Archives du tag ‘États-Unis

Des disparitions se sont produites dans d’étranges circonstances.

Les disparitions sont affreusement courantes dans ces lieux

Article et photos source jack35.wordpress.com – Etrange et insolite Publié le 

Le stand des OANIS au salon du paranormal de Dijon les 8 et 9 septembre 2018, tenu par Era & Sylvain administrateurs du site web spécialisé Investigation Océanographique et OANIS.

Les mystères marins englobent aussi des disparitions étranges, certaines ici sont plus ou moins mentionnées dans mon premier ouvrage, cette petite sélection démontre que bien des énigmes résistent .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux quatre coins du monde, on trouve des endroits où des disparitions se sont produites dans d’étranges circonstances. De nombreuses personnes se sont volatilisées après avoir traversé ou visité ces régions mystérieuses, sans laisser la moindre trace ou explication. La série d’images suivante vous emmène au cœur de l’énigme!

Cette localisation a vu de nombreuses disparitions survenir, qu’il s’agisse de navires de croisière ou de simples chalutiers. Les épaves n’ont jamais été retrouvées. En 1918, l’USS Cyclops s’y est aussi volatilisé, avec à son bord 309 hommes d’équipage.

Ces lignes imaginaires, qui dessinent un triangle reliant Miami, Porto Rico et les Bermudes est bien plus qu’une simple zone marine. Ce lieu, dans la culture populaire, est le théâtre d’accidents et de mystérieuses disparitions d’avions et de navires.

Pour tenter d’élucider ces événements intrigants, toutes sortes d’explications ont été apportées. Des portails aux autres dimensions, en passant par des champs de méthane, à ce jour, aucune de ces théories n’a été formellement prouvée.

Mer des Sargasses

La mer des Sargasses, située dans l’océan Atlantique, fut le théâtre d’un intrigant spectacle: le passage du Mary Céleste, un bateau fantôme.

Le navire sera retrouvé en 1872, totalement déserté, mais encore chargé de denrées et de combustible. À ce jour, on ignore encore ce qu’il est advenu de l’équipage.

Lac Supérieur, États-Unis

Le Lac Supérieur est le plus profond des Grands Lacs, entre le Canada et les États-Unis. De nombreuses disparitions ont été enregistrées dans les parages.

Un record impressionnant de naufrages a eu lieu dans le Lac Supérieur où pas moins de 200 navires se sont échoués. La plupart des épaves n’a jamais été retrouvée ou renflouée.

La ceinture de Van Allen est une zone constituée de particules énergétiques, retenue par le champ magnétique de la Terre. Son point le plus proche de la surface terrestre se situe non loin du Brésil, dans l’océan Atlantique.

Ces fortes radiations seraient peut-être responsables du crash du vol Air France 447, le 1er juin 2009, où plus de 200 personnes ont perdu la vie.

Lac Angikuni, Canada

Le lac Angikuni se trouve dans la région du Kivalliq, à Nunavut, au nord du Canada. En 1930, un homme est tombé nez à nez avec un village abandonné au bord du lac.

Le plus fascinant c’est que des marmites de nourriture se trouvaient toujours au-dessus de feux éteints. De nombreuses tâches et activités semblaient avoir été abandonnées en urgence. Les villageois n’ont jamais été retrouvés et la raison de leur fuite reste inexpliquée.

Au large des côtes écossaises, les îles Flannan, aussi appelées Hébrides extérieures, abritent un phare singulier.

En 1900, l’équipage d’un navire a remarqué que la lumière du phare ne fonctionnait plus et a décidé d’enquêter. Les trois gardiens du phare s’étaient évanouis dans la nature et ne furent jamais retrouvés.

La mer du Diable, aussi connue sous le nom de Triangle du Dragon, est célèbre suite à plusieurs incidents impliquant des disparitions de navires.

Un jour, en 1952, le gouvernement japonais a dépêché une trentaine de personnes sur les lieux afin d’enquêter. Malheureusement, elles furent elles aussi victimes des eaux tumultueuses de la mer du Diable.

 

Source


Références : jack35.wordpress.com – Etrange et insolite – via  (Source : MSNStars Insider)


Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 13/08/2018 à 23H00.

Le premier sous-marin nucléaire brésilien bientôt construit .

© Photo : RIA Novosti

© Photo : RIA Novosti

oanis

Note sylv1 adm:

Samedi 15 mars  2014 à : 11h15:

« Le Brésil est un pays en constante évolution et même si les médias parlent très peu de son potentiel dèjà pas mal avancé pour ce qui concerne le secteur spatial, nous remarquerons que les secteurs maritime et militaire ne sont pas en reste. Cet article ci-dessous publié par la voix de la Russie,intéressant pour se faire une idée plus précise de ce pays en » expansion », aidé par une coopération internationale.« 

Barre cora

Article source: french.ruvr.ru/

Par La Voix de la Russie | Le Brésil construira sont premier sous-marin nucléaire vers 2023. Le pays maitrise désormais tout le cycle technologique pour la fabrication des réacteurs nucléaires qui sont installés sur les sous-marins. C’est la France qui fournit son aide à l’élaboration du système de contrôle sur l’équipement du nouveau sous-marin.

La décision de passer un partenariat avec ce pays européen s’explique par sa volonté de transmettre au Brésil les technologies.

La longueur des frontières maritimes du Brésil atteint plus de 8000 kilomètres. Actuellement les eaux territoriales du pays sont patrouillées à l’aide des sous-marins diesel-électriques, construits d’après des projets allemands. A la première vue, le pays n’est pas menacé par des porte-missiles des autres pays, et il peut assurer la protection de ses plateaux continentaux, riches en hydrocarbures, avec des sous-marins non-nucléaires. Toutefois, les intérêts géopolitiques du Brésil sont en train de s’élargir, et ce pays se considère désormais comme l’un des principaux pays de l’Atlantique Sud, souligne le vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques Konstantin Sivkov.

« Le Brésil fait partie des pays BRICS. Les dirigeants brésiliens comprennent que dès que le Brésil va commencer à étendre son influence et protéger ses intérêts nationaux et ceux de ses activités dans les régions éloignées, il lui faudra une flotte. Pour assurer ses activités dans toute la région de l’Atlantique Sud, le pays aura besoin de sous-marins. Selon certaines informations, le Brésil aurait besoin au total de 4-5 sous-marins nucléaires. »

Par ailleurs, le pays envisage également de renforcer son aviation embarquée. Actuellement, le Brésil possède un seul porte-avions – le vieux navire français Foch, capable de réaliser un spectre étroit de missions. Ce navire ne répond pas aux exigences modernes, et son parc d’avions est représenté uniquement avec 20 appareils de type Skyhawk. Il s’agit de vieux avions d’assaut américains datant de l’époque de la guerre du Vietnam. Il est probable que le Brésil puisse décider la construction de deux autres porte-avions, ce qui lui permettra de défendre plus efficacement ses intérêts dans les régions éloignées de l’Atlantique Sud. C’est très important pour le Brésil, compte tenu du fait que les Etats-Unis ont ressuscité la 4e Flotte de la marine, qui a notamment pour mission de contrôler ce qui se passe en Amérique du Sud. De nombreux experts estiment que les Etats- Unis ont complètement perdu aujourd’hui le contrôle de l’Amérique du Sud. Les pays avec une position pro-américaine ne jouent plus aucun rôle dans ce processus, note Konstantin Sivkov.

« Le Brésil, l’Argentine et le Venezuela mènent une politique intérieure et étrangère complètement indépendante des États-Unis. Donc, les Américains sont en train de tenter maintenant de résoudre le problème de la restauration du contrôle de ces pays dans cette zone. Pour ce faire, ils provoquent un chaos économique et des troubles sur le territoire du Venezuela. Sans exclure la possibilité de la dissuasion militaire, les Etats-Unis sont en train de créer une quatrième flotte de la marine militaire ».

Le Brésil et la France ont signé en 2008 un accord sur la coopération en matière de la construction des sous-marins. En 2009, la société brésilienne Odebrecht, spécialisée dans les projets dans le domaine de la défense et de la sécurité, a signé un contrat avec le français DCNS (Direction des constructions navales) pour la construction de quatre sous-marins diesel-électriques de type Scorpène, et la conception conjointe d’éléments pour les sous-marins non-nucléaires. La participation de DCNS dans ce projet se limite à l’aide apportée lors de la construction de la coque et l’équipement de plusieurs compartiments du sous-marin nucléaire. Selon les sources ouvertes, le nouveau navire brésilien sera équipé des systèmes français de contrôle de combat et de sonars fabriqués par une autre société française, Thalès. Toutefois, les experts estiment qu’il est peu probable que la France puisse être d’accord pour transmettre eu Brésil ses toutes récentes technologies. Ce sont des technologies de la génération précédente qui seront transmises.
Sourcela voix de la russie

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le: 15/03/2014 à : 11h15.

cropped-capture2.jpg

Les drones américains n’ont plus besoin de bases militaires

© capture d'écran: www.youtube.com

© capture d’écran: www.youtube.com

Le drone X-47B de la marine américaine a réalisé le premier appontage réussi sur le porte-avions USS George Bush dans l’océan Atlantique, non loin des côtes de l’Etat de Virginie.

Selon les experts, le déploiement des drones à bord de porte-avions permettra aux Etats-Unis de se passer de l’autorisation d’utiliser les bases militaires d’autres pays pour utiliser leurs drones.

Les X-47B fabriqués en série doivent être mis en service dans la marine américaine en 2018.  N
Sourcela voix de la russie

lxqax

gif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :11/07/2013 à : 18h30.

cropped-capture2.jpg

La marine américaine a testé un nouveau système contre les torpilles

Photo : EPA

Photo : EPA

Article source: french.ruvr.ru

7 Juin, 20:53

Les forces navales des États-Unis ont testé un nouveau système de protection contre les navires et les torpilles qui s’appelle SSTD. Les tests étaient effectués à bord du porte-avions CVN-77 George Bush du 15 au 19 mai dernier. Mais l’information concernant ces tests n’a été dévoilée que maintenant.

Le système testé représente est un matériel d’alerte sur l’attaque de torpilles et une série de systèmes de défense des torpilles dans des capsules hermétiques. Les tests du système se sont très bien passés.
Source:la voix de la russie

barredesparation4zi7

oanis

Ajout sylv1 adm investigation océanographique et oanis, lundi,10/06/2013 .

Complément à l’article , je me suis posé cette question: De quelle technologie résulte ce système,  ce programme ??? Alors voici en bref résumé le résultat de mes recherches, un soupçon de réponse:

Argon ST est le seul entrepreneur pour la conception, le développement et la fabrication d’un système de leurre électro-acoustique passif, qui est utilisé comme une contre-mesure envers les torpilles à tête chercheuse acoustique entre autres

Dans cette information  ( article ci-dessus )donnée par la voix de la Russie, il semblerait qu’un cap plus perfectionné a été conçu , ou du moins tends à s’améliorer puisque les navires seront aussi concernés par ce type de défense technologique.…, à suivre..

Nota:

Boeing filiale Argon ST a reçu un prix de suivi sur 14,8 millions de dollars en vertu de son contrat pour Surface Ship Torpedo défense de l’US Navy (SSTD) du programme. L’entreprise, un accord à prix fixe permettant une production continue et la livraison de nouveaux systèmes SSTD, ainsi que des améliorations coût-plus-honoraires fixes en option aux systèmes SSTD existants, sur une période de cinq ans.

lightweight-torpedo source image: spacewar.com

lightweight-torpedo
source image:
spacewar.com

Argon ST prolonge son contrat pour Surface Ship Torpedo Défense pour l’US Navy concernant le programme(SSTD).

oanis

lxqax

gif

Mise à jour investigations océanographique et oanis, le : 10/06/2013 à : 11h15.

cropped-capture2.jpg

Etats-Unis : suicide massif de calmars

© Flickr.com/wildxplorer/cc-by

© Flickr.com/wildxplorer/cc-by

la voix de la russie

13.12.2012, 14:55, heure de Moscou

Article source:http://french.ruvr.ru/

Les biologistes s’efforcent de percer l’énigme du phénomène extraordinaire observé dimanche dernier sur la plage de Monterey, en Californie. Des milliers de calmars de Humboldt se sont jetés sur le sable, rapporte CBS.

Les gens faisaient tout leur possible pour sauver les calmars encore vivants, cepandant que les autres continuaient à se jeter sur la grève.

Selon les scientifiques, ce phénomène pourrait être lié au réchauffement climatique. T

Caraïbes : cité engloutie retrouvée au fond des mers ?

     Je vous propose aujourd’hui cet article de Wikistrike, qui porte sur les Ruines sous-marines retrouvées par des chercheurs canadiens,  j’avais posté au mois d’Août un article  traduit d’après les informations de Georges Filer à propos de trois  Pyramides englouties au large de la côte atlantique de la Floride,  Jack35 a repris sur son site ce matin un Article de la Voix de la Russie : Une ville immergée découverte dans le Triangle des Bermudes que Sylv1 a par ailleurs re-blogué ici, Merlin sur son site en 2009 nous parlait de ces Etranges structures sous-marines dans les Bahamas… Edgar Cayce  dans son « Visions de l’Atlantide » nous révélait déjà l’existence de ces constructions sous-marines au large des côtes de la Floride. (Lecture 364-3) « Le continent de l’Atlantide occupait une position située entre le golfe du Mexique d’une part, et la Méditerranée d’autre part. On trouvera des preuves de l’existence de ce continent perdu dans les Pyrénées, au Maroc, au Honduras britannique, au Yucatan et aux Etats Unis. Il reste certaines émergences… qui devaient, à une époque ou une autre, faire partie de ce vaste continent. Les Indes Occidentales britanniques, ou Bahamas, sont parmi ces vestiges. Si l’on effectuait des sondages géologiques dans ces îles, ou dans le Gulf Stream et notamment aux abords de Bimini, on trouverait certainement des preuves déterminantes. »

Les incroyables pyramides sous-marines cubaines – Source Wikistrike

En 2001, une équipe de chercheurs canadiens a travaillé sur la côte ouest de Cuba, afin de vérifier les dires de premiers explorateurs partis en 2000 dans la même zone et qui aurait découvert une ville engloutie depuis des milliers d’années. Et l’incroyable s’est produit: La cité existe !

Les ruines d’une ville engloutie ou « l’Atlantide cubaine » ont pu être localisées grâce à des sonars sophistiqués capables de détecter des structures en pierre jusqu’à 650 pieds de profondeur. Les premiers relevés ont suscité un énorme intérêt dans la communauté scientifique, qui a bien vite mis la découverte sous silence.

Les premiers explorateurs ont repéré le complexe il y a déjà 12 ans, quand ces chercheurs ont balayé la zone par hasard. Les radars ont alors mis à jour une unité sophistiquée composée de plusieurs pierres disposées de façon symétrique.

  Zelitsky, ingénieur russe, ancienne espionne de la marine soviétique pendant la guerre froide, et son mari, Paul Weinzweig, un chercheur en « Communications numériques avancées » (photo ci-dessous à gauche), ayant des bureaux au Canada et à Cuba, ont parcouru et exploré avec leur navire de recherche « Ulises  » les profondeurs au large du cap Saint-Antoine, au nord-ouest de Cuba, dans le but de récupérer d’éventuelles épaves, quand ils se sont rendus compte que sous leur coque dormait un trésor archéologique à la fois mystérieux et incroyable :

La structure qu’ils découvrent est un complexe urbain.

Pour le vérifier, ils envoient alors un robot bourré de technologie. Ce drone, un Remotely Operated Vehicle (ROV), est capable de prendre des photos et de recueillir des échantillons de roches à de grandes profondeurs.

Pour accompagner l’expédition, des experts locaux les accompagnent, y compris le Dr Manuel Iturralde, géologue, chercheur au Muséum d’Histoire Naturelle de La Havane.

Les sous-marins envoyés confirment la présence d’énormes blocs de granit très lisse !

Selon certains de ces chercheurs, on parle ici de pyramides !

L’on y trouve aussi d’incroyables alignements circulaires.

Après analyse des échantillons et des images fournies par le robot lors des plusieurs expéditions de 2001, Iturralde révèle que ces structures se trouvaient jadis hors de l’eau et que différentes explications géologiques parlent dans leur composition. Néanmoins, si le complexe paraît naturel, leur forme et la disposition peuvent avoir été modifiées par l’homme.

Les structures remonteraient à 6000 ans, une date qui précède les grandes pyramides d’Egypte de 1500 ans, officiellement. « C’est vraiment une découverte merveilleuse que ce centre urbain », a rapporté l’Explorateur Zelitsky à Reuters.

Source image : Wikistrike

Des corrélations sont probables avec « le déluge » rapporté par la Bible, sur lequel il est dit que notre planète a été dévastée par de fortes inondations il y de cela plusieurs milliers d’années.

 À ce jour, cette merveille est inconnue du grand public, presque oubliée par les médias. Le chercheur Cossano Carlo Alberto va plus loin, pour lui, les ruines submergées de Cuba peuvent réécrire l’histoire de la civilisation humaine, et même aider à percer les mystères concernant son origine.

COVER UP

Le silence est de mise autour de cette découverte, et pour cause, les énormes structures pyramidales sont similaires en taille à celles du plateau de Gizeh, en Egypte. Sous l’eau e trouve aussi plusieurs sphinx, des pierres disposées comme Stonehenge ainsi qu’une écriture gravée sur les pierres. Pourquoi tout ceci a été réduit au silence ?

Wikistrike

Photos de la grotte de l’île de la jeunesse cubaine : un symbole d’étoile identique à celui observé dans les fonds marins à Cuba © 2001 par Zelitsky

Avant la découverte officielle en 2 000, Le gouvernement américain avait découvert l’endroit présumé pendant la crise des missiles à Cuba dans les années soixante, un sous-marin nucléaire ayant alors sondé la surface, pris des photos, et fait des mesures. Ils ont immédiatement créé une zone  Off Limits   et mis le site archéologique sous contrôle, pour le protéger de la flotte russe.

 Une source de l’armée à Montego Bay, dévoile que les USA travaillent toujours sur le site et a depuis 40 ans récupérer nombre d’objets et d’instruments (certains fonctionnent encore).

Ce bassin de moins de 10.000 ans est très bien conservé. Une autre cité a d’ores et déjà été découverte à 250 km au sud de la côte des Açores, découverte confirmée par le célèbre auteur Charles Berlitz.

Dans le numéro de Septembre-Octobre américain  ancient Amerca, on peut lire un court article intitulé «US Navy Atlantis Cover-up? ».  Il y est dit que le 7 septembre 2001, un escadron Espagnol, à la recherche de pétrole, s’est arrêté à 250 km au sud-ouest des Açores.

L’escadron était équipé de deux submersibles de recherche. Lors de la plongée, ils y ont découverts une sorte de long mur de 90 km avec un temple central soutenu par trois plateformes de neuf piliers d‘environ 3 mètres de diamètre supportant un toit plat en pierre d’environ 20 mètres de large et 30 de long. On peut y voir aussi des restes de cinq canaux circulaires avec des ponts, ainsi que quatre anneaux, et des installations comme un temple au milieu.

Cet endroit se trouve à 2800 pieds de profondeur dans la fosse médio-atlantique.  Selon les chercheurs, quand ils ont essayé d’envoyer des images photographiques du site archéologique, leurs signaux ont été bloqués par un navire de l’US Navy qui patrouillait à proximité.

Le site des pyramides cubaines, mégalihtique très probablement, fait aujourd’hui l’objet de recherches discrètes entreprises par le gouvernement américain, tandis que Cuba le réclame, à juste tître.

Source : http://www.wikistrike.com/article-les-incroyables-pyramides-sous-marines-cubaines-111041551.html

Liens Complémentaires :

https://investigationsoanisetoceanographiee.wordpress.com/2012/08/11/les-pyramides-englouties-au-large-de-la-cote-atlantique-de-floride/

ttp://homme-et-espace.over-blog.com/article-26870363.html

http://jack35.wordpress.com/2012/11/01/une-ville-immergee-decouverte-dans-le-triangle-des-bermudes/

L’Hermione, célèbre frégate de La Fayette, est à nouveau à flot

 

 

La ville de Rochefort, en Charente-Maritime, s’apprête à vivre un événement exceptionnel ce 6 juillet dans la soirée. Après plus de 15 années de chantier, la réplique exacte de la frégate Hermione, le vaisseau de guerre qui emmena le marquis de La Fayette aux États-Unis en 1780, va officiellement être mise à l’eau. La construction de ce navire rend également un vibrant hommage à l’exceptionnel passé maritime de la France.

Après plus d’une décennie de travail, un projet d’envergure visant à construire une réplique d’un célèbre navire français du XVIIIe siècle vient de franchir une nouvelle étape. Mais revenons tout d’abord sur le contexte qui a contribué à la légende de l’Hermione.

Un lien étroit remontant au XVIIIe siècle unit la France et les États-Unis, les Français ayant en effet apporté un soutien militaire et financier aux troupes du général Washington, alors en guerre pour obtenir l’indépendance. L’amitié franco-américaine qui naîtra à la suite de cette collaboration n’est le fruit que d’un seul homme, Gilbert du Motier alias le marquis de La Fayette. De retour des Amériques en 1779 et favorable à la cause du général Washington, il a réussi à convaincre le roi de France, Louis XVI, d’envoyer des troupes outre-Atlantique pour venir en aide au futur peuple américain. En 1780, il a embarqué à bord d’une nouvelle frégate, l’Hermione, commandée par le lieutenant de vaisseau La Touche, pour annoncer l’arrivée en renfort de près de 6.000 hommes. Il s’est ensuite battu aux côtés du général durant plus de 18 mois, jusqu’à la fin du conflit, devenant ainsi un héros de guerre.

En 1997, une série de pionniers rassemblés autour de l’écrivain Erik Orsenna a souhaité reconstruire à l’identique ce navire de 65 m de long (hors-tout) associé à tout jamais à La Fayette. Ce projet vise aussi à rendre hommage au passé maritime exceptionnel de la France en mettant fin à une « anomalie ». En effet, notre pays n’a conservé ni reconstruit aucun bateau antérieur au XIXe siècle alors que les navigateurs français sillonnaient déjà les côtes atlantiques américaines au XVe siècle.

Présentation de l'Hermione et du projet de l'association Hermione-La Fayette en quelques chiffres.
Présentation de l’Hermione et du projet de l’association Hermione-La Fayette en quelques chiffres. © Idé

Après 15 années de chantier à l’arsenal de Rochefort (Charente-Maritime), la frégate, actuellement dépourvue de son gréement (l’ensemble du matériel situé sur le pont), sera officiellement mise à l’eau ce 6 juillet 2012. Elle quittera alors sa forme de radoub (une forme étant une cale sèche), pour rejoindre les eaux de la Charente. Cet événement marque une étape décisive du projet mené par l’association Hermione-La Fayette et dirigée par Benedict Donnelly. Si tout se poursuit sans encombre, l’Hermione devrait appareiller en 2015 à destination des États-Unis puis du Canada, près de 232 ans après le marquis de La Fayette.

Un savoir-faire français exceptionnel

Chaque jour, près d’une centaine de personnes, salariées ou bénévoles, se sont relayées pour construire ce navire. Ce chantier a démontré la qualité du savoir-faire français dans de nombreux domaines, que ce soit en charpenterie marine, en menuiserie ou encore dans le travail des métaux et des tissus en lin. Le navire se compose de 400.000 pièces de bois et de métal, de 2.200 m² de voile, de 24 km de corde et de 1.000 poulies. La coque, qui mesure 70 cm d’épaisseur par endroit afin d’offrir une meilleurerésistance aux boulets de canon, est intégralement constituée de chêne. Elle aura nécessité l’abattage d’environ 2.000 arbres au sein des forêts françaises. Près d’une tonne d’étoupe aura été nécessaire pour étanchéifier l’ensemble.


Présentation de la construction de la réplique de l’Hermione (entre 1997 et 2010) et des nombreux défis relevés, en images. © hermione17300/YouTube

Aucun plan complet du navire n’existait au début du projet. Des travaux ont donc été menés, sous la vigilance d’un comité historique et scientifique, afin de les recréer. Les membres de l’association ont heureusement pu s’appuyer sur les plans de La Concorde, un sister-ship capturé par les anglais, contre qui la France était en guerre, en 1783. Quelques adaptations ont cependant été apportées pour respecter les normes de sécurité actuelles. La réplique de l’Hermione est ainsi motorisée et possède desinstruments de navigation modernes. Une fois en flottaison, le navire rejoindra la forme Napoléon III où il recevra ses trois mâts, son gréement et son aménagement intérieur. Il devrait naviguer pour la première fois sur la Charente à destination de l’île d’Aix dans le courant de l’année 2013.

La coque de l'<em>Hermione</em> est destinée à accueillir trois mâts dont l'un d'entre eux, le grand mât,&nbsp;aura une hauteur totale de 54 m. Le navire original a coulé en 1793 après avoir éventré sa coque sur un haut&nbsp;fond.&nbsp;Le chantier de construction, ouvert au public, a été visité plus de 3,5 millions de fois depuis le début du projet.&nbsp;© RivaCom

La coque de l’Hermione est destinée à accueillir trois mâts dont l’un d’entre eux, le grand mât, aura une hauteur totale de 54 m. Le navire original a coulé en 1793 après avoir éventré sa coque sur un haut fond. Le chantier de construction, ouvert au public, a été visité plus de 3,5 millions de fois depuis le début du projet. © RivaCom
 Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/oceanographie-1/d/lhermione-celebre-fregate-de-la-fayette-est-a-nouveau-a-flot_39894/
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :