Découverte d’une nouvelle (et énorme) espèce de poisson fossile en Australie.

Article source:maxisciences.com

maxisciences-recrute-un-redacteur-high-tech_29527_w250
Publié le 17 mars 2013 par Frédéric Belnet

(crédits photo : Australian National University)

(crédits photo : Australian National University)

Publiant leur découverte sur PLoS ONE, des chercheurs australiens ont mis au jour le crâne fossilisé d’une espèce ancienne de poisson jusqu’alors inconnue : un grand prédateur aux dents de 4 cm !

Près d’Eden, en Australie, les paléontologues de l’Université nationale australienne étaient occupés à dégager de la roche le squelette d’un poisson cuirassé vieux de 360 Ma (Dévonien) quand ils ont eu la surprise de tomber sur unfossile encore bien plus précieux : le plus grand crâne fossilisé de poisson à nageoires lobées jamais trouvé dans des roches de cette époque. Qui plus est, une nouvelle espèce, et même un nouveau genre !

« Quand nous avons soulevé le bloc, nous avons remarqué un très grand croc, d’au moins 4 cm de long, Comme les poissons cuirassés n’ont pas de dents, nous avons compris qu’il devait y avoir un prédateur beaucoup plus grand conservé sur ce site. Nous avons découvert le crâne presque complet et la ceinture scapulaire d’un énorme poisson à nageoires lobées, ayant des mâchoires d’environ 48 cm de long« , a déclaré le Dr Gavin Young cité par Sci-News.

« Nous avons comparé la forme et la structure de ces restes avec celles d’environ 100 espèces de poissons fossiles provenant d’ailleurs dans le monde. Il s’avère que nous avons là non seulement une espèce nouvelle pour la science, mais aussi un nouveau genre de poisson à nageoires lobées, que nous avons nommé Edenopteron, d’après la ville d’Eden« , a-t-il ajouté. L’espèce a ainsi été baptisée Edenopteron keithcrooki.

Un poisson de 2 à 3 mètres de long

L’animal possédait des dents supplémentaires sur le palais, d’étranges ornements sur ses écailles et différait de ses cousins de l’hémisphère nord, disent les auteurs. Et sa taille ? Tenter de trouver le reste du squelette nécessitera « une fouille de grande ampleur, parce qu’il devrait faire 2 à 3 m de long ; mais ce sera très certainement une trouvaille absolument spectaculaire« , a précisé Gavin Young.

Durant le Dévonien, ce poisson hantait les eaux du Gondwana, le supercontinent austral de l’époque. « Il est assez clair que nous avions un groupe de poissons à nageoires pédonculées [ou lobées] endémique dans cette partie du monde, ce qui a des conséquences très intéressantes sur les hypothèses concernant l’endroit où les premiers animaux terrestres ont évolué« , a conclu le Dr Young.

dauphin

 

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le : 19/03/2013, 19h45.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :