Archives du tag ‘océan atlantique

Mystérieux Sphinx Antique Découvert dans les Bahamas.

 

worldnewsdailyreport.com/

Crédit:  photo Stéphane Compoint  / worldnewsdailyreport.com

Traduction à l’aide de traducteur en ligne de sylv1 pour investigation océanographique et oanis.oanis

Nassau | : Une équipe d’archéologues sous-marins étudiant un naufrage antique d’origine inconnue près de la côte orientale des Bahamas, a fait une découverte stupéfiante : une grande statue en pierre ressemblant considérablement dans la forme et le design , au grand Sphynx Egyptien . –
 » Nous ne sommes  absolument pas certain pour le moment,  ce que cette découverte signifie en fait « , explique James Neilson , un historien faisant parti de l’équipe de recherche . « L’érosion causée par les éléments naturels  et  les formes de vie qui s’y sont installées mais la nature du minéral utilisé dans sa construction confirme sans l’ombre d’un doute que la statue a pour  origine le moyen- orient. « 
 Les archéologues qui ont fait la découverte, confirment que ce monument de basalte d’une demie  tonne, pourrait pourrait effectivement être d’origine égyptienne . L’analyse chimique de la pierre a démontré qu’il a presque certainement été extrait d’une carrière près de Wadi Rahanu , une région égyptienne connue pour son industrie de carrières depuis 3500 av.J.C La base de la statue semble porter une inscription , impossible à identifier pour le moment  à cause de l’érosion , celà nécessite des examens complémentaires .

L’analyse originale de l’environnement a révélé qu’il est possible qu’ils se sont approvisionné à l’endroit où on l’a découvert, pendant plus de 2500 ans. Ces résultats, quand ils sont assemblés, semblent très surprenants. La plupart des historiens modernes considèrent que les anciens Égyptiens étaient des marins plutôt mauvais, donc la possibilité qu’ils aient traversé l’Océan Atlantique si tôt dans l’histoire semble plutôt improbable.

« La statue semble avoir été transportée sur un bateau » explique M. Neilson. « Très probablement, c’était sur celui que nous étudions en réalité, qui soit endommagé près de la statue. Malheureusement, l’épave est très abîmée  et dans un état délabré et nous n’ avons pas pu pour déterminer l’envergure qui se situe certainement entre 20 et 30 mètres de long et fait de cèdre. Nous ne pouvons pas vraiment confirmer cependant, que c’est égyptien. Nous allons maintenant procéder au cours des prochains mois , à grande variété de différents tests pour voir si nous pouvons recueillir de plus amples informations concernant soit la statue soit le navire , pour tenter de confirmer son origine . »

Source:  worldnewsdailyreport.com/

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le: 30/03/2014 à : 22h40.

cropped-capture2.jpg

« 

En vidéo : Neemo, quand la conquête des astéroïdes commence sous l’eau

Les astronautes (Anglais), spationautes (Français) et autres cosmonautes (Russes) s’entraînent aux missions spatiales depuis des décennies sous l’eau. En ce début de XXIe siècle, comme en prélude à la conquête de Mars, la Nasa et l’Esa se préparent à explorer les astéroïdes avec la mission Neemo, des simulations sous la surface de l’océan Atlantique.

La réalité n’a pas été à la hauteur des rêves d’Arthur Clarke décrits dans son roman 2010 : Odyssée 2. Mais il semble que toute une génération d’enfants nourris dans les années 1970 par ces rêves, et d’autres similaires, entend bien ne pas les abandonner en tentant de les réaliser elle-même. La conquête de l’espace et la colonisation du Système solaire sont donc, peut-être, en train de redémarrer grâce à certaines entreprises privées commeSpaceX. Le fondateur de Google s’est ainsi joint à James Cameron pour partir à la conquête des astéroïdes. Quelques scientifiques même, héritiers de Turing, se proposent de réaliser les rêves d’immortalité des romans de Clarke, basés sur les ordinateurs.

La Nasa et l’Esa sont-elles à la traîne ? Il semble que non car elles aussi se préparent, par exemple, à exploiter les astéroïdes ou à aller sur Mars. Elles ont même une longueur d’avance étant donné que, depuis plusieurs années, elles utilisent la base sous-marine Aquarius pour effectuer diverses missions du nom de Neemo, acronyme anglais de Extreme Environement Mission Operations.


