Archives de la catégorie ‘Navires, voiliers/ Festivals

Un navire de guerre de la marine chinoise armé de ce qui ressemble à un canon électrique à propulsion électromagnétique (soit « railgun » en anglais)

Crédit photo : Task & Purpose via trustmyscience.com

Un navire de guerre chinois armé d’un canon électromagnétique semble avoir pris la mer

Sources : Task & PurposeCNBCGlobal TimesBusiness Insider

Un navire de guerre de la marine chinoise armé de ce qui ressemble à un canon électrique à propulsion électromagnétique (soit « railgun » en anglais), a apparemment pris la mer, probablement pour des essais en haute mer.

Le navire de débarquement de chars Haiyang Shan de classe 072II Yuting et son arme ont été repérés le long du fleuve Yangtsé, au chantier naval de Wuchang. Les dernières photos du navire sont apparues sur les réseaux sociaux il y a quelques jours, et montrent le navire équipé du railgun.

Des médias chinois ont révélé en mars dernier, soit près de deux mois après la publication en ligne des toutes premières images du bateau qui a été surnommé le « monstre du fleuve Yangtsé », que la marine de l’Armée de libération du peuple chinois « accomplissait des succès notables concernant les armes de pointe, y compris des tests en mer avec un canon électrique à propulsion électromagnétique ».

Le navire Haiyang Shan de classe 072II Yuting et son arme ont été repérés le long du fleuve Yangtsé. Crédits : dafengcao/Twitter

Selon CNBC, la Chine devrait pouvoir être en mesure d’utiliser des canons électromagnétiques montés sur des navires de guerre et de tirer des projectiles à grande vitesse sur des cibles se trouvant à plus de 200 kilomètres, d’ici 2025.

Toujours selon CNBC, le railgun chinois a été aperçu pour la toute première fois en 2011 et a été testé trois ans plus tard. L’armée chinoise aurait monté son arme avec succès sur un navire de guerre de la marine pour la première fois vers la fin de l’année dernière, lorsque les premiers essais en mer auraient commencé.

Tandis que les armes classiques utilisent de la poudre pour propulser les projectiles, les armes à propulsion électromagnétique utilisent l’énergie électromagnétique pour lancer des projectiles à très grande vitesse (à environ 2.6 kilomètres par seconde), ce qui en fait des systèmes de combat de nouvelle génération très efficaces.

Les canons électromagnétiques nécessitent donc, entre autres exigences, beaucoup de puissance. À présent, il reste à savoir si la Chine a pu surmonter ces difficultés de développement.

Crédits : dafengcao/Twitter

 

À l’heure actuelle, la Chine semble réaliser de nombreux progrès, tandis que le pays monte des canons électriques à propulsion électromagnétique sur ces navires de guerre, tels que les nouveaux destroyers furtifs de type 055.

Il est malheureusement difficile de savoir avec précision quel pays est à la pointe de cette nouvelle technologie, car très peu d’informations sont publiquement connues à ce sujet, et encore moins sur les différentes procédures de tests effectués à travers le monde.

Aux États-Unis, on pense que les destroyers de la classe Zumwalt pourraient éventuellement comporter des canons de combat électriques à propulsion électromagnétique, une alternative possible aux canons du système de canons avancé (AGS, Advanced Gun System), que la marine américaine pourrait bien finir par remplacer par des armes plus effectives.

Le destroyer lance-missiles USS Zumwalt (DDG-1000), de la marine des États-Unis. Crédits : Getty Images

Selon le vice-amiral William Merz, chef adjoint des opérations navales pour les systèmes de guerre, au sous-comité des forces de sécurité du Sénat des forces armées de l’US Navy, les destroyers américains de classe Zumwalt seront des « candidats à tous les systèmes d’armes avancés que nous développons ».

Source

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanisMise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 03/ 01/2019 à 19H10.

Un milliardaire norvégien va financer le plus grand navire scientifique jamais construit

Mer et Océan

Le Research Expedition Vessel (REV) mesurera 183 mètres de long, deux fois plus que les bateaux scientifiques actuels. © REV Ocean

183 mètres de long, résistant aux icebergs, à la fois écologique et luxueux, le nouveau bateau d’exploration et de recherche océanique REV devrait prendre la mer en 2021. Il offrira des possibilités uniques aux scientifiques pour étudier l’écosystème marin.

Vous n’avez probablement jamais entendu parler de Kjell Inge Røkke. Ce milliardaire norvégien de 60 ans a fait fortune dans la pêche, le pétrole offshore et l’industrie marine. Une fortune dont il a décidé de faire profiter la recherche scientifique, en finançant le plus grand et le plus luxueux navire de recherche scientifique jamais construit. Présenté le 12 novembre lors d’une réunion de la Royal Society sur l’exploration en haute mer, le Research Expedition Vessel (REV) devrait mesurer 182,9 mètres de long, plus du double de ses rivaux, et être…

Voir l’article original 522 mots de plus

Space X réalise un navire équipé d’un héliport pour récupérer les spationautes.

Le navire Go Searcher
Crédit photo : sciencepost.fr/

SpaceX dévoile son bateau muni d’un héliport pour récupérer les astronautes !

Article source : sciencepost.fr/

Elon Musk et SpaceX ont dévoilé une évolution du projet Go Searcher, qui prend la forme d’un imposant navire ultra-moderne. Équipé d’un héliport, celui-ci aura entre autres la mission de récupérer les astronautes en provenance de la Station spatiale internationale.

Le dernier né de la flotte de SpaceX !

Selon The Vergequi a dévoilé l’information dans un article du 5 novembre 2018, ce navire Go Searcher devrait être utilisé dès le début de l’année prochaine. Celui-ci est principalement prévu pour récupérer les capsules Dragon et bien sûr, leur équipage.

En quelques années, SpaceX s’est constitué une impressionnante flotte de navires afin de venir en aide à ses activités de conquête spatiale. En revanche, il faut savoir qu’initialement, le navire Go Searcher avait été pensé pour accompagner et soutenir les drones autonomes faisant office de plateformes d’atterrissage pour guider les fusées Falcon 9 avant leur récupération dans l’océan.

Le projet a évolué avec le temps

SpaceX a décidé – dès l’été 2018 – de prendre un important virage concernant le projet Go Searcher. En effet, un héliport a été ajouté au navire, et le système radar a été perfectionné afin de permettre une réception optimale des capsules Dragon lorsque celles-ci reviennent sur Terre. Force est de constater que SpaceX a pensé à tout, car des installations médicales seront présentes à bord – ainsi que du personnel qualifié – afin de soigner d’éventuels blessés directement sur place. De plus, ces blessés pourront – en cas de besoin – être transportés rapidement à l’hôpital par hélicoptère.

Capsule Dragon de SpaceX
Crédits : Wikipedia via sciencepost.fr/

Le navire Go Searcher sera testé dès le mois de janvier 2019 avec le lancement de la capsule Dragon à vide à réceptionner. Quelques mois plus tard (en juin 2019), ce sera le tour d’une capsule similaire, mais cette fois-ci habitée. Autre partenaire NASA, Boeing pilotera sa capsule – la CST- 100 Starliner – pour la première fois sans équipage en mars 2019, tandis qu’un lancement avec équipage est prévu pour août de la même année. En revanche, la capsule Starliner a été conçue pour atterrir sur le sol américain, si bien qu’il n’y a aucun besoin de disposer d’un bateau de récupération.

Références : Popular Mechanics – Siècle Digital

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 17/ 11/2018 à 19H50.

La vedette de luxe futuriste d’A2V

La PME A2V a conçu une vedette de luxe à portance aérodynamique.
Crédit image : usinenouvelle.com

Les bateaux évoluent en design  en technologie et en mode de propulsion tout comme le reste des moyens de transport. La France n’entend pas accumuler du retard sur ses concurrents. En effet, les médias  l’usine nouvelle et mer et marine  annoncent que la société française A2V a réalisé une série de navires ultrarapides à portance aérodynamique. Il s’agit de l’Evian One, vedette de luxe commandée par la société Pro Yachting. D’une longueur de 11.5 mètres et d’une capacité de 12 passagers, et sera capable d’atteindre  la vitesse de 50 nœuds (93 km/h). En utilisant  le vent généré par la vitesse ceci crée une dépression allégeant le bateau, qui peut atteindre de très grandes vitesses, avec une consommation modérée.

Une alternative , une autre technique pour propulser les navires voit le jour. Les innovations continuent et les moyens technologiques aussi. La vitesse des vedettes même de luxe augmente certes, mais elle est encore limitée. L’ère hypersonique attend encore , du moins au niveau commercial.

Le bateau français de luxe futuriste

Vidéo

Télé Matin

via Youtube
Déjà deux vedettes futuristes de luxe de 11,5 mètres de longueur ont été vendues par le bureau d’études de La Rochelle A2V.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 


Article Matisse sylvain pour 

Références:

L’USINE NOUVELLE

mer& marine(meretmarine.com)

Youtube

Télématin


Droits réservés , toute reprise partielle ou totale doit faire l’objet d’une demande motivée par écrit ou par e-mail sans aucune modification et en échange d’une réponse positive en retour. Merci  !


Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 24/05/2018 à 13h45.

Dossier: L’USS Zumwalt, le destroyer furtif du futur

«Si Batman avait un navire, ce serait l’USS Zumwalt» [U.S. Navy]
Crédit:
cnewsmatin.fr

Si nous avons une idée plus précise concernant les nouvelles technologies étudiées pour les avions, les lanceurs spatiaux, les drones, les robots, c’est plus difficile pour les bâtiments de surface ou les sous-marins concernant la filière navale militaire à travers le monde.

Cependant nous avons une réalité. La marine n’est pas en reste et n’a rien a envier à l’armée de l’air et ceci est valable pour toutes les puissances de la planète.

Bien entendu les U.S.A mettent toujours autant de moyens financiers pour aiguiser leur défense. Les budgets alloués pour l’ US Navy sont aussi onéreux et bien au-dessus des autres nations. Alors de toute évidence ils ne peuvent avoir que de l’avance sur leurs rivaux et la concurrence.

Le contenu des réalisations maritimes doivent constituées un dossier si l’on ne veut pas être larguer dans le futur. Ceci serait préjudiciable pour nos investigations concernant les O.A.N.I ( Observations Aquatiques Non-Identifiées qui recense des structures mobiles marines, sous-marines aéronavales et aériennes lorsque un O.V.N.I est observé près d’un lac , d’une mer , d’un estuaire, d’ un océan ou même au dessus d’ une base navale ou d’un site sensible protègé tout simplement).

Alors commençons par L’USS Zumwalt, ce spécimen de l’US.NAVY est l’un des derniers fleurons mis à l’eau. Avec cette petite nuance. A ce jour n’existe-t-il pas encore mieux que ce bateau aux allures certes, futuristes? Ceci sera l’éternel débat. Nous n’avons pas accès aux » projets noirs  » pour le savoir, et nous n’aurons jamais cet accès, c’est la réalité.

Est-il nécessaire de rappeler qu’un programme désigne la partie administrative et financière, alors qu’un projet désigne plutôt une réalisation technique particulière? Les armes, les vaisseaux espions, les modes de propulsion, les alliages, les blindages,  les contre mesures, les moyens de détection comme les radars, les sonars  ou les satellites etc , bref la liste est encore longue.

Ce ( » budget noir »black budget) aux U.S.A serait compris entre 10 et 40 milliards de dollars par an!

Les hautes technologies  classées Top-Secret  bénéficient de cet argent. Les employés  pour la recherche et le développement travaillent en secret. Les techniciens , les ingénieurs et d’autres personnes qui réaliseront un appareil ou une arme dernier cri ne savent pas forcément ce qu’elles réalisent mis à part la pièce qu’elles fabriquent et n’assisteront jamais à l’assemblage final d’un vaisseau, d’une arme ou autre.

Le tableau dressé ici est utile pour notre compréhension de certains mécanismes et rouages fermés et interdit au public!

A présent ci-dessous nous reprenons un article présentant l’USS Zumwalt. Bonne lecture .

La classe Zumwalt (DDG-1000, ex-DDX, ex-DD 21)
Caractéristiques prévues en 2006 pour l’USS Zumwalt.
crédit illustration Wikipédia /
Michael Monsoor · Lyndon B. Johnson

Article source : cnewsmatin.fr

Par CNEWS Matin, publié le 17/10/2016 à 12:52.

L’USS Zumwalt est présenté comme le destroyer américain du futur. Bardé d’électronique, furtif et puissant comme aucun autre navire avant lui, c’est surtout le bateau le plus cher jamais construit par les Etats-Unis : 7,5 milliards de dollars.

Il a officiellement été incorporé à l’US Navy samedi dernier lors d’une cérémonie à Baltimore, après une année de tests et de vérifications. Le navire frappe immédiatement par ses formes anguleuses et planes. Un profil qui le rendrait beaucoup plus difficile à détecter sur un radar qu’un destroyer conventionnel.

«Selon l’US Navy, la signature radar est 50 fois inférieure à celle des précédents destroyers. Le témoignage d’un pêcheur de la région de Bath, qui a croisé la route du mastodonte lors de ses essais, est à ce titre intéressant. Il a en effet indiqué que, sur son radar, l’écho renvoyé par l’USS Zumwalt était minime, faisant passer le destroyer pour un minuscule bateau de pêche de 40 à 50 pieds (12 à 15 mètres)», écrit le site spécialisé Mer et Marine.

Vidéos youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Sur le papier, l’USS Zumwalt passe également pour une arme redoutable. Jugez plutôt. Il dissimulerait 80 silos à missiles dans sa coque en forme de flèche. Il pourrait combattre avec les derniers chasseurs et les derniers hélicoptères mis en service par l’armée. Et surtout, il peut pilonner avec des pièces d’artillerie de 155 mm jusqu’à 100 km dans les terres. Cerise sur le gâteau, enfin, il sera capable d’utiliser de futures armes laser ou micro-ondes grâce à l’énergie de ses moteurs.

Le navire de Batman

«Si Batman avait un navire, ce serait l’USS Zumwalt» a ironisé l’amiral Harry B. Harris, Jr. qui commande l’armada américaine dans le pacifique où le navire sera affecté. «Il ne ressemble à aucun autres navires et peut faire des choses qu’aucun autre ne peut faire» a vanté un autre officiel. Un optimisme de bon ton alors que, pour beaucoup, l’USS Zumwalt résonne avant tout comme un programme militaire en échec.

En effet, la Navy devait au départ en acquérir 32 exemplaires. Elle ne s’en fera finalement livrer que trois autres. La faute à un dérapage budgétaire conséquent et à une efficacité opérationnelle discutable. Certains critiquent le coût exorbitant de ce programme et comparent les 7,5 milliards de dollars (environ 6,8 milliards d’euros) dépensés pour un navire de cette classe aux 2,2 milliards de dollars (environ 2 milliards d’euros) nécessaires pour lancer un sous-marin nucléaire, bâtiment jugé plus efficace.

Deux autres navires de la même classe sont actuellement en construction et doivent sortir prochainement des chantiers de Bath Iron dans le Maine. Il s’agira du Michael Mansoor et du Lyndon B. Johnson.

SOURCE

Voir aussi

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :22/05/2017 à :12h10.

 

Lueurs nocturnes en mer attention aux méprises.

Ces lumières proviennent donc de bateaux de pêche qui utilisent d’énormes structures de LED qui diffusent des lumières vertes pour attirer les calmars et les planctons à la surface. crédit photo: gurumed.org/

Ces lumières proviennent donc de bateaux de pêche qui utilisent d’énormes structures de LED qui diffusent des lumières vertes pour attirer les calmars et les planctons à la surface.
crédit photo:
gurumed.org/

Adm:cropped-capture2.jpg
Jeudi 19 Mars 2015 à 11h05:
« Comme pour le secteur aérien , les lueurs en mer existent et certaines peuvent être mal interprétées. Alors une page méprises s’ouvre sur notre site ici afin d’apprendre ensemble ce qui existe en lumières nocturnes naturelles ou artificielles concernant le milieu maritime.« 
Barre cora
ODH TV
Ajoutée le 14 mars 2015

Vidéo de bateau à Nice (06), le 01er mars 2015.

Cette vidéo fait partie de la playlist « Objet aquatique identifié – les méprises »

Video ODH TV

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici.

barre2

Découvrez ci-dessous certains dispositifs d’éclairage des bateaux.

Lien externe

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 19/03/2015 à : 11h05.

cropped-capture2.jpg

 

Le plus grand navire à propulsion nucléaire du monde en construction à Saint-Pétersbourg

Photo : RIA Novosti

Photo : RIA Novosti

Article source:  french.ruvr.ru/

14 novembre, 23:24 

Par La Voix de la Russie | Un nouveau et puissant brise-glace à propulsion nucléaire est actuellement en construction dans les chantiers navals de la Baltique à Saint-Pétersbourg. Il prendra la direction de la Route maritime du Nord en 2018. Le nouveau brise-glace pourra guider des navires individuels ou des convois, remorquer des structures flottantes et réaliser des opérations de sauvetage sur glace et en eau libre. Il peut remorquer en toute sécurité et en toute confiance au moins 16 méthaniers. Ce navire est conçu pour fonctionner toute l’année et peut atteindre n’importe quel point de l’océan Arctique à tout moment de l’année, a indiqué Mustafa Kachka directeur général adjoint de Rosatomflot à La Voix de la Russie.

« Ce nouveau brise-glace est nécessaire dans l’Arctique. Les navires à propulsion nucléaire actuellement en fonction ont été construits il y a longtemps et il est temps de les renouveler. Le nouveau brise-glace est puissant, il va permettre de dégager des routes maritimes jusqu’à trois mètres d’épaisseur de glace, quand les brise-glaces en fonction ne peuvent pas rompre plus de 2,2m de glace. C’est le navire le plus large du monde : 33m de large contre 30m pour les navires actuels. Cela signifie qu’il sera en mesure de remorquer dans la glace des navires de grande taille, et donc de lourds tonnages. Il sera équipé d’une nouvelle installation atomique à la sécurité renforcée, qui produira beaucoup moins de déchets. La recharge du réacteur ne sera pas nécessaire au terme de 4 ou 6 ans d’exploitation, comme c’est le cas avec les navires à propulsion nucléaire russes actuellement en activité, mais au terme de 8 à 10 ans. Sur le nouveau navire à propulsion nucléaire, beaucoup de fonctions ont été automatisées et donc son personnel sera restreint. Ainsi, ce nouveau navire sera plus efficace. »

Au cours des 10 prochaines années, la Russie construira au moins huit nouveaux brise-glaces. Ils sont nécessaires avant tout en Russie. Cependant, il a déjà été reconnu par la Chine, la Corée du Sud et les pays d’Europe du Nord que la route maritime du Nord permet de faire d’importantes économies de temps et d’argent par rapport aux routes maritimes traditionnelles passant par les mers du Sud – jusqu’à 500 mille dollars en un seul voyage. De telles traversées ont déjà été effectuées.

Pour la Russie, il est important que les navires de gaz en provenance de la péninsule de Yamal puissent circuler toute l’année. On est en train d’y construire le nouveau port de Sabetta, qui d’ici 2020 pourra traiter jusqu’à 17 millions de tonnes de fret par an. Ce projet est basé sur une coopération entre la Russie, la France et la Chine. Les nouveaux brise-glaces permettront de transporter des marchandises tout au long de l’année sur la Route maritime du Nord, et de mettre en place de nouveaux centres de secours le long de cette route maritime.

Aucun pays n’a une activité économique et de recherche équivalente à celle de la Russie dans l’Arctique. La conception d’un nouveau brise-glace plus puissant est l’une des garanties de la réussite de cette activité.

Irina Gardénina, Rédaction en ligne
Source:  la voix de la russie

geysergifMise à jour investigation océanographique et oanis, le : 16/11/2013 à :9h20.

cropped-capture2.jpg

%d blogueurs aiment cette page :