Archives du tag ‘Trappist-1

Nous pourrions détecter les extraterrestres parce qu’ils peuvent briller, disent les scientifiques

scorpion géant fluo

Crédit illustration:
mysteriousuniverse.org/

Certains ET peuvent être faciles à trouver car ils brillent dans le noir

Article partagé par : mysteriousuniverse.org

repris sur livescience.com/

Traduction

Le «monde bio fluorescent» n’a peut-être pas le même cachet que le monde jurassique, mais il est peut-être plus proche de la réalité… et c’est peut-être l’endroit où nous trouverons enfin des formes de vie extraterrestres. Une nouvelle étude suggère que les exoplanètes présentant la probabilité la plus élevée d’héberger des formes de vie subissent souvent de fortes doses de rayons ultraviolets et que la vie pourrait développer le même mécanisme de protection que certains coraux sous-marins utilisent pour se protéger: la bio fluorescence. Le résultat final serait que ces formes de vie brilleraient dans des bleus doux, des verts et d’autres couleurs qui pourraient facilement être capturées par des télescopes entraînés à les rechercher. Le slogan de l’inévitable remake du film extraterrestre préféré de tout le monde sera-t-il «ET, émet une ombre!»?

« Nos premières cibles à la recherche de signes de vie gravitent autour d’étoiles M, telles que les planètes des systèmes Proxima Centauri, Ross-128, LHS-1140 et TRAPPIST-1. »

Dans la dernière édition des Avis mensuels de la Royal Astronomical Society , Jack O’Malley-James, associé de recherche au Centre Cornell pour l’astrophysique et les sciences planétaires, explique comment lui et sa co-auteure, Lisa Kaltenegger du département d’astronomie de Cornell,  « une université privée américaine » ont décidé  de chercher des extraterrestres brillants. Ces quatre étoiles M sont sur place. Surtout quand ils sont déjà à la recherche d’étoiles de type M. Également appelées naines rouges, ce sont les étoiles les plus communes de notre univers et elles hébergent de nombreuses planètes dans leur zone de Boucle d’or.

Malheureusement, toutes les planètes en orbite autour de celles-ci émettent également des éruptions solaires pouvant les engloutir sous un rayonnement ultraviolet, en particulier si elles se trouvent dans la zone de Goldilocks où la vie est le plus susceptible de se développer. Comme dit le proverbe – si le rayonnement ne le tue pas, il le rendra plus fort… ou du moins s’y adaptera. C’est ce que font certaines formes de coraux dans les eaux peu profondes: ils absorbent les photons bleus et ultraviolets et les réémettent à des longueurs d’onde plus longues, qui se révèlent simplement fluorescentes. C’est la bioflorescence – l’émission de lumière par une substance qui a absorbé la lumière d’une longueur d’onde plus courte. (FYI: la bioluminescence est une réaction chimique qui génère de la lumière et est indépendante du rayonnement.)

« Si vous et moi avions évolué dans un tel monde, nous aurions probablement aussi une bonne mine, car cela aurait eu des avantages pour la survie. »

L’argument de Kaltenegger dans LiveScience est logique, mais serions-nous suffisamment en train de briller pour que nous puissions être vus par des télescopes dans d’autres systèmes solaires? Peut-être si suffisamment d’entre nous et de toutes les autres formes de vie sur Terre étaient bio fluorescents. Bien sûr, ce n’est pas le cas, car nous avons une atmosphère qui nous bloque la plupart des rayons (et un écran solaire pour le reste). O’Malley-James et Kaltenegger espèrent que les planètes en orbite autour des nains rouges situés dans leurs zones de Goldilock auront suffisamment d’êtres bio fluorescents pour éclairer la planète, même brièvement, de sorte qu’un de nos télescopes puisse la détecter. C’est l’un de nos futurs télescopes. Nos modèles actuels ne peuvent pas le prendre, ou ils l’auraient déjà fait.

Qu’en est-il des formes de vie de ces planètes lumineuses qui envoient leurs navires sur Terre? Serons-nous capables de les repérer la nuit? Est-ce qu’ils vont regarder nos pitoyables corps non-rougeoyants avec dédain?

ET ne ferait pas ça…?

Paul Seaburn est l’éditeur de Mysterious Universe et son écrivain le plus prolifique. Il a écrit pour des émissions de télévision telles que « The Tonight Show », « Politically Incorrect » et une émission pour enfants primée. Il a été publié dans «The New York Times» et «Huffington Post» et a co-écrit de nombreux recueils de questions-réponses, de puzzles et d’humour. Son podcast « What in the World!» Est un regard amusant sur les dernières nouvelles étranges et paranormales, des histoires de sport étranges et des anecdotes étranges. Paul aime ajouter un peu d’humour à chaque message de MU qu’il crée. Après tout, le mystérieux ne doit pas toujours être sérieux.

Remarque :

Le stand des OANIS au salon du paranormal de Dijon les 8 et 9 septembre 2018, tenu par Era & Sylvain administrateurs du site web spécialisé Investigation Océanographique et OANIS

Les hypothèses ou les théories ne manquent pas . Alors les champs d’investigations non plus.

Sommes nous capables de détecter à distance des phéromones par exemple ? Le contact peut être tout autre à celui auquel nous nous attendons  . La lumière,le son, la pression,des symboles, des artefacts,des réactions chimiques, etc, tout ou presque reste à explorer . Alors n’avons nous jamais eu réellement de contact par quelque chose venu d’ailleurs ? J’ai émis une idée dans mon premier livre avec le chant des baleines par exemple . Ceci n’est qu’un exemple .Mais pouvons nous, nous inspirer du poulpe, de la méduse ou d’un autre animal marin ? Je pense que le monde marin à tant à nous appendre et que ceci pourrait servir plus ou moins directement  pour détecter une forme de vie sans doute toute particulière quelque-part dans le cosmos . Nos recherches continuent et il semblerait que celles -ci ne soient pas si mal .Confiance en l’avenir.

crédit : livescience.com

Source reprise

 

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 23/ 08/2019 à 21h25.

 

La découverte d’eau sur certaines certaines planètes pourrait bouleverser la recherche de vie extraterrestre.

Vue d’artiste représentant le système Trappist-1, composé de sept planètes orbitant autour d’une « naine rouge », une étoile moins lumineuse et moins massive que notre Soleil. NASA/JPL-Caltech/R. Hurt – lexpress.fr

Vendredi 9 février 2018 à 17h00:

« L’eau existe sous différentes formes ici sur notre planète. Dans le cosmos elle se dévoile un peu plus au gré des découvertes faites par différents moyens de détection.

Nous ouvrons cette rubrique spéciale ( L’eau dans l’espace)  avec un premier article pour justifier cela.

Nos recherches ont déjà commencées et pris en compte ces paramètres. Simplement l’eau dans l’espace aura sa rubrique dédiée aux découvertes de cet élément ailleurs que sur Terre. Ceci sera plus facile de retrouver ce sujet  et ce genre d’informations nous parvenant parmi les autres, ici sur notre site web. »

Era & Sylvain

De la roche et beaucoup d’eau: les planètes de Trappist-1 livrent leurs secrets

Article source: 7sur7.be 

Lundi, 5 février 2018

De nouvelles études dévoilent notamment que les sept exoplanètes du système TRAPPIST-1 sont globalement rocheuses et jusqu’à 5% plus riches en eau que la Terre, indique lundi l’Université de Liège dans un communiqué. L’an dernier, une équipe internationale chapeautée par l’astronome liégeois Michaël Gillon avait annoncé la découverte de quatre nouvelles exoplanètes – des planètes situées hors du système solaire – autour de l’étoile naine ultra froide TRAPPIST-1. Elles s’ajoutaient aux trois autres détectées précédemment.

Des observations intensives ont été effectuées par les télescopes terrestres (notamment TRAPPIST et SPECULOOS) et spatiaux (HUBBLE et SPITZER). 

Selon une étude publiée dans la revue Astronomy & Astrophysics, les planètes du système TRAPPIST contiennent jusqu’à 5% d’eau en plus que la Terre. « C’est nettement plus d’eau que celle contenue dans nos océans, qui ne représentent que 0,02 % de la masse de notre planète », explique Simon Grimm, post-doctorant à l’Université de Berne, en Suisse. Ce constat a pu être mis en évidence grâce à une mesure précise des masses et des dimensions des planètes.

Une autre étude, dirigée par Valérie Van Grootel (STAR Research Institute, ULiège) et parue dans The Astrophysical Journal, dévoile que des observations ont permis d’en savoir plus sur les propriétés de l’étoile du système, TRAPPIST-1, notamment sa distance, sa température, son rayon et sa masse, qui est 10% plus élevée que ce qui avait été estimé. 

L’habitabilité potentielle confirmée
Par ailleurs, la présence d’une atmosphère riche en hydrogène a été exclue pour trois des quatre planètes du système les plus susceptibles d’être habitables, selon une troisième étude publiée dans Nature Astronomy. « La présence d’atmosphères étendues dominées par l’hydrogène sur les quatre planètes les aurait présentées comme des mondes gazeux inhospitaliers comme Neptune« , souligne Julien de Wit, chercheur au Massachusetts Institute of Technology et auteur principal de l’étude. « Rassemblés, les résultats de nos recherches confirment la nature terrestre et l’habitabilité potentielle des planètes du système. »

Enfin, des données récoltées grâce au télescope spatial de la Nasa SPITZER, montrent que les futures études de l’atmosphère des planètes « ne seront pas affectées de façon significative par l’activité de l’étoile, ce qui est encourageant pour la suite », commente Laetitia Delrez, post-doctorante de l’ULiège à l’Université de Cambridge et auteure d’une dernière étude (Monthly Notices of the Royal Astronomical Society). 

Les chercheurs attendent maintenant avec impatience l’observation spectroscopique des atmosphères des planètes avec le nouveau télescope spatial James Webb, qui sera lancé l’an prochain par la NASA et l’ESA.

Source

En bonus peur ceux qui souhaitent plus de précisons scientifiques voici une conférence filmée.

Vidéo via youtube

CEA Sciences

Ajoutée le 13 mars 2017

Conférence d’actualité du 6 mars 2017 du CEA Paris-Saclay Un système extrasolaire extraordinaire vient d’être découvert à 40 années-lumière de nous : sept planètes tempérées et de taille proche de celle de la Terre orbitent autour d’une petite étoile très froide appelée Trappist-1. Trois de ces planètes pourraient avoir des conditions à leur surface propices à la présence d’eau liquide. Les perspectives d’observations complémentaires rendent ce système particulièrement excitant : en particulier l’atmosphère de ces planètes pourra être sondée grâce au télescope spatial James Webb auquel le CEA contribue activement. Intervenant(e)s : – Emeline Bolmont, post-doctorante au Laboratoire dynamique des étoiles, des exoplanètes et de leur environnement (LDEE) à l’Irfu, parle de la découverte des planètes de Trappist-1; – Stéphane Mathis, chercheur au Service d’astrophysique de l’Irfu, explique les résultats des forces de marées considérables qui s’exercent sur ces exoplanètes; – Antoine Strugarek, post-doctorant au LDEE à l’Irfu, montre l’influence des champs magnétiques des étoiles et des planètes sur l’organisation des systèmes d’exoplanètes; – Pierre-Olivier Lagage, chercheur au Service d’astrophysique de l’Irfu, explique la mission du télescope spatial James Webb (JWST) pour analyser les atmosphères de ces exoplanètes. Durée de la conférence : 1h20min Copyright CEA / DRF

Les planètes exotiques de Trappist-1

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 09/02/2018 à : 17h00.

%d blogueurs aiment cette page :