Les « oreilles d’or », princes du son dans le monde du silence

La traque du son sous la mer - Infographie IDÉ / MARINE NATIONALEhttp://www.20minutes.fr/

La traque du son sous la mer – Infographie IDÉ / MARINE NATIONALE
http://www.20minutes.fr/

Logo20mnFR

Publié le 11 octobre 2012.

Source: http://www.20minutes.fr/

ECOUTE – Des spécialistes à l’ouïe fine permettent au sous-marin d’identifier les navires…

Dans le royaume du silence, les bruits sont rois. «Le ferry qui est passé au dessus de nous il y a dix minutes avait une hélice de quatre pales qui tournait à 130 tours par minute», explique Le premier maître Martial L., 31 ans, «oreilles d’or» selon le jargon sous-marinier. Ces analystes détecteurs, peu nombreux, ne font pas partie de l’équipage régulier du SNA, mais sont affectés à des cycles d’embarquement, en sous-marin ou en navire de surf ace.

Une baleine à 100km

De retour à terre, ils archivent au sein d’un centre spécial de la Marine les centaines de sons enregistrés lors des missions. En phase de lutte anti-sous-marine (voir infographie), leur ouïe fera la différence et permettra au sous-marin de savoir qui le traque ou qui lui passe au-dessus. Selon l’état de la mer (de 1, calme, à 5, très agitée), ils pourront entendre un «roro»  (roulier, cargo) à 20, 50 voire 80km, un ferry moderne et plus silencieux à 10km, le chant d’une baleine à 100km (elle émet un son en basse fréquence, qui se propage beaucoup plus loin), un autre sous-marin à 2km, ou… presque rien à 600m  en cas de mauvaise mer.

En 2011, c’est un «oreilles d’or», embarqué à bord du SNA Emeraude, qui a aidé à retrouver la boite noire  du vol AF447, perdu en mer au large de Rio.

 B.Q.
Publicités

Publié 11 décembre 2012 par Sylv1 dans documents et articles divers

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :