Archives de la catégorie ‘archéologie sous- marine / archéologie

David Fravor, ancien pilote de l’US Navy exhorte les dirigeants du monde à prendre la menace extraterrestre au sérieux

Area51

Credit Photo thesun.co.uk

Source : Fox News

Par Hugo Daniels et Emily Saul pour le New York Post |The Sun

Traduction Era pour 

si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Un pilote américain qui prétend avoir poursuivi un engin extraterrestre a averti les dirigeants du monde de prendre au sérieux les observations d’OVNIS.

David Fravor, ancien pilote de l’US Navy, a pris la défense de Luis Elizondo, ancien officier des renseignements du gouvernement américain, qui a révélé la semaine dernière qu’il dirigeait un véritable département de recherche sur les OVNIS au Pentagone, appelé Advanced Aviation Threat Identification Program (AATIP). de 16 millions de livres sterling (22 millions de dollars) d’argent des opérations secrètes du Congrès.

Elizondo a obtenu la publication de vidéos du Département de la Défense des États-Unis, déjà classées, sur les rencontres d’OVNIS – dont l’une montre le vaisseau que Fravor a vu partir à une vitesse…

View original post 1 164 mots de plus

Publicités

Publié 5 janvier 2018 par Era dans archéologie sous- marine / archéologie

Archéologues et chasseurs d’épaves

Des lettres des soldats anglais basés en Inde ont aussi été retrouvées dans la cargaison du Gairsoppa.
Crédit texte de présentation et image : resistanceauthentique.net

 

Lundi 18 décembre 2017:

Nous vous proposons deux vidéos qui pourraient en intéresser plus d’un.

Les chasseurs d’épaves remontent à la surface des indices, des trésors des éléments historiques qui appartiennent à l’histoire de l’humanité comme la découverte de  lettres dans la cargaison du Gairsoppa . 

  • La société américaine Odyssey avait annoncé le lundi 26 septembre 2011 la découverte et l’identification formelle de l’épave du Gairsoppa, un navire coulé en 1941 par un sous-marin allemand. L’épave, qui gît par 3000 mètres de fond au large de l’Irlande contient 7 millions d’onces d’argent, soit environ 217 tonnes de métal précieux. La valeur de cette cargaison est estimée à 150 millions d’euros (ce chiffre est susceptible de fortes variations compte-tenu de la volatilité actuelle du marché des métaux précieux). La société Odyssey, spécialisée dans la récupération de cargaisons précieuses d’épaves compte récupérer ce trésor au cours du printemps prochain. Dans son communiqué de presse, la société Odyssey, déclare au sujet de l’épave dite « Black Swan »,  que cette fois-ci un accord en bonne et due forme a été passé avec le gouvernement Britannique pour le partage du trésor du Gairsoppa.  ( source sacra-moneta.com) – Vidéo ci-dessous.
  • 217 tonnes d’argent localisées dans l’épave du Gairsoppa

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici


 

 

Ci – dessous nous vous proposons un documentaire filmé en mer  méditerranée .

 

En méditerranée,  par 28 mètres de fond ces passionnés vont examiner les vestiges datant de l’époque romaine, plus précisément  du premier siècle Av -Jc. Découverte en 1960 , cette épave  n’a pas encore été totalement explorée. Les plongeurs, et les autres passionnés devraient apprécier ce documentaire . Nous nous attachons à vous faire découvrir toutes sortes de choses liées à l’espace maritime ici sur notre site web . Bon visionnage.

 

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le 18/12/2017 à :12h10.

.

Une véritable forteresse sous-marine découverte dans un lac en Turquie

crédit photo
National Geographic/YouTube/IHA

Merci à Chantal pour l’envoi de cet article

Un mystérieux château de 3000 ans a été découvert dans les profondeurs d’un lac en Turquie

Les villes englouties font généralement partie des légendes, mais à présent, des archéologues ont découvert les ruines d’un ancien château mystérieux, construit entre le IXè et le VIè siècle avant J.-C., se cachant dans les profondeurs du lac Van, en Turquie.

Après plus d’une décennie de recherches dans le deuxième plus grand lac du Moyen-Orient, les vestiges d’un royaume perdu ont été retrouvés sous la surface du lac. Ce sont des archéologues de l’Université Van Yüzüncü Yıl qui ont annoncé cette incroyable découverte : un vaste château vieux de 3000 ans, très bien préservé, dans les profondeurs du lac. Les chercheurs ont travaillé en étroite collaboration avec une équipe indépendante de plongeurs afin de découvrir le château.

Vidéo youtube

Underwater Fortress Discovered Under Turkish Lake | National Geographic

 Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Les villes ou les châteaux sous-marins perdus sont assez populaires dans le folklore et les légendes à travers le monde. Il en va de même pour les diverses histoires de monstres sous-marins se cachant dans les abysses des lacs profonds. Le chef de l’équipe de plongée, Tahsin Ceylan, était dans un premier temps à la recherche du monstre du lac Van. Mais, à la place, il a découvert une ville perdue. « Il y avait une rumeur selon laquelle il pourrait y avoir quelque chose sous l’eau mais la plupart des archéologues et des responsables de musées nous ont dit que nous ne trouverions rien », a-t-il expliqué.

Suite

 

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :23/11/2017 à :20h30.

L’emplacement mystérieux de Nan Madol pourrait cacher une ville engloutie qui ressemblerait à l’Atlantide, la mythique cité perdue

Atlantide
illustration crédit:
documystere.com/

Une ville engloutie découverte au beau milieu de l’océan

Article source :7sur7.be/

 Par Christophe Da Silva 
2/11/17 – 12h05  Source:Christophe Da Silva
2/11/17 – 12h05  Source: Science Channel

Des falaises massives situées au beau milieu de l’océan Pacifique, de manière très structurées, comme si ce n’était pas un hasard. Des scientifiques sont en train d’étudier des ruines sur une île reculée de Pohnpei en Micronésie. Les murs de pierre donnent l’impression de cacher quelque chose de plus conséquent, selon Science Channel. L’emplacement mystérieux de Nan Madol pourrait cacher une ville engloutie qui ressemblerait à l’Atlantide, la mythique cité perdue.

Depuis 2016, l’île de Pohnpei fait partie du patrimoine de l’UNESCO. Jusqu’à présent, on ne connaissait quasi rien de son origine. La raison est simple: elle est en partie engloutie.Des archéologues se sont penchés sur la question dans le documentaire ‘What on Earth? ». Ils expliquent que tous les rochers et les ruines sont connectés ensembles, avec d’innombrables canaux et rues. 600 îles forment une grande ville au beau milieu de l’océan Pacifique. « Un vrai mystère »
Ces îles ne sont pas nées naturellement et forment même des figures géométriques. « Un vrai mystère », s’interroge le scientifique McKoy dans le documentaire. « Construire une ville au milieu de l’océan, si loin du monde civilisé. Pourquoi faire ça? »La population a locale a baptisé ce site Nan Madol, ce qui veut littéralement dire « espace entre ». Dit autrement: l’espace entre le continent et l’océan. Nan Madol aurait pu être une capitale , à la fois une ville sans pouvoir politique et un centre de rituels religieux.Atlantide
Les premières pierres datent de 1180 avant JC, mises en place par la dynastie Saudeleur dont on ne connaît quasiment rien. Nan Madol fait inévitablement penser à l’Atlantide, une autre mythique cité perdue.Dans son livre « Lemuria and Atlantis« , Shirley Andrews a estimé que l’Atlantide n’est pas une légende et que le royaume de Platon a bel et bien existé.

Vidéo YouTube

Les images d’en haut révèlent une ville ancienne au milieu de l’océan

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanis

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :02/11/2017 à :21h40.

 

Des sous-marins de l’US Navy utilisés pour dénicher d’ éventuels extraterrestres ?

Marc D’Antonio affirme qu’il a été témoin du passage d’un engin extra-terrestre (se déplaçant à une vitesse « impossible ») alors qu’il était à bord d’un sous-marin de la marine américaine dans l’océan Atlantique Nord
Crédit photo: fredzone.org

OANI/ OVNI enquete méthode réflexion
Crédit:
éditions Saint-Martin

Un léger contre temps d’une semaine concernant l’actualité ufologique au niveau du web puisque mon ordinateur a rendu l’âme.

Le service reprend avec cette information envoyée par l’un de nos amis Dan, que nous remercions.

*Je remercie mon ami Olivier M qui m’ a dépanné dans un délai très court malgré ses obligations. Je remercie aussi ma compagne Era qui a prévenu les gens qui nous suivent via mon mur facebook.

Merci à vous aussi pour votre patience.

Sylvain Matisse.

 

 

L’US NAVY UTILISERAIT DES SOUS-MARINS POUR DÉTECTER DES EXTRA-TERRESTRES

Le US Navy (marine américaineserait à la tête d’un programme top secret pour détecter des objets immergés non identifiés (ou USO – Unidentified Submerged Object), selon un spécialiste des OVNIS.Marc D’Antonio se passionne pour l’astronomie et il occupe le poste d’analyste vidéo en chef de l’organisation MUFON (Mutual UFO Network ; qu’on pourrait traduire en français par « réseau de partage sur le sujet des OVNIS »). C’est l’un des principaux et des plus anciens organismes d’enquête sur les OVNIS aux États-Unis.

Un engin non identifié se déplaçant à une vitesse folle !

Marc a ensuite entendu un officier de la marine ordonner à l’opérateur de sonar de répertorier l’objet non identifié (qui voyageait à « plusieurs centaines de nœuds ») dans le cadre d’un programme baptisé « Fast Mover Program ».

Il faut dire qu’actuellement, la plupart des sous-marins et des torpilles ne peuvent pas dépasser les 40 nœuds – en raison de la résistance de l’eau. Les Russes auraient une torpille capable de dépasser 200 nœuds – mais une vitesse de « plusieurs centaines de nœuds » semble simplement impossible pour un engin construit par l’homme.

Marc, qui dirige une société d’effets spéciaux appelée FX Models (qui a des contrats avec la marine), déclare que: « C’est en guise de remerciement pour certains travaux réalisés pour eux, que la Navy m’a demandé si je voulais faire un tour dans un sous-marin, alors j’ai dit oui. »

Les OVNIS seraient plus courants qu’on ne le pense…

Quatre ans plus tard, Marc déclare avoir parlé de ce qu’il avait vu à un officier supérieur de la Navy. « Je lui ai demandé : Pouvez-vous me parler du programme Fast Mover ? », explique Marc. « Il m’a regardé et a dit : Désolé, Marc, je ne peux pas parler de ce programme ».

L’homme en déduit que c’était une façon de confirmer implicitement l’existence de ce programme.

« Ce que cela veut dire pour moi, c’est que les OVNIS sont plus courants qu’on ne le pense ; nous avons même un programme en place pour les répertorier et déterminer leur vitesse, et tout cela est gardé secret », conclut l’expert des OVNIS.

Source

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le :27/09/2017 à :09h50.

La fabuleuse Machine d’Anticythère

crédit image SFH Yves Herbo

Vidéo  et texte – Atheos sur youtube
Ajoutée le 3 juil. 2015

Une mystérieuse machine, découverte près de l’île d’Anticythère, nous livre ses secrets. Il s’agit du premier calculateur analogique permettant de calculer des positions astronomiques.
Les connaissances en astronomie, ainsi que la maîtrise de calculs mathématiques extrêmement complexes nécessaires à sa conception, font indiscutablement des grecs antiques les pères de nos technologies modernes.

En 1900, deux caïques de pêcheurs d’éponge grecs (au scaphandre) de Symi, l’Euterpe et la Calliope, découvrent l’épave d’une galère romaine, longue d’une trentaine de mètres, datée d’avant 87 av. J.-C. gisant par 62 mètres de fond environ.

On considère que la découverte de la machine à proprement parler date du 17 mai 1902 quand l’archéologue Valerios Stais s’aperçoit qu’un agglomérat rapporté du site recèle des inscriptions et des engrenages incrustés. Un examen révèle qu’il s’agit d’un mécanisme oxydé, dont il reste trois morceaux importants et 82 fragments plus petits.

Dès 1905, le philologue allemand Albert Rehm comprend qu’il s’agit d’un calculateur astronomique.

Le soin et l’adresse avec lesquels cette machine fut réalisée, ainsi que les capacités nécessaires en mécanique et en astronomie remettent en question les connaissances historiques sur les sciences grecques.
En effet, aucun objet de même âge et de même complexité n’était connu dans le monde et il faut attendre près d’un millénaire pour voir apparaître des technologies comparables.

Ce mécanisme de bronze comprend des dizaines de roues dentées, solidaires et disposées sur plusieurs plans. Il est garni de nombreuses inscriptions grecques.
On y trouve également des engrenages différentiels d’un niveau de perfectionnement incroyable: les leviers centraux de la machine d’Anticythère étaient actionnés à la façon de la transmission d’une boite de vitesse d’automobile moderne, on croyait ne les avoir inventé qu’au 20e siècle!

Dans la machine d’Anticythère, il y a même une technologie inconnue de la mécanique horlogère contemporaine: certains engrenages sont épicycloïdaux, avec un centre de rotation mobile, et non fixe.
Ainsi, quand les engrenages tournent, la distance entre leurs centres s’allonge ou raccourcit, obligeant les dents à mettre plus ou moins de temps à venir chercher les autres dents, ce qui ralentit ou accélère le système pour tenir compte des variations de vitesse de la trajectoire de certains astres!

Autrement dit, les concepteurs du mécanisme avaient réussi à traduire en rouages non linéaires des équations différentielles d’une singulière complexité. Une ingénierie épicycloïde d’une incroyable modernité.
La machine fait des corrections de 1 jour tous les 76 ans, soit 0,12 seconde par jour. C’est beaucoup plus précis qu’une montre mécanique moderne.

Les astronomes de cette époque ne savaient pas que ces variations de vitesse des astres sur leurs orbites étaient dues à leurs trajectoires elliptiques.
Croyant que ces trajectoires étaient des cercles parfaits, ils tenaient cependant compte de ces variations avec une grande précision en postulant que les astres décrivaient de petits cercles tout en orbitant.
C’est la théorie des épicycles, appliquée par la machine, elle permet de faire des prévisions exactes et fidèles aux mesures des vitesses apparentes des astres.

L’application de la théorie des épicycles implique que la rotondité de la Terre, démontrée depuis Ératosthène, était alors couramment admise.
À 4:32 dans la vidéo on peut également voir la Lune sphérique tournant sur elle-même pour indiquer ses phases.

En outre, la miniaturisation extrême de l’appareil, ainsi que la maîtrise inouïe de la restitution claire et précise d’une multitudes de paramètres astronomiques, indiquent qu’il est l’aboutissement d’une longue évolution faite de perfectionnements successifs, des séries de ce genre de machines ont donc certainement été fabriquées sur une longue période.

La meilleure preuve en est que même si des horloges mécaniques, extrêmement simples, ont existé dès le 13e siècle, personne n’a pu égaler cette maîtrise technologique ni concevoir un mécanisme aussi avancé et délivrant autant de données si précises, avant les Européens au 17e siècle.
Donner l’heure est une chose, calculer de multiples données astronomiques en est une autre.

Au 19e siècle, il a suffi d’ajouter un container de vapeur sous pression et une transmission à des machines, même bien plus simples, pour démarrer l’ère industrielle. Il s’en est fallu de peu pour que cela arrive il y a 2000 ans…

La machine d’Anticythère est conservé au musée national archéologique d’Athènes.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

 

©2017

Era & Sylvain investigation océanographique et OANIS ©2017

Nous avons déjà proposé des articles concernant ce surprenant mécanisme antique.

Nous vous remettons un lien  ci-dessous afin de compléter le reportage .

 

 

 

 

 

Voir

Rejoignez nous sur notre groupe facebookoanisgeysergif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :12/08/2017 à :11h55.

Le navire retrouvé au large de la Caroline du Nord est bien celui de Barbe Noire (vidéo)

Etrange et Insolite

Après 15 ans d’incertitudes, les autorités ont confirmé que l’épave du navire retrouvée au large des côtes de Caroline du Nord est bien celle du redoutable pirate du 18e siècle, Barbe Noire.

View original post 683 mots de plus

Publié 26 mai 2017 par Sylv1 dans archéologie sous- marine / archéologie

%d blogueurs aiment cette page :