Fête de la science : devenez océanographe grâce à Seafloor Explorer




Cette photographie prise par Habcam fait partie des 100.000 clichés mis en ligne sur Seafloor Explorer. On y voit, évoluant sur un fond sableux recouvert de débris de coquilles, un pétoncle géant (Placopecten magellanicus) et un crapaud de mer (un poisson, plus précisément la lotte Lophius americanus). N’hésitez pas à partager ces simples informations avec les chercheurs, ils ne demandent que cela. © HabCam Group, Woods Hole Oceanographic Institution

Article source:http://www.futura-sciences.com/

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences

 Le 13 octobre 2012 à 17h28

La recherche a besoin de vous ! Pour mieux comprendre le fonctionnement des fonds marins, notamment la vie et la distribution des pétoncles, 100.000 clichés pris par Habcam, un engin sous-marin, ont été mis en ligne. Le public peut les admirer, mais aussi aider les chercheurs en les analysant. Seafloor Explorer est un très bel exemple de science citoyenne.

Les quantités d’information parfois récoltées par des chercheurs peuvent être astronomiques. Mais comment faire alors pour tout analyser rapidement, surtout lorsqu’une intervention humaine est requise ? La solution trouvée, et progressivement acceptée par la communauté scientifique, consiste à impliquer le grand public grâce à un outil fabuleux :Internet. Pour cette 21e Fête de la science, Futura souhaite vous présenter différents projets de science citoyenne. Au programme du jour : une exploration des fonds marins !

Pour mieux comprendre le fonctionnement de ces milieux et les cartographier, des biologistes et ingénieurs de la Wood Hole Oceanographic Institution (WHOI) tractent depuis quelques mois, à environ 2,5 m au-dessus du plancher océanique, un engin sous-marin spécialement conçu pour l’occasion, un Habcam de 4e génération (aussi appelé hippocampe). Ce dispositif de 31 m de long embarque notamment un appareil photo pouvant réaliser 6 à 10 clichés des fonds marins à la seconde, soit environ 500.000 images en 24 heures ! Le problème est là : chaque photographie doit faire l’objet d’une analyse minutieuse…

Connaître le nombre d’organismes observés en un lieu précis peut en effet fournir de précieuses informations, par exemple sur les relations proie-prédateur, sur les milieux de vie qu’affectionne une espèce précise, sur la nature des fonds marins, etc. L’aide du public a donc été sollicitée grâce à la mise en place d’une collaboration avec la Citizen Science Alliance, le groupe fondateur de Zooniverse. Près de 100.000 clichés, sur les 40 millions disponibles, ont déjà été mis en ligne sur le site dédié au projet : Seafloor Explorer. Chaque internaute (à condition d’être un tant soit peu anglophone) est désormais libre de participer à l’effort de recherche.

Plongez au cœur de l’océan Atlantique dans votre salon

Après s’être inscrits, les scientifiques en herbe peuvent librement se balader parmi les images disponibles. Il leur est alors demandé de préciser le nombre et le type d’organismes observés (poissons, pétoncles, etc.), de réaliser des mesures simples (longueur et largeur des animaux) et de préciser la nature du fond (sable, gravier, etc.). La présence d’objets particuliers (des pierres, par exemple) peut également être signalée. Ces petites opérations ludiques sont d’autant plus attrayantes qu’elles permettent au public de découvrir un monde à part, presque en immersion.

La National Oceanic and Atmospheric Administration (Noaa) estime à ce jour que 95 % des fonds marins n’ont toujours pas été explorés. Le projet de la WHOI pourrait considérablement réduire ce nombre, à terme. Les images actuelles ont été collectées au large de la côte est américaine et au sein du Stellwagen Bank National Marine Sanctuary, dans l’Atlantique. Une fois les analyses en cours terminées, près de 150.000 nouveaux clichés devraient être ajoutés au matériel disponible.

Les membres de la Citizen Science Alliance ont développé les outils statistiques permettant une compilation et un traitement des données récoltées via le Web. Il faut dire qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Près de 14 projets Zooniverse ont déjà vu le jour en quelques années, que ce soit pour étudier les éruptions solaires, classifier les tempêtes tropicales ou comprendre la communication sonore chez des mammifères marins. Plus de 40 articles scientifiques en lien avec cette démarche citoyenne ont déjà été publiés.

Actuellement, environ 567.500 pétoncles, 50.000 poissons et 1.120.000étoiles de mer ont été marqués. Allez-vous faire gonfler ces chiffres, être émerveillé par certaines images et venir en aide à la recherche ?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :