Archives de la catégorie ‘Navires, voiliers/ Festivals

Dossier: L’USS Zumwalt, le destroyer furtif du futur

«Si Batman avait un navire, ce serait l’USS Zumwalt» [U.S. Navy]
Crédit:
cnewsmatin.fr

Si nous avons une idée plus précise concernant les nouvelles technologies étudiées pour les avions, les lanceurs spatiaux, les drones, les robots, c’est plus difficile pour les bâtiments de surface ou les sous-marins concernant la filière navale militaire à travers le monde.

Cependant nous avons une réalité. La marine n’est pas en reste et n’a rien a envier à l’armée de l’air et ceci est valable pour toutes les puissances de la planète.

Bien entendu les U.S.A mettent toujours autant de moyens financiers pour aiguiser leur défense. Les budgets alloués pour l’ US Navy sont aussi onéreux et bien au-dessus des autres nations. Alors de toute évidence ils ne peuvent avoir que de l’avance sur leurs rivaux et la concurrence.

Le contenu des réalisations maritimes doivent constituées un dossier si l’on ne veut pas être larguer dans le futur. Ceci serait préjudiciable pour nos investigations concernant les O.A.N.I ( Observations Aquatiques Non-Identifiées qui recense des structures mobiles marines, sous-marines aéronavales et aériennes lorsque un O.V.N.I est observé près d’un lac , d’une mer , d’un estuaire, d’ un océan ou même au dessus d’ une base navale ou d’un site sensible protègé tout simplement).

Alors commençons par L’USS Zumwalt, ce spécimen de l’US.NAVY est l’un des derniers fleurons mis à l’eau. Avec cette petite nuance. A ce jour n’existe-t-il pas encore mieux que ce bateau aux allures certes, futuristes? Ceci sera l’éternel débat. Nous n’avons pas accès aux » projets noirs  » pour le savoir, et nous n’aurons jamais cet accès, c’est la réalité.

Est-il nécessaire de rappeler qu’un programme désigne la partie administrative et financière, alors qu’un projet désigne plutôt une réalisation technique particulière? Les armes, les vaisseaux espions, les modes de propulsion, les alliages, les blindages,  les contre mesures, les moyens de détection comme les radars, les sonars  ou les satellites etc , bref la liste est encore longue.

Ce ( » budget noir »black budget) aux U.S.A serait compris entre 10 et 40 milliards de dollars par an!

Les hautes technologies  classées Top-Secret  bénéficient de cet argent. Les employés  pour la recherche et le développement travaillent en secret. Les techniciens , les ingénieurs et d’autres personnes qui réaliseront un appareil ou une arme dernier cri ne savent pas forcément ce qu’elles réalisent mis à part la pièce qu’elles fabriquent et n’assisteront jamais à l’assemblage final d’un vaisseau, d’une arme ou autre.

Le tableau dressé ici est utile pour notre compréhension de certains mécanismes et rouages fermés et interdit au public!

A présent ci-dessous nous reprenons un article présentant l’USS Zumwalt. Bonne lecture .

La classe Zumwalt (DDG-1000, ex-DDX, ex-DD 21)
Caractéristiques prévues en 2006 pour l’USS Zumwalt.
crédit illustration Wikipédia /
Michael Monsoor · Lyndon B. Johnson

Article source : cnewsmatin.fr

Par CNEWS Matin, publié le 17/10/2016 à 12:52.

L’USS Zumwalt est présenté comme le destroyer américain du futur. Bardé d’électronique, furtif et puissant comme aucun autre navire avant lui, c’est surtout le bateau le plus cher jamais construit par les Etats-Unis : 7,5 milliards de dollars.

Il a officiellement été incorporé à l’US Navy samedi dernier lors d’une cérémonie à Baltimore, après une année de tests et de vérifications. Le navire frappe immédiatement par ses formes anguleuses et planes. Un profil qui le rendrait beaucoup plus difficile à détecter sur un radar qu’un destroyer conventionnel.

«Selon l’US Navy, la signature radar est 50 fois inférieure à celle des précédents destroyers. Le témoignage d’un pêcheur de la région de Bath, qui a croisé la route du mastodonte lors de ses essais, est à ce titre intéressant. Il a en effet indiqué que, sur son radar, l’écho renvoyé par l’USS Zumwalt était minime, faisant passer le destroyer pour un minuscule bateau de pêche de 40 à 50 pieds (12 à 15 mètres)», écrit le site spécialisé Mer et Marine.

Vidéos youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Sur le papier, l’USS Zumwalt passe également pour une arme redoutable. Jugez plutôt. Il dissimulerait 80 silos à missiles dans sa coque en forme de flèche. Il pourrait combattre avec les derniers chasseurs et les derniers hélicoptères mis en service par l’armée. Et surtout, il peut pilonner avec des pièces d’artillerie de 155 mm jusqu’à 100 km dans les terres. Cerise sur le gâteau, enfin, il sera capable d’utiliser de futures armes laser ou micro-ondes grâce à l’énergie de ses moteurs.

Le navire de Batman

«Si Batman avait un navire, ce serait l’USS Zumwalt» a ironisé l’amiral Harry B. Harris, Jr. qui commande l’armada américaine dans le pacifique où le navire sera affecté. «Il ne ressemble à aucun autres navires et peut faire des choses qu’aucun autre ne peut faire» a vanté un autre officiel. Un optimisme de bon ton alors que, pour beaucoup, l’USS Zumwalt résonne avant tout comme un programme militaire en échec.

En effet, la Navy devait au départ en acquérir 32 exemplaires. Elle ne s’en fera finalement livrer que trois autres. La faute à un dérapage budgétaire conséquent et à une efficacité opérationnelle discutable. Certains critiquent le coût exorbitant de ce programme et comparent les 7,5 milliards de dollars (environ 6,8 milliards d’euros) dépensés pour un navire de cette classe aux 2,2 milliards de dollars (environ 2 milliards d’euros) nécessaires pour lancer un sous-marin nucléaire, bâtiment jugé plus efficace.

Deux autres navires de la même classe sont actuellement en construction et doivent sortir prochainement des chantiers de Bath Iron dans le Maine. Il s’agira du Michael Mansoor et du Lyndon B. Johnson.

SOURCE

Voir aussi

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :22/05/2017 à :12h10.

 

Publicités

Lueurs nocturnes en mer attention aux méprises.

Ces lumières proviennent donc de bateaux de pêche qui utilisent d’énormes structures de LED qui diffusent des lumières vertes pour attirer les calmars et les planctons à la surface. crédit photo: gurumed.org/

Ces lumières proviennent donc de bateaux de pêche qui utilisent d’énormes structures de LED qui diffusent des lumières vertes pour attirer les calmars et les planctons à la surface.
crédit photo:
gurumed.org/

Adm:cropped-capture2.jpg
Jeudi 19 Mars 2015 à 11h05:
« Comme pour le secteur aérien , les lueurs en mer existent et certaines peuvent être mal interprétées. Alors une page méprises s’ouvre sur notre site ici afin d’apprendre ensemble ce qui existe en lumières nocturnes naturelles ou artificielles concernant le milieu maritime.« 
Barre cora
ODH TV
Ajoutée le 14 mars 2015

Vidéo de bateau à Nice (06), le 01er mars 2015.

Cette vidéo fait partie de la playlist « Objet aquatique identifié – les méprises »

Video ODH TV

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici.

barre2

Découvrez ci-dessous certains dispositifs d’éclairage des bateaux.

Lien externe

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 19/03/2015 à : 11h05.

cropped-capture2.jpg

 

Le plus grand navire à propulsion nucléaire du monde en construction à Saint-Pétersbourg

Photo : RIA Novosti

Photo : RIA Novosti

Article source:  french.ruvr.ru/

14 novembre, 23:24 

Par La Voix de la Russie | Un nouveau et puissant brise-glace à propulsion nucléaire est actuellement en construction dans les chantiers navals de la Baltique à Saint-Pétersbourg. Il prendra la direction de la Route maritime du Nord en 2018. Le nouveau brise-glace pourra guider des navires individuels ou des convois, remorquer des structures flottantes et réaliser des opérations de sauvetage sur glace et en eau libre. Il peut remorquer en toute sécurité et en toute confiance au moins 16 méthaniers. Ce navire est conçu pour fonctionner toute l’année et peut atteindre n’importe quel point de l’océan Arctique à tout moment de l’année, a indiqué Mustafa Kachka directeur général adjoint de Rosatomflot à La Voix de la Russie.

« Ce nouveau brise-glace est nécessaire dans l’Arctique. Les navires à propulsion nucléaire actuellement en fonction ont été construits il y a longtemps et il est temps de les renouveler. Le nouveau brise-glace est puissant, il va permettre de dégager des routes maritimes jusqu’à trois mètres d’épaisseur de glace, quand les brise-glaces en fonction ne peuvent pas rompre plus de 2,2m de glace. C’est le navire le plus large du monde : 33m de large contre 30m pour les navires actuels. Cela signifie qu’il sera en mesure de remorquer dans la glace des navires de grande taille, et donc de lourds tonnages. Il sera équipé d’une nouvelle installation atomique à la sécurité renforcée, qui produira beaucoup moins de déchets. La recharge du réacteur ne sera pas nécessaire au terme de 4 ou 6 ans d’exploitation, comme c’est le cas avec les navires à propulsion nucléaire russes actuellement en activité, mais au terme de 8 à 10 ans. Sur le nouveau navire à propulsion nucléaire, beaucoup de fonctions ont été automatisées et donc son personnel sera restreint. Ainsi, ce nouveau navire sera plus efficace. »

Au cours des 10 prochaines années, la Russie construira au moins huit nouveaux brise-glaces. Ils sont nécessaires avant tout en Russie. Cependant, il a déjà été reconnu par la Chine, la Corée du Sud et les pays d’Europe du Nord que la route maritime du Nord permet de faire d’importantes économies de temps et d’argent par rapport aux routes maritimes traditionnelles passant par les mers du Sud – jusqu’à 500 mille dollars en un seul voyage. De telles traversées ont déjà été effectuées.

Pour la Russie, il est important que les navires de gaz en provenance de la péninsule de Yamal puissent circuler toute l’année. On est en train d’y construire le nouveau port de Sabetta, qui d’ici 2020 pourra traiter jusqu’à 17 millions de tonnes de fret par an. Ce projet est basé sur une coopération entre la Russie, la France et la Chine. Les nouveaux brise-glaces permettront de transporter des marchandises tout au long de l’année sur la Route maritime du Nord, et de mettre en place de nouveaux centres de secours le long de cette route maritime.

Aucun pays n’a une activité économique et de recherche équivalente à celle de la Russie dans l’Arctique. La conception d’un nouveau brise-glace plus puissant est l’une des garanties de la réussite de cette activité.

Irina Gardénina, Rédaction en ligne
Source:  la voix de la russie

geysergifMise à jour investigation océanographique et oanis, le : 16/11/2013 à :9h20.

cropped-capture2.jpg

L’USS America achève avec succès ses premiers essais

L'USS America crédits : US NAVY

L’USS America
crédits : US NAVY

Article sourcemeretmarine.com/

Le nouveau porte-hélicoptères d’assaut américain est rentré le 8 novembre au chantier Huntington Ingalls Industries de Pascagoula, dans le Mississipi, à l’issue de sa première sortie en mer. Une campagne de tests de quatre jours qui a notamment porté sur la propulsion et la manoeuvrabilité du bâtiment, mais aussi sur les moyens de communication et les radars. HII parle d’essais réussis et l’US Navy a, au passage, eu la bonne idée de réaliser quelques vues de l’USS America (LHA 6), dont les images étaient jusqu’ici fort rares.

Premier d’une nouvelle série de sept porte-hélicoptères d’assaut destinés à succéder aux unités du type Tarawa, l’USS America doit intégrer la flotte américaine début 2014. On remarquera que son design est très voisin de celui de l’USS Makin Island (LHD 8), huitième et dernier bâtiment du type Wasp, mis en service en octobre 2009.

L'USS America (© US NAVY)

L’USS America (© US NAVY)

L'USS America (© US NAVY)

L’USS America (© US NAVY)

L'USS America (© US NAVY)

L’USS America (© US NAVY)

Long de 257.3 mètres pour une largeur de 32.3 mètres, le LHA 6 présentera un déplacement de plus de 45.000 tonnes à pleine charge. Ce bâtiment est conçu pour mettre en œuvre un parc aérien d’une trentaine d’appareils comprenant des avions de combat F-35B, des convertibles MV-22 Osprey et des hélicoptères. Armé par un équipage de 1059 hommes, dont 65 officiers, il pourra accueillir près de 1700 soldats de l’US Marine Corps. Contrairement aux précédents porte-hélicoptères d’assaut de l’US Navy, il ne dispose pas de radier permettant d’abriter des engins de débarquement (chalands ou LCAC). Il en sera de même pour son premier sistership, le futur USS Tripoli (LHA 7), dont la livraison est prévue en 2018. Les cinq bâtiments suivants disposeront en revanche d’un radier, le Pentagone ayant accédé à la demande de l’USMC, qui a milité pour le retour des capacités de débarquement sur ces nouveaux navires.

SOURCE

geyser

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 12/11/2013 à : 17h15.

cropped-capture2.jpg

Navire: Monge (A 601)

05MONGESIRPA21

Le Monge est un bâtiment d’essais et de mesures (BEM). Le Monge est en service dans la Marine nationale depuis le 4 novembre 1992. Ce bâtiment est le seul de ce type dans la Marine militaire française et quasiment unique au monde.

Wikipédia:

Le Monge, qui tient son nom du mathématicien français Gaspard Monge (1746-1818), a pris la succession du BEM Henri Poincaré, en service depuis 1968. Construit par les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire. Il est armé par un équipage mixte de la Marine nationale et de la DGA (personnel de DGA Essais de missiles).

Sa mission principale consiste à se placer au large en mer pour observer avec ses capteurs les essais en vol des missiles tirés depuis le centre DGA Essais de missiles de Biscarrosse (ex-Centre d’essais des Landes), en particulier les missiles balistiques MSBS M45 et M51, mais aussi les missiles nucléaires aéroportés ASMP (et maintenant ASMPA) et certains autres tirs de missiles à longue portée. Il est aussi utilisé pour la surveillance de l’espace (satellites, débris, ISS, etc.) au profit du CNES et d’autres organismes militaires. Il participe occasionnellement à des missions au profit de l’Agence spatiale européenne (lancements Ariane).

barredesparation4zi7

cropped-capture2.jpg

Bonus investigation océanographique et oanis:

Lien du site de la marine, un document au format PDF  pouvant être télechargé pour les gens intéressés par ce bateau.

( Cliquez sur le lien ci-contre.) MARINE

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :16/06/2013 à : 19h40.

cropped-capture2.jpg

Armada 2013 : Les bateaux vus de l’eau

Crédit photo: Armada de la Liberté

Crédit photo: Armada de la Liberté

cropped-capture2.jpg

avatareraavatar i love japan

Note adm:

Dimanche: 16 Juin 2013 à : 19h00.

Petite pause ufologique avec du rêve et ces beaux navires présentés sur les quais de l’armada en Normandie.

gif voilier

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 16/06/2013 à : 19h00.

cropped-capture2.jpg

Hermione : Amérique, nous voilà !

HermoineMise à l’eau l’été dernier à Rochefort, la frégate Hermione devrait effectuer un voyage inaugural aux Etats-Unis sur les traces de La Fayette. L’association organisatrice cherche des entreprises partenaires.

Le premier rêve a été accompli. L’Hermione flotte et le chantier est désormais assuré par les gréeurs qui implantent les mâts. Il aura fallu près de 20 ans de travaux et un budget de 25 millions d’euros, financé à 60 % par le public. Le deuxième rêve consiste à convoyer la frégate au printemps 2015 jusqu’au Etats-Unis pour son voyage inaugural en hommage à La Fayette. Son nom est à jamais attaché à l’histoire de la Révolution américaine. En tant que père de l’indépendance, son portrait est accroché à la Maison-Blanche. De Chesapeake à Boston, en passant par Philadelphie, Baltimore, New-York et Halifax, le voyage de 7 500 milles se terminerait à Brest, port où La Fayette et une troupe de 1 000 combattants français ont embarqué pour rejoindre l’Amérique. L’équipage sera composé de 18 marins professionnels et de plusieurs dizaines de stagiaires confirmés. « Au 18ème siècle, pour faire naviguer ce bateau, ils étaient plus de 300 », commente Jean-François Fountaine, vice-président de l’association Hermione-La Fayette.

Partenaires d’escales ou d’étapes 
Le budget du périple est estimé à 3 millions d’euros. « Nous cherchons actuellement des entreprises privées, notamment aux Etats-Unis, pour devenir partenaires lors des escales ou lors des étapes », précise Benedict Donnelly, président de l’association. La décision définitive sera prise en juin, « mais avec seulement la moitié du budget, on se lancera ! » En effet, le compte à rebours a commencé. Le chantier doit être terminé dans un an. L’automne 2014 sera consacré à la prise en mains de la frégate par l’équipage. Des entraînements en mer se succéderont avant le grand départ, prévu en avril 2015. Les organisateurs comptent aussi mobiliser l’association des grands voiliers américains. D’ores et déjà, ils seront les invités d’honneur des Tonnerres de Brest 2016, cette fête maritime internationale qui a lieu tous les quatre ans. Un chassé-croisé entre la France et les Etats-Unis, symbole du fort lien maritime qui unit les deux pays.

(Source : Le Figaro)

Hermione : Amérique, nous voilà !.

etrange-et-insolite

Publié 30 avril 2013 par Sylv1 dans Navires, voiliers/ Festivals

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :