Etude sur les abysses

Note de sylv1, adm:

Document scientifique spécial que je  propose .

Afin d’ avancer sur le mystère de la vie et des phénomènes aérospatiaux non-identifiés, il me semble judicieux d’établir une série de disciplines à étudier de près, et ces disciplines sont quelquefois lièes entre elles, mais aussi ne le sont pas!

L’investigation que je m’attache à fournir explore tout ce qui peut l’être!

Outre le recueil des témoignages ufologiques et les éléments d’un dossier lorsque le temps le permet il est opportum de se cultiver un minimum sur des thèmes qui peuvent contribuer à résoudre ou comprendre certains faits.

recherche dans le passé, avec ces disciplines archéologiques, historiques, les écritures et autres dessins ou artefacts.

Recherche de la biodiversité sur notre planète donc un article que je reprends pour vous ici.

Recherche cosmologique et toutes ces disciplines comme l’astronomie, l’astrophysique , l’exobiologie…,

recherche aéronautique et d’ingénerie sur les moyens de transport de “demain” avec divers prototypes  et leurs modes de propulsion, énergie, carburant et autres spécificités, comme la robotique ,les modes de navigation, l’outils informatique…….

Ce travail inclus d’autres secteurs d’activité quelquefois puisqu’il arrive qu’une dicipline, une découverte, une énigme vous dirige sur un autre chemin, la voie de la vérité sur nos mystères a un prix ,celui de l’effort de s’instuire !

Le monde sous-marin m’intéresse tout aussi bien que celui de l’espace , cette jonction volontaire pour “mes études et recherches” visent à établir un lien à mille lieux qui pourait ne pas être si éloiné que ça en définitive, mon intuition me guide à tort ou à raison sur cette route glissante autant que sinueuse.

Abysses article source:http://monade.hautetfort.com/archive/2007/03/21/abysses.html

Les abysses, l’eau et la nuit en un seul élément. La nuit étale, couchée sur le fond du monde.La nuit liquide tapisse l’océan planétaire, une nuit sidérale, sans aucune mémoire de la lumière du jour, de la clarté de la terre.Le vivant s’enracine ici, près de ses peaux translucides tatouées de lumières. Descente vers le berceau du monde.

Les abysses sont la fin du monde possible, c’est l’inconnu le plus imaginable, puisque rien n’est là pour accrocher les sens.  Une nuit d’encre si dense, sous des masses d’eau si lourdes que les chiffrer ne sert à rien pour nos entendements. Si lourdes que le poids d’une vache se concentre sur un ongle, cela on peut se figurer.

Penser l’éternité, c’est penser ce monde d’en bas, une éternité de nuit liquide.

Couchée sur le dos sous cette masse inerte, la nuit s’anime Elle fourmille de vie. La vie s’y enracine.Toute la biodiversité planétaire plonge d’une manière ou d’une autre vers ces formes de vie, toutes animales car la photosynthèse n’est plus possible pour abriter des végétaux, qui toutes attendent la pluie de particules et des déchets qui tombe de la surface.

Toutes les nuits, les organismes des grandes profondeurs remontent vers la surface. L’ascension des animaux de la nuit profonde vers l’entre deux eaux, celle des animaux de l’entre deux eaux vers la surface.

C’est, toutes les nuits, la  plus grande  transmigration du vivant sur la planète. La mer se gorge de sa luxuriance. De la surface aux grandes profondeurs, les plus récentes découvertes montrent que la vie est organisée, que chaque étape de la descente est une niche écologique et que cet espace correspond à 99% de l’espace propre à la vie sur Terre. La vie sur Terre est une vie marine, nous existons à sa périphérie, ignorants des êtres de pure beauté qui habitent ces espaces de ténèbres.

Le vide abyssal regorge de micro-organismes, de méduses diaphanes, toutes plus belles les unes que les autres, de poissons monstres aux délicates dentelles de chair luminescentes, êtres transparents, translucides, tatoués de lumières, bouquets de tentacules, yeux énormes qui roulent entourés d’une impalpable silhouette. La nuit des abysses est un enchantement de solitude et de débordement, un monde aveugle qui étincelle, petites vies qui palpitent, cachalots qui plongent et calamars qui dansent, et baleines mortes qui descendent inexorablement pour ensemencer de vie les profondeurs extrêmes.
Les formes animales rappellent les formes de la vie terrestre, fleurs, animaux, détails organiques.Ici, la nature a produit ses plus délicats chef d’oeuvres pour qu’ils existent dans la nuit abolue, traversée par les lumières qu’ils génèrent pour piéger leurs proies, communiquer entre eux, se reproduire, se masquer.
La vie peut exister, elle peut proliférer dans le vide, elle peut se développer dans du méthane, elle peut se passer de végétation, la matière animale peut prendre la forme végétale, la matière animale peut recréer toutes les formes du vivant, elle peut le reconstituer, le transmuter, transfigurer la luxuriance du jour. Créer d’autres jardins, des jardins de nuit noire, des jardins de beauté aveugle qui regorgent d’espèces encore inconnues et que la biochimie aurait refusé d’admettre il y a quelques années.

 

Parmi ces espèces il y a ces organismes presque entièrement constitués d’eau de mer, transparents, translucides, perdant toute forme et structure quand ils sont pris dans les filets des pécheurs. Ce sont les créatures les plus légères, les plus élégantes, les plus voraces, les plus symbiotiques qui se puissent imaginer. Ces êtres graciles et tueurs, ces prédateurs mous, peuplent toutes les régions de l’Océan.

Chaque exploration d’une zone océanique révèle de nouvelles espèces gélatineuses, le plus vaste écosystème de la planète est saturé de ces ogres transparents.

.

Depuis quelques années, les techniques de plongée avec des robots spécialisés ont permis de collecter des informations plus détaillées. Le livre de Claire Nouvian, Abysses, fait d’ailleurs le point sur ces découvertes avec des photos extraordinaires…. (pour en savoir plus) Toutes les photos de cet article sont tirées de ce livre.

 
 Depuis quelques années, les techniques de plongée avec des robots spécialisés ont permis de collecter des informations plus détaillées. Le livre de Claire Nouvian, Abysses, fait d’ailleurs le point sur ces découvertes avec des photos extraordinaires…. (pour en savoir plus) Toutes les photos de cet article sont tirées de ce livre

    Véronique Wilkin

 22:25 Publié dans nature |

Vidéo et texte source youtube:

Emission Thalassa sur les créatures des abysses :http://www.imineo.com/documentaires/explorer/mer/thalassa-abysses-dernier-con…

C’est à une plongée spectaculaire dans les grands fonds que vous invite Georges Pernoud dans cette émission spéciale.

Au royaume de l’obscurité, règne une faune extraordinaire : des créatures de cauchemar, des espèces encore mystérieuses, des formes de vie nouvelles jusqu’alors inconnues sur notre planète. Des scientifiques, des pionniers téméraires ont contribué ces dernières années à explorer ce nouveau continent dans une épopée qui n’est pas sans rappeler la conquête de la Lune. Mais déjà les nations se disputent ce nouveau royaume des abysses qui recèlerait bien des richesses et des ressources naturelles.
L’avenir de l’Homme se joue tout au fond de l’océan…

lien externeL’électricité considérée comme un fluide

Autre lien externe  format pdf: Gérard Copin-Montègut:

cliquez sur l’image:

:

Publicités

Publié 22 janvier 2012 par Era dans Journal de Bord

Tag(s) associé(s) :

%d blogueurs aiment cette page :