Archives de la catégorie ‘Exploration/Expéditions

Space X réalise un navire équipé d’un héliport pour récupérer les spationautes.   1 comment

Le navire Go Searcher
Crédit photo : sciencepost.fr/

SpaceX dévoile son bateau muni d’un héliport pour récupérer les astronautes !

Article source : sciencepost.fr/

Elon Musk et SpaceX ont dévoilé une évolution du projet Go Searcher, qui prend la forme d’un imposant navire ultra-moderne. Équipé d’un héliport, celui-ci aura entre autres la mission de récupérer les astronautes en provenance de la Station spatiale internationale.

Le dernier né de la flotte de SpaceX !

Selon The Vergequi a dévoilé l’information dans un article du 5 novembre 2018, ce navire Go Searcher devrait être utilisé dès le début de l’année prochaine. Celui-ci est principalement prévu pour récupérer les capsules Dragon et bien sûr, leur équipage.

En quelques années, SpaceX s’est constitué une impressionnante flotte de navires afin de venir en aide à ses activités de conquête spatiale. En revanche, il faut savoir qu’initialement, le navire Go Searcher avait été pensé pour accompagner et soutenir les drones autonomes faisant office de plateformes d’atterrissage pour guider les fusées Falcon 9 avant leur récupération dans l’océan.

Le projet a évolué avec le temps

SpaceX a décidé – dès l’été 2018 – de prendre un important virage concernant le projet Go Searcher. En effet, un héliport a été ajouté au navire, et le système radar a été perfectionné afin de permettre une réception optimale des capsules Dragon lorsque celles-ci reviennent sur Terre. Force est de constater que SpaceX a pensé à tout, car des installations médicales seront présentes à bord – ainsi que du personnel qualifié – afin de soigner d’éventuels blessés directement sur place. De plus, ces blessés pourront – en cas de besoin – être transportés rapidement à l’hôpital par hélicoptère.

Capsule Dragon de SpaceX
Crédits : Wikipedia via sciencepost.fr/

Le navire Go Searcher sera testé dès le mois de janvier 2019 avec le lancement de la capsule Dragon à vide à réceptionner. Quelques mois plus tard (en juin 2019), ce sera le tour d’une capsule similaire, mais cette fois-ci habitée. Autre partenaire NASA, Boeing pilotera sa capsule – la CST- 100 Starliner – pour la première fois sans équipage en mars 2019, tandis qu’un lancement avec équipage est prévu pour août de la même année. En revanche, la capsule Starliner a été conçue pour atterrir sur le sol américain, si bien qu’il n’y a aucun besoin de disposer d’un bateau de récupération.

Références : Popular Mechanics – Siècle Digital

Rejoignez nous sur notre groupe Facebook
oanis
 Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 17/ 11/2018 à 19H50.

Un concombre des mers filmé à 3000 mètres de profondeur au large de l’Antarctique.

Capture vidéo Youtube

Une étrange créature filmée à 3 000 mètres de profondeur

Article et photo source : sciencepost.fr/

Une équipe de biologistes marins nous partage aujourd’hui les premières images d’Enypniastes eximia, un concombre des mers qui ressemble étrangement à un poulet sans tête, filmé dans les profondeurs de l’océan austral, au large de l’Antarctique.

On en sait davantage sur l’espace que sur les abysses, mais les profondeurs des océans se dévoilent peu à peu à mesure que nos instruments évoluent. En témoignent ces nouvelles images. Si elle n’avait été jusqu’alors observée que dans le golfe du Mexique, il s’avère qu’Enypniastes eximia – une étrange petite créature – peut également évoluer dans les profondeurs de l’océan austral. Elle vient d’être repérée par un nouveau système de caméra sous-marine, mis au point par la division antarctique australienne.

« Nous avions besoin de quelque chose qui puisse être éjecté d’un bateau et fonctionner de manière fiable pendant de longues périodes de pression extrême dans l’obscurité totale », explique Dirk Welsford au Guardian, responsable du programme de la Division antarctique australienne. « Beaucoup d’animaux des grands fonds semblent provenir d’une autre étoile. Il en va de même pour le concombre de mer profond, qui n’est pas inconnu, mais n’a jamais été repéré dans la région de l’Antarctique oriental. Une nouvelle technologie de caméra robuste rend cela possible ».

Une caméra sous-marine capture « un monstre  ressemblant à au poulet sans tête »

Vidéo AusAntarctic via youtube

 

« Dans les profondeurs océaniques les plus sombres entourant l’Antarctique se cache le majestueux « monstre au poulet sans tête ». Enypniastes eximia, ce concombre de mer nageur, a été filmé pour la première fois dans le golfe du Mexique en 2017. Nos chercheurs ont récemment eu la surprise de voir une autre caméra filmée pour la première fois dans l’océan Austral, à une profondeur de trois kilomètres. Les caméras ont été conçues en partenariat avec l’industrie de la pêche à la palangre commerciale pour faciliter la gestion de la pêche. »

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

« Certaines des images que nous recevons des caméras sont à couper le souffle, y compris des espèces que nous n’avons jamais vues dans cette partie du monde, poursuit le chercheur. Plus important encore, les caméras fournissent des informations importantes sur les zones du fond marin susceptibles de supporter ce type de pêche et sur les zones sensibles à éviter ».

Côté anatomie, vous remarquerez la présence d’une douzaine de petites pattes permettant à l’animal de se déplacer au sol, ainsi que deux autres voiles, sortes de nageoires lui permettant de s’élever dans la colonne d’eau. La plupart mesurent entre 6 et 25 cm de long. Les plus jeunes spécimens se distinguent des adultes avec des corps translucides qui laissent apparaître leur tube digestif. Ce dernier filtre les nutriments essentiels retrouvés dans les sédiments ingérés.

Source

Via SciencePost

 

Le projet ANITA de la Nasa a permis d’observer des particules étranges en Antarctique.

Le dispositif ANITA de la Nasa en Antarctique. // Source : Flickr/CC/Nasa

Des particules émanent de l’Antarctique et on ne sait pas ce que c’est !

Article source  : numerama.com/

Le projet ANITA de la Nasa a permis d’observer des particules étranges en Antarctique : elles émanent de la Terre, au lieu d’arriver de la galaxie. Selon des physiciens, il est probable que nous soyons face à un phénomène jusqu’ici inconnu.

Des rayonnements cosmiques intriguent les physiciens depuis plusieurs années. Dans les sols glacés de l’Antarctique, la Nasa a enregistré en 2016 la présence de particules au comportement étrange : au lieu de provenir de l’espace, elles semblent jaillir de la banquise. Des chercheurs de l’université d’État de Pennsylvanie ont uni leurs forces pour tenter de comprendre ce phénomène qui a déjà inspiré de nombreuses théories.

Ils relatent cette recherche dans un article pré-publié le 25 septembre 2018 sur arXiv. Leur conclusion soutient l’hypothèse sur laquelle la communauté physicienne s’est déjà reposée, sans toutefois la démontrer. La plupart des scientifiques pensaient que ces particules étaient probablement un élément inconnu : selon cette nouvelle recherche, il y a de grandes chances que ce soit le cas.

LA PHYSIQUE AU DELÀ DU MODÈLE STANDARD

« Nous explorons [l’hypothèse que] ces particules aillent au delà du modèle standard pour expliquer les événements [enregistrés par] ANITA, s’ils sont correctement interprétés, et concluons que c’est le cas », écrivent les chercheurs dans leur résumé.

Ces étranges « rayonnements cosmiques » ont été observés à deux reprises par la Nasa dans le cadre du projet ANITA (Antarctic Impulsive Transient Antenna), un ballon à hélium embarquant un réseau d’antennes radio afin de repérer les rayons cosmiques d’ultra haute énergie (aussi dits zetta-particules), l’un des phénomènes les plus énergétiques connus dans la nature.

Les rayonnements cosmiques sont des flux qui circulent dans le milieu interstellaire — l’espace entre les étoiles dans une galaxie. De tels rayonnements peuvent venir du Soleil, de l’intérieur ou de l’extérieur de la galaxie.

Comme l’explique LiveScience, les scientifiques ont fondé de grands espoirs sur la découverte de la mission ANITA, lorsque le dispositif de la Nasa a permis de découvrir non pas des rayons cosmiques provenant de l’espace, mais des particules qui semblaient émerger de la Terre.

Pour tenter d’expliquer l’existence de ces rayons cosmiques, les physiciens ont commencé à élaborer des théories.

CES PARTICULES SONT TRÈS PROBABLEMENT UN PHÉNOMÈNE NOUVEAU

En raison de leur comportement inhabituel, les physiciens s’accordaient à dire que ces étranges particules ne pouvaient pas faire partie du modèle standard, une théorie permettant de classifier les particules subatomiques (plus petites que les atomes) connues. Toutes les hypothèses envisageaient le fait que les particules soient la manifestation d’un phénomène nouveau, sans pour autant que cela soit vérifié.

Le travail des universitaires pennsylvaniens vient renforcer cette idée. Selon eux, les particules observées grâce à ANITA ne sont qu’une partie émergée de l’iceberg : ces rayonnements cosmiques sont bien plus nombreux que ce que nous pensions. Un autre observatoire situé dans l’Antarctique, baptisé IceCube, a eu l’occasion d’observer des particules similaires, mais aucun lien n’avait été fait entre les enregistrements d’IceCube et ceux d’ANITA, jusqu’à cette étude.

L’observatoire IceCube en Antarctique. // Source : Flickr/CC/Eli Duke

CHANCE SUR 3,5 MILLIONS QUE NOUS LES CONNAISSIONS

 

En combinant ces deux bases de données, les physiciens sont arrivés à la conclusion que ces étranges particules émanant de la Terre avaient une chance infime d’appartenir au modèle standard : il y a très exactement moins d’une chance sur 3,5 millions pour que ces particules en fassent partie. Autrement dit, cette découverte permet de renforcer l’hypothèse que la communauté scientifique envisageait : il est fort probable que ces particules soient une manifestation d’un phénomène nouveau.

Bien que cette découverte ne résolve pas le mystère de leur provenance, le travail de ces chercheurs est important. Il montre que les scientifiques qui voudront étudier ces étranges rayonnements cosmiques devront être prêts à questionner leurs connaissances actuelles sur l’univers s’ils veulent espérer identifier ces particules. Grâce à eux, nous sommes de plus en plus certains que la science est face à un nouveau phénomène.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 22/ 10/2018 à 11H15.

L’Atlantide, Cité Perdue

L’Atlantide et Platon
Crédit image : lesavoirperdudesanciens.com

Les OANI présents au salon du paranormal à Dijon les 8&9 septembre 2018 .
Era & Sylvain adm du site web investigation océanographique et OANIS.
Crédit photo ERA
©2018

Est-il encore utile de  présenter l’Atlantide ?

Entre légende et réalité cette énigme de Platon résiste au temps sur Terre.

Un article( cliquez sur le titre L’Atlantide selon Platon) résume un certain historique. 

Hier nous avons assisté  à Sanvignes les mines (71) avec Era et Yves Herbo à une conférence de Emilie Mondoloni ( Docteur en Sciences Humaines et Sociales, diplômée de l’Université de Grenoble, elle a toujours été passionnée par l’être humain. « J’ai d’abord approfondi cette passion par plusieurs formations et une expérience diversifiée en communication auprès d’entreprises privées, d’associations et de laboratoires de recherche dont plusieurs rattachés au CNRS. Mon parcours s’est enrichi de techniques de développement personnel, afin de prendre en compte l’humain dans sa globalité. J’ai ainsi suivi des cursus en géobiologie, Reiki Usui et lithothérapie holistique. »), dont le titre de sa conférence était :

Conférence : l’Atlantide d’hier à aujourd’hui

Elle a proposé son travail et ses arguments. Pour elle, cette cité a existé mais pas à l’époque présumée des historiens, bien avant. Cette civilisation a obtenu beaucoup de connaissances à son âge d’or et puis, elle est devenue belliqueuse , c’est ce qui a causé sa perte. Un manque de maturité et d’humilité aurait été fatal à cette cité aujourd’hui engloutie quelque part sur notre planète.

Ci -dessous nous partageons ce reportage que Emilie nous a conseillé .

James Cameron réalisateur et explorateur océanographe a toujours été fasciné par l’Atlantide.

Era et moi nous apprécions  vraiment James Cameron, aussi bien le réalisateur que l’aventurier, l’explorateur.

L’Atlantide nous séduit ce n’est pas un scoop pour les personnes qui nous côtoient.

Alors continuons nos investigations grâce à celles et ceux qui voyagent et partagent leurs explorations .

Ces supports vidéo et l’article ci-dessus permettent déjà une certaine approche de cette énigme compliquée qui divise encore à l’heure actuelle les courants de pensée.

*Nous remercions Yves Herbo d’être venu avec nous à la conférence de Emilie ainsi que Emilie pour sa disponibilité et sa simplicité.

© 21-10-2018 – Respecter les droits d’auteur, merci. 

L’Atlantide, Cité Perdue

Reportage de National Geographic via Youtube 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le- 15/ 10/2018 à 14H00.

Le « Cimetière de l’Atlantique »un abri pour des aliens ?

Crédit photo :
fredzone.org

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

Nous sommes toujours attentifs à l’actualité plus ou moins dissimulée et aux différentes informations  qui nous parviennent et tout ce qui peut amener à de la réflexion.

Notre ami du MUFON  des caraïbes Hugues Noel nous transmet cet article qui curieusement va dans notre secteur de recherche ce qui démontre que plusieurs personnes pensent plus ou moins comme nous.

Nous remercions Hugues pour ce partage.

CERTAINS UFOLOGUES PENSENT QUE DES EXTRATERRESTRES SE CACHENT DANS LES OCÉANS

Crédit article et illustration : fredzone.org
 Article  de YOUSSOUF

 

Une mystérieuse anomalie sonore découverte au large de la Caroline du Nord a déclenché un débat sur les OVNIS parmi les théoriciens du complot. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a lancé une expédition pour résoudre le mystère entourant cette étrange anomalie sonore.

Mercredi dernier, le submersible Okeanos Explorer de la NOAA a été envoyé en plongée pour déterminer si l’anomalie était le résultat d’un naufrage ou d’une formation rocheuse.

Structure géologique ou ancienne épave ?

Tout en effectuant la recherche, la NOAA a diffusé en direct l’exploration sur son site Web et sur les plateformes de médias sociaux. L’organisation a révélé que son véhicule d’exploration avait atteint des profondeurs de 250 à 4000 mètres.

L’endroit où les chercheurs ont repéré l’anomalie est maintenant protégé par la NOAA. Cependant, mercredi soir, l’organisation a clairement indiqué que l’anomalie détectée, connue sous le nom de « Big Dipper Anomaly », semblait être d’origine géologique.

Les théoriciens du complot mettent en avant la théorie des extraterrestres

Les théoriciens du complot de leur côté affirment haut et fort que des extraterrestres très avancés pourraient vivre dans les profondeurs de l’océan. Selon les amateurs d’ovnis et d’aliens, des êtres extraterrestres ont construit des abris dans les profondeurs des océans, et ils possèdent cette technologie avancée qui leur permet de résister aux conditions océaniques difficiles.

Certains théoriciens du complot affirment que la vidéo d’un objet non identifié qui est traîné par un US Navy Jet au-dessus de l’océan est une indication que des extraterrestres vivent dans les océans. Cette vidéo publiée par le Pentagone suite à la révélation du « Advanced Aviation Threat Identification Programme » (AATIP)montre un objet volant bizarre qui vogue à travers le ciel défiant toutes les lois de la physique. Après avoir analysé le mouvement de l’objet repéré, les experts et les chercheurs d’OVNIS ont affirmé qu’aucun avion n’est capable d’effectuer de telles manœuvres erratiques dans l’air.

La théorie des épaves de navires:

La côte de la Caroline du Nord est souvent surnommée le « Cimetière de l’Atlantique ». Pendant les périodes de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux navires ont coulé dans cette zone. Certains experts estiment ainsi que les restes de ces navires pourraient être la raison de ces anomalies.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation Océanographique et O.A.N.I.S le 16/07/2018 à 10h00.

Deepsea Challenger

Challenging the deep est une nouvelle exposition immersive majeure qui retrace la poursuite et les réalisations de Cameron dans la science, la technologie et l’exploration océaniques, y compris ses plongées records dans DEEPSEA CHALLENGER, le navire submersible qu’il a conçu à Sydney.
Credit : mer et océan

 

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS

  • -En parcourant le site mer et océan  de notre ami Jack je remarque qu’il a diffusé ce que je reprend ici pour notre site web afin que vous découvrez à votre tour ce qui va suivre. Je profite pour dire au passage que Jack a un très bon site web  qui mérite d’être visionné,alors vous pouvez lui rendre visite. Merci.

James Cameron me fascine. J’aime la plupart de ses films en tant que réalisateur mais j’aime encore plus l’explorateur océanographe.

Il a su cumuler ses deux passions . A présent, il partage ses expéditions au public.  Ceux qui me connaissent bien, comme Era ( Emma) et ils sont rares, savent que j’aurais aimé aussi être un explorateur car j’aime le voyage, l’aventure,le défi ,les mystères,etc.

James Cameron est descendu avec son mini sous-marin à l’endroit le plus profond de la planète après l’exploit du scientifique Jacques Piccard et  du lieutenant Don Walsh qui sont descendus 10.000 mètres à bord du célèbre Trieste le 23 janvier 1960.

A bord de son mini sous-marinDeepsea Challenger, J .Cameron atteint les 10.898 mètres,le dimanche 25 mars à 21 h 52 GMT (23 h 52 heure française) après une descente de 2 heures et 36 minutes. L’engin a passé plusieurs heures à proximité du fond, battant ainsi le record de 20 minutes détenu par le Trieste, avant d’entreprendre sa remontée de 70 minutes. 


Exploit de J. Piccard et D. Walsh à bord du Trieste.

Petit récapitulatif ci-dessous:

Date : 23 janvier 1960
Position : Océan Pacifique : La Fosse des Mariannes, à 200 miles approximativement 
de l’île de Guam 
Profondeur atteinte : 10 916 mètres, un exploit qui a duré  58 ans.
Découverte scientifique : Une vie marine florissante en l’absence totale de lumière


Une exposition aura lieue le 29 mai 2018 à l’Australian National Maritime Museum à Darling Harbour, à Sydney.

Les gens pourront découvrir le monde océanique et la détermination de James Cameron pour assouvir sa passion.

Peut-être que sur notre site web ici, il manquait une page exploration et expédition bien que ce genre d’article et de vidéo pourrait se glisser dans la rubrique archéologie sous-marine et/ ou océanographie. Avec l’ouverture de cette nouvelle catégorie, le problème est réglé . Un tiroir de plus dans notre petite armoire virtuelle.

Bon surf, ici.

 

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

maquette couverture éditions SAINT MARTIN
©2018 droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vidéo via youtube

Australian National Maritime Museum

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

    Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 13/03/2018 à : 10h20.

%d blogueurs aiment cette page :