Vidéo d’OVNI tout juste rendue publique par la marine chilienne.

EVOGOL AT ENGLISH WIKIPEDIA à Mejillones, au Chili. hélicoptère Cougar AS 532SC de la marine Chilienne

 Credit photo / EVOGOL AT ENGLISH WIKIPEDIA
à Mejillones, au Chili.
hélicoptère Cougar AS 532SC de la marine Chilienne

Article source:huffingtonpost.com/

01/05/2017 11:19 am.

05 janvier 2017  

Traduction Sylvain pour cropped-capture2.jpg: ( avec l’aide des traducteurs en ligne) le 06-01-2017 

Une vidéo exceptionnelle de neuf minutes de la Marine à propos d’un OVNI affichant un comportement très inhabituel, étudié par les autorités chiliennes depuis deux ans, est maintenant diffusée au public. Le CEFAA – l’agence gouvernementale chilienne qui enquête sur les ovnis, ou UAP (phénomènes aériens non identifiés), a été chargé de l’enquête. Situé au sein de la DGAC, l’équivalent de notre FAA mais sous la juridiction de l’armée de l’air chilienne, CEFAA dispose de comités d’experts militaires, de techniciens et d’universitaires dans de nombreuses disciplines. Aucun d’entre eux n’a pu expliquer l’étrange objet volé et capturé par deux officiers expérimentés de la Marine à partir d’un hélicoptère.

L’agence gouvernementale chilienne rend toujours ses cas publics lorsque l’enquête est terminée et reconnaît l’existence de l’UAP lorsqu’une affaire mérite une telle conclusion. Le général Ricardo Bermúdez, directeur du CEFAA au cours de l’enquête, m’a dit: «Nous ne savons pas ce que c’était, mais nous savons ce qui ne l’était pas.» Et «ce qui ne l’est pas» comprend une longue liste d’explications conventionnelles.

Voici ce qui s’est passé:

 Le 11 novembre 2014, un hélicoptère de la Marine Chilienne (Airbus Cougar AS-532) effectuait une mission de patrouille de jour en volant vers le nord le long de la côte, à l’ouest de Santiago. À bord se trouvaient le pilote, un capitaine de la Marine (avec de nombreuses années d’expérience en vol) , et un technicien de la Marine qui a testé une caméra infrarouge MX-15 HD Forward Looking Infra Red (FLIR) de WESCAM, utilisée le plus souvent pour  »  De  la reconnaissance « , selon le site Web du produit. L’avion volait à une altitude d’environ 4 500 pieds  ( 1371, 6 m ) par un après-midi clair avec une visibilité horizontale illimitée, la température de l’air à cette altitude était de 10 ° C (50 ° F). Il y avait une base de nuage au-dessus à 10.000 pieds(3048m) , et une couche de stratocumulus, des nuages situés en-dessous. L’hélicoptère volait à environ 132 nœuds( 244,464 km/h -245 km/h environ).

À 13 h 52, pendant le tournage sur le terrain, le technicien a observé un étrange objet volant se situant à gauche sur l’océan. Bientôt les deux hommes l’ont observée à l’œil nu. Ils ont remarqué que la vitesse et l’altitude de l’objet semblaient être à peu près identiques à celles de l’hélicoptère et ont estimé que l’objet se trouvait à environ 35-40 km (55-65 km). Il voyageait W / NW, selon le capitaine. Le technicien a orienté la caméra sur l’objet immédiatement et a zoomé avec l’infrarouge (IR) pour une meilleure clarté.

 Credit illustration/COURTESY CEFAA La route de l'hélicoptère en suivant les coordonnées affichées par la camera.

Credit illustration/COURTESY CEFAA
La route de l’hélicoptère en suivant les coordonnées affichées par la camera.

Peu de temps après, le pilote a contacté deux stations radar – l’une à proximité de la côte et l’autre qu est le principal système de contrôle de la DGAC (Ground Radar primaire) à Santiago – pour signaler le trafic inconnu. Aucune station ne pouvait le détecter sur le radar, bien que les deux aient facilement pris l’hélicoptère. Les contrôleurs de la circulation aérienne ont confirmé qu’aucun trafic, civil ou militaire, n’avait été signalé dans la zone et qu’aucun aéronef n’avait été autorisé à voler dans l’espace aérien où l’objet était situé. Le radar embarqué était également incapable de détecter l’objet, et le radar de la caméra ne pouvait pas le verrouiller.

Le pilote a essayé à plusieurs reprises de communiquer avec l’UAP, en utilisant la bande passante multi-nationale, civile conçue à cet effet. Il n’a reçu aucune réponse. Le technicien a filmé l’objet pendant neuf minutes et douze secondes, principalement en IR. Ce capteur produit une vidéo en noir et blanc dans laquelle les tons noir, blanc et gris sont directement liés à la température. IR détecte la chaleur, et plus la matière filmée est chaude, plus elle apparaît sur l’image. Les officiers ont arrêté la caméra quand ils ont dû retourner à la base et l’objet a disparu derrière les nuages.

La Marine a immédiatement remis les images à la CEFAA, et le général Bermúdez, accompagné du chimiste nucléaire Mario Avila, membre du comité scientifique de la CEFAA, a interrogé les deux officiers de leur base navale. «J’ai été très impressionné par ces témoins, m’a dit Avila. «C’étaient des professionnels hautement qualifiés ayant de nombreuses années d’expérience et ils étaient absolument certains qu’ils ne pouvaient pas expliquer ce qu’ils voyaient.» Les deux délégués ont également fourni des rapports écrits à la base, comme cela est requis,  par le CEFAA.

Le capitaine de la Marine a déclaré que l’objet était une «structure plate et allongée» avec «deux projecteurs thermiques « comme des décharges » qui ne coïncident pas avec l’axe du mouvement». Le technicien l’a décrit comme «blanc avec une forme semi-ovale dans l’axe horizontal. »

Mais il y a une composante supplémentaire qui rend ces images particulièrement unique: «Dans deux cas, il a déchargé un type de gaz ou de liquide avec une piste thermique ou un signal thermique élevé», a déclaré le technicien. Après le tournage pendant environ huit minutes, l’éjection étonnante d’un énorme panache d’un matériau très chaud est capturé sur la vidéo, traînant derrière l’objet. (Le panache s’est mélangé dans les nuages quand vu en HD.) Une autre éjection s’est produite des moments plus tard. Il est en effet bizarre de regarder cela sur la vidéo.

Credit photo/COURTESY CEFAA La vidéo représente deux lumières circulaires blanches connectées ou des points chauds, libérant beaucoup de chaleur (à gauche). Cette image faisait partie d'une analyse réalisée par l'astrophysicien Luis Barrera. «Envoltura» signifie «enveloppe».

Credit photo/COURTESY CEFAA
La vidéo représente deux lumières circulaires blanches connectées ou des points chauds, libérant beaucoup de chaleur (à gauche). Cette image faisait partie d’une analyse réalisée par l’astrophysicien Luis Barrera. «Envoltura» signifie «enveloppe».

Les trois extraits vidéo  ( captures) sont dans l’ ordre chronologique :

Plus tard, j’inclus la vidéo complète de dix minutes. Notez que l’appareil passe parfois du mode IR en mode HD. Je recommande de regarder ces clips vidéo silencieux sur un grand écran. Le premier montre l’objet en mouvement. La caméra a capturé cela pendant environ huit minutes avant l’affichage spectaculaire dans la prochaine vidéo. (Cliquez sur « retour à la vidéo youtube » à la fin pour empêcher une nouvelle vidéo sans lien de démarrage.)

Credit photo/ COURTESY CEFAA L'objet s'est éloigné du panache massif qu'il a éjecté quelques instants plus tôt.

Credit photo/ COURTESY CEFAA
L’objet s’est éloigné du panache massif qu’il a éjecté quelques instants plus tôt.

Ce clip montre la première expulsion du matériau chaud de l’objet et le mouvement de l’objet loin du panache:

Vidéos huffingtonpost.com via  Youtube

Mise en ligne le 3 janv. 2017 Pour l’article officiel de la journaliste d’investigation Leslie Kean expliquant cette vidéo d’OVNI (publiée par la Marine Chilienne),

Objet de clip de la Marine seul (voir article de Leslie Kean pour backstory)

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

S i cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La deuxième expulsion s’est produite à la fin de la vidéo:

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Au cours des deux années suivantes, au moins huit rencontres quelque peu litigieuses ont eu lieu avec des membres du comité scientifique de la CEFAA déconcerté,  parmi les membres présents il y avait  le général de l’armée de l’air actif qui dirige la DGAC. Selon le directeur des affaires internationales du CEFAA, José Lay, le ton général des réunions a été l’étonnement: «Qu’est-ce que c’est que ça? Que diable est cela ? »» Aucun accord ne pourrait être atteint pour expliquer la vidéo – les théories que l’on a proposé ont été exclu par les données.

Source

barre dorée

Rejoignez nous sur notre groupe facebook

oanis

geyser

gif

Mise à jour investigation oceanographique et oanis, le :06/01/2017 à :14h25.

cropped-capture2 (1)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :