Archives de la catégorie ‘Projets- ingénierie/prototypes/ engins marins et sous-marins/ drones

Le programme Fast Mover de la NAVY.

La US Navy exécute un programme très secret pour détecter des objets immergés non identifiés – ou USOs – sous la mer, selon un expert en OVNIS. Marc D’Antonio, astronome et analyste vidéo en chef pour l’organisation  le MUFON, a déclaré avoir été témoin de ce qu’il pensait être un vaisseau extraterrestre voyageant à des vitesses impossibles alors qu’il était à bord d’un sous-marin de la US Navy dans l’Atlantique Nord.

Marc a ensuite entendu un officier de la marine ordonner à l’opérateur de sonar de consigner l’objet non identifié – qui se déplaçait à « plusieurs centaines de nœuds » – dans le cadre du «programme Fast Mover». Actuellement, la plupart des sous-marins et des torpilles ne peuvent atteindre que 40 nœuds, en raison de la résistance de l’eau.

Les Russes auraient une torpille pouvant dépasser les 200 nœuds – mais une vitesse de « plusieurs centaines de nœuds » semblerait être impossible pour les embarcations construites par l’homme.

Marc, qui dirige une société d’effets spéciaux appelée FX Models qui sous-traite des contrats avec la Navale, a déclaré: «En guise de remerciement, elle a demandé à la Navy de me demander si je voulais aller faire un tour dans un sous-marin, alors j’ai dit oui.

«Une fois que nous sommes arrivés, j’étais assis à la station de sonar et l’opérateur de sonar était assis juste à côté de moi.

-Les sous-marins sont bruyants – les gens pensent qu’ils sont très calmes et c’est vrai qu’ils sont à l’extérieur car le son ne sort pas. Mais à l’intérieur, vous entendez  du bruit – c’est un vacarme constant sur un sous-marin.

«J’étais assis là à zoner un peu parce que j’avais le mal de mer et tout à coup le gamin sonar a crié: » je bouge vite, je bouge vite « et je me suis réveillé en me réveillant en pensant: » Qu’est-ce qui se passe? Est-ce une torpille?

«Le cadre supérieur sort et l’opérateur lui montre le chemin de l’objet et l’agent dit« à quelle vitesse cela va-t-il ?

«Et le gamin a dit ‘plusieurs centaines de nœuds’. Je commence à me pencher pour écouter – et l’officier dit: « Pouvez-vous le confirmer? »

«Alors, il a consulté un autre sonar et a confirmé que ce n’était pas une anomalie: c’était réel. Je me suis dit « Waouh, c’est incroyable ».

«Quand le gars du sonar a dit ‘Qu’est-ce que je fais avec ça?’ l’officier a dit: « connecte-le et garde-le » – en d’autres termes, connecte-le et enterre-le. « 

Quatre ans plus tard, Marc a déclaré qu’il travaillait sur un contrat pour la Marine lorsqu’il a parlé de ce qu’il a vu à une personnalité de la marine.

«Je lui ai demandé » Pouvez-vous me parler du programme Fast Mover? « , A expliqué Marc.

«Il m’a regardé et a dit:« Désolé Marc, je ne peux pas parler de ce programme ».

«Il m’a donc essentiellement confirmé que le programme existe – il a tout dit sans rien voir.

« Ce qui m’a été dit, c’est que les obligations de service universel sont communes – nous avons même un programme en place pour classer et consigner et déterminer leur vitesse, qui va dans un coffre-fort. »

Marc a fait ces déclarations au Rendez-vous UFO de la Devil’s Tower, à Hulett, dans le Wyoming – où des passionnés d’OVNI de partout en Amérique se sont réunis sur le site de Close Encounters Of The Third Kind pour discuter des découvertes relatives aux extraterrestres.

Il a également révélé qu’il travaillait actuellement sur un projet avec le superviseur des effets visuels de Close Encounters, Douglas Trumbell, qui, il l’espère, prouverait scientifiquement l’existence d’une vie extraterrestre.

La paire a conçu des unités au sol détectant les OVNIS qu’elle espère pouvoir placer dans des pays du monde entier.

Marc, qui dirige également la chaîne YouTube SkyTour LiveStream, où il emmène les téléspectateurs pour des visites en direct du ciel nocturne, teste actuellement les unités dans son observatoire.

Il a déclaré: « Le système UFOTOG II fera entrer l’ufologie dans le 21ème siècle en mariant une science réelle à une observation standard.

« Le système cherchera des phénomènes dans le ciel et s’il trouve quelque chose qui n’est pas un satellite, un avion ou un objet connu auquel nous pouvons accéder dans une base de données, il nous alertera en envoyant un message par satellite GPS à notre téléphones portables.

« Nous rendrons toutes les données que nous recueillons ouvertes et accessibles à tous.

« Nous sommes ouverts d’esprit et croyons que les visites d’une race extraterrestre avancée ne sont pas une improbabilité scientifique. »

Source

 

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 08/ 11/2018 à 17H20.

Dipper, le robot capable de se mouvoir dans l’eau et dans les airs.

Dipper
Crédit image : futura-sciences.com

TECH

Dipper, le robot qui vole comme un avion et nage comme un pingouin

Fabrice Auclert

Journaliste

Documents de l’AATIP : utilisation de la rétro ingénierie par l’US Navy

Des documents révèlent que la marine américaine a secrètement conçu un avion futuriste ultra-rapide ressemblant à un OVNI.

 

Ces dessins ont été déposés dans le cadre du brevet et montrent un vaisseau qui ressemble beaucoup à un OVNI (Photo: Salvatore Cezar Pais / Google)

Par :Jasper Hamill Jeudi 18 avril 2019 18h51 -crédit : metro.co.uk

                                      Traduction Era pour

 

La marine américaine a obtenu un brevet pour un avion perfectionné  ressemblant à une  soucoupe volante. Les inventeurs militaires ont déposé des plans pour une machine volante très inhabituelle qui utilise un «dispositif de réduction de masse inertielle» pour se déplacer à des «vitesses extrêmes». Cela signifie que l’aéronef utilise une technologie complexe pour réduire sa masse et, ainsi, réduire l’inertie (résistance d’un objet au mouvement) afin qu’il puisse effectuer monter en flèche à grande vitesse. Le brevet est extrêmement complexe et décrit des méthodes de réduction de la masse d’un avion utilisant diverses techniques, notamment la génération d’ondes de gravité, détectées pour la première fois en 2016 après avoir été produites lors de la collision de deux trous noirs.

 

 

 Ces dessins ont été déposés dans le cadre du brevet et montrent un vaisseau qui ressemble beaucoup à un OVNI (Photo: Salvatore Cezar Pais / Google)

« Il est possible de réduire la masse inertielle et donc la masse gravitationnelle d’un système / objet en mouvement, par une perturbation abrupte du fond non linéaire de l’espace-temps local », indique le brevet. L’engin décrit dans le brevet présente une paroi creuse remplie de gaz, qu’on fait ensuite vibrer à l’aide d’ondes électromagnétiques puissantes. Cela crée ensuite un vide autour de l’engin, lui permettant de se propulser à grande vitesse. Le vaisseau qui ressemble à un ovni peut être utilisé dans l’eau, l’air ou même l’espace. « Il est possible d’envisager un engin hybride aérospatial / sous-marin (HAUC) qui, grâce aux mécanismes physiques activés avec le dispositif de réduction de masse inertielle, peut fonctionner comme un engin submersible capable de vitesses extrêmes sous l’eau… et de capacités furtives améliorées », explique le brevet. « Cet engin hybride se déplacerait très facilement à travers les milieux air / espace / eau en étant enfermé dans une bulle / gaine de plasma sous vide. » Bien que la US Navy ait demandé  le brevet en 2016 et que celui-ci ait été accordé l’année dernière, cela ne signifie pas nécessairement que le vaisseau ait été construit et testé.

Cependant, la technologie est une preuve supplémentaire de l’intérêt de l’armée pour le développement de technologies « exotiques ».

Un peu plus tôt cette année, il a été révélé que des chercheurs du gouvernement américain avaient enquêté sur les trous de ver, l’antigravité, le camouflage par invisibilité, la distorsion spatio-temporelle (warp-drive*permet d’effectuer des voyages supra-luminiques) et les armes laser à haute énergie au cours d’une enquête sur des «phénomènes aériens inexpliqués» appelée Programme d’identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP).

Les détails de l’AATIP ont été publiés pour la première fois en 2017, y compris les rapports d’une observation faite par des pilotes de chasse de l’USS Nimitz. Ces pilotes ont vu une énorme nappe d’eau turbulente et volumineuse de la taille d’un Boeing 737, laissant supposer qu’il y avait quelque chose sous la surface, ainsi qu’un engin en forme de «tic tac» qui a décollé à une vitesse incroyable.

Nous avons parlé à Nick Pope, ancien enquêteur sur les OVNIS au ministère de la Défense, et lui avons demandé s’il voyait des similitudes entre le dessin breveté  et le Tic Tac du Nimitz.

« Un engin hybride, capable à la fois de voler  dans les airs et de naviguer sous l’eau, est étrangement similaire à ce qui avait été rapporté lors de l’incident du USS Nimitz en  2004 », a-t-il déclaré.

« En 2013 Il y a eu un incident similaire d’ovni naviguant sous l’eau à Porto Rico. Le lien possible entre l’incident de l’USS Nimitz et ce brevet est intriguant, et il est intéressant de noter que la marine américaine semble être le lien ici.

«Il est possible que le brevet s’inspire de l’incident. A partir de là, il serait possible que des test aient été effectués tentant de reproduire la technologie des objets poursuivis par les F-18 de la Marine. C’est ce qu’on appelle la  «rétro ingénierie».

Nick Pope est un romancier et une autorité mondiale sur les ovnis (Crédit: David Howard / Flickr)

Selon lui, l’une des questions clés est de savoir comment les plans s’intègrent dans le projet plus large de l’AATIP. Dans le dernier brevet, l’auteur Salvatore Cezar Pais mentionne Harold Puthoff, une figure clé de l’AATIP qui a commandé les 38 articles explorant les technologies exotiques, qui ont ensuite été utilisés par la Defense Intelligence Agency lors de séances d’information déposées au Congrès des États-Unis.

«Les documents retenus par les médias portaient sur l’anti-gravité, le camouflage par invisibilité, la distorsion spatio-temporelle (warp-drive). Mais le point clé est que ces documents se réfèrent à une technologie exotique – et pas seulement de la technologie qui nous permettrait de construire un avion plus rapide. un drone ou un missile, mais la technologie dont nous aurions besoin pour les voyages interstellaires », a ajouté Nick Pope. « Ces brevets pourraient être les premières étapes pour amener l’humanité vers les étoiles. »

Nous lui avons demandé s’il pensait que l’engin de la licence a déjà été réalisé. Ce brevet pour «un appareil utilisant un dispositif de réduction de masse inertielle» est fascinant et constitue l’un des trois certificats déposés par le scientifique de la marine américaine, Salvatore Cezar Pais. «L’autre de ses brevets qui a attiré mon attention était celui d’un« générateur d’ondes gravitationnelles à haute fréquence ».

«Il est parfois difficile de dire où se situe la frontière entre science marginale et science-fiction. En outre, même si la physique théorique s’avère solide, les ingénieurs en aéronautique doivent encore être en mesure de construire quelque chose de fiable.

« S’ils ont construit la technologie décrite dans les brevets, je suis sûr que le programme est hautement classifié. L’essentiel, c’est que si cela fonctionne, nous sommes sur un terrain qui change la donne ».

Source 

Remarque  Era :

Si cette révélation est exacte, ceci nous conforte Sylvain dans son orientation pour la recherche au niveau des OANIs car cela validerait nos travaux pour au moins une catégorie d’objets insolites sur la planète.

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 21/ 04/2019 à 13h40.

 

La marine américaine veut déployer des robots robots tueurs autonomes !

Robot tueur – Crédit US Navy /futurism.com

Article  et image source :futurism.com/ US Navy -publié le 16-01-2019

Traduction 


© 2019- Merci de respecter les sources dont notre site qui s’est efforcé de traduire cette information .


Un plus grand nombre de petits drones pourrait submerger l’ennemi en mer.

Combattants de Surface sans équipage .

La Defense News rapporte que la marine américaine envisage de libérer des combattants de surface non habités – des navires de guerre à robots militaires, essentiellement – pour accompagner d’autres bateaux contrôlés par un équipage humain.

Cette décision pourrait venir en réponse aux investissements massifs de la Chine et de la Russie dans des technologies similaires qui pourraient mettre les porte-avions américains en danger, selon  l’analyse de Defense News . La supériorité navale est une priorité pour l’armée chinoise – ce que le Pentagone veut défier avec des investissements en intelligence artificielle et en automatisation.

Chasseurs en  Mer

L’année dernière, la stratégie de défense nationale de la marine, annoncée début 2018, visait à sauvegarder les porte-avions existants et à renforcer les efforts de maintien de la paix. La nouvelle priorité est différente: des combattants de surface plus petits, dont beaucoup seront sans pilote, et équipés de capteurs à la pointe de la technologie.

L’idée est de submerger l’ennemi et de lui rendre difficile le suivi d’un grand nombre de navires plus petits. Avoir un plus grand nombre de navires autonomes rendra également la collecte de données de capteurs plus fiable  et plus précise.

«Nous voulons que tout soit aussi grand que nécessaire. Vous la rendez plus petite et plus distribuable, étant donné que tous les dollars sont à peu près égaux »,
a déclaré  Ronald Boxall, directeur de la guerre de surface de la US Navy,  à Defense News  lors d’un entretien en décembre. « Et quand je regarde la force, je pense: » Où pouvons-nous utiliser des embarcations sans pilote pour pouvoir la pousser sur une plate-forme plus petite? « 

Un de ces navires de guerre autonome a déjà fait les gros titres dans le passé: le DARPA (Sea Advanced Research Projects) de la Défense (DARPA) est un navire de guerre de chasse au sous-marin pouvant opérer sans humains à bord pendant 60 à 90 jours consécutifs. Les détails concernant le Sea Hunter se font de plus en plus rares depuis que la Marine a récemment classé toute information concernant son avenir.

Vidéo Futurism sur Youtube

La DARPA a confié son chasseur de sous-marins autonome à la marine américaine.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Navires De Guerre IPhone

La marine américaine s’emploie également à mettre à jour ses méthodes de construction des navires de guerre et le fonctionnement des ordinateurs et des capteurs embarqués. La marine veut que tous les navires de guerre modernes soient construits autour d’un système de combat unique fonctionnant sur tous les navires.

«Pour que nous puissions aller plus vite, nous devons soit continuer avec le modèle que nous avions où nous avions mis à niveau nos téléphones à bascule, soit nous passons à la mentalité suivante: « Je me fiche de savoir quel modèle d’iPhone vous avez – 7 ou X ou ce que vous avez, il continuera d’exécuter Waze ou les applications que vous essayez d’exécuter », a déclaré  Boxall à Defense News .
Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 17/ 01/2019 à 11H50.

Un étonnant projet de base sous-marine en Chine.

« Il n’y a pas de route en haute mer, nous n’avons pas besoin de courir après [d’autres pays], nous sommes la route ». Voici ce qu’aurait déclaré le président chinois Xi Jinping aux scientifiques chargés de concevoir la base sous-marine autonome. © Weibo – via Futura-sciences

Article source : futura-sciences.com par  Marc Zaffagni – Publié le 02/12/2018

Journaliste

La Chine prévoit de construire une base sous-marine robotisée
Selon un article du South China Morning Post, des scientifiques de l’Académie chinoise des sciences prévoient de construire une base sous-marine de recherche et de défense en mer de Chine méridionale. Et ils veulent qu’elle soit entièrement pilotée par des robots. L’idée serait venue à l’instigation du président chinois Xi Jinping qui aurait lancé un défi aux scientifiques en leur demandant d’accomplir quelque chose qui n’a encore jamais été fait. Située entre 6.000 et 11.000 mètres de profondeur, la base aura des plates-formes d’amarrage à partir desquelles des sous-marins robotiques partiront pour des missions exploratoires afin de recueillir des données sur les formes de vie marines. Ils prélèveront également des échantillons de minéraux que la base sera capable d’analyser de façon autonome. Le coût de cette base est estimé à 160 millions de dollars.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 03/ 11/2018 à 09H40.

 

Space X réalise un navire équipé d’un héliport pour récupérer les spationautes.

Le navire Go Searcher
Crédit photo : sciencepost.fr/

SpaceX dévoile son bateau muni d’un héliport pour récupérer les astronautes !

Article source : sciencepost.fr/

Elon Musk et SpaceX ont dévoilé une évolution du projet Go Searcher, qui prend la forme d’un imposant navire ultra-moderne. Équipé d’un héliport, celui-ci aura entre autres la mission de récupérer les astronautes en provenance de la Station spatiale internationale.

Le dernier né de la flotte de SpaceX !

Selon The Vergequi a dévoilé l’information dans un article du 5 novembre 2018, ce navire Go Searcher devrait être utilisé dès le début de l’année prochaine. Celui-ci est principalement prévu pour récupérer les capsules Dragon et bien sûr, leur équipage.

En quelques années, SpaceX s’est constitué une impressionnante flotte de navires afin de venir en aide à ses activités de conquête spatiale. En revanche, il faut savoir qu’initialement, le navire Go Searcher avait été pensé pour accompagner et soutenir les drones autonomes faisant office de plateformes d’atterrissage pour guider les fusées Falcon 9 avant leur récupération dans l’océan.

Le projet a évolué avec le temps

SpaceX a décidé – dès l’été 2018 – de prendre un important virage concernant le projet Go Searcher. En effet, un héliport a été ajouté au navire, et le système radar a été perfectionné afin de permettre une réception optimale des capsules Dragon lorsque celles-ci reviennent sur Terre. Force est de constater que SpaceX a pensé à tout, car des installations médicales seront présentes à bord – ainsi que du personnel qualifié – afin de soigner d’éventuels blessés directement sur place. De plus, ces blessés pourront – en cas de besoin – être transportés rapidement à l’hôpital par hélicoptère.

Capsule Dragon de SpaceX
Crédits : Wikipedia via sciencepost.fr/

Le navire Go Searcher sera testé dès le mois de janvier 2019 avec le lancement de la capsule Dragon à vide à réceptionner. Quelques mois plus tard (en juin 2019), ce sera le tour d’une capsule similaire, mais cette fois-ci habitée. Autre partenaire NASA, Boeing pilotera sa capsule – la CST- 100 Starliner – pour la première fois sans équipage en mars 2019, tandis qu’un lancement avec équipage est prévu pour août de la même année. En revanche, la capsule Starliner a été conçue pour atterrir sur le sol américain, si bien qu’il n’y a aucun besoin de disposer d’un bateau de récupération.

Références : Popular Mechanics – Siècle Digital

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 17/ 11/2018 à 19H50.

Le H-ROV Ariane, sur son 31 avant un départ en mission…

Mer et Océan

Le robot sous-marin Ariane, capable de plonger jusqu’à 2500 mètres de profondeur, est un concentré de technologies. Avant une campagne océanographique, la préparation est minutieuse… Rencontre avec Ewen, qui a participé au développement de cet engin.

La websérie « It’s sea time » vous invite à l’heure du thé ou lors d’une pause-café à découvrir les activités de l’Ifremer et à partager le quotidien de ses scientifiques.

Voir l’article original

%d blogueurs aiment cette page :