Archives du tag ‘Saturne

« Réaliser que les planètes-océans sont si nombreuses était une immense surprise »Li Zeng astronome à Harvard

Planète océan vue de l’espace – exoplanètes.
« Les planètes océan sont des planètes composées de larges quantités d’eau, qui en recouvrent la surface sur une profondeur pouvant aller jusqu’à plus d’une centaine de kilomètres. De taille relativement modeste (de l’ordre de 0,8 à 2 rayons terrestres), et contrairement aux Géantes de glaces, elles ne possèdent pas une épaisse atmosphère d’hydrogène/hélium. »
Quelques exemples de planètes océans
GJ 1214 b est la planète candidate la plus sérieuse au titre de Planète océan. Elle est localisée à seulement 42 années-lumières. De récentes découvertes remettent en cause sa structure, néanmoins.
Kepler 22b, récemment découverte, est également une candidate prometteuse.
Crédit : exoplanetes.univers-et-espace.com

Un tiers des exoplanètes seraient des planètes-océans.

Article source : futura-sciences.com/

Publié le 23/11/2018 par : Floriane Boyer.

L’eau, une ressource précieuse sur Terre, abonde dans l’univers. Tant et si bien qu’un tiers des exoplanètes seraient des mondes aquatiques. Une nouvelle recherche nous en apprend un peu plus sur la structure et les caractéristiques de ces mystérieuses planètes plus grosses que la Terre, dites « planètes-océans », inconnues dans notre système solaire.

Alors que le compteur des exoplanètes augmente inlassablement – il affiche 3.838 à l’heure où ces lignes sont écrites –, la question qui nous taraude tous est : à quoi peuvent-elles bien ressembler ? D’après Li Zeng, astronome à Harvard, et ses collègues, beaucoup d’entre elles pourraient bien faire pâlir de jalousie notre planète bleue. Leur analyse, présentée à la conférence internationale de Goldschmidt sur la géochimie en août et publiée dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, montre en effet que les mondes riches en eau sont monnaie courante : jusqu’à 35 % des planètes seraient constituées à moitié d’eau ! Par comparaison, tous les océans de la Terre ne comptent que pour 0,023 % de sa masse totale.

« Réaliser que les planètes-océans sont si nombreuses était une immense surprise », confie Li Zeng dans un communiqué de presse. C’est une découverte enthousiasmante pour la recherche de planètes similaires à la nôtre et de vie extraterrestre. Avec une taille en général comprise entre 2 et 4 rayons terrestres (RT) et une masse environ 10 fois plus importante que celle de la Terre, ces planètes-océans se situent à la limite supérieure d’une catégorie d’exoplanètes appelées superterres, des planètes comprises entre 1 et 10 masses terrestres.

Des super terres riches en eau

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion qu’un tiers des exoplanètes connues étaient des planètes-océans en développant un nouveau modèle sur leur structure interne. Celui-ci s’appuie sur les mesures de Kepler, pour les rayons des planètes, avec la prise en compte des révisions importantes apportées par la mission Gaia. Ces dernières ont récemment poussé les astronomes à revoir à la baisse le nombre d’exoterres, ces planètes d’une taille proche de la nôtre, découvertes par Kepler. Les informations sur la masse des exoplanètes proviennent d’observatoires terrestres.

Ce qui fait « la beauté de ce modèle », selon Li Zeng, c’est qu’il explique la relation entre la masse, le rayon et la composition des exoplanètes. Il indique que les planètes de petite taille, en l’occurrence celles dont le rayon est inférieur à 2 RT, sont rocheuses et pauvres en eau, tandis que celles de taille intermédiaire (entre 2 et 4 RT) sont riches en eau – ce sont les planètes-océans. Celles au-dessus de 4 RT sont riches en gaz. Au-delà de 10 RT, on a d’ailleurs typiquement affaire à des géantes gazeuses, majoritairement composées d’hydrogène et d’hélium.

Vidéo  de James Kelly via Youtube  intitulée :  Water World

« Représentation d’un monde complètement recouvert d’océan. Crédit: NASA Kepler Mission / Dana Berry »

 

Simulation d’une exoplanète recouverte d’un vaste océan d’eau liquide. © James Kelly, YouTube/Nasa Kepler Mission/Dana Berry

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Les dimensions des planètes contraignent leur formation et leur structure interne. Ainsi, durant les premières étapes de leur naissance dans le disque protoplanétaire, « les planètes-océans se sont certainement formées d’une manière similaire aux cœurs des géantes gazeuses que l’on trouve dans notre système solaire (Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune) », relate Li Zeng. « Échouant à devenir des géantes gazeuses », elles auraient ensuite évolué différemment pour devenir des superterres riches en eau.

Cependant, le terme en français « planètes-océans », équivalent de l’anglais « water worlds », littéralement « mondes d’eau », est peut-être un peu trompeur. Car « c’est de l’eau, mais pas celle rencontrée communément sur Terre », prévient Li Zeng. « Leur température de surface oscille entre 200 et 500 °C. Leur surface pourrait être enveloppée d’une atmosphère constituée majoritairement de vapeur d’eau, avec une couche liquide en-dessous. Plus profondément, cette eau se transforme en glace sous haute pression. » En s’enfonçant encore plus à l’intérieur de ces planètes, on atteindrait pour finir le noyau rocheux solide.
Ainsi décrites, les planètes-océans apparaissent tout de suite beaucoup moins hospitalières. Pourtant, « la vie pourrait se développer dans des couches proches de la surface où la pression, la température et la composition chimique sont adéquates », estime Li Zeng. Ce type d’exoplanètes pourrait être « un des plus abondants dans notre Galaxie », observe-t-il. Lui et ses collègues s’attendent à ce que le satellite Tess, successeur de Kepler, en récolte une belle moisson.


  • 35 % des quelque 4.000 exoplanètes découvertes à ce jour seraient des mondes riches en eau, couramment appelés planètes-océans.
  • Ces planètes-océans sont des superterres dont la taille oscille entre 2 et 4 fois le rayon de la Terre.
  • Elles contiendraient jusqu’à 50 % d’eau, sous forme de vapeur dans leur atmosphère, d’un océan liquide en-dessous, puis de glace dans les entrailles de la planète.
  • Source

  • oanis
     Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 23/ 11/2018 à 14H55.

Titan pourrait-elle abriter la vie? Analyses d’experts scientifiques.

crédit photo: nature.com

crédit photo:
nature.com

Note sylv1: Dimanche 22 février 2015 à 23h10:

cropped-capture2.jpg« Je choisis ce moment pour inclure un article purement scientifique  concernant un solvant particulier.

Matisse sylvain crédit: investigation oceanographique et oanisPeut-il y avoir par défaut un solvant qui pourrait remplacer l’eau pour autoriser la bonne alchimie permettant une forme de vie?

Ce solvant est le méthane. Dans notre présentation à l’accueil de notre site investigation océanographique et oanis, j’ai promis en quelque-sorte aux « visiteurs de notre site web ici » de parler d’un solvant autre que l’eau qui est celui qui donne la vie sur Terre. La vie sur Terre étant  basée sur la chimie du carbone et des êtres symbiotiques que nous même les êtres humains représentons avec ces micro organismes vivant à l’intérieur de nous. L’exobiologie est la clé pour déceler l’apparence de la vie, sa résistance et sa potentielle évolution. Dès le début où je me suis mis à chercher ( depuis 2008) si une vie extérieure à notre planète, pouvait d’un point de vue scientifique être envisagée. C’est dans cette multi discipline scientifique que représente l’exobiologie que j’ai décidé de m’engouffrer. Personne d’autre que les scientifiques ne peut parler rationnellement des possibilités pouvant offrir la vie, le potentiel et l’adaptation de celle-ci  et de l’expliquer.

Ensuite ma méthode consiste à regarder quelles candidates les scientifiques proposent.

Outre les exoplanètes ( ou planètes extra solaires), les savants grâce aux instruments de plus en plus précis et aux sondes ayant atteint leur but dans notre propre système solaire, les données ont ainsi renseigné les scientifiques des agences spatiales. Parmi les nominées nous découvrons que Titan lune de Saturne intéresse les scientifiques qui se penchent avec un certain intérêt sur ce satellite naturel ( le plus grand satellite de saturne qui en comporte  60 ) qui orbite autour du seigneur des anneaux de cette belle géante gazeuse ( Saturne).

La cartographie de Titan ainsi que ses caractéristiques soulèvent quelques curiosités.

Le projet de la NASA  d’envoyer un sous-marin particulier afin d’explorer les lacs de méthane de Titan,

prouve l’intérêt de cette agence qui analysera les « ingrédients  » ainsi que les ressources potentielles de cette lune et si une vie est décelable. Tout un programme, à n’en point douter.  (voir)

Le méthane sur titan est -il un marqueur de vie? Peut-il permettre un mélange chimique qui autoriserait la vie? En admettant cette possibilité, quelle vie pourrait exister dans cette atmosphère particulière et propre à ce corps céleste? Ma formation ne me permettant pas d’aller plus loin dans ce genre de recherche il fallait mettre la main sur les bonnes informations, loin des seules spéculations ufologiques.

Fallait-il encore trouver un article digne d’éclaircir nos lanternes.

C’est mission remplie à présent. Je vous laisse à la lecture de cet article ci-dessous qui est assez bien fourni, avec l’avis de Franck Drake entre autres. La validation d’une vie extraterrestre viendra des scientifiques, à ce titre, nous comptons sur eux et sur les responsables  les autorisant à divulguer, à diffuser au public lorsque cet objectif sera atteint sans aucune discussion possible. »

barre2

La vie sur (ou dans) Titan ?

Article source:  exobiologie.info/

Est-il possible de poser sérieusement la question de l’existence d’une vie sur Titan ? Bien que notre ignorance concernant la surface (et l’intérieur!) du satellite puisse laisser la porte ouverte à toutes les élucubrations, il n’est pas interdit de réfléchir à ce que pourrait être une vie possible sur (ou plutôt, nous l’allons voir, dans) Titan.

    Il semble que la surface de Titan, malgré sa probable collection de molécules organiques, ne soit pas favorable à la vie. Pourtant, même en négligeant la possibilité que des formes de vie radicalement différentes de la nôtre (qui ne seraient donc pas, par exemple, basées sur l’eau liquide, mais sur le méthane) s’y soient développées, il reste une possibilité pour qu’une activité bactérienne subsiste sur ce Satellite.

titdrake

Ci-contre: avis de Frank Drake dans une discussion sur la rareté des vies intelligentes dans l’univers organisé par astrobiology magazine – : « Mais Titan ! Super! Une prodigieuse usine de chimie organique, toute sorte de solvants, certains même dans l’atmosphère. C’est encore mieux que la Terre primitive. Bien sur, c’est extrêmement froid, mais les réactions chimiques se produisent facilement, même si elles sont très lentes aux températures Titaniennes. « 

En surface, même les plus simples réactions prébiotiques ont des demi-vies de l’ordre de 10 millions d’années, et l’eau liquide ne serait que rarement disponible pour participer à des réactions chimiques (A. D. Fortes, Exobiological Implications of a Possible Ammonia-Water Ocean Inside Titan, 2000).

Suite

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 22/02/2015 à : 23h10.

cropped-capture2.jpg

Un sous-marin pour explorer les lacs de méthane de Titan

Prototype du sous-marin destiné à plonger dans les mers de Saturne. Capture d'écran You Tube

Prototype du sous-marin destiné à plonger dans les mers de Saturne. Capture d’écran You Tube

Article source: sciencesetavenir.fr/

Les ingénieurs de la Nasa ont dévoilé un projet de véhicule sous-marin capable de plonger dans les mers de CASSI de Titan, une des lunes de Saturne.

CASSINI. Depuis 2004, la sonde Cassini est en orbite autour de Saturne, la planète aux anneaux. Grâce aux photos fournies par l’appareil, les astronomes ont pu confirmer la présence de lacs ou de mers d’hydrocarbures à proximité des pôles de Titan, la plus grosse lune de Saturne. Un milieu intriguant que les spécialistes rêvent de sonder plus en détails. Leurs désirs pourraient bien se concrétiser grâce à la Nasa qui projette d’y envoyer un sous-marin.

Suite

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le : 15/02/2015 à : 18h10.

cropped-capture2.jpg

 

%d blogueurs aiment cette page :