Archives du tag ‘USO – Unidentified Submerged Object

Un OANI anéanti après une attaque contre un groupement tactique de la marine américaine

UFO Killer U.S.S. Wisconsin (BB-64) Crédit d’image: U.S.Navy via Wikimedia Commons

On a vu l’OVNI  sur un champ de bataille après un autre (Seconde Guerre mondiale, Corée et Vietnam, entre autres), et la guerre du golfe Persique n’a pas fait exception. Ce qui est exceptionnel, c’est ce qui s’est passé et comment cela s’est produit. « Cet OVNI a mordu plus qu’il ne pouvait mâcher et a été annihilé en conséquence. »

L’histoire hautement classifiée est disponible sur Internet, mais je l’ai obtenue de mes propres contacts profonds, avec des niveaux de détails tout simplement non disponibles dans le lien. Tout a commencé assez innocemment – si vous considérez une guerre pour le pétrole, déguisée en quelque chose de plus innocent. La guerre aérienne Tempête du désert (Desert Storm) a commencé le 15 janvier 1991. L’OVNI a attaqué le groupement tactique de l’U.S.S. Wisconsin le 24 janvier 1991, peu de temps après que le groupement tactique ait ravagé l’Irak avec des frappes très médiatisées de Tomahawk. Cette attaque consista en un bourdonnement (survol à une altitude dangereusement basse) combiné à une attaque *psionique  (*relatif à des pouvoirs parapsychiques)  )perçue par tout le monde comme un « son perçant » irritant, qui a empiré lorsque l’OVNI a plané à 2000 pieds ( 609 mètre 60 )au-dessus du groupement tactique.

OVNI détruit – Le pourquoi et le comment

L’OVNI, qui avant de sortir de l’eau était un USO (objet submergé non identifié), chronométré par les sonars actifs des escortes à la vitesse énorme évaluée  à ( « 152 nœuds »= à  281 km/ h), a été observé comme faisant apparemment bouillir l’eau de sa coque une fois qu’il est sorti.

L’opinion mûrement réfléchie de mes contacts est que l’USO / OVNI (OANI) est apparu parce que le sonar actif du groupement tactique, utilisé pour localiser et attaquer les sous-marins iraniens, cinglait et agaçait continuellement les occupants de la base sous-marine. La solution choisie fut mal avisée et, finalement, fatale.

Comme une source l’a observé avec ironie, «c’est une mauvaise idée d’irriter les gens qui ont accès aux déclencheurs. C’est encore pire lorsque de nombreux déclencheurs sont impliqués! La force irritée se composait du cuirassé de classe Iowa le U.S.S. Wisconsin (BB-64), escorté puis  le croiseur de classe Leahy U.S.S. Angleterre (DLG / CLG-22), le destroyer de classe Spruance U.S.S. O’Brien (DD-975),  une frégate de type 22 H.M.S. Battleaxe (F89) et  la frégate de classe Leander (lot 3)  le H.M.S. Jupiter (F60). La bataille s’est déroulée «en plein jour, en début d’après-midi», selon mes sources. L’OVNI était directement au-dessus du groupement tactique, lorsque le skipper de l’U.S.S.  Wisconsin, conscient que tout son commandement était pratiquement rendu fou par les «sons» aigus, a décidé de neutraliser l’OVNI au comportement dangereux et incroyablement irritant.

Dans une action rappelant la Seconde Guerre mondiale, mais combattue avec des technologies plus avancées, une action à l’arme à feu a été menée avec succès. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi aucun missile n’était utilisé, mes sources ont estimé que c’était un «choix délibéré» pour donner à la fois un regain de moral et une libération significative aux équipages tourmentés. Selon les informations que j’ai reçues et le compte précédemment lié, les navires ont essentiellement épuisé leurs magasins de munitions pour des obus de 40 mm et de 5 pouces en 20 minutes d’action. Des équipages en sueur sur le cuirassé ont soulevé des multitudes d’obus de proximité de calibre 5 ″ / 38 dans les mêmes culasses fumantes dont leurs ancêtres s’étaient servis, les Bofors de 40 mm sont passés clip après clip à bord du H.M.S. Battleaxe, et des canons de calibre 5 ″ / 54 sans pilote, chargés automatiquement  à bord de l’U.S.S. O’Brien ont traversé leurs cycles de tir robotisé, sans jamais se relâcher ni se fatiguer. Au total, 22 canons de 5 ″ et 2 canons de 40 mm ont noirci le ciel, en prélude à un point culminant étonnant et tonitruant.

Destruction de l’OVNI – Style de l’US Navy

Vingt minutes d’action des armes à feu plus tard, l’OVNI était toujours au-dessus, apparemment indifférent, sans aucun effet néfaste, le mieux que le groupement tactique pouvait rassembler en puissance des armes à feu. La décision de descendre à 500 pieds (152 mètre), basée sur l’immunité perçue aux tirs antiaériens navals, fut désastreuse. Pourquoi ? L’OVNI, maintenant confirmé par des sources extraterrestres comme étant Reptoïde, a rencontré le canon naval de dernier cri  – et il a perdu !

Les neuf 16 ″ Mark 50s de l’U.S.S . Wisconsin n’ont jamais été conçus pour des travaux antiaériens, mais si la cible choisit de planer à un mille marin (6076 pieds = 1851 mètre ), à 500 pieds ( 152 m, cela vaut la peine d’être tiré.

D’accord, six! Deux tourelles ont tonné, crachant six obus perforants de 2500 fps, 2700 lb. Mark 8, dont deux frappés, ont pénétré profondément dans l’OVNI, puis ont explosé, le faisant éclater, en morceaux si petits qu’aucun effort de récupération des débris n’a été monté à ce jour. Mes sources terrestres très sensibles croient que l’OVNI a été détruit de manière catastrophique en raison de trois facteurs: a) les dommages / épuisements cumulatifs du bouclier à la suite du barrage antiaérien, permettant aux obus de pénétrer, alors qu’ils n’auraient pas pu autrement; b) les effets fracassants de deux obus puissants explosant à l’intérieur d’un vaisseau jamais conçu pour une telle punition et c) la forte probabilité que le système de propulsion soit détruit par un coup, déclenchant la fin spectaculaire et hollywoodienne de ce combat bizarre. Les lecteurs avertis pourront peut-être trouver un film populaire dont le scénario de base reflète de manière frappante les aspects clés de cet engagement bien trop réel !

Source

Publié à l’origine le 18 septembre 2012 à 20h25

Traduction Era pour Investigation Océanographique et OANIS

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 08 /04/2020 à 11H55.
bann oani

Cérès libère en permanence deux geysers de vapeur d’eau et intrigue les scientifiques.

Parce qu’elle libère en permanence deux geysers de vapeur d’eau. Et, surtout, parce que quelque chose bouge à l’intérieur, si l’on en croit les ingénieurs de la Nasa
Crédit : ouest france

La NASA affirme que « quelque chose bouge » à l’intérieur de la planète Cérès

Publié le 02/12/2017 à 13:34 par Hervé Hillard pour  ouest-france.fr

Elle est la plus petite planète naine reconnue de notre système solaire, avec un diamètre de 950 km seulement. Située entre Mars et Jupiter, c’est aussi l’une des plus énigmatiques. Parce qu’elle est dotée d’une atmosphère ténue. Parce qu’elle libère en permanence deux geysers de vapeur d’eau. Et, surtout, parce que quelque chose bouge à l’intérieur, si l’on en croit les ingénieurs de la Nasa. Explications.

Une gueule couturée, boursouflée, pleine de creux et de bosses, de rides et de cicatrices. Comme tous les corps célestes, Cérès montre sans fard aux télescopes terrestres et à la sonde spatiale Dawn, lancée en 2007 pour l’observer, les ravages du temps. Seulement voilà : d’après les spécialistes de la Nasa, ses reliefs, ses failles et certains de ses petits cratères ne sont pas la conséquence de collisions avec d’autres astéroïdes ou des comètes, mais le fruit d’un matériau qui a germé de l’intérieur de Cérès vers la surface. Pour eux, « quelque chose bouge » à l’intérieur.

Suite

 


Nous incluons ce complément  hors article en guise de support cette  vidéo de la NASA via YouTube

La carte des zones d’ombres permanentes sur Cérès

La NASA a publié une vidéo montrant l’emplacement des zones d’ombres permanentes sur Cérès. Les scientifiques pensent que de la glace d’eau pourrait y être piégée. L’étude porte principalement sur l’hémisphère nord de la planète naine. Crédits: NASA/JPL-Caltech

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

 


Nous ouvrons une rubrique consacrée aux corps célestes contenant de l’eau sous toutes ses formes ( liquide, gazeuse ou de vapeur,  solide c’est à dire en état de glace etc, ceci complète ainsi les données et les différentes informations que nous partageons ici  sur notre site web . Merci pour votre fidélité.

Petits repères

La glace : elle résulte du gel de l’eau, elle se forme à 0° Celsius.

L’ EAU EN état liquide:

L’eau est à l’état liquide pour des températures oscillant entre 0° et 100° Celsius à une pression normale (1 bar).

L’eau en l’état gazeux ou en état de vapeur :

-Dès 100° Celsius à pression normale. Mais elle peut l’être aussi à température inférieure : c’est ce qui se passe au-dessus des océans lors de l’évaporation.

©décembre2017  voir mentions légales 


 

Références

NASA

JPL (NASA/Caltech)

ouest france

Investigations océanographique et oanis.


 

© 19/12/2017 

 


 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 19/12/2017 à :19h40.

 

Des sous-marins de l’US Navy utilisés pour dénicher d’ éventuels extraterrestres ?

Marc D’Antonio affirme qu’il a été témoin du passage d’un engin extra-terrestre (se déplaçant à une vitesse « impossible ») alors qu’il était à bord d’un sous-marin de la marine américaine dans l’océan Atlantique Nord
Crédit photo: fredzone.org

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

Un léger contre temps d’une semaine concernant l’actualité ufologique au niveau du web puisque mon ordinateur a rendu l’âme.

Le service reprend avec cette information envoyée par l’un de nos amis Dan, que nous remercions.

*Je remercie mon ami Olivier M qui m’ a dépanné dans un délai très court malgré ses obligations. Je remercie aussi ma compagne Era qui a prévenu les gens qui nous suivent via mon mur facebook.

Merci à vous aussi pour votre patience.

Sylvain Matisse.

 

 

L’US NAVY UTILISERAIT DES SOUS-MARINS POUR DÉTECTER DES EXTRA-TERRESTRES

Le US Navy (marine américaineserait à la tête d’un programme top secret pour détecter des objets immergés non identifiés (ou USO – Unidentified Submerged Object), selon un spécialiste des OVNIS.Marc D’Antonio se passionne pour l’astronomie et il occupe le poste d’analyste vidéo en chef de l’organisation MUFON (Mutual UFO Network ; qu’on pourrait traduire en français par « réseau de partage sur le sujet des OVNIS »). C’est l’un des principaux et des plus anciens organismes d’enquête sur les OVNIS aux États-Unis.

Un engin non identifié se déplaçant à une vitesse folle !

Marc a ensuite entendu un officier de la marine ordonner à l’opérateur de sonar de répertorier l’objet non identifié (qui voyageait à « plusieurs centaines de nœuds ») dans le cadre d’un programme baptisé « Fast Mover Program ».

Il faut dire qu’actuellement, la plupart des sous-marins et des torpilles ne peuvent pas dépasser les 40 nœuds – en raison de la résistance de l’eau. Les Russes auraient une torpille capable de dépasser 200 nœuds – mais une vitesse de « plusieurs centaines de nœuds » semble simplement impossible pour un engin construit par l’homme.

Marc, qui dirige une société d’effets spéciaux appelée FX Models (qui a des contrats avec la marine), déclare que: « C’est en guise de remerciement pour certains travaux réalisés pour eux, que la Navy m’a demandé si je voulais faire un tour dans un sous-marin, alors j’ai dit oui. »

Les OVNIS seraient plus courants qu’on ne le pense…

Quatre ans plus tard, Marc déclare avoir parlé de ce qu’il avait vu à un officier supérieur de la Navy. « Je lui ai demandé : Pouvez-vous me parler du programme Fast Mover ? », explique Marc. « Il m’a regardé et a dit : Désolé, Marc, je ne peux pas parler de ce programme ».

L’homme en déduit que c’était une façon de confirmer implicitement l’existence de ce programme.

« Ce que cela veut dire pour moi, c’est que les OVNIS sont plus courants qu’on ne le pense ; nous avons même un programme en place pour les répertorier et déterminer leur vitesse, et tout cela est gardé secret », conclut l’expert des OVNIS.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :27/09/2017 à :09h50.

%d blogueurs aiment cette page :