Archives du tag ‘NEEMO

En vidéo : Neemo, quand la conquête des astéroïdes commence sous l’eau

Les astronautes (Anglais), spationautes (Français) et autres cosmonautes (Russes) s’entraînent aux missions spatiales depuis des décennies sous l’eau. En ce début de XXIe siècle, comme en prélude à la conquête de Mars, la Nasa et l’Esa se préparent à explorer les astéroïdes avec la mission Neemo, des simulations sous la surface de l’océan Atlantique.

La réalité n’a pas été à la hauteur des rêves d’Arthur Clarke décrits dans son roman 2010 : Odyssée 2. Mais il semble que toute une génération d’enfants nourris dans les années 1970 par ces rêves, et d’autres similaires, entend bien ne pas les abandonner en tentant de les réaliser elle-même. La conquête de l’espace et la colonisation du Système solaire sont donc, peut-être, en train de redémarrer grâce à certaines entreprises privées commeSpaceX. Le fondateur de Google s’est ainsi joint à James Cameron pour partir à la conquête des astéroïdes. Quelques scientifiques même, héritiers de Turing, se proposent de réaliser les rêves d’immortalité des romans de Clarke, basés sur les ordinateurs.

La Nasa et l’Esa sont-elles à la traîne ? Il semble que non car elles aussi se préparent, par exemple, à exploiter les astéroïdes ou à aller sur Mars. Elles ont même une longueur d’avance étant donné que, depuis plusieurs années, elles utilisent la base sous-marine Aquarius pour effectuer diverses missions du nom de Neemo, acronyme anglais de Extreme Environement Mission Operations.


Quelques célèbres inventions et avancées technologiques réalisées par l’équipe Cousteau : les scooters sous-marins, le navire Alcyone et ses turbovoiles, la soucoupe plongeante, les maisons sous la mer – Précontinent II et Précontinent III. Cousteau et ses équipiers ont souvent collaboré avec la Nasa, par exemple avec Sealab. © Cousteau Society 2010, YouTube

L’histoire de l’exploration spatiale et celle des fonds marins se sont croisées à de multiples reprises. Les passionnés de la conquête des océans le sont souvent aussi par celle de l’espace et inversement. Les raisons en sont simples. Plonger sous l’eau et partir dans le cosmos c’est à chaque fois comme quitter la Terre pour aller sur un autre monde. Enfin, c’est sous la surface des océans que l’on peut expérimenter, en partie, ce qu’est la vie enimpesanteur. Il ne s’agit donc pas d’un hasard si Arthur Clarke est parti vivre dès les années 1950 au Sri Lanka, en ouvrant un club de plongée.

Ainsi, bien des expériences pour coloniser le Plateau continental, comme celles de Cousteau et son équipe, ont appris des choses aux membres de la Nasa. On sait aussi que les astronautes s’entraînent depuis longtemps, en piscine, à effectuer des missions extravéhiculaires dans l’espace.

Des aquanautes de la mission Neemo 14 au fond de l'océan Atlantique. La base sous-marine Aquarius est visible en haut à gauche de l'image.
Des aquanautes de la mission Neemo 14 au fond de l’océan Atlantique. La base sous-marine Aquarius est visible en haut à gauche de l’image. © Nasa

Neemo, une mission sur un géocroiseur à 15 millions de km

Il n’est donc guère surprenant que des astronautes, en l’occurrence des aquanautes, se retrouvent périodiquement à 20 m de profondeur non loin des côtes de la Floride pour simuler les conditions de l’exploration et de l’exploitation des astéroïdes.

Plus de 80 personnes, dont des ingénieurs et des plongeurs, nécessaires aux missions Neemo, ont donc permis à des astronautes de la Nasa et de l’Esa de vivre pendant 12 jours sous la surface de l’océan comme s’ils étaient à 15 millions de km de la Terre.


Des aquanautes en pleine simulation de travaux dans l’espace à la surface d’un astéroïde dans le cadre de la mission Neemo 16. Paradoxalement, si les objets sont moins lourds dans ces conditions, le travail est plus difficile que sur Terre. © mwidic, YouTube

Quinze millions de kilomètres, cela correspond à 39 fois la distance de la Terre à la Lune, une communication radio met environ 50 secondes pour rejoindre un vaisseau spatial à cette distance. Un message de réponse de l’équipage mettrait encore 50 secondes pour atteindre la Terre. Les échanges entre les aquanautes et les membres de Neemo en surface étaient donc retardés de cet intervalle de temps afin de rendre réaliste le déroulement des missions. Le but étant de repérer les problèmes que l’on peut rencontrer avec ces délais et d’apprendre à s’y adapter.


D’autres images d’aquanautes en train de simuler l’exploration d’un astéroïde par 20 m de fond. © COEDmagazine, YouTube

Les aquanautes ont passé des heures à simuler des sorties dans l’espace, se comportant comme des géologues ou des prospecteurs de mineraisenquêtant sur le terrain à la recherche d’échantillons à extraire. Des tests de techniques d’extraction étaient bien sûr au programme. Dans l’espace, en effet, en impesanteur, même les tâches les plus simples doivent être pensées dans le détail. Par exemple, un astronaute arrachant un morceau d’astéroïde doit se tenir à un objet fixe, pour ne pas risquer de s’envoler en quittant le petit corps céleste du fait de sa très faible gravité.

Malgré la faible profondeur, une fois la mission effectuée, les aquanautes doivent attendre 17 heures avant de remonter en surface, afin d’éviter des accidents de décompression. La dernière mission Neemo s’est terminée en juin 2012. Bill Todd, un ancien responsable du programme Neemo, fait aujourd’hui partie de l’équipe de Sea Orbiter d’un vaisseau d’exploration océanique sur de très longues durées.

 Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-video-neemo-quand-la-conquete-des-asteroides-commence-sous-leau_40310/

NEEMO : la NASA lance sa 16e mission sous-marine

Info rédaction, publiée le 13 juin 2012

La 16e mission NEEMO de la NASA a débuté. Elle est emmenée par une équipe internationale de spécialistes des expéditions sous-marines et vise à passer 12 jours sous l’océan Atlantique afin de tester les concepts destinés à réaliser une mission vers un astéroïde à l’horizon de 2025.

La NASA compte bien pousser l’exploration spatiale toujours plus loin et elle le prouve encore. Hier, elle a ainsi lancé sa 16e mission sous-marine NEEMO (NASA Extreme Environment Mission Operations ) dont l’équipage est composé notamment de quatre spécialistes des expéditions sous-marines baptisés « aquanautes ». Leur séjour sous l’océan Atlantique, dans le laboratoire Aquarius de l’Administration américaine océanique et atmosphérique, doit durer 12 jours et devrait leur permettre d’évaluer les concepts d’une mission habitée potentielle vers un astéroïde.

Situé au large des côtes de Key Largo en Floride par 19 mètres de fond, l’Aquarius Lab permet aux membres de l’équipage de NEEMO de se confronter à des conditions comparables à celles qu’on rencontre dans l’espace. L’agence spatiale américaine envoie ainsi régulièrement des astronautes, des ingénieurs et des chercheurs y passer un petit séjour. L’isolement et la microgravité qui règnent au fond de l’océan permettent en effet aux aquanautes d’étudier et de tester des techniques en vue des futures explorations d’astéroïdes, souligne la NASA. « L’eau est une bonne manière de libérer son corps et de se mettre à explorer une autre façon de bouger. Alors que nous sommes si coincés en marchant sur Terre, c’est agréable de flotter et de tournoyer comme dans l’espace« , témoigne ainsi Dottie Metcalf-Lindenburger qui commande la mission.

Cette 16e expédition se concentre sur trois aspects des futurs vols vers un astéroïde : les délais dans la transmission des communications, les techniques d’attache et la taille optimale d’un équipage. Toutefois, la première mission avec des astronautes vers un astéroïde n’est prévue que pour 2025. L’équipage de la mission NEEMO 16 commandée par Dottie Metcalf-Lindenburger est complétée par une astronaute de la NASA accompagnée de Timothy Peake, de l’Agence spatiale européenne (ESA), de Kimiya Yui de la Japan Aerospace Exploration Agency et de Steven Squyres, professeur d’astronomie à l’Université Cornell de New York.

Les astéroïdes, ces corps rocheux menaçants

Cela fait longtemps que la NASA nourrit le projet d’envoyer un jour des hommes visiter un astéroïde. En effet, ces corps irréguliers composés de roches et de métaux sont considérés par certains comme une menace pour la Terre dans la mesure où plusieurs l’ont déjà frappée par le passé, « causant des extinctions massives« , souligne Steven Squyres qui évoque notamment le cas des dinosaures. Mais les astéroïdes pourraient aussi receler de précieuses informations sur l’histoire du système solaire et la manière de le protéger. Autant de raisons qui poussent la NASA à s’intéresser à ces corps.

Néanmoins, envoyer des robots pourraient ne pas suffire pour en apprendre davantage. D’où le projet de mener des missions d’exploration d’astéroïdes afin notamment de réaliser des prélèvements bien plus efficacement qu’un robot pourrait le faire. Selon Dottie Metcalf-Lindenburger, dès que la NASA aura trouvé le moyen d’atteindre et d’explorer ces corps, les volontaires seront donc nombreux à vouloir y aller. « L’homme est un explorateur par nature. Et nous faisons cela depuis très, très longtemps« , relève t-elle dans une interview accordée à npr.org.

Vidéo youtube, complémentaire à l’article investigations océanographique et oanis

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

%d blogueurs aiment cette page :