Tsunami : De l’iode radioactif jusqu’aux États-Unis

Info prise sur le bon site de Jack

http://jack35.wordpress.com/

SIPA/David Guttenfelder

Le tsunami au Japon et la catastrophe nucléaire de Fukushima qui s’en est suivi ont encore des conséquences plus d’un an après. En effet, de l’iode radioactif a été découvert dans des algues au large de la côte ouest des Etats-Unis

 Plus de 25 ans après, des scientifiques découvrent encore des contrecoups liés à la catastrophe de Tchernobyl. Il n’est donc pas étrange de voir périodiquement des conséquences du tsunami et de l’accident nucléaire de Fukushima au Japon ressurgir. C’est ce qui a eu lieu ce mardi au large de la côte ouest des Etats-Unis.
.
Plus d’un an après ce terrible évènement, de l’iode radioactif a été détecté dans des algues. Et il est déjà acquis que celui-ci (iode radiocatif 131 ndlr) s’est balladé dans l’atmosphère et a traversé le Pacifique dans les jours qui ont suivi la catastrophe du 11 mars 2011. Toutefois, afin de ne pas inquiéter la population, les scientifiques précisent que de très faibles quantités de cet iode radioactif.
 

Cependant, des biologistes marins de l’université de Californie à Long Beach (CSULB) ont également découvert cet élément nucléaire dans des algues marines, « une des plantes qui accumulent le plus d’iode » dixit un des chercheurs,  un mois après l’accident. « Nous avons mesuré des niveaux significatifs, mais en règle générale inoffensifs, d’iode radioactif dans les tissus de l’algue géante Macrosystis pyrifera », affirme Steven Manley, auteur avec Christopher Lowe de l’étude publiée sur l’édition en ligne du journal Environmental Science & Study. Mais les scientifiques avertissent tout de même d’un éventuel risque sur l’homme.

De la radioactivité dans la pluie

SUITE

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :