Archives du tag ‘DCNS

FR3 : des drones marins présentés au salon Euronaval

SMX-25, le dernier sous-marin imaginé par Naval Group ?
Crédit illustration
opex360.com ©

Ce reportage instructif en ce qui nous concerne. En effet, il offre un aperçu des innovations de plus en plus sophistiquées concernant le secteur maritime, comme le projet de Naval Group en illustration ci-dessus ( photo) du côté militaire, présenté au salon Euronaval en 2010.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :08/12/2017 à :11h10.

 

De la dissuasion nucléaire à la robotique navale.

Les drones sous-marin bluefin en action dans la recherche d’épaves.
Crédit image :frandroid.com

L’ONERA met de l’intelligence artificielle sur les drones maritimes

Article source : meretmarine.com

 
Défense
Offshore
Science et Environnement

Etudes hydrographiques et océanographiques, inspection d’infrastructures offshore, détection de pollution, recherches suite à des crashs, surveillance, guerre des mines… Les drones maritimes peuvent avoir de nombreuses applications civiles et militaires, notamment s’ils sont employés de manière groupée et coordonnée sur plusieurs dimensions. Des  concepts de meutes de drones sont en cours de développement mais, pour l’heure, il s’agit essentiellement de formations prédéfinies articulées autour d’un engin « maître » sur lesquels les autres véhicules sont asservis. L’étape technologique suivante consistera à pouvoir déployer dans différents milieux (sous, sur et au-dessus de la mer) une flottille dont chaque membre, grâce aux progrès réalisés en matière d’intelligence artificielle, disposera d’un très haut degré d’autonomie décisionnelle, pourra interagir avec les autres et faire face, de manière indépendante ou coordonnée, à tout type de situation et aléas afin de mener à bien sa propre mission comme celle du groupe.

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :24/10/2017 à :17h00.

Dossier : DCNS et le SMX Ocean.

L’original SMX-Ocean SSK et le Barracuda SSN côte à côte. Crédit image DCNS via defence.pk

Sylvain Matisse au bois des Eldars le 31 mars 2017 à lille
©2017 photo investigation oceanographique et oanis

Nous vous présentons ici un produit français. Nous remarquons que notre pays a des arguments pour se défendre le cas échéant, mais aussi pour remplir certaines missions délicates et dangereuses. 

En ce qui nous concerne ce fait nous livre une idée sur les performances actuelles de nos embarcations qui sont cependant loin de rivaliser avec des « objets sous-marins non-identifiés »( OSNI), relevés par les rares militaires ( marins et sous-mariniers en particulier) et qui osent témoigner.

 Selon le site web mer et marine, le SMX Ocean a  été révélé à l’occasion du salon Euronaval en octobre 2014. Il est issu du programme Barracuda qui a donné la Classe Suffre

Ce vaisseau est une  plateforme techniquement réalisable dès aujourd’hui .Il est conçu pour effectuer des missions allant jusqu’à 90 jours, soit le double du Scorpene, avec une vitesse de transit de 14 nœuds (25,928 km/h) , ce qui ne s’est encore jamais vu sur un sous-marin classique. Pour obtenir de telles performances, DCNS s’appuie sur ses dernières innovations en matière de propulsion. En plus de ses six moteurs diesels de 1250 kW chacun, le SMX Ocean est équipé de deux systèmes de piles à combustible et trois batteries lithium-ion. L’emploi de ce système anaérobie de nouvelle génération permet au sous-marin de réaliser en plongée deux transits d’une semaine et, une fois sur le théâtre d’opération, de rester immergé durant un mois. Source

Le futur SMX-Ocean peut se déplacer à une vitesse de 20 nœuds ( 37,04km/h) en plongée et s’immerger à 350 mètres de fond pour un déplacement en surface de 4 750 tonnes.

Nous remarquons qu’en terme de vitesse nous sommes loin des  230 nœuds ( 425,96km/h) observés par des structures mobiles marines inexpliquées encore à ce jour.

Vidéo via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Vidéo DCNSgroup via Youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :08/06/2017 à :19h05.

Dans le Var se prépare la guerre du futur

Jean-Yves Le Drian à Ollioules - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT crédit photo: 20minutes.fr

Jean-Yves Le Drian à Ollioules – ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
crédit photo: 20minutes.fr

Article source:20minutes.fr

DEFENSE –Le ministre de la Défense est venu inaugurer l’immense site d’Ollioules du géant de l’industrie navale militaire

Mathilde Ceilles

Bienvenue dans la guerre 2.0 ! Depuis maintenant plus d’un an, la commune d’Ollioules dans le Var accueille l’entreprise de défense DCNS. A l’intérieur, un décor digne des films de science-fiction : ordinateurs, écrans tactiles et logiciels dernier cri. Ce concentré de technologie a été officiellement inauguré ce mercredi par Jean-Yves Le Drian. Mise au point.

C’est quoi ?

L’entreprise DCNS est le leader européen du naval de défense. Le groupe français est notamment connu pour concevoir et réaliser des sous-marins. Mais le site d’Ollioules a pour vocation d’abriter l’ensemble des activités de recherche et développement du groupe, notamment en matière de numérique. Plus précisément, ce nouveau centre est consacré à la conception et l’intégration des systèmes de mission, en particulier toute l’informatique embarquée à bord des navires et sous-marins produits par DCNS.

suite

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :23/02/2017 à :19h35.

cropped-capture2 (1)

Le premier sous-marin nucléaire brésilien bientôt construit .

© Photo : RIA Novosti

© Photo : RIA Novosti

oanis

Note sylv1 adm:

Samedi 15 mars  2014 à : 11h15:

« Le Brésil est un pays en constante évolution et même si les médias parlent très peu de son potentiel dèjà pas mal avancé pour ce qui concerne le secteur spatial, nous remarquerons que les secteurs maritime et militaire ne sont pas en reste. Cet article ci-dessous publié par la voix de la Russie,intéressant pour se faire une idée plus précise de ce pays en » expansion », aidé par une coopération internationale.« 

Barre cora

Article source: french.ruvr.ru/

Par La Voix de la Russie | Le Brésil construira sont premier sous-marin nucléaire vers 2023. Le pays maitrise désormais tout le cycle technologique pour la fabrication des réacteurs nucléaires qui sont installés sur les sous-marins. C’est la France qui fournit son aide à l’élaboration du système de contrôle sur l’équipement du nouveau sous-marin.

La décision de passer un partenariat avec ce pays européen s’explique par sa volonté de transmettre au Brésil les technologies.

La longueur des frontières maritimes du Brésil atteint plus de 8000 kilomètres. Actuellement les eaux territoriales du pays sont patrouillées à l’aide des sous-marins diesel-électriques, construits d’après des projets allemands. A la première vue, le pays n’est pas menacé par des porte-missiles des autres pays, et il peut assurer la protection de ses plateaux continentaux, riches en hydrocarbures, avec des sous-marins non-nucléaires. Toutefois, les intérêts géopolitiques du Brésil sont en train de s’élargir, et ce pays se considère désormais comme l’un des principaux pays de l’Atlantique Sud, souligne le vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques Konstantin Sivkov.

« Le Brésil fait partie des pays BRICS. Les dirigeants brésiliens comprennent que dès que le Brésil va commencer à étendre son influence et protéger ses intérêts nationaux et ceux de ses activités dans les régions éloignées, il lui faudra une flotte. Pour assurer ses activités dans toute la région de l’Atlantique Sud, le pays aura besoin de sous-marins. Selon certaines informations, le Brésil aurait besoin au total de 4-5 sous-marins nucléaires. »

Par ailleurs, le pays envisage également de renforcer son aviation embarquée. Actuellement, le Brésil possède un seul porte-avions – le vieux navire français Foch, capable de réaliser un spectre étroit de missions. Ce navire ne répond pas aux exigences modernes, et son parc d’avions est représenté uniquement avec 20 appareils de type Skyhawk. Il s’agit de vieux avions d’assaut américains datant de l’époque de la guerre du Vietnam. Il est probable que le Brésil puisse décider la construction de deux autres porte-avions, ce qui lui permettra de défendre plus efficacement ses intérêts dans les régions éloignées de l’Atlantique Sud. C’est très important pour le Brésil, compte tenu du fait que les Etats-Unis ont ressuscité la 4e Flotte de la marine, qui a notamment pour mission de contrôler ce qui se passe en Amérique du Sud. De nombreux experts estiment que les Etats- Unis ont complètement perdu aujourd’hui le contrôle de l’Amérique du Sud. Les pays avec une position pro-américaine ne jouent plus aucun rôle dans ce processus, note Konstantin Sivkov.

« Le Brésil, l’Argentine et le Venezuela mènent une politique intérieure et étrangère complètement indépendante des États-Unis. Donc, les Américains sont en train de tenter maintenant de résoudre le problème de la restauration du contrôle de ces pays dans cette zone. Pour ce faire, ils provoquent un chaos économique et des troubles sur le territoire du Venezuela. Sans exclure la possibilité de la dissuasion militaire, les Etats-Unis sont en train de créer une quatrième flotte de la marine militaire ».

Le Brésil et la France ont signé en 2008 un accord sur la coopération en matière de la construction des sous-marins. En 2009, la société brésilienne Odebrecht, spécialisée dans les projets dans le domaine de la défense et de la sécurité, a signé un contrat avec le français DCNS (Direction des constructions navales) pour la construction de quatre sous-marins diesel-électriques de type Scorpène, et la conception conjointe d’éléments pour les sous-marins non-nucléaires. La participation de DCNS dans ce projet se limite à l’aide apportée lors de la construction de la coque et l’équipement de plusieurs compartiments du sous-marin nucléaire. Selon les sources ouvertes, le nouveau navire brésilien sera équipé des systèmes français de contrôle de combat et de sonars fabriqués par une autre société française, Thalès. Toutefois, les experts estiment qu’il est peu probable que la France puisse être d’accord pour transmettre eu Brésil ses toutes récentes technologies. Ce sont des technologies de la génération précédente qui seront transmises.
Sourcela voix de la russie

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le: 15/03/2014 à : 11h15.

cropped-capture2.jpg

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :