Archives de la catégorie ‘Projets- ingénierie/prototypes/ engins marins et sous-marins/ drones

De la dissuasion nucléaire à la robotique navale.

Les drones sous-marin bluefin en action dans la recherche d’épaves.
Crédit image :frandroid.com

L’ONERA met de l’intelligence artificielle sur les drones maritimes

Article source : meretmarine.com

 
Défense
Offshore
Science et Environnement

Etudes hydrographiques et océanographiques, inspection d’infrastructures offshore, détection de pollution, recherches suite à des crashs, surveillance, guerre des mines… Les drones maritimes peuvent avoir de nombreuses applications civiles et militaires, notamment s’ils sont employés de manière groupée et coordonnée sur plusieurs dimensions. Des  concepts de meutes de drones sont en cours de développement mais, pour l’heure, il s’agit essentiellement de formations prédéfinies articulées autour d’un engin « maître » sur lesquels les autres véhicules sont asservis. L’étape technologique suivante consistera à pouvoir déployer dans différents milieux (sous, sur et au-dessus de la mer) une flottille dont chaque membre, grâce aux progrès réalisés en matière d’intelligence artificielle, disposera d’un très haut degré d’autonomie décisionnelle, pourra interagir avec les autres et faire face, de manière indépendante ou coordonnée, à tout type de situation et aléas afin de mener à bien sa propre mission comme celle du groupe.

Suite

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :24/10/2017 à :17h00.

Publicités

Rolls Royce veut développer des navires pilotés à distance puis entièrement autonomes

Mer et Océan

Après les véhicules autonomes, les navires autonomes ! Des remorqueurs aux cargos, Rolls Royce entend révolutionner la marine en concevant des vaisseaux contrôlés à distance dans un premier temps, puis entièrement autonomes.

Rolls Royce est plus connu par le grand public pour ses automobiles de luxe. Pourtant, la société britannique occupe aussi une place considérable en tant que fournisseur d’acteurs de l’industrie aérospatiale, maritime, et même nucléaire, notamment à travers des moteurs et dispositifs de propulsion. La firme entend désormais explorer grâce sa division marine des rivages inconnus : l’automatisation du pilotage des navires, des cargos porte-containers aux ferry-boats qui transportent les voitures sur de courtes distances ! Après des annonces discrètes survenues début 2016, Rolls Royce a révélé les grandes lignes d’un ambitieux plan technologique, avec en ligne de mire d’ici 2020, des navires autonomes sans équipage. Une histoire technologique qui n’est pas sans rappeler les premiers tours de pistes des voitures autonomes…

View original post 596 mots de plus

Eric Trappier, président des industriels européens des secteurs aéronautique, spatial et militaire (ASD), estime qu’une clarification est nécessaire pour bâtir une Europe de la Défense compétitive et efficace.

Avion de surveillance-Grumman E-2 Hawkeye de l’ aéronautique navale française .
Crédit image netmarine.net

L’usine nouvelle relaie  par Hassan Meddah– Journaliste aéronautique, défense et espace,  le: l’information que Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation et également président de l’ASD (association des industriels européens dans le domaine de l’aéronautique, de la défense et la sécurité),et président des industriels européens des secteurs aéronautique, spatial et militaire (ASD); milite pour une DGA ( direction générale de l’armementà l’échelle européenne.

Parmi les projets de défense figure la réalisation d’un Airbus naval qui pourrait donner une coopération franco – italienne entre les industries navales comme eu lieu  la fusion franco -allemande concernant les blindés.

Pour cela il faut porter des fonds européen pour l’innovation de  la défense qui atteindrait 1,5 milliard d’euros aux alentours de 2020.

OANI/ OVNI enquête méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

Une alliance militaire continentale à venir ? Une flotte modernisée parmi d’autres projets ?

L’espace ne devrait pas échapper à cela également. Ceci donnera peut -être des réalisations autonomes  sans équipages, dirigées par de l’intelligence artificielle  ( IA) et sans doute des vaisseaux , des drones  et des robots polyvalents AIR/ MER/ESPACE, car de l’autre côté de l’Atlantique ce cap est certainement en passe d’être réalisé. Pour les autres puissances nos rivaux Russes et Chinois c’est silence radio. La course pour l’armement a été mis en sommeil apparent, dorénavant c’est officiel elle reprend de la vigueur dans ce monde en perpétuel conflits d’intérêts  et toujours en quête de pouvoir et de  conquête des territoires par défaut de défendre le sien.

Des O.A.N.I S  (Observations Aquatiques Non-Identifiées) risquent de fleurir sur les mers et océans d’ici peu de temps.

Article Matisse sylvain à partir des données de l’usine nouvelle en matière de référence.

Source de l’information 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :13/09/2017 à :14h10.

 

Premier standard international pour les communications sous-marines par ondes acoustiques.

Avec Janus, il est possible de réunir sur un même réseau des appareils marins et sous-marins qui communiquent sur une bande de fréquence autour de 11,5 kilohertz. © Centre for Maritime Research and Experimentation, Otan

Janus, bientôt un Internet sous-marin ?

article source: futura-sciences.com/

Publié le 15/07/2017 par Marc Zaffagni.

Sous l’égide de L’OTAN, une équipe a développé le premier standard international pour les communications sous-marines par ondes acoustiques. Une avancée qui devrait faire progresser l’exploration robotisée et favoriser le déploiement d’un « Internet sous-marin ».

  • Janus est la première norme pour les communications numériques sous-marine.
  • Elle a été créée par l’Otan et reconnue par ses membres depuis mars 2017.
  • Ce réseau commun à tous les engins marins et sous-marins ouvre la voie à de nombreuses applications dans les domaines de la sécurité et de la surveillance en mer.
  • Si la standardisation des protocoles de communication terrestres existe de longue date, il n’en va pas de même sous l’eau. Jusqu’à présent, aucune norme de communication sous-marine ne s’impose aux robots d’exploration et aux navires. Différents dispositifs acoustiques coexistent, permettant à certains groupes de robots de communiquer entre eux mais sans interopérabilité possible avec d’autres systèmes. Mais cela est sur le point de changer…

    Un jour, il devrait exister sous l’eau l’équivalent d’un réseau de connexion Wi-Fi ou cellulaire qui reliera entre eux différents équipements de surface et sous-marin. C’est ce que pensent les chercheurs du CMRE (Centre for Maritime Research and Experimentation) de l’Otan. Une équipe a développé ce qui est présenté comme la toute première norme de communication numérique sous-marine. Baptisée Janus (le dieu romain des portes et des passages), elle est reconnue comme un standard par tous les membres de l’Otan depuis mars 2017. Ses concepteurs estiment qu’il s’agit de « la première étape vers la création d’un Internet sous-marin ».

    Janus est un signal acoustique qui émet sur une fréquence de 11,5 kilohertz. Les appareils sous-marins établissent une communication par ce canal et peuvent ensuite choisir d’y demeurer ou bien de basculer sur une fréquence propriétaire pour des raisons de confidentialité ou de praticité. Janus joue le rôle de passerelle grâce à laquelle l’ensemble des systèmes marins et sous-marins peuvent signaler leur présence ou s’organiser en un réseau.

  • Janus gênera-t-il les habitants des mers ?
    Pour tester Janus, les chercheurs de l’Otan ont installé des émetteurs acoustiques sous-marins dans le port de La Spezia (Italie) où est basé le CMRE. Ils ont également développé un système de surface avec une antenne montée sur une bouée qui capte les signaux Wi-Fi et cellulaires et les convertit au format Janus pour les envoyer à des engins sous-marins.
  • Le son a un impact sur la vie marine
  • L’objectif est de créer un réseau global, un « Internet sous-marin », pour permettre à tous les types de robots de communiquer entre eux ainsi qu’avec des sous-marins, des bouées et des navires. Les applications envisagées sont évidemment pléthoriques, tant pour la sécurité des plongeurs que des installations off-shore (plateformes pétrolières, fermes éoliennes...), la protection des ports, la surveillance maritime, la détection de mines ou encore l’archéologie sous-marine.
  • L’Otan n’a cependant pas précisé si Janus pourrait à terme devenir un standard public qui, à l’instar du Wi-Fi, permettra à des particuliers pratiquant la plongée sous-marine de communiquer entre eux par l’intermédiaire de terminaux mobiles étanches. Mais la grande question qui se pose concerne la nocivité de ces ondes acoustiques pour l’environnement marin. « On sait que le son a un impact sur la vie marine », reconnaît João Alves, responsable du projet Janus au CMRE, qui indique que son équipe collabore avec des biologistes et d’autres scientifiques s’attachant à préserver l’environnement marin. Mais on ne sait pas clairement à quel point cette norme de communication pourrait être nocive ni ce qui pourrait être fait pour y remédier.
  • Vidéo Dailymotion
  • Ce robot-serpent est un pro de l’inspection sous-marine  Eelume est un robot-serpent destiné à remplacer les Hommes sous l’eau. Que ce soit pour la surveillance des installations sous-marines ou la petite maintenance, ce serpent bionique est tout à fait adapté. Le voici testé en vidéo. 
  • Visionner l’article et la vidéo à la source sur futura-sciences
  • Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

    Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :26/07/2017 à :10h25.

Des robots sous-marins toujours plus intelligents (vidéo)

Etrange et Insolite

Pour réaliser des missions sous-marines trop risquées pour des plongeurs ou à de trop grandes profondeurs, les chercheurs disposent aujourd’hui, d’un véhicule télécommandé ROV toujours plus intelligent comme le montrent des tests réalisés à Marseille.

View original post 629 mots de plus

Le Biki est un drone sous marin à la forme d’un poisson.

Le fabricant Robosea s’apprête à lancer un drone particulièrement original en forme de poisson, qui risque de séduire les amateurs de drones aquatiques car il permettra de prendre des photos et des vidéos sous l’eau, directement à partir d’un smartphone.
Crédit image et présentation:
smartdrones.fr/

Notre coopération avec Gilles Thomas  ( ODHTV) continue , il partage cet  article ci-dessous pour que nous puissions à notre tour l’inclure ici. Bien évidemment nous le remercions. Je rajoute une vidéo ( prise sur youtube) présentant ce sujet .

Cette conception s’avère intéressante car à partir de ce genre de modèle, nous pourrions améliorer ceci et l’ équiper d’instruments d’analyses et d’enregistrement visuels et sonores,  et en faire  une station de détection mobile capable d’explorer et d’être exploiter pour nos recherches. 

Profitons de  ceci pour lancer un appel, une idée déjà évoquée rapidement au repas ufologique de Toulouse.

Nous recherchons des gens capables de réaliser ce genre de projet. Prendre contact via notre notre mail ici sur ce site.

Era & Sylvain .

investigation.oanis@gmail.com

Le drone aquatique BIKI

Article source : .les-drones.com Par Olivier · 18 juin 2017

Comme certains précurseurs l’avaient prévu il y a quelques années, les drones sont désormais ancrés dans nos vies. On en trouve dans le secteur industriel, médical, de la sécurité et du loisir. Et on en trouve aussi de tous les genres ceux qui volent, ceux qui roulent, ceux qui sautent et même des hybrides moitié en l’air, moitié bateau.

Le nouveau venu que je vais présenter aujourd’hui est un sous marin et il s’appelle Biki. Les fonds  viennent d’un financement  participatif lancé sur kickstarter une entreprise américaine de financement participatif et le design est le travail de Robosea.

SUITE

BIKI: First Bionic Wireless Underwater Fish Drone – Underwater Drone / Underwater Camera #2

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :12/07/2017 à :18h55.

En 2010 après son projet de tourisme spatial à bord d’une navette dessinée par Starck, le patron de Virgin Atlantic entend emmener des vacanciers dans les profondeurs marines.

le Necker Nymph projet de Sir Branson le visionnaire patron de Virgin.
Crédit image: Virgin via voyage-insolite.com

Article source et illustration: voyage-insolite.com

Après l’espace, Richard Branson veut conquérir les abysses les plus profonds. C’est à bord d’un… avion sous-marin baptisé le Necker Nymph que Sir Branson espère pourvoir emmener des touristes à près de 10.000 mètres de profondeur. Rien que ça ! Si pour l’heure, le visionnaire patron de Virgin table sur 40 mètres, les futurs modèles pourraient atteindre cette profondeur record.

Une aubaine pour découvrir des abysses encore méconnus, visiter des épaves englouties ou observer des espèces animales. Le premier prototype  du Necker Nymph a déjà été réalisé aux Etats-Unis. Muni de petites ailes, ce vaisseau fait de fibres de carbone serait à même de réaliser des loopings et autres figures de voltige sous-marine. Coût de l’opération : 500.000 euros.

Actuellement stationné sur l’île privée de Branson aux Caraïbes, le prototype servira en premier lieu à son propriétaire avant d’embarquer des touristes très fortunés. On parle de 20.000 $ pour une location d’une semaine auquel viendront s’ajouter l’obligation de séjourner dans l’île du milliardaire britannique ou de louer son catamaran. L’addition risque donc de très vite s’alourdir.

Après l’espace et les océans, le prochain rêve fou de Richard Branson pourrait bien être le centre de la Terre, comme l’avait déjà imaginé l’un des modèles du Britannique, le célèbre écrivain et visionnaire Jules Verne.

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

%d blogueurs aiment cette page :