Le surprenant comportement alimentaire d’une espèce de calmar (vidéo)

tenGrâce à des vidéos réalisées par un robot sous-marin, une équipe de chercheurs a récemment révélé les curieuses habitudes alimentaires de Grimalditeuthis bonplandi, une espèce de calmar.

Une chose est certaine… Tous les calmars ne se ressemblent pas. Grimalditeuthis bonplandi en est l’exemple même. Ce spécimen, bien particulier, a durant des années, attisé la curiosité des biologistes et pour cause, celui-ci n’est pas doté des mêmes attributs que ses congénères pour assurer son alimentation. En effet, si les autres espèces peuvent se féliciter d’avoir développé au cours de l’évolution deux puissants tentacules destinés à capturer leurs proies, G. bonplandi lui ne semble pas avoir bénéficié de ce privilège.

Un petit calmar aux faibles tentacules

C’est du moins ce qu’ont constaté les chercheurs en observant les premiers spécimens.

 Le céphalopode vit en eaux profondes entre 500 et 1.500 mètres sous la surface de la mer. Aussi, son étude est rendue particulièrement difficile. Durant des années, seuls des organismes morts, capturés par des chaluts ou retrouvés dans l’estomac de prédateurs, ont pu être observés.

De précédents travaux de recherches révèlent qu’il s’agit d’un petit spécimen, d’environ 15 centimètres de long. Contrairement aux autres espèces, les deux tentacules principaux de G. bonplandi sont minces et fragiles. Ils ne possèdent d’ailleurs pas la musculature nécessaire pour s’étirer et se rétracter rapidement. Ces caractéristiques ont amené les chercheurs à se questionner durant de nombreuses années sur les stratégies de chasse de la créature.

Le mystère a enfin pu être résolu grâce à des vidéos capturées en 2005 par des biologistes de l’Institut de recherche de l’aquarium de la baie de Monterey (MBARI), en Californie. La prouesse technique, réalisée à l’aide d’un robot sous marin, a permis de visionner pour la première fois l’animal évoluant dans son milieu naturel. Une nouvelle étude, parue dans la revue Proceedings of the Royal Society B, révèle, séquence à l’appui, comment G. bonplandi se sert de ses deux minces tentacules.

Des tentacules comme des cannes à pêche

Selon l’article, le céphalopode les bouge en continu. Le mouvement langoureux suit une trajectoire ondulée. Pour l’heure, aucun lien entre ce mouvement et la capture de proie n’a pu être observé. Toutefois, les chercheurs ont d’ores et déjà émis l’hypothèse qu’il s’agit d’une sorte d’appât. En réalisant ce mouvement, le calamar attire de petites crevettes et autres crustacés.

En d’autres termes, les tentacules seraient utilisés comme une sorte de « canne à pêche ». Ce serait en fait les ondes créées par le mouvement ou simplement le fait de remuer la bioluminescence de l’eau qui séduiraient les proies et les amèneraient jusqu’à leur prédateur. « Il s’agit d’une tactique intéressante et inattendue », indique à Livescience Henk-Jan Hoving, co-auteur de l’étude. C’est la première fois qu’une telle stratégie est observée chez un spécimen de calmar.

Mais d’autres études sont encore nécessaires pour vérifier ces nouvelles hypothèses et en savoir davantage sur le comportement alimentaire de G. bonplandi et d’autres espèces de calmars. « Il y a beaucoup de choses que nous ignorons quant à ce qui se passe dans les profondeurs et nous ne pouvons pas faire trop de suppositions », conclut ainsi Richard Young, directeur des travaux de recherche.
(Source : Maxi Sciences)

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

viaLe surprenant comportement alimentaire d’une espèce de calmar (vidéo).

etrange-et-insolite

Publicités

Publié 25 octobre 2013 par Sylv1 dans biodiversité marine

%d blogueurs aiment cette page :