Nouveau fossile découvert en Jordanie

Il y a le requin-lézard – un squale dont la tête et la forme très allongée évoquent celles de ces petits reptiles – et voici désormais l’inverse, le lézard-requin. Si le premier existe encore, le second, lui, a disparu de la surface de la Terre lors de l’extinction qui a aussi sonné le glas de la plupart des dinosaures il y a 66 millions d’années. Ce lézard de la fin du crétacé faisait partie de la famille assez peu connue des mosasaures, des reptiles marins dotés d’une quantité non négligeable de vertèbres et dont les plus grands représentants flirtaient avec les 18 mètres. Les chercheurs considèrent qu’avant leur brutale disparition, les mosasaures constituaient un groupe de redoutables prédateurs, dotés de mâchoires puissantes.

Pourtant, dans le cas qui fait aujourd’hui l’actualité, ce n’est pas la tête qui intéresse les chercheurs, mais la queue. C’est un fossile dont le nom de catalogue est ERMNH HFV 197. Il a été découvert en Jordanie en 2009 et, au départ de son histoire, il n’a guère fait parler de lui. Ce n’est qu’en décembre 2011 que le paléontologue suédois Johan Lindgren (université de Lund), en y regardant de plus près, s’aperçoit qu’en plus des os la roche a exceptionnellement conservé, sous la forme d’un film blanchâtre, la trace de tissus mous, de chairs, au niveau de la queue. Comme il l’explique avec deux collègues jordanien et américain dans une étude publiée ce mardi 10 septembre dans Nature Communications, ces traces dressent des mosasaures un portrait différent de celui qu’on avait jusqu’à présent.

L’image classique du mosasaure, c’est une tête de lézard sur un corps d’anguille, les quatre pattes du reptile s’étant transformées en ailerons permettant de diriger ce grand prédateur dans ses pérégrinations aquatiques. Qui dit corps d’anguille dit une longue queue à bout plat, une allure serpentine et une locomotion avec d’amples mouvements ondulatoires de tout le corps. Voici une vue d’artiste montrant cette reconstitution :

Ce que l’on découvre sur ERMNH HFV 197, jeune prognathodon d’environ 1,5 mètre encore loin d’avoir atteint sa taille adulte, ce que dessinent ces tissus mous miraculeusement préservés, c’est une queue non pas en spatule mais ressemblant à s’y méprendre à une queue de requin… montée à l’envers. En général, chez les requins, le lobe le plus grand est celui du haut (c’est là que s’achève la colonne vertébrale). Ici, comme on peut le voir ci-dessous et sur l’image composite qui ouvre ce billet, c’est l’inverse :

Nouveau fossile découvert en Jordanie.

 

Publicités

Publié 11 septembre 2013 par Sylv1 dans archéologie sous- marine / archéologie

%d blogueurs aiment cette page :