Archives du tag ‘Pacifique

Under The Pole 3

Crédit image :
.underthepole.com/

De  2017 à 2020, 3 ans d’exploration pour une équipe de plongeurs et de scientifiques vont parcourir le monde à bord de la goélette  Polaire Why, de l’arctique à l’antarctique en passant par le Pacifique et l’Atlantique.

Grâce à de nouvelles techniques innovantes qui autoriseront de longues plongées à plus de 100 mètres de profondeur l’équipe compte découvrir le côté caché de nos océans allant  des milieux tropicaux ou milieux polaires. ( Résumé du document ci- dessous -source  Under The Pole )

Cliquez sur l’image PDF pour accéder au document de UnderThe Pole

Document Under the pole 

Article ,document et images source Under The pole ©

Sur Facebook 

https://www.facebook.com/underthepole/  

LA CAPSULE – DU PAPIER À LA RÉALITÉ.
Plusieurs mois ont été nécessaires pour finaliser les plans de la capsule et ainsi entamer la phase de construction. Fin juin, après 12 semaines de chantier, nous réceptionnons la capsule et entamons les phases de tests initiales à Concarneau. Dans un premier temps, un test d’étanchéité des dômes est effectué en la remplissant d’eau pour détecter d’éventuels écoulements. L’inspection ne révèle aucune fuite – Test positif.

La seconde phase consiste à expérimenter le contrôle d’oxygène et la régulation d’atmosphère dans l’habitat sous-marin. Trois plongeurs y ont été confinés 24h durant. L’essai est effectué hors d’eau pour un meilleur suivi et une analyse  rigoureuse des paramètres post expérience.

Les informations des différents capteurs d’oxygène, de dioxyde de carbone, de monoxyde de carbone, d’hélium et de température sont retransmises à l’extérieur où 7 personnes se relaient en permanence pour surveiller la capsule et ses hôtes. Après 24 h, l’opération est un succès et les résultats s’annoncent prometteurs pour la suite.
LA CAPSULE
POLYNÉSIE – ENTRAÎNEMENT DE PLONGÉE
L’équipe de plongeurs est maintenant au complet depuis son arrivée en Polynésie française début juillet où elle s’entraîne aux côtés d’Aldo Ferrucci – instructeur en plongée recycleur et plongeur profond très expérimenté. L’objectif est de maîtriser parfaitement les machines pour être opérationnels à 60, 90 et 120 mètres, profondeurs de travail lors du programme sur les coraux profonds « Deep Hope » qui débutera au mois d’août. Simulations de pannes, exercice d’urgence et acquisition des automatismes sont au programme pour tous les plongeurs. Le rythme est intense !

Source 

Retrouvez aussi cette expédition sur Viméo

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 19/07/2018 à 16h55.

Octobre 2017 : Un intrus non-identifié dans l’ Oregon aux U.S.A .

Le remplacement de longerons sur le F-15C étendrait sa durée de vie au milieu des années 2030, prétend Boeing . (photo: U.S. Air Force)
Crédit-image et information- ainonline.com

Le quotidien Ouest France a publié un fait divers hors du commun le  Vendredi 17 Novembre 2017 qui nous intéresse ici .

L’Ouest de l’Oregon situé aux état-unis proche géographiquement de l’océan pacifique a été le théâtre d’une intervention aérienne le 25 octobre 2017.

Le NORADNorth American Aerospace Defense Command)  ( Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord), a été sollicité par l’Agence fédérale de l’aviation des États-Unis (FAA) pour intercepter un avion inconnu qui n’avait ni  plan de vol, ni même un transpondeur d’identification, qui aurait permis son identification. Après l’échec des tentatives de communication avec l’appareil, les stations du contrôle aérien ont déclenché l’alarme à la FAA qui dut s’en remettre au NORAD.

L’intrus était à une altitude située entre 10 000 et 12 000 mètres, qui est le couloir des vols commerciaux.

Mais voilà, aucune trace de l’appareil ! L’US Air Force (l’armée de l’air américaine) a même envoyé plusieurs chasseurs intercepteurs F-15C pour tenter de repérer le mystérieux avion, décrit simplement comme un « objet volant de couleur blanche ». Mais toujours rien.

 Quelques témoins et beaucoup de rumeurs

Les rumeurs ont rapidement fusé sur internet. Certaines évoquent même un possible trafic de drogue. Les rares informations collectées sur cet appareil non identifié concernent sa vitesse : celle d’un avion de ligne classique. « Quelques équipages ont pu le suivre visuellement. Mais personne n’a pu le voir d’assez près pour reconnaître de quel type  d’avion il s’agissait », selon un des pilotes.

Quelques pilotes ont pu le repérer brièvement sur leur radar, mais impossible de le suivre pour autant. « Le dernier avion à le voir devait descendre à l’aéroport de Portland et l’a perdu de vue. » C’était au-dessus de la vallée de Willamette, direction nord.

« Les chasseurs ont volé un certain temps, mais ne l’ont pas trouvé. Et c’est tout. » Pourtant, ce vol pourrait constituer une violation de l’espace aérien, et constituer une menace pour la sécurité des États-Unis.


Investigations 

Crédit image de la carte de L’ Oregon
voyagesphotosmanu.com

L’ Oregon est situé sur la côte Pacifique entre les États de Washington au nord, de Californie au sud, du Nevada au sud-est, et de l’Idaho à l’est. Ses frontières au nord et à l’est suivent pour l’essentiel les cours du fleuve Columbia et de la rivière Snake. Maps

L’US NAVY possède une base navale située à Apra  Harbor   dans le Pacifique sur l’île de Guam .

Jusqu’en  en octobre 1944 cette base d’opérations de la Marine sous l’appellation Naval Operating Base,elle est surnommée The Pacific Supermarket. La base navale de Guam accueille le commandement du Submarine Squadron 15.

Les différents commandements implantés sont:

  • Submarine Squadron 15 (en)
  • US Coast Guard Sector Guam
  • Naval Special Warfare Unit One
  • Military Sealift Command Ship Support Unit Guam
  • United States Navy Explosive Ordnance Disposal (en) Mobile Unit FIVE
  • Navy Munitions Command East Asia Division Unit Guam
  • Naval Airborne Weapons Maintenance Unit 1
  • Naval Communications Station Guam
  • Helicopter Sea Combat Squadron Two Five
  • Explosive Ordnance Disposal mobile Unit Five

Position géostratégique:

La ligne allant  de Pearl Harbor à Manille aux Philippines  est jalonnée par les atolls de Midway,  Wake et Guam.

Guam, est équipé d’un bouclier anti-missiles THAAD.

La superficie de l’océan Pacifique atteint 181 millions de kilomètres carrés, soit la moitié de tous les océans et plus du tiers de la surface du globe, qui totalise 510 millions de kilomètres carrés.

Concernant cet océan outre les états-unis , le japon, la chine , la Russie, les Pays Bas, la France etc, le secteur présente un vif intérêt à cet égard  .

Alors il n’est pas étonnant que les USA prennent ce type d’intrusion au sérieux. Maintenant, ceci ne nous dit pas la nature exacte de l’intrusion. 

N’oublions pas ce petit détail d’importance . Pyongyang  ( Corée du Nord) a présenté en août 2017 son projet détaillé pour tirer une salve de quatre missiles au-dessus du Japon vers le territoire américain de Guam, ceci peut-être  un indicateur lorsque l’on observe les tensions internationales en ce moment même.

Des essais  ou et des manœuvres sont ils effectués par l’armée américaine  à l’insu des civils ?

Cette partie géographique est elle testée par les rivaux des américains? 

A moins que ceci ne soit l’oeuvre  d’un véritable OVNI , voire d’un O.A.N.I. Si tel est le cas, alors toutes les raisons sont envisageables autant que l’origine de cette incursion dans l’Oregon proche du pacifique.


Références

lapresse.ca

Ouest france

wikipédia 

persee.fr

©2017


Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :21/11/2017 à :15h40.

 

Dossier: L’USS Zumwalt, le destroyer furtif du futur

«Si Batman avait un navire, ce serait l’USS Zumwalt» [U.S. Navy]
Crédit:
cnewsmatin.fr

Si nous avons une idée plus précise concernant les nouvelles technologies étudiées pour les avions, les lanceurs spatiaux, les drones, les robots, c’est plus difficile pour les bâtiments de surface ou les sous-marins concernant la filière navale militaire à travers le monde.

Cependant nous avons une réalité. La marine n’est pas en reste et n’a rien a envier à l’armée de l’air et ceci est valable pour toutes les puissances de la planète.

Bien entendu les U.S.A mettent toujours autant de moyens financiers pour aiguiser leur défense. Les budgets alloués pour l’ US Navy sont aussi onéreux et bien au-dessus des autres nations. Alors de toute évidence ils ne peuvent avoir que de l’avance sur leurs rivaux et la concurrence.

Le contenu des réalisations maritimes doivent constituées un dossier si l’on ne veut pas être larguer dans le futur. Ceci serait préjudiciable pour nos investigations concernant les O.A.N.I ( Observations Aquatiques Non-Identifiées qui recense des structures mobiles marines, sous-marines aéronavales et aériennes lorsque un O.V.N.I est observé près d’un lac , d’une mer , d’un estuaire, d’ un océan ou même au dessus d’ une base navale ou d’un site sensible protègé tout simplement).

Alors commençons par L’USS Zumwalt, ce spécimen de l’US.NAVY est l’un des derniers fleurons mis à l’eau. Avec cette petite nuance. A ce jour n’existe-t-il pas encore mieux que ce bateau aux allures certes, futuristes? Ceci sera l’éternel débat. Nous n’avons pas accès aux » projets noirs  » pour le savoir, et nous n’aurons jamais cet accès, c’est la réalité.

Est-il nécessaire de rappeler qu’un programme désigne la partie administrative et financière, alors qu’un projet désigne plutôt une réalisation technique particulière? Les armes, les vaisseaux espions, les modes de propulsion, les alliages, les blindages,  les contre mesures, les moyens de détection comme les radars, les sonars  ou les satellites etc , bref la liste est encore longue.

Ce ( » budget noir »black budget) aux U.S.A serait compris entre 10 et 40 milliards de dollars par an!

Les hautes technologies  classées Top-Secret  bénéficient de cet argent. Les employés  pour la recherche et le développement travaillent en secret. Les techniciens , les ingénieurs et d’autres personnes qui réaliseront un appareil ou une arme dernier cri ne savent pas forcément ce qu’elles réalisent mis à part la pièce qu’elles fabriquent et n’assisteront jamais à l’assemblage final d’un vaisseau, d’une arme ou autre.

Le tableau dressé ici est utile pour notre compréhension de certains mécanismes et rouages fermés et interdit au public!

A présent ci-dessous nous reprenons un article présentant l’USS Zumwalt. Bonne lecture .

La classe Zumwalt (DDG-1000, ex-DDX, ex-DD 21)
Caractéristiques prévues en 2006 pour l’USS Zumwalt.
crédit illustration Wikipédia /
Michael Monsoor · Lyndon B. Johnson

Article source : cnewsmatin.fr

Par CNEWS Matin, publié le 17/10/2016 à 12:52.

L’USS Zumwalt est présenté comme le destroyer américain du futur. Bardé d’électronique, furtif et puissant comme aucun autre navire avant lui, c’est surtout le bateau le plus cher jamais construit par les Etats-Unis : 7,5 milliards de dollars.

Il a officiellement été incorporé à l’US Navy samedi dernier lors d’une cérémonie à Baltimore, après une année de tests et de vérifications. Le navire frappe immédiatement par ses formes anguleuses et planes. Un profil qui le rendrait beaucoup plus difficile à détecter sur un radar qu’un destroyer conventionnel.

«Selon l’US Navy, la signature radar est 50 fois inférieure à celle des précédents destroyers. Le témoignage d’un pêcheur de la région de Bath, qui a croisé la route du mastodonte lors de ses essais, est à ce titre intéressant. Il a en effet indiqué que, sur son radar, l’écho renvoyé par l’USS Zumwalt était minime, faisant passer le destroyer pour un minuscule bateau de pêche de 40 à 50 pieds (12 à 15 mètres)», écrit le site spécialisé Mer et Marine.

Vidéos youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Sur le papier, l’USS Zumwalt passe également pour une arme redoutable. Jugez plutôt. Il dissimulerait 80 silos à missiles dans sa coque en forme de flèche. Il pourrait combattre avec les derniers chasseurs et les derniers hélicoptères mis en service par l’armée. Et surtout, il peut pilonner avec des pièces d’artillerie de 155 mm jusqu’à 100 km dans les terres. Cerise sur le gâteau, enfin, il sera capable d’utiliser de futures armes laser ou micro-ondes grâce à l’énergie de ses moteurs.

Le navire de Batman

«Si Batman avait un navire, ce serait l’USS Zumwalt» a ironisé l’amiral Harry B. Harris, Jr. qui commande l’armada américaine dans le pacifique où le navire sera affecté. «Il ne ressemble à aucun autres navires et peut faire des choses qu’aucun autre ne peut faire» a vanté un autre officiel. Un optimisme de bon ton alors que, pour beaucoup, l’USS Zumwalt résonne avant tout comme un programme militaire en échec.

En effet, la Navy devait au départ en acquérir 32 exemplaires. Elle ne s’en fera finalement livrer que trois autres. La faute à un dérapage budgétaire conséquent et à une efficacité opérationnelle discutable. Certains critiquent le coût exorbitant de ce programme et comparent les 7,5 milliards de dollars (environ 6,8 milliards d’euros) dépensés pour un navire de cette classe aux 2,2 milliards de dollars (environ 2 milliards d’euros) nécessaires pour lancer un sous-marin nucléaire, bâtiment jugé plus efficace.

Deux autres navires de la même classe sont actuellement en construction et doivent sortir prochainement des chantiers de Bath Iron dans le Maine. Il s’agira du Michael Mansoor et du Lyndon B. Johnson.

SOURCE

Voir aussi

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :22/05/2017 à :12h10.

 

La fosse des Mariannes habitée par les microbes

Source : la voix de la russie18.03.2013, 08:32, heure de Moscou

gif dauphins

 

Марианский желоб марианская впадина

© Photо: ru.wikipedia.org/Kmusser/сс-by-sa 3.0

Des niveaux remarquablement élevés d’activité microbienne ont été relevés dans la fosse des Mariannes, dans l’océan Pacifique, le site le plus profond de la croûte terrestre actuellement connu, ont rapporté des chercheurs, ce dimanche dans la revue Nature Geoscience.

La fosse des Mariannes, sorte de longue cicatrice de 2 550 km de long dans l’océan Pacifique, atteint 11 km de profondeur au point Challenger Deep, où pourrait être englouti le mont Everest (8 850 m). En raison de son extrême profondeur, elle est enveloppée d’une obscurité perpétuelle, avec des températures glaciales.

De nombreux scientifiques considèrent que plus le fond de l’océan est profond, plus il est privé de nourriture qui doit faire son chemin depuis la surface riche en oxygène.

L’équipe conduite par Ronnie Glud (Université du Danemark du Sud, Odense) a cependant eu la surprise de découvrir que la fosse des Mariannes était en fait étonnamment riche en matière organique. Les chercheurs y ont constaté un taux de consommation biologique d’oxygène deux fois plus élevé que sur un site voisin, profond de seulement 6 000 mètres. Les analyses des sédiments prélevés sur les deux sites révèlent également des concentrations plus élevées de cellules microbiennes à Challenger Deep. Les chercheurs ont notamment utilisé un robot sous-marin spécialement conçu, avec des capteurs ultra-minces pour sonder la consommation d’oxygène des fonds marins. L’équipe a également réalisé des vidéos du fond de la fosse.

« Nous avons trouvé un monde dominé par les microbes qui sont adaptés pour fonctionner efficacement à des conditions extrêmement inhospitalières pour des organismes plus développés », a déclaré Ronnie Glud. « Notre conclusion est que l’important dépôt de matière organique à Challenger Deep maintient une activité microbienne accrue malgré les pressions extrêmes qui caractérisent cet environnement », ont indiqué les chercheurs. Le réalisateur canadien de Titanic, James Cameron, a été l’année dernière le premier homme à explorer pendant plusieurs heures la fosse des Mariannes, décrivant un paysage « lunaire, désert ».

gif dauphins

Mise à Jour Investigation Océanographique et Oanis le 18-3-2013 à 13h42

cropped-capture2.jpg

Pacifique : alerte au tsunami après un violent séisme au large des îles Salomon

Photо: EPA

Photо: EPA

Article source:french.ruvr.ru

la voix de la russie

6.02.2013, 08:01, heure de Moscou

La France a publié une alerte au tsunami pour la Nouvelle-Calédonie, après le puissant séisme de magnitude 8.0 qui s’est produit mercredi à l’est des îles Salomon, dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, indique Reuters.

Un tsunami de 0,9 mètre, déclenché par le séisme, a atteint les îles Salomon, a déclaré le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique. Il pourrait être destructeur autour de l’épicentre et menacer des littoraux plus éloignés, a ajouté l’organisme basé à Hawaï.

Une alerte au tsunami a été déclenchée pour certaines îles du Pacifique Sud par le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique, à Hawaï. L’alerte concerne la Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Nauru, la Papouasie-Nouvelle Guinée, les Tuvalu, Kosrae, les Fidji, les Kiribati et Wallis-et-Futuna.

Le séisme s’est produit à une profondeur de 5 kilomètres et l’épicentre est situé à 340 kilomètres de Kirakira, dans les îles Salomon, selon l’Institut américain de recherche géologique (USGS). Le Bureau météorologique australien et l’Agence météorologique du Japon ont estimé que les côtes australiennes et japonaises n’étaient pas menacées par le tsunami.

barre dorée

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 06/02/2013 à : 06h00.

cropped-capture2.jpg

%d blogueurs aiment cette page :