Quelques célèbres inventions et avancées technologiques réalisées par l’équipe Cousteau : les scooters sous-marins, le navire Alcyone et ses turbovoiles, la soucoupe plongeante, les maisons sous la mer – Précontinent II et Précontinent III. Cousteau et ses équipiers ont souvent collaboré avec la Nasa, par exemple avec Sealab. © Cousteau Society 2010, YouTube

L’histoire de l’exploration spatiale et celle des fonds marins se sont croisées à de multiples reprises. Les passionnés de la conquête des océans le sont souvent aussi par celle de l’espace et inversement. Les raisons en sont simples. Plonger sous l’eau et partir dans le cosmos c’est à chaque fois comme quitter la Terre pour aller sur un autre monde. Enfin, c’est sous la surface des océans que l’on peut expérimenter, en partie, ce qu’est la vie enimpesanteur. Il ne s’agit donc pas d’un hasard si Arthur Clarke est parti vivre dès les années 1950 au Sri Lanka, en ouvrant un club de plongée.

Ainsi, bien des expériences pour coloniser le Plateau continental, comme celles de Cousteau et son équipe, ont appris des choses aux membres de la Nasa. On sait aussi que les astronautes s’entraînent depuis longtemps, en piscine, à effectuer des missions extravéhiculaires dans l’espace.

Des aquanautes de la mission Neemo 14 au fond de l'océan Atlantique. La base sous-marine Aquarius est visible en haut à gauche de l'image.
Des aquanautes de la mission Neemo 14 au fond de l’océan Atlantique. La base sous-marine Aquarius est visible en haut à gauche de l’image. © Nasa

Neemo, une mission sur un géocroiseur à 15 millions de km

Il n’est donc guère surprenant que des astronautes, en l’occurrence des aquanautes, se retrouvent périodiquement à 20 m de profondeur non loin des côtes de la Floride pour simuler les conditions de l’exploration et de l’exploitation des astéroïdes.

Plus de 80 personnes, dont des ingénieurs et des plongeurs, nécessaires aux missions Neemo, ont donc permis à des astronautes de la Nasa et de l’Esa de vivre pendant 12 jours sous la surface de l’océan comme s’ils étaient à 15 millions de km de la Terre.


Des aquanautes en pleine simulation de travaux dans l’espace à la surface d’un astéroïde dans le cadre de la mission Neemo 16. Paradoxalement, si les objets sont moins lourds dans ces conditions, le travail est plus difficile que sur Terre. © mwidic, YouTube

Quinze millions de kilomètres, cela correspond à 39 fois la distance de la Terre à la Lune, une communication radio met environ 50 secondes pour rejoindre un vaisseau spatial à cette distance. Un message de réponse de l’équipage mettrait encore 50 secondes pour atteindre la Terre. Les échanges entre les aquanautes et les membres de Neemo en surface étaient donc retardés de cet intervalle de temps afin de rendre réaliste le déroulement des missions. Le but étant de repérer les problèmes que l’on peut rencontrer avec ces délais et d’apprendre à s’y adapter.


D’autres images d’aquanautes en train de simuler l’exploration d’un astéroïde par 20 m de fond. © COEDmagazine, YouTube

Les aquanautes ont passé des heures à simuler des sorties dans l’espace, se comportant comme des géologues ou des prospecteurs de mineraisenquêtant sur le terrain à la recherche d’échantillons à extraire. Des tests de techniques d’extraction étaient bien sûr au programme. Dans l’espace, en effet, en impesanteur, même les tâches les plus simples doivent être pensées dans le détail. Par exemple, un astronaute arrachant un morceau d’astéroïde doit se tenir à un objet fixe, pour ne pas risquer de s’envoler en quittant le petit corps céleste du fait de sa très faible gravité.

Malgré la faible profondeur, une fois la mission effectuée, les aquanautes doivent attendre 17 heures avant de remonter en surface, afin d’éviter des accidents de décompression. La dernière mission Neemo s’est terminée en juin 2012. Bill Todd, un ancien responsable du programme Neemo, fait aujourd’hui partie de l’équipe de Sea Orbiter d’un vaisseau d’exploration océanique sur de très longues durées.

 Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-video-neemo-quand-la-conquete-des-asteroides-commence-sous-leau_40310/
%d blogueurs aiment cette page :