Une eau souterraine isolée depuis au moins 1,5 milliard d’années

image source: terresacree.org/

image source:
terresacree.org/

Article source:banniére-couloirs3 (2)

Certes, la vie basique mono cellulaire est apparue avec les premiers habitants de notre planète, les bactéries il y a 3,8 milliards d’années.

Cependant pour info, le plus extraordinaire dans l’article que je partage aujourd’hui, c’est lorsque l’on prend conscience de ce que représente une date aussi lointaine dans l’histoire de la Terre. Pour certains, il y a 1,5 milliards d’années, il y avait peut être déjà des ancêtres hominidés ? non ! ou des dinosaures alors ? Non plus ! Au moins des forêts ? Que néni … Des fougères ??? Heu…  ???

NON … Non et non, il faut savoir avant de lire et de comprendre la portée de la découverte que l’apparition de la vie sur terre (un tant soit peu développée) remonte avec l’arrivée des méduses et autres algues, éponges à moins de 600 000 000 d’années, c’est à dire que les premiers organismes pluricellulaires apparus sur Terre sont deux fois plus jeunes que cette eau …

C’est pourquoi je vous fais part de cette extraordinaire article découvert sur le site  » Notre planète info  » à partager sans modération…

Une découverte extraordinaire faite au Canada :

Au fond d’une mine de cuivre canadienne, la plus ancienne réserve d’eau libre connue à ce jour fait l’objet d’analyses afin de déterminer les conditions propices à la vie. Isolée depuis au moins 1,5 milliard d’années, une telle découverte ravive l’espoir que de l’eau propice à la vie puisse avoir été préservée également sous la surface d’autres planètes, comme Mars.

A 2,4 km de profondeur, dans la mine de cuivre de Timmins (Ontario – Canada), des chercheurs britanniques et canadiens se sont penchés sur une réserve d’eau restée totalement isolée du monde extérieur depuis le Précambrien[1] et découverte par des mineurs. Cette eau s’écoule très lentement, avec un débit de 2 litres par minute, dans un trou de forage.

Selon les premières analyses, cette eau est riche en gaz dissous, comme l’hydrogène et le méthane ainsi qu’en isotopes stables de gaz rares (Xénon, Krypton, Hélium, Argon, Néon). Ce qui permet aux chercheurs d’estimer l’âge de cette eau piégée sous terre à au moins 1,5 milliard d’années. Mais d’autres indices laissent penser qu’elle pourrait être vieille de près de 2,7 milliards d’années, un âge proche des roches qui la retiennent prisonnière.

Ce qui suscite l’intérêt des chercheurs c’est la présence de ces gaz et isotopes qui ont le potentiel pour fournir l’énergie nécessaire à la vie pour des micro-organismes tenus à l’écart du Soleil durant des milliards d’années. C’est en partie le cas dans les sources d’eau chaude situées au fond des océans qui sont riches en vie microscopique[2].

Ainsi, si des bactéries sont découvertes dans l’eau de la mine de Timmins, leur étude pourrait éclairer les scientifiques sur leur évolution phylogénétique de leurs descendants jusqu’à notre époque.

De plus, cette découverte devrait éclairer les scientifiques sur les limites de la vie et les conditions nécessaires à son maintien.

Enfin, cette étude relance les espoirs de trouver de la vie sur d’autres planètes comme Mars où elle aurait pu se développer de manière totalement indépendante des conditions de surface. Les analyses microbiologiques devraient prendre encore un an avant de pouvoir délivrer des conclusions définitives.

Suite

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis , le : 29/07/2013 à : 23h40.

cropped-capture2.jpg

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :