Archives du tag ‘navire

Le plus grand navire à propulsion nucléaire du monde en construction à Saint-Pétersbourg

Photo : RIA Novosti

Photo : RIA Novosti

Article source:  french.ruvr.ru/

14 novembre, 23:24 

Par La Voix de la Russie | Un nouveau et puissant brise-glace à propulsion nucléaire est actuellement en construction dans les chantiers navals de la Baltique à Saint-Pétersbourg. Il prendra la direction de la Route maritime du Nord en 2018. Le nouveau brise-glace pourra guider des navires individuels ou des convois, remorquer des structures flottantes et réaliser des opérations de sauvetage sur glace et en eau libre. Il peut remorquer en toute sécurité et en toute confiance au moins 16 méthaniers. Ce navire est conçu pour fonctionner toute l’année et peut atteindre n’importe quel point de l’océan Arctique à tout moment de l’année, a indiqué Mustafa Kachka directeur général adjoint de Rosatomflot à La Voix de la Russie.

« Ce nouveau brise-glace est nécessaire dans l’Arctique. Les navires à propulsion nucléaire actuellement en fonction ont été construits il y a longtemps et il est temps de les renouveler. Le nouveau brise-glace est puissant, il va permettre de dégager des routes maritimes jusqu’à trois mètres d’épaisseur de glace, quand les brise-glaces en fonction ne peuvent pas rompre plus de 2,2m de glace. C’est le navire le plus large du monde : 33m de large contre 30m pour les navires actuels. Cela signifie qu’il sera en mesure de remorquer dans la glace des navires de grande taille, et donc de lourds tonnages. Il sera équipé d’une nouvelle installation atomique à la sécurité renforcée, qui produira beaucoup moins de déchets. La recharge du réacteur ne sera pas nécessaire au terme de 4 ou 6 ans d’exploitation, comme c’est le cas avec les navires à propulsion nucléaire russes actuellement en activité, mais au terme de 8 à 10 ans. Sur le nouveau navire à propulsion nucléaire, beaucoup de fonctions ont été automatisées et donc son personnel sera restreint. Ainsi, ce nouveau navire sera plus efficace. »

Au cours des 10 prochaines années, la Russie construira au moins huit nouveaux brise-glaces. Ils sont nécessaires avant tout en Russie. Cependant, il a déjà été reconnu par la Chine, la Corée du Sud et les pays d’Europe du Nord que la route maritime du Nord permet de faire d’importantes économies de temps et d’argent par rapport aux routes maritimes traditionnelles passant par les mers du Sud – jusqu’à 500 mille dollars en un seul voyage. De telles traversées ont déjà été effectuées.

Pour la Russie, il est important que les navires de gaz en provenance de la péninsule de Yamal puissent circuler toute l’année. On est en train d’y construire le nouveau port de Sabetta, qui d’ici 2020 pourra traiter jusqu’à 17 millions de tonnes de fret par an. Ce projet est basé sur une coopération entre la Russie, la France et la Chine. Les nouveaux brise-glaces permettront de transporter des marchandises tout au long de l’année sur la Route maritime du Nord, et de mettre en place de nouveaux centres de secours le long de cette route maritime.

Aucun pays n’a une activité économique et de recherche équivalente à celle de la Russie dans l’Arctique. La conception d’un nouveau brise-glace plus puissant est l’une des garanties de la réussite de cette activité.

Irina Gardénina, Rédaction en ligne
Source:  la voix de la russie

geysergifMise à jour investigation océanographique et oanis, le : 16/11/2013 à :9h20.

cropped-capture2.jpg

Le Salon naval international a entamé ses travaux à Saint-Pétersbourg

© Photo : La Voix de la Russie

© Photo : La Voix de la Russie

Article source:french.ruvr.ru/

Le sixième Salon naval international a entamé ses travaux à Saint-Pétersbourg. Dans son cadre on programme plusieurs points de presse, la présentation des échantillons d’armements et de matériel de guerre naval.

Le salon a la réputation de l’un des trois principaux du monde. Il a réuni à Saint-Pétersbourg des délégations de 50 pays. Quant aux exposants, les visiteurs verront des géants comme la Compagnie unifiée de construction navale (OSK) de Russie et le groupe français Direction des constructions navales services (DCNS), construisant les fameux porte-hélicoptères Mistral. Il est vrai que, selon le chef-adjoint de Rosoboronservice Igor Sévostianov, il ne faut pas s’attendre à quelques sensations au Salon 2013. Le commentaire de l’analyste militaire Prokhor Tebine.

« Il est surtout curieux de voir des navires de guerre. Peut-être, quelques nouveaux contrats seront conclus. Mais, hélas, moi personnellement, je ne m’attends pas à des sensations, tout en espérant le meilleur ».

Pour ce qui est des navires, il y a en effet des choses à voir ici. 35 unités de dimensions différentes mouillent l’ancre : de vedettes au sous-marin. Les navires russes méritent toute attention, raconte l’expert militaire Ilya Kramnik.

« Les bâtiments de guerre sont le clou du programme. Ils attirent toujours l’essentiel de l’attention. Parmi eux il convient de noter la toute récente corvette Boïki, qui vient d’entamer son service dans la Flotte russe de la mer Baltique ».

Il faut remarquer une particularité curieuse. Même si les Etats-Unis passent pour être la première puissance navale, au Salon ils sont très peu représentés. A la différence des entreprises du Vieux Monde qui proposent activement leur production. Ainsi à part le Mistral, le groupe français DCNS présente la toute récente corvette Gowind. Etant donné que le groupe a déjà des liens avec la partie russe, sans doute le DCNS compte en profiter pour conclure de nouveaux contrats.

Artem Kobzev
Source:
la voix de la russie
lxqax
gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 03/07/2013 à : 22h30.

cropped-capture2.jpg

La Russie pourrait construire un nouveau porte-avions

Amiral Kouznetsov © ru.wikipedia.org

Amiral Kouznetsov
© ru.wikipedia.org

Article source: french.ruvr.ru/

La Russie va peut-être procéder à la conception d’un porte-avions moderne. Le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov n’exclut pas qu’une ligne correspondante apparaîsse dans le programme étatique de développement des armements prévu jusqu’à 2025. Selon le vice-ministre, l’industrie russe est prête à réaliser un travail de conception de cette importance.

Trois modèles ont été présentés par l’institut de recherche Krylov de Saint-Pétersbourg, leader de la conception des navires. Malgré le fait que la construction de porte-avions lourds exige de gros investissements, les Américains et d’autres pays étrangers développent activement ce secteur. Quant à la Russie, elle ne dispose à l’heure actuelle que d’un seul porte-avions lourd, Amiral Kouznetsov. Les Russes ont besoin d’au moins deux autres porte-avions de ce type, assure le vice-président de l’Académie des questions géopolitiques Kostantine Sivkov.

« La Russie doit avoir un important parc de porte-avions, déjà parce qu’elle est un centre de pouvoir géopolitique en Eurasie. Sans ce parc, la Russie est incapable d’appuyer sa politique étrangère par la force militaire dans les régions éloignées du monde. Je viens de rentrer du Mexique où les représentants des pays d’Amérique Latine m’ont dit unanimement qu’ils souhaitaient une présence russe dans la région. Mais pour que cette présence soit stable, elle doit s’appuyer sur une force navale qui est constituée précisément de porte-avions ».

La construction de navires d’un tel niveau exige de gros investissements mais aussi un important potentiel scientifique et technologique. Ce dont dispose la Russie, est convaincu Kostantine Sivkov.

Quant à l’utilisation des porte-avions et des groupes aériens embarqués, ils seraient déployés avant tout dans le Pacifique et dans la zone d’action de la flotte du Nord, explique le rédacteur responsable de la Revue militaire indépendante Viktor Litovkine.

« La mer Noire est un bassin fermé et l’utilisation de porte-avions n’y a pas de sens. C’est aussi le cas de la mer Baltique. En revanche, dans les mers du Nord et dans le Pacifique les porte-avions ont une grande importance, d’autant plus que nous y disposons de bases pour les sous-marins nucléaires stratégiques. L’une des tâches des porte-avions et des groupes aériens embarqués consiste précisément à protéger la zone de déploiement des sous-marins nucléaires équipés de missiles balistiques ».

Selon le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov, les capacités de l’industrie de construction navale permet de procéder dès aujourd’hui à la réalisation d’un nouveau porte-avions.  N

Oleg Nekhaï
Source: 
la voix de la russie

lxqax

 

gif

 

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 14/06/2013 à : 11h05.

cropped-capture2.jpg

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :