Antarctique : la bactérie inconnue du lac Vostok provenait d’une contamination

.maxisciences.com

.maxisciences.com

Article source: maxisciences.com

Publié le 11 mars 2013 par Émeline Ferard

maxisciences-recrute-un-redacteur-high-tech_29527_w250

Ce week-end, des scientifiques russes ont annoncé que la bactérie inconnue découverte dans les échantillons issus du lac Vostok en Antarctique n’était en vérité que des contaminants.

Il n’a pas fallu longtemps avant que tout espoir ne soit définitivement douché. Un jour à peine après que des chercheurs russes ont annoncé la découverte d’une bactérie inconnue dans des échantillons dulac Vostok, celle-ci a d’ores et déjà été démentie. Vendredi, Sergei Bulat de l’Institut de Physique nucléaire de Saint-Pétersbourg et ses collègues avaient en effet annoncé qu’une des bactéries présentes dans les prélèvements du lac subglacaire n’avait correspondu avec aucune actuellement connue.

Ceci les avait alors poussés à qualifier cette forme de vie de « non-classifiée » et « non-identifiée«  après « avoir écarté tous les éléments possibles de contamination ».Toutefois, il semblerait que ceci n’était en réalité pas le cas puisque la fameuse bactérie serait effectivement des contaminants. « Nous avons trouvé certains spécimens, bien que peu. Tous étaient des contaminants« , apportés au laboratoire au cours de la recherche, a expliqué Vladimir Korolyov à l’agence Interfax.

Une annonce prématurée

Comme il le relève, c’est pour cette raison que les chercheurs auraient évité d’annoncer que la bactérie trouvée était « inconnue« , préférant plutôt des termes tels que « non-classifiée« . Mais à peine dévoilée, leur conclusion s’est répandue comme une trainée de poudre, aboutissant vers la fameuse annonce de la découverte d’une bactérie inconnue. Une annonce qui avait d’ailleurs laissé perplexes plusieurs spécialistes, à raison il semblerait donc.

La question est désormais de savoir pourquoi les scientifiques ont révélé leur découverte avant d’avoir fait toutes les vérifications nécessaires. Selon le siteGawker.com, la réponse est sûrement à chercher dans la pression que subissent les chercheurs russes. En effet, la quête des mystérieux lacs subglaciaires motivent plusieurs pays et ce, depuis de nombreuses années. Tous espèrent y découvrir un monde très particulier car préservé sous les glaces depuis des millénaires.

Une course à la vie inconnue

Aussi, la découverte d’une bactérie inconnue dans le lac Vostok aurait fait grand bruit parmi les scientifiques alors même que des explorateurs américains ont annoncé il y a peu, être parvenus à prélever des échantillons dans un autre lac de l’Antarctique,le lac Whillans. Néanmoins, ce n’est pas la première fois que les équipes sont confrontées à ce risque omniprésent de contamination.

Il y a un an, d’autres échantillons provenant du lac Vostok avaient déjà été contaminés, bien qu’aujourd’hui l’identité des fameux contaminants n’ait pas été précisée. Mais réaliser des prélèvements dans des environnements très particuliers n’est aisé pour personne. Il y a deux ans, des scientifiques de la NASA avaient de même indiqué avoir découvert une bactérie capable de survivre dans l’arsenic dans le lac Mono. Un cours d’eau situé au milieu d’une vaste et ancienne caldeira en Californie. Après des travaux supplémentaires, celle-ci s’est toutefois révélée ne pas être si particulière que ce que les scientifiques pensaient au départ.

Pour l’heure, l’étude du lac Vostok n’a donc révélé rien d’extraordinaire et les échantillons prélevés continuent de décevoir. Mais les chercheurs ne comptent pas en rester là pour autant. Plusieurs autres prélèvements sont même d’ores et déjà programmés pour les prochains mois.

rainbow

Mise à jour investigation océanographique et oanis, le: 12/03/2013, à : 18h00.

cropped-capture2.jpg

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :