Archives de avril 2012

Dauphins en aquaplanage – Planet Earth – BBC (vidéo)

Source image:http://www.pandasio.org/

Jack a mis en ligne ce « surprenant « post

SOURCE:http://jack35.wordpress.com/

Intelligent et adaptable, ces dauphins ont développé une technique unique pour la capture de poissons qui normalement restent hors de la portée des prédateurs à proximité des bords  de la Bay des Requins en Australie.

Source vidéo: youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ICI

Publié 30 avril 2012 par Sylv1 dans documents et articles divers, time laps / vidéos

Globe de feu au-dessus de la frégate de Forbin – Janvier 1702

Golfe de Noto (Sicile), Janvier 1702

par Jacques Costagliola

Le célèbre marin français Forbin, chef d’escadre des armées navales de Louis XIV, rapporte dans ses mémoires, l’observation qu’il fit, âgé de 45 ans, capitaine de vaisseau commandant la frégate Galatée, une nuit de janvier 1702, de ce qu’on appelait alors globe de feu volant et que l’on confondait plus ou moins avec la foudre en boule, les comètes, les météorites, et qui ressemblent bougrement aux ovnis sphéroïdes hyper lumineux d’aujourd’hui. Notons qu’il semble que ce soit la première observation d’un tel phénomène rapportée par un témoin bien identifié.

Nous reçumes l’ordre, le sieur Clairon et moi, de monter, moi, une frégate de seize canons et lui, une de huit, et de partir incessament de Toulon pour aller croiser dans le golfe Adriatique (intercepter les renforts envoyés de Croatie vers Trieste et Fiume au prince Eugène en Lombardie. Les frégates Galatée (commandant Claude de Forbin) et Gentille (Cléron de Kerdreux) ont été armées à Toulon le 23.12.1701). Je partis donc avec ma conserve pour aller selon mes instructions mouiller à Brindes dans le royaume de Naples à l’entrée de la mer Adriatique… Le mauvais temps qui, depuis mon départ ne me quitta plus, me sépara assez tôt du sieur Clairon. Les vents étoient si contraires que je fus trois semaines depuis Toulon jusqu’à la hauteur de la Sardaigne. Enfin, ne pouvant résister à la mer qui étoit fort grosse, je fus contraint de relâcher à Cagliari… De Cagliari, je continuai ma route, le vent contraire m’ayant repris vers le cap Passaro, sur les côtes de Sicile, je fus obligé de trouver un asyle et d’y mouiller. On vint m’avertir pendant la nuit qu’il paroissoit un nouveau soleil dans le ciel. Je montai sur le pont, et je vis effectivement un grand feu qui brûloit en l’air et qui éclairoit assez pour pouvoir lire une lettre. Quoique le vent fût très-violent, ce météore ne branloit point ; il brûla environ pendant deux heures, et disparut en s’éteignant peu à peu. Les pilotes, les matelots et tout l’équipage, effrayés, le regardèrent comme la marque infaillible d’une tempête dont nous étions menacés. Il ne fut jamais possible de les tirer de là ; j’eus beau leur dire que ce feu ne pouvoit être formé que par des exhalaisons du mont Gibel, dont nous étions fort près, il n’y eut jamais moyen de les persuader, et ils ne revinrent de leur terreur que lorsque nous fûmes devant Brindes où nous arrivâmes sans que notre navigation eût été troublée autrement que par le vent contraire, contre lequel nous eûmes toujours à lutter.

…Je fis voile vers Duras, port de mer appartenant au Grand Seigneur. J’y trouvai le sieur Clairon qui commandoit ma conserve.

…Il (l’ambassadeur de France à Venise) s’en retourna en riant bien fort de la panique que ma seule chaloupe avait répandu dans Venise. Il est vrai qu’on me craignoit si fort dans ce pays, que j’y étais passé en proverbe et que le souhait ordinaire que les patrons allant en mer s’entrefaisoient les uns les autres étoit de dire, après s’être recommandé à Saint-Marc : ‘Iddio ci guardi della bollina1 e del cavaglier di Forbino.2

(1) Bollina est une espèce de météore que les matelots regardent comme le présage d’une tempête prochaine. (Note de Forbin) Dieu vous garde de la bolline et du chevalier de Forbin. Bollina semble différent de bolina (bouline) et de bollino (tiquet).

(Mémoires du comte de Forbin, chef d’escadre, chevalier de l’ordre militaire de Saint Louis, à Amsterdam, François Girardi, imprimeur, 1730, 1748, T.II, p.50 & 140

Résumons les éléments qui pourraient être ovniens :

Un soir de tempête de janvier 1702, Forbin met sa frégate à l’abri relatif du golfe de Noto. En pleine nuit l’officier de quart fait réveiller le commandant : un deuxième soleil est apparu ! Il monte sur le pont et constate qu’un globe de feu stationne au-dessus de la frégate, insensible aux rafales de vent et de pluie, éclairant assez pour lire une lettre, s’y maintient deux heures, et finalement se dissipe peu à peu sur place. Il ne donne ni la taille apparente, ni l’altitude, mais on peut inférer de la comparaison de l’homme de quart que ce globe avait la taille de la lune et, de cette grandeur et du temps épouvantable, une hauteur du phénomène inférieure à celle des nuages. L’équipage est paniqué par ce phénomène dont ils ont entendu dire qu’il présageait la colère du ciel, qu’ils subissaient déjà. Forbin les rassure en parlant d’exhalaisons du mont Gibel, qui est à 50 km à l’intérieur des terres et culmine péniblement à 900 m. Il aurait pu aussi bien invoquer une éruption de l’Etna à 150 km dans le nord, dont les vomissements n’ont pas pour habitude de stationner dans le ciel. Exhalaisons est l’ancêtre du gaz des marais d’Hynek, invoqué en urgence deux siècles et demi plus tard dans des circonstances proches.

De ce phénomène, appelé bollina par les pêcheurs de l’Adriatique, Forbin écrit encore quelques pages plus loin qu’ils en font une incantation avant de prendre la mer. Je n’ai pas trouvé Bollina dans le dictionnaire mais seulement Bollino : tiquet, timbre, crampon et Bolina : bouline ou cordage d’une voile destiné à soulager une voile qui fatigue, et punition à coups de boulines. Est-ce un autre mot ou une faute d’orthographe de Forbin ? Comme il en fait une à Cléron. Je penche pour un dérivé de boule.

Il ne peut s’agir d’une météorite, ni d’un ballon, qui ne viendra au jour qu’en 1780. Le diagnostic différentiel est facile, la station de deux heures élimine tout météore solide, et aucun objet aérien artificiel créé par l’homme n’existait en 1702. On pourrait invoquer la lune, ce serait faire injure à des officiers de marine, et elle ne fait pas du sur place ni n’éclaire comme le soleil, ou une aurore boréale, qui ne donne pas à ces latitudes une image proche et n’éclaire jamais comme en plein jour. Reste le globe de feu volant de nature et d’origine inconnue (Le Roy), forme dixhuitième siècle de l’ovni. De plus, il semble que, tant les marins français qu’italiens connaissaient ce type de météore et le craignaient comme annonciateur de catastrophe. Cette observation parlante par son auteur et les termes précis qu’il emploie, qui sont ceux d’aujourd’hui, n’a jamais été citée. C’est aussi la première fois qu’on tient le témoignage direct d’un Ancien, de plus marin habitué à scruter la mer et le ciel ! D’autant plus crédible qu’il croyait, comme les savants de l’époque, qu’il s’agissait d’un phénomène naturel qu’on finirait par comprendre un jour.

Jacques Costagliola
octobre 2005

http://www.ufocom.org/pages/v_fr/m_archeo/Forbin.htm

Lire la suite:http://benzemas.zeblog.com/387556-temoignages-historiques-des-ovnis-dans-les-textes-anciens/#ixzz1tS054Yvo

Un cas d’OANI au 17ème siècle L’ovni de Gênes




En Août 1608, les habitants du Sud la France, de Marseille à Gênes, assistent à une véritable vague d’OVNIs, relatée dans une chronique d’époque intitulée « Discours des terribles et espouvantables signes apparus sur la mer de Gennes ».

Voici un des plus vieux documents découvert il y a peu datant de 1608 rédige par un certain Pierre Ménier « portier de la porte saint-victor », ici il n’est pas question de »soucoupes volantes » puisque le terme n’existait pas encore.

le document se présente sous le forme d’une vieille brochure comme on en voyait tant au XVIIe siècle , le récit s’étale sur 7 pages, et est écrit en français de l’époque pour vous faire votre propre interprétation je vous préssente donc le document tel qu’il fut écrit.

 » Discours des terribles et épouvantables signes apparus sur la mer de Gennes au commencement d’aoust dernier avec les prodiges du sang qui est tombé du ciel, en pluye du costé de Nice et en plusieurs endroicts de la provence,ensemble l’apparition de deux hommes en l’air lesquels se sont battus par plusieurs fois, sur l’isle de Martegue qui est une ville sur la mer a cinq lieues de Marseille « 

Mr Ménier parle de pluie de sang , phénomène météorologique tres connu de nos jours , sans doute des pluies venues d’Afrique du nord et rougies par la présence de micro organismes. lui y voyait l’expression de la colère de dieu . pour ne pas perdre de temps je passerais donc directement aux recits de combats aeriens et d’apparitions d’engins étranges dans le ciel de notre beau sud.

 » Au commencement du moys d’aoust de l’an mix six cens huit, sur la mer de Gennes s’est veu les plus horribles signes que de mémoire d’homme ait esté parlé, ny escrit, les uns estoient en figures humaines ayant des bras qui semblaient estre couverts d’écailles et tennaient en chacune de leur main deux horribles serpens volans, qui leur entortilloient les bras, et ne paraissoyent que depuis le nombril, en haut hors de la mer et jettaient des cris si horribles, que c’estoit chose du tout épouvantable, et parfois se plongeoyent dans la mer, puis ressortoyent en d’autres endroits loin de la, heurloyent des cris si épouvantables que plusieurs en ont este malades de la peur qu’ils en ont eu, ils en voyaient qui semblaient estre en figure de femmes ; d’autres avoient le corps comme corps humains, tout couvert d’écailles, mais la teste estoit en forme d’un dragon. »

Prenez bien en considération que pour ces événements l’auteur compare ces événements avec des éléments familiers propre a l’epoque (par exemple »la tête était en forme de dragon »qu’est ce qu’un dragon pour ces gens à l’époque?). Quoi qu’il en soit les Gennois voient des formes métalliques sortir de la mer se déplaçant sous l’eau et produisant un bruit terrifiant, ces apparitions ayant débutée depuis le premier Aout et se reproduisaient souvent , les autorités décidèrent de passer a l’attaque.

 » la seigneurie fit tramer quelques canons pour tascher de les faire oster de ce lieu, et leur fut tiré quelque huit cens coups de canon, mais en vain, car ils ne s’en estonnerent nullement. »

vous rendez vous compte 800 coups de canon! qui ne donnèrent rien, le 15 aout ( jour de l’assomption) les choses deviennent encore plus sérieuse pour les Gennois , depuis deux semaine déjà ils vivaient
dans l’angoisse :

 » le quinzième aouut apparurent sur la dite mer du port de Gennes trois carrosses trainant chacune par six figures toutes en feu, en semblance de dragon. et marchaient les dictes carrosses, l’une a l’oposite de l’autre et estoient les dits carrosses trainées par lesdicts signes qui avoient toujours leurs serpens, en continuant leurs cris épouvantables et s’approchaient assez prés de Gennes, tellement que les spectateurs, du
moins la plus grand part, étonnez s’enfuirent, craignant les effets d’un tel prodige, mais comme ils eurent faict la virevolee par trois fois le long du port apres qu’ils eurent jette des cris si puissants de bruit qu’ils faisaient retentir les montagnes des environs, ils se perdirent tous dedans la dite mer et depuis l’on n’en a veu ny sceu aucune nouvelle. »

Trois carroses propulsés par ces fameuses figures en feu ressemblant a des dragons  qui se balladent au dessus de la ville terrorisant la populations:

« ceci apporte grand dommage a plusieurs des citoyens de Gennes, les uns qui en sont morts de peur comme entre autres le fils du sieur Gasparino de Loro , et aussi le frere du signor Antonio Bagatelo, plusieurs femmes aussi en ont esté affliges et en sont mortes. Depuis l’on chante le te deum , ils se sont evanouis. »

Vague d’ovnis à Nice en 1608 (France)

NICE 1608 – Dans les archives de la ville de Nice, une bien curieuse histoire d’intervention extraterrestres fût retrouvée. Nous allons maintenant vous livrer ce document.

LE PORT DE NICE 1608

Au début du xvii ème siècle, Nice port principal du Royaume du Piémont connait une période de grande prospérité. L’imposante forteresse qui domine la ville décourage les incursions barbares qui ravagent régulièrement les côtes voisines. Sur le quai de riches demeures aux balcons ouvragés. Dans cette charmante cité maritime on respire la paix dans un climat paradisiaque, quand soudain !…..

Au crépuscule du 5 aout 1608, les niçois voient apparaître dans le ciel, trois masses lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Les engins s’arrêtent au dessus de la forteresse. Ils descendent à 1 m de la surface de la mer, à faible vitesse. Les habitants peuvent examiner en détails les trois engins. Se maintenant proche de l’eau les trois masses provoquent une sorte de bouillonnement de l’eau avec dégagement d’une vapeur ocre-orangé, dans un bruit infernal. De l’un des engins surgit un être, puis deux……

Ces deux personnages plongent dans l’eau jusqu’aux hanches. Leurs bras maintiennent à la verticale deux tubes raccordés à la ceinture. Pendant deux heures les engins les engins restent pratiquement en cette position. Puis les êtres embarquent vers 22 h, les engins partent vers l’Est, dans un bruit infernal, et disparaissent en quelques secondes.

Les Niçois attribuant ce phénomène à un avertissement de Dieu, ils s’ébranlent en de longues processions religieuses, portant le christ en tête, jusqu’à l’aube du 6 août 1608. Au matin du 22 août, les trois engins se présentent à Gênes. Informé des évènement survenus à Nice 17 jours accaparant, ils déclenchent un violent tir d’artillerie sur les trois vaisseaux. 800 boulets sont ainsi tirés, sans que les engins ne subissent de dommage. Après une heure d’évolution au dessus des flot, un engin se détache du groupe et fonce sur la ville à une vitesse vertigineuse. Une folle panique s’empare alors de la population, et l’on relève plusieurs morts et blessés après le passage de l’engin à la suite de piétinement, émotions ou radiations émises par le vaisseau. Les trois vaisseaux se regroupent ensuite et disparaissent vers l’Est à une vitesse vertigineuse.

Le 25 août 1608, dans le ciel de Martigues apparait un vaisseau spatial qui évolue durant une 1 h 30 au dessus de l’agglomération. Deux êtres sortent du vaisseau, évoluant autour de l’engin et semblant se livrer à un duel en plein ciel. Ce sera la dernière manifestation relaté par cet écrit dans la région Méditerranéenne. Une semaine plus tard, d’abondantes pluies rouge comme le sang tombent dans la région. Les habitants pensent qu’il s’agit de sang, et qu’ils ont à faire à une vengeance divine, à la suite des événements de Martigues, Nice ou Gènes !…..Pendant quarante jours les chapelles, églises et cathédrales de la région allant de Martigues à Gènes, voient une foule énorme venir prier jour et nuit.

Sources :www.les-repas-ufologiques.com/index.htm

Lire la suite:http://benzemas.zeblog.com/387556-temoignages-historiques-des-ovnis-dans-les-textes-anciens/#ixzz1tRvxAv3B

 

Lien externe vidéos:  http://odhtv-replay.

Les rencontres aquatiques, des rencontres différentes : SIRÈNES et autres apparitions marines partout à travers les âges. par Albert Rosales (c)

Info envoyée par Gérard Lebat – Source : http://www.les-repas-ufologiques.com

Une sirène est une créature aquatique, censément mythologique avec une tête humaine ; des bras,  le torse féminin et la queue d’un poisson. On connaît une version masculine de la sirène appelé  » triton » et en général, tant mâles que femelles, ils sont  regroupés sous le terme  » créatures marines fantastiques ». Les sirènes sont présentes dans le folklore, la culture, la littérature populaire de beaucoup de pays du monde entier. Cependant comme dans la plupart des folklores et des mythes il y a toujours une base de vérité.

Dernièrement  en août-juillet 2009 dans la communauté côtière d’Igname Kiryat, Israël, il y a eut plusieurs rencontres avec de telles créatures. Selon Schlomo Cohen, une des premières personne à voir la sirène, « j’étais avec des amis quand soudainement nous avons vu une femme allongée  sur le sable d’une façon bizarre. D’abord, j’ai pensé qu’elle  prenait un bain de soleil, mais quand nous nous sommes approchés elle a sauté dans l’eau et a disparu. Nous étions tous sous le choc parce que nous avons vu qu’elle avait une queue. » (1)

Un compte rendu très ancien et bizarre décrivant peut-être une créature semblable à la sirène ou une sorte d’espèce humanoïde sous-marine, se trouve dans un ouvrage antique « Agaub el Malkowkat » de Cafornia, un auteur célèbre. La  description suivante est  ainsi faite : « l’année 894 (de notre ère.), un poisson a été attrapé dans la Mer Caspienne et ouvert en présence du Prince Salem et dans le poisson a été trouvé ‘ une fille de mer ‘. Elle avait sur une paire de pantalons sans couture, faite d’une peau comme celle d’un homme et qui descendait sous ses genoux. Elle  portait parfois ses mains à son visage et à d’autres moments à ses cheveux. Elle a  poussé des gros soupirs et n’a vécu que quelques moments. » Aucunes autres informations. (7)

La suite page d’Albert Rosales : le catalogue des humanoide albert rosales ovni ufologie

(C) Albert Rosales et son traducteur. Reproduction non autorisée.  http://www.les-repas-ufologiques.com – 28 avril 2012.

Une forme de vie supérieure découverte sous la glace de l’Antarctique choque les scientifiques

Source : MessageToEagle.com – Traduction : Era pour  Investigation Océanographique et Oanis

Alors qu’ils foraient dans la glace épaisse de  Ross Ice Shelf, en Antarctique, les scientifiques sont tombés sur ce quelque chose qui les a choqués.

A Environ 200 mètres au-dessous de la glace, où personne ne pensait qu’il était possible pour quelque forme  de vie supérieure  d’exister, quelque chose vivait là …

C’est la première fois qu’une telle forme de vie sophistiquée est découverte dans ce type d’environnement sous-glaciaire.

«Il nageait autour, étant très curieux, simplement en regardant le câble et nous étions tous blottis autour du moniteur juste fascinés par ce que nous voyions au fond de notre trou», a déclaré Robert Blinschandler à la NASA.


Les scientifiques perplexes ont  rencontré cette créature sous la glace épaisse de l’Antarctique. Ce fut toute une surprise!

Voir la vidéo sur le site source  http://www.messagetoeagle.com/creatureantarctica.php

Credit: NASA

Avec cette découverte choquante  les scientifiques considèrent qu’il pourrait y avoir beaucoup plus de formes de vie avancées qui vivent dans des environnements extrêmes.

Sans doute la crevette a-t-elle  été tout aussi surprise par la rencontre que l’équipe de recherche.

« Je suis sûr que cette journée était une journée très intéressante dans la vie de la créature, comme ça l’était pour nous, » a déclaré Blindschanlder.

La plupart de l’Antarctique reste inexploré et personne ne sait ce qui est caché sous ce territoire de de glace d’une épaisseur de 4 km.

Nous pouvons très probablement nous attendre à d’autres surprises dans un avenir proche.

Un OVNI tombe dans un lac de Litchfield au Connecticut

Image d’illustration source: http://www.theufochronicles.com/l

Par The Associated Press, thecanadianpress.com

Deux personnes disent avoir vu le même OVNI !

LITCHFIELD, États-Unis – Un agent de la sûreté du Connecticut et une autre personne ont rapporté avoir vu un gros objet tomber du ciel dans la ville de Litchfield, mais les autorités du nord-ouest de l’État américain n’ont rien trouvé pour confirmer leurs dires.

Un journal local rapporte qu’une personne conduisant sa voiture à Litchfield, vers 2 h mardi, a rapporté qu’un objet lumineux, vert, de la taille d’une baleine, est tombé du ciel pour plonger dans un lac.

Au même moment, un agent de la sûreté qui se trouvait à environ 16 km de là a lui aussi rapporté la chute d’un objet au même endroit.
Des pompiers ont traversé le lac plusieurs fois en bateau, soupçonnant qu’un avion s’était peut-être écrasé, mais ils n’ont trouvé aucuns débris.
Les autorités ont depuis mis un terme aux recherches et le mystère demeure entier.

Source :  http://ovni-belgique.xooit.be/t1401-Un-OVNI-tombe-dans-un-lac.htm

Bantam Lake Jeudi après-midi. Photo de Daniela Forte.

Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

L’information qui suit reste à vérifier, si vous avez des éléments complémentaires, n’hésitez pas à commenter… 

Le  commentaire  qui suit la vidéo    :

« it was recovered the same night we seen this about 11:30 11:35 pm we were down the south end of torrington near south litchfield we seen a military convoy 1 heavy armored black truck 1 large flatbed and at least 10 military cop cars transporting a large cigar shaped object north bound on RT 8 me my brother in law and his girlfriend all seen this but it will be denied but if you can get local cam recordings from any biz around rt 8 you will see what we seen »

traduction : 


« Il a été récupéré la même nuit nous l’avons vu   vers 23:30 / 23:35 nous étions au sud de torrington près du sud de Lichfield et nous avons vu un convoi militaire : 1 camion noir lourdement armé, 1 énorme camion plateau ridelles et au moins 10 voitures de police militaire transportant un énorme objet en forme de cigare à la Limite nord de la RT 8-moi mon beau-frère et sa petite amie avons tous vu cela, mais cela sera démenti, mais si vous pouvezobtenir des enregistrements des camera locales   autour de la rt 8, vous verrez ce que nous avons vu. »

La rencontre de Pascagoula

Via

Source du site: http://rr0.org/science/

Le 11 octobre 1973Charlie E. Hickson (45 ans, contremaître du chantier naval Walker) et son ami Calvin R. Parker (18 ans, employé du chantier naval voisin de Walker) du chantier naval voisin partent pêcher sur la rivière Pascagoula, sur la côte du golfe du Mexique, à environ 160 km à l’est de la Nouvelle Orléans (Mississipi).

Le dessin de l’engin à bord duquel Hicksonet Parker serait montés

Vers 21:00, alors qu’il sont en train de pêcher près de la jetée du chantier naval de Shupeter, Hickson se détourne pour prendre de l’appât frais quand il entend un genre de sifflement. Il lève la tête en direction du bruit et aperçoit un phénomène bleu-gris allongé, de forme ovale. “L’engin spatial” possède des lumières bleues très brillantes qui clignotent. L’objet n’est qu’à 60 cm du sol. Hickson déclarera :

 

La jetée

Quelque chose s’est ouvert. Pourtant, il n’y avait pas de porte. 3 créatures se sont avancées vers moi en flottant. Je ne comprenais rien à ce qui se passait. J’étais terrifié.

Suite

%d blogueurs aiment cette page :