Archives du tag ‘oani

Un OANI anéanti après une attaque contre un groupement tactique de la marine américaine   Leave a comment

UFO Killer U.S.S. Wisconsin (BB-64) Crédit d’image: U.S.Navy via Wikimedia Commons

On a vu l’OVNI  sur un champ de bataille après un autre (Seconde Guerre mondiale, Corée et Vietnam, entre autres), et la guerre du golfe Persique n’a pas fait exception. Ce qui est exceptionnel, c’est ce qui s’est passé et comment cela s’est produit. « Cet OVNI a mordu plus qu’il ne pouvait mâcher et a été annihilé en conséquence. »

L’histoire hautement classifiée est disponible sur Internet, mais je l’ai obtenue de mes propres contacts profonds, avec des niveaux de détails tout simplement non disponibles dans le lien. Tout a commencé assez innocemment – si vous considérez une guerre pour le pétrole, déguisée en quelque chose de plus innocent. La guerre aérienne Tempête du désert (Desert Storm) a commencé le 15 janvier 1991. L’OVNI a attaqué le groupement tactique de l’U.S.S. Wisconsin le 24 janvier 1991, peu de temps après que le groupement tactique ait ravagé l’Irak avec des frappes très médiatisées de Tomahawk. Cette attaque consista en un bourdonnement (survol à une altitude dangereusement basse) combiné à une attaque *psionique  (*relatif à des pouvoirs parapsychiques)  )perçue par tout le monde comme un « son perçant » irritant, qui a empiré lorsque l’OVNI a plané à 2000 pieds ( 609 mètre 60 )au-dessus du groupement tactique.

OVNI détruit – Le pourquoi et le comment

L’OVNI, qui avant de sortir de l’eau était un USO (objet submergé non identifié), chronométré par les sonars actifs des escortes à la vitesse énorme évaluée  à ( « 152 nœuds »= à  281 km/ h), a été observé comme faisant apparemment bouillir l’eau de sa coque une fois qu’il est sorti.

L’opinion mûrement réfléchie de mes contacts est que l’USO / OVNI (OANI) est apparu parce que le sonar actif du groupement tactique, utilisé pour localiser et attaquer les sous-marins iraniens, cinglait et agaçait continuellement les occupants de la base sous-marine. La solution choisie fut mal avisée et, finalement, fatale.

Comme une source l’a observé avec ironie, «c’est une mauvaise idée d’irriter les gens qui ont accès aux déclencheurs. C’est encore pire lorsque de nombreux déclencheurs sont impliqués! La force irritée se composait du cuirassé de classe Iowa le U.S.S. Wisconsin (BB-64), escorté puis  le croiseur de classe Leahy U.S.S. Angleterre (DLG / CLG-22), le destroyer de classe Spruance U.S.S. O’Brien (DD-975),  une frégate de type 22 H.M.S. Battleaxe (F89) et  la frégate de classe Leander (lot 3)  le H.M.S. Jupiter (F60). La bataille s’est déroulée «en plein jour, en début d’après-midi», selon mes sources. L’OVNI était directement au-dessus du groupement tactique, lorsque le skipper de l’U.S.S.  Wisconsin, conscient que tout son commandement était pratiquement rendu fou par les «sons» aigus, a décidé de neutraliser l’OVNI au comportement dangereux et incroyablement irritant.

Dans une action rappelant la Seconde Guerre mondiale, mais combattue avec des technologies plus avancées, une action à l’arme à feu a été menée avec succès. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi aucun missile n’était utilisé, mes sources ont estimé que c’était un «choix délibéré» pour donner à la fois un regain de moral et une libération significative aux équipages tourmentés. Selon les informations que j’ai reçues et le compte précédemment lié, les navires ont essentiellement épuisé leurs magasins de munitions pour des obus de 40 mm et de 5 pouces en 20 minutes d’action. Des équipages en sueur sur le cuirassé ont soulevé des multitudes d’obus de proximité de calibre 5 ″ / 38 dans les mêmes culasses fumantes dont leurs ancêtres s’étaient servis, les Bofors de 40 mm sont passés clip après clip à bord du H.M.S. Battleaxe, et des canons de calibre 5 ″ / 54 sans pilote, chargés automatiquement  à bord de l’U.S.S. O’Brien ont traversé leurs cycles de tir robotisé, sans jamais se relâcher ni se fatiguer. Au total, 22 canons de 5 ″ et 2 canons de 40 mm ont noirci le ciel, en prélude à un point culminant étonnant et tonitruant.

Destruction de l’OVNI – Style de l’US Navy

Vingt minutes d’action des armes à feu plus tard, l’OVNI était toujours au-dessus, apparemment indifférent, sans aucun effet néfaste, le mieux que le groupement tactique pouvait rassembler en puissance des armes à feu. La décision de descendre à 500 pieds (152 mètre), basée sur l’immunité perçue aux tirs antiaériens navals, fut désastreuse. Pourquoi ? L’OVNI, maintenant confirmé par des sources extraterrestres comme étant Reptoïde, a rencontré le canon naval de dernier cri  – et il a perdu !

Les neuf 16 ″ Mark 50s de l’U.S.S . Wisconsin n’ont jamais été conçus pour des travaux antiaériens, mais si la cible choisit de planer à un mille marin (6076 pieds = 1851 mètre ), à 500 pieds ( 152 m, cela vaut la peine d’être tiré.

D’accord, six! Deux tourelles ont tonné, crachant six obus perforants de 2500 fps, 2700 lb. Mark 8, dont deux frappés, ont pénétré profondément dans l’OVNI, puis ont explosé, le faisant éclater, en morceaux si petits qu’aucun effort de récupération des débris n’a été monté à ce jour. Mes sources terrestres très sensibles croient que l’OVNI a été détruit de manière catastrophique en raison de trois facteurs: a) les dommages / épuisements cumulatifs du bouclier à la suite du barrage antiaérien, permettant aux obus de pénétrer, alors qu’ils n’auraient pas pu autrement; b) les effets fracassants de deux obus puissants explosant à l’intérieur d’un vaisseau jamais conçu pour une telle punition et c) la forte probabilité que le système de propulsion soit détruit par un coup, déclenchant la fin spectaculaire et hollywoodienne de ce combat bizarre. Les lecteurs avertis pourront peut-être trouver un film populaire dont le scénario de base reflète de manière frappante les aspects clés de cet engagement bien trop réel !

Source

Publié à l’origine le 18 septembre 2012 à 20h25

Traduction Era pour Investigation Océanographique et OANIS

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 08 /04/2020 à 11H55.
bann oani

OANI -OSNIS- OVNIS ,la même fenêtre pour une même origine? Mise à jour de nos compléments d’investigation.

baie de Marajo-
Crédit photo :
maguyane.over-blog.com/

Hier 20 février 2020,  sur Nurea TV , Franck Maurin  présentait « OVNIs de l’US Navy »au sujet des vidéos de la marine américaine que nous avons suivi aussi de notre côté. Franck a soulevé des indices intéressants comme le témoignage de David Fravor qui signale qu’une torpille a été aspirée par un sous-marin non identifié dans les années 1990.  Promis je ferai des recherches sur cette histoire. Nous publierons ici prochainement le replay de l’intervention de Franck ici.

Aujourd’hui notre ami Belge Fred Hal nous transmet ce documentaire qui est vraiment intéressant afin de compléter nos études sur les phénomènes avec des éléments additionnels . Je profite de dire ici que Fred a été lui même témoin  en 2017 d’ une sphère rouge,  qui était à 50 m au dessus de l’eau, elle était silencieuse. Fred me joindra ultérieurement son témoignage complet qu’il m’autorise à reprendre ici.

Affiche réalisée par Alex Esco .

Nous connaissons bien les dossiers  OVNI brésilien, toutefois il y a des éléments qui nous ont échappé, ceci qui suit va rectifier le tir puisque nous pouvons alors envisager que la nature étrange de certains objets vus soient amphibies ou des Objets Aquatiques Non-Identifiés peu importe leur appellation , certains sortent de l’eau !

Mieux encore l’ AATIP a son équivalent sous-marin pour la détection et l’analyse ce qui renforce ma conviction que l’US Navy est aux premières loges concernant tous ces faits étranges autour du globe.

Nous sommes loin du compte avant d’affirmer , nous avons certes une vision globale des phénomènes, depuis que nous enquêtons, pour autant  il reste tant de choses à explorer puis à étudier . Ceci est fascinant, nous pouvons juste dire qu’il y a bien eu des faits étranges et que ceci continue encore . L’histoire des OVNIS/OANIS est loin d’être close , ce n’est probablement que le début, soyons en certain !

L’enquêteur  Myke Cole  et l’ analyste Michael Levingstone révèlent leurs travaux et méthodes dans ce reportage . Voilà de quoi alimenter et accentuer  encore un peu plus nos secteurs de recherches avec plus de précisions .

En résumé je relève  ici  les pièces à conviction nécessaire à l’aide de la vidéo avant que celle-ci ne disparaisse . Il nous restera  alors, ce qu’il faut retenir de leurs investigations en incluant ce que nous savons déjà sur ce dossier. Cet article met à jour nos connaissances tout en nous rappelant les sommes d’informations que nous étalons ici sur notre site web et dans mes livres.

1977

  • Affaire de Colares , une petite île du Brésil  : pendant des mois, l’île et la région du delta de l’Amazone reçoivent la visite d’objets volants inconnus. On en voit tous les jours de toutes sortes, de toutes tailles, toutes formes, soucoupes, cigares, cylindres, arrivant généralement par le Nord, depuis le ciel, voire sortant des eaux. Trente-cinq habitants de l’île sont blessés par des rayons dirigés sur eux par les objets. L’Armée de l’Air intervient, voit aussi, filme, photographie, interroge, la presse est là. Finalement, devant la menace, des villages entiers sont évacués. ( source AREA 51 – le 14Mai 2011 )

Ici l’opération soucoupe (L’opération Prato (en portugais, « operação Prato »)  à Colares (Brésil –  en  1977) retentit  , ce dossier mentionne des attaques émanant des OVNIS les victimes étaient perforés et présentaient les mêmes symptômes   et l’une des témoins dit avoir  vu 3 Ovnis qui tiraient des rayons lumineux .

Analyse  et diagnostic d’un médecin

Dr Carvalho

Dr Carvalho _crédit photo :
mindshadow.fr/

 

Le docteur Wellaide Cecim Carvalho qui s’est occupé d’une trentaine de  victimes qui ont prétendu avoir été atteintes par un rayon étrange, a effectué des examens sanguins, et au regard des symptômes des patients tels des maux de tête chroniques, des brûlures, des intenses fièvres accompagnées de nausées et de tremblements du corps ainsi que des raideurs et des petits  trous dans la peau qui correspond à l’impact des rayons, le médecin diagnostique alors de la congestion sanguine nommée autrefois  *hyperémie.

Une Victime Présumée du Chupa-Chupa (suceur de chèvres)
Crédit image : mindshadow.fr

*L’hyperémie est généralement réactionnelle – Hyperémie : afflux de sang en un point de l’organisme, que ce soit sous l’effet de la chaleur (hausse d’activité musculaire, application physique de chaleur, action d’une substance chimique…), d’une inflammation,et peut avoir plusieurs causes.

L’armée présente sur les lieux avec l’opération soucoupe  (1000 pages de documents ),mise en place  afin de participer à l’enquête mais aussi pour contrôler. Nous apprenons dans ce documentaire un rapport militaire d’  une unité à assisté à l’événement et l’a photographié qui date du 5 novembre 1977 . Un autre rapport  datant du 06 novembre  1977 a été rédigé par l’armée de l’air et ils ont aussi pris des photos. L’armée brésilienne parle de lumières et  des objets. Ce qui sous entend qu’il y avait deux incidents différents. 

En ce qui nous concerne les documents disent que les objets planaient au-dessus de l’eau avant de se déplacer au-dessus de Colares, est mentionné des objets différents un qui arrive de l’eau et l’autre vient de Colares et retourne vers l’eau.

La baie de Marajo un point chaud, ce fleuve ?

Un pécheur témoigne qu’il a vu une lumière qui planait sur la surface de l’eau à environ deux mètres dans la baie de Marajo. L’objet n’avait aucun impact sur l’eau.

l'Ile de Marajo.... Nord Est du Brésil

l’île de Marajo…. Nord Est du Brésil-
Crédit carte :
maguyane.over-blog.com/

L’étendue de l’île de Marajo est presque aussi vaste que  la Suisse  Elle se trouve à l’embouchure des fleuves Amazone et Tocantins et est considérée comme la plus grande île d’eau douce du monde.

Les objets signalés par les témoins civiles ou militaires  provenaient de l’eau ou pas très loin de cette étendue d’eau.

OANI ?

Un matin, alors qu’ils se promenaient, Manoel Filho et ses amis, des pêcheurs de Mendonça, remarquèrent un objet en forme de parapluie d’où sortait une vive lumière blanche qui se tenait, immobile, à quatre mètre au-dessus de la plage. Puis l’engin se mit à bouger, la lumière se rétracta et il s’éloigna en silence. 

Le premier novembre 1977, l’armée mit en place un poste d’observation sur le château d’eau de Colares et le soir même, à minuit, un événement étrange attira leur attention. Une lumière bleue, qui se déplaçait du sud au nord, s’arrêta au-dessus d’un banc de sable et un autre objet brillant qui allait du jaune au rouge, se rapprocha de lui, devenant noir en rentrant dans sa lumière. Une demi-heure plus tard, un autre objet fit de même, disparaissant après être rentré dans sa lumière bleutée. Le capitaine Hollanda rapporta que l’objet se trouvait à 100 mètres de distance, qu’il était énorme et qu’il semblait être un ravitailleur.  » J’étais terrifié. A ce moment-là, je ne savais pas ce qui pouvait arriver. Ils auraient pu nous prendre. Ils auraient pu faire tout ce qu’ils voulaient de nous. « 

Perturbations aquatiques :

Une recherche rejoint une autre , et ainsi revoilà  le dossier de  l’AATIP ( : Advanced Aerospace Threat Identification Program – Le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales ), qui refait surface !

Le dossier du Nimitz (le porte avions américain) :

Suivi des perturbations aquatiques , le journaliste de la chaîne américaine CNN : »On a vu une perturbation dans l’eau ,comme une montagne sur laquelle les vagues s’écrasaient . »

Un précédent signalement d’ OVNI sur l’USS NIMITZ,  Kevin Thomas un ancien photographe de l’US Navy  était sur le pont en 1991,  quand il a observé un immense vaisseau émergé près du porte avions et disparaître dans les airs.

Il y aurait eu un autre incident impliquant un OVNI qui était aussi un OSNI ( Objet submersible Non-Identifié) sur le même porte avions une dizaine d’années auparavant .

En  juillet 2015, un article mentionne plusieurs témoignages  d’OANIS  enregistrés par la Navy . Un certain Marc d’Antonio un sous traitant de la Navy qui a travaillé sur des sous-marins nucléaires américains de classe Ohio, Los Angeles, ou les derniers de classe Columbia , il a vu un objet ultra performant apparaître sur le sonar qui se déplaçait à plusieurs centaines de nœuds ,( plus de 185 km/heure) . Marc Antonio a un niveau qui lui permet de dire si les performances des spécimens navals américains sont équivalents, supérieurs ou inférieurs à ce qu’il a vu, c’est un témoin crédible. 

ANOMALIES SONORES :

Poursuivons l’analyse avec un indicateur que mentionne le témoin.

Marc d’Antonio   » J’étais en salle de commande d’analyses acoustiques qui est l’oreille d’or du sous-marin et j’entend un sonar à contrôle engin rapide, engin rapide, il a dit qu’il se déplaçait à plusieurs centaines de nœuds l’arme la plus rapide du monde peut se déplacer à environ 200 nœuds ( 370 Km / h ). Ce record est établi par une torpille russe qui fait beaucoup de bruit alors que cet engin était totalement silencieux , car sur le sonar cela aurait été vu si l’engin était bruyant, l’écran ce serait illuminé comme un sapin de noël ,mais là ce n’était exactement pas le cas on ne voyait qu’u’n très légère trace et le spécialiste en analyse acoustique est censé classé tout ce qu’il voit et là, il en était incapable. La Navy a un réseau d’hydrophone appelé Le *SOSUS qui peut détecter des sons à des milliers de kilomètres. L’US Navy possède un programme qui a pour but de recenser ces »bolides sous-marins » , l’équivalent à l ‘AATIP pour suivre les OANI ( Objets Aquatiques Non -identifiés) .

Cela fait plusieurs décennies que l’on surveille ces objets sous marin non identifiés, mais la Navy n’ a pas d’explication. Ils détectent des sortes de mouvements ou plutôt des espèces de sons sous l’eau qui ne sont pas normaux. »

 

*SOSUS (SOund Surveillance System) est un réseau d’hydrophones connus aussi pour l’appellation  sonars passifs  et d’antennes actives destiné à repérer les sous-marins et les navires .

J’ai affiné la recherche concernant ce système  SOSUS, et voilà ce que

j’ai trouvé :

La China State Shipbuilding Corporation (CSSC) a proposé la construction d’un réseau de capteurs de navire et de sous-sol qui pourrait éroder considérablement l’avantage de la guerre sous-marine détenu par les sous-marins américains et russes et contribuer grandement à la future capacité chinoise de contrôler la mer de Chine méridionale (SCS) .

Les détails du réseau de capteurs, appelé «  projet de grande muraille sous-marine  », ont été révélés sur un stand du CSSC lors d’une exposition publique en Chine fin 2015.

Le CSSC propose actuellement une version chinoise améliorée du système de surveillance sonore (SOSUS) qui, pendant un certain temps, a donné aux États-Unis un avantage significatif dans la lutte contre les sous-marins soviétiques pendant la guerre froide. 

SOSUS, acronyme de sound surveillance system, est une chaîne de postes d’écoute sous-marins situés dans le monde entier dans des endroits tels que l’océan Atlantique près du Groenland, de l’Islande et du Royaume-Uni – le fossé GIUK – et à divers endroits dans l’océan Pacifique. L’intention initiale de la marine américaine pour le système était de suivre les sous-marins soviétiques, qui devaient passer par la brèche pour attaquer des cibles plus à l’ouest. Plus tard, il a été complété par des équipements mobiles tels que le système de capteur de surveillance remorqué (SURTASS) et est devenu une partie du système intégré de surveillance sous-marine (IUSS). Crédit : nextbigfuture.com.

Crédit croquis :
nextbigfuture.com/

 

Trois  documents dont un  mentionne qu’en  1970 le SOSUS est égalé. Apparemment  l’union soviétique travaillait sur un sous-marin pouvant duper le SOSUS en se déplaçant silencieusement .

Ceci nous conduit à un spécialiste des forces maritimes russes : 

Paul Stonehill : est le spécialiste des Ovnis en Russie et des Pays de l’Est.

Paul Stonehill :

 » Les russes aussi enquêtent sur ces phénomènes, ils ont un programme qui étudie les OVNIS et les OSNIS qui interférent avec leurs missions secrètes , pendant plus de 30 ans les russes ont cherché à comprendre d’où venaient ces objets qui poursuivaient leurs sous-marins. Les soviétiques pensaient que c’était les américains qui étaient à l’origine de ces phénomènes étranges sous l’eau et inversement.

– Ils on mis longtemps à comprendre que ni l’un ni l’autre n’était responsable, on est face à des phénomène que l’on ne peut pas expliquer et ce encore aujourd’hui. Il y a des objets étranges tapis dans l’eau qui émettent des sons bizarres et qui se déplacent à une vitesse incroyable . D’après ce que j’ai vu il y a des exercices militaires qui s’effectuent dans le monde entier, ils se préparent ils sont bien obligé. Les gouvernements du monde entier sont conscients de la gravité de la situation. Nos pays nos gouvernements mettent en place  des moyens de défense , ils ne savent peut-être pas tout ,mais ils  savent qu’il se passe quelque chose. Tout le monde se focalise sur les OVNIS dans le ciel et c’est bien mais il faut aussi regarder ce qui se passe sous la surface de l’eau.« 

Ces dessins ont été déposés dans le cadre du brevet et montrent un vaisseau qui ressemble beaucoup à un OVNI (Photo: Salvatore Cezar Pais / Google)
metro.co.uk/2019/04/18/us-navy-com/MetroUK/

Triangle noir .

Témoignage de Kevin Thomas de l’US Navy  qui était sur le Nimitz en 1991:

Ce qu’il a dit aux enquêteurs dans le reportage : 

 » J’étais le responsable du laboratoire photos du navire, je m’occupais du labo photos qui était à la disposition de l’équipage, j’avais pris l’habitude d’aller regarder les couchers du soleil après ma journée de boulot histoire de décompresser . Le soleil s’était déjà couché et on est passé en mode invisible . Quand le navire passe en mode invisible, tout est éteint. On a un certain laps de temps pour aller à l’intérieur avant d’être coincé dehors. Quand j’ai voulu ouvrir la cloison elle était fermée donc je me suis dit ce n’est pas grave je vais attendre dehors. Je suis allé à tribord et j’étais en train de regarder dans l’eau quand j’ai vu un appareil qui était à moitié émergé, il ressemblait à un triangle noir et plus grand que le Nimitz même à 200 mètres. Je ne sais plus si le Nimitz fait 310 ou 340 mètres de long, mais il est immense et je suis resté figé. Je revois cet appareil sombre juste devant moi il était complètement sec, il ne faisait pas de bruit. Je l’ai vu planer  à une dizaine de mètres de la surface de l’eau et il est partit. Ensuite on m’a dit que deux hommes voulaient m:e parler ce qui n’arrive jamais sur un bateau je me suis dit que c’était vraiment bizarre . Je me suis dit que j’allais avoir des problèmes car je suis resté coincé dehors et aussi parce que j’avais vu. Ils étaient habillés en civile.

Ils m’ont demandé pourquoi je n’étais pas à l’intérieur avec les autres? Pourquoi ,je n’étais pas en poste ? Pourquoi j’étais dehors? Et ils m’ont demandé de plusieurs façons différentes ce que j’avais vu . A ce moment là je me suis dit de ne pas leur raconter ce que j’avais vu pour ne pas me faire virer de l’armée, alors je leur ait dit  que j’étais à l’arrière du navire et que j’attendais que l’exercice se termine pour rentrer et j’ai gardé le silence jusqu’à la vidéo du Tic Tac , ça m’a refait penser à toute cette histoire et c’est pour ça que je vous ait laissé entrer.« 

En quoi cet incident ressemblait à ce que vous avez vu ?

«  Il y a des moments sur la vidéo où l’objet se déplace de la même façon, il se déplaçait doucement au début et boom il a tracé . C’est exactement ce que j’ai vu, il allait lentement et boom envolé  !

Il allait à quelle vitesse ?

Supersonique ,je dirai aux alentours de mach 15 ,mach 20 …Il n’avait pas de système de propulsion, un système de propulsion génère une onde dans une certaine direction mais là, il n’y avait aucun signe de propulsion, l’eau n’a même pas bougé d’un poil quand il a décollé , il était là et il est parti. »

Kevin Thomas dit  qu’ils étaient en mode invisible pour qu’ils ne le voient pas et que quelqu’un sur le navire savait ce qu’il se passait, et il pense que les deux hommes venus l’interroger voulaient s’assurer qu’il n’avait rien vu.

 

Argentine, Chili, Brésil ces objets, ces phénomènes ont été aperçus sur, autour, ou sous l’eau. La déduction de cette équipe d’enquêteurs dans ce documentaire me satisfait car eux aussi établissent un lien pour ces choses étranges entre le milieu marin et aérien voir spatial. Des gens pensent comme nous, alors c’est excellent, car plus nous serons nombreux à mener des investigations sur cet élément en lien avec des apparitions ou des intrusions étranges mieux nous avancerons dans notre quête.

Pour conclure : Y-a-t-il un fond de vérité qui se dévoile peu à peu ? Et ceci est il voulu par les autorités qui maintiennent le secret de lever peu à peu le voile ?

Est ce vraiment une bonne nouvelle ?

Comment ne pas penser au spécimen( voir dessin ci-dessus) que la Navy aurait en sa possession  lorsque Kevin Thomas mentionne avoir vu un triangle sombre dans l’eau  et qui en est ressorti pour s’envoler ?

A présent vous avez un dossier assez fournit pour appréhender ce qui suit.

Matisse sylvain -le : 21-02-2020 à 17h10. bann oani

Documentaire repris par 

LaChauveSouris TV

disponible via YOUTUBE

 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Sources qui ont servies pour cet article:

nextbigfuture.com.

mindshadow.

maguyane.over-blog.com.

AREA 51 blog

 

OANI / OVNI enquête méthode , réflexion et & OANI  compléments d’investigation  » tome 2″ ( Matisse sylvain éditions Saint Martin)

Merci à Fred Hal pour le partage de ce documentaire  audio visuel

instructif .

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 18 /02/2020 à 17H10.
bann oani

Repas ufologique à Villeneuve sur Lot : Les OANIS( Observations Aquatiques Non-Identifiées)

Crédit repas ufologique de Villeneuve sur lot.
2019

Avec Era nous effectuons une mini tournée le 31 mai et le premier juin 2019 où nous présenterons nos mises à jour concernant nos recherches. Mon second livre sera ainsi globalement présenté et nous parlerons essentiellement de l’ AATIP et du contenu de ce dossier qui  révèle des éléments très importants qui appuie plus ou moins l’une de nos orientations  que nous avons prises pour mener nos investigations. Peu à peu nous avançons même si il reste beaucoup de travail pour éclaircir les mystères d’intrusions et de phénomènes .

Veuillez nous rejoindre pour en discuter et livrer vous aussi vos expériences, vos connaissances ,vos témoignages puisque le but des rendez vous est basé sur l’échange entre l’intervenant et vous.

L’affiche confectionnée par les repas ufologiques de Villeneuve sur lot vous livre l’essentiel de cette rencontre.

J’aurais à disposition quelques livres disponibles ( OANI / OVNI, enquête,méthode, réflexion éditions Saint Martin -2016 ) au prix de 20 euros sur place, et je vous le dédicacerai avec plaisir.

Il sera possible de réserver le second livre( OANI compléments d’investigation – éditions Saint Martin) si je ne l’ai pas encore en ma possession ( en cours de finalisation dans son stade actuel ).

                                                                                  Matisse sylvain

La Navy rédige de nouvelles consignes concernant les signalements d’OVNI.

Images radar et une photo réelle de l’ovni bizarre.
Un pilote de la marine américaine dans une « affaire du Pentagone » décrit une rencontre qui « défie la physique.
Crédit : express.co.uk

La marine américaine rédige de nouvelles directives pour la déclaration des ovnis

Article source : politico.com

Par BRYAN BENDER

Mis à jour 

                                                                              Traduction Era pour

Le service a également annoncé qu’il « avait organisé une série de briefings à l’intention de hauts responsables du renseignement de la marine et d’aviateurs ayant signalé des dangers pour la sécurité de l’aviation ».

La marine américaine élabore de nouvelles directives à l’intention des pilotes et du personnel pour signaler les rencontres avec des «aéronefs non identifiés», nouvelle étape importante dans la création d’un processus formel de collecte et d’analyse des observations inexpliquées – et de les déstigmatiser.

Le mouvement, qui n’avait jamais été signalé auparavant, fait suite à une série d’observations d’avions inconnus et très avancés qui ont pénétré dans les groupes de frappe de la marine et dans d’autres formations et installations militaires sensibles, a annoncé le service.

« Un certain nombre de rapports d’avions non autorisés et / ou non identifiés ont pénétré dans diverses zones de tir contrôlées par l’armée et dans un espace aérien désigné au cours des dernières années », a déclaré la Marine dans un communiqué en réponse aux questions de POLITICO. « Pour des raisons de sécurité, la marine et l’US Air Force prennent ces rapports très au sérieux et enquêtent sur chacun de ces rapports.

« Dans le cadre de cet effort », a-t-il ajouté, « la Marine met à jour et formalise le processus permettant de signaler aux autorités compétentes les informations relatives à de telles incursions présumées. Un nouveau message à la flotte, qui détaillera les étapes de la notification en projet. « 

Pour être clair, la marine ne souscrit pas à l’idée que ses marins ont rencontré un vaisseau spatial extraterrestre. Mais il faut reconnaître que le personnel militaire est crédible et hautement qualifié a fait suffisamment d’observations aériennes pour qu’il soit consigné dans le compte rendu officiel et étudié, plutôt que d’être considéré comme un phénomène douteux  et assimilé au domaine de la science-fiction.

Chris Mellon, ancien responsable des services de renseignement du Pentagone et ancien membre du Comité du renseignement du Sénat, a déclaré qu’établir un moyen plus formel de rendre compte de ce que l’armée appelle désormais « des phénomènes aériens inexpliqués » – plutôt que des « objets volants non identifiés » – serait un changement. »

« Actuellement, nous sommes dans une situation dans laquelle les ovnis et les UAP sont traités comme des anomalies à ignorer plutôt que comme des anomalies à explorer », a-t-il déclaré. « Nous avons des systèmes qui excluent cette information et la rejettent, comme les données satellitaires ou un radar qui voit quelque chose se déplacer à Mach 3. Ils larguent [les données] parce qu’il ne s’agit pas d’un aéronef ou d’un missile conventionnel. » »

Cette évolution s’explique par l’intérêt croissant des membres du Congrès suite aux révélations de POLITICO et du New York Times fin 2017 sur le fait que le Pentagone a créé un bureau dédié au sein de la Defense Intelligence Agency, chargé d’étudier les PAN, à la demande de plusieurs sénateurs qui ont secrètement réservé des crédits pour le projet. Effort.

Ce bureau a consacré quelque 25 millions de dollars à la réalisation d’une série d’ études techniques et à l’évaluation de nombreuses incursions inexpliquées, dont une de plusieurs jours impliquant le groupe USS Nimitz Carrier Strike en 2004. Dans ce cas, des avions de combat de la Marine ont été manœuvrés par des avions non identifiés cela semblait défier les lois de la physique connue.

Raytheon, un important sous-traitant de la défense, a utilisé les rapports et la vidéo officielle du ministère de la Défense sur les observations au large des côtes de la Californie pour saluer l’ un de ses systèmes radar permettant de capturer le phénomène.

Vidéo de la Navy diffusée ici par la BBC News.

Cette vidéo a été filmée en 2004 et étudiée dans le cadre du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées ( AATIP). Ce n’est pas clair si l’objet a déjà été identifié. Le New York Times rapporte que le programme du département de la Défense américain a été arrêté en 2012.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

OVNI repéré par des pilotes de chasseurs américains, selon de nouvelles images - BBC News

Le bureau de recherche sur les ovnis du Pentagone, connu sous le nom de programme avancé d’identification des menaces dans l’aérospatiale, a été officiellement fermé en 2012, à la fin du mandat du Congrès.

Mais de plus en plus de législateurs posent maintenant des questions, rapporte également la Marine.

« En réponse aux demandes d’informations émanant des membres et du personnel du Congrès, les responsables de la marine ont organisé une série de briefings avec de hauts responsables du renseignement naval ainsi que des aviateurs qui ont signalé des risques pour la sécurité de l’aviation », a déclaré le service dans une déclaration à POLITICO.

La Marine a refusé de préciser qui a été informé et ne donnerait pas plus de détails sur les directives en matière de compte rendu en cours de rédaction pour la flotte. L’armée de l’air n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les défenseurs qui traitent ces observations comme une menace potentielle pour la sécurité nationale reprochent depuis longtemps aux chefs militaires d’accorder relativement peu d’attention au phénomène et d’encourager une culture dans laquelle les membres du personnel estiment que le fait de parler de ce phénomène pourrait nuire à leur carrière.

Luis Elizondo, l’ancien responsable du Pentagone qui dirigeait le prétendu bureau de l’AATIP, s’est plaint après sa retraite du service gouvernemental que l’approche du Pentagone à l’égard de ces appareils non identifiés ait été beaucoup trop blasée.

« Si vous êtes dans un aéroport très fréquenté et que vous voyez quelque chose, vous êtes censé dire quelque chose« , a déclaré Elizondo. « Avec nos propres militaires, c’est un peu l’inverse: » Si vous voyez quelque chose, ne dites rien. « 

Il a ajouté que parce que ces avions mystérieux « n’ont pas de numéro, de queue ,ni de drapeau – dans certains cas pas même une queue – ce sont des grillons. Que se passera-t-il dans cinq ans s’il s’avère que ce sont des avions russes extrêmement avancés ? »

Elizondo sera présenté dans une prochaine série documentaire sur les recherches sur les ovnis au Pentagone qu’il a supervisées. Il a dit que la série en six parties révélera des observations plus récentes de PANs par des dizaines de pilotes militaires.

Elizondo et Mellon sont tous deux associés à l’ Académie des arts et des sciences To the Stars , qui soutient la recherche pour expliquer les progrès techniques apportés par ces PAN décrits.

Dossier OVNI / OANI : témoignage d’un retraité de l’ US Navy.

Un retraité de l’US Navy a vu un crash d’ovni

Article  du MUFON traduit en français par Era et partagé sur Area 51 .

MUFON Case # 21408
Rapporté le :    09/01/2010
Date de l’incident :      01/02/1962
Emplacement : Johnson Island S. Pacific
Forme : Cigar,Cone,Cylindre
Distance:  plus d’un mile (1,6 km)

Taille : Environ 200 mètres de long – déplacement parallèle à l’horizon  approx. 2500 pieds au dessus du niveau de la mer.

Récit :

À qui de droit, vous pouvez me contacter concernant ma connaissance personnelle  des essais de sauvetage en pleine mer d’un OVNI/OSNI (objet sous marin non identifié) en 1961 par la marine dans le Pacifique Sud,  pendant l’Opération Dominic-an, une série de test  nucléaires atmosphériques sans précédent.

Après 48 ans, j’apprécie que   beaucoup d’anciens personnels militaire sortent de l’ombre pour partager leur expériences d’OSNIS/OVNIS – voici la mienne. J’espère que cela complotera le dossier des observations d’OSNIS et d’OVNIS non signalées dans la zone du Pacifique Sud au début des années 1960.  Ce qui m’étonne toujours après toutes ces années, c’est que je reçoive toujours la visite d’un ou deux étrangers suggérant que je doive y réfléchir à deux fois avant de rendre public ce que je sais à propos de ce que j’ai vu en 1961/1962 alors que je servais à bord d’un destroyer d’escorte navale américaine.

C’était en 1962 pendant une des nombreuses opérations en mer  de notre navire – patrouillant dans une espace aérien et maritime restreint. Tout en servant à bord d’un Destroyer Radar de l’US Navy, moi et une douzaine de membre d’équipage sélectionnés, avons reçu l’ordre d’aller sur le pont pour  observer un « ovni » sur le point de s’écraser en mer, non loin de l’emplacement de nos navires. Plus tard, je devais apprendre que l’ovni en question avait été abattu accidentellement par un puissant missile atomique de test à grande altitude.

Des années plus tard en 19–, tout en étant affecté à la Baie de Guantanamo à Cuba,  j’ai rencontré un chef plongeur de la Marine qui a dit qu’il allait écrire un livre sur son implication et une tentative secrète de la Marine d’extraire l’ovni des fonds marins en 1962 durant l’opération Dominic. J’ai été choqué d’apprendre qu’il s’agissait exactement du même OVNI/OSNI que j’ai vu sur sa route vers le fond marin.

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 15/09/2018 à 15H25.

Des pêcheurs en Argentine voient un OVNI avec un occupant. RR3

Source: Planeta UFO, Cuarta Dimensión and Realidad OVNI

Notre ami Gilles Thomas nous fait parvenir ce cas que j’ai tenté de traduire au mieux  à l’aide de traducteurs en ligne, en ne s’en tenant qu’aux faits. J’ai retiré

les commentaires du webmaster du  site ( source), qui figuraient dans l’article, car il n’ apporte que des suppositions.  A chacun de se forger son opinion.

 


L’affaire Dique La Florida –

Une rencontre rapprochée du troisième type.

Lieu: Club nautique et de pêche La Florida, Lake La Florida, à 38 km de la ville de San Luis, province de San Luis, Argentine.

Date: 4 février 1978 Heure: 04h45 environ.


 

L’un des événements ovni les plus importants de la République d’Argentine a eu lieu le 4 février 1978, lorsque plusieurs témoins compétents ont assisté à la descente d’un étrange engin et à la présence d’un grand humanoïde qui a laissé ses empreintes sur le sol. Les recherches entreprises après cet événement ont déterminé sa réalité et corroboré les empreintes laissées par l’occupant.

Cet incident, connu dans le monde entier sous le nom de Dique La Florida, à San Luis, en Argentine, a été soutenu par les services d’enquête de la police provinciale de San Luis, dirigée à l’époque par le lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez, représentant à la fois la police provinciale et l’armée argentine a signé sur le premier rapport officiel concernant un occupant d’OVNI, .

Témoins: Manuel Maria Alvarez, Paraguayen, naturalisé argentin avec 5 ans de résidence, célibataire, 32 ans, employé chez Aerolineas Argentinas; Regino Salvador Perroni, Argentin, 26 ans, marié, employé par Banco San Luis; Pedro Raul Sosa, Argentin, 32 ans, marié, employé par la Maison du Gouvernement de la Province de San Luis; Ramon Armando Sosa (frère du précédent), argentin, marié, 39 ans, employé à la céramique de San José; Genaro Luis Sosa (frère du précédent), Argentin, marié, 34 ans, employé par Banco Provincia de San Luis; Jacinto Eduardo Lucero, Argentin, marié, 24 ans, employé par Banco Provincia de San Luis. Chercheurs: Equipe CAEFA, dont Betina Allen (psychanalyste), Hugo Quiroga (CAEFA, San Luis), Beatriz Balboni (experte en biorythmes), Alberto Radaelli (identikit de l’objet et de l’entité), Prof. Fabio Zerpa (recherche, interrogation, analyse psychologique) et supervision). Soutien aux enquêtes: Quartier général de la police de la province de San Luis (lieutenant-colonel Raul Benjamin Lopez). Délégation de la police fédérale argentine (shérif adjoint Oscar Guillermo Rosello, officier supérieur Jose Luis Bonaventura, inspecteur en chef Hugo Ricardo Cremonte) Analyse: Membres de l’Institut Municipal de Botanique (Instituto Municipal de Botanica)

Crédit image: inexplicata.blogspot.fr/

Le soir de l’événement, Genaro et Pedro Sosa, avec Regino Perroni et Jacinto Lucero, étaient allés acheter de la viande pour un barbecue. Ils sont allés à la boucherie Mede dans la ville de San Luis, où ils ont acheté 3,5 kilos de viande et de saucisses (chorizo ​​et boudin), assez pour les six amis qui voulaient aller pêcher au lac La Florida. Ils pêchent toujours ensemble dans divers endroits de la région. Les six hommes sont des «copains de pêche» même si leurs familles ne se fréquentent pas.

Perroni et Lucero sont des beaux-parents (le second est marié à la sœur de Perroni). Ils vivent ensemble dans le quartier de Cantisan près de la maison de Genaro et Pedro Sosa. Les quatre hommes sont montés à bord de la Fiat 125 de Genaro Sosa et sont partis à la recherche de Ramón Sosa, qui habite au 105 Calle Mitre, et ont finalement pris Manuel Maria Alvarez vers 23h. Ils ont roulé le long de la route 20, échangeant très peu de mots. Ils ont regardé le beau ciel étoilé et le paysage de la région. Ils atteignirent le club nautique et de pêche de La Florida, à 38 km de la ville.

Quand ils arrivèrent, le feu préparé par Rodriguez, était presque prêt. Alvarez, le Paraguayen, a commencé à préparer le rôti, ayant appris à le faire dans son pays d’adoption, alors qu’il venait du Paraguay en Argentine à l’âge de 5 ans, il fut ensuite naturalisé. Les cinq autres hommes ont aidé leur ami, parlant, échangeant des remarques, racontant des blagues. Le rôti était prêt en une heure et demie. Les six hommes consomment un peu de vin entre eux. Entre 00h30 et une heure du matin le samedi 4 février 1978, les hommes pêchaient sur le lac. Avec le bateau de Perroni tenaient les six protagonistes et leur matériel de pêche, ils se dirigèrent vers les eaux du lac. Ils voulaient aller vers le sud, ramant avec un vent du nord, à une profondeur de 50 mètres. Les vagues sont considérables, et quand ils ont atteint une crique de l’autre côté du Fishing Club, ils ont décidé de retourner au lac pour pêcher « plus tranquillement ».

Ils ont commencé à pêcher vers 2h10 du matin. Les hommes avaient embarqué sur un autre bateau appartenant à un ami. Les poissons ne mordaient pas, si ennuyés et fatigués par une longue semaine de travail, Genaro et Ramón Sosa, avec Jacinto Lucero, allaient dormir à 5 mètres du pont du bateau à 3h30 du matin, laissant Alvarez et Pedro Sosa garde-corps. Ces deux  hommes sont des pêcheurs passionés, des amis de longue date, et ils pêchent toujours ensemble. Perroni était un peu plus loin derrière les deux autres, debout à côté du moteur du bateau, parlant doucement «pour ne pas effrayer le poisson». Il voit les trois amis se préparer à dormir, se couvrant de manteaux, car il faisait froid (14-16 degrés C). Les trois pêcheurs restés éveillés se débattaient contre des poissions , ils en remontaient dix poissons. À 4 h 15, Perroni a vu «quelque chose» voler devant la lune. Genaro se réveilla  suite à l’exclamation de son ami. Tous deux pensaient que c’était une étoile filante, comme d’innombrables qu’ils avaient vu si souvent, mais néanmoins celle-ci était frappante. Après avoir échangé quelques mots, Genaro Sosa se rendormit, se couvrant bien, car il avait très froid. Alvarez et Pedro Sosa sont restés à leurs stations pour pêcher.

À 4h45 du matin, une lumière intense est apparue derrière le navire, émanant d’une petite colline à une vingtaine de mètres. Elle était assez forte pour que Perroni couvre son visage et réveille les trois hommes endormis. Alvarez et Pedro Sosa se retournèrent pour faire face à un événement inhabituel: ils furent éclairés par une lumière puissante. Voyant qu’il s’agissait d’un objet volant non identifié – un objet solide et métallique en forme de soucoupe renversée projetant une lumière blanche de sa sous-section et vert émeraude puis avec  des lumières rouges sur son fuselage supérieur. Il  était en sustentation au-dessus du terrain en pente menant à l’eau, l’OVNI se situait à environ 3 mètres au-dessus du sol, mesurant environ 15 mètres de diamètre.

crédit image :
inexplicata.blogspot.fr/

L’objet laissait tomber une petite échelle (semblable à celle d’un avion Fokker) et une forme humanoïde descendait. Il mesurait entre 2m et 2 mètres 10 ,il portait un uniforme brillant et argenté. » L ‘homme » portait un casque transparent sur sa tête, rendant visible ses cheveux blonds et ses traits fins. À aucun moment, les témoins n’ont vu les pieds de l’entité et n’étaient pas sûrs de la moindre paire de chaussures. Le portrait robot d’identité de l’entité correspond à toutes les descriptions fournies par les témoins. Après avoir descendu l’échelle, l’entité a marché sur le terrain (ou a glissé dessus, pas sûr), qui descendait en pente douce et s’approchait du bord du lac, à 15 mètres des pêcheurs. L’étranger a placé ses mains gantées (enfermées dans ce qui semblait être des mitaines) devant lui, les paumes vers le haut, dans un geste d’amitié caractéristique et une position de yoga (fleur de lotus). Un geste universel dans la méditation. Suite à ce geste, l’être s’est retourné  s’est dirigé vers l’échelle. Il a grimpé et  il est rentré dans le vaisseau.

crédit image inexplicata.blogspot.fr/

L’échelle s’est rétractée, et l’ouverture qui lui permettait toucher le sol s’est refermée. Après 20-30 secondes, le véhicule s’est élevé dans les airs et a disparu dans les montagnes de San Luis vers le nord-est. Pedro Sosa, choqué par ce qu’il voyait, regardait beaucoup moins l’humanoïde qu’ Alvarez, qui a décrit le mieux ce qu’il s’est passé ( du moins a fournit le plus de détails) parmi les témoins.

En ce qui concerne l’objet, les témoins diffèrent sur ses caractéristiques lumineuses, mais tous s’accordent sur la puissante lumière derrière eux. Pour Genaro Sosa, l’objet avait une aura jaunâtre. Ramon Sosa croit que c’était une lumière fluorescente. Pedro Sosa pense qu’il y avait différentes couleurs qui tournaient autour. Jacinto Lucero se souvient comme une lumière blanche très brillante. Pour Alvarez et Sosa, l’objet a laissé un sillage lumineux sur son passage. Tous sont d’accord sur la forme circulaire. Les trois pêcheurs endormis ont été secoués de leur sommeil par l’événement. Les trois autres l’ont décrit comme un bol à soupe inversé avec une sorte d’aileron ou d’anneau au milieu, qui a laissé un sillage lumineux sur son chemin tandis qu’il s’éloignait, formant un halo blanc autour de lui alors qu’il disparaissait vers les montagnes de San Luis. Les six hommes conviennent que l’OVNI, a effectué un angle de 45 degrés à l’horizon,  puis a exécuté une demi-boucle avant de disparaître. Il n’a pas été perdu de vue aussitôt , mais il a complètement disparu, laissant derrière lui un cercle blanc lumineux qui s’est élargi peu à peu avant de partir.

Tout était fini. Les six hommes sur le bateau ont échangé des regards ils étaient abasourdis. Tout le monde pensait que c’était une soucoupe volante. Quand nous avons suggéré qu’il pourrait s’agir d’un engin terrestre secret, piloté par un astronaute inconnu, ils nous ont regardés d’un air interrogateur. Tous croient fermement qu’ils ont  assisté à un événement anormal, que nous venons de décrire comme « OVNI ».


Références:

[Traduction (c) 2017 Scott Corrales, Institut d’Ufologie Hispanique avec des remerciements à Julio González et Guillermo Giménez] PUBLIÉ PAR INEXPLICATA (IHU) À 11:50.

Source  article et illustrations  inexplicata.blogspot.fr/


Rappel classification  selon  Josef Allen Hynek astronome, consultant scientifique de l’Air Force, de 1948 à 1969 il était chargé de trier les méprises avec des objets astronomiques connus, comme des météores,  la planète Vénus par exemple,etc.

La progression va de simple  à exceptionnel :

    • Lumières nocturnes (NL) : le ou les témoins voient, à plus de 150 mètres de distance, une ou plusieurs lumières qui leur paraissent anormales dans le ciel nocturne ;
    • Disques diurnes (DD) : le ou les témoins voient de jour, à plus de 150 mètres de distance, un objet non identifié qui n’a pas nécessairement la forme d’un disque ou d’une soucoupe. 
    • Radar-visuel (RV) : l’ovni est observé en visuel et apparat sur un ou plusieurs écrans radars. 
    • Rencontre rapprochée du 1er type (RR1) : le ou les témoins voient un ovni, quel qu’il soit, à moins de 150 mètres ;
    • Rencontre rapprochée du 2e type (RR2) : l’ovni laisse des preuves matérielles, comme des traces au sol.
    • Rencontre rapprochée du 3e type (RR3) : le ou les témoins voient un ovni et ses occupants, ou seulement les prétendus occupants d’un ovni sans ce dernier.
    •  Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

      Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 15/03/2018 à : 19h10.

Des vaisseaux triangulaires peuvent ils sortir d’une base sous-marine ?

Reconstitution image crédit:
latest-ufo-sightings.net

Cet article que vous trouverez ci-dessous au format PDF, aurait du sortir dans LDLN, mais voilà, mon premier article  écrit pour cette revue n’a pas plu à certains ufologues.

Alors  je m’abstiendrai de rédiger pour cette revue afin de ne pas causer de tort à Jean Louis le directeur de ce magazine ufologique et perdre une partie de mon temps pour des gens qui croient tout savoir et qui n’acceptent pas les faits ou les critiques . Des personnes n’aiment pas entendre des vérités et il ne faut surtout pas casser leurs illusions et encore moins citer leurs carences lorsque c’est le cas. Nature humaine on ne te refera pas!

Désolé d’avoir froissé quelques personnes ce n’était pas le but, le but est de dire les choses afin d’avancer et que ce beau petit monde accepte leur erreur et de se remettre en question, et repartir à l’endroit!

Donc acte en ce qui me concerne, ceci n’entrave en rien mon travail de recherches et de diffusion.

Afin que mon petit travail pour réaliser cet article (qui était mon second pour LDLN) n’ait pas été fait pour rien, je le partage ici puisque je suis l’auteur aidé par les références qui y sont rattachées et  mentionnées .

Ceci est l’une de mes investigations , il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne lecture.

Merci de respecter les droits d’auteur en les mentionnant pour celles et ceux qui veulent se servir de mon petit travail.

©2018 Matisse sylvain.

Des vaisseaux triangulaires peuvent ils sortir d’une base sous-marine ?

Cliquez sur l’image PDF pour lire le document

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 27/02/2018 à : 17h15.

%d blogueurs aiment cette page :