Les cités englouties de Khambhat et Dwarka

Source: http://yvesh.e-monsite.com/blog/
dwarka1.jpg
A 20 mètres de profondeurs, les ruines de la cité de Dwarka
 
Les océanographes du National Institute of Ocean Technology (NIOT) de Madras ont fait une découverte de la plus haute importance. Ils mesuraient les niveaux de la pollution marine dans le golfe de Khambhat (ex-Cambay), enregistrant des images acoustiques du fond de l’océan quand, plusieurs mois plus tard ils se rendent compte qu’ils ont obtenu des images des ruines d’une immense cité, engloutie à 40 mètres sous le niveau de la mer. Janvier 2002, l’équipe du NIOT était en mesure de faire des révélations.
 
La ville engloutie partage des similarités frappantes avec les sites de la civilisation de l’Indus [2300-1700 av. J.-C.].
Les ruines s’étendent sur 9 km le long des rives d’un ancien fleuve, et l’on peut distinguer :
 
Les vestiges d’un barrage,
Un édifice, de la taille d’une piscine olympique, aux marches effondrées, rappelant le Grand Bain de Mohenjo-Daro,
Un monument rectangulaire de 200 x 45 m est aussi vaste que l’acropole découverte à Harappa,
Un autre édifice, sorte de grenier à blé, fait de briques de boue, d’une longueur de 183 m.,
Des rangées de constructions rectangulaires qui s’apparentent aux fondations de maisons en ruine,
Un système de drainage,
Des routes.
L’équipe a remonté des outils en pierre polie, des ornements et des figurines, des débris de poteries, des pierres semi-précieuses, de l’ivoire et des restes fossilisés humains.
 
sonar-khambhat.jpg
 Des échantillons de bois fossilisé furent envoyés, pour datation à deux laboratoires indiens : L’un proposa 5500 av. J.-C., l’autre 7500 av. J.-C.. Cette datation ferait de Khambhat le site le plus ancien découvert en Inde. Cette découverte pourrait marquer la fin de la théorie selon laquelle l’urbanisation se propage de l’Asie depuis l’ouest vers l’Indus.
 
Cette datation suscita d’intenses controverses. Selon R. Meadow, spécialiste en archéologie de l’Asie du Sud, un site néolithique dans le golfe de Khambhat serait « tout à fait en adéquation  » avec les développements à Mehrgarh. Mais il est prématuré d’affirmer qu’il s’agit de la cité la plus ancienne. L’archéologue G. Possehl signale qu’il n’y a aucune raison de croire que le morceau de bois fossilisé appartient aux ruines de l’ancienne cité, étant donné les forts courants marins de la région, il pourrait provenir d’ailleurs. L’équipe de NIOT a reconnu le bien-fondé de ces critiques et a assuré que d’autres objets seraient soumis aux méthodes de datation.
 
Il s’agit aussi de comprendre comment cette cité a été engloutie et comment elle s’est retrouvée à 30 km de la côte. Harsh Gupta, géologue, pense que c’est un gigantesque tremblement de terre qui a causé la destruction de la ville. On se trouve dans une zone à fort risque sismique, et le tremblement de terre de 2001 à Bhuj a montré la vulnérabilité de la région à ces phénomènes. Toutefois, la priorité est d’établir de manière définitive l’âge de la cité engloutie et si ces recherches dans le passé de Khambhat sont approfondies, cette découverte peut se révéler la plus excitante de ce siècle.
 
D’après Raj Chengappa & Anm Ram in Courrier international n°610
 
cartekhambhat.gif
 
Les derniers résultats et controverses :
 
– Certes plusieurs débris manufacturés remontés ont été datés à plus de 7000 ans d’existence, la controverse provient surtout du fait que ces débris ont été dragués sur le fond et remontés, et non étudiés sur place de façon archéologique puis remontés. Cela suffit à certains pour dire que ces objets antiques ne proviennent pas obligatoirement de là, qu’ils ont pu être jetés ou atterrir là, par hasard ou volontairement… :
 
 » Une enquête de suivi a été menée par NIOT en Novembre 2001, qui comprenait le draguage pour récupérer des objets et des numérisations au sonar pour détecter des structures.  Parmi les objets récupérés se trouvaient un morceau de bois, des  tessons de poteries, des pierres altérées initialement décrites comme des outils à main, des os fossilisés, et une dent. Les artefacts ont été envoyés à l’Institut de géophysique national de recherches (NGRI) à Hyderabad, en Inde, au Birbal Sahni Institut de Paléobotanique (BSIP) à Lucknow, en Allemagne, et le Laboratoire de recherche en physique à Ahmedabad, en Inde. Le morceau de bois, daté grâce au carbone inclu, a un âge de 9.500 ans.
 
 
 artefacts-khambhat.jpg

NIOT est retourné pour complément d’enquête dans le golfe de Octobre 2002 à Janvier 2003. Au cours de ces fouilles Niot a  déclaré avoir trouvé deux paléochenaux flanquées rectangulaires et carrées en sous-sol caractéristiques. Des artefacts ont été récupérés par des moyens de draguage, y compris des tessons de poteries, des microlithes, de l’acacia et des restes de torchis et de matériaux de sols. Ces artefacts ont été envoyés pour leur datation dans les laboratoires de l’Université de Manipur et de l’Université d’Oxford. L’acacia et les restes de torchis sont mélangés d’argile disponibles localement, roseau, paille, poteries, et des morceaux de coquillages d’eau douce. Le torchis montre également la preuve d’une combustion partielle.

 
 citekhanbhat.gif
Reconstitution de la cité engloutie D’après Nilanjan Das
Indian Today
 
 
Le travail le plus récent dans le golfe du Khambhat a eu lieu à partir de Octobre 2003 à Janvier 2004 et a été principalement une étude géologique. Les techniques utilisées au cours de cette enquête comprennent le relevé bathymétrique du sous-sol de l’endroit, le balayage latéral de l’endroit, et son relevé magnétique.
 
Une des principales conclusions de cette enquête concerne l’orientation des dunes de sable sur le site. Les chercheurs de NIOT affirment qu’il y a deux séries de dunes visibles sur le site ; Un ensemble est d’une caractéristique naturelle formée par les courants de marée tandis que l’autre a été formé par rapport à des caractéristiques structurelles sous-jacentes.
Une des principales controverses qui entourent la GKCC est la pièce datée de bois. Le Dr DP Agrawal, président du groupe du paléoclimat et fondateur de l’installation d’essais au Carbone 14 en Inde a déclaré dans un article paru dans le magazine Frontline que la pièce a été datée à deux reprises, dans des laboratoires séparés.
 
dwarka2.jpg
reconstitution
 
Le NGRI à Hyderabad en Colombie-Britannique a retourné une date de 7.190 ans et le BSIP à Hanovre a retourné une date de 7.545-7.490. Certains archéologues, Agrawal en particulier, disent que la découverte d’une pièce ancienne de bois n’implique pas la découverte d’une ancienne civilisation. Agrawal fait valoir qu’une pièce de bois est commune à trouver, étant donné qu’il y a 20.000 ans la mer d’Arabie était de 100 mètres plus bas que son niveau actuel, et que l’augmentation progressive de la mer en niveau a submergé des forêts entières.
 
Un autre problème sont les tessons trouvés sur le site lors des fouilles diverses. Les chercheurs décrivent comme indicatif qu’ils soient faits et tournés à la main selon les traditions de la poterie. Le reste trouvé sont de simples morceaux avec des petites lignes incisées. Tous les restes trouvés à ce jour appartiennent à de petits morceaux miniatures de poteries. Une partie de la controverse, c’est que ces pièces pourraient être naturelles ; vu la petite taille de la collection d’artefacts, il est difficile d’analyser de manière concluante que ce soit de la poterie. Mais si la poterie est authentique, les chercheurs estiment qu’elle devrait montrer certaines similitudes avec la poterie harappéenne, qui est généralement rouge et noir et estampillée avec des phoques. Basé sur la collection de poteries en cours, une continuité stylistique avec la civilisation de l’Indus n’est pas évidente.
 
 
On parle de Khambhat et de Dwarka à partir de la 28ème minute de ce très intéressant documentaire
 
Dans une présentation de History Channel « Ancient Aliens« , le 11 Novembre 2010, des anciens théoriciens des astronautes et l’archéologue sous-marin ont présenté des preuves qu’une civilisation qui a coulé il y a des milliers d’années avant voir les êtres humains actuels vivant sur la planète, aurait pu éventuellement construire les ruines des ancienne villes de Khambhat et Dwarka, qui dit-on, serait  le lieu d’habitation ancien du Seigneur Krishna, qui parmi beaucoup de dieux est soupçonné être un alien. Une légende raconte que, après une grande bataille avec des vaisseaux spatiaux, Krishna est finalement reparti de la Terre après que sa Dwarka chute dans la mer. Dans ce film, il est affirmé que des artéfacts ont été datés à 35.000 ans et que donc la cité aurait entre 35.000 et 9.000 ans
 
kumari-kandam.jpg
 
Ce qui était autrefois considéré comme de la mythologie pourrait être changé par la découverte d’un ancien contrebas de l’Inde, qui pourrait être Dwarka. Les gens commencent à regarder les textes sanskrits anciens à la lumière nouvelle que c’est peut-être réellement des données historiques. Les ancêtres de l’Inde ont-ils assisté à une guerre entre des entités extraterrestres? S’agit-il de l’interprétation des textes de l’Inde, ancienne preuve de contact extraterrestre dans le passé de la Terre? Les descriptions des dieux en font des extraterrestres…
 
Source : http://yeoldefalseflag.com/thread-the-ruins-of-gulf-of-khambhat-and-dwarka
 
Yves Herbo 03-2012
 
 
 
 
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :