones de mer. »

La technologie ouvre  des perspectives pour l’ instruction des scientifiques car elle permet de se rendre dans les coins les plus dangereux ou difficiles d’accès pour l’homme. En ce sens, les robots et vaisseaux sous marin, ou drones de petites tailles sont un atout non négligeable

Le passage de témoin comme au 400 mètres relais en athlétisme se fera naturellement entre notre milieu marin à celui d’une lune, d’une exolune, d’une planète ou d’une exoplanète. Era ( Emma) et moi  en sommes persuadés.

Un lien universel peut sans doute être établi entre les êtres vivants. La clé se trouve donc  quelque-part dans l’eau. Cet élément aux vertus sous -estimées surprendra plus que certains ne le pensent. Un milieu marin d’une planète à une autre sera sans doute différent mais pas moins intéressant sur bien des aspects.

Pour l’heure apprenons déjà ce qu’offre nos milieux marins ici sur notre belle planète, car ils n’ont pas encore livrés tous leur secrets.

L’avenir nous fournira en temps et en heures des réponses qui ouvriront d’autres interrogations car c’est « la règle du jeu ». La recherche et l’investissement ont un prix, celui de l’effort.

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :03/01/2017 à :15h35.

cropped-capture2.jpg

 

 

Publicités

Dans une grotte dans le nord de l’Ontario (Canada) en 2013,des scientifiques ont découvert une forme de vie microbienne non identifiée.

Photo / illustration credit: clipart-fr.com

Photo / illustration
credit: clipart-fr.com

Mercredi 02 novembre2016, 11h05:

banniére oani

Sylvain Matisse Enquêteur Crédit Photo : Investigation Océanographique et Oanis

« Nous savions depuis un certain temps déjà que des petites trouvailles scientifiques serviraient à étendre les champs de recherche concernant la biodiversité sur notre planète. A partir de quelques éléments probants l’océanographie et les bassins hydrauliques naturels se marient très bien avec  l’exobiologie pour la recherche du vivant pas encore localisé.

Avec Era nous sommes  persuadés depuis le début de nos recherches pratiquement, que des découvertes sur notre planète déboucheront tôt ou tard sur des résultats qui permettront de dénicher des êtres vivants ailleurs dans notre galaxie (dans un premier temps) mais d’abord avec des trouvailles dans nos fonds marins. Alors certes en se basant sur ce que les savants savent depuis des lustres c’est à dire avec comme référence de base la chimie du carbone, cette recette qui compose la vie sur terre.

Ces micro organismes du genre extrêmophile seront la première preuve d’une existence ailleurs.

L’article ci-dessous mentionne la planète Mars , mais d’autres surprises peuvent également venir d’autres candidates comme certaines lunes de notre système solaire externe, je pense notamment depuis un certain temps déjà à Encelade  satellite naturel de la planète Saturne, mais également à Europe lune de Jupiter ou encore plus loin dans notre galaxie avec   Gliese 1214b  nommée » planète océan « qui est une super Terre vieille de 6 milliards d’années qui orbite autour de Gliese 1214.

Alors bien entendu il restera encore des étapes à franchir pour détecter une vie plus intéressante. Une vie capable de rivaliser avec l’homme voir le surpasser en matière de technologie , de savoir etc.

Alors la planète rouge qui est explorée livrera son verdict dans un futur relativement proche.

Serons nous déçu des résultats ? Possible, mais l’espoir de découvrir un jour une  ou plusieurs formes de vie dans notre vaste cosmos restera intact car au train où vont les choses, nous apprendrons l’existence d’autres formes de vies. Et notre planète dans tout ça ? Intimement Era et moi sommes  orientés et à l’affût de découvertes d’autres espèces dans nos lacs, rivières, mers, fleuves ou océans. Nous envisageons que certains  fonds marins abritent des formes de vie pouvant nous laisser sans voix . Ceci concernera-t-il une forme de vie « intelligente » subaquatique ou extraterrestre au sein même de notre planète?

C’est une théorie qui  ne demande qu’une réponse franche , nette et sans détours de la part des experts scientifiques, un minimum syndical. »

Remarque : Ce résultat a été annoncé en 2013, il a été repris par ce média cette année parce qu’il reste plus que jamais d’actualité.

barre dorée

La plus vieille eau du monde contiendrait une forme de vie quasi extraterrestre

Article source: mashable.france24.com/

Par Rochereuil Chloé le 01 novembre 2016:

Arrêtez de chercher : les aliens se cachent sous terre. Une équipe de scientifiques a trouvé une forme de vie non identifiée dans les profondeurs de la planète.

Depuis toutes ces années, nos yeux étaient rivés vers le ciel, à attendre qu’E.T et ses copains daignent descendre de leurs cachettes galactiques. Baissez la tête : les aliens se cachent depuis des millénaires sous la Terre, sans que personne ne le sache.

Ils sont plus petits que prévu, mais quand même. En analysant la plus vieille eau du monde trouvée dans une grotte dans le nord de l’Ontario (Canada) en 2013, des scientifiques ont découvert une forme de vie microbienne non identifiée.

Leurs résultats viennent d’être publiés dans le journal scientifique Nature.

Un écosystème en parallèle de notre planète.

C’est à 2,4 kilomètres de profondeur que de l’eau séparée de la surface de la Terre il y a 2,64 milliards d’années – la moitié de l’âge de la Terre – menait sa petite vie dans le sous-sol canadien avant qu’on ne mette la main dessus en 2013.

Selon les chercheurs, cette eau découverte au fond d’une mine canadienne a été isolée de la surface terrestre depuis si longtemps qu’elle aurait développé son propre écosystème et une forme de vie microbienne quasi extraterrestre, en parallèle de notre planète.  

Alors que les humains et les animaux produisent leur énergie grâce à une réaction chimique entre la nourriture et l’oxygène qu’ils ingèrent, la forme de vie bactérienne découverte dans les abîmes terrestres utiliserait d’autres moyens pour parvenir à survivre.

« La plupart des formes de vies vivent grâce à la lumière du soleil, mais ces microbes enfouis en profondeur semblent survivre grâce au peu d’énergie qu’ils tirent de l’eau coincée dans ces roches anciennes », a expliqué Long Li, professeure à l’Université d’Alberta associée à l’étude, dans un communiqué de presse.

Privées d’oxygène et de soleil, c’est grâce à de l’hydrogène et à du sulfate créé sur place avec la radioactivité des roches que les cellules en question se maintiendraient en vie.

Et si la découverte promet d’accroître notre compéhension de la vie sur Terre, elle ouvre aussi le champ des possibles pour la vie sur Mars.

Des martiens à la cave ? 

Trouver de la vie extraterrestre sur Terre, c’est aussi une bonne nouvelle pour notre quête des aliens ailleurs. Sur Mars, des milliers de roches vieilles de millions d’années semblables dans leur composition minérale à celles de l’Ontario peuplent la surface et potentiellement le sous-sol de la planète rouge.

Grâce à la découverte des scientifiques canadiens, on sait désormais qu’elles sont susceptibles, elles aussi, d’abriter des formes de vie microbienne. 

« Je ne dis pas que ces microbes existent forcément mais que les conditions nécessaires pour constituer une vie microbienne sur Mars existent », précise Long Li dans un communiqué de presse.

Avis donc aux futurs explorateurs de Mars : si vous voulez trouver des amis, commencez par creuser sous terre, enfin sous Mars.

Source

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :02/11/2016 à :11h05.cropped-capture2.jpg

Une nouvelle espèce de dragon de mer découverte en Australie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Article source: sciencesetavenir.fr

Par Morgane Kergoat, Publié le 24-02-2015 à 14h30

Des chercheurs américains viennent de découvrir une nouvelle espèce de dragon de mer en Australie. Voici Phyllopteryx dewysea, alias dragon de mer rubis.

Suite de l’article

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 24/02/2015 à : 15h25.

cropped-capture2.jpg

Pour la NASA, les crevettes auraient la clé de la vie extraterrestre

News Stars & médias Culture Sport Sciences Lifestyle Insolite Top & ListDiaporamasVidéos Accueil / Sciences / Espace / Pour la NASA, les crevettes auraient la clé de la vie extraterrestre Pour la NASA, les crevettes auraient la clé de la vie extraterrestre Par Direct Matin, publié le 25 Novembre 2014 à 10:56 GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le Les crevettes des grandes profondeurs pourraient ressembler aux aliens. [Courtesy Chris German, WHOI/NSF, NASA/ROV Jason © 2012 WHOI]

News Stars & médias Culture Sport Sciences Lifestyle Insolite Top & ListDiaporamasVidéos
Accueil / Sciences / Espace / Pour la NASA, les crevettes auraient la clé de la vie extraterrestre
Pour la NASA, les crevettes auraient la clé de la vie extraterrestre
Par Direct Matin, publié le 25 Novembre 2014 à 10:56
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Les crevettes des grandes profondeurs pourraient ressembler aux aliens. [Courtesy Chris German, WHOI/NSF, NASA/ROV Jason © 2012 WHOI]

Article source: directmatin.fr

Et si les extraterrestres ressemblaient à des crevettes ? C’est l’hypothèse émise par la NASA dans une étude récente fondée sur l’observation de ces animaux en conditions extrêmes.

 Comment des crevettes parviennent-elles à survivre à des profondeurs extrêmes, dans des environnements très hostiles ? C’est en observant les mécanismes biologiques très précis auxquelles obéissent ces petits crustacés sur les monts hydrothermaux des Caraïbes que les chercheurs de la NASA ont estimé qu’il existait là un modèle potentiellement reproductible sur d’autres planètes.

Ces reliefs sous-marins, issus de mouvement tectoniques, sont des évents par lesquels s’échappent la chaleur du magma terrestre. A plus de 2000 mètres de profondeur, la pressionest extrême, la lumière inexistante, la température très élevée et l’eau saturée d’élementschimiques peut propices au développement de la vie.

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La suite

barre dorée

Rejoignez-nous sur notre groupe facebook

oanis
geysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 26/11/2014 à : 18h50.

cropped-capture2.jpg

Il regarde autour de son bateau et découvre un spectacle incroyable (photos)

A bord de votre bateau, vous regardez en bas et découvrez ça. Crédit:rtl.be

A bord de votre bateau, vous regardez en bas et découvrez ça.
Crédit:rtl.be

Article source: rtl.be

Publié le  10 Septembre 2014 11h50.

Cet homme qui naviguait dans des eaux au large des côtes du Mexique ne s’attendait pas à pareille vision. Tout autour de son embarcation, la surface de l’océan a pris une couleur or…

Les océans regorgent de créatures étranges, parfois dangereuses et sublimes à la fois. Au large des côtes du Mexique, un spectacle étonnant a lieu deux fois par an : des milliers de raies dorées se rassemblent pour partir en direction de la Floride.

Il s’agit d’un vaste phénomène migratoire. Une migration de raies dorées !

Crédit: RTL.be

Crédit:
RTL.be

 Deux fois par an, elles quittent le golfe du Mexique pour des eaux plus chaudes.

Crédit: RTL.be

Crédit:
RTL.be

Elles se déplacent en groupe de 10.000 et rendent dorée toute la surface de l’océan.

Crédit: RTL.be

Crédit:
RTL.be

 Les raies dorées sont peut-être très belles, mais leur dard venimeux est mortel pour l’homme.

Crèdit: RTL.be

Crèdit:
RTL.be

Mais pas de quoi s’inquiéter, elles attaquent uniquement lorsqu’elles sont agressées. Donc, vous pouvez aller leur faire un petit coucou…

PhotosRandy Moore

Source

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation océanographique et O.A.N.I s, le: 10/09/2014 à : 17h55.

cropped-capture2.jpg

une créature hors du commun: le siphonophore

 

crédit image: m.animal.memozee.com/

crédit image:
m.animal.memozee.com/

Note sylv1 adm:

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanis

Matisse sylvain – crédit: investigation oceanographique et oanis

« Revenons si vous le voulez bien  sur une découverte insolite pour ne pas dire stupéfiante, pour la filière biologique et océanique .

C’est en 2010,lors d’ une expédition scientifique dans le golfe du Mexique qu’une étrange créature fut découverte par hasard, entre 700 et 1000m de profondeur.Une espèce de siphonophore dont l’existence n’était même pas envisagée par les biologistes  ou les océanographes.

Cet étrange animal fait partie de l’embranchement des cnidaires, un groupe d’invertébrés dont font également partie les méduses, les coraux etc. Cet animal est en fait une colonie de multiples siphonophores attachés les uns aux autres pour ne former qu’un seul corps.Cette découverte  va sans aucun doute permettre aux biologistes d’étudier ces spécimens. Ceci démontre que l’homme n’ a pas encore découvert tout le potentiel du vivant sur sa propre planète ,alors imaginez le potentiel en dehors de celle-ci. Cette découverte en appel d’autres, en tout cas elle doit motiver les scientifiques à sonder encore plus loin l’environnement aquatique. Au sujet de cette espèce récemment découverte, les études permettront d’en savoir plus au niveau  du comportement et l’organisation mise en oeuvre par cet animal marin  pour pêcher puisque cette créature n’a pas de cerveau. Ceci soulève bien des questions  assurément.En suivant cette espèce et en explorant encore un peu plus nos profondeurs,d’autres surprises pouvant  se révéler.Une belle aventure en perspective s’offre pour nos savants, et ce pour notre plus grand plaisir.« 

oanifbbarre dorée

Video youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

geysergif

 Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le: 02/09/2014 à : 11h45.

cropped-capture2.jpg

L’intelligence des poissons (galerie)

Etrange et Insolite

Les poissons sont très différents de nous et suscitent moins d’empathie que les mammifères. Ils vivent dans l’eau, n’ont pas d’expression faciale ou de cri audible par l’oreille humaine. Ils sont aussi les victimes d’une conception périmée de « l’échelle de l’évolution », selon laquelle ils sont les plus « primitifs » des vertébrés (conception absurde puisque tous les êtres vivants sur Terre ont un arbre généalogique de 3,5 milliards d’années et sont donc tous aussi « évolués »). On les imagine peu ou pas sensibles, dépourvus d’intelligence ou de mémoire, ne réagissant que par instinct.

View original post 692 mots de plus

Publié 19 août 2014 par Sylv1 dans biodiversité marine

%d blogueurs aiment cette page